Handball féminin : matches de poules à Besançon ?

Lectures :5862

Une affiche sportive bien excitante

La future élite du handball féminin s’est mesurée à l’occasion des Interpôles en janvier à Besançon. Une chaude publicité de ces rencontres a attiré un beau  public alléché à l’idée de voir évoluer ces jeunes filles de 15 à 18 ans. Une belle affiche avait été choisie avec soin pour séduire le maximum de visiteurs.

Certains ont pu être déçus d’une publicité un rien mensongère étant donné que ces jeunes athlètes portaient des tenues moins dénudées et avaient enlevé leurs talons aiguilles pour mieux jouer, mais ce fut néanmoins une belle réussite de les voir ainsi se donner, en sueur, et dans des corps à corps juvéniles et sensuels.

Il faut remercier l’organisation dans son ensemble, les 3 directeurs et tous les élus, ainsi que la talentueuse équipe de com qui s’est donné beaucoup de mal pour composer une affiche qui a su conserver malgré tout quelques références au sport tout en révélant des féminités insoupçonnées chez d’aussi jeunes joueuses.
Qu’ils soient remerciés de leur créativité et de l’originalité dont ils ont fait preuve, qui honorent un métier, la publicité, si injustement décrié et si souvent traîné dans la boue pour les clichés mercantiles et sexistes qu’ils véhiculeraient.
Comme l’annonce le directeur technique de la fédération française de handball dans le dossier de presse de l’événement : Penser «la handballeuse de 2020» est notre nouveau défi !!. Voilà qui est fort bien engagé grâce à des choix de communication très prometteurs.
–0–
Afin que le public puisse se rendre compte du respect qui accompagne leur travail de réflexion et de création, nous avons glissé un micro dans la pièce où eut lieu le brainstorming qui a conduit à la production de cette remarquable affiche.

– Coco, on se bouge, la mairie veut une affiche pour un tournoi de hand féminin, faut trouver un angle…
– Si on prenait une femme à poil ?
– Noooon, coco, pas bon ça, on va avoir les assoces féministes sur le dos comme l’autre fois… faut du délicat, du second degré, du suggestif…
– Alors quoi ?
– J’ai une idée : on va faire passer le message que les sportives de haut niveau, c’est pas des hommasses : elles sont féminines, fé-mi-nines…
– Ah ouaiiis, bandantes, quoi. Mais alors on prend quoi ?
– Ben, une belle femme…
– Oui, mais qui ? quoi ?
– Ben, une nana super-sexy !
– Ah oui, c’est bien… en soutien-gorge et p’tite culotte…
– Noooon, coco, c’est pas de la lingerie qu’on vend ni des grosses cylindrées, c’est un tournoi sportif !
– Ah oui, c’est vrai… alors quoi ?
– Et si on prenait une belle pute qui attend le client ?
– Ah oui ? c’est pas un peu trop « distancié » quand même ? ça n’a pas trop de rapport avec le sport et le hand, tu crois pas ?
– Mais c’est du deuxième degré, voyons, pas grave ! il suffira de lui mettre un accessoire sportif quelque part.
– Ah oui, un sweat ou un jogging, par exemple ?
– T’es fou, toi ! et pourquoi pas des baskets ! non… un accessoire, chais pas moi…
– Un ballon ! ouais, c’est original, un ballon, non ?
– C’est quoi déjà le sport ? ah oui, du hand : eh bien oui, un ballon, bonne idée, c’est pas mal.
– Mais on le met où ?
– Ben, elle pourrait le tenir voluptueusement à la main, avec nonchalance, tu vois, mine de rien, que ça ne fasse pas trop sport non plus.
– Bien sûr, alors un p’tit ballon dans une main, comme un jouet, et un poudrier dans l’autre…
– Parfait, une métaphore de la maman et la putain, c’est bon, ça coco.
– Avec des bas résille ?
– Noooon, ça fait trop pute. Du second degré, j’te dis, plutôt des super talons aiguilles et une mini-jupe ras-la-moule.
– Ouais ! bonne idée… mais ce sera qui ?
– Personne ! c’est ça l’idée, faut que ce soit « personne », juste « LA » femme : un corps, quoi, et sans visage…
– Et si on coupait l’affiche juste au-dessus de la bouche, comme ça, on aurait quand même la bouche…
– Bonne idée, une bouche pulpeuse, entrouverte (mais sans rouge, hein, ça fait pute) et une grosse boucle d’oreille qui dépasse, avec une posture un peu racoleuse, tu vois.
– Genre appuyée contre un mur ?
– Tiens : appuyée contre un poteau de but, ça rappellera le hand, mais attention, pas trop visible, hein, c’est pas le sujet, un peu subliminal…
– Super-idée, super-original… ça va être super-drôle…
– Parfait ! alors on lance…

Un autre projet avait été envisagé : une affiche composée avec l’image d’une athlète en action, et l’on voit bien à quel point cette présentation était peu vendeuse fidèle à la féminitude des sportives de haut niveau et peu propice aux contrats juteux des équipementiers et autres industriels du sport féminin et des médias.

Bravo encore pour ces décisions judicieuses.

120 comments to Handball féminin : matches de poules à Besançon ?

  • D. Furtif

    Bonjour à tous
    J’ai rétabli une miniature en Une et un chapeau à l’article de Colre , mais je ne vois absolument pas pourquoi il apparait en intégralité en UNE.

    Pour rester dans les limites de mes capacités ( qui sont vite atteintes , je vais tenter de reproduire l’intégralité selon les procédures que je connais

    À part ça ce n’est pas grave…d’apparaitre ainsi en Une

  • D. Furtif

    Bien , Colre,
    Je viens de mettre en ligne un doublon de ton article qui se met en place convenablement en UNe

    Je ne comprends pas le problème du tien…je poursuis par Mail

    • COLRE

      Salut Furtif, quel bo’del… 😉
      Tu ne peux pas garder juste le titre et la vignette et enlever tout le reste en Une ?…
      Je ne comprends pas ton histoire de « doublon ». Le tout est toujours en Une. Je vais voir ton message.

  • Lapa

    Quelques précisions:

    La mention: affiche non retouchée n’et pas présente sir l’originale mais a été ajoutée sur un blog.
    L’affiche, et la c’est intéressant, a été faite par des étudiantes. On peut donc gloser sur l’imprégnation machiste de l’esprit des jeunes filles qui sont elles même les vecteurs de leur propre image dégradante. Le problème est plus profond qu’il n’y parait.

    Je rappelle également que la publicité est un domaine où les femmes sont 50% contrairement a bien d’autres et que les réunions de chargés de com sont bien loin du repas de machos avinés et libidineux, mais plutôt de bénardes marketing communication qui n’hésiteront pas a placer un string sur le modèle tout en parlant franglais branchouille.

    A partir du moment où les filles de 15 ans se voient comme des putes narcissiques, le combat contre le mec macho est dépassé et limite d’arrière garde…

    Sources:
    femmes et publicité
    France 3 parle de l’événement.
    Un blog pour COLRE

    • COLRE

      Salut Lapa,

      Merci pour ce blog que je ne connaissais pas.

      C’est en effet à partir de la note du blog d’Olympe (comme je l’ai dit au bar, samedi) que je suis allée sur le site de Besançon, et là, c’est vrai que j’ai été assez estomaquée par cette affiche !
      Comme, samedi, nos amis du site ont trouvé cela » intéressant et drôle », c’est vrai que je me suis dit qui’l y avait du boulot pour dérouiller un peu les neurones collés par toute une vie de bourrage de crâne et de conditionnement machiste… (d’où, mon nartik)

      J’imagine que tu ne découvres pas que le conditionnement et le bourrage de crâne imprègnent aussi les jeunes cerveaux des jeunes filles de 15 ans…!

      Mais je m’étonne de ta déduction : ainsi donc, si « des » filles de 15 ans (les 2 ou 3 du comité de com), et non pas « les » filles de 15 ans (toute une génération, stp), répliquent les schémas machistes ingurgités depuis l’enfance, tu en déduis que le combat contre le machisme est « dépassé et limite d’arrière garde », alors là, je suis plus étonnée…

      • Lapa

        D’abord je pense n’avoir pas besoin de préciser que cette affiche me débecte. Justement parce qu’elle ne cherche pas a choquer ou provoquer. On ne s’indigne pas toute de suite en la voyant. Elle parait normale, camouflée dans le lot d’images dégradantes de la femme. On est presque tenté de se dire: ah ouais…
        Alors qu’en fait ce genre de marketing est tout ce u’il y a de plus vil, bas et bête: on ne le voit presque plus.

        Sinon tu as mal lu mes propos, je ne dis pas que le combat contre le machisme est d’arrière garde, mais le combat contre  » le mec macho ». Comme seul ennemi identifié, comme si l’abattre allait résoudre les problèmes. Alors que je vois de plus en plus de jeunes filles être un parfait vecteur de leur propre dégradation.

        L’asservissement volontaire en somme…

        • COLRE

          de la cible.
          Bien sûr que ce n’est pas « le mec » mais la société dans son ensemble qui est concernée, femmes incluses.

          En réalité, les femmes sont tout de même bcp plus sensibles au machisme qu’elles connaissent bien pour en être victimes au premier chef. Mais il y a des femmes misogynes, bien sûr, je le dis souvent, comme il y a des arabes « anti-arabes » ou des juifs « antisémites » (je connais les trois !).

          Quand tu dis : cette affiche, « on ne s’indigne pas toute de suite en la voyant. Elle parait normale, camouflée dans le lot d’images dégradantes de la femme. On est presque tenté de se dire: ah ouais… » c’est exactement cela…!
          Tu peux aller jeter un oeil dans les fils de commentaires sous des articles qui traitent de cette question (AV est un cas d’école de misogynie éhontée, mais c’est presque partout pareil…), et tu verras toujours les mêmes rengaines et les mêmes indifférences agressives et la même grossièreté sexiste.

          C’est pour cela qu’il ne faut pas laisser passer le machisme CACHÉ, c’est le pire, car il s’insinue dans l’inconscient et il façonne les esprits, les réactions et aussi les apprentissages des jeunes.

          Heureusement, les jeunes sont un peu moins cons que leurs aînés, ils ont fait du chemin à l’école mixte de la république et dans les syndicats lycéens et étudiants (bcp de filles qui n’ont pas froid aux yeux).

          • COLRE

            manque le début de la phrase qui a sauté… 🙄 « Dans ce cas, ok, je t’ai déjà écrit une précision ci-dessous qui anticipait cette question de la cible. »

  • Lapa

    Je retransmet ici un mail que m’a communiqué un certain PV qui souhaite conserver l’anonymat :

    L’auteur de l’article n’applique pas la bonne méthode de traitement de l’information et passe à coté d’un certains nombre de leurres:

    D’abord la mise hors contexte, puisque si l’on semble apercevoir un poteau et un filet, l’ensemble de l’affiche est intégralement blanc estompant toute perspective, tout effet de profondeur et toute localisation. Difficile de se croire dans une salle omnisport!

    Ensuite l’attitude de la personne, dont le visage est coupé comme avec une voile islamique, sauf qu’à défaut de ne voir que les yeux nous ne voyons que la bouche, ce qui dépersonnifie tout en conservant une des fonction essentielle charnelle. Adossée à un poteau qu’on identifiera comme celui des buts de handball, son attitude évoque une professionnelle attendant le client, renforcé par l’anonymat et la mise en valeur de ses attributs féminins: jambes longues et galbées, fesses qu’on devine parfaites et promptes à se faire pétrire dans un voyage de classe à Venise, seins non proéminents ( ce sont des mineures peut être pas totalement formées) mais suggérés et boucle d’oreille ronde et large, symbole d’ouverture sexuelle.

    Dans une main, la jeune fille tient un ballon, dont la métomynie nous rappelle les bourses du mâle qu’elle palpe avec dextérité entre le grand canal et la place saint Marc.
    De l’autre, un miroir, ustensile de maquillage qui permet une mise en abyme. qui n’est pas sans appeler une interconicité avec les modèles de filles au miroir de Balthus, Titien ou même Delvaux.

    L’incongruité des talons aiguilles n’aura échappé à personne, mais n’est-ce pas là, plus que tout autre, le symbole de la féminité? Non plus dans l’être mais dans l’accessoire. la longueur des talons, symbole phallique, est par un effet de juxtaposition parallèle à mettre en relation avec le poteau. Dont les bandes rouges et blanches concourent à la symbolique pénienne par la mesure de la taille via les graduations. De même que le filet, légèrement flou de l’arrière plan, suggère la résille des bas avec porte jarretelles que ne manquent pas de porter ces demoiselles quand leur professeur les emmène en voyage de classe dans l’Italie éternelle de Michel Ange.

    Le leurre d’appel sexuel est donc en fait un double leurre qui permet un sentiment d’adhésion. En effet, a l’inverse de la Burqa, la jeune fille est elle aussi privée de lien social et d’identité. La où la burqa ne laisse que les yeux, cette affiche montre le reste, tout en conservant l’essentiel: l’inexistence de la personne en tant que telle. La figure que nous voyons, dépersonnalisée n’est que la réplique occidentale du même maux entrainé par les silhouettes anonymes de fantômes orientaux voilés: la disparition de la femme en tant que personne. Ce double leurre permet donc d’intimer un sentiment de répulsion.

    Cette affiche est donc un acte militantisme pour la cause des femmes comme toute personne sachant décoder l’information l’avait deviné.

    PV

    • COLRE

      :mrgreen: :mrgreen: j’avais en effet pensé à distiller qques private jokes sur les leurres et autres lingeries de la Redoute… 😉

  • COLRE

    Autre chose, très importante : ce n’est pas le « combat contre le mec macho », dont il s’agit, mais le combat contre « le machisme », ce qui n’a rien à voir…
    Je te ferai remarquer que les mecs, comme tu dis, sont tout aussi conditionnés que les nanas et je connais beaucoup d’hommes féministes (cf l’association mix-cité, par exemple, qui en fit son fer de lance au début).

    Quand on combat l’islamisme misogyne, ses lois discriminatrices à l’égard des femmes, je ne crois pas que tu nous entendes partir en guerre contre « l’homme » musulman…
    Et tu remarqueras que bien des femmes musulmanes intègrent l’infériorité de valeur et de statut que la société musulmane leur inculque et revendiquent la burqua…

    Est-ce que tu renverrais les féministes arabes à un combat « dépassé et limite d’arrière garde » quand elles réclament la liberté et l’égalité ???

  • AGNNP

    Merçi Lapa !
    Tu me donne le plaisir du silence ( celui de se taire quand quelqu’un dit bien mieux que soit-même )
    Non-retouchée = comme c’est une photo de studio ( studio dit  » blanc ») la mention s’applique pour les  » lissage de peau » et retouche de forme suremment, et montage , un peu le  » green-waching » dans le domaine, le fond change pas, mais on est plus « ethique » ….

    • COLRE

      Il y a marqué « photo non retouchée » car il y a eu une erreur de photo. J’ai gardé celle trouvée dans le blog d’Olympe, et non celle qui est sur le site de Besançon (où il n’y a évidemment pas l’indication) :

      http://www.franche-comte-handball.com/images/stories/actua/affiche%20interpoles%2011mail.jpg

      • AGNNP

        Oui, Colre, c’est celle là que j’ai regardé.
        Mon avis est juste celui d’un ex-photographe retoucheur ( un bien grand mot).

        Au passage je partage l’analyse de lapa ( et ai bien ris de sa parodie interconique), parce que j’ai un peu trainé/bossé dans ce milieu ( en Photo/retouche), et ai personellment refusé de collaborer à des trucs de ce genre ( en gros perdre du fric et au final mon job) et avec un  » studio » tenue par une femme! Tout comme je me suis toujours refusé d’utiliser le terme « modèle » qui si il avait « sens » en peinture ( Poses longues de la personne servant de modèle) a pris un toute autre connotation dans le « milieu », une  » chosification » pernicieuse » qui a fini par être revendiqué par les propre victimes ( les femmes..) et en ce sens, et je comprend très bien ce que veut dire Lapa.

        Colre, je crois que faire un petit tour dans ce milieu, et tu comprendra à 100% l’écœurement et le propos de Lapa, voire sa justesse.

        Je peut me tromper, mais je ne crois pas a la reférence « prostitution », ça me semble , encore une fois, comme le décrit Lapa, bcp plus plus sournois que cela, et d’autant inquiétant.

        Je ne suis pas PV pour l’analyse des leurres au beurre interconique :mrgreen: , mais un truc m’avait mis la puce à l’oreille, en haut à droite de l’affiche le miroir de Venus en rose dans la typo ( en echo au poudrier) de  » Interpôle » , et comme interpole n’est PAS que sur le hand feminin, et bien rien que ça, sans savoir les détails, prouve que hélas, c’est une com « féminine », du moins pas le fait de « gromachos » qui font les calendard pour garagistes ou routier.

        • COLRE

          Au passage je partage l’analyse de lapa

          Eh bien voilà, AGNNP, Lapa dit : « cette affiche me débecte »… ravie qu’elle vous débecte aussi, c’était d’ailleurs le propos de mon article, cette affiche est DÉBECTANTE…

          Que vous puissiez ne pas « croire » à la « référence prostitution » dans cette affiche, j’en conclus que vous êtes tellement imbibé de culture machiste (la nôtre), celle qui met de l’image porno à tous les coins de pub, qu’en effet vous êtes incapable de voir ce qui crève les yeux…

          Si vous avez une jeune fille de 15 ans et que vous la voyez sortir habillée comme ça le soir, je tiens à vous prévenir et à vous déciller les yeux : surveillez ses fréquentations…

          • AGNNP

            hihi! Du calme!

            je ne crois pas à l’intention de réference ‘intentionnelle et directe » à la prostitution par les auteurs ou auteuses, ou alors elle est tellement diluée et banalisée (on dira jamais assez de mal des ravages du « porno-chic ») que c’est devenu un « standard de la com visuelle »… c’est bien possible.

            Vous savez lire ou bien ? j’ai précisé dans un autre post ( la posture pied-de-grue) que cela me débectais d’autant que plus  » faux-derche » avec prétention « pseudo-chic ».

            Voir ma réponse a Furtif, ou je fait la relation avec des reférénces qui vont plus loin = violence, et cie, sur les  » visuels » .
            Lapa a précisé que  » cela allait plus loin », et ça aussi je le revendique dans mon rejet de cet affiche.

            • COLRE

              Je suis très calme, où voyez-vous que je ne le suis pas dans ma réponse ? 8)

              Vous disiez (je vous cite) : « Je peut me tromper, mais je ne crois pas a la reférence « prostitution» ».

              Eh bien je vous ai répondu : vous vous trompez, la référence se voit comme le nez au milieu de la figure, et c’est justement parce qu’elle est « diluée et banalisée », comme vous le craignez vous-mêmes, qu’on n’est même plus capable de voir un nez au milieu d’une figure !

              Voilà.

              • AGNNP

                Colre
                Un exercice « tout simple » avec un peu d’imagination ( proposer à la vision l’affiche refaite et détournée serait encore plus causant) = Le même visuel, mais avec un autre texte, par exemple pour illuster un « narticle » et avec  » la prositution dans le milieu du hand-ball » une grande enquête en 189 volets d’avions de Moricette Intercônes :mrgreen:.
                Pas grand monde trouverait l’illustration choquante, décalée, innapropriée.
                Etonnant non ? comme dirait Desproges.

                • COLRE

                  Mais c’est exactement cela !
                  Votre idée est excellente, AGNNP.

                  J’imagine très bien, en effet, une enquête sur la prostitution dans le contexte du handball féminin, voire sur la prostitution des mineures, avec les entraîneurs qui, etc, comme il y a eu des pbs d’abus et même de viols dans le monde du tennis féminin…

                  Et dans ce cas, voilà une affiche qui serait PARFAITE comme illustration : choquante, frappante, ADAPTÉE… on se dirait : c’est franchement infect…

                  C’est pour cela que cette affiche qui n’est censée qu’annoncer un championnat pour les jeunes handballeuses (de 15 à 18 ans) et pas une invitation dans un bordel pour pédophiles ni un reportage sur les réseaux de prostitution, est simplement scandaleuse…
                  C’est le cul (habituel) pour vendre du sport amateur…

                  Et en plus, il y a tout le tralala des institutions municipales, régionales, nationales, des fédés et associations qui participent…
                  Que pas une seule personne dans cette longue chaîne de responsabilité n’ait pas arrêté le machin en disant : eh les gars, stop, y a un problème… : c’est pour moi ahurissant.

                  Faut-il que l’image des femmes soit dégradée et chosifiée pour que personne n’ait été capable de voir ce que cette image avait d’indécent ! 😯

  • Bonjour à toutes et tous,
    Je voudrais pas avoir l’air de mettre tout le monde d’accord, mais il me semble qu’une double interprétation est possible, soit celle de l’auteur (substantif masculin), ou celle contenue dans le mail retranscrit par Lapa.
    Personnellement, j’ai du mal à trancher car je trouve que les femmes en ont de plus en plus ÷»

    • COLRE

      Bonjour Hans lefebvre,

      Je tiens à redire encore et encore que ce n’est pas parce que des femmes auraient des actions ou réactions misogynes que la misogynie est en soi acceptable…

      Les victimes d’une situation (type syndrome de Stockholm mais pas seulement) peuvent défendre leurs agresseurs ou leurs bourreaux, le phénomène est bien connu. On a eu aussi le syndrome « case de l’oncle Tom », des esclaves « contents » de leur sort…

      Il serait dommage que cet aspect occulte le choix inqualifiable d’une telle affiche et de ses références évidentes à la prostitution pour annoncer un tournoi sportif de jeunes filles, et mineures en plus !

  • yohan

    Affiche ratée. Nos étudiant(e)s ont encore beaucoup à apprendre. Là on voit qu’elles se sont fait plaisir, en y mettant surtout leurs propres représentations, en oubliant de servir leur client et leur but : promouvoir un match de handball féminin, un évènement sportif.

    • COLRE

      Salut yohan,

      Oui, mais pire que « ratée » ! au contraire très réussie dans le monde putassier actuel où tout se vend, même les femmes et notamment la chair fraîche des jeunes sportives mineures…

  • @Colre, on est bien d’accord!

    Voici une de mes héroïnes, dont je conseille plus que vivement la lecture, et inutile de rappeler qu’elle fait partie de celles qui en ont (du courage):
    http://www.monde-diplomatique.fr/2010/05/FAU_VINCENTI/19159

  • D. Furtif

    Les fabuleux commentaires de Lapa tuent le match.

    Je n’ai qu’unhe petite tranche de vie à rajouter.

    Enseignant , j’ai eu à subir la consternante manie des journées portes ouvertes. Dans le secteur professionnel, j’ai eu au long de ma carrière le temps de voir se transformer les sections comptables et secrétaires en ce qui allait devenir les forces de vente
    Le premier combat perdu fut de tenter de convaincre mes collègues du tertiaires que c’était une dégradation de leur métier et une obscénité à la lecture de ce qui était attendu de leurs élèves.
    Le recrutement essentiellement féminin pour les profs et les élèves laissait « la porte ouverte » à des non dits qui éclataient au grand jour ces journées là.Les consignes données par les enseignantes étaient reprises au pied de la lettre .
    .
    Ne pas hésiter à être charmantes si on vous demande d’être correctes.Et hop le tour était joué…
    .
    Et nos petites adolescentes scolaires se retrouvaient transfigurées en de prétendues hôtesses d’accueil pour recevoir leur propres parents et ceux de leurs condisciples dans la cour et les couloirs de nos écoles.

    C’est ainsi que des mini très minijupes , des maquillages outrés et des robes très décolletées…patrouillaient tout au long de la journée .La bimbo figurant l’idéal professionnel
    Le mieux étant le mieux elles avaient mis ce qu’elle avaient de mieux , c’est à dire la tenue qu’elle portaient pour aller en boite.

    Brutalement les mémères profs si attentives à dénoncer les moindres velléités de flirt , condamnant les plus ahurissantes mièvreries, se retrouvaient pour quelques heures validant de tels dévoilements voire les encourageant en les imitant elles mêmes.

    Légère et court vêtue, elle allait à grands pas,
    Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
    Cotillon simple et talons aiguilles.
    Nos élèves ainsi troussées…..

    Qui se plaignait ? Personne et surtout pas leurs enseignantes . Le modèle de la femme transmis par la prof et repris par les élèves elles mêmes . La promotion par le travail défigurée et trahie par celles mêmes qui auraient dû la défendre….

  • D. Furtif

    Ça je l’ai piqué je ne sais plus où

    mais en 2009 toujours la même fixette sur les talons aiguilles...Il a trop regardé Bunuel le gars

    • AGNNP

      Bunuel ?

      le « beauf haineux » y voit un reférentiel beaucousp plus  » bourrin » …. et si ils se sont creuser le ciboulo pour ce  » visuels » comme ki dise dans l’milieu… et bien… si ça ramène à « ça »…misère!
      Référentiel visuel bourrin
      Bé oui, le pubic a beaucoups plus de chance d’avoir « subit » ce visuel que ceux de Bunuels.

      C’est ainsi dans le monde de la pub qui doit bcp plus Russ Meyer qu’à Delacroix! n’est déplaise à leur prétention « cultureuses ».

  • D. Furtif

    On avait pas bien vu en 2009 alors on en remet une couche en 2010

  • asinus

    ben moi heu!!!! AILLE !!!!!! heu non rien :mrgreen:

  • COLRE

    « Le modèle de la femme transmis par la prof et repris par les élèves elles mêmes . La promotion par le travail défigurée et trahie par celles mêmes qui auraient dû la défendre…. »

    Voilà typiquement la sempiternelle erreur qui montre bien que les neurones humains sont ainsi tristement faits que l’imprégnation qui sert à éduquer les jeunes mammifères dans la jungle a toujours le même effet que chez nos humains modernes dit « homo sapiens »…

    Je répète pour la énième fois ici, mais il faut décoller les synapses : que le modèle soit transmis par LE prof ou par LA prof, c’est LA MÊME CHOSE… c’est le modèle social qui est en cause.

    Faut-il donc que les enseignements civiques sur l’antiracisme, par exemple, ne concernent que les Noirs ou les Arabes ??? 😯
    Si tu n’es ni Noir ni Arabe, tu n’es donc pas concerné par le racisme ?
    Si tu n’es pas juif, tu n’es pas concerné par l’antisémitisme ??
    Si tu n’es pas une femme, tu n’es pas concerné par la misogynie ?
    Si tu n’es pas tunisien, tu n’es pas concerné par la dictature qu’ils subissaient ?

    J’ai personnellement une autre idée des valeurs civiques et éthiques, et j’ai du mal à comprendre ces raisonnements consistant à renvoyer dos-à-dos les méprisés et les méprisants sous prétexte que les méprisés sont responsables de leur obéissance aux dictats et leur soumission aux puissants… N’ont qu’à se bouger ?…

    Avec des raisonnements pareils, les pauvres n’ont que ce qu’ils méritent : leur pauvreté est bien méritée, allez ! sinon, ils n’auraient pas voté pour Sarko.
    Tant pis pour leur gueule… ❗ ❗

  • Léon

    Bonjour Colre.
    Je continue de trouver cette affiche drôle parce que « too much », mais je suis bien d’accord qu’elle est sur le fond ignoble. Il faudra que je l’envoie à Annie Sugier dont vous savez peut-être qu’elle a fait de l’accès au sport pour les femmes dans le monde un combat féministe qu’elle juge très important. Une telle affiche il faut bien voir qu’elle est inconcevable dans les pays où les femmes sont interdites de sport. Mais quand m^me, il y a quelques autres interprétations sous-jacentes et subliminales possibles de cette affiche. Celle-ci en particulier : « ouais dites, les mecs c’est si important que ça pour vous de montrer vos muscles et vos performances physiques? Vous voyez, nous on fait du hand mais on s’en fout ce n’est pas vraiment important, c’est juste un amusement, la preuve on se poudre le nez sur l’affiche… »
    Il y a aussi un côté comme ça, un peu clin d’oeil qui m’amuse. C’est aussi une manière de dire : les filles ne prennent pas au sérieux vos compétitions machistes à la con : c’est votre futilité de mecs contre notre futilité de filles…
    Je crois que c’est parce que il y a aussi ce clin d’oeil je je n’arrive pas à trouver cette affiche totalement inacceptable.

    • COLRE

      Bonjour Léon,

      Imaginez, chais pas moi, une affiche du Mondial en Afrique du sud, où on voit la classique injure raciste mise en scène : des joueurs noirs « descendre de l’arbre » pour jouer au foot, déguisés en bonobos, avec un super gros clin d’oeil (warf warf…).
      Et puis on me dirait : waouh, quel sens de la dérision, ces Africains, ça prouve qu’ils sont au-delà du cliché raciste… Qu’est-ce qu’on se marre !
      Ou bien : mais, il y avait des Noirs dans l’agence de com qui a concocté cette affiche, alors… ça les regarde.

      Bon… je ne comprends pas comment on peut à la fois trouver « drôle » cette affiche (et le déclarer) et qu’elle est « sur le fond ignoble »… Ça me dépasse.

      Il peut arriver qu’on se marre en douce, entre soi, d’une bonne grosse blague antisémite (les Juifs font ça très bien) ou homophobe (les gays font ça très bien)…
      Mais qu’on se marre ouvertement, devant un public non choisi… non, cela me dépasse vraiment.

      • Léon

        Elle est ignoble ou drôle selon l’interprétation que l’on en choisit. Votre comparaison avec les joueurs noirs qui descendent de l’arbre n’est pas pertinente : l’idée de les considérer comme des singes est effectivement une opinion raciste et dégradante alors qu’il y a dans le fait de montrer une femme aguicheuse quelque chose d’ambigu: certes elle peut être analysée comme un objet sexuel, mais aussi un sujet sexuel, libre, qui ose provoquer un désir sexuel et assume le sien. Rappelez-vous, dans un pays où la femme est considéré comme un objet impur et une esclave une telle affiche est impossible.

        • Lapa

          Leon votre commentaire pourrait être pertinent si on oubliait le contexte. Nous sommes dans la promotion d’une manifestation sportive de mineures. Votre discours de marketing technique sexuel ne vous semble pas déplacé?
          Vous parlez de susciter le désire sexuel : est ce vraiment nécessaire pour un match de handball?

          • Léon

            Non, d’accord. C’est totalement déplacé. Mais je me fais l’avocat du diable et j’essaie surtout de comprendre pourquoi cette affiche me fait rire quand même.

            • Léon

              Et puis cette affiche n’est pas du tout supposée « provoquer un désire sexuel » faut pas pousser, ou alors il ne vous en faut pas beaucoup… Cette affiche montre une jeune femme qui visiblement n’a pas peur de le faire, ce qui n’a pas le m^me sens.

        • COLRE

          « l’idée de les considérer comme des singes est effectivement une opinion raciste et dégradante », tandis que l’idée de considérer une jeune handballeuse mineure comme une pute qui racole en faisant le pied de grue n’est une opinion ni sexiste ni dégradante ???

          • Léon

            Si mais d’abord où voyez-vous qu’elle soit mineure ? et ensuite, désolé mais l’image de la pute qui racole en faisant le pied de grue n’est pas la première ni la seule qui me vient à l’esprit en regardant l’affiche. Ou alors, à ce point détournée qu’on l’oublie. Il y a beaucoup plus que cela dans cette image.

            • Léon

              … et notamment un second degré qui atténue tout de même la gravité du propos. Mais je comprends quand m^me votre indignation, COLRE !

            • COLRE

              Alors là ! qu’est-ce que vous voulez que je vous dise… 🙄 faites un sondage autour de vous, enlevez le texte et demandez à n’importe qui ce que cette affiche est censée vendre… vous serez surpris du résultat.

              Si vous n’y voyez qu’une simple fille aguicheuse, vous avez quand même une drôle d’idée sur la façon de se comporter et de s’habiller qu’ont les jeunes filles aujourd’hui !!!… 😯
              Moi j’en croise tous les jours à la fac, et je n’en ai jamais vu des comme ça… pourtant, elles paraissent tout à fait au goût des jeunes étudiants et parfaitement séduisantes pour leurs amis.

              • Léon

                Woulàààà, vous n’habitez pas Montpellier, vous, ça se voit… Venez donc voir un peu par chez nous comment s’habillent les jeunes filles dès que le soleil apparaît, vers le mois de mai. 😆

                • COLRE

                  sans blague… il doit y avoir de la cheville foulée, alors… 😆 😆

                  • Léon

                    Je n’ai pas d’information statistique sur les chevilles féminines foulées ! 😆

                    • COLRE

                      Léon, essayez de vous balader rien qu’une demi-heure dans les rues de Montpellier avec des talons aiguilles de 20cm… vous me raconterez…. 😀

                    • Léon

                      Je ne m’y risquerai pas ! 😆
                      Mais dites, COLRE, des talons de 20 cm, vous poussez un peu: en supposant que la jeune fille chausse du 39 cela veut dire que la chaussure fait 26 cm de longueur, son talon sur l’image ne fait certainement pas 20 cm ! Je dirais 7-8 cm maxi.
                      Je vous accorde que c’est suffisant pour se tordre les chevilles…

                    • COLRE

                      Bonjour Léon, 🙂
                      Et cette photo dans le magazine Vogue, qu’en pensez-vous… et notamment des talons aiguilles ?
                      Toutes les autres sont aussi ahurissantes…

                      Vous croyez que c’est juste pour se comporter comme « maman » aux premiers beaux jours ?…

                    • Léon

                      C’est un coup bas, ça, COLRE..
                      S’il vous plaît, on n’est pas du tout dans le même registre. Dans le premier cas on utilise, on détourne, le sexe à des fins de promotion d’un tournoi de handball, là où dans le deuxième on ne détourne rien du tout, on affuble une fillette d’une sexualité qu’elle n’a pas et que donc seuls des adultes peuvent avoir éventuellement vis à vis d’elles. C’est positivement ignoble. Cette image me révulse tout simplement. Je ne comprends même pas comment il est possible qu’elle ne tombe pas sous le coup de la loi… Tout comme d’ailleurs, dans un autre ordre d’idées, la promotion des mannequins anorexiques : il y aurait à dire, là aussi…
                      D’ailleurs, concernent ces photos de gamines, je suis étonné que les féministes n’aient pas fait plus de tapage à leur propos.. Cela mériterait vraiment un procès, pour voir…

                    • COLRE

                      J’avoue, Léon, vous ne le méritez pas… 😉 J’étais justement en train de penser « pauvre léon, ça tombe sur lui, c’est pas juste »…

                      Désolée pour vous, mais j’étais un peu sous le choc de ces photos que je découvre.
                      Je ne comprends pas comment ça n’a pas fait plus de tapage !
                      Il faut lire les commentaires : il y a quand même des gens qui défendent cette horreur ! Mais il y a combien de pédophiles en France ? beaucoup…

                      En revanche : pas d’accord, on est dans le même registre que l’affiche, sauf que là c’est poussé à un degré tel que l’on est obligé de VOIR, ce qui normalement relève du déni.

                      Je suis en train de surfer un peu sur le net, et j’avais oublié à quel point certains sites regorgent de trucs dégueulasses…

                • COLRE

                  Sinon, léon, il y a un moment où l’avocat du diable finit par en arriver à la mauvaise foi pour défendre son maître…

                  Nier que les talons aiguilles de 20 cm, le short ras-la-touffe, la posture appuyée au mur, les longues jambes nues « en pied de grue » et le poudrier « en attendant » le chaland… nier que tout ça ne fait pas SENS… franchement… vous fantasmez sur les jeunes filles de Montpellier ou vous ne vous promenez que dans les quartiers chauds à putes !

                  • Léon

                    😆 😆 😆
                    Non, COLRE, ce n’est pas ça. Mais je trouve le sens de cette image plus complexe que l’interprétation que vous en donnez. Enfin, c’est mon impression. Suis-je le seul ?

                  • AGNNP

                    COLRE
                    Non mais ! vous voulez vous lancer dans la spéléogie sordide ? ( pauvre Léon, se prendre  » ça » en pleine poire…), effectivement vous pourriez ouvrir des abymes sous vos pieds.

                    Comme quoi la  » beauffitude » la plus immonde, peut se cojuguer « pseudo-classe » luxe, sur papier grammé et glacé avec des crus recherchés, aucune différence avec le beauf à bière.

                    SI, une, de différence, même pas l’excuse de n’avoir eu accès a la culture et aux  » bonnes choses ».

                    • COLRE

                      AGNNP, je me suis déjà et immédiatement excusée auprès de Léon…

                      C’est tombé, à tort, sur lui, c’était le hasard… Mais ces photos sont immondes, et une fois de plus, on peut s’étonner qu’il n’y a pas une seule personne qui ait arrêté le machin et qui ait dit STOP. 👿
                      Comme à Besançon…

  • yohan

    Les représentations du monde de l’entreprise sont assez gratinées également. Mecs en costard cravatte inpeccable et nanas en tailleur chic et parfaitement repassé. Tout ce petit monde a trente ans en moyenne et les mecs arborent un crane bien fourni en cheveux, patron en cheveux gris coupés courts, début de calvitie interdit 8)

  • maxim

    perso,je perçois cette affiche avec ce message : nous les sportives malgré la sueur,l’effort,l’engagement physique sur le terrain avec autant de détermination et de rage que les mecs,nous n’en demeurons pas moins féminines et désirables une fois sorties des vestiaires !

    et ce symbole de silhouette parfaite,habillée sexy,avec le ballon pour rappeler le Hand,et le poudrier pour rappeler que la féminité demeure !

    chacun interprète à sa façon évidemment !

    • COLRE

      Salut maxim, 🙂
      C’est exactement ce que je fais dire dans mon petit dialogue aux deux blaireaux de service… :

      – J’ai une idée : on va faire passer le message que les sportives de haut niveau, c’est pas des hommasses : elles sont féminines, fé-mi-nines…
      – Ah ouais, bandantes, quoi.

      C’est ça…
      Et pourquoi elles ont à prouver qu’elles seraient « désirables » en sortant des vestiaires ?
      Et les gars, comment ils ont à montrer qu’ils vont être désirables en sortant des vestiaires ?

      Oui, je connais la réponse sexiste, te fatigue pas à me répondre : ça va de soi, avec un portefeuille bien garni… 8)

      • maxim

        salut Colre ….

        bon et bien je ne vaux pas plus cher que les blaireaux …..je n’ai pas utilisé le terme bandantes quand même!

        je constate que les avis divergent sur le contenu de cette affiche,bon,ce n’est pas forcément du meilleur goût certes mais je trouvais le clin d’oeil qu’elle véhicule ne rabaissait pas pour autant l’image de la femme !

        ps …oui je suis toujours désirable en sortant du vestiaire ! 😉

        • COLRE

          😉 😉 mais je n’en doute pas un instant ! pas besoin de me faire une affiche, ton logo suffit… 8)

  • Castor

    Ouais, bon, en passant vite fait…

    Faut-il que le sport féminin soit à la ramasse pour trouver utile de mettre en avant une paire de seins, une paire de jambes et les attributs de la féminité qui vont bien pour faire de la retape : le poudrier, les hauts talons et la panoplie.
    Ma main au feu que ce sont des mecs qui ont pondu l’idée qui, avant d’être désespérément machiste, est avant tout profondément ridicule.

    Je repars aussi sec, la bise à tous.

  • Buster

    Bof,

    De toutes façons, tout fout le camp….
    Les footballeurs (masculins, pro, français) vont jouer en marinière (vous vous rendez compte ?) à l’extérieur, alors… 🙂

    Je comprends bien COLRE, (même si franchement cette affiche ne vaut pas le coup de gueule offusqué qu’elle suscite).
    Faut dire que j’ai une tendresse particulière pour les pin-up de d’Alberto Vargas ou de Gil Elvgren, et d’autres encore.
    Quand pour vendre un scooter, ou un appareil ménager, ou une boisson gazeuse on faisait simplement appel à une jolie fille aux mensurations un peu trop parfaites. 😯

    J’aime le vintage et la simplicité de cette époque où l’on pouvait encore risquer d’être « politiquement incorrect »… puisque le terme n’était pas encore inventé.
    J’ai affreusement honte ! 8)

    • COLRE

      Salut Buster,

      Les pin-up, il y a un contexte et une fonction, par ex pour les bidasses et les camionneurs…
      Et là, on était en plein dans la représentation sexuée et sexuelle. Qu’on apprécie ou pas, au moins il y avait cohérence et adéquation.
      Faut pas tout mélanger.

      Là, il y a justement une terrible dérive entre le porno et ce qui ne devrait en rien être concerné par le porno. Si tu observes les valeurs libidinales des jeunes des cités, comme on les voit dans les reportages, TOUS ont des références de films porno. Les filles, pour eux : c’est ça, des baiseuses, des chiennes, des chaudasses…

      Sauf, bien sûr, leurs soeurs voilées et vissées à la maison.

      Des affiches comme celles-là, non seulement elles proviennent de cet air du temps où les femmes sont dégradées, c’est banal, mais elles participent à leur tour à la dégradation accélérée : elles banalisent.
      C’est un cercle vicieux qu’il faut rompre.

  • Lapa

    Je reviens quand même sur ce que j’ai énoncé plus haut: cette vision de la féminité occidentale est à mettre en relation avec celle islamique, dans les deux cas nous avons une silhouette anonyme dont la grande absente est la femme en elle même. Victime de la vison qu’elle se doit de donner.

  • asinus

    m’etonnais aussi que queue plate ai pas déboulé encore, lui la « robe » il connait non?

    pas sur la tete cher maitre pas sur la tete!!!!! :mrgreen:

  • Sandro

    Colre a un côté « Monolecte ». Voir le monde entier au travers d’un prisme ( déformant) qui leur est cher Cela semble incompressible sur tout site.
    Personellement, je serais plutôt de la vision de Buster.
    La vie est toujours ou plus simple (ou plus complexe) que ce qui parait.
    Suis sans doute à côté de la plaque, mais ces représentations « hommes/femmes  » comme clef de lecture de la vie(et de ces excès) me paraissent… comment dire? Très datées, oui, c’est cela.
    Bon, suis déjà parti, pas sur la tête…

    • COLRE

      Sandro,

      Mon prisme vous paraît déformant car ce n’est pas le vôtre. Vous qui aimez à observer la vie (et la mort) d’une fenêtre de voiture, vous pourriez aussi trouver ce filtre déformant et réducteur, mais c’est le vôtre.

      Ces représentations « hommes/femmes », comme vous dites, sont de toute éternité et structureront encore la Condition humaine lorsque le dernier engin à 4 roues ne sera qu’un lointain souvenir et une vieillerie de musée…

      Ces représentations « hommes/femmes », non seulement ne sont pas « datées », mais elles sont l’avenir des sociétés humaines.
      Elles en signeront sans doute la survie quand des gens ancrés dans les automatismes de la hiérarchie et de la discrimination se rendront enfin compte que la planète peut être sauvée en réglant cette question qui vous semble étrangère et subalterne.

      Je ne peux malheureusement pas vous donner rdv dans le futur pour vérifier 😉 , nous serons certainement morts, vous et moi, quand l’intelligence de la vie l’emportera – dans très longtemps – sur la morbidité des passions destructrices.

  • Léon

    Sandro suppose peut-être que la question dans nos démocraties « avancées » est réglée ? Est-ce bien utile de lui rappeler les statistiques sur les femmes battues, les inégalités salariales, la pauvreté des mères isolées, la prostitution et les discriminations diverses et variées ?
    En cette journées des femmes et non de la femme, qu’elle serve au moins à rendre hommage à la moitié de notre humanité !

  • COLRE

    (Léon, je reprends plus bas, car les réponses sont coincées là-haut)

    Je relis à tête reposée votre réponse (outrée… 😉 ).
    Comme d’habitude, il y aurait tant à analyser, car dans les échanges sur la question des femmes, il y a ce qui est dans le texte, et ce qui est entre les lignes, il y a l’explicite et l’implicite, le conscient et l’inconscient…

    Ainsi, quand vous dites à propos de ces ignobles photos : « je suis étonné que les féministes n’aient pas fait plus de tapage à leur propos », je me demande ce que les féministes viennent faire dans cette histoire ! et si c’était des petits garçons au lieu de petites filles : qui serait concerné alors ? les droits de… l’homme ?

    Cette abomination concernait évidemment toute la société… et on aurait dû entendre tout le tam tam des droits de l’homme dans leur ensemble, non ? ceux qui ont pignon sur rue et table ouverte dans les médias.

  • Léon

    C’est vous-même qui avez proposé ces photos comme illustration de sexisme ! IL y a la question des enfants bien sûr mais il est indéniable que ces photos-là ont à voir avec des représentations spécifiques des femmes. De petits garçons auraient-ils été déguisés en grandes personnes ? Non, non, les féministes sont concernées au premier chef, à mon avis.

    • AGNNP

      Léon, Colre, met les pieds dans un  » sacré plat », là.

      Je crois que ce serait se perdre, et laisser gagner l’infamie, de mettre « en concurrence » l’indignation soit du coté féministe ou autre, notre premier cri , que l’on soit homme ou femme, n’est-il pas NON!.
      ce « NON » de l’innocence à jamais souillée, n’a ni de sexe , ni de parti.

  • D. Furtif

    Allez donc voir où tout cet intérêt pour les jeunes beautés conduit
    Une fois encore ce sont des femmes qui organisent ou rêvent de ces machins là

    • COLRE

      Furtif, tu as raison, la vilenie des femmes est insondable…

      Non contentes de prostituer leurs filles, je ne te raconte pas ce qu’elles font avec leur vagin denté… !

      Allez, bonne journée du 8 mars, demain, ouf, c’est fini.

      • AGNNP

        C’est malin, pendant que je lisait cet étalage d’horreurs, ma femme à mangé la pomme que je me reservait, m’en fait consulter les dieux pour le chatiment :mrgreen:

        Un torchon avec des oranges ?

  • COLRE

    Bonjour Léon, un rectificatif à propos de l’infâme campagne de Vogue. Vous vous scandalisiez que les féministes n’aient rien dit.

    J’ai cherché, et évidemment oui, ces publicités ont fait du foin. Mais qui en parle ? c’est ça le problème, ce genre d’infos n’intéresse pas grand monde. Une action de la Meute (non à la putanisation des petites filles !) et une pétition « contre l’érotisation des images d’enfants dans toutes les formes de publicités » (médecins, professionnels de l’enfance, parents, associations et simples citoyens)  » qui a recueilli plus de 8 000 signatures ont protesté contre cette sexualisation mercantile des enfants…

    Mais ces sujets-là ne font pas recette dans les médias…

  • Léon

    Salut, Colre !
    Eh bien, dommage que nous ayons raté le coche. A notre très modeste niveau nous aurions pu faire quelque chose !

    • COLRE

      En fait, je viens de passer une heure sur internet et j’y ai découvert une multitude d’affiches du même acabit, dans le basket, dans le rugby et d’autres dans le hand, et toutes avec des talons aiguilles !

      J’ai même découvert une « course réservée au femmes, en talons aiguilles » avec un gain de 3.000 à 10.000 euro, selon les pays… C’est vraiment « on achève bien les chevaux ». Le site organisateur annonce la présence de la Croix-Rouge pour ramasser les concurrentes qui se seraient foulées un pied, seraient tombées ou se seraient cassé une jambe !…

      Hallucinant parfois la connerie humaine… sans limite.

  • Léon

    Au fait : que pensez-vous de l’alignement des tarifs des assurances auto entre les hommes et les femmes ?

    • COLRE

      Je suis opposée par principe aux mesures sexistes, mais s’agit-il de mesure sexiste ? Je suis particulièrement exaspérée des mesures prises contre les chauffards qui écrasent toutes les têtes qui dépassent et qui eux n’ont même pas droit à une petite erreur.
      C’est vrai que mon assurance voiture est de 50% de bonus depuis des lustres, et je trouve que cela commence à être cher payé à la place de ceux qui additionnent les accidents et les remboursements (hors de prix) de tôle.

  • ranta

    J’ai eu presque envie de commenter l’article et j’ai renoncé. J’ai presque envie de dire aussi que la bêtise doit être combattue mais je n’ai pas le courage : il faut être dans les structures fédérales sportives pour avoir une idée des trésors de réflexions et d’actions mis en oeuvre pour favoriser et développer le sport féminin. C’est gonflant de s’attarder sur une affiche qui va à l’encontre de l’image de la sportive Est Allemande avec un cul de vache Charolaise et des épaules de bébert le déménageur et les biscotaux de jojo le bûcheron.

    Il y a un moment où le féminisme devient completemet con.

    • ranta

      J’ajouterai même, puisque je suis remonté, que le féminisme par moment s’apparente ni plus ni moins à un intégrisme. Sacré non de Dieu, allez donc voir combien les structures fédérales sportives essayent de promouvoir le sport féminin avant de commenter une malheuseuse affiche dont l’impact médiatique est proche de zéro…. Ca me gonfle vraiment de faire d’un fait divers une tendance généralisée.

  • ranta


    Ca me gonfle vraiment de faire d’un fait divers une tendance généralisée.

    J’mesplik : les structures fédérales passent un temps dingue et mettent en oeuvre des programmes pour attirer les filles, elles sont à la pointe de l’égalité homme/femme. J’ai personnellement encadrer des stages avec des filles, des gamines, des femmes….avec des résultats, non seulement sur les plans sportifs et relationnels mais aussi et avant tout sociétal. C’est pour ça que je peux pas laisser passer un article que je juge de pure propagande, sinon de mauvaise foi.

  • COLRE

    Ranta,

    Je ne sais pas si les féministes sont « connes », mais, quand on se prétend entraîneur sportif pour amateurs et scolaires, il faut être un sacré bourrin pour tenir un discours aussi méprisant (et méprisable) à décrire les sportives « avec un cul de vache Charolaise et des épaules de bébert le déménageur et les biscotaux de jojo le bûcheron »

    Quel fantasme ! c’est atterrant de bêtise crasse quand on a la responsabilité de la construction sociale du masculin et du féminin chez les enfants et les jeunes ! J’ai même du mal à croire qu’il n’y a pas là une belle imposture…
    Cela me paraît plutôt le discours de Marcel au Café des Supporters, bien aviné…

    Car faut être Marcel pour penser que les athlètes doivent ressembler à Miss Monde avec le petit cul qui fait bander monsieur sans doute : c’est tellement mieux pour faire du judo ou de la boxe taï, évidemment ! C’est pas très compétitif, mais qu’importe : c’est tellement plus sexy pour ceux qui ont une virilité bizarrement placée.

    Aujourd’hui, les footballeuses (je parle d’un truc qui peut atteindre certains neurones) sont à peine 2%… Super, faut pas qu’elles ressemblent à des nageuses de RDA non plus ! pis quoi encore : douceur et sucrerie, voilà ce qui est bon pour elles.
    Z’ont qu’à faire du patinage artistique, du « tapinage » comme dit ton copain, cette comparaison va si bien aux beaufs.

    Donc voilà l’image publicitaire des footballeuses, tu connais ? « Faut-il en arriver là pour que vous veniez nous voir jouer ? »

    Oui, dans ce joli monde de clichés de crétin, il faut en arriver là : se mettre à poil pour faire l’affiche quand on est une sportive de haut niveau… 👿

    Crois-tu qu’elles ont un cul de vache charolaise ? chais pas, sans doute, la photo est coupée… mais si on va les voir jouer, promis, elles enlèveront le bas, comme disait la belle publicité de tes potes.

    Comme disait aussi Coubertin : « une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et, ne craignons pas d’ajouter, incorrecte ».
    Un siècle plus tard, non seulement certains entraîneurs sportifs n’ont pas avancé d’un pouce, mais j’y vois une terrible régression…

    • ranta

      Car faut être Marcel pour penser que les athlètes doivent ressembler à Miss Monde avec le petit cul qui fait bander monsieur sans doute :

      C’est bien ce qui me semblait : tu comprends rien à rien dans ce domaine. ton crédo c’est un intégrisme qui fait beaucoup plus de mal qu’ autre chose : aucune importance tu me diras puisque c’est pour leur bien, faire leur bonheur malgré elles…. Tu n’as pas compris que je ne parle pas de marcelducaféducommercequibandedevantdespetitsculs mais de gamines, de jeunes filles et de femmes pour lesquelles des efforts considérables sont fait pour les inciter à venir et trouver un sport.

      • COLRE

        « Intégriste » ? 😯

        Si déplorer qu’il faille se foutre à poil sur une affiche pour promouvoir sa pratique de footballeuse c’est être intégriste, alors je le suis…

        Si les filles et les gamines doivent se mettre en talons aiguilles, dénudées et dans des poses racoleuses pour édulcorer et formater l’image de sportive souhaitable dans le hand ou le basket, alors oui, je suis intégriste en refusant de m’en réjouir…

        Si les lanceuses de javelot, les judokas ou les nageuses doivent faire profil bas dans le grand barnum du sport médiatique où tout se vend et se dévoie, sous peine de se faire renvoyer en pleine gueule l’image des « épaules de bébert le déménageur ou les biscotos de Jojo », alors oui, je suis intégriste car je m’en indigne…

        De même que je m’indigne que l’on prostitue l’image des enfants et des petites filles comme des cadeaux sous l’arbre de Noël ou qu’on les présente une fois de plus en talons aiguilles dans des poses pornographiques destinées aux pédophiles… Alors oui, je suis intégriste car je m’en scandalise…

        De même, si je suis intégriste sur la défense vigilante des valeurs républicaines d’égalité constitutionnelle, je le suis tout autant de celles qui la complètent, liberté et fraternité…

        Et puisque c’est être intégriste que d’être désormais simplement laïque, alors oui, je suis fière d’être traitée d’intégriste et de laïcarde par tous les bigots et leurs complices…

        Et j’ai encore un certains nombre de témoignages d’intégrismes à ton service dans ma condamnation intransigeante du sport à fric, de la corruption ou de l’enrichissement colossal de qques uns et de l’appauvrissement éhonté de tant d’autres…

        Et je déplore la souplesse d’échine de tant de citoyens habitués à s’habituer à n’importe quoi !

        • ranta

          Tu connais vraiment le milieu du hand Colre ? Moi, je le connais, j’ai un fils qui a fait ces fameux interpôles et qui joue en N3, et tu sais quoi ? et ben les filles le samedi soir après leur match elle sortent dans la tenue de l’affiche au resto avec les gars de l’équipe. Elles arrivent en survet et ont un sac dans lequel se trouve leurs talons aiguilles, leur poudre, leur robe etc….

          Cette affiche ne dit rien d’autre qu’elles peuvent faire du sport et rester féminines, et à ce que je vois c’est un crime.

  • Léon

    Hum, voilà un débat éternel sur la fin qui justifierai ou pas les moyens, non ?

    • COLRE

      Non, Léon, cela n’a rien à voir. Il s’agit d’un formatage avilissant que l’on attend des sportives dans le plus parfait déni et en plus ❗ habillé d’un discours de mépris et de blagouille de bistrot. Et il faut accepter (avec le sourire, bien sûr) les accusations de bêtise, de propagande, de mauvaise foi et ne ne rien comprendre à rien, évidemment !

      • ranta

        Il s’agit d’un formatage avilissant que l’on attend des sportives dans le plus parfait déni et en plus habillé d’un discours de mépris et de blagouille de bistrot

        Et bin dis donc…. excuse moi mais là tu pars en vrille.

  • Léon

    Tout de m^me, si j’ai compris, Ranta dit que de telles images sont sans gravité et m^me utiles si elles aident à un but louable : attirer les filles à faire du sport, et qu’il faut nuancer le jugement de principe que l’on peut avoir. En revanche il faut alors s’interroger sur leur pertinence y compris dans ce but, si louable soit-il. J’avoue ne pas avoir d’opinion bien arrêtée à ce sujet.

    • COLRE

      Alors si Ranta dit que de telles images sont sans gravité… 🙄 🙄 alors…!!! on se demande bien pourquoi il n’aurait pas raison d’autorité, bien sûr !
      C’est d’ailleurs le cas de tous les intervenants sur ce fil, ils ont tous raison bien sûr. C’est 90%… ce qui doit être à peu près le score de représentation des femmes dans les instances dirigeantes du sport, vous voyez, vous êtes dans la norme sur Disons.
      Continuons à trouver cela « louable » ou « drôle »… mais qu’on ne vienne pas me faire ensuite des discours de lamentation sur l’islamisme et les femmes voilées !


      Lu dans Tennis Mag, j’avais noté, c’est amusant :
      « Martine Gérard, vice-présidente de la FFT en charge du tennis féminin. Elle dresse un constat inquiétant sur la situation du tennis féminin en France, au plus haut niveau mais aussi – et c’est lié – à la base.

      Aujourd’hui, redresser la barre du tennis féminin est l’un des chantiers prioritaires de la FFT. Et tout le monde est concerné. Pas seulement le secteur tennis féminin que je représente mais aussi les activités fédérales, la compétition, la DTN…
      C’est dans les clubs qu’il faut agir.

      Aujourd’hui, quand je vois les compétitions féminines de clubs, c’est catastrophique. Les écoles de tennis, c’est pareil. Les petites filles, on les voit une année et l’année d’après, elles ne reviennent plus. Pourquoi ? Parce que le système ne les favorise pas.
      Pourquoi les petites filles vont à la danse ? parce que, entre autres, elles sont contentes de porter de jolies tenues de fille
      s (sic !) »…
      etc etc etc…

      Mais bien sûr, elle doit encore exagérer cette malheureuse représentante de la Fédération… 
      Je propose de mettre un tutu aux coureuses, cela sera tellement délicat.

      • Léon

        Colre, arrêtez svp, j’essaie seulement de comprendre ce que voulait dire Ranta. J’ai dit aussi que je ne savais pas trop ce que valait un tel argument.

        • COLRE

          Léon, je n’ai aucunement envie « d’arrêter », j’ai passé l’âge…

          L’autocensure est le formatage inculqué depuis l’enfance et la règle implicite des femmes est celle du « plafond de verre » (on dit « ciel de plomb », aujourd’hui…). On nous renvoie par principe au « silence », à l’écoute, à la bonne tenue, à la réserve, à l’illégitimité…
          Je ne me sens donc aucunement portée à me taire, à me retenir ou à me sentir illégitime…

          Nous sommes ici sur un site où les intervenants professent un minimum d’analyse, de bonne foi et d’expertise sur les sujets traités.
          Je me sens parfaitement autorisée à déchiffrer les dénis de réalité qui, moi, me crèvent les yeux.

          Je me sens parfaitement autorisée à faire remarquer que cet article et le bar ont attiré tous les intervenanTS de Disons et que TOUS (vous, Lapa, agnnp, hans lef, yohan, Furtif, asinus, Lech, maxim, Buster, Sandro, ranta), sauf Castor, ont finassé et tortillé sur la normalité d’une telle publicité : ou drôle (!), ou utile, ou louable, ou efficace, ou faite par des femmes responsables de leur sort (comme d’hab)…
          Et même en dernier ressort : rien à signaler, pas d’opinion

          Oui, ouvrez les yeux 😯 : pas un seul des hommes ici (sauf Castor), ne m’a apporté le moindre accord à une dénonciation que j’aurais cru pourtant aller de soi…
          Refuser de voir cette évidence, c’est le constat d’un aveuglement incompréhensible qui devrait pourtant faire réfléchir ceux dont c’est l’intention affichée ici de réfléchir.

          Les féministes (dont je suis) sont donc renvoyées, une fois de plus, à l’essentialisme féminin, à leur manque d’humour biologique, à leur culpabilité intrinsèque de mère maquerelle ou d’exciseuse, au fait qu’elles ne comprennent rien à rien, ou, petite cerise sur gros gâteau, à leur intégrisme.

          • Léon

            Excusez-moi Colre de ne pas être parfait…
            Mais discuter et réfléchir passe aussi par la nuance, par le fait de ne pas se précipiter sur ce qui est très évident, par des remises en question etc… Votre article était juste à mon avis, mais on a le droit me semble-t-il, surtout ici, de voir s’il n’y pas des contrepoints, d’autres points de vue à apporter, peut-être moins politiquement corrects.
            Cela serait-il interdit ?

            • Castor

              Colre,

              il me semble qu’une bonne partie de la gent féminine acquiesce ou, à tout le moins, ne voit pas d’inconvénient majeur à ce qu’une telle image de la femme soit présentée.
              Je trouve dommageable qu’une telle représentation de la femme soit manifestement utile à un message, mais pour moi, le débat est ailleurs.
              Ce qui me gêne, ce n’est pas tant la représentation mais ce que je perçois derrière : ce ne sont pas les jeunes filles que l’on veut attirer mais les spectateurs « mâles ».
              Ou alors, on a voulu dire que la pratique du sport n’enlevait rien à la féminité, mais qui avait besoin d’un tel message ???

              • Léon

                Castor, on se heurte aux limites de l’exercice : chacun peut expliquer ce qu’il voit ou ressent dans l’image, mais on ne pourrait connaître l’intention exacte de ses concepteurs qu’en les interrogeant eux-mêmes. Par exemple, je ne crois pas du tout que le but de cette affiche était d’attirer des spectateurs mâles. Mais pour le vérifier il faudrait le demander aux concepteurs.

                • Castor

                  Léon,
                  je crois au contraire qu’avec la pub, on sait immédiatement à quel public s’adresse le message.

                  En l’occurrence, point besoin de grandes études pour reconnaître que si le message s’adressait aux filles, nul besoin de leur dire : venez avec votre poudrier et vos talons hauts, vous allez voir comme le sport est rigolo (pouf-pouf, ou mieux, et comme ne l’aurait pas désavoué Desproges : pouffe-pouffe) ;

                  De deux choses l’une, soit nous avons affaire à une campagne où les concepteurs n’ont pas fait montre d’une grande intelligence en parlant aux filles, soit ils ont délibérément délivré un message aux hommes.

                  Dans les deux cas, je crois que Colre n’a pas tout à fait tort en s’ulcérant.

                  Et je dis ceci en ayant parfaitement conscience à la fois de la justesse de tes remarques quant au féminisme, et de l’aspect parfois un peu outrancier des remarques de notre chère amie Colre.

            • COLRE

              Léon : « Votre article était juste à mon avis »
              Vous plaisantez ? c’est nouveau, ça, je viens de compter 59 commentaires, à part les miens : donnez-moi une seule citation de qqu’un qui m’aurait fait une pareille remarque.

              Lisez n’importe quel article sur Disons, et vous y découvrirez des « bravo », « je suis d’accord », des « intéressants » ou toutes ces sortes de choses mâtinées de points de vue variés…
              Mais, là : non.
              Pensée unique, seul son de cloche… : opération de déminage et de dérivation.
              S’il est un sujet qui ne passe pas, c’est la misogynie « de souche », la nôtre, notre société habituelle avec ses clichés de beauf franchouillard…

              Oh, bien sûr, la Grand Sexisme venu d’ailleurs, celui des curés ou des islamistes, là, on fait chorus, on se scandalise, on en appelle aux mannes de Jaurès, à la laïcité à la française… On critique le PS ou les socialistes qui nuancent les attaques envers les imams et les barbus. Là : taïaut, taïaut ! sus au machiste musulman ou catho ou à l’idiot utile de gauche…

              Mais pas le machisme « à la française », vous savez, celui qui est pétri d’humour et de second degré, de galanterie et de gaudriole, et puis qui est le fait aussi des femmes, n’oublions jamais ce bon vieil alibi…

              Vous en appelez au « politiquement incorrect » ? Mais c’est vous tous qui êtes désespérément « politiquement corrects »… que croyez-vous ? baladez-vous un instant sur les fils d’AV ou de Libé ou de n’importe où : RIEN n’est plus vilipendé que l’analyse féministe, avec toujours les mêmes insultes, les mêmes sous-entendus graveleux et le même déni de réalité.

              Les féministes à la française sont (relisez ces fils) : « connes », gonflantes, pas drôles, obsédées, de mauvaise foi, pudibondes, paranos, politiquement correctes, intégristes, pas nuancées, arriérées…

              Non non, pas d’inquiétude : tous ces jugements ne sont pas « interdits », ils sont même la règle…

              • Léon

                Le « politiquement correct » ne veut pas dire le « lieu commun » de la beauferie générale, Colre ! C’est un terme qui s’applique au discours de gauche, compassionnel,tiersmondiste, écologiste, le féminisme en fait partie. Ce que vous appelez le « politiquement incorrect » ne consiste pas (chez moi en tous cas) à être le contraire et en particulier anti-féministe, mais à pointer du doigt dans ces discours-là des incohérences, des limites, des erreurs, des exagérations qu’ils peuvent comporter aussi. J’estime cela nécessaire pour leur donner justement plus de poids, plus de crédibilité. Merci de ne pas me faire passer pour ce que je ne suis pas. Je vous souhaite de ne fréquenter que des anti-féministes de mon genre.

                Je reconnais toutefois que nous n’avons pas (enfin, je ne puis parler que pour moi) assez soutenu votre analyse pour un peu nous précipiter de suite vers d’autres interprétations possibles et moins conventionnelles en termes féministes. Mais enfin, il me semblait qu’il allait de soi que j’étais d’accord qu’on pouvait interpréter cette affiche de la manière dont vous l’avez fait.
                Pour illustrer mon propos, par exemple, vous n’avez nullement répondu à cette objection sur le « sujet sexuel » et le fait qu’une telle affiche était, par exemple, inconcevable en Arabie Séoudite ou en Inde. C’est juste pour essayer de vous faire sentir que c’est un peu plus compliqué que ce que vous nous dites sur cette affiche. Même si je sais que le combat politique, l’engagement obligent, hélas, à simplifier.

                • Lapa

                  [quote]Je me sens parfaitement autorisée à faire remarquer que cet article et le bar ont attiré tous les intervenanTS de Disons et que TOUS (vous, Lapa, agnnp, hans lef, yohan, Furtif, asinus, Lech, maxim, Buster, Sandro, ranta), sauf Castor, ont finassé et tortillé sur la normalité d’une telle publicité : ou drôle (!), ou utile, ou louable, ou efficace, ou faite par des femmes responsables de leur sort (comme d’hab)…[/quote]

                  euh désolé je vois pas en quoi j’ai tortillé du cul. Il me semble avoir été assez clair dans mes interventions.
                  J’ai juste signalé que le machisme avait pénétré (!!) les jeunes filles au point d’en être elles-mêmes des vecteurs, ce qui m’apparaît comme une base intéressante de discussion; tant pis si personne n’ a vraiment rebondi dessus.

                  merci de ne pas me prêter d’autres intentions.

                  • COLRE

                    bonsoir Lapa, je n’en prête pas plus que les réponses déjà faites à vos commentaires… 😉 Je me suis clairement expliquée avec chacun ici.

                    • Lapa

                      Si vous en prêtez et cela ne me plait guère. A moins que vous n’ayez rien compris à mon propos. Il va falloir me dire en quoi j’ai fait de la beaufferie des sous entendus et un déni de réalité.

                      Le seul intervenant qui vous plait c’est Castor qui manifestement n’a pas trop lu et lâche péremptoirement que c’est une affiche faite par des mecs. Un cliché en appelle un autre. Alors que ceux qui ont fait une petite recherche pour sourcer que cette affiche aurait été faite par des étudiantes, entre autre, sont considérés comme des beauf s qui ont un déni de la réalité.

                      Moi ce que je vois c’est que cet article ne comporte aucune analyse en lui même, qu’il est un coup de gueule, une dénonciation salutaire sur un sujet qui tient à coeur, et qu’il aurait du servir d’introduction à des commentaires et discussions intéressantes. Mais ça n’a pas été le cas, car toute personne n’embrayant pas de manière basique sur l’outrage que représente cette affiche a été suspectée d’être un salaud ou un con.

                      Bref. Je laisse tomber mais c’est ce que je ressens.

                    • D. Furtif

                      Pour ma part je me suis retiré aux premières heures du débat . Après avoir tenté de montrer que dans l’oppression des femmes il y avait complicité de certaines d’entre elles. Ce n’était que la règle générale de l’aliénation entretenue par l’aliéné, qui s’applique à d’autres cas de la même manière.

                      Je fus renvoyé brutalement sur la touche comme nul et non avenu …

                      Quand on ne rentre pas dans le cadre du cliché on risque de surprendre même ceux ou celles qui revendiquent la totalité du rôle de victime avec outrance.

                      Je rappelle que j’ai évoqué en premier les concours de mini Miss qui ne furent pas reçus parce que venant de moi pour être repris quelques heures plus tard sans vergogne.

                • COLRE

                  Léon, je vous répondrai comme vous plus haut : « c’est un coup bas, ça, Léon »

                  Vous savez bien que je sais que vous êtes ici la seule personne sensible aux situations sexistes et mes réactions ne vous étaient pas destinées en priorité (même si pour une fois vous n’avez pas su vous situer dans le juste débat).
                  Donc, si vous prenez toutes mes réactions pour vous, et vous en détournez la portée.

                  Quant à votre question, je ne la comprends pas et je ne vois pas son intérêt. Ma réponse est évidente et si vous voulez me faire dire que la liberté ne règne pas en pays islamiste, je vous le dis bien volontiers…
                  Mais la liberté seule ne compte pas, c’est l’histoire du renard libéral dans le poulailler étatique. Je l’ai déjà dit : la justice sociale a besoin de ses 3 pieds républicains : égalité, liberté, fraternité.

                  D’ailleurs, je trouve que ce fil de commentaires manque singulièrement de fraternité…

                  • Léon

                    C’est vrai, il manque de fraternité. Il ne l’exclut pas tout de même. J’avoue ne pas avoir senti cet appel dans un fil de discussion qui me semblait se situer ailleurs. Ne désespérez pas, ce n’est pas forcément quand on fait des mamours qu’on aime le plus…
                    Bonne nuit.

    • ranta

      C’est bien ça Léon. Quant à y voir une pertinence ou non je ne crois pas que cela ait franchement d’importance : l’important c’est que tout les sports font d’énormes efforts pour attirer les femmes, alors que parfois ils puissent être maladroit ou tout ce que tu veux certes, mais ils sont sincères. Certains sports, comme le hand, vont même jusqu’à sanctionner les équipes premières séniors en terme de points retirés et d’interdiction de promotion si il manque une équipe de gamines, ou de jeunes filles dans leurs tranches d’âge.

      je le dit et je le redis: les instances sportives sont à la pointe de l’égalité homme/femme.

      • COLRE

        « je le dit et je le redis: les instances sportives sont à la pointe de l’égalité homme/femme » 😆 😆 😆

        1ère Nuit du Sport Féminin le 9 décembre 2010 à Paris, inauguré par Chantal Jouanno, Ministre des sports.
        La ministre a rappelé l’incongruité à devoir encore parler du sport féminin comme d’une priorité alors que les femmes représentent la moitié de la population. Les choses ne vont pas d’elles-mêmes et c’est un problème qu’il faut absolument corriger. Elle a rappelé la solidarité du ministère pour toutes les actions qui sont ou seront menées pour lutter contre les «chapes de plomb» que rencontre encore la pratique féminine au sens large. »

        « Il est dramatique de constater que dans les fédérations, il y a onze présidentes femmes pour, je crois, 110 hommes. Cela veut dire que l’on fait moins bien qu’à l’Assemblée Nationale et dans les partis politiques.
        « On retrouve l’inégalité, que l’on connaît dans notre société, dans le monde du sport.
        Mme Louveau rappelle que nous sommes dans une société masculine, et que le problème de la médiatisation du sport féminin c’est que cela doit passer par un comportement glamour de la sportive pour que l’on pense à ce qu’il y ait une audience. Les sports médiatisés : patinage, gymnastiques. On ne voit pas de football, de rugby, de cyclisme. Pourquoi ? Cela ne se vend pas ? »

        Au niveau national :
        « en 2003, les femmes accèdent rarement aux responsabilités politiques : 5% des présidents de comités régionaux, départementaux et de fédérations, 13,7 % des membres de bureau, 3,5 % des présidents de fédérations, 3 % des directeurs techniques nationaux.

        La division sexuée mérite d’être soulignée : les hommes sont davantage présents aux plus hautes fonctions et les femmes aux postes d’adjoints !

        Quant au secteur technique, il est exclusivement masculin : l’animation (11% de conseillères techniques et sportives) , l’entraînement (9 % d’entraîneurs nationaux, 15% de femmes parmi les détenteurs de Brevets d’Etat du deuxième degré). »

        Pour l’athlétisme :
        « le Conseil athlétique européen, le gouvernement de l’athlé en Europe, compte aujourd’hui seulement deux femmes sur dix-huit membres. En France, le ratio est un peu meilleur puisque 13 femmes ont réussi à se glisser parmi les 37 membres du comité directeur de la FFA. Bref, la parité dans le milieu athlétique est encore au milieu du gué et c’est, sûrement, le revers de la médaille de ce qui se passe sur la piste… »

        Autre expérience en foot :
        « Si les femmes ont su s’imposer dans le monde du sport de solides préjugés demeurent : insultée, puis virée du club de football du Plessis-Robinson où elle s’entraînait, Nicole raconte : « En mai 98, les équipes féminines voulaient monter en Nationale, relate-t- elle. Le club s’y est opposé parce que cela coûtait trop cher, paraît-il. Tout l’argent revenait à l’équipe masculine qui évoluait pourtant 2 divisions en dessous de nous. Et nous avons toutes été renvoyées ». Une injustice qui s’ajoute à tant d’autres au quotidien : pas d’accès aux terrains, pas de vestiaires, pas d’argent… Le club viens d’ailleurs d’être condamné pour discrimination sexiste. »

        J’ai une expérience parfaitement identique en tennis

        • ranta

          Ah je vois… En clair les pratiquantes tu n’en a rien à foutre ! Non, toi ce que tu veux c’est les places de pouvoir…. Eh, tu sais qu’un poste de président ou présidente y’en a qu’un seul par fédé ? 😆 je comprends mieux maintenant 😆

          • COLRE

            Pfff… en effet, t’as « tout compris », tout lu… 😯 😯

            Je me demande pourquoi je me donne le mal de te chercher et te donner de longues infos ❗
            Tu ne lis RIEN, tu balances tes jugements creux et déconnectés, juste pour agresser et faire semblant d’avoir raison, sans le moindre argument…

            Allez basta, ça va comme ça. Moi, j’ai fini de perdre mon temps.

  • Léon

    Posons-nous alors la bonne question : « quelle campagne de pub, de promotion du sport féminin, sous quelle formes avec quelles images, faudrait-il faire pour qu’elle soit efficace et attire les filles ? ».
    Là on progressera.
    Quels arguments ? La santé ? Le plaisir ? la beauté ? L’éducation de la volonté ? du dépassement de soi ?

    • Lapa

      promotion pour pratiquer ou pour assister? ce ne sont pas les mêmes codes!

      pour la pratique: comme pour les hommes:
      santé, dépassement de soi: je pense que ce ne sont pas des notions inconnues de la population féminine non?

      pour assister: beauté (du geste et pas du cul), spectacle, intérêt du résultat. Comme pour les hommes en fait!

      dingue non?

  • Causette

    Putain elle est bonne! expression passée dans la langue courante maintes fois entendue dans les cours de récréation au bistrot à la plage au stade.

    Bonjour Colre

    Qu’une femme n’ait pas envie de plaire aux hommes, elle devient suspecte. Qui c’est cette bonne femme? une gouine, une frigide, une cinglée ou mieux une intégriste.

    L’éducation sexiste

    • COLRE

      Bonjour Causette,

      Aaaah, merci de passer par là… 🙂
      Oui, votre référence de 2004 n’a pas pris une ride… toujours désespérément actuelle, de A à Z… vos remarques aussi.

      J’avoue atteindre mes limites d’explication. Il y a un moment où l’on réalise que c’est mission impossible, le matraquage éducatif fut si fort et prégnant qu’il est impossible à l’âge adulte de s’en distancier et de voir la réalité telle qu’elle est.

  • Causette

    Allélou.aïe!
    Je signale la sortie ce nouveau magazine pour les femmes, La Femme Majestueuse 😯 . Quelle chance nous avons, nous les femmes, de profiter de toutes ces petites attentions venant de conseillers en habillement. Alors Colre heureuse :mrgreen: