Ben Laden, paria ou pacha ?

Lectures :2876

Après le récit de l’attaque de Ben Laden, comme si nous y étions et comme s’ils y étaient, les journalistes sont passés à la tranche de vie du patron d’Al Quaida, vraisemblablement en s’inspirant des mêmes dépêches nationales. En prenant presque au hasard l’article du Parisien de ce jour et celui du Sun, on se demande combien il y avait de Ben Laden car, à part la description extérieure de la demeure que tout le monde peut voir dans les médias, le Ben Laden du Sun et celui du Parisien ne se ressemblent pas. Le premier vit dans l’opulence, le second dans une presque misère. Même le nombre de femmes diffère,  deux femmes et trois enfants pour le premier, trois femmes et 13 enfants pour le second. Toutefois le premier précise que Ben Laden aurait été entouré de 9 femmes et de 23 enfants car deux familles cohabitaient avec la sienne.

Le Sun a peut-être envoyé un reporter sur place car il cite les verbatims des voisins.

Le Sun :

Pouvons nous récupérer notre balle Monsieur Ben Laden ?

Des voisins racontent que les enfants qui lançaient leur balle par dessus le haut mur du jardin de Ben Laden ne pouvaient jamais la récupérer. Le chef d’Al Qaida etait tellement effrayé à l’idée d’être aperçu, et sa luxueuse cachette découverte, qu’il avait chargé ses gardes du corps de payer les gamins pour les éloigner. Le tarif était de £2.50 pour les balles de cricket ou de tennis.

Daniel Alvi, 16 ans, se vante d’avoir pu tromper les gardes et escalader deux fois le mur haut de 18 pieds. (Témoignage douteux puisqu’il est établi qu’il y avait des caméras de surveillance et que le sommet du mur était planté de lames de rasoir. NDLR) Il n’empêche, le jeune Daniel regrette fort de ne pas avoir identifié Ben laden pour pouvoir le dénoncer et empocher 25 millions de dollars.

Pour sa part, le marchand de glaces confirme que les enfants qui avaient lancé leur balle par dessus le mur touchaient £2.50 pour décamper.

La cachette, une vaste maison de 3 étages et évaluée à un million de dollars, est loin de ressembler à ces grottes sombres dans lesquelles les fidèles pensaient que leur maître séjournait. Les fanatiques d’Al Qaeda enduraient leur difficile vie de terroriste avec ses contraintes, ses risques et son austérité en croyant que leur chef vivait dans des grottes des plus hautes montagnes innaccessibles d’Afghanistan dans des conditions  dignes de l’âge de pierre.

Le terrain avait été acquis par un prête-nom et la maison construite il y a environ 7 ans… Les voisins pensaient qu’elle était occupée par des contrebandiers ou des trafiquants de drogue.

L’épicier vendait des chips et du coca aux gardes du corps qui payaient avec des billets tout neufs de 100 roupies, ne s’attardaient pas à bavarder, laissaient tourner de moteur de leur voiture dans laquelle attendaient 3 ou 4 enfants.

Le Parisien :

La maison n’était pas luxueuse et le mobilier spartiate.

La famille vivait en autarcie grâce à une fermette d’une centaine de poules, de deux vaches et de lapins. Ils avaient aussi des chiens. Un paysan, le seul à être autorisé à pénétrer dans l’enceinte protégée, cultivait quelques légumes.

D’après sa jeune épouse de 29 ans, Ben Laden se portait bien malgré des problèmes aux reins qu’il soignait avec de la pastèque.

8 comments to Ben Laden, paria ou pacha ?

  • Léon

    Impossible de savoir si les histoire du Sun sont véridiques, mais ces tabloïds ont vraiment une manière à eux d’aborder n’importe quoi. Ici le coup des mômes avec leur ballons est assez marrant.

  • AGNNP

    Vain dieu! ils ont dégommé un vrai décroissant ! :mrgreen:

  • D. Furtif

    J’y crois pas
    .

    une centaine de poules, de deux vaches et de lapins. Ils avaient aussi des chiens

    .
    Y avait aussi des chinois! ❗

  • Le peripate

    J’ai déjà vu de ces maisons imposantes a la finition défaillante. C’est parfois voulu pour échapper aux taxes : alors on peut voir pendant des années dépasser les fers a béton d’ un étage inachevé. Ce genre de comportement est si général qu’il a conduit l’économiste Herve De Quendo a réévaluer a la hausse les revenus dans ces pays.

    Après savoir si c’est luxueux est une question d’appréciation.

    • Buster

      Bonjour Péripate,
      Pas besoin d’aller si loin, il me semble bien qu’en Grèce (au moins dans certaines îles comme à Rhodes) les proprios ne payent pas de taxes d’habitation tant que les maisons ne sont pas finies.
      Et comme ils construisent par planchers plats, étage par étage, il y a toujours des fers à béton en attente pour l’étage suivant. Résultat : Chantier permanent, no taxes.

      Cette approche iconoclaste et amusante de cet économiste débouche certainement sur une vision un peu plus réaliste que l’impression brute, vision extérieure d’une société.

      (Au passage comme je ne vous l’ai pas encore dit, je suis ravi de vous revoir par ici)

    • Léon

      Peripate, voyons, l’omni-spécialiste en technologies militaires vous a expliqué que c’étaient des antennes ! Des AN-TENNES !
      Des fers à béton ! Pfui, encore une victime des fascistes-bushistes-sionistes…

  • Je ne crois pas à tout ce qu’on raconte sur la construction Ben Laden. Il me semble que c’est un terme générique qui regroupe des choses pas très nettes.Une sorte de leurre pour manipuler les foules.

    Quelqu’un qui était à New-york le jour de l’annonce de sa mort me dit que les New-yorkais s’en fichaient, que contrairement à ce qui a été dit dans notre presse, ils n’ont ni manifesté ni poussé des cris de joie, menant leur vie comme à l’accoutumée.
    A ground Zero, il n’y avait aucun citoyen ordinaire mais beaucoup de flics et de journalistes….