Femme de chambre : un métier à risque

Lectures :8973

Dans son édition du 21 mai, le New York Times publie son enquête réalisée auprès de femmes de chambres -ou femmes de ménage- d’hôtel et de leur syndicat.

Les directions d’hôtel sont parfaitement averties des risques qu’encourt leur personnel féminin d’être harcelé sexuellement. En principe, ils les forment à prévenir et faire face à ces risques. Les méthodes varient. Certaines recommandent de travailler porte fermée pour éviter que le client ne revienne à l’improviste, d’autre, au contraire, recommandent de travailler porte ouverte pour dissuader le prédateur qui pourrait être vu par un autre client ou un membre du personnel. Un grand hôtel a affecté un gardien à la protection exclusive de son personnel.

Pratiquement toutes les femmes de chambre, ou femmes de ménage, peuvent témoigner du harcèlement de clients. D’aucuns profitent de ce qu’elles sont courbées à nettoyer la baignoire pour les embrasser, se coller contre elles ou leur mettre la main aux fesses. D’autres se font apporter un peignoir ou du linge et reçoivent la femme de chambre tout nu, parfois en érection allongés sur le lit. D’autres encore la reçoivent en peignoir quand, brusquement, le peignoir s’ouvre laissant voir leur nudité.

Le personnel masculin ne serait pas à l’abri de harcèlement. C’est plus rare que pour les femmes de chambre, mais ça arrive.

Le côté positif de l’affaire DSK est qu’elle délie les langues. Qui, auparavant, se serait préoccupé des risques d’agression sexuelle, de harcèlement sexuel et de la crainte au travail des femmes de chambre, du personnel domestique féminin et des femmes journalistes ?

Peut-être va-t-on, de par le monde, prendre le risque au sérieux et mener campagne contre ce que les hommes -et certaines femmes- dans leur écrasante majorité, appellent « drague »ou « séduction » et que les femmes appellent « harcèlement », « risque », « danger », « menace » ou « viol » ? Peut-on laisser les femmes travailler la peur au ventre ?

Avec la publicité faite par l’affaire DSK sur le fait que de trop nombreux hommes se considèrent comme des chasseurs de femmes et se comportent comme des prédateurs, on est en droit d’espérer que les travailleuses seront mieux protégées, toucheront une prime de risque, qu’elles seront encouragées à porter plainte et prises au sérieux. Le corollaire étant la sanction ferme des harceleurs et prédateurs sexuels.

La chasse aux femmes est un phénomène totalement indépendant de la possibilité de recours aux prostituées car elle inclut la notion de transgression et de suspense, riches en production d’adrénaline. Ce qui démontre, une fois de plus, que la prostitution ne protège pas les femmes des viols et du harcèlement sexuel.

DSK est, jusqu’à preuve du contraire, toujours présumé innocent. Mais, au delà de son cas, les témoignages sur le harcèlement sexuel sur le lieu de travail, par les femmes de chambre et les journalistes, en particulier, sont des réalités qu’il est urgent de prendre en compte et d’éradiquer.

-oOo-

Photo : Jeanne Moreau dans  « Le journal d’une femme de chambre » de Luis Bunuel ( 1964)

30 comments to Femme de chambre : un métier à risque

  • Léon,
    Vous avez bien choisi et illustré l’article qui n’est pas mauvais, à la relecture;-)))))))))

    Ce serait bien, si, profitant du buzz DSK, un contributeur de disons.fr, un homme, se lançait dans un article plus approfondi sur le harcèlement sexuel des femmes au travail….
    Y-a-t-il un volontaire dans la salle?

    • snoopy86

      Le harcèlement sexuel des femmes au travail ? permanent, et à tous les niveaux de la hiérarchie. Phénomène trés latin ..

      Encouragé par la version française du management par objectifs qui n’aboutit qu’à un caporalisme effréné :mrgreen:

      Toute au long de ma vie de patron j’ai du régler ce genre de problème …

      Mais, soyons honnête, j’ai aussi du résister à celles qui envisageaient sérieusement la promotion-canapé 😆

      Un vieil adage pour les jeunes qui nous lisent : « le bon renard chasse toujours loin de son terrier  » 😆

  • COLRE

    Alors là, excellente information, Aria, qui apporte une information CAPITALE à cet événement !

    Complètement d’accord avec toi : « Le côté positif de l’affaire DSK est qu’elle délie les langues ».

    J’ai pas mal réuni, de-ci delà, de références sur la question, qui montrent l’aspect réellement sidérant de cette affaire pour des tas de « bonnes âmes », comme on dit, qui étaient dans un déni de réalité quasi-absolu à l’égard du traitement discriminatoire fait aux femmes et qui semblent soudain découvrir la lune.

    Je pourrais en faire qques copiés-collés, et c’est en effet sidérant…
    Ainsi, une bonne formule a été prononcée sur le plateau de Taddéï, lundi dernier, par André Gunthert, chercheur à l’EHESS :

    « la presse n’est ni de droite, ni de gauche, elle est bourgeoise, libérale et misogyne, en un mot strauss-kahnienne, à un point que seul révèle l’unanimisme médiatique de ce matin. »

    … ou l’excellent papier de Schneidermann dans son blog de Rue89, à propos de l’émission de Pujadas :

    « Machisme ou connivence ? Qu’est-ce qui l’emporte, dans l’omerta française sur le cas DSK ?
    Ce que l’on vient de voir, toute cette semaine, y compris dans les lieux journalistiques où on ne l’aurait pas spécialement attendu (Marianne et Le Canard), c’est le spectacle accablant de la conjugaison des deux. »

    Édifiant…

    • Colre, si tu as déjà du matériel sur le harcèlement sexuel au taf, tu nous ponds un article???????

      Ave l’accord des chefs, bien entendu;-))))

  • COLRE

    Je viens de lire un article remarquable d’Agnès Maillard (Le Monolecte) « DSK : l’ivresse du pouvoir ».

    Tout est à lire, mais qques extraits pour planter le décor :

    « DSK, c’est un peu comme Séguéla, la sécrétion naturelle d’une société éminemment corrompue et entièrement vouée au culte du fric et du paraître. DSK, comme tous ses petits copains de la politique-Fouquet’s, il ne faut pas s’y tromper, c’est la quintessence de la pub Audi qui me fit tousser en mon temps :

    Il a l’argent, il a le pouvoir, il a une Porsche  Audi : il aura la femme

    Parce que franchement, à quoi ça sert d’être le maître du monde si tu ne peux pas faire strictement tout ce que tu veux ?
    … et vous pensez vraiment qu’il considère la boniche (1) de sa suite à 3 000 $ la nuit autrement que comme un dû, un service annexe, quelque chose entre la serviette de bain brodée et la collection de mignonnettes du minibar ?

    DSK n’est pas un séducteur. Ni un sex-addict. Ni un malade. Ni un con, d’ailleurs. C’est juste un homme puissant qui a intégré les codes de ses pairs, toujours les mêmes en vigueur depuis des temps immémoriaux : ce que tu veux, tu le prends. Ce n’est pas une histoire de sexe : c’est une histoire de domination sociale totale, de conscience de classe qui en placent certains au-dessus des lois et du sort du commun des mortels, de mépris de classe, aussi et surtout. C’est toujours la même vision féodale du monde, un monde d’inégalités, de brutalités, de domination où le prédateur en haut de la chaîne alimentaire a le droit de se servir : droit de vie et de mort, droit de cuissage, droit d’être au-dessus du droit ! »


    (1) Les boniches.

    « À 7 ans, elle gardait les oies. A 10 ans, elle gardait les vaches. A 14 ans, elle faisait les ménages chez les autres. A 21 ans, elle partait faire boniche à la capitale.
    Il s’agit de ma grand-mère, bien sûr.

    Aujourd’hui, elle a 95 ans et après 58 ans de labeur, elle a le droit à à peine plus que le minimum vieillesse. »

    • D. Furtif

      Bonjour Colre . C’est comme ça, c’est Monolecte.À chaque fois elle me colle au mur. On lui a demandé de venir chez nous. Elle n’a pas voulu.
      Surement notre faute, surtout la mienne.
      C’est tant pis pour nous.

      • COLRE

        Bonjour Furtif. Oui, moi pareil.
        J’aime ce qu’elle dit et comment elle le dit.
        Elle a un très beau style – c’est ce que l’on voit en premier – mais sans le fond, la forme n’est rien…
        Ce n’est pas grave qu’elle ne vienne pas sur Disons (on sait où la trouver), elle doit avoir ses raisons.
        (Evidemment, si tu lui as montré ta collection de bars chinois, on la comprend…)

  • Léon

    Bonjour Colre. C’est en tout cas, effectivement l’impression que cela donne. L’ivresse du pouvoir. Mais pour qui se prennent-ils ?
    J’ai toujours bien aimé cette tradition romaine antique, lors des « triomphes » des généraux, cet esclave qui sur le char tenait la couronne de lauriers et qui était chargé de lui dire  » Souviens-toi que tu es mortel ».

  • Buster

    Séducteur ?

    Sûrement qu’il l’était, mais pas avec les femmes, du moins pas s’il estimait pouvoir arriver à tirer 1 coup sans avoir à se forcer au jeu de la séduction.
    Impressionner, surprendre, forcer, obliger, cela va beaucoup plus vite. Le ratio énergie-temps/efficacité est infiniment meilleur.

    Séducteur avec tous les autres, hommes ou femmes, tous ceux qui pouvaient lui servir pour son plan de carrière présidentielle.
    Là oui, sûrement capable de beaucoup de charme, de persuasion, de séduction.

    Ne disait-il pas dernièrement à ses soutiens : « Faites attention de ne rien faire, de ne rien dire qui puisse me nuire » 😯

  • snoopy86

    Quand on a l’argent, la porsche ( le pouvoir est accessoire ) et qu’on n’est pas Quasimodo, il est vrai qu’on a la femme …

    Expliquez moi au nom de quoi on devrait s’abstenir :mrgreen:

  • Léon

    Par pitié, arrêtez ça SVP, Snoopy ! J’espère pour vous que vous êtes encore capable de faire la différence entre de la drague, de la séduction et un viol.

    • snoopy86

      Je répondais simplement à Colre

      Que vous le vouliez ou non, c’est une évidence et je parle d’expérience, la drague est plus facile quand on a l’argent et la porsche et cela n’a rien à voir avec le viol .

      Je dirais même qu’il est parfois difficile de résister aux sollicitations, les femmes draguent aussi, c’est bien ainsi et je ne prétends pas juger de leurs motivations.

      Sur DSK j’attendrai que les faits soient établis …

      • Léon

        Oui Snoopy, mais alors faut voir ce qu’on drague… Condoléances.
        Tout le monde attend que ces faits-là soient établis. Mais, apparemment on a bien des témoignages multiples et concordants sur d’autres faits de même nature. On verra évidemment, mais personnellement, mon opinion est faite.

  • SANDRO

    Bonsoir,
    Heu…
    Je voudrais pas faire mon interessant, mais pendant 12 ans, dans les années 90/2002-2003, j’ai écumé, obligations professionelles exigent, beaucoup de Palaces du monde. Présent à Paris 3 mois sur 12.

    Non seulement je n’ai jamais eu envie de faire le con avec une femme de chambre, de service, ou je ne sais quoi, mais en plus, il aurait fallu étre passablement esseulé. J’ai plutôt le souvenir de femmes banales, tristes et souvent moches, avec des odeurs de transpirations dissuasives. Bref, la physiologie venant au secours de la morale et du droit, au cas où ils seraient défaillants.
    C’est différent pour les filles du Desk et de la reception, ou les serveuses de restaurant, souvent plus attirantes, mais inaccesibles par consigne.
    Non, je pense que l’affaire est plus simple. Il est malade, ou a voulu faire un suicide symbolique.

    • snoopy86

      Pas mieux Sandro, même expérience, et si on est vraiment tourmenté on trouve toujours des concierges avec carnet d’adresses…

      Juste quelques souvenirs de jeunes femmes à l’accueil de compagnies de location de voiture qui n’étaient pas farouches. AVIS avait une spécialité de beurettes qui arrachent le goudron 😆

  • Léon

    Vous devriez donner plus de détails Snoopy : un tel tombeur !… 😯

    • snoopy86

      Je ne me suis jamais pris pour un tombeur mais comme Sandro j’ai beaucoup voyagé et pas dans les Formule 1. Et j’ai vécu des moments de « grande solitude » qu’il m’a fallu combler …

      Je vous garantis qu’un bon concierge d’hôtel haut de gamme vous fournit du « sur mesure ». Ils ^vous offrent un grand choix « d’oreillers et de traversins » 😆

      • snoopy86

        Et pour les hôtesses, dussé-je décevoir Colre et apparemment vous aussi, il y a peu de filles qui résistent à l’offre d’une soirée qui représente à peu prés quinze jours de leur salaire …

        Est-ce criminel de leur proposer ?

        • Léon

          Si c’est une question, Snoopy, à défaut d’ être criminel (pas encore en tous cas, mais ça peut le devenir), personnellement je trouve cela très répugnant. L’alibi de la provocation est souvent…un alibi.

  • COLRE

    Cela ne sert à rien de discuter quand les réactions sont aussi basses.
    Ce sera sans moi.

    V’là que les boniches sont « tristes, banales et moches », et qu’on n’a pas envie des les sauter. C’est sûr, il n’y a que les canons qui se font agresser et violer, c’est bien connu.

    V’là qu’en plus elles « sollicitent »… alors c’est dur de « résister » mon bon monsieur…
    V’là que ces messieurs appellent ça de la « drague »… ben voyons.

    Ils n’ont pas dû lire l’article d’Aria et le rapport auquel elle se réfère, sinon d’un derrière distrait.
    C’est sûr que les Institutions de Sécurité des hôtels, payés grassement à ne rien faire, ont catégorisé pour passer le temps les multiples pratiques des clients qui se croient autorisés à user des femmes de chambre selon leur bon plaisir, ces vieux débris esseulés : elles ne demandent que ça, elles « sollicitent » bien sûr, ou cherchent à monter en grade, ou c’est des salopes qui aiment ça, ou des garces qui font chanter…
    Bien sûr.

    C’est vrai, dans le fond, quand on voit ce genre de réaction, on se dit que DSK avait sa chance aux élections après tout.
    Moi, je ne crois pas. Il se serait fait ratatiner aux primaires, à condition même qu’il ait osé y aller (mais « les cons ça ose tout, etc »).
    C’est une créature des sondages et des grands groupes de presse.
    Mais il a eu ce qu’il méritait.
    Amen.

  • Léon

    C’est vrai, COLRE qu’on a là un beau florilège, un de ceux qui font parfois honte d’être un mec. Mais souvent, même des gens instruits et éduqués ne se rendent pas compte…

  • Chacun, chacune est libre de proposer comme chacun, chacune DOIT être libre de disposer.

    Des féministes ont beaucoup travaillé sur le CONSENTEMENT, ce que les hommes ont, dans leur majorité, beaucoup de difficulté à comprendre parce qu’ils ne l’acceptent pas.

    Paroles de mecs
    La salope, elle ne pense qu’à ça
    une femme qui rit dit oui
    La salope, t’as vu comme elle me provoque

    Parodie des drageurs par les inconnus
    http://www.dailymotion.com/video/xt952_les-inconnus-les-branleurs_fun

    Bigard : le lâcher de salopes
    http://www.dailymotion.com/video/xldqm_bigard-le-lacher-de-salopes_fun

  • Léon,

    J’estime qu’il n’y a pas honte d’avoir honte d’être un mec pas plus qu’il n’y a pas honte d’avoir honte d’être une femme. Au contraire, je pense que c’est sain car ça fait sortir de l’essentialisme et fait appel au discernement.
    Il y a du pire et du meilleur dans tout.

    Plutôt que de parler de « honte » je préfère dire que « je ne me reconnais pas dans… »

    Perso, j’admets, malgré mes convictions féministes, que certaines femmes sont de véritables salopes (« salopes » =méchantes et non pas « putes ». Vocabulaire à revoir!) et je ne les fréquenterais pour rien au monde.
    En ce moment, Anne Sinclair ne fait pas honneur aux femmes, par ex.

  • D. Furtif

    J’ai bientôt 64 ans il en a 62.
    Au fond du fond , bien caché , je me pose une ou deux questions.
    Je ne suis pas le seul
    Ce n’est pas parce que je suis un anti complotiste affirmé que je ne dois pas être suspicieux

  • Léon

    Cela ne tient pas debout une seconde, Furtif, puisqu’il était quasiment certain qu’il allait se présenter aux élections présidentielles françaises et qu’il allait quitter son poste dans un mois. Monter une telle histoire était totalement inutile.

    • D. Furtif

      Alors avant d’aller me coucher deux questions

      Comment peut-on être aussi con?
      Où comment peut-on être autant malade?

      Car il n’y a pas tentative de séduction, mais bien agression et violence, en un temps terriblement court.

      Cette histoire est tellement énorme.

      Bonne nuit , Dodo.

  • Causette

    Bonjour à tous,

    Femmes de chambres ou pas il n’y a que les femmes qui peuvent dire si des hommes sont violents, mais en France qui les écoute? Patron du fmi ou ouvrier à la chaine, journaliste ou commerçant, en France les violeurs profitent de l’amalgame et de la complicité de leurs « amis » pour passer entre les mailles du filet de la justice. Les flics ont beau faire leur boulot, devant le juge les avocats qui défendent les violeurs et abuseurs trouveront toujours quelque chose pour blâmer les victimes.

    Lorsque les victimes d’abus sexuel et de viol portent plainte, les ami(e)s du violeur font un tort considérable en affirmant, en jurant même, qu’il est incapable de faire une chose pareille, et le plus dangereux c’est qu’ils cherchent à tout prix à rentrer en contact avec la victime pour la faire changer d’avis et qu’elle ne porte pas plainte, sans se rendre compte, peut-être, que la plupart du temps ils sont manipulés par ce prédateur. En France, la plupart du temps, c’est la victime du viol qui est soupçonnnée d’affabulations et le violeur, qu’il soit riche et puissant ou smicard, profite de la clémence du juge pour ce genre d’affaires et du non-lieu.

    Quelque part il est là il attend tranquillement, il observe attentivement, car son plaisir c’est de soumettre de casser sa prochaine victime. Il reste très prudent et s’est construit un cercle d’amis sur lesquels il sait qu’il pourra compter pour affirmer que lui il est clean en toute circonstance, qu’il ne ferait pas de mal à une mouche… au cas où… il y a quelque temps il a eu chaud une salope avait osé porter plainte et les flics très pointilleux avaient failli l’avoir, heureusement le juge avait été clément avec lui classant l’affaire dans un non-lieu trop pressé de retourner à ses affaires plus sérieuses sans aucun doute.

  • Léon

    Bonjour Causette, content de vous revoir parmi nous !

    • Causette

      Bonjour Léon, merci pour ce petit mot de bienvenue
      Avez-vous lu cet article?

      L’avocate féministe Gisèle Halimi estime que « le respect des femmes » doit « prévaloir sur l’amitié et l’esprit de clan », se disant de ce point de vue « déçue par la gauche ». Pour Gisèle Halimi, interrogée dans Le Parisien-Aujourd’hui en France, la jeune femme employée de l’Hôtel Sofitel de New York qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle « dit la vérité ». »Comment voulez-vous croire qu’une simple femme de ménage, noire, mère célibataire de surcroît, ne dise pas la vérité ? Quel serait son intérêt ? », ajoute-t-elle. Cette femme « a osé parler. Mais bientôt, on va fouiller dans sa vie privée (…). J’ai commencé à lire ici ou là des dénigrements. Mises en cause, ces femmes finissent par sombrer dans une dépression et regrettent d’avoir porté plainte », note l’avocate, en affirmant que « l’objectif est, bien sûr, de les contraindre au silence ».