Une évaluation de l’impérialisme arabo-musulman en France et en Europe

Lectures :18936

L‘impérialisme d’une société sur une autre revêt toujours deux aspects : l’un, économique, prend possession des biens, l’autre, culturel, s’empare des esprits.
L’Europe, après avoir été au cours du XIXe siècle un ensemble de puissances impérialistes, a subi à son tour, à la faveur de la 2e guerre mondiale, l’impérialisme des USA, avec le Gold exchange standard, le plan Marshall et Coca-cola d’un côté, Mickey Mouse, John Wayne et Elvis Presley de l’autre.

Nous assistons désormais à une nouvelle tentative d’impérialisme qui vient cette fois du monde arabo-musulman. Il est d’une part économique et s’appuie, pour les pays riches, sur l’argent du pétrole et les flux migratoires des populations pauvres, et d’autre part, culturel, avec pour support idéologique une religion, l’Islam. Celui-ci présente deux caractéristiques importantes du point de vue de ce qui nous occupe :  son hétérogénéité, mais aussi son holisme qui a pour objet de prétendre régler tous les aspects de la vie du musulman, y compris son activité économique. Il existerait donc une sorte d’économie islamique qui  ne se définit que par son obligation de compatibilité avec la charia (Shariah compliant). C’est le cas, notamment de la « finance islamique » qui obéirait à des principes différents de ceux qui régissent le capitalisme financier classique.

Dans les faits, l’économie des pays musulmans prend beaucoup de libertés vis à vis de la charia, les investisseurs arabes se moquant bien de morale islamique lorsqu’il s’agit de placer leurs pétrodollars. Aussi, comme l’indique Timur Kuran qui enseigne à Duke University, l’islamisme a échoué dans la suppression de l’intérêt, la réduction des inégalités , la moralisation des comportements économiques et il n’existe donc pas, selon lui, « d’économie islamique ». L’économie musulmane, c’est-à-dire l’ensemble les activités commerciales et financières de tous les pays musulmans, est une réalité mesurable, tandis que l’économie islamique correspond à un chantage idéologique qui n’a pratiquement pas de réalité pour les musulmans eux-mêmes, mais participe de cette conquête des esprits qui permet à l’économie musulmane de s’imposer dans le monde. Autrement dit l’impérialisme économique musulman est une réalité qui se nourrit du fantasme d’une économie islamique éthique.

Notre propos ici est de mettre en évidence la réalité de la prégnance du monde arabo-musulman sur notre territoire à travers son impérialisme économique qui, nous semble-t-il, est son principal objectif ; il avance lentement mais sûrement et masqué derrière les voiles et autres offensives bruyantes et gênantes pour les non musulmans, mais mineures au regard de la construction de l’Eurabia. Le djihad militaire a fait place à la guerre économique pour la conquête de l’Occident, objectif décrit dans le Coran sous le nom de « Hégire ».

« La doctrine de l’hégire doit être comprise comme une stratégie politique globale pour miner les cultures et les valeurs des pays non musulmans et les remplacer par les valeurs de l’islam et de la charia. C’est une immigration insidieuse qui a pour objectif la transformation des comportements, des coutumes et des lois des sociétés d’accueil en vue d’y établir un État islamique ». (Janet Levy, The American Thinker à propos de « Modern Day Trojan. The Islamic Doctrine of Immigration » par Solomon et Maqdisi.)

Fantasme ? On ne peut le savoir qu’en examinant la réalité de l’impérialisme arabo-musulman. Et il se mesure aux contrôles qu’il est capable d’exercer.

Or il est d’abord en situation de contrôler une partie des ressources énergétiques indispensables aux pays développés, ensuite, à l’aide de l’argent du pétrole, il a déjà pris possession d’une partie des biens occidentaux et enfin il soutient activement le développement de l’islam y compris dans sa forme la plus radicale.
-oOo-

Le contrôle des prix et de l’approvisionnement du Gaz et du pétrole.

L’OPEP

Cette organisation créée en 1960, dans le but de fonctionner comme un cartel compte actuellement 12 pays : Algérie, Angola, Libye, Nigeria, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis, Irak, Iran, Koweït, Qatar, Equateur et Venezuela.
À l’exception de l’Angola, du Nigeria (qui comporte de puissants courants islamistes) de l’Equateur et du Venezuela, il s’agit de pays musulmans, avec une particularité pour l’Iran chiite, perse et non arabe. Actuellement les pays de l’OPEP réalisent environ 40 % de la production mondiale de gaz et de pétrole.
Si l’on retire de l’OPEP les pays non musulmans, mais qu’on y ajoute un certain nombre de pays musulmans producteurs plus modestes qui n’en font pas partie, comme le Brunei, Bahreïn, le Yémen, le Pakistan et également des pays à forte majorité musulmane de l’ex-URSS comme l’Ouzbékistan ou le Tadjikistan, on se trouve à nouveau devant une proportion d’exportations de pétrole un peu inférieure à celle de l’OPEP, mais qui valide l’idée que, en gros, à la Russie, aux pays de la mer du Nord et au Venezuela près, les approvisionnements européens en pétrole et en gaz naturel dépendent en très grande partie de pays musulmans.

En France, depuis 1999, les importations de pétrole brut fluctuent entre 80 et 86 millions de tonnes pour s’afficher à 83 millions de tonnes en 2008. Ce pétrole provient essentiellement de quatre zones géographiques : l’Afrique (29%), les pays de l’ex-URSS (29%), le Moyen-Orient (22%) et la Mer du Nord (20%). En revanche, pour le gaz naturel, en 2008, la France a importé 40 Mtep provenant principalement de la Norvège (28 %), des Pays-Bas (16 %), de l’Algérie (14 %) et de la Russie (13 %). La facture énergétique totale de la France est passée à plus de 45 milliards d’euros à la fin des années 2000.

Compte tenu de la répartition de ses approvisionnements, de son électricité d’origine nucléaire et hydraulique, la France fait partie des pays développés non producteurs de pétrole les moins dépendants de celui venant du Moyen-Orient.

Le cas particulier de l’Arabie Saoudite

Pour comprendre l’impérialisme économique et culturel du monde arabo-musulman il faut pointer son regard vers l’Arabie Saoudite, c’est là que se joue en grande partie le prix auquel la France achète son pétrole.
Dans le passé, l’OPEP a fermé les robinets en  organisant, en 1973, un embargo envers les pays occidentaux qui avaient soutenu Israël au cours de la guerre des six jours. Une autre fois, en 1979, c’est l’effondrement de la production de pétrole en Iran à la suite de la révolution islamique qui a créé un deuxième choc pétrolier.
Au sein de l’OPEP, seule l’Arabie Saoudite a la capacité d’augmenter brutalement sa production, les autres pays du cartel étant en permanence à la limite de leur capacité de production.
L’Arabie Saoudite qui est le pays d’origine et de référence de l’Islam où se tient le pèlerinage à la Mecque, la terre du Wahhabisme, l’une des formes les plus radicales et rétrogrades de l’islam, détient de fait une partie importante du pouvoir de décider des cours du pétrole. Car si l’OPEP représente 78 % des réserves de pétrole mondiales  prouvées, 30% sont détenues par la seule Arabie Saoudite…
L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) devrait tirer de ses exportations des revenus de 1000 milliards de dollars, dont près de 30 % pour la seule Arabie saoudite, cette année, si le baril se maintient à plus de cent dollars.
Ces sommes colossales gagnées grâce au pétrole, ne pouvant pas être investies sur place dans leur totalité, constituent l’essentiel de fonds souverains et de fonds privés qui suscitent des convoitises et ne demandent qu’à faire l’objet d’investissements productifs. Non seulement cet argent représente une arme économique mais il pèse dans les choix diplomatiques du monde entier et dans le financement de l’expansion de l’Islam, y compris dans sa forme la plus radicale.

Une influence en baisse à long terme mais réelle à moyen et court terme

L »influence directe de l’OPEP sur les cours du pétrole a reculé depuis les années 80 à cause de l’arrivée de concurrents au cartel, comme l’ex-URSS ou les pays de la mer du Nord et par l’influence des marchés à terme comme le NYMEX de New-York et le ICE d’Atlanta. Il y a toutefois un rapport entre les cours tels qu’ils s’établissent sur ces marchés spéculatifs et les décisions prise par l’OPEP, lesquelles ne sont plus qu’un élément de détermination des cours parmi quelques autres.
Quoique son rôle diminue, le monde arabo-musulman, en particulier dans  ses deux composantes socioreligieuses les plus fondamentalistes (en Arabie Saoudite et en Iran), est toujours en mesure d’influencer profondément les cours du gaz et du pétrole en Occident.  Ce rôle pourrait encore diminuer dans l’avenir, à moins que les pays producteurs de pétrole non-OPEP rejoignent l’organisation, ce qui est tout à fait envisageable au regard du rapprochement des pays comme le Venezuela dans le soutien de la cause palestinienne et l’admiration des musulmans pour Chavez.
L’OPEP doit faire face à deux problèmes importants: le respect par tous ses membres de la stratégie de cartel qui suppose le non-dépassement de son quota de production, ce qui n’est pas le cas actuellement. Deux stratégies économiques, en effet s’y opposent, l’une orientée vers le long terme et l’autre vers des revenus maximum immédiats.
L’autre problème est la difficulté à faire entrer dans le cartel les pays producteurs non-OPEP qui le concurrencent fortement et compromettent sa stratégie monopolistique.

Face à un avenir incertain,  la plupart des pays exportateurs de pétrole du Moyen-Orient prennent les devants à travers des reconversions et des investissements dans d’autres activités.

-oOo-

Les investissements des fonds souverains et des fonds privés

Les investisseurs

Il n’est pas facile de s’y retrouver au milieu de ces investissements publics et privés d’autant que leur origine est parfois dissimulée et que, souvent, les fonds privés appartiennent aux mêmes personnes qui ont en charge les investissements des fonds souverains.
Toutefois, selon la BCE, les fonds souverains du Golfe ont investi en 2007 dans l’UE près de 100 milliards de dollars principalement dans des institutions financières, mais aussi dans EADS, Sony, Total ou dans l’immobilier.
Officiellement, les fonds souverains du Golfe, qui se situent parmi les dix premiers mondiaux, misent sur l’industrie avec de colossales capacités d’investissement : Abu Dhabi Investment Authority, 470 milliards de dollars (333 milliards d’euros) ; Saudi Arabia Monetary Authority, 390 milliards de dollars ; Kuwait Investment Authority,  250 milliards de dollars, Qatar Investment Authority, 60 milliards de dollars. Les sommes investies en Europe sont donc encore relativement modestes par rapport aux moyens dont ils disposent, mais en croissance forte sur les dix dernières années. Les investissements des Pays du Golfe dans le domaine industriel ont connu une progression moyenne de 35 % par an en Europe depuis 2003. Depuis 2007, la progression est de 41 % en Europe, contre 19 % vers l’ensemble du monde. La France est, après le Royaume-Uni le deuxième pays de destination des investissements industriels des pays du Golfe.
En dehors de l’industrie, certains secteurs, en France, ont été dans un premier temps particulièrement visés, ceux qui correspondaient un peu à la consommation personnelle des milliardaires, comme les palaces, les industrie du luxe et les courses de chevaux. En voici quelques exemples.


Hôtellerie, immobilier

Sont détenus par le sultanat de Bruneï ( Brunei investment autorithy)  : Le Meurice, le Plaza Athénée pour la France mais  aussi le Dorchester à Londres, le Beverly Hills Hotel à Los Angeles et Le Principe de Savoia à Milan.).
Le Quatar  (Qatari Diar, société détenue à 100% par Qatar Investment Authority) n’est pas en reste avec le Centre de conférences internationales de l’avenue Kleber, l’ancien Majestic devenu le Peninsula Paris Hôtel (revendu partiellement en 2009 à des Chinois ), le Royal Monceau et, à Cannes les Majestic et Grey d’Albion.
Ajoutons que le Crillon, le Ritz, le Raphaël, l’Hôtel du Louvre sont également aux mains d’investisseurs du Golfe ou en passe de le devenir.

S’il est peu probable que ces palaces, qui reçoivent une clientèle très internationale, deviennent « islamiquement corrects » dans l’immédiat, il faut signaler que ceux du holding émirati Midein qui sont en cours de réalisation aux Émirats Arabes Unis, en Arabie Saoudite, au Qatar, à Oman, en Égypte et au Maroc ont prévu des espaces dédiés aux femmes et d’autres strictement réservés aux hommes, comme les salles de sports, saunas, spas et piscines privées. Il n y aura bien évidement pas de casinos ni de boites de nuit et encore moins de l’alcool.

Midein, qui prévoit au total la construction de 30 hôtels islamiques dans le monde arabe, notamment au Maroc, a appuyé sa décision sur la base de chiffres révélant que près de 40 millions de touristes musulmans dépensent environ 145 milliards de dollars par an… mais qui, jusque-là, semblaient s’accommoder d’établissements plus classiques.

L’hôtel particulier Lambert

Le frère de Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, émir du Qatar, a acquis en 2007 pour un prix estimé par les médias français entre 60 et 80 millions d’euros le prestigieux hôtel particulier Lambert, construit par Louis le Vau et décoré par Charles le Brun, à la pointe de l’Ile Saint Louis et entend y mener d’importants travaux qui ont suscité la colère des résidents de l’île, de l’association Paris Historique et même de Michèle Morgan qui y a habité : « Il ne s’agit pas d’empêcher cette restauration, mais de remettre les choses dans le cadre d’une procédure claire, rigoureuse », a déclaré Me Michel Huet, représentant de Paris Historique. Or qui défend le propriétaire ? Le ministère de la culture en la personne de  Jean Barthélémy qui estime que cette rénovation très coûteuse doit au contraire être vue comme une opportunité. « C’est une chance inouïe pour notre pays d’avoir une belle restauration de ce qui mérite d’être restauré dans cet hôtel », a-t-il  déclaré !

Luxe

La maison de couture Christian Lacroix, en redressement judiciaire, intéresserait des membres de la famille du  cheikh au pouvoir de l’émirat d’Ajman qui semble vouloir s’associer avec deux autres repreneurs éventuels : la Financière-Saint Germain (Havilland, Daum, Lalique) et celle de Bernard Krief Consulting » (BKC), présidée par Louis Petiet, également repreneur de Heuliez avec des capitaux arabes.
Pourtant, la mode féminine, comme le maquillage, ne sont pas conformes à la charia. Par exemple, selon l’avocat Chems-Eddine Hafiz, un investissement du Al Dar Islamic Fund pour le groupe de cosmétiques L’Oréal a été jugé non conforme par les « sages » du Shariah Board qui ont rappelé que la loi islamique interdit aux femmes d’utiliser des produits de beauté devant des étrangers, alors que d’autres experts considèrent qu’un tel investissement n’est pas interdit puisque les femmes peuvent se maquiller ou se parfumer, même si c’est uniquement chez elles. ( Les Shariah Boards sont ces groupes de « savants » chargés auprès des institutions financières musulmanes de juger de leur comportement « islamiquement correct, Shariah compliant ». )

Le sport et les  paris sportifs

Depuis 2008, et au moins jusqu’en 2022, le Qatar sponsorise des courses sur l’hippodrome de Longchamp, avec en 2008 le programme qui aura été le mieux doté d’Europe, un total d’allocations de plus de 6,7 millions d’euros dont les deux tiers attribués à la course la plus prestigieuse, le Prix de l’arc de triomphe disputé la premier dimanche d’octobre, rebaptisé pour l’occasion Qatar Prix de l’Arc de Triomphe.
Les chevaux sont certes des animaux formidables et le prophète Mahomet participait à des courses hippiques et des courses de chameaux. Cette tradition perdure dans les pays musulmans dont le pur-sang arabe reste un des symboles, mais brasser des sommes considérables pour organiser et financer des courses hippiques immanquablement adossées à tout un système de paris, cela est-il éthique et Shariah compliant ?
Selon un texte publié sur muslimfr.com, Islam et jeux de hasard, par Mouhamoud Patel, « il y a unanimité entre les savants musulmans pour considérer l’ensemble des formes de jeux de hasard (avec mise) …comme étant strictement interdites »[…] « … en jouant, on contribue à accentuer un peu plus le déséquilibre économique au sein de la société. L’argent de la majorité se retrouve ainsi monopolisé entre les mains d’une minorité, chose contre laquelle l’Islam a toujours lutté. »
Pourtant, il suffit de se rendre auprès des guichets de paris des champs de courses ou des centres de PMU pour observer que cette interdiction est très peu observée en France par les musulmans. Quant aux propriétaires équins du Golfe et du Maghreb, ceux d’Égypte et du Soudan, on se demande comment ils  ont rendu compatible un sport respectable avec la pratique du jeu de hasard et comment ils gèrent les sommes énormes engendrées par les paris hippiques. A l’évidence personne n’a estimé devoir faire appel ici à des Shariah boards!
La même question se pose évidemment avec les paris sportifs, sachant que par exemple que le PSG vient d’être racheté à 70%n ce mois de  juin 2011 par le Qatar alors qu’en France il existe un loto sportif sur les compétitions de football.

Autre information, Al Jazeera, télévision officielle du Qatar, a exprimé son intérêt pour Orange sport et l’exclusivité de la diffusion de matchs de football du championnat français. Le rachat du PSG et éventuellement d’Orange sport s’expliqueraient par l’intention d’Al Jazeera de lancer une chaîne de télévision française, le sport en étant son support principal pour envahir « l’espace de cerveau disponible » des Français, selon l’expression de P. Le Lay.

L’étrange complaisance française vis à vis des capitaux arabes

Le cas de l’immobilier fait bien apparaître une étrange soumission des autorités françaises aux capitaux arabes

Le monde arabo-musulman a depuis longtemps acquis des terrains et des immeubles en France, en particulier à Paris et sur la côte d’Azur. Pourtant le tourisme est un secteur loin d’être négligeable en termes d’emplois et en termes de balance commerciale.  La France est régulièrement la première destination touristique du monde et on peut s’étonner que les autorités françaises ne se préoccupent pas de conserver dans le patrimoine national ces fleurons  de l’industrie hôtelière.

Pire même, nos dirigeants encouragent la liquidation de notre patrimoine. On apprend ainsi avec effarement que Thierry Dissaux, interlocuteur privilégié et unique de Bercy sur les questions relatives à la finance islamique a préfacé un premier livre blanc « Finance islamique et immobilier en France, Comprendre pour agir », qui est le résultat d’une réflexion engagée par le bureau Parisien de Norton Rose LLP et DTZ Asset Management avec différents représentants d’entreprises, de sociétés de conseil, d’organismes publics et de responsables religieux. L’objectif de la réflexion était de comprendre l’état du marché français de la finance islamique appliquée à l’immobilier et d’agir, selon dix propositions concrètes, afin de favoriser son développement.

Les raisons de cette complaisance sont nombreuses

La France est considérée par les pays arabes comme une alliée naturelle, quitte a à jouer sur son inguérissable  culpabilité postcoloniale, surtout au sein de la gauche.

Dans son livre Eurabia, Bat Yeor a recensé tous les faits marquants  et les étapes de cette « amitié ». Le discours de Gaulle en 1967, notamment,  après la guerre des 6 jours (visible en intégralité sur youtube) contient tous les arguments de la politique française actuelle vis-à-vis des arabo-musulmans. Depuis 1967, cette amitié presque « de principe » s’est renforcée, de gré ou de force, avec quelques attentats dramatiques, la montée en puissance de l’intégrisme musulman et de la bonne odeur des pétrodollars.

Il y a incontestablement une tradition d’amitié franco – arabe aux origines très géopolitiques qui remonte sans doute à son ancienne implantation coloniale, ses anciens protectorats. Ses zones d’influence sont concrétisées par la francophonie et l’implantation de nombreuses écoles françaises, et en particulier catholiques en Palestine où est toujours formée la bourgeoisie de la région. Au total, une cinquantaine d’établissements quadrillent la Terre Sainte, comptant jusqu’à 65 000 élèves et 1 700 professeurs.  » La foi a commencé dans ce pays et aujourd’hui, sans nos écoles, la présence chrétienne serait réduite à néant. Les musulmans le savent et admettent que la survie de l’identité palestinienne passe par sa diversité religieuse « , explique le Père Majdi Al-Siryani, directeur de l’enseignement catholique » (source Henri Tincq, Le Monde 7 avril 2007).

Il y a ainsi une alliance objective de la France catholique avec les Arabes, qui joue les Palestiniens avec le soutien des nations musulmanes, contre les Israéliens et les églises chrétiennes d’Orient comme les Coptes et les Orthodoxes, pour garder la main mise sur la Terre Sainte. Le bras diplomatique du Vatican, l’Ordre de Malte qui dissimule sa véritable mission derrière ses œuvres hospitalières, affiche clairement sur son site officiel l’importance de sa mission diplomatique en Méditerranée. «  La Terre Sainte avec les pays de la Méditerranée Orientale, le Liban, la Jordanie, la Syrie et l’Irak, sont considérés comme le berceau de la Chrétienté. Aujourd’hui, dans ces pays, ou les besoins humains sont considérables, les Chrétiens sont de plus en plus minoritaires et doivent souvent mener une bataille quotidienne pour défendre leur foi, et surtout leur propre survie. Leur futur dépend d’un climat qui est favorable à la coexistence de toutes les communautés ainsi que du respect mutuel ».

Le calcul est productif car si les entreprises de l’Ordre de Malte sont épargnées, comme l’Hôpital Saint Jean de Dieu à Bethléem qui accouche 70% des femmes palestiniennes, les chrétiens qui ne reconnaissent pas l’autorité du Vatican sont abandonnés en pâture aux fanatiques musulmans d’Égypte et d’Irak au profit du  contrôle des lieux Saints de Jérusalem sur lesquels repose son édifice religieux.

Le symbole le plus visible de l’amitié franco-arabe est l’amitié personnelle du président Sarkozy avec l’émir du Qatar qui incarne en affaires, à travers Qatar Dia le fer de lance des investissements arabo musulmans en Europe.

Ainsi, à travers de nombreux fonds publics et privés, une myriade d’associations et de groupements divers, les pays arabes prennent-ils possession petit à petit d’une partie du patrimoine économique européen. Mais ceci ne serait rien et, à la limite ne présenterait pas de danger particulier, si cet impérialisme ne s’accompagnait d’un impérialisme culturel : la volonté de conquérir les esprits en diffusant  l’islam et ses enseignements en lieu et place de la philosophie des Lumières et des principes démocratiques.
-oOo-

Le contrôle des esprits,  l’impérialisme culturel et religieux de l’islam

Le financement du salafisme

Plusieurs pays musulmans financent l’expansion de l’islam dans le monde et notamment en Europe, mais  celui qui incontestablement y consacre le plus de fonds et d’énergie, l’Arabie Saoudite, cherche à en diffuser la forme la plus rétrograde et la plus totalitaire : le salafisme. Son intervention revêt des formes multiples, avec pour visée première la prise de contrôle des populations immigrées de culture musulmane d’Europe dans son courant le plus radical avec, à terme, l’espoir qu’il y prenne le pouvoir.

On estime qu’entre le premier choc pétrolier et 1999, l’Arabie Saoudite au sens large – Etat, organisations officielles ou officieuses, donateurs privés – aurait dépensé dans le monde plus de 35 milliards de dollars pour la construction de mosquées, centres culturels, associations islamiques ou autres « ONG d’Allah ». Sans oublier le financement direct d’Al Quaïda et des Talibans. (L’Iran n’est pas en reste, avec le financement du Hezbollah). L’Arabie Saoudite est ainsi le tout premier mécène des mouvements islamistes. Cela a commencé en 1978 par l’inauguration de l’Association culturelle islamique de Genève créée pour diffuser le Coran et promouvoir la culture musulmane en Europe. Depuis elle a fait énormément de petits…

La description des outils de cet impérialisme cultuel/culturel est trop longue pour figurer dans cet article. On trouvera ici, (avec toutefois un certain nombre de réserves concernant l’auteur de l’article au parcours politique assez bizarre), pour l’Arabie Saoudite, le détail de cette nébuleuse impressionnante de banques, associations caritatives et fondations diverses qui déversent ainsi des flots ininterrompus de pétrodollars pour la diffusion du salafisme dans le monde, surtout en Europe, et on consultera notamment le paragraphe consacré à la France.
Il est intéressant de noter que malgré la présence d’une communauté musulmane importante, la France résiste mieux, pour l’instant, que des pays voisins comme la Belgique, largement gangrénée par le salafisme.
S’il nous a été impossible de vérifier, dans le détail la totalité de l’article une partie de ce qui y est développé est confirmé par d’autres sources  notamment celles du Centre de recherche sur le terrorisme.  Mais également ici, ici et ici. aussi nous le considérerons comme une source fiable, au moins dans les grandes lignes et sur le plan factuel.

La finance islamique

Elle est à l’honneur en France depuis que Christine Lagarde a annoncé publiquement son intention de la mettre en pratique dans notre économie avec le soutien des universités de Lille et Strasbourg qui ont déjà ouvert des cursus de financement islamique, et l’ouverture en novembre de celui de l’université Paris Dauphine. Elle a même invité le gouvernement et les banques à se mettre en accord avec les règles de financement islamique afin d’attirer les pétrodollars en France. La BNP, de son côté, annonce qu’elle a déjà intégré les pratiques de la finance islamique depuis une vingtaine d’années.
En octobre 2009 s’est tenue à Paris la 3ème Edition de The Islamic Finance Summit sous l’égide de l’association Europlace créée, en principe, pour contribuer au développement de la bourse de Paris. Celle-ci a déjà signé 3 MOU (Memorandum of understanding) avec les principales institutions de réglementation de la finance islamique.
De plus, le parlement vient de voter la validation du sukuk, version musulmane de nos obligations.

Outil spécifique de diffusion des valeurs musulmanes, la finance islamique bénéficie donc d’un engouement et d’un soutien incontestables de la part des pouvoirs publics. Soutien étonnant lorsque l’on examine un peu sérieusement ses soi-disant « avantages ».

Définissons-la brièvement : c’est une finance qui n’investirait que dans des activités compatibles avec la charia et les valeurs islamiques, (ce qui nécessite la présence au sein des institutions financières des Shariah boards, ces comités d’éthique islamique composés de « savants » en religion) qui ne pratiquerait pas l’usure (le taux d’intérêt), interdirait la titrisation plus d’une fois et serait donc plus transparente, moins risquée aussi puisque le débiteur qui ne pourrait rembourser ne se verrait pas dépouillé de ses biens et les prêts seraient nécessairement adossés à des éléments d’économie réelle.

Concernant ses activités Shariah compliant, notons que si l’on ne connaît pas de fonds musulman finançant de la fabrication d’alcool ou des élevages de porcs, en revanche les « savants » sont divisés sur certaines activités comme les produits de beauté et pour certaines autres, des accommodements semblent possibles;  on l’a vu pour les hôtels ou les jeux d’argent. Et d’une manière plus globale, si l’on sent une montée de revendications d’éthique dans le fonctionnement des banques (voir le rapport annuel de la FNBF, fédération nationale des banques françaises de 2008 en traite longuement), celles-ci ne passent donc nullement par la nécessité d’adopter les règles de la finance islamique.

L’absence de taux d’intérêt est une escroquerie pure et simple, une fiction : lorsqu’on vous prête de l’argent, comme ce prêt est censé toujours financer l’économie réelle, votre prêteur achète le bien que vous convoitez et vous le revend par mensualités avec un bénéfice, qui effectivement ne s’appelle pas « taux d’intérêt » mais cela revient exactement au même.

Concernant le fait que l’emprunteur ne serait pas forcé de rembourser la banque s’il n’en a pas les moyens ou s’il perd le bien pour lequel il a contracté un prêt (par exemple, il est prétendu que votre maison ne sera pas saisie si vous ne pouvez plus payer vos traites), lorsque l’on interroge précisément des spécialistes de la finance islamique comme Elyes Jouini la réponse est invariablement que les savants « étudieraient la question », que « chaque cas devrait être examiné en particulier ». Le moins que l’on puisse dire est que cette règle obscure a très peu de chances d’être appliquée.

Que cette finance soit plus sûre parce que adossée à l’économie réelle, en interdisant la titrisation au-delà d’une fois( titrisation  jugée responsable de la crise subprimes), est formellement contredit par les pertes subies par les pays arabes au cours de la crise financière entre 2008 et 2009. Les monarchies du golfe qui sont garantes à travers leurs institutions des règles de la finance islamique, ont perdu des milliards de dollars dans des placements qui n’avaient rien d’éthique, comme leur participation dans la Citibank. Les fonds souverains du Golfe avaient perdu 800 milliards de dollars entre fin 2008 et le premier trimestre 2009. (Source McKinsey Global Institute, Financial News). Et le montant des pertes n’est  qu’une estimation de l’ONU, car ces fonds souverains ne révèlent jamais le montant exact de leurs avoirs ni celui de leurs pertes, ce qui est, d’ailleurs , contradictoire avec l’assertion généralisée d’une véritable transparence de la finance islamique.

Personne n’est vraiment inquiet à long terme pour ces producteurs de pétrole compte tenu de la nouvelle envolée des prix du baril, mais cette crise a révélé que les avantages supposés de la finance islamique étaient parfaitement illusoires, aussi peut-on s’étonner et s’irriter de ce que nos gouvernants continuent à nous la vendre comme plus sûre parce que plus éthique par opposition aux finances non islamiques qui seraient responsables de la crise pour absence d’éthique…

En réalité tout cela cache une réalité bien plus triviale : l’adhésion à la finance islamique est le prix à payer pour que Paris supplante la City en tant que place boursière.

Tous les arguments sont bons pour attirer les capitaux arabo-musulmans.
La finance islamique permettrait  de répondre à la demande d’un marché de 5 millions de musulmans en France avec l’ouverture d’un nombre potentiel de 20 000 à 300 000 comptes bancaires .

Il s’agit bien sûr d’une estimation puisque les statistiques ethniques et confessionnelles sont interdites depuis 1872. Cette estimation (chiffres INED, CNUCED, OCDE et Wikipedia) qui monte à 6 millions pour une population totale de 64 M ferait de la communauté musulmane de France la plus importante parmi les pays d’origine chrétienne. Mais ils sont loin d’être tous potentiellement concernés par ces ouvertures de comptes dans des banques pratiquant la finance islamique. Si on en exclut toutes les personnes que leur pauvreté ou la charia rejette, comme les femmes ou les homosexuels, et compte tenu que selon le rapport Machelon, il n’y aurait pas plus de 1 200 000 musulmans vraiment pratiquants, il ne reste plus beaucoup de clients potentiels pour les banques Shariah compliant. Le marché de 5 à 6 millions de musulmans vivant en France est pure imagination.

Concrètement, les nouvelles dispositions gouvernementales concernent uniquement les banques d’investissement et non les banques de détail, celles qui intéresseraient la majorité des Musulmans de France. Il apparaît de toute évidence que le chiffre avancé de 5 millions de musulmans concernés par la finance islamique  est un grossier mensonge destiné à justifier l’introduction de Shariah boards, c’est-à-dire de comités de savants experts en religion, dans les banques et les institutions de notre République laïque.

Dans le même ordre d’idées on nous annonce que le développement de la finance islamique attirerait 113 milliards d’euros d’investissements étrangers. C’est une belle somme mais ce n’est qu’une estimation, et Elyes Jouini qui la donne ne précise pas que, pour atteindre cet objectif, il faudrait rivaliser avec Londres, le Maghreb, les Etats-Unis et tous les autres pays qui sont prêts à prier 5 fois par jour en direction de la Mecque afin que le Seigneur déverse sur leur tête la manne des pétrodollars.

Autrement dit, nos dirigeants nous contraignent à revoir nos lois et nos règlements, à passer sur nos us et coutumes, à oublier notre philosophie et entamer nos libertés pour nous sauver d’une crise dont ils prétendent, dans le même temps, que nous nous en sommes bien tirés et que, grâce à leur éthique, nos banques n’ont pas sombré. L’argument est d’autant plus infondé que la France attire toujours les capitaux étrangers puisqu’elle se situe en deuxième position, après les Etats-Unis pour les IDE (Investissements directs étrangers). Que signifie alors le chiffre avancé de 113 milliards d’euros qui serait généré grâce à l’introduction de la charia dans nos banques ? Les pays du Golfe semblent plus intéressés par des « investissements immobiliers plus que productifs », a reconnu Christine Lagarde, qui a cependant fait état d’une « prise de conscience » actuelle dans ces pays des « opportunités offertes par la France« . Bref, un chiffre qui semble hautement fantaisiste.

La première tentative française de fonds islamique, lancée en 2008 à la Réunion par une filiale de la Société Générale, s’est soldée par un échec : il a fermé en avril 2009, faute de dégager un rendement suffisant, après avoir collecté 15 millions d’euros de dépôts.

Malgré des rumeurs, il n’y a pas eu non plus pour l’instant d’annonce d’émission de « sukuk »ces obligations conformes à la finance islamique par une entreprise française, pas plus à l’étranger qu’en France.
Enfin,  l’absence de finance islamique n’a jusqu’ici jamais constitué un frein aux échanges des pays arabes avec l’Europe et l’Amérique, les échanges interarabes représentant moins de 9% de leurs échanges globaux, préférant selon leurs affinités politiques, les USA et la Grande Bretagne pour les pays du Moyen Orient, l’Europe pour les pays du Maghreb. Par ailleurs, quelques  1200 milliards de dollars de capitaux arabes sont entreposés au niveau des banques se trouvant à l’étranger.

Marqueur en forte croissance de l’impérialisme culturel musulman, le développement du marché halal

Le marché du Halal, ce qui est licite (versus illicite, haram), concerne surtout l’agro-alimentaire, mais il s’étend également à d’autres produits comme les vêtements et les accessoires de culte. Le marché du halal est tellement dynamique qu’il fait l’objet de mouvements financiers et de cotations boursières. Par exemple, Thomson Reuters, en partenariat avec Ideal Ratings, a récemment lancé le SAMI Halal Food Index qui est une notation de sociétés cotées de l’industrie alimentaire auprès de l’OCI (Organisation de la Conférence islamique). La nourriture halal est une partie cruciale de la vie quotidienne des musulmans du monde entier… Sami halal Food Index ce sont les sociétés de transformation des aliments, la distribution, pêche, agriculture, de 15 pays membres de l’OCI, environ 270 entreprises avec une capitalisation de 114 milliards de dollars.
Le 6ème forum mondial du marché halal s’est tenu du 4 au 5 avril 2011 à Kuala Lumpur, en Malaisie. Le marché mondial des aliments halal est estimé à 635 milliards de dollars US. (données 2009).
En Europe seulement, le marché halal représente 67 milliards de dollars US. Selon l’organisme Halal Industry Development Corporation de Malaisie, les viandes représentent 10 p. 100 et les aliments transformés et boissons non alcoolisées 35 p. 100 de tous les produits halal à l’échelle mondiale.

Dernier marqueur de la colonisation des esprits : Al Jazeera France arrive

Les manoeuvres de Sarkozy avec le Qatar autour du sport présagent de la prochaine arrivée de la télévision d’Etat du Qatar, Al Jazeera.
La presse internationale a fait état des pressions de Sarkozy pour l’attribution du mondial de foot au Qatar en 2022. Sarkozy aurait même mouille Michel Platini dans l’opération qui s’est terminée en effet par l’élection du Qatar.
Les experts médias estiment que l’objectif du soutien de Sarkozy au Qatar pour le mondial, pour le rachat du PSG, les droits de diffusion et éventuellement le rachat d’Orange sport n’ont pour but que de préparer l’installation de la télévision qatari en France, le sport n’étant que le cheval de Troie (encore un!) du média le plus important du monde arabo musulman.

-oOo-

Il est temps de conclure. Existe-t-il un réel impérialisme culturel et économique arabo-musulman ?

La réponse est incontestablement oui, encore que son importance, comme le danger qu’il représente sont difficiles à chiffrer précisément même si, incontestablement, la France laïque résiste mieux là où d’autres pays sont en passe d’être littéralement submergés.

Pour autant des signes inquiétants sont là :

– Les dirigeants français et européens ignorent les déclarations « ordinaires » des arabo-musulmans en faveur de l’hégire, du djihad et de la charia, ils ignorent les interrogations comme celles de l’avocat américain David Yerushalmi qui, à l’issue d’une étude approfondie de l’économie islamique, interroge : « La charia est-elle un support inoffensif, apolitique, non djihadiste et éthique pour des produits et services financiers ? Ou est-ce une  solide construction théologico-politico-juridico-sociale qui vise à déstabiliser les nations et états séculaires de l’Occident ? »

– Nous constatons que les capitaux arabo-musulmans profitent de la crise, imputée en grande partie à la financiarisation de l’économie, pour imposer le jihad économique aux occidentaux, que d’autre part les occidentaux se plient à la charia pour attirer les pétrodollars sans que les investisseurs arabo-musulmans ne l’exigent puisqu’ils investissent déjà depuis longtemps dans des actifs titrisés plus d’une fois (comme l’interdit la charia), dans des actifs financiers non adossés à l’économie réelle comme le voudrait la charia et dans des secteurs d’activité comme l’hôtellerie, le luxe ou les casinos qui sont clairement haram.

– Nous constatons également que les occidentaux et les européens en particulier n’ont pas de scrupule à vendre leur patrimoine historique (les palaces, les hôtels particuliers parisiens) ni leur patrimoine économique (industrie automobile et tourisme) ni leur liberté de conscience (introduction du religieux dans l’économie).

– Nous constatons encore que les dirigeants français et européens se ruent sans discernement et avec force courbettes sur les ponts d’or des pétrodollars, qu’au prétexte de relever la situation économique, ils choisissent le court terme au détriment des générations futures.

– Nous constatons enfin une entreprise délibérée de répandre le salafisme, ou à défaut toutes les formes les plus radicales de l’islam dans le monde, y compris en Europe, s’appuyant sur les immenses possibilités financières des pays du Golfe, tout particulièrement de l’Arabie Saoudite.

De nombreux intellectuels s’inquiètent de l’islamisation des sociétés occidentales et de la pression permanente que subissent les non-musulmans qui ne se résignent pas à la transformation de leur culture, de leurs modes de vie, de leurs usages, de leurs règlements et de leurs lois. Ils ont d’autant plus de mérite à le faire que toute révolte contre cette remise en question de nos sociétés est combattue par ceux qu’il faut bien appeler leurs « idiots utiles », au nom de la lutte contre l’islamophobie et le racisme. Comme si l’Islam constituait une race !

Aria.

Avec la précieuse collaboration de Léon sans laquelle cet article n’aurait jamais vu le jour.



________________________________________________________________________________________________________________________________________

Sources :

Finance islamique

Discours de Christine Lagarde au au II ème Forum Français de la Finance Islamique organisé par Secure Finance et la Chambre de commerce franco-arabe à Paris le 26 novembre 2008


ISLAMIC FINANCE : 17th World Islamic Banking Conference WIBC -Bahrain 22 -24 /11/2010
– FINANCE ISLAMIQUE : Le COFFIS Conseil Français de la Finance Islamique cycle de conférences le 8 et 9 octobre 2010 –
– ISLAMIC FINANCE : Report information and analyses  » Islamic Finance Saudi Arabia, Kuwait,Qatar, Bahrain and United Arab – Free Download
Finance islamique : France Sukuk lance un produit d’épargne).
2nd Annual Islamic Finance Paris Market Meeting

Halal
France : Laïcité : « De la créativité pour financer les mosquées »
A Look at the first ever Halal Food Investable Index
LDC achète la société Corico et s’allie en Espagne – ouest-france.fr
Tendances sur le marché mondial des aliments halal

187 comments to Une évaluation de l’impérialisme arabo-musulman en France et en Europe

  • Aria

    Sur Al-Jazeera France, lire ceci : http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2010/03/bientot-al-jazeera-en-francais.html
    (Malbrunot est un ancien otage…)

  • yohan

    Très beau travail Aria. Il est clair que sans l’argent, l’impérialisme est voué à l’échec. La rente du pétrole n’étant pas infinie, tout montre que les principaux pays de l’OPEP ont compris l’importance de diversifier et d’investir hors de leurs propres bases. Avec l’argent, non seulement, on peut s’acheter tout ce que les occidentaux sont pressés de vendre, mais on peut aussi, tant qu’à faire, imposer l’islam dans le package. Quant aux derniers investissements dans le foot français, sans parler du mondial de foot « offert » aux Quatar, c’est effectivement un excellent cheval de Troie pour nous distiller les vertus de la charia.
    Ben Ali était probablement un escroc, mais il était surtout un gêneur pour les saoudiens, car il administrait une base avancée de la culture occidentale. Le propos que j’ai livré récemment sous un autre fil d’une immigrée tunisienne me racontant être « venue en France parce que les hommes de Ben Ali lui arrachaient trop souvent son Hijab et que nous, français, nous étions des gens tolérants » suffit à nous faire comprendre que nous sommes disposés à « nous faire mettre »

  • ranta

    Hé bé, sacré boulot que cet article. Félicitations Aria.

  • Twitya

    Bonjour
    En voyant ça, ne peut-on pas parler de complot euroarabe ?

  • yohan

    Quelqu’un pourrait-il vérifier une information livrée par cette même dame que des conductrices de bus seraient autorisées à conduire avec le hijab dans un ville d’IDF à forte présence musulmane. Elle m’a donné le nom mais je n’ai pas retenu, peut-être Tremblay ?. Je n’y crois pas trop car normalement, c’est interdit, il me semble.
    De toute façon, les fondations sont déjà là, et ils ont commencé à monter les murs

  • yohan

    lire à ce propos la mise en garde de Michèle Tribalat en page 9 qui va dans le sens de l’article d’Aria

  • Tess Hardy

    Dans la mondialisation actuelle, il est normal que des éléments culturels et économiques provenant des régions arabes soient représentés en France et partout ailleurs, comme des éléments européens sont représentés dans ces contrées. Ce texte exprime des peurs face à la mondialisation.

  • yohan

    Des peurs largement justifiées. Sortez de chez vous, ça vous fera le plus grand bien.
    Bizarre comme les tenants de la mondialisation viennent ensuite manifester dans la rue pour exiger des relocalisations, des augmentations de salaires et de l’emploi. Pas très cohérents ce gens là. Avec eux, il suffirait de renverser Sarko et mettre le PS à la place pour régler tous ces problèmes. Quelle naïveté

  • Xavier

    Bonjour à tous, bonjour Aria,

    Superbe travail !

  • snoopy86

    ne nous plaignons pas, ils sont assez cons pour racheter le PSG 😆

    Bravo Aria, super article !

  • yohan

    Pas si cons peut-être. J’ai ouï dire qu’ils voulaient acheter sud américain plutôt qu’africain

  • Twitya

    Vous ne croyez pas que cette complicité des états européens est un complot avec les états arabomusulmans ?

    • Léon

      C’est très probable Twitya. On les a déjà vus à l’oeuvre pour faire croire à l’existence de la 2e guerre mondiale.

  • Le péripate

    Sans compter que le coucous est le plat préféré des français, ce qui prouve à quel la colonisation est avancée.

    😉

    Le tableau est un peu forcé je crois. Concernant « l’impérialisme économique » (sic) les Chinois font beaucoup plus fort. Mais un grand château bordelais peut bien avoir un propriétaire chinois, c’est toujours du vin français. Pareil pour les hôtels, j’ai du mal à voir le problème. Probablement un rapport avec l’idée d’un patriotisme économique. Bon, cocorico. Voila, c’est fait.

    Par contre les développements sur l’OPEP sont assez justes, mais c’est là le comportement normal des états non libéraux. Et c’est vrai que la finance islamique est irréaliste. Mais pas de quoi pavoiser chez nous, non ?

  • Léon

    Les Chinois visiblement n’ont rien contre le pinard, mais que direz-vous le jour où un émir achètera des vignobles bordelais pour les transformer en champs de course ou centre commercial halal ? La question se pose aussi pour les hôtels : quelles garanties avons-nous qu’ils ne seront pas transformés en lieux Shariah compliant ? D’une manière plus générale, il n’est pas possible de considérer cette forme d’impérialisme comme exclusivement économique, le problème il est là. Pour faire court je veux bien que des émirs achètent des entreprises industrielles mais je ne veux pas du salafisme. Or dans leur logique l’un va avec l’autre. L’un est un a outil au service de l’autre. Et, Peripate, un libéral devrait s’en inquiéter, plus que d’autres, peut-être…

    • Léon

      Au fait, ce n’est pas la première fois que je le lis chez vous : où avez-vous pris que le couscous soit le plat préféré des Français ? Franchement cela m’étonnerait…

      • Aria

        Léon, c’est exact, je l’ai lu aussi il y a longtemps. Je ne me souviens pas exactement si le couscous est LE plat préféré des français ou L’un des plats préférés mais il vient en tête de nos préférences gastronomiques. Après le steak frites, j’imagine….

        Si l’impérialisme musulman ne s’exprimait que dans le couscous, nous ne serions pas dans le couscous idéologique;-)))

    • Le péripate

      Un émir acheter un vignoble du bordelais pour le transformer en hallal…

      Vous avez des notions d’économie, c’est le moment de vous en servir. Quoique du simple bon sens…

      Est-ce que les chinois qui ont acheté récemment un grand château ont amené avec eux le communisme ? Je ne crois pas. D’ailleurs l’article le note lui-même : la sharia cède devant l’économie. Je ne crois pas qu’elle puisse connaître un meilleur destin que le socialisme face à la réalité.

      Je signale par ailleurs que s’il y a acheteur, il y a vendeur. Ces sommes ont peut-être permis d’investir, des emplois créés, enfin bref, il y a ce que l’on voit, et ce que l’on ne voit pas.

      Et puis cette notion d’impérialisme est un vaste fourre-tout sans cohérence. L’impérialisme Coca-Cola ou impérialisme couscous. Ce n’est pas très sérieux. L’impérialisme, c’est des canons, des traités inégaux, des rapports de force entre nations. Pas le commerce ni la culture.

      • Léon

        Bon, ok pour le vignoble bordelais. Mais vous sous-estimez ce qui peut s’appeler de l’impérialisme culturel. Enfin, ouvrez les yeux, prenez le cas de l’Arabie Saoudite : lorsqu’elle finance des mosquées et des centres culturels salafistes ce n’est pas pour faire du commerce, mais dans le but à long terme d’y installer une société conforme à la sienne. Cela vous tente, Peripate ?

  • Twitya

    ? je ne comprend pas.

  • Twitya

    comprends, pardon ! M. Léon

  • Léon

    A signaler, l’inénarrable Hervé de Charrette dans le rôle de défenseur de la finance islamique .
    Egalement , Christine Lagarde dans le même rôle.

    Christine La garde: La finance islamique… par oumma

  • Causette

    Wouah! quel article. Très riche en informations.

    Bonyour Aria, Léon, à tous
    Il y a un certain temps déjà, avec quelques liens, que je donne l’alerte sur la Soumission de nos politiques (droite/gauche/verts…) à l’islam-finance. ah! le flouze!

    Delanoë qui a déclaré lors de l’inauguration de la place de l’Emir Abdelkader : « Abdelkader est inscrit dans l’éternité de Paris… » « Cette inauguration je la veux avec la gratitude d’un enfant du Maghreb, moi qui ai reçu du Maghreb des leçons de fraternité, d’égalité, maire de Paris je vous dis merci.»

    Et là mr le roi Bertrand recevant en grande pompe mr l’émir du Qatar, vidéo.

    Je n’ai pas encore ouvert tous les liens. Après avoir lu votre article, on pourra mieux comprendre pourquoi les féministes sont attaqués de toutes parts.

    Car n’oublions pas que le féminisme est une attitude politique, philosophique et sociale fondée sur l’égalité des sexes et qu’il a pour objectif : – la défense des intérêts des femmes dans la société – l’amélioration et l’extension de leurs droits – la fin de l’oppression et des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien – leur émancipation. La pensée des féministes c’est l’amélioration du statut des femmes dans les sociétés ayant une tradition bâtie sur l’inégalité des sexes.

    Et ceci est une arnaque!

  • Aria

    Merci à celles et ceux qui apprécient cet article qui a nécessité beaucoup de travail de recherche mais aussi de réflexion pour « écrire juste ». Je n’y serais pas parvenue sans Léon dont les encouragements et la collaboration ont été indispensables.

    Je suis étonnée que certains jugent que ce travail, étayé par des chiffres et des citations d’acteurs de la finance islamique et de l’économie musulmane, serait le reflet d’une paranoïa ou d’un délire.

    Le délire me semble plutôt résider dans l’idéologie aveugle et ignorante.

  • Causette

    extrait de: Conférence importante sur la finance islamique organisée le 25 juin 2011 à Paris
    Message de l’équipe 570

    Qui n’a pas entendu parler de la finance islamique en France? Ce serait comme poser la question de l’existence du marché du halal qui malgré sa croissance à 15% par an avec tous les acteurs de la chaine agroalimentaire impliqués – depuis les industriels français jusqu’à la grande distribution en passant par les milliers de grossistes – ne serait pas une réalité dans le paysage français.

    Mais qui sait faire de la finance islamique en France ? Mieux, qui sait faire de la finance avec une vraie éthique, une sensibilité authentique qui prémunit des dérives du système financier quand il tourne autour de la seule valeur cardinale du profit à tout prix ? Et si la réponse était « simple » ? lire la suite…

    Etonnant! non?

  • Le péripate

    Quant à Dubaï, c’est une classique crise de malinvestissements dus à une politique monétaire laxiste.

    Un grand classique qui permet même d’utiliser une « loi » économique pour rire : plus les immeubles sont hauts, plus l’éclatement de la bulle est proche.

  • Léon

    Marrant, ça : les libéraux sont pour la liberté partout sauf pour la monnaie… 😆

    • asinus

      @léon ils ont peur de « la main invisible du marché » fouillant dans heu leur poche 😈

      • Le péripate

        Ah oui la liberté d’imprimer, et de forcer les gens à n’utiliser que le produit de l’imprimerie.

        Désespérant de nullité. Désolé.

        • AGNNP

          je resiste pas vu le sujet, et un peu de dérision : la main invisible de la Fatima dans la culotte autrichienne du Péripate. ( la c’est le complot des libetariens allié aux islamiste, hi!hi!)

  • Tess Hardy

    Les impérialismes ont pu s’installer en Europe après les deux guerres mondiales que l’Europe a générées. C’est après ces deux guerres que les grands empires européens se sont effondrés. Tous les historiens s’accordent à dire qu’il s’agissait d’une sorte de suicide collectif, en tous cas des empires colonialistes.
    Donc, c’est bien l’échec des puissances européennes qui a laissé la place à des puissances qui ont tout droit de s’établir là où elles percevraient des vides. C’est ainsi que les empires européens ont longtemps agi. Nous avons donné l’exemple à ces nouveaux impérialismes dont l’américain etc. Et il ne faut pas s’étonner si les conséquences ont suivi. Nous en sommes probablement nous mêmes les auteurs.

    Pour autant, le tableau que dresse l’auteur semble exagéré et ne correspond pas à la réalité vécue. Il n’observe que l’aspect le plus extrême et il a le nez collé dessus, ce qui déforme sa vision des réalités qui sont beaucoup plus pacifiées. Nous sommes après la période Ben Laden et le terrorisme baisse, enfin les peuples musulmans se libèrent des idéologies intégristes. Il faudrait insister plus sur ces événements riches d’espérance, plutôt que distiller une peur qui n’est plus d’actualité.

    • COLRE

      ma réponse est là-dessous… yé mé trompé de commentaire…

    • Aria

      Tess,
      « Donc, c’est bien l’échec des puissances européennes qui a laissé la place à des puissances qui ont tout droit de s’établir là où elles percevraient des vides. »

      Vous soutenez donc et approuvez l’impérialisme américain « puissance » qui a « tout droit de s’établir » là ou elle « percevrait des vides ».

      Dites moi, Tess, quand un voleur « perçoit » que votre maison est vide, il a le droit de s’y installer ?

  • Tess Hardy

    L’interaction entre les cultures et économies musulmanes et européennes est un fait historique. Et tous les historiens savent que l’économie et le commerce ont toujours été un moyen de pacification et de fraternisation. Donc, insister sur des aspects marginaux et hostiles à ces fraternisations serait une forme de théorisation proche de l’extrême droite et hostile aux cultures étrangères d’où qu’elles viendraient.
    Le mouvement mondial va dans le sens opposé vers la fraternisation. Cet article semble un peu dépassé par les événements historiques actuels qui définissent mieux les mouvements de ces 50 dernières années. Les conclusions de cet article sont donc probablement erronées et elles illustrent plutôt une idéologie d’extrême droite ancrée dans le passé et ses peurs.

    • COLRE

      Votre analyse, si elle elle se voulait historique, relève surtout de l’amalgame et du cliché… désolée. A vouloir trop prouver, on ne prouve surtout que l’inverse : sa propre idéologie extrémiste et son aveuglement à la réalité.

      « Les impérialismes ont pu s’installer en Europe après les deux guerres mondiales que l’Europe a générées ». « après » ? ce n’est pas une cause, ça… c’est aussi « après » la naissance de ma grand-mère, qui n’est pas la cause, pauvre femme, de l’arrivée des impérialismes…

      « C’est après ces deux guerres que les grands empires européens se sont effondrés ». « APRÈS », encore ? ne veut toujours rien dire, ma grand-mère est toujours aussi innocente…

      « Tous les historiens s’accordent à dire que… » oh là, quand on a besoin d’une pareille caution surréaliste, on peut s’attendre au pire… Vous avez déjà vu des historiens qui s’accordent à l’unanimité sur qque chose, vous ?

      « il s’agissait d’une sorte de suicide collectif » AÏe, inquiétante cette transposition psychologisante du « suicide collectif » des peuples (kezako ?), déjà erroné pour le fameux suicide collectif des lemmings…

      etc…

      Je crois que c’est vous qui paraissez « un peu dépassée par les événements historiques actuels »

      • D. Furtif

        En effet Colre il y a un peu comme un emmêlage de pinceaux dans cette référence à l’histoire des impérialismes.
        Quand on passe par hasard on n’a pas forcément toutes ses fiches

        • COLRE

          Eh oui, furtif… 😉
          (dis-moi, tu ne crois pas à mon interprétation sur Tess ?… je trouve qu’elle lui ressemble furieusement…)

          • D. Furtif

            Mouaiffffffff mais non……enfin j’peux pas dire, notre ami est trop occupée à aller faire ses simagrées ( si bien accueillies) chez les voisins.

            Il faudra bien qu’elle nous dise ce qui est si comique dans le titre la Déchirure..mais ce n’est pas le lieu ici

            • COLRE

              Je ne parlais pas du sucre turc mais du grand-breton… oeuf corse ! et puis je crois qu’elle est médecin (rapport à sa réaction corporatiste sur l’autre article… et puis c’est tout à fait son style : calme, sérieux et avec les mêmes amalgames à la Gazi)

    • Aria

      Tess,
      « L’interaction entre les cultures et économies musulmanes et européennes est un fait historique. Et tous les historiens savent que l’économie et le commerce ont toujours été un moyen de pacification et de fraternisation »

      « toujours » dites vous ? Les Croisades, la colonisation de l’Espagne, la montée jusqu’à Poitiers des Arabes et aujourd’hui le terrorisme musulman avec le massacre des Chrétiens d’Orient et la revendication de l’application de la charia chez nous, sont en effet de merveilleux exemples de fraternisation et de pacification entre « économies musulmanes et européennes ».
      Je note que vous opposez une religion à un groupe de nations. Intéressant:roll:

      • COLRE

        Bonsoir Aria,
        (on vient de répondre en même temps ! même réaction… 🙂 )

        Bravo pour ton article, je n’ai pas suivi tous les liens car il est très dense, mais je le trouve vraiment enrichissant ! j’y reviendrai.

    • COLRE

      « Et tous les historiens savent que l’économie et le commerce ont toujours été un moyen de pacification et de fraternisation »

      Euuuuh, les peuples colonisés en savent qque chose…

      A commencer par les peuples africains eux-mêmes, tous ces royaumes et empires intra-africains qui commerçaient gentiment entre eux (ainsi qu’avec les arabes du Nord), et s’échangeaient très pacifiquement de menues babioles, coquillages, ivoire, esclaves…

      • Aria

        Salut Colre:lol:

        Toujours sur la brèche en ce joyeux samedi d’été ?
        Cette saison, les foulards sont fleuris mais les hijabs et nikabs ne suivent que la mode islamiste, ils sont tous noirs. C’est d’un triste:-(

        • COLRE

          Oui…et il recommence à faire chaud et sec et il va falloir recommencer les arrosages dans le jardin… 8)

          • Aria

            Moi j’ai un balcon magnifique car l’eau n’est pas rationnée à Paris. J’arrose à volonté et sans scrupules car c’est pour la nature. Les abeilles, les frelons, les papillons viennent butiner mes fleurs et donc polliniser les espèces.
            D’un côté je me cultive en regardant mon écran, de l’autre je cultive mon jardin pour le repos de mon âme. La vie est belle … quand même:-P

            • D. Furtif

              Qupuahhhhhh tu oses gaspiller de l’eau pour autre chose que le sacro saint Maïs! Oh la honte !

            • COLRE

              Moi, je me partage entre mon « gourbi » parisien et mes grands espaces en pleine brousse ! et là, j’ai acheté une pompe pour le puits, et j’ai arrosé ainsi tous ces mois d’été qui viennent de s’écouler depuis début mars…

      • Léon

        Moi, ce que j’aime surtout c’est ça : « Pour autant, le tableau que dresse l’auteur semble exagéré et ne correspond pas à la réalité vécue. Il n’observe que l’aspect le plus extrême et il a le nez collé dessus, ce qui déforme sa vision des réalités qui sont beaucoup plus pacifiées. »
        On a donc un article long, détaillé, argumenté, chiffré avec pour commentaire que cela « semble exagéré et ne correspond pas à la réalité vécue ». Ca c’est de l’argumentation ou je ne m’y connais pas!
        Donc ce commentateur serait en mesure, nous le supposons, de nous expliquer en quoi sa « réalité vécue » ne correspond pas à l’article. Nous attendons donc avec intérêt.Cela me rappelle le débat sur ‘l’insécurité  » et le « sentiment d’insécurité ».
        Quant au « mouvement mondial qui va vers la fraternisation », c’est plutôt drôle. Vous direz ça aux femmes lapidées en iran, excisées en Egypte, aux populations afghanes, aux femmes indiennes et pakistanaises, aux divers otages etc. Et, très franchement, vous m’excuserez de m’occuper de ce qui se passe à la Paillade avant la Tunisie. Et là, je vous assure qu’on ne va pas vers la « fraternisation » . Et les violences augmentent .

        Autre cliché très bien pensant : les peurs. Moi je trouve légitime d’avoir peur de ce qui est dangereux. Pour critiquer les « peurs » en tant que telles, il faut donc nous démontrer qu’ells ne sont pas fondées.
        Nous attendons donc que le commentateur nous apporter cette preuve.
        Sinon il ne joue que du pipeau et ne fait que réciter tous les clichés les plus éculés de la bienpensance soi-disant « humaniste »

        • Tess Hardy

          Il est indéniable que le monde d’aujourd’hui est moins conflictuel que le monde d’il y a à peine 50 ans.
          Il y aura toujours des cas problématiques, mais en général les conflits s’apaisent vers une meilleure compréhension réciproque.
          Depuis 65 ans, le monde n’a pas connu de conflit généralisé. C’est exceptionnel et c’est une évolution majeure dans l’histoire.

          • D. Furtif

            Ok ok OK Tess
            Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes
            mais un petit détail me chagrine, tu tardes un peu à me répondre…
            Ça ne va pas devoir durer.

        • Le péripate

          L’absence de preuve n’est pas preuve de l’absence. Il faudrait au minimum s’astreindre à ne pas user de sophismes éculés dans l’argumentation. Tess Hardy marque des points.

          Pourquoi ne pas dire simplement que bien vouloir échanger avec quelqu’un n’oblige pas à vivre ensemble. Et que ce n’est pas parce que notre terre nous a été spolié par l’État que nous y avons renoncé.

          Mais que nous n’avons rien contre ceux qui viennent avec leur travail et leur dynamisme, rien contre ceux qui nous achètent des biens et rien contre ceux qui nous en vendent.

          C’est pourtant pas compliqué.

          • Léon

            Je n’ai rien contre, non plus, sauf quand avec les biens ils nous vendent aussi une sorte de fascisme.

            • Le péripate

              Ah. J’ai du mal à voir comment ça se concrétise. Du fascisme avec le couscous ? Une sorte de domination gramsciste par la maitrise de l’éducation et de la presse ? Je crois savoir que la place est solidement occupée, et défendue.

              Voyez-vous, autant l’argument qui consiste à dire : je ne veux pas vivre avec untel parce que ses manières me déplaisent et que je suis chez moi est légitime, et ce n’est pas moi qui viendrait vous chercher des poux, autant toutes ces arguties économico-culturo-impérialicomachin sont dénués de sens, un vaste bricolage intellectuel pour n’avoir pas à dire la vérité : le socialisme ne se partage pas. Ou « nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde » de Rocard. En vérité, socialisme et nationalisme sont une seule chose.

        • AGNNP

          Pour les peurs, Léon, quand j’avais ma tétête point en vrac, je crois que Hans Jonaz ne disait pas autre chose, mais j’ai du mal le lire, vu, mais est-ce si rare ? que l’application sous forme de principe ( dogme ?) de sa pensée se resume souvent à l’inverse.

  • asinus

    plutôt que distiller une peur qui n’est plus d’actualité

    yep comme disait l’autre  » encore un instant monsieur le bourreau » !
    heureusement de bonnes nouvelles nous parviennent comme toujours des pays nordiques !
    la Norvege devrait etre un exemple : pas d’investissement de fonds islamiques pour les mosquées tant
    que la liberté religieuse n’existeras pas en terre d’islam yep et re yep

    et comme le dis si bien le proverbe viking
    Dans le doute ? cogne encore !

  • asinus

    j’ai omis de complimenter l' »auteuse » j’ai bon Colre ? :mrgreen:

    cette dame est une fine lame lisez bien la conclusion car  » à la fin de l’envoi ,elle Touche! »

  • Tess Hardy

    Les révolutions tunisienne et égyptienne sont effectivement situées dans le nord de l’Afrique.

  • asinus

    chere  » madame »

    pour l’égyptienne j ai surtout noté la reprise en main par l’armée qui dés que le proletariat
    a demandé des retombées immédiates c’est vu opposer les menaces de représsions musclées.
    J’ai bien peur que cette revolution ne dévore ses enfants et qu’un sabre soit à la traine dans une quelquonque caserne ….

    • Aria

      Asinus,

      Vous avez tout à fait raison. La seule révolution arabe qui a un air de révolution, c’est la tunisienne. En Egypte, l’armée n’a jamais quitté le pouvoir depuis le départ des British et elle n’est pas prés de lâcher la bride.
      D’autre part, l’Egypte est un pays extrêmement réactionnaire, toujours fasciné par la pan arabisme, un pays qui continue à exterminer les Coptes qui étaient présents avant les Musulmans (Christianisme : 2 000 ans; Islam : 1 300 ans; judaïsme 5000 ans de présence dans la région).
      En Egypte, plus de 80% des femmes sont excisées et je n’ai pas entendu que la « révolution » avait aboli cette pratique.
      D’autre part, Moubarak n’a pas été chassé. Il est en villégiature.

      Conclusion, il faut soutenir la Tunisie et organiser des charters de touristes pour faire fonctionner son économie pillée par Ben Ali, Sarkozy, Alliot Marie et Delanoë, tous complices de la réaction et des soit-disants réfugiés tunisiens qui viennent fomenter la contre révolution en France.

  • D. Furtif

    Bonsoir chère Tess
    Comme de passant par hasard vous semblez vouloir vous installer. Ce que notre permission vous accorde.Vous allez être donc soumise à l’examen habituel .

  • AGNNP

    Yep, avec les reserves habituelles, est-ce necessaire, vu la méfiance complophobe de Disons.

    je n’ai pas les capacités (gros problèmes cognitifs), mais un sujet a creuser sans tomber dans les travers ( trèss délicat)

    voilà :

    1974 :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Petite_Maison_dans_la_prairie

    2007:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Petite_Mosquée_dans_la_prairie

    Difficile de m’exprimer, mais je sens là dedans comme une … heu… comment dire.

    Un jour , me suis dit, l’ultra-chépakoi du commerce et des affaire, du marcketing de la pub, peut-il précéder la plus grosse des conneries hallal ?
    Et bien oui, « l’eau hallal » même les plus tarés des imman n’y ont pas pensée, le « marché » si!

    http://www.al-kanz.org/2008/04/02/halal-eau-danone-malaisie/

    si c’est pas vendre la corde pour se faire pendre… je me fait…. curé! ou imman !

  • D. Furtif

    Au début , je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir.
    L’impérialisme n’étant après tout que le mode de fonctionnement habituel des économies dominant le marché mondial.
    Les conflits entre les impérialismes européens ayant par deux fois amené leur déconfiture et la promotion du nouveau venu l’impérialisme US.
    Si l’impérialisme américain est au premier rang et de très loin, il n’a pas complètement dépouillé les impérialismes GB et français notamment en Afrique.
    Des zones ( Afrique Asie) autrefois terrain de jeu et de chapardage en commun sont devenues indépendantes voire se sont mises à leur compte et participent à la chasse. C’est( ce fut) le cas , dans l’ordre du Japon , de la tentative avortée de l’URSS et des succès incontestables de la Chine.
    .
    Aujourd’hui , générée par la manne pétrolière un pactole se trouve en déshérence sur son territoire national par quasi inexistence d’investissement industriel en Arabie Saoudite .Cette nation ne se trouve (hormis les franges du Yemen) en concurrence avec personne sur le plan territorial personne sur le plan commercial, elle ne dispose que d’un magister moral sur une immense part de l’humanité de par la domination sans partage d’une seule famille sur les lieux saints de l’islam.
    Bien sûr elle dispose de jouets couteux au plan militaire mais n’a aucunement les capacités à les projeter à l’extérieur.Nous avons là en plus caricatural un simili Vatican.C’est au plan idéologique que cet état se mêle loin des bourses des marchés, loin des mines et des laboratoires de recherches.Dans un système mondial de capitalisme financier parasitaire et dérégulateur elle s’inscrit comme à une table de poker en jouant ses propres jetons.
    .
    Il ne faut pas surestimer cette faculté à jouer à son compte.L’essentiel de sa pratique est sa contribution locale et internationale à la défense des intérêts du seul impérialisme qui lui permet de survivre.Elle n’est qu’un bras du Vishnou militaro économique américain.Son offensive récente culturelle et religieuse en Europe est à comprendre comme un des éléments d’une déstabilisation dont elle n’est qu’un agent , pas le donneur d’ordre.

  • Aria

    D.Furtif,

    Avez-vous bien lu l’introduction de l’article ? :

    Notre propos ici est de mettre en évidence la réalité de la prégnance du monde arabo-musulman sur notre territoire à travers son impérialisme économique qui, nous semble-t-il, est son principal objectif ; il avance lentement mais sûrement et masqué derrière les voiles et autres offensives bruyantes et gênantes pour les non musulmans, mais mineures au regard de la construction de l’Eurabia. Le djihad militaire a fait place à la guerre économique pour la conquête de l’Occident, objectif décrit dans le Coran sous le nom de « Hégire ».

    « La doctrine de l’hégire doit être comprise comme une stratégie politique globale pour miner les cultures et les valeurs des pays non musulmans et les remplacer par les valeurs de l’islam et de la charia. C’est une immigration insidieuse qui a pour objectif la transformation des comportements, des coutumes et des lois des sociétés d’accueil en vue d’y établir un État islamique ». (Janet Levy, The American Thinker à propos de « Modern Day Trojan. The Islamic Doctrine of Immigration » par Solomon et Maqdisi.)

    Je vous conseille d’y réfléchir avant de nous ressortir la vieille rengaine crypto-marxiste du Satan yankee. Même lui se sent menacé par le cheval ailé de Mahomet….

    • COLRE

      ah ! heureusement que c’est toi qui t’y colles, moi j’ai déjà eu des échanges chauds avec furtif sur le « satan yankee », comme tu dis, et je n’avais aucune envie de remettre le couvert.

      A chacun ses monomanies !… 😉

    • D. Furtif

      Bin pour moi ton Eurabia c’est de la blague. Et je maintiens que sans le marionnettiste US le bras saoudien en est une aussi.
      Quand à ton explication qui voudrait voir une totale indépendance de La Mecque par rapport à Washington ce n’est même pas un rengaine mais une énormité.
      Euhhhh
      Comment ça Crypto marxiste
      Faudrait-il se cacher pour l’être?

      • Aria

        Furtif,

        Tout dépend de quel point de vue on se place. Soit US est le marionettiste, soit Saoud est le marionettiste.
        L’économie US repose entièrement sur le faible coût de l’énergie, c’est même un engagement pris par tous ses dirigeants vis à vis du peuple qui consomme à gogo : bagnoles, commuting, électricité pour tout, partout, tout le temps. Aux US (j’y ai vécu, je connais bien) on laisse tout allumé, nuit et jour. Quand on arrive en avion au dessus des grandes villes, on est ébloui par les serpents lumineux qui envahissent le sol.
        US a besoin de Saoud pour fournir à bas prix et réguler les bas prix via l’Opep.

        Saoud a besoin d’US pour maitriser sa technologie en y envoyant ses petits faire des études dans les universités les plus prestigieuses, donner aux wahhabites salafistes de la respectabilité, lui ouvrir les portes de l’occident avec un tapis rouge et éviter une révolution orange, rouge ou verte chez lui mais aussi dans la région qu’il contrôle.

        Quant à Eurabia, ce n’est pas de moi
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Eurabia

      • Aria

        Les crypto-marxistes sont les gens imprégnés des théories marxistes (luttes des classes, capitalisme, impérialisme, l’ouvrier christique, le peuple a toujours raison contre les patrons, etc.) dispensées sans les nommer par nos responsables politiques, même à droite, et qui ne s’en rendent pas compte.

        • D. Furtif

          Les crypto marxistes le sont certainement moins que les véritables et ces derniers n’ont aucune raison de renoncer à la lecture qu’ils font de la société et de l’histoire, surtout quand on ne leur présente comme argument qu’une condamnation privée de toute argumentation.
          Une attaque ad hominem en quelque sorte
          Allons vous pouvez surement faire mieux.

          .
          Un marxiste ne se permettrait pas d’appeler IMPERIALISME ce que vous tentez de décrire dans une lecture globalisante de la politique et des intentions de tous les pays arabes.
          Je voudrais bien connaitre où vous pouvez voir de l’impérialisme de la Tunisie ou du Koweit.
          L’impérialisme exige un base territoriale, une économie industrielle avec des marchés à conquérir à l’extérieur.
          Il n’y a pas besoin d’être marxiste pour savoir cela.
          Que la famille Saoudienne mène sa guerre privée et pratique l’entrisme dans les entreprise cotées en Bourse c’est ce que font tous les capitalistes du monde.Pas plus que ELF ou AREVA
          La seule particularité dans leur cas et leur volonté d’assoir leur domination dans le monde en s’appuyant sur une idéologie religieuse.
          Cela en fait un cas tout à fait particulier mais pas un impérialisme.
          .
          Il y a bien une volonté d’expansion de la secte Salafiste mais c’est une confusion des mots que d’y mêler des nations et de servir le terme d’arabo-musulman

          • Aria

            Furtif,

            Je vous parle de réalités concrètes et vous me répondez concepts.
            Je vous réponds sur les marionnettistes, vous ne pipez mot.
            Je vous demande de relire l’introduction, vous ne le faites pas
            Dans l’article, il n’est pas question que des Saoudiens mais aussi du Koweit, de Dubaï et du Qatar.

            Le terme arabo-musulman a été choisi à dessein : il y a aussi des afro-musulmans et des Musulmans en Asie.

  • Tess Hardy

    Tout le texte tend à démontrer que l’arabo-musulman serait l’ennemi. Et ce n’est pas le point de vue général ou communément admis dans la société et dans les sociétés. Au contraire, il est de plus en plus certain qu’il n’y aura pas d’affrontement entre cultures et civilisations. Dès lors, beaucoup vivent cette absence d’ennemi comme une perte ou une angoisse, donc ils tentent d’imposer ou d’inventer un ennemi à l’aide d’éléments à charge rassemblés en une théorie construite à cet effet. Des groupes marginaux adhèreront à cette idéologie mais jamais la société entière qui travaille à installer la paix durable.

    • D. Furtif

      C’est cela Tess, nous inventerions un ennemi comme nous inventions des examen gynécologiques aux adolescentes
      Tu sembles très au courant et très informé de ce que pense la ( les )société entière( ce qui vient à dire qu’elles ont des opinions uniques)

      Bon assez rigolé
      .
      Quand penses-tu répondre à mon Mail?
      .
      Hein?

    • Léon

      Le style de Tess Hardy me rappelle très exactement celui d’un artiste en chemise bleue.

      • D. Furtif

        Penserais-tu au fabuleux al Andafabulous ?

        • Tess Hardy

          On peut ne pas être d’accord avec la thèse de l’auteur.

          Pour autant la réponse n’est pas dans l’identité du commentateur.

          Il n’y a pas de conflit européen-arabo-musulman, il est donc normal d’être étonné par le ton offensif de cet article qui est militant anti-arabo-musulman.

          Les U.S.A., la Chine, le Japon, la russie, les Arabes, et même l’Europe veulent tous conquérir le monde sans jamais réussir.

          Car tout impérialisme s’oppose à d’autres impérialisme. Il y a donc libre concurrence et aucun gagnant.

          Si un auteur insiste sur un impérialisme, c’est probablement pour des raisons culturelles personnelles. Car tous les impérialismes se valent.

          Et chacun est libre de ne pas entrer dans le conflit personnel des cultures que l’auteur voudrait engager. Il n’y a pas de conflit en réalité.

  • ranta

    En vérité, vous feriez bien tous de ne plus répondre à Tess. C’est en train de pourrir un article qui a dû demander des heures et des heures de travail et qui mérite autre chose.

    Passer du temps à répondre sur des faux arguments bateaux, de la mauvaise foi et des circonvolutions ne permet que ce Tess est venu chercher : troller Disons.

  • Léon

    Oh, mais c’est amusant, nous avons maintenant notre « idiot utile » sur Disons! Pourrir l’article serait pouvoir apporte le moindre argument.

  • Nicolas Krebs

    la construction de l’Eurabia

    Dans son livre Eurabia, Bat Yeor a recensé tous les faits marquants et les étapes de cette « amitié ».

    Mes félicitations à disons.fr pour la publication de ces propos.

    Pour rappel :
    – « Eurabia : The Euro-Arab Axis partage certaines de ses certitudes avec l’extrême droite. L’ouvrage cède allègrement à la paranoïa du complot. » (Ivan Jablonka);
    – « J’ai l’impression d’entendre l’extrême droite et les islamistes sur le « lobby sioniste »… On nage en plein délire. […] Une succession de faits sans rapports les uns avec les autres, que l’auteure imbrique et tord dans tous les sens pour donner le sentiment d’une conspiration. » (Caroline Fourest);
    – « Ce qui est scandaleux et inacceptable dans l’approche de Bat Ye’Or, c’est de la voir reproduire une démarche intellectuelle conspirationniste, une propagande éhontée, un schéma de pensée dont elle a été elle-même victime ainsi que des millions de ses coreligionnaires. Car, dans le fond, ces cris d’orfraie n’ont rien à envier aux Protocoles des Sages de Sion, ce faux conçu par la police tsariste pour diaboliser les Juifs, tous les Juifs. Il imite d’une certaine manière La France juive, le livre du journaliste antisémite du XIXe siècle Édouard Drumont qui laissait entendre que son pays était dominé par les Juifs. » (Mohamed Sifaoui);
    – « This, as students of conspiracy theories will recognise, is the addition of the Sad Dupes thesis to the Enemy Within idea » (David Aaronovitch);
    – « Le destin d’Eurabia a été scellé quand elle a décidé, volontairement, de devenir l’associée secrète du djihad mondial arabe contre l’Amérique et Israël. » (Bat Ye’or)

    […] et le racisme. Comme si l’Islam constituait une race !

    Il est évident que l’islam ne constitue pas une race, pas plus que les juifs, les tziganes, les communistes et les homosexuels. En tout cas c’est mon opinion.

    Twitya :

    En voyant ça, ne peut-on pas parler de complot euroarabe ?

    Si si, on peut.

    Twitya :

    Vous ne croyez pas que cette complicité des états européens est un complot avec les états arabomusulmans ?

    Certains en sont persuadés.

    Aria :

    Je suis étonnée que certains jugent que ce travail, étayé par des chiffres et des citations d’acteurs de la finance islamique et de l’économie musulmane, serait le reflet d’une paranoïa ou d’un délire.

    C’est noté.

    AGNNP :

    vu la méfiance complophobe de Disons.

    Méfiance que disons.fr a su dépasser.

    D. Furtif :

    L’impérialisme n’étant après tout que le mode de fonctionnement habituel des économies dominant le marché mondial.

    Ce qui ne veut pas dire que l’Europe ne doit pas résister à l’impérialisme (ou les efforts allant dans ce sens, si vous préférez) saoudien.

    • Léon

      A Nicolas Krebs: vous tombez dans ce type d’argumentaire qui cherche à discréditer la source de l’argument en non l’argument lui-même. Cela s’appelle chez nous un point momo. Ce n’est pas parce que untel ou untel critique chez Bat Yeor le concept d’Eurabia (sur lequel il y aurait effectivement beaucoup à dire), que cela disqualifie tout, même des éléments purement factuels qu’elle énonce dans son livre, comme les différentes étapes de l’amitié franco-Arabe, facilement vérifiables. Donc vous n’avez pas à nous donner d’admitatur sur le fait d’utiliser tel ou tel auteur en soi. Si Bat Yeor donne l’heure ou la météo ce sera aussi du sionisme-complotiste-facho-d’extrême-droite ? A aucun moment Aria ne fait référence à ses thèses et n’utilise ses propos au-delà de la deuxième phrase parfaitement anodine que vous avez relevée. C’est un peu court pour un procès en sorcellerie… Sur la première expression la construction de l’Eurabia il aurait fallu, je le reconnais, mettre des guillemets.
      Je signale que dans l’introduction initiale telle que l’avait rédigée Aria, elle y disait clairement qu’elle n’épousait pas cette thèse. Je vais chercher l’original.
      De toute manière, comme pour le Bleu, c’est un peu court comme critique, je trouve.

      Et je signale incidemment à Nicolas Krebs deux choses : Disons publie des textes avec lesquels Furtif et moi ne sommes pas forcément d’accord (Je précise toutefois que ce n’est pas le cas ici, en ce qui me concerne, en tous cas ) et d’autre part vous êtes qui exactement pour nous faire ainsi des leçons de morale ?

      • Léon

        Voici ce qu’écrivait Aria dans son introduction et que nous n’avons pas gardé :

        Je ne reprendrai pas ici les théories de Eurabia, ni celles de Le Pen ou de Villiers. Je ne reprendrai pas les thèses paranoïaques des nombreux Américains qui voient des terroristes partout bien qu’ils donnent souvent des informations factuelles et vérifiables. 
        • Léon

          Voici par exemple un texte avec lequel vous serez peut-être d’accord ( en tous les cas, moi je le suis):

          Encore aujourd’hui, l’enseignement de l’histoire mondiale dans les écoles primaires supérieures est bien
          souvent mauvais. Peu de professeurs comprennent que le but de l’enseignement de l’histoire n’est pas
          d’apprendre des dates et des faits ; qu’il est sans intérêt que l’enfant sache exacte ment la date d’une
          bataille ou de la naissance d’un maréchal, ou du couronnement d’un monarque. Là n’est pas la question.
          Etudier l’histoire, c’est rechercher les causes déterminantes des événements historiques.
          L’art de lire et d’étudier consiste en ceci : conserver l’essentiel, oublier l’accessoire.

          Etes-vous d’accord avec ce texte ?

          • D. Furtif

            Ce texte apparemment sympathique prête le flanc à trop d’interprétations . Lui ou d’autres dans son genre ont servi d’argumentaires à beaucoup de détracteurs de l’enseignement de l’histoire ou ses destructeurs par le biais du vidage des contenus.
            Ce type d’argumentation s’imbrique dans une construction intellectuelle qui dénigre le rôle structurant de la mémoire et conduit à l’apprentissage de concepts « hors sol » passe partout et bavards.
            La chronologie n’est pas fastidieuse et permet de comprendre les liens les simultanéités et les causalités.Sans elle rien ne se lie rien ne s’accroche et rien ne découle.
            Si Léon, les dates c’est important cela permettrait à des hurluberlus de ne pas tout mélanger et valider des théories faribolesques sur l’Atlantide en Auvergne , les hélicoptères d’Osiris , 2012 et autres constructions sous la mer du Japon

            • Léon

              Bon, d’accord, je vais chercher un autre extrait. Mais ce n’était pas à toi que je posais la question !

              • Léon

                Voici un autre extrait :

                « L’expérience montre que ce sont les natures les plus saines et les plus vigoureuses qui
                émigrent le plus volontiers. Par émigrant, je n’entends pas seulement celui qui part pour l’Amérique, mais
                aussi le jeune valet qui se décide à quitter le village natal pour aller à la grande ville inconnue. Lui aussi
                est prêt à courir les chances d’un destin incertain ».

                • Léon

                  Ou celui-ci :

                  « Moins le travail manuel exige d’habileté et de force, c’est-à-dire plus l’industrie
                  moderne se développe, et plus le travail des hommes est supplanté par celui des femmes et des enfants ».

                • Nicolas Krebs

                  C’est clair que quand l’Angleterre peuplait ses colonies, notament américaines, de déportés de droit commun, c’étaient « les natures les plus saines et les plus vigoureuses ». Ou pas.

          • AGNNP

            Plutot d’accord Léon : cela me rapelle le prof d’histoire qui réussi à m’y faire intérresser

            L’histoire avec les dates et les arbres génélogique, les coucherie de Cunégonde avec les batards me gavait, et je lui avait dit  » c’est la science des commères », et en faisant ses cours dans le sens décrit dans ce texe, j’ai trouvé que l’istoire devenait commestible et enrichissante, il avait fait le pari de me faire changer d’avis = bingo.

            • Léon

              AGNNP, ces citations étaient destinées à prouver, notamment à Nicolas Krebs, que même chez des auteurs sulfureux et avec lesquels on peut être en désaccord total, il est possible de trouver des éléments, surtout s’ils sont isolés de leur contexte, tout à fait acceptables et que donc il ne suffit pas de critiquer la source pour critiquer un argument ou une information qu’on y trouve. Le premier et le deuxième extrait sont de A. Hitler dans « Mein Kampf » et le 3e est de K.Marx dans le « Manifeste du PC. « 

          • Nicolas Krebs

            «Etes-vous d’accord avec ce texte ?»

            Non. La chronologie est importante, et « conserver l’essentiel, oublier l’accessoire » ressemble à un chèque en blanc.

        • Nicolas Krebs

          « Je ne reprendrai pas ici les théories de Eurabia »

          Cette phrase ne critique aucunement les théories eurabiennes.

      • Nicolas Krebs

        « vous tombez dans ce type d’argumentaire qui cherche à discréditer la source de l’argument en non l’argument lui-même. Cela s’appelle chez nous un point momo. Ce n’est pas parce que untel ou untel critique chez Bat Yeor le concept d’Eurabia (sur lequel il y aurait effectivement beaucoup à dire), que cela disqualifie tout, même des éléments purement factuels qu’elle énonce dans son livre, comme les différentes étapes de l’amitié franco-Arabe, facilement vérifiables. »

        Si c’est facilement vérifiables, alors il n’est pas nécessaire de s’appuyer sur le livre de Bat Ye’or. Un historien sérieux ne critique pas l’évaluation du nombre de morts aux camps Auschwitz en s’appuyant sur les travaux de Robert Faurisson. Un épidémiologiste sérieux ne qualifie pas de « sidaïques » les séropositifs.

        Accessoirement, critiquez vous ceux qui soutiennent ou sous-entendent que tout ce qui vient de pays à populations musulmanes est forcément islamique et islamiste ?

        « vous n’avez pas à nous donner d’admitatur sur le fait d’utiliser tel ou tel auteur en soi. »

        Tout à fait. Vous n’avez pas besoin de mon autorisation pour publier ce que vous voulez dans votre site web.

        « Si Bat Yeor donne l’heure ou la météo ce sera aussi du sionisme-complotiste-facho-d’extrême-droite ? »

        Si Bat Yeor donne l’heure ou la météo dans un livre sionisme-complotiste-facho-d’extrême-droite, alors je soupçonnerai que ce soit du sionisme-complotiste-facho-d’extrême-droite, et je ne considèrerais pas que c’est l’heure réelle ou la météo réelle sans l’avoir vérifiée auprès d’une autre source.

        « A aucun moment Aria ne fait référence à ses thèses »

        Si. Elle écrit que « Dans son livre Eurabia, Bat Yeor a recensé tous les faits marquants et les étapes de cette « amitié ». », passage qui fait référence à la thèse eurabienne de Bat Ye’or, et de surcroit sous-entend que cette dernière fait une recension objectif et exhaustive des relations franco-arabes depuis les années 1960.

        « et n’utilise ses propos au-delà de la deuxième phrase parfaitement anodine que vous avez relevée. C’est un peu court pour un procès en sorcellerie… »

        Certes

        « dans l’introduction initiale telle que l’avait rédigée Aria, elle y disait clairement qu’elle n’épousait pas cette thèse. »

        C’est possible. J’ai répondu à ce que j’ai lu.

        « De toute manière, comme pour le Bleu, c’est un peu court comme critique, je trouve. »

        Vu que je suis d’accord avec une bonne partie de l’article, je ne vois pas pourquoi j’aurais du me livrer à une descente en règle de la totalité de son contenu.

        Et j’attend des explications de Aria sur les passages que j’ai relevé. Elle ne veux pas se défendre contre mes critiques, même courtes ?

        « Disons publie des textes avec lesquels Furtif et moi ne sommes pas forcément d’accord (Je précise toutefois que ce n’est pas le cas ici, en ce qui me concerne, en tous cas ) »

        C’est noté.

        « vous êtes qui exactement pour nous faire ainsi des leçons de morale ? »

        Cela ne vous regarde pas, petit chenapan.

        Un Français qui n’aime pas se faire traiter d’antisémite, d’anti-israélien, d’anti-américain, de dhimmi asservis aux arabes musulmans.

        J’apprécierais que disons.fr ne relaie pas les thèses eurabiennes.

  • Léon

    Aria, il y a quelque chose qu’il faut accorder au Furtif, je suis de moins en moins sûr que le terme « d’impérialisme » convienne. En même temps je n’en trouve pas d’autre…
    Je vois les chose ainsi : on a un groupe de pays devenus très riches grâce au pétrole, qui se trouvent être tous de pays musulmans et le plus riche d’entre eux est beaucoup plus que ça, c’est une sorte de Vatican intégriste et moyenâgeux d’une religion qui est en réalité un projet politique. Certes il n’y a pas d’empire industriel, ni militaire, mais il y a un empire financier, c’est incontestable, et une volonté de faire bien plus que du commerce : c’est là où le Peripate se gourre et c’est là aussi que le Furtif minimise l’arme dont dispose cet « impérialisme ». Il est peut-être moins violent en termes guerriers mais constitue néanmoins une menace pour la liberté, les valeurs démocratiques, c’est incontestable aussi. Je vois cela comme un système à déperdition progressive d’énergie : à la tête, des Etats, des groupes parfois virulents qui diffusent un poison qui s’atténue au fur et à mesure qu’il rencontre des résistances. Pour faire court, pour moi, la question de la finance islamique ne se poserait pas en France sans l’Arabie Saoudite, mais l’obligation de faire une loi sur le hijab à l’école ou la burqua dans les lieux publics non plus. Et cette poussée communautariste musulmane est indissociable de l’existence de ses formes les plus intégristes.
    Alors, qu’est ce que c’est ? Certes Furtif a raison, sans les USA le régime n’est sans doute rien sur le plan militaire, mais les petrodollars sont là désormais, USA ou pas USA.
    On parle d’un autre empire financier, celui des Chinois, mais les Chinois n’essaient pas de nous fourguer leur « communisme »,ne financent aucune association d’extrême-gauche, aucune ONG à ma connaissance, ils ne le faisaient déjà pas en 68…
    Non, nous sommes là en présence de quelque chose d’original. Impérialisme ou pas impérialisme ? Je dis impérialisme quand même parce que, encore une fois, je ne trouve pas d’autre mot.

    • Le péripate

      Je ne sais quel angélisme vous m’attribuez. Mais sur le communautarisme, excusez, nous fabriquons le nid où peuvent venir se loger nombres de coucous opportunistes. Que penser des revendications féministes, gays et j’en passent, ne sont-elles pas des revendications qui, au minimum, oublient l’individu pour consacrer des groupes à partir de statistiques, qui deviennent par la magie du verbe des communautés ?
      Et n’est-ce pas sur la destruction des communautés authentiques, la famille, les régions, leurs langues et leurs cultures que s’est édifié une communauté mythique, la République ? Construction artificielle fragile, trop fragile.

      Le communautarisme n’est pas importé. C’est notre réalité. Et que je le déplore n’y change rien.

    • Aria

      Léon,

      Je ne vois aucune raison de ne pas utiliser « impérialisme » quand il s’agit de poser des pions sur des territoires réels et virtuels dans le but de dominer et contrôler.
      L’introduction précise que les arabo-musulmans sont dans la logique de l’Hégire pour conquérir les biens et les esprits. Il me semble que l’article donne suffisamment d’éléments concrets pour le démontrer.
      D’autre part, les arabo-musulmans ne se contentent pas d’un impérialisme économique, ils manient aussi les armes et les armées de l’ombre. Certains militants islamistes qu’on peut voir et entendre sur youtube parlent très explicitement de Djihad.

      Quant au fait que les puissances pétrolières du Golfe n’auraient pas d’industrie, observez que de nos jours, la financiarisation de l’économie a largement pris le pas sur la valeur ajoutée de la production industrielle. On ne peut plus raisonner avec les vieilles théories, le monde a changé.

      Pinailler sur les mots, dans l’abstraction, c’est vraiment un truc de mecs.

      • Léon

        Allons, allons, on se calme SVP. Faut pas m’énerver mon Furtif, après il devient méchant.

        • Le peripate

          C’est simple. Le texte se lit très bien en remplaçant impérialisme par un mot neutre, comme influence. On peut rayer aussi les suppositions hasardeuses (et présentées de façon affirmatives) sur une direction centralisée qui piloterait une politique unique.

  • Causette

    Ce que je sais c’est que des grands financiers (et boursiers) n’ont pas été trop regardant quant à leurs alliances et allégeances.

    « Je certifie que tous les membres de la Société ou de son personnel sont aryens et qu’aucun n’a été ou n’est franc-maçon. » le directeur du Journal des Finances signe son allégeance aux autorités nazies le 3 juin 1941.

    « Le maréchal Pétain, nouveau vice-président du Conseil, est le plus glorieux des drapeaux. […] La France se ressaisit. Ce redressement est gage de la victoire. » Journal des Finances, 24 mai 1940

    « Le chancelier Hitler avait déjà administré la preuve de ses talents de diplomate. Son discours au Reichstag […] le révèle sous un jour nouveau : il témoigne de ses talents d’économiste. » L’Agéfi, 1er février 1939

    « Entre 1942 et 1945, la Bourse américaine a crû de 100 %. » Le Monde, 23 septembre 2002

  • D. Furtif

    je dois rajouter que depuis ce matin je suis assez consterné par cette ahurissante foutaise.= Il y aurait UNE politique arabo musulmane, une fois admise cette hérésie de la pensée plus rien n’empêche d’arriver à cette construction abracadabrantesque d’UN impérialisme arabo musulman qui non seulement serait UN et Arabe…
    Mais enfin de quels arabes parlez vous?
    Ce préjugé, en sa formule globalisante et fausse disqualifie complètement les faits et les chiffres concrets dont vous enrichissez votre article.M’enfin quelle unité entre la Lybie , la Jordanie et le Koweit????

    .
    Il me semblait pourtant que des capitaux brésiliens, espagnols américains anglais voire chinois , étaient investis dans l’économie française. Je ne vois pas en quoi les capitaux arabes dont les détenteurs seraient musulmans bénéficieraient de passe droit ou de rendements particuliers.
    .
    Le pire du pire est le concept d‘Eurabia , vaste foutaise dont je m’étonne que vous le validiez.

    .
    Pour finir votre tentative de disqualification des arguments par moi avancés au titre qu’ils auraient un parfum de marxisme ne vous grandit pas et marque les limites des moyens que vous utilisez.

    .
    Ceci dit
    .
    Il y a bien une tentative pernicieuse de dévoiement et de subversion des valeurs démocratiques et républicaines par les mouvances islamistes venant d’horizons variés . Elles se révèlent à l’examen à usage interne pour consolider le primat de la clique maffieuse saoudienne et son idéologie sectaire salafiste.
    Si, dans une analyse plus universelle , mondiale, on les examine, on voit qu’elles ont un usage qui dépasse largement le cadre étroit national du Proche Orient et sont au service de celui qui leur permet d’exister, et les instrumentalise à son profit l’impérialisme américain.L’ordre mondial vit dans la crainte de l’instauration de régimes démocratiques laïques au Proche Orient.
    À vous lire le Hamas serait arrivé au pouvoir à Gaza par ses seules forces.À peu près de la même manière que la clique qui a reçu les bénédictions de Bernard Henri Levy en Libye.

    Je suis assez étonné de lire de tels propositions peu usitées sur ce blog. Il y aurait un complot arabo musulman.

  • Aria

    Furtif,

    Je ne vois pas où j’ai écrit UNE politique arabo musulmane, puisque non seulement il n’y en a pas mais que la ZALE ne fonctionne pas, que les échanges inter-arabes sont quasi inexistants et que les presses du Maghreb ne cessent de le déplorer.

    Je n’ai pas non plus parlé de pan-arabisme pour la bonne raison qu’il est mort depuis longtemps même si les Egyptiens rêvent de le ressusciter.

    « e ne vois pas en quoi les capitaux arabes dont les détenteurs seraient musulmans bénéficieraient de passe droit ou de rendements particuliers. »
    Le Koweit et le Qatar exemptés de la double imposition par décret, ce n’est pas un « passe-droit » qui permet des « rendements particuliers » ?

    Ah bon, on n’a pas le droit de critiquer le marxisme ? Depuis quand? Je n’ai vu nulle part que Disons.fr était marxiste et punissait ceux et celles qui ne l’étaient pas.

    Quant à vos extrapolations pour me faire dire des choses que je ne dis pas, m’attribuer des pensées que je n’ai pas, c’est de la malhonneteté intellectuelle, de la manipulation et digne d’une pensée totalitaire.
    On peut être en désaccord en opposant les faits aux faits, pas en réécrivant la pensée d’un auteur pour le démolir. C’est vil.

  • Aria

    Pour revenir à l’absence d’industrialisation des pétroliers, leur argent permet largement de pallier ce manque et transformer l’économie mondiale.

    Un exemple, les courses de chameaux montés par des robots téléguidés pour remplacer les enfants pakistanais qu’ils enlevaient et maintenaient en esclavage pour le plaisir de la course.http://www.zonerobotique.com/article-111143-les-robots-deviennent-jockeys.html

    Ceci pour dire que le monde a changé et qu’il faut actualiser ses concepts.

  • AGNNP

    [ miner les cultures et les valeurs des pays non musulmans ]

    Je trouve que l’on se demmerde très bien tout seuls pour cela.

    le consummerisme, lady caca et le reste, le vide profane ( qui forcement crée une aspiration dont les mabouls sont friands) c’est un « complot musulman ?

  • D. Furtif

    Bin dis donc

    .
    malhonnête
    manipulateur
    totalitaire et quoi encore..? ah vil….

    .
    Bin coillon on doit sabrer le champagne chez les aspirants modérés comparses.!
    Depuis Gasty on ne m’avait pas autant complimenté.

    Vous auriez dû ajouter ingrat
    .
    Madame je comprends bien l’effroi et la terreur ressentie par vous d’avoir brusquement à côtoyer un marxiste pire d’être reçu par lui.
    Une telle brutalité dans la révélation quel faute de gout pour une personne habituée aux meilleures compagnies.
    Je dois avouer que j’aurais dû être trop honoré qu’un auteur tel que vous se soit mis à ma table.
    Je m’empresse donc, de vous témoigner la reconnaissance de l’honneur que vous m’ avez fait, du regret de l’importunité que je vous ai causée, et le désir que j’aurais que mon hospitalité , malgré ce fâcheux pas de clerc vous eût paru bonne.
    Si par hasard il vous en a coûté quelque chose pour l’encre ou le couvert, je vous offre de les rembourser comme il est juste. Je n’attends là-dessus que vos ordres pour exécuter vos intentions et vous supplie d’agréer les sentiments avec lesquels j’ai l’honneur d’etre…

    Serviteur Madame

    Donatien Le Furtif fondateur pour une très maigre part du blog Disons.fr et soutier du bouzin de la même manière.

    .
    .
    PS:
    Je vous promets de retourner aux obscurités de ma bauge,de n’en plus sortir que vous ne soyez loin , d’ailleurs j’y suis déjà.

  • Aria

    Furtif,

    Excusez ma bêtise, je pense que vous êtes plus trotzkyste que marxiste. En effet, votre art de déformer les propos d’autrui est une spécialité trotzkyste que j’avais découverte en partageant ma couche avec un adepte aussi beau que le Prince charmant.

    Voici ce que des américains disent sur l’impérialisme arabo-musulmans qu’ils désignent sous le terme « islamisation ». Vous constaterez que la « marionnettiste » yankee a du mal à tirer les ficelles :

    Par conséquent, pour défendre la liberté, nous nous opposons à l’avancement de la charia dans toutes ses manifestations dans ce pays, à savoir :

    – L’utilisation de la charia pour statuer dans des procès devant les tribunaux américains, ce qui généralement victimise les femmes impliquées dans de tels cas;
    – L’adoption de dispositions de la finance islamique par les institutions financières américaines, ce qui suppose la restriction des secteurs entiers de l’économie américaine, et permet un dangereux accès des suprémacistes islamiques à notre appareil financier;
    – L’acceptation de prescriptions de la charia dans les lieux de travail américains, les écoles et les institutions gouvernementales, ce qui est généralement destiné à établir les musulmans comme une classe spéciale avec des droits et des privilèges particuliers dont les non-musulmans ne bénéficient pas (exactement comme la charia prévoit);
    – La construction de méga-mosquées destinées à affirmer la suprématie islamique, et qui seront consacrées à l’enseignement des principes de la Charia dans les quartiers américains;
    – Le relâchement du contrôle approprié et justifié de la communauté musulmane américaine pour des activités terroristes et séditieuses, de peur d’offenser les musulmans;
    – La brutalisation et l’assassinat de femmes aux Etats-Unis lors de crimes d’honneur islamiques qui sont ensuite oubliés ou légèrement punis par les autorités soucieux de ne pas offenser la communauté musulmane;
    – La partialité des médias qui se concentre sur un inexistant « retour de baton » anti-musulman après chaque manifestation de jihad aux Etats-Unis, plutôt que sur la réalité de l’activité du djihad dans les mosquées américaines, et qui ignore ou minimise les liens djihadistes des organisations musulmans soit-disant « modérés» des États-Unis ;
    – La diabolisation constante par les médias des militants anti-jihad, en accord avec les dispositions de la charia interdisant la critique de l’islam;
    .. et toutes les autres manifestations de l’islamisation de l’Amérique.

    Nous sommes pour :

    – La liberté d’expression – par opposition aux interdictions islamiques du « blasphème » et de la »calomnie », utilisées, avec efficacité, pour empêcher toute discussion honnête sur le jihad et le suprémacisme islamique;
    – La liberté de conscience – par opposition à la peine de mort islamique pour apostasie;
    – L’égalité des droits de tous devant la loi – par opposition à la discrimination institutionnalisée contre la charia les femmes et les non-musulmans.

    Source : http://ripostelaique.com/islam-rassemblement-europeen-a-strasbourg-le-2-juillet.html Vous y trouverez l’appel complet contre l’islamisation pour le rassemblement du 2 juillet à Strasbourg.

  • Aria

    Furtif,

    Donatien Le Furtif fondateur pour une très maigre part du blog Disons.fr et soutier du bouzin de la même manière.

    .O, Monseigneur, j’ignorais que vous étiez l’âme de ce blog auquel j’ai été invitée par Léon.
    Je reconnais donc que j’ai manqué de courtoisie vis à vis de mon hôte en ne me soumettant pas au diktat de sa pensée.

    Léon ne m’avait pas avertie de l’obligation de se rallier au politiquement correct de ce blog.
    Croyez bien, Monsieur Furtif, que je regrette de vous avoir froissé dans votre propre maison. Je déplore mon absence de courtoisie tout en sollicitant votre indulgence sachant que je n’avais pas été informée de la ligne à suivre.
    L’eusse-ai-je été, j’aurais publié cet article sur mon propre blog et pas sur le votre.

    Voyez-vous, s’il y a une chose qui me caractérise, c’est l’insoumission aux idéologies, quelles qu’elles soient, et la liberté de penser, d’écrire et d’être aussi sincère vis-à-vis de moi-même que d’autrui.

    Je vous invite à vous retourner vers Léon qui, visiblement, a commis une faute diplomatique et idéologique en m’invitant à écrire sur Disons.fr.

    Permettez-moi d’ajouter que je suis fort déçue par votre obstination et votre refus de l’échange dans le but d’éclairer la pensée. La votre, la mienne, la notre, les leurs.

  • Léon

    Essayons svp de dépasser ces crispations un peu excessives. L’intérêt de Disons est d’essayer d’y faire dialoguer des gens différents, qui ne pensent pas pareil, cela suppose qu’on accepte de faire diminuer parfois la pression, alors merci à vous deux de baisser d’un ton, sinon cela finira à nouveau par un appauvrissement de ce blog.

    Je comprends les objections du Furtif et je les trouve fondées à bien des égards. Mais la raison en est qu’on est en présence, avec l’islam, d’un truc un peu original difficile à caractériser, mais que l’on peut finalement comparer au communisme : une doctrine « holiste », c’est-à dire qui prétend régler tous les aspects de la vie, antidémocratique, qui revêt des formes variées et plus ou moins totalitaires, avec un centre qui finance sa diffusion. Appeler cela un « impérialisme » n’est pas que une question de vocabulaire car c’est faire référence aux autres impérialismes connus da l’Histoire dont il diffère beaucoup. Faire un article là-dessus est difficile. Celui d’Aria a essayé de l’évaluer en tentant d’en mesurer la force et en mettant en lumière des intentions. A ce titre je trouve que c’est un travail intéressant et original. Les interprétations qu’en font les uns et les autres sont, à la limite, beaucoup moins utiles : eurabia pas eurabia, les arabes le couteau entre les dents ou pas, ce n’est pas vraiment le sujet : quels arabes, quel couteau etc… Au fond tout cela tourne autour du même sujet, le fondamentalisme musulman, son expansion, qui pousse y compris des formes « atténuées » à s’étendre, son incompatibilité avec les valeurs démocratiques et la terreur qu’il inspire chez les femmes en général et en particulier les féministes.

    Nous avons quoi au fond ? un espèce de truc qui tourne finalement autour de la notion d’oumma, hétérogène, mais qui comporte des éléments extrémistes devenus richissimes grâce au pétrole et c’est ce qui en fait sans doute son originalité absolue et son danger par les moyens financiers dont il dispose. Cela mérite d’être regardé de près. L’article d’Aria est essentiellement factuel, il évite les aspects fantasmatiques ou strictement guerriers du terrorisme et c’est ce qui en fait son intérêt principal. Et je maintiens que, lorsque les Brésiliens mettent des capitaux dans l’économie française, ils ne nous « vendent » rien d’autre, que les Chinois n’en profitent pas pour nous refourguer leur version du communisme. Il convient d’être beaucoup plus vigilant lorsqu’on voit arriver des capitaux saoudiens ou qataris, l’expérience de pays voisins comme la Belgique, tout comme la réaction récente de la Norvège doivent servir de leçon.
    L’introduction en France de la finance islamique est, selon moi, une capitulation gravissime qui justifie à elle seule l’article d’Aria.

  • Aria

    Déclaration d’indépendance :

    Je n’ai pas renoncé à écrire sur RL et Gagavox pour subir des atteintes à ma liberté sur Disons.fr.
    J’ai renoncé à participer à Fessebouc, NPNS, les chiennes de garde, Sos sexisme, blog Isabelle Alonso, forums France TV et bien d’autres parce que j’y étais censurée, manipulée, insultée, salie pour cause de non politiquement correct.

    Pour conserver ma liberté de penser et fuir toutes les manipulations idéologiques, j’ai réactivé mon vieux blog, La Connectrice, en mars dernier. C’est du boulot mais je suis seule maîtresse à bord, libre de réfléchir, d’écrire, de reconnaître mes erreurs, de m’enrichir de contributions constructives et de m’épargner des bactéries contre-productives.

    Je ne suis pas venue sur Disons.fr pour retrouver ce que j’ai fui ailleurs. Qu’on se le dise!

    Je suis venue sur Disons.fr pour le plaisir de l’échange, de la collaboration constructive et l’amitié. Je me réjouissais d’avoir un blog ami du mien. Je suis déçue, une fois de plus et je retourne à ma bergerie. Dommage pour Disons.fr, dommage pour mes illusions perdues.

    • Nicolas Krebs

      Vous ne donnerez aucun explication à la présence du terme « Eurabia » et des noms de Bat Ye’or et de son livre « Eurabia: The Euro-Arab Axis » dans votre article ?

  • Léon

    Ppersonne n’a attenté à votre liberté, Aria, SVP, j’ai m^me consacré beaucoup d’énergie à vous aider à faire cet article.

  • Léon

    Faites tous chier, c’est moi qui vais arrêter Disons.

  • Aria

    Léon,
    Je vous suis très reconnaissante de m’avoir aidée à terminer cet article difficile parce que se voulant honnête et factuel. Votre aide a été sans prix.
    Je vous apprécie beaucoup mais je n’ai pas envie de me colleter à des comportements désagréables. J’ai assez donné comme je l’explique dans mon post précédent.
    Les disputes de cour de récréation ne m’intéressent pas.
    Je n’ai pas beaucoup d’énergie alors je préfère la consacrer à mon propre blog auquel je vous invite à participer;-))))))))) Je vous y garantis la paix;-)
    Je vous considère comme un ami, Léon, mais il y a des limites à ce que je peux supporter, non parce que mes idées seraient remises en cause mais parce qu’elles seraient cassées avant que d’être entendues et débattues, par principe.

  • Aria

    Non, Léon. Disons est un excellent blog mis en lien sur le mien, d’ailleurs. Continuez.
    Et je vous offrirai mon aide dans la mesure de mes pauvres moyens;-)

    • yohan

      Aria
      Je crois qu’on peut bien accepter ici d’être parfois en désaccord à partir du moment où la critique ne cède pas à l’insulte. Reste avec nous

  • COLRE

    Bonjour Aria,

    Je serais désolée que tu t’en ailles, réfléchis encore…
    Je t’avais prévenue 😉 furtif est chatouilleux sur le rôle univoque du maître du monde américain (aïe, pas sur la tête, siouplaît), et en cela il est dans une culture politique que je connais bien, moi qui suis une benjamine post-soivante-huit et queue de comète du baby-boom.

    Il est dans cette culture idéologique du seul vrai impérialisme qui vaille, l’impérialisme US, discours que j’ai personnellement entendu des millions de fois : culture gauchiste, communiste ou trotskiste, comme tu voudras, mais culture qui a complètement infusé dans notre inconscient collectif de français, depuis la guerre, d’autant plus avec De Gaulle, US go home, sortie de l’OTAN, politique arabe, etc. L’alliance du gaullisme et de la gauche, ça fait masse et ça te structure une pensée pour toujours.

    J’ai fini par comprendre que cette grille de lecture était indélébile, avec le temps, et empêchait de voir les nouvelles situations et les nouveaux rapports de force.
    Beaucoup de gens sont encore dans les outils intellectuels de la Guerre froide (je ne parle pas de furtif).

    C’est vrai que furtif est soupe-au-lait, mais toi aussi (et moi aussi ! 😉 ) et il faut faire la part des choses…

  • ranta

    Pfouuuuuuu z’êtes chiants et chiantes?

    Non Aria, on n’est pas obligé de penser comme le Furtif, et oui malgré ça on peut discuter et même se comprendre, voire même s’apprécier. je pense pas comme le Furtif et pourtant je l’apprécie, sans doute parce que j’ai chercher à le connaître. Oui, il est soupe au lait, comme bien d’autres, dont moi.

    Ton article est la somme d’un travail considérable,en outre il est très long. Il est donc inévitable qu’il fasse l’objet de points de désaccords, à quoi rimerait un article parfait au sujet duquel il n’y aurait rien à dire ?

    Perso, j’ai appris un terme : Arabia et ce qu’il sous entend. Honnêtement je ne sais pas trop quoi en penser, bien que de prime abord cela me semble avoir des relents complotisme et servir de fourre-tout à tous nos « amis » des extrêmes.

    Finalement, je pense que c’est le péripate qui a trouvé le terme juste : influence.

    • Nicolas Krebs

      « Perso, j’ai appris un terme : Arabia et ce qu’il sous entend. »

      Voulez vous dire « Eurabia » ?

      • AGNNP

        Eurabia, Arabia, Charia

        Voyons…

        Eurochariabia, serait la novlangue de cet entrisme sournois, ou celle des tenant de la théorie de l’Eurabia ? ( plus pour le plaisir de jongler que d’échafauder)

  • asinus

    yep dommage Aria je me sentais moi seul :vous articuliez par un discour ce que je ressent confusement.
    Le Furtif ne m’est pas toujours compréhensible » de mon fait surement » mais lui et Léon contribuent
    à rendre les rencontres supportables ici .
    A vous revoir !
    Asinus : ne varietur

  • Aria

    Colre, je suis entièrement OK avec ton analyse. Un constat réaliste de ce qui aveugle certains esprits.

    Ranta, ce que je n’accepte pas c’est qu’on parle à ma place, qu’on déforme mes propos pour justifier des jugements, une technique propre à tous les idéologues qui ne supportent pas qu’on pense différemment et qu’on n’adhère pas à leurs objectifs.

    Sinon, je suis toujours OK pour débattre et remettre en question mes propres analyses quand de nouveaux éléments m’éclairent sur mes erreurs.

    Mais qu’on me dises « tu as dit ça », « tu penses que », tu es pour ou contre alors ?, quand je n’ai pas dit « ça », ni pensé « ça », ni que je suis forcément pour ou contre, ça ne m’intéresse pas. C’est un jugement de tribunal, pas une discussion.

    • ranta

      Aria,

      C’est toujours le même phénomène. dans une discussion entre quatzieux on note immédiatement si on blesse l’autre et on peut reformuler ou s’expliquer ou alors insister. Via un clavier, on n’a pas cette notion; on va utiliser des mots, des termes, des tournures qui peuvent être interprétés, qui laissent à penser qu’on te manipule, qu’on te fait dire ce que tu ne dis pas, etc…. la liste est longue.

  • Tess Hardy

    L’article est idéologique, donc il entraine des désaccords.

    • asinus

      L’article est idéologique, donc il entraine des désaccords

      bonjour Tess Hardy meme un ane comme votre serviteur peut lire entre vos lignes
      que la seule idéologue ici c’est vous , je conviens que le terme idéologie n’explicite pas suffisement
      votre engagement théologique/théocratique mais à défaut d’etre assumé il est audible soyez en assurée.

      • Tess Hardy

        Les commentaires en accord avec l’article affirment son côté idéologique et militant, puisque si l’on tente de modérer l’idéologie de l’article on est supposé appartenir au camp de l’adversaire qui est stigmatisé par l’article, donc l’arabo-musulman.

        L’article voudrait qu’on prenne parti pour un camp où pour l’autre, en écartant toute possibilité d’une voie modérée et conciliante.

        • asinus

          d’une voie modérée et conciliante.

          @ Tess Hardy  » dieu n’aime pas les tiedes »
          pour la clarté du débat soyez assurée que j ‘ai conscience que chaque coup de boutoir de l’islam
          contre la société laique est applaudis en sourdine par les deux religions soeurs du livre que nous
          avons mis des siecles a confiner aux lieux de cultes et à la sphere privée.

          « toute possibilité d’une voie modérée et conciliante ».
          s’agissant de l ‘islam vivant en ZUS à marseille et travaillant comme ouvrier permettez moi de vous dire
          que ce sont des  » foutaises »  » reverence gardée .Jai longtemps vécu indifférent et lui etant indifférent à l’islam ça n’est plus le cas .Il envahi l’espace publique impose ses criteres ,halal foulards piscines non mixtes cours de sciences et de gyms boycottés par les filles sur ordres des parents , a l hopital nord les femmes toubibs sont éxigées par les barbus pour leurs soumises ect les fetes de quartiers et autres activitées ne se font qu avec l aval des barbus qui assure la police des moeurs aupres des minots et la reislamisation vestimentaire touche aussi les hommes sur le marché ce matin , alors l’attitude conciliante de l’islam elle est reservée aux dhimmis et à ceux faisant soumission.
          si vous pouviez m’eviter l anatheme raciste en me la jouant adversaire de l’arabo musulman, sur ago
          je me fais moinsser joyeusement par de vrais racistes eux entre les delires des sionniste qui bouffe de l arabe et les antisionistes qui dissimule si mal leur antisemitisme.
          Je persiste à penser que la religion est un danger pour notre nation et notre mode societal et comme
          j’ai le sens des priorités je suis moins inquiet du curé ésseulé dans son église que des imans sponsorisés par les enfoirés waabistes et^préchant de maniere musclée au pieds de ma tour.
          Asinus :ne varietur

          • Tess Hardy

            La véhémence de votre discours ne pourrait résoudre les problèmes s’il y en avait.

            • asinus

              yep vu qu’ il n’y a pas de probleme nous allons donc continuer nos passe temps préférés chacun de notre coté , vous l’endormissement des moutons et moi le tir sur cible gageons que l’une de ses occupations trouvera son utilité pour répondre à l’autre .

  • yohan

    Pas d’accord. Pour moi, il est plus factuel qu’idéologique. Il suggère de s’inquiéter à juste titre. Je ne sais pas où vous résidez, mais moi je bosse et je vis dans Paris Est et l’évolution que j’observe, année après année, en matière d’insécurité, d’immigration africaine, roumaine et de communautarisme visible à l’oeil nu, oui, il a bien des raisons de s’inquiéter pour le futur vivre ensemble. Côté boulot, cette évolution fait que je perds des clients et que ma boite se casse la gueule. Mes filles n’osent plus sortir seules le soir. Mes voisins âgés ont subi deux agressions à la carte bleues au DAB. La semaine dernière, le petit jeune du dessus s’est fait molester devant notre immeuble par des glandeurs en casquette. Depuis la loi sur le niqab, on ne voit plus certes des burqa et autres niqab. En revanche, je vois que le hijab fleurit partout. Ras le bol !
    Prochaine étape, je quitte l’Ile de France.

    • Aria

      Yohan je confirme tes observations. Je fais exactement les mêmes dans mon quartier. Y compris pour les agressions de personnes qui sont quotidiennes, surtout sur les vieilles dames. Ils se mettent à deux ou trois : pour prouver leur virilité sans doute;-(
      Un peu plus bas ce sont les Chinoises de Belleville comme il est rappelé dans un article précédent de Disons.fr.
      Ce n’est pas tout, une amie m’a raconté l’intrusion récente dans la nuit d’une bande de noirs bling-bling semant la terreur dans un bistrot tranquille. Heureusement, le patron a pu appeler les flics….Ils sont parfois utiles;-)

      Mais si tous ces voyous et ces bandes peuvent agir, c’est avec le soutien occulte des autorités locales qui se réjouissent de l’existence d’abcès de fixation de la délinquance qui leur permettront de justifier leurs programmes d’aide aux « démunis ». Entendez les Afro-musulmans et musulmans du Maghreb qui, à l’exception des Kabyles, se mettent volontairement en marge pour récupérer la « dette coloniale » par les aides sociales et le racket. Le PS se nourrit de la misère qu’il encourage tandis que les délinquants exploitent le PS et les bobos PS pour justifier le refus des lois de la République.

      Avez-vous une idée du nombre d’emplois créés par la « Politique de la ville » et toutes les associations liées au PS ? Emplois bien entendu attribués à des militants ou sympathisants PS.

      Tout ceci, je l’ai personnellement observé pour avoir fait partie des bénévoles naïfs qui souhaitent sincèrement contribuer à la solidarité.

      Je précise que ce n’est pas pour autant que je pense que l’UMP fait mieux, ni aucun autre parti d’ailleurs. Je ne connais pas d’organisation qui se souci réellement du bien commun avant que de s’occuper de ses intérêts personnels.

      • yohan

        Aria
        Si j’étais seul dans mon cas, je me poserais des questions sur le fait de ne plus voter à gauche, comme je l’ai fait trente ans durant comme militant associatif, conseiller de quartier, et après m’être investi hier dans l’insertion sociale et professionnelle des populations d’origine étrangère. Mais, dans mon métier, je côtoie des vieux immigrés tout à fait intégrés qui pensent comme moi. Eux comme moi sommes assez légitimes pour dire que nous sommes allés trop loin aujourd’hui.

    • COLRE

      J’ai déjà évoqué, ici-même, le problème de Belleville que je connais pour y avoir de très proches amis qui vivent là, dans des HLM depuis plus de 20 ans.

      Il faudrait que je recherche mes commentaires, car je vais me répéter : ils ont vu et subi le changement dramatique du quartier et de leur cité. La dernière vague est africaine, pas du tout intégrée, avec des traditions culturelles très virilistes (les fils sont éduqués comme rois du monde, avec une violence fortement recommandée par leur statut familial), avec de nombreux jeunes enfants, souvent abandonnés à eux-mêmes dans la journée et dont on imagine facilement les activités principales…

      Même les Arabes s’en vont ! 😉 … Les vieux immigrés n’en peuvent plus, pas plus que les populations anciennes, « blanches », à force d’être rackettées, agressées, objet d’incivilités perpétuelles et d’insultes racistes, elles s’en vont dès que possible, amenant ceux qui restent dans des ghettos ethniques toujours plus concentrés et sans mixité sociale.

      Voilà : ça c’est une réalité qu’il faut regarder en face, analyser et traiter.

      Ceux qui l’évoquent, ceux qui s’en plaignent, ceux qui la vivent, ne sont quand même pas des sales fachos, merde !

      Moi je ne tiendrais pas 5mn dans ce genre d’habitat et de cohabitation violente et insécure, à monter les 7 étages à pied avec les courses passe que l’ascenseur est « en panne », à retrouver ma voiture vandalisée ou à me faire piquer mon 5 ème scooter en 1 an, pourtant enfermé à double tour dans le box, à supporter toutes les portes d’entrée toujours cassées pour laisser passer les dealers qui doivent pouvoir entrer et sortir sans être inquiétés, à ne jamais pouvoir inviter quiconque chez soi, à m’angoisser quand je rentre le soir après le boulot et qu’il fait nuit…
      etc etc etc!!!

      Je me demande où ils vivent, les Tess, sisy, momo et compagnie : sûrement pas là. Je défie quiconque de normalement constitué, de trouver normal de vivre dans ces conditions.

      • Tess Hardy

        Le problème que vous exposez est la pauvreté. La pauvreté a toujours existé en France, et elle n’est pas causée par l’immigration.
        Il faudrait plutôt aller voir du côté de l’alcoolisme et des drogues, et de l’analphabétisme. Enfin, certaines personnes choisissent la pauvreté qu’elles considèrent comme une forme de vie libre. Par exemple, certains SDF refusent de se voir diriger vers des centres d’accueils.

        • COLRE

          Donc, il y a 20 ans, dans les HLM dont je parle, puisque la vie y était vivable, c’est que la pauvreté n’existait pas ?!

          Super, votre raisonnement…

          • Tess Hardy

            Toutes les populations pauvres ont été déplacées régulièrement vers des HLM pour améliorer leurs conditions de vie et leur confort.

            Et la pauvreté endémique a rétabli les mêmes problèmes qu’on trouvait dans ce qui était nommé « la zone » dans les années 50, c’est-à-dire les bidonvilles autour de Paris.

            La délinquance est le fait de la pauvreté et de l’analphabétisme, du chômage et de l’alcoolisme et des drogues.

            Il n’y a aucune cause liée aux provenances françaises ou étrangères des populations. Puisque il y a toujours une population d’origine française qui appartient à la population installée dans la pauvreté, et ceci depuis des siècles.

            Et il n’y a aucun lieu ou quartier pauvre qui serait dépourvu de délinquance, il y a 20 ou aujourd’hui, car on la retrouve aussi dans les quartiers riches et sous d’autres formes plus cachées.

        • COLRE

          Tess, je ne veux pas être désagréable, mais vous avez quel âge ? 😯

          Vous nous récitez votre mantra sur la « pauvreté éternelle chez les peuples », sans la moindre idée des corollaires !

          Vous me sortez le cliché habituel : pauvreté => délinquance, sans même vous rendre compte des implications, qui sont pour moi incacceptables.

          – D’abord, c’est une insulte envers l’immense majorité des pauvres qui ne sont pas délinquants…
          NON, la pauvreté n’entraîne pas la délinquance…

          – Ensuite, c’est envisager que les riches ne sont pas délinquants ! ce qui est également une insulte aux pauvres et une belle bêtise…
          SI, bien sûr que les riches sont délinquants… et certainement autant.

          • Tess Hardy

            Mon commentaire disait clairement que la pauvreté n’est pas le fait des immigrés et que la pauvreté favorise la délinquance, mais qu’on la trouve aussi chez les riches sous une forme plus cachée. Il serait absurde de dire que tous les pauvres sont des délinquants, ce que personne n’a dit.

            • COLRE

              Citation : « La délinquance est le fait de la pauvreté et de l’analphabétisme, du chômage et de l’alcoolisme et des drogues ».
              C’est bien de vous, cela, non ?

              Bon… Je ne discute pas avec des gens de mauvaise foi…

      • yohan

        Tout à fait Colre,
        Ceux qui les ont précédé dans ces quartiers étaient même plus pauvres, car il n’y avait pas autant d’allocs qu’aujourd’hui. Pourtant, il y avait que très peu de délinquance, juste quelques malfrats à l’ancienne et gigolos casse croûte qu’on pouvait même côtoyer en allant manger le couscous. Belleville en 1970, c’était un mix d’ouvriers de la plasturgie, des petits commerçants, des imprimeurs, des artisans du cuir, des immigrés juifs puis arabes arrivés dans les années 60 qui montaient des petits commerces ou travaillaient dans le BTP. Même pendant la guerre des six jours,le quartier est resté calme. Les nouveaux arrivants venus d’afrique noire ont beaucoup d’enfants, livrés à la rue très jeunes. A partir de 14 ans, ils commencent à tenir les murs et après, tout est à l’avenant, car il n’y a personne à la maison pour les éduquer, les familles étant très souvent éclatées, père absent reparti au pays.
        Les chibanis s’en plaignent. Ils aimeraient bien se loger ailleurs, mais ne le peuvent pas. Bariani et Charzat sont grandement responsables d’avoir construit des cités ghetto pour immigrés pauvres, enfants d’immigrés pauvres.
        Tess peut toujours ergoter, mais le rapport pauvreté = délinquance est inepte. En revanche, le tryptique analphabétisme des parents/défaut d’éducation/logement en HLM ghetto est générateur de délinquance exponentielle

        • Tess Hardy

          Yohan,

          Il est normal que vous trouviez la délinquance des « malfrats à l’ancienne » inoffensive car elle est désactivée puisqu’elle est un souvenir de votre jeunesse et quand on atteint un âge mûr tous les souvenirs bons ou mauvais prennent des aspects agréables dus à la nostalgie qu’ils apportent.

          Votre description des derniers arrivants, qui seraient des délinquants plus aguerris que leurs prédécesseurs, est semblable aux récits de tous les auteurs qui ont critiqué la délinquance de leur temps, et surtout au XIXème siècle. Comme si rien n’avait changé.

          Ce que nous avons connu jeunes est toujours beau et le présent est seul coupable des pires maux.

          • Léon

            Demian-chou, allez donc troller ailleurs…

          • yohan

            Ai-je écrit « inoffensive » ?. Les malfrats d’hier étaient moins nombreux et moins imprévisibles que ceux qui aujourd’hui défouraillent à tout propos, plantent un gus pour un regard de travers ou une cigarette refusée, et tabassent des jeunes filles pour leur piquer leur Iphone. Si vous trouvez que mon prisme est déformé par le temps, alors le vôtre est déformé par l’abus de Gévéor.

  • Le péripate

    Conspiracy Watch a un article qui répond assez bien à celui-ci. Le péril islamiste existe-t-il.

  • yohan

    Le commentaire est plus éclairé que l’article

  • COLRE

    Je ne suis pas historienne, mais tout le monde sait que, si le mot « impérialiste » est de construction plutôt récente, il recouvre une réalité qui ne date pas d’aujourd’hui !
    Dès les grands empires de l’Antiquité, l’impérialisme de conquête associé aux stratégies coloniales existait. Sur tous les continents, indépendamment les uns des autres, en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie, au Proche Orient… de grands empires se sont montés puis effondrés.

    Vouloir restreindre l’impérialisme à celui de la doxa marxiste, cantonnée dans la logique du Grand Capital, me paraît à moi inefficace et conduire à ces interprétations monomaniaques et (je le pense) participant au grand déni de réalité dont se plaignent (presque) tous, sur ce blog.

    C’est s’empêcher d’analyser la domination là où elle se trouve en un temps « T ».
    C’est oublier les 57 membres de l’OCI, le cartel de l’OPEP, les milliers de milliards de fonds souverains, les valeurs totalitaires de l’islamisme…

    Même « Tess », après ses interventions islamophiles, finit par admettre ce qu’elle niait jusque là : que les « Arabes » représentent un impérialisme à l’instar des autres… et que « tous les impérialismes se valent » !

    C’est pour moi une évidence, et il faudrait cesser de voir les pays émergents et ex-tiers-monde comme les éternelles victimes post-coloniales des impérialismes seulement occidentaux.

    La grande « innocence » de ces peuples, qui ne seraient que le « bras » armé de l’impérialisme US qui est lui, bien évidemment, la « tête », a des relents paternalistes, pour ne pas dire insultants chez certains.
    Le « cerveau », c’est les yankees, les « bras », obéissants, simples instruments, sont pour ces benêts qui se laissent manipuler…

    Je comprends la réaction de Aria ou de Yohan. Cette rengaine matraquée jusqu’à plus soif depuis des décennies finit par exaspérer, radicaliser, susciter la violence et pousser vers les terres extrémistes…

  • Tess Hardy

    @ Colre,

    Une historienne ne peut être islamophobe ni islamophile, elle étudie l’histoire objective, hors des conflits idéologiques du présent qui troublent l’esprit et les analyses des faits.

  • Aria

    Colre, j’apprécie ta sage sagesse argumentée.;-)

  • Aria

    Religion et économie

    J’ai appris quelque chose aujourd’hui. La dentelle de Calais faisait flores grâce aux mantilles obligatoires pour pénétrer dans une église. En 1964, le Pape a déclaré que la mantille, le voile, tout ce qui couvre la tête n’était plus obligatoire. La commande de mantilles a chuté de près de 70% et les industries de la dentelle de calais se sont effondrées, le chômage et la ruine ont suivi.
    Comme quoi, il y a bien un lien entre dogmatisme religieux et économie….dans un sens comme dans l’autre, vers la prospérité ou vers la ruine.
    Quelle est aujourd’hui la religion la plus dogmatique ?

  • Ce papier accumule les amalgames dangereux et reussit surtout a jeter de l’huile sur le feu.

    Pas d’accord pour resumer l’Islam aux impostures fondamentalistes.

    Par ailleurs, si la classe politique francaise est sous influence, les fondamentalistes islamistes n’ont pas vraiment le monopole, et les pires ennemis viennent de l’interieur.

    La meilleure arme reste la transparence, exposer les impostures, et surtout en evitant de faire le jeu des marchands de haines de tous bords.

  • Léon

    Stephane : La question de savoir s’il y a une différence entre islamisme et islam a fait et fait toujours débat chez Disons ( et ailleurs). Je suis de ceux qui pensent que l’imposture consiste à faire la différence et non l’amalgame. En d’autre termes, pour moi l’islam modéré n’existe pas en tant que doctrine, il n’y a que des musulmans modérés qui en réalité sont de « mauvais musulmans », en ce qu’ils ne suivent pas ou n’acceptent pas, en partie au moins, les préceptes de l’islam.Un islam qui ne serait pas islamiste et donc pas fondamentaliste supposerait une refonte doctrinale complète de cette religion pour laquelle on ne voit nullement quelle autorité serait actuellement en mesure de l’accomplir. On peut aussi considérer que « éviter de jeter de l’huile sur le feu » si l’on est persuadé de la dangerosité de la doctrine, c’est faire preuve d’aveuglement et de lâcheté. Quant aux « amalgames dangereux » , je veux bien mais lesquels ?

    Rentrons dans le concret : cet article montre qu’il y a une tentative, poussée par les pouvoirs publics d’introduire la finance islamique dans les institutions financières françaises. Aria a parfaitement montré que cela conduit nécessairement à l’introduction de ces Shariah boards chargés d’évaluer la conformité des opérations de ces banques avec la charia et la morale islamique. Logiquement cela conduirait, par exemple, à refuser un prêt pour créer un journal destiné aux homosexuels, ou à un viticulteur, ou, probablement, un garage de réparations automobiles, comme il y en a eu un dans mon coin, tenu par des femmes . Vous estimez que dénoncer cela c’est « mettre de l’huile sur le feu » ? Ou est-ce au contraire une entreprise de lucidité et de courage ?

    • yohan

      Léon : même « musulman modéré » est une appelation que réfutent de nombreux musulmans. Musulman leur suffit 😉

  • Léon

    Il y a d’autre part une contradiction que je ne comprends pas : vous dénoncez chez le pouvoir sarkozyste le « bradage » de la notion de laïcité mais, si je comprends bien, pas chez les musulmans chez qui cette notion n’existe carrément pas et qui ne l’acceptent en France que du bout des lèvres parce que le rapport de forces leur est ici défavorable, (et que l’on peut éventuellement soupçonner de pratiquer la taqquya ( dissimulation) puisqu’elle est inscrite dans les préceptes-mêmes de l’islam).
    C’est comme si, dans un cambriolage, vous condamniez le propriétaire qui n’a pas mis de serrures suffisantes sur ses portes au lieu de condamner le cambrioleur.

  • Léon

    Question pour terminer : ce texte que vous mettez dans votre blogule, je n’ai pas compris d’où il vient, qui l’a rédigé, qui l’a accepté ou signé ?

  • COLRE

    Salut Stéphane,

    Vous qui êtes si tatillon à l’égard de la séparation des pouvoirs et du respect de la laïcité, comment ne pas vous récrier contre une religion qui professe (noir sur blanc) vouloir réunir l’ensemble des pouvoirs temporels entre les mains d’un seul, et qui plus est : Dieu ?… 😉

    Je m’étonne de votre frilosité à l’égard de l’Islam, alors qu’il ne vous dérange pas de manier l’ironie et le gourdin à l’égard de Bush, Benoît ou Sarko, sans prendre beaucoup de gants (ce que je comprends)… Pourquoi tant de ménagement soudain pour ce fondamentalisme-là ?…

    Personnellement, je ne ménage pas une idéologie religieuse qui cherche à infuser sa doctrine misogyne et totalitaire par tous les rouages faibles de la société républicaine qui est la mienne: je la dénonce.

    Vous dites : « La meilleure arme reste la transparence, exposer les impostures » : c’est bien ce que fait cet article en accumulant des faits gentiment occultés par les médias (on se demande bien pourquoi…).

    « et surtout en evitant de faire le jeu des marchands de haines de tous bords » : voilà une injonction que je ne comprends pas… 😯 Vous faites quoi, vous, avec les « marchands de haines » ???
    De mon point de vue, il faut combattre leurs manoeuvres, pas leur faire des mamours par crainte de les fâcher…

  • COLRE

    Bonjour Causette,
    Poser la question, c’est y répondre… 8)

  • Tess Hardy

    L’exemplarité de l’humour exigerait qu’on se mette la capote sur sa tête à soi, avant d’en couvrir d’autres têtes pour rire.

  • Tess Hardy

    C’est un peu ce que l’occident catholique fait en la mettant sur la tête du pape.

  • Causette

    pioché dans observatoire des religions.
    conclusion de l’article de Hamdi Khalfaoui: islam et développement (7 pages)
    mars 2010:

    C’est à travers l’exploration empirique que nous avons choisi de traiter de la corrélation entre Islam et croissance économique afin de « contextualiser » la problématique sans partis pris et sans affirmations hâtives et subjectives.

    Le résultat empirique trouvé débouche sur une relation globalement positive entre l’Islam et la croissance économique. Néanmoins le bien être de l’Islam ne peut pas être valorisé dans les pays musulmans où la corruption gouvernementale est largement instauré

    Il est donc indispensable de repenser le rôle économique de l’Etat. Ce sont les voies et les orientations politiques qui doivent être différentes. Le cadre réglementaire est garant de l’amélioration du fonctionnement des marchés et des activités des secteurs publique et privé.

    Certes, l’Islam ainsi que les autres religions prônent incontestablement le développement économique. Le sous-développement actuel de certains pays Islamiques est du à des facteurs doctrinaux indépendants de l’Islam

    L’exemple des quelques pays Islamiques (l’Indonésie, la Malaisie, l’Iran, la Turquie, la Tunisie et le Maroc) qui se trouvent aujourd’hui parmi le staff des pays émergents constitue un argument fort pour innocenter l’Islam du sous développement chronique de certains autres pays Islamiques.

    • Causette

      Bonjour (bonsoir) Colre 😉

    • Le péripate

      Oui. On feint le plus souvent d’ignorer que si nombre de ces pays sont musulmans, ils sont d’abord « socialistes ». Enfin en théorie.

      • COLRE

        « Socialistes » 😯 l’Arabie saoudite ?! l’Egypte ? le Maroc ? l’Iran ? la Syrie ? le Yémen ?…
        aaah, je comprends mieux, dans ce cas, pourquoi vous êtes si viscéralement anti-socialiste… moi aussi alors, comme vous, je suis anti-schtroumpf… 😉

        • Le péripate

          Ah oui, vous avez un problème d’immigration en provenance de l’Arabie et du Yemen vous ?

          Algérie, vous connaissez ? Et Tunisie ? Et les dictatures des Bongos équatoriaux, pas socialistes ? Ce ne sont pas ces pays là qui justement nous envoient leurs population ?

          Faudrait faire un peu de nettoyage, oreilles et lunettes.

          • COLRE

            Oui oui, c’est ça, ils sont tous « socialistes auto-déclarés »… 😆

            Cela me rappelle l’un des chefs de guerre africains après un coup d’Etat (RDC ? je ne sais plus) que j’ai vu à la télé en direct déclarer, texto :
            « je suis le président élu auto-proclamé de la république… ». Il avait son béret sur la tête, sa kalach en bandoulière, et il avait tout l’air, en effet, du parfait démocrate…

            Aaah mais je ne me moque pas 😆 ces détournements lexicaux valent bien ceux de nos Politiques et autres sarkonneries. 8)

            • Le peripate

              Bon. Je rectifie : on ne feint pas d’ignorer qu’ils sont socialistes, c’est simplement interdit de l’évoquer.
              Merci Colre pour la démonstration.
              Au moins c’est clair.

              • COLRE

                C’est bien de rectifier, moi aussi je rectifie alors : vous avez oublié de préciser que Hitler aussi était « socialiste »…
                Achevez votre démonstration… 😉

                • Le péripate

                  Je ne l’ai pas dit parce que ce n’est pas la question.

                  Question qui serait plutôt que les antilibéraux ne peuvent pas voir que le sous-développement induit une immigration d’une nature spécifique. Que ce sous-développement est le résultat de politiques antilibérales, comme de juste.

                  Alors il faut bien trouver une autre explication qui soit aussi antilibérale. Islam ? Arabes ? Le marionnettiste américain ? La Reine d’Angleterre ? J’ai tout lu, ou presque, alors rien ne m’étonne.

  • Léon

    On vous a déjà dit d’aller jouer ailleurs, Demian-chou.

  • Lapa

    merci à l’auteur pour cet article assez long et possédant de nombreux exemples qui a dû demander pas mal de boulot.

    Je ne sais pas trop quoi penser. j’ai dû mal à définir ce qui nous est expliqué comme de l’impérialisme. Peux être des exemples de destructions (ou tentatives de destruction) de cultures antérieures comme la culture égyptienne, ou la culture berbère pour imposer un islam arabe auraient été intéressants à étudier.
    De même, s’il est intéressant de donner des exemples d’emprises financières ou économiques des pays du golfe sur les biens européens, cela n’a pas vraiment de sens si l’on ne le restitue pas dans le contexte des autres investisseurs. Quel pourcentage de nos palaces ou entreprises sont détenus par des fonds « islamiques », combien par des russes, des américains, des japonais…? Quelle est l’ampleur du phénomène et s’agit-il seulement par exemple d’un rattrapage par rapport à un manque d’investissement dans les années précédentes? Donner quelques noms emblématiques ne permet pas, à mon sens, de créditer et quantifier le propos.

    Enfin il y a pour moi une certaine contradiction quand il est annoncé que les lois islamiques n’étaient pas forcément respectées par les investisseurs et le risque d’imposer de l’islamo compatibilité dans nos affaires. Les riches émirs du golfe aiment l’argent, le sexe, les bagnoles, les courses et le luxe. je ne les vois pas du tout s’interdire ce qu’ils peuvent se permettre. La loi coranique c’est pour la soumission des populations . Le reste n’est que de l’apparence.

    Pour moi l’intérêt principal de l’article réside dans la mise en avant de l’hypocrisie concernant la finance islamique. Et les dérapages que vont induire les courbettes de nos gouvernant à cette « manne ».

  • Causette

    B’soir à tous

    le ministre français de l’intérieur, Nicolas Sarkozy, a rendu visite le 30
    décembre 2003 au Grand Imam d’al-Azhar, le cheikh Tantawi, pour obtenir une
    fatwâ qui dispense les femmes musulmanes fréquentant les écoles publiques fran-
    çaises de porter le voile
    – par ailleurs considéré par le Grand Imam comme
    « obligation divine » ; cette démarche du ministre était motivée par le fait que le
    CFCM, dominé en partie par l’Union des Organisations Islamiques de France, ne
    pouvait lui donner le feu vert. Les rapports journalistiques de la rencontre sont inté-
    ressants en eux-mêmes : ils présentent al-Azhar comme le « Vatican de l’islam
    sunnite », et le cheikh Tantawî comme la « principale autorité de l’islam
    sunnite » (3), attribuant à al-Azhar – comme le fait la rencontre Sarkozy-Tantawi
    elle-même – une autorité suprême en matière religieuse.

    ❗ Là ce n’est plus de la complaisance, c’est de la servilité… Soumission! ❓

    ➡ Un texte intéressant: Autorités religieuses en islam – Arch. de Sc. soc. des Rel., 2004, 125, (janvier-mars 2004) 5-21
    Marc GABORIEAU, Malika ZEGHAL

    Sur le même site, et aussi profitable:
    Andrée Feillard, Rémy Madinier, La fin de l’innocence ? L’islam indonésien face à la tentation radicale de 1967 à nos jours http://assr.revues.org/3932

  • Aria

    Lapa,
    La loi coranique c’est pour la soumission des populations . Le reste n’est que de l’apparence.

    C’est bien une des choses que j’essaie de démontrer : la charia pour le peuple français, pas pour les émirs, princes et autres cheikhs.
    Un des exemples que je donne est celui d’Europlace qui entend supplanter la City en s’appuyant sur les fonds souverains des pays musulmans attachés à la charia.
    Relisez l’article au calme, à l’ombre avec un soda glacé, vous y trouverez des débuts de réponse à vos questions.
    J’aurais souhaité donner plus de chiffres mais ils sont difficiles à trouver, même dans la presse économique. De plus, et je le mentionne, il y a des annonces qui ne sont pas suivies d’actes ou des décisions retardées. Par exemple, la tour Triangle, dans le 15ème. Il avait été question de capitaux arabes au début de l’annonce du projet, lequel est sans cesse retardé et les détails du financement (montage Viparis, filiale Unibail-rodemco) inexistants depuis un bon bout de temps.
    http://lexpansion.lexpress.fr/immobilier/paris-approuve-la-construction-d-une-tour-de-180-metres-de-haut_251529.html

    Vous avez raison, il eut été intéressant de comparer le montant des investissements étrangers en fonction de leur origine. Je ne suis pas journaliste économique et je ne peux que donner des pistes en espérant pouvoir collecter plus d’infos, si c’est possible
    Mais, que je sache, tous les investisseurs étrangers ne sont pas exemptés de la double imposition comme le Qatar et le Koweit.
    Les rabbins, les evêques, les pasteurs, le Dalaï-lama, les Hindous ne sont pas invités à donner leur avis sur les prêts accordés par les banques,
    Christine Lagarde a modifié les règlements bancaires pour autoriser les sukuks et que vous le vouliez ou non ces concessions sont liées aux investissements arabo musulmans qui réclament ces aménagements au nom de la charia qu’ils ne respectent pas eux-même et à laquelle nous ne devrions pas nous soumettre pour cette même raison.
    Quelle que soit l’importance de ces investissements au regards de ceux d’autres pays, il est inacceptable que nous vendions notre âme et les valeurs de la République pour en bénéficier.

  • AGNNP

    Séparation pouvoirs

    Vous en pensez quoi ?

    Mon petit mot = c’est donc pas un musulman « modéré » vu que ce qu’il propose est « radical » quelque part.

  • AGNNP

    Oupps, entre temps l’article n’est plus lisible et est devenu payant, confus, je suis.

    Je le copie/colle donc ( récupéré dans le cache de ma bécane)
    Je me suis permit d’isoler, ce qui m’a fait  » tiquer » et un peu refroidi, me disais bien que…

    LE CAIRE — La prestigieuse institution sunnite d’Al-Azhar, au Caire, est entrée lundi dans le débat sur l’Egypte post-Moubarak en se prononçant pour un Etat « démocratique moderne » et non religieux, garantissant la protection des lieux de culte des trois religions monothéistes.
    Le grand imam d’Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayyeb, a détaillé lors d’une conférence de presse retransmise à la télévision un document élaboré après plusieurs rencontres entre des intellectuels et Al-Azhar, dont le but est de définir « la relation entre l’islam et l’Etat en cette phase délicate ».
    Ce document soutient « l’établissement d’un Etat national constitutionnel démocratique moderne », fondé sur la séparation des pouvoirs et garantissant l’égalité des droits entre les citoyens, selon cheikh al-Tayyeb.
    « L’islam n’a pas connu, ni dans sa civilisation ni dans son histoire, ce qui est connu dans d’autres cultures comme l’Etat religieux clérical qui a dominé les gens et dont l’humanité a souffert lors de certaines périodes de l’Histoire », a-t-il ajouté.

    —————– ?

    Le cheikh d’Al-Azhar a toutefois précisé que les principes de la charia islamique devaient rester « la source essentielle de la législation » -comme c’est le cas actuellement- et que les adeptes des autres religions monothéistes pourraient avoir recours à leurs propres tribunaux concernant les affaires de statut personnel.

    —————–?
    Le document appelle à « la protection des lieux de culte des adeptes des trois religions monothéistes » et considère « l’incitation à la dissension confessionnelle et les appels racistes comme des crimes contre la nation ».
    Ce document est rendu public alors que l’Egypte, où le président Hosni Moubarak a été renversé en février, est en plein débat sur l’avenir de ses institutions et sur la montée en puissance des Frères musulmans, le mouvement le mieux organisé du pays, mais aussi sur la visibilité croissante des salafistes.
    Les milieux laïques ainsi que la communauté chrétienne copte redoutent que les islamistes en renforcent encore leurs positions lors des législatives prévues en septembre et de la rédaction d’une nouvelle constitution qui doit suivre.
    Les Frères musulmans assurent ne pas être en faveur d’un Etat religieux. Les salafistes (des fondamentalistes musulmans), en majorité apolitiques sous l’ancien régime, se font de plus en plus entendre et sont soupçonnés d’être derrière des attaques contre des églises coptes au Caire.
    Le document d’Al-Azhar vise notamment à éviter que le discours religieux ne soit « exploité par divers courants déviants qui pourraient brandir des slogans religieux confessionnels ou idéologiques en contradiction avec les fondements de notre nation », a expliqué l’imam d’Al-Azhar, sans nommer ces courants.
    En avril, l’armée, qui dirige le pays depuis la chute de M. Moubarak, avait affirmé qu’elle ne permettrait pas que l’Egypte soit gouvernée par « un autre Khomeiny », en référence à l’ayatollah qui a dirigé la révolution islamique de 1979 en Iran.
    « Le Conseil suprême des forces armées ne permettra pas à des courants extrémistes de contrôler l’Egypte », avait déclaré l’adjoint du ministre de la Défense, Mohammed Mokhtar al-Mella.
    Cheikh al-Tayyeb a enfin appelé lundi à « soutenir le projet d’indépendance d’Al-Azhar », d’après lequel l’imam d’Al-Azhar ne sera plus nommé par le président de la République mais élu par un collège d’oulémas.
    Al-Azhar, une institution millénaire, reste la plus prestigieuse de l’islam sunnite et son université attire des étudiants du monde entier même si la crédibilité de son ancien imam, Mohammed Sayyed Tantaoui, décédé en 2010, avait été entamée par sa proximité avec le pouvoir égyptien

  • D. Furtif

    Le monde arabe n’est que le maillon faible de la chaîne impérialiste .
    Le primat de l’impérialisme Us ne peut faire l’économie d’une confrontation de chaque instant avec les impérialismes européens et l’impérialisme chinois naissant.Les soubresauts africains nous le montrent tous les jours en Côte d’ivoire, au Sud Soudan, au Nigeria bientôt au Cameroun.
    .
    De cet affrontement inter impérialismes découle une situation de relégation pour le monde arabe.
    .
    Les peuples arabes chôment assis sur les plus grandes réserves mondiales d’hydrocarbures et pour cela ils sont l’objet de toutes les convoitises, mais leurs marchés domestiques ne présentent pas un grand intérêt étant donné deux faits rédhibitoires :
    _ premièrement, les faibles prébendes que l’impérialisme international abandonne sur place (royalties et redevances) ;
    _ deuxièmement, l’accaparement exclusivement monarchique et compradore de ces aumônes tombées de l’escarcelle des milliardaires occidentaux.

    Ces aumônes étant réinvesties sur les bourses d’Occident par les sultans et les présidents de pacotille, il est inutile de mettre en place un appareillage sophistiqué pour récupérer ces capitaux, car ils réintègrent d’eux-mêmes les flux de circulation monétaire impérialistes.

    Les peuples arabes, écartés du repartage de ces miettes et abandonnés aux oubliettes, se sont récemment révoltés ;de là à se réapproprier leurs richesses il y a un autre pas, énorme, que les occidentaux ne leur laisseront pas franchir avec autant de facilité
    Les derniers développements Libyens nous l’annoncent.

    On peut répéter que le diagnostic d’un impérialisme arabe est totalement erroné

    Je me suis plus que fortement inspiré de cet article

    • COLRE

      Furtif, comment peux-tu nous recommander un nartik d’AV ?!!? écrit qui plus est dans le plus pur style des comparses sisy momo et Meyssan réunis ?

      Comme dirait Causette, aller regarder son site et les sites « amis » donne une idée du propos (Réseau Voltaire, Meyssan, Agoravox, CentPapiers, Le Grand Soir, Oulala, Mondialisation.ca, Palestine.fr, le site de Michel Collon…)

      On y trouve aussi, parmi d’autres de la même eau, un magnifique narticle qui nous apprend à quel point on a été ignoble avec Staline qui n’était ni un tyran, ni cruel, ni mégalo… et que toutes ces « calomnies » (sic) n’ont été que l’oeuvre des « bobos » (resic), « petits bourgeois humanisants »… etc etc.

      La conclusion est croquignolette : l’auteur y est critiqué pour avoir préféré « discourir sur l’univers concentrationnaire des goulags, fait historique indéniable (sic) qu’il ne replace jamais dans le contexte révolutionnaire soviétique de la dictature prolétarienne en phase d’édification d’une société socialiste sans exploitation de l’homme par l’homme, une société où les reliquats des classes exploiteuses devaient être mis dans l’impossibilité de nuire à la révolution en marche »… 😯 ouf ! 😆

      Ça fait longtemps que je n’avais pas lu ce genre de prose.

      Ah, c’était le bon temps, ça me rappelle ma jeunesse, quand mes potes de fac étaient maoïstes… Faut dire que c’était avant la découverte des millions de morts de la Révolution culturelle et du génocide cambodgien et révolutionnaire d’édification des masses, ou du moins des survivants… :mrgreen:

      À moins que tu n’aies envie de partir en vacances sur un coup d’éclat !… 8)

  • COLRE

    Bon… alors moi aussi je vais faire un coup d’éclat avant vos vacances… 😉

    Premièrement : j’aimerais bien qu’on m’essplique pourquoi un nartik sur l’évaluation des risques encourus par un « impérialisme arabo-musulman » soulève à ce point les passions et bouleverse les consciences ?
    On peut causer, non ?

    C’est tous les jours qu’on discourt en toute impunité sur les impérialismes occidentaux qui vont de soi. Qu’on hésite déjà davantage à envisager un impérialisme chinois, alors que malgré l’évidence l’hégémonie commerciale et économique, pour ne pas dire monopolistique et capitaliste, de ce pays crève les yeux… Et là, c’est déjà des si des mais, des quoi et des tortillages de cul (cf le nartik utilisé par furtif dans nAvVet) où la Chine n’est présentée que comme une « puissance impérialiste montante », pas une vraie de vrai, quoi, juste une potentialité… et aussitôt amoindrie par une déclaration de principe tonitruante : mais ce pays ne « constitue pas pour autant le plus grand danger pour les peuples du monde », etc.
    Puisqu’on vous le dit.
    Merci monsieur Bibeau, chantre du grand Staline, de donner votre opinion tellement précieuse sur des milliards d’hommes d’une situation géopolitique simplissime…

    Mais, deuxièmement, pourquoi n’est-t-il pas permis d’évoquer l’ombre d’une possibilité d’une puissance mondiale, économique et culturelle d’une civilisation soudée autour de sa richesse colossale en termes de pétrodollars, de matières premières, de ressources énergétiques, du rapport de force que cela induit depuis le milieu des années 70 et les actions de l’OPEP, de son union idéologique, spirituelle et politique par le biais de la religion et de la charia (qui ne font qu’un) ?

    Quand un regroupement à l’échelle internationale a autant de pouvoirs centralisés entre ses mains (les 57 pays de l’OCI, par exemple), tant d’argent pour faire pression sur la finance mondiale, tant de pouvoirs pour faire chanter les démocraties par le biais des chantages au terrorisme, quand, par le passé, elle a montré sa force de colonisation brutale à travers la planète (une carte de la planète montre l’emprise de la religion islamique de par le monde)… eh bien, il me semble assez légitime d’analyser des situations factuelles sur l’emprise de cette force sur le monde, et d’envisager cette hégémonie en termes d’impérialisme…

    Et je ne parle même pas des déclarations des intéressés eux-mêmes, qu’il faut tout de même écouter, sous peine d’une bien grande condescendance à l’égard de leur puissance et de leur velléités de victoire et de grandeur…

    Personnellement, cet article m’a apporté des informations fiables, intéressantes. L’interprétation que l’on peut faire du processus en cours et de ses dangers, ça c’est une autre question…
    L’avenir nous dira qui avait raison, ceux qui tirent la sonnette pour rien, ou ceux qui se laisseront bercer à tort par des culpabilités univoques et explique-tout, je veux parler bien sûr des naméricains, source de tous les maux du monde (avec les zisraeliens, évidemment)

    Là, furtif, je ne m’adressais pas à toi mais à tous ceux qui causent sur ce beau site de ce monsieur Bideau que tu nous a indiqué… 8)

    • D. Furtif

      Si je la faisais très courte pour faire clair…C’est risqué mais allons-y

      Une vieille manie que tu partages pourtant = un rond n’est pas carré même si tous les deux ont de la surface.
      Le prosélytisme n’est pas suffisant pour faire un impérialisme
      Ce dernier exige un appareil industriel , des marchandise à vendre et une volonté de conquérir des marchés, le tout avec l’appui d’une puissance militaire.
      D’industrie , de marchés et de force militaire nous n’avons pas , sauf à reproduire les sornettes sur l’armée Irakienne 4è armée du monde avant Desert Storm
      La richesse du pétrole est confisquée par un très petit nombre de personnes sur un ou deux pays.Les masses arabes n’ont même pour une part infime rien de cette puissance économique
      .
      Nous ne pouvons pas parler d’impérialisme
      .
      Que les pratiques sournoises et secrètes de ces gens là , ( la famille régnante Soudienne) soient plus que dangereuses c’est absolument vrai
      Qu’il soit nécessaire de les dénoncer et de les combattre , c’est encore plus vrai
      Que tout comme toi je les vomisse , tu le sais
      .
      Mais ce n’est pas un impérialisme.

      .
      Maintenant ce monsieur Bibeau , je ne vais pas lui faire le coup que nous reprochons à Morice et mériter un point Momo. Il dit des choses fort sensées sur la dictature de la clique qui dirige la Chine.Il en dit aussi sur le » « fameux » risque d’impérialisme arabe.Pour quelle raison adopterais-je à son sujet une conduite que nous reprochons à d’autres.
      .
      Sauf à remettre en cause les fondements de Disons.
      .
      Il reste possible que ceux qui se réfèrent, comme les staliniens, au Marxisme ( même de manière dévoyée et fausse , au sujet de Bibeau je n’ai pas fait d’enquête, comme je n’en avais pas fait pour Bardamu ) puissent dire l’heure quand c’est l’heure. L’article d’Aria contient lui aussi une foule d’informations incontestables.
      Où est le problème ?
      .
      Sauf à espérer que Disons adopte une ligne d’opinion et en refuse une autre .Ça, tu le sais nous ne sommes pas là pour ça.

      • COLRE

        Bon, mon cher Furtif, tu le sais : je ne te comprends pas toujours très bien… 😉

        Alors, sans te comprendre vraiment, je crois en ta bonne foi, je crois en ta réaction anti-libéralo-capitaliste-etc : j’ai la même.
        Je ne te suis pas forcément dans ta vision de la « grande faiblesse » des pays non alignés, et notamment des pays « arabo-musulmans », par rapport à la « grande force » (= le grand danger) que tu soulignes pour les pays occidentaux…
        Je ne suis pas aussi manichéenne.
        Bon…

        Ecoute… à la limite : peu importe. Je veux bien croire que tu as raison, et que « le prosélytisme n’est pas suffisant pour faire un impérialisme arabo-musulman ». Ok. Et alors ?
        L’Europe, dans son ensemble, se sent agressée par « un » prosélytisme musulman, qui est réel : alors, que fait-on ?

        D’un côté, une culture qui revendique la légitimité de ses valeurs (patriarcales, avec le mariage forcé, voire la polygamie, le voilage des femmes), qui possède un bras armé législatif pour l’appliquer (la charia, le djihad, les tribunaux islamiques déjà en fonction en Grand-Bretagne, mais aussi en France, avec le CFCM qui a une fonction de distribution de fatwas, ou qui revendique des règles « à part », halal ou choix des médecins, …) et qui s’impose fortement dans les médias, les doxas, les réactions comme les tiennes…

        D’un autre côté, une culture écartelée, entre ses valeurs ancestrales, chrétiennes, laïques, républicaines, égalitaires, féministes, tolérantes, et ses réactions face à une situation invivable, d’une culture qui ne la respecte pas, de jeunes abandonnés qui l’agressent, de l’incivilité et la violence qui prennent le pas sur les tentatives de compréhension, les mains tendues.

        Que fait-on ?
        Cela fait des décennies que je dis et pense que les premières victimes de ce laxisme accueille-tout, ce sont les immigrés eux-mêmes, les premières et deuxièmes générations qui n’en peuvent plus. Comment ne pas avoir honte de ce qu’on leur fait subir, eux, qui sont frappés de plein fouet par la délinquance, l’insécurité ?

        Moi, j’ai honte… de voir déclamer, la main sur le coeur, qu’il y a de la place pour tout le monde, que ces réactions saucison-pinards sont indignes et frontistes, par des gens qui vivent où ? dans les beaux ou les bons quartiers, et sûrement pas dans ces zones infernales, où, comme je le disais ci-dessus : « où ils vivent, les Tess, sisy, momo et compagnie : sûrement pas là. Je défie quiconque de normalement constitué, de trouver normal de vivre dans ces conditions. »

        Je trouve que c’est une honte, une vraie honte, d’accepter l’inacceptable pour les plus pauvres, parce qu’on n’y met même pas le petit doigt, bien tranquille dans son quartier peinard, à distribuer les mauvais points aux bobos et autres fachos ! un comble…

        Donc, Furtif, je veux bien que tu aies raison : il n’y a pas d’impérialisme arabo-musulman, il y a des impérialismes bien plus dangereux que cela, mais, franchement, vraiment, je préférerais un million de fois vivre sous l’impérialisme yankee que l’impérialisme saoudien…
        S’il me faut choisir les moindres maux de ce bas monde, que l’on me permette de choisir le mal démocratique, le mal laïc, le mal féministe…
        Et, au final, le mal américain plutôt que le mal islamiste…
        Je peux ?… 8)

        • D. Furtif

          Je t’avais suivi tout au long de tes commentaires et j’ai particulièrement suivi très méticuleusement le dernier

          vraiment, je préférerais un million de fois vivre sous l’impérialisme yankee que l’impérialisme saoudien…
          S’il me faut choisir les moindres maux de ce bas monde, que l’on me permette de choisir le mal démocratique, le mal laïc, le mal féministe…
          Et, au final, le mal américain plutôt que le mal islamiste…

          Absolument
          .

      • Causette

        Impérialisme arabo-musulman! si on part du principe que tous les arabes ne sont pas musulmans et tous les musulmans ne sont pas arabes, ça paraît un peu exagéré.

        Si on détaille la définition du mot impérialisme…? certaines parties de la définition collent assez bien avec une tentative d’impérialisme de l’islam un peu partout dans le monde.

        Définition:
        L’impérialisme est la politique d’un pays qui cherche à conserver ou à étendre sa domination sur d’autres peuples ou d’autres territoires. Les visées d’expansion d’un régime impérialiste peuvent se faire directement ou par l’intermédiaire de sphères d’influence. Le colonialisme est une forme d’impérialisme. (à la place de pays peut-on dire religion et culture?)
        Par extension, le terme impérialisme, souvent synonyme d’hégémonie, s’utilise aussi dans des domaines plus restreints qu’une domination totale : politique, économique, militaire, culturel, technologique, intellectuel, racial..
        Et l’empire ottoman

        Dans nombres de pays démocratiques, les croyants à l’islam expérimentent et tentent d’étendre leur influence avec leur coran et les lois qui vont avec, charia et supériorité du musulman sur les autres, croyants ou non.