Drogues : les « bath salts » font de ravages chez les ados

Lectures :8201

Une nouvelle drogue séduit les ados

Une nouvelle drogue a fait récemment son apparition aux Etats-Unis, les « bath salts » ou sels de bain. La poudre qui peut se sniffer, s’ingérer ou s’inoculer ressemble à des sels de bain, d’où son nom. Elle circule depuis 2007, semble-t-il, en provenance, peut-être, du Royaume-Uni mais aurait été découverte dans un laboratoire israélien.
La méphedrone et le méthylène dioxy pyrovalerone (MDPV) sont les principaux composants de cette drogue. Appelée « sels de bain » elle doit son nom à son aspect, présentée dans de petits sachets ressemblants à ceux de sels de bain exotiques, portant des noms tels que Ivory Wave, ou bien encore Vanilla sky. Qu’elle soit sous la forme de petits cristaux ou de poudre cette drogue est véritablement dévastatrice.
Elle est constituée d’un ensemble de molécules que chacun peut se procurer facilement pour un prix relativement modique et dont le mélange provoque des effets ravageurs. Elle déclenche des psychoses avec perte de contrôle, crise de paranoïa, passage à l’acte et hallucinations.Les médecins s’alarment de recevoir en urgence des pathologies jusque là inconnues. L’état d’excitation et d’agitation des drogués sont difficilement contrôlables par les moyens habituels.
Et pourtant, sur Internet, la publicité pour les « Bath salts » arrive en première ligne quand on tape le mot magique.

Une drogue particulièrement dangereuse pour soi-même et autrui

De nombreux reportages rapportent des faits alarmants :
Ces produits sont présentés sous la formes de petits sachets colorés et décoré de motifs style graffitti ou tags, avec des noms évoquant l’extase, l’illumination et le plaisir. Ils attirent les collégiens et les lycéens qui peuvent se les procurer dans des magasins de quartier, même quand ils sont interdits aux moins de 18 ans. Dans un des lien de abcnews, ci-dessus, un reporter a filmé des jeunes de moins de 18 ans achetant librement la drogue.

Ils l’appellent la « marijuana légale » car elle est vendue légalement dans la plupart des états américains grâce à la mention « impropre à la consommation ». Les fabriquants et les distributeurs sont très remontés contre les autorités qui souhaiteraient interdire ces produits. Les « sels de bains » sont d’ailleurs interdits dans de nombreux pays européens et en Israël. Il était question de l’interdire en France mais j’ignore où ça en est.

Les seules personnes inquiètes sont les parents et les médecins qui voient apparaître des pathologies nouvelles, dangereuses et parfois mortelles. Ils sont d’autant plus inquiets que l’utilisation des « bath salts » par des adolescents qui n’ont pas terminé leur croissance peut avoir des conséquences irréversibles sur le cerveau. Les « sels de bains » ayant un pouvoir d’action limité à environ 45 mn, il est nécessaire d’en reprendre pour garder l’état recherché, ce qui favorise l’addiction au produit. Certains utilisateurs enchaînent d’ailleurs sachet sur sachet. La répétition des prises favorise l’addiction mais aussi des atteintes irréversibles pour des cerveaux de jeunes n’ayant pas terminé leur croissance.

Sous l’emprise des « sels de bains » les conduites à risques sont multipliées et les drogués deviennent dangereux pour autrui et pour eux-mêmes. Avec cette nouvelle drogue la levée des inhibitions, ce que recherchent en général les ados avec les drogues, est plus rapide et plus radicale qu’avec d’autres drogues, en particulier le cannabis.

Sur un site québécois d’amateurs de cannabis, les consommateurs sont alertés sur les méfaits des « sels de bain ».
« Bubble », « Meow meow », « Legal high », « Drone », « M cat », peu importe le surnom qu’on lui donne, la méphédrone, ou 4-methylephedrone, commence à faire des ravages. Parfois vendue sur internet comme de la nourriture pour plantes, cette drogue très proche de l’ecstasy fait, par exemple, fureur en Grande-Bretagne. En novembre dernier, The Sun rapportait le cas d’un jeune homme qui avait été pris de graves hallucinations. Croyant que des milles pattes lui parcourait le corps et mordaient, il se serait automutilé en arrachant ses propres bourses…
En outre, le méphédrone peut provoquer des saignements de nez, des problèmes de circulation sanguine, de l’anxiété, des états paranoïaques ou des crises cardiaques. Et provoquer la mort lorsqu’elle est mélangée avec l’alcool.

On trouve déjà des « sels de bain » en France et ils doivent déjà faire fureur à la sortie des collèges et des lycées.

Viceland fait d’ailleurs le point sur les premières expériences d’un produit qu’on peut « pécho sur Internet » pour 5 euros.
______________________________________________________________________________

10 comments to Drogues : les « bath salts » font de ravages chez les ados

  • Léon

    Un truc qui me sidère, Aria : vous dites que cette drogue est en vente en France et pas interdite. Mais elle est vendue en tant que quoi ? Sels de bains, réellement ?
    J’ai bien envie d’envoyer un mail à nos médecins pour leur demander s’ils ont déjà été confrontés à cette saloperie …

  • AGNNP

    J’adore la faux-culterie, de ce « grand pays » , les US, qui tue ses propres enfants en voulant les préserver des » fromages non pasteurisé ».

    M’est venu une idée saugrenue, Aria, en lisant votre article = remplacer cette saloperie par  » téloche », et les références liées.

  • D. Furtif

    Ma pharmacienne préférée ne connaissait pas.
    Il faudrait contacter des toubibs plus au courant .

  • Léon

    Fantômette interviendra certainement, mais a déjà répondu qu’elle n’avait encore jamais rencontré ce truc là en Touraine

  • Causette

    La consommation de ces daubes pourrait-elle expliquer, en partie, certaines agressions de plus en plus violentes (viols, tueries) dans la rubrique « faits divers ». Quelquefois les journaux nous parlent de démence, mais n’est-ce pas aller un peu vite pour éviter de faire une enquête qui coûte en temps et en argent. ❓

    J’ai relevé par exemple le MDPV (pyrovalérone) d’où son petit nom de dragon rigolo, Pyro
    Si c’était un médicament, la notice énumérerait, dans la liste des effets secondaires, une stimulation du système nerveux central, une hypersexualité, de l’hypertension, de la paranoïa, de l’anxiété et de l’insomnie. C’est sous cette désignation « sel de bain » que sont vendues ces molécules.

    Viceland fait d’ailleurs le point…« … ça donne un rush dopaminergique énorme qui s’accompagne d’une envie de baiser monstrueuse et tordue. Mais, rapidement, le corps fait peur, le cœur part à 150 bpm, la respiration se fait difficile, on sue comme un porc et puis quand on veut juste dormir parce que plus rien n’est intéressant, eh ben on peut pas. »

    Je pense que les consommateurs de ces drogues (pas chères vendues sur Internet) auraient plutôt tendance à se retrouver aux urgences des hôpitaux, et moins chez les médecins de ville. Mais je peux me tromper.

    Comme dab, le gouvernement français a quelques trains de retard sur l’information sur le sujet! aucune nouveauté ils en sont restés à alcool, tabac et cannabis, c’est stupéfiant 😯

  • Fantomette

    Bonjour à tous & toutes;
    Voici ce que j’ai trouvé : apparemment aux US c’est en droguerie qu’on trouve ce produit, présenté comme un produit de consommation courant, « c’est-à-dire des sels de bain ou des engrais pour plantes, en vente libre dans les supermarchés américains. Toutefois, sa composition chimique a été modifiée, si bien qu’elle comprend de la méphédrone (MDPV), reconnue pour ses effets euphorisants, similaires aux effets des amphétamines, de la cocaïne et de l’ecstasy ».
    J’enverrai pas me senfants à Jardiland, moi….

    • AGNNP

      Merçi Fantomette

      Version actuelle du desherbants ( Chlorate de soude) que les ados achetaient en droguerie ou jardinerie pour faire des bombinettes avec du sucre, là, c’est quand même plus vivieux de la part des commerçants et fabriquants, vu la composition intentionnellment modifiée.

      Curieux, dans le pays qui ne supporte pas – sois-disant – le mensonge, non ?

      Ha! si le mensoge est envelloppé dans un dollard, c’est plus un mensonge, c’est une papillotte ( avec le pétard à cerveaux dedans … ).