Un média libre selon « L’équipe d’Agoravox »(réédition)

Lectures :2561

Après le petit sondage qui a été effectué auprès de vous voici donc le début des rééditions d’articles anciens. Nous n’en abuserons pas, un par semaine au maximum.Voici le premier, proposé par Colre.

César.

——————————————————————

Il s’est produit hier un événement très instructif sur Agoravox, car à l’occasion de la censure d’un post concernant ce document douteux sur lequel nous ne reviendrons pas, la fameuse « Equipe d’Agoravox », pour une fois, s’est exprimée et a donné en filigrane sa version d’un media libre :
« Si nous avons supprimé certains commentaires c’est que le contenu de ce document anonyme est diffamatoire. Mais c’est surtout que par expérience, connaissant le profil de certains « posteurs » (toujours cachés derrières leurs multiples pseudos anonymes), on sait que le but est uniquement de troller et de faire dévier le débat dans le but de décrédibiliser AgoraVox.
AgoraVox a été accusé et continue d’être accusé de faire partie de prétendues « sectes » anthroposophiques, soufis, larouchiste ou même des françs-maçons et bien entendu d’être pro-Dieudonné, pro-Israël, pro-arabe, antisémite, antiscientologue, anticapitaliste… etc.
Un média libre énerve et du coup on essaie de le décrédibiliser comme on peut mais souvent sans beaucoup de fondement. Comme on le répète souvent, on ne peut pas plaire à tout le monde quand on permet à tout le monde de s’exprimer… »

Leur vision de la liberté d’expression est au fond très simple et peut se résumer ainsi : toutes les opinions doivent pouvoir s’exprimer et Agoravox est le lieu pour cela. En résumé, on ne censure que ce qui attaque Agoravox, car attaquer Agoravox c’est attaquer la liberté d’expression.
Ce raisonnement simple et imparable en apparence est en réalité un sophisme. Pour deux raisons que je voudrais exposer ici.

D’abord la liberté d’expression, comme toutes les libertés individuelles, a des bornes : la liberté individuelle des autres, l’intérêt collectif, d’une façon plus générale la vie en société, tout cela étant formalisé par des lois et des règlements qui condamnent notamment le racisme et l’antisémitisme, la propagation de la haine raciale, la diffamation ou le négationnisme. C’est visiblement quelque chose que l’Equipe d’Agoravox a du mal à intégrer si l’on en juge précisément par la prise de position de Carlo Revelli en faveur de l’abolition de la loi Gayssot.

Cette loi est probablement le maillon faible et le plus contestable de ces limitations à la liberté d’expression en France. Toutefois, si l’on en juge par le laxisme avec lequel la modération intervient vis-à-vis des commentaires racistes et antisémites ( Il aura fallu que ce blog les pointe du doigt pour qu’ils se décident, et visiblement en traînant les pieds, à les nettoyer), je parie que si on leur demandait leur opinion sur toutes les autres règles qui limitent la liberté d’expression, ils seraient favorables à leur suppression aussi. Ne soyons pas naïfs, au-delà des raisons philosophiques et très nobles il y a la tentation ou la nécessité purement commerciale d’occuper un créneau laissé libre par les médias sérieux et professionnels.

Peut-être faudrait-il leur rappeler que la civilisation s’est construite sur des limitations de liberté individuelle, des pudeurs, des politesses, des attentions à l’autre et que l’expression libre de toutes les opinions sans aucune distinction, aucun frein, aucune médiation ne constitue en aucune manière une avancée mais un recul vers la barbarie ? Et qu’à tout le moins, Agoravox doit respecter les lois de la République, c’est la moindre des choses.

La deuxième objection au sophisme de la liberté totale d’expression est plus fondamentale. L’équipe d’Agoravox s’imagine qu’un media libre est celui qui donne la parole à toutes les opinions et particulièrement à celles qui sont rejetées ailleurs, s’interdisant donc de savoir ou de juger pourquoi elles sont minoritaires, marginalisées et exclues des débats sérieux. En d’autres termes elle pratique ce que l’on pourrait appeler du « relativisme intellectuel » c’est-à-dire qu’elle met à un même niveau de visibilité et d’importance l’opinion d’un agrégé en structures mécaniques ou d’un médecin, et celle d’ignares qui croient aux chemtrails, qui sont persuadés que les images d’Appollo ont été tournées en studio et que le but de la vaccination est d’éradiquer la population mondiale. Ce faisant, ils n’agissent pas pour la liberté car c’est l’ignorance, l’obscurantisme qui asservissent et c’est la raison, la connaissance qui rendent libres. Pire, même, ils participent à la fabrication de ces délires en ce qu’ils en multiplient la visibilité, voire en produisent eux-mêmes (Carevox).

En ce sens et tant qu’il en sera ainsi, tant qu’Agoravox apportera mensonge, désinformation, falsification et ignorance, loin de promouvoir la liberté, ce media-citoyen ne sera qu’un outil d’abrutissement et d’asservissement des masses.

-_oOo_-

( N.B.Pour bien me faire comprendre, je vais donner un exemple : hier Villach a fustigé le Conseil d’Etat pour avoir rendu un avis de mise en garde au sujet de l’interdiction de la Burqua. Seul Voris qui, lui, a une certaine compétence dans le domaine juridique a vu en quoi la critique de Villach était totalement à côté de la plaque et la marque de son ignorance. Il a essayé de faire comprendre que l’avis du Conseil d’Etat n’était nullement une prise de position sur le fond mais une mise en garde de nature juridique, comme c’est son rôle, sur le fait qu’une telle loi risquait de se trouver annulée car potentiellement en contradiction avec la Constitution et diverses dispositions européennes.
Agoravox a donc publié un texte de Villach qui est une désinformation totale : loin de faire comprendre à ses lecteurs le rôle du Conseil d’Etat et les risques juridiques qui étaient liés à cette loi, cet article les a maintenus dans l’ignorance. Pire même, surfant sur une sorte de beaufitude poujadiste très répandue sur Agoravox, il a jeté le discrédit sur une juridiction essentielle et originale qui a pour fonction  de protéger les citoyens face à l’administration.)

Léon
———————————————————————————————————–
L’article original qui date du 20 mai 2010 avec les commentaires de l’époque est là.

9 comments to Un média libre selon « L’équipe d’Agoravox »(réédition)

  • Astaroth

    Bien vu.
    Les choses vont encore plus vite. Agoravox est devenu l’antichambre de la pensée réactionnaire.
    Sous couvert de liberté d’expression, Maboulovox pourrait bientôt réhabiliter Pétain, Jacques Doriot ou Laval.
    Il suffit de lire les appels à la haine et les diverses calomnies qui hantent ce triste espace pour s’en convaincre, jour après jour.
    Grâce à Morice notamment, Maboulvox est l’officine des mollah, des enturbannés, des soraliens, des complotistes et des révisionnistes.
    Maboulovox joue sur les filigranes et bien fol qui se fie à ses sous-entendus.
    Tout ça pour l’audience et le fric : il est beau l’empîre gogolvoxien !

  • D. Furtif

    Je ne peux reprocher qu’une chose. Non pas ce que la direction de Maboul fasse ce qu’elle veut d’un objet qui lui appartient mais l’imposture des slogans racoleurs qui en ont fait la notoriété.Slogans porteurs d’espoir qui m’avaient attirés et slogans bafoués chaque jour par la direction elle même.La pratique d’une censure arbitraire et liée à ses seuls désirs de lucre lui fait transgresser ses propres règles à son profit et à celui de ceux qui lui servent la soupe .
    Quelle soupe?
    La machine internetique dont certains rêvaient d’user pour établir ce qu’ils appelaient l’information citoyenne se réduit à une fabrication sournoise et délibérée de buzz.Des esprits se voulant éclairés y contribuent de toutes leurs forces interdisant tout espoir de redressement de la machine alors qu’ils avaient été les premiers à en stigmatiser les travers.Une direction sans aucun contrôle continue à gérer en solitaire cette machine folle qui ne se préoccupe à la fin que de ses seuls profits.
    Absence de consultation et bourrage d’urnes sont les caractéristiques de cette machine qui continue à usurper le vocable de démocratie citoyenne.
    Il vaut mieux se résigner au silence que de participer à la cacophonie de ces imposteurs.
    Pour finir certains ont donné de leur argent pour alimenter la machine.S’ils continuent de s’en vanter,ils ne méritent que le mépris.

  • L’attitude de l’équipe du média citoyen est inspirée de cette fameuse devise fort justement attribuée à Jean-Luc Voltaire : « je ne suit pa dakor avec se ke vou disais mé je me batrer juska la mors pour ke vous avet le droit de le dire »

  • ranta

    Soyons clairs.

    D’un côté une entreprise, aussi menteuse que n’importe quel arracheur de dents. Aucun blèmes, le couillon qui veut acheter le fait. Il est satisfait ou non. L’entreprise n’ a fait que proposer du vent, n’a vendu que du vent. le couillon qui a acheté a trois options :

    – il est content.
    – il dégage.
    – Il monte un blog ou un site.

    Et puis il y a les options alternatives:
    – je suis cocus, je le sais et je suis pas content et comme j’ai pas les burnes pour monter mon site je fais semblant de partir mais je reste et je contribue.

    je suis cocu, je le sais et je fais semblant de de me tirer, je monte mon site ou blog et je fréquente ceux que je dénonce.

    Disons est la cible des deux, des qui voudraient bien mais qui peuvent point, des qui exigent de Disons ce qu’ils acceptent ailleurs, etc… je m’arrête.

    Disons est le miroir de tous ceux qui ne voudraient jamais avoir à se voir dans ce miroir.

    N’est-ce pas le Z.E.N, rocla, renève and co ?