Disonneuses, disonneurs, c’est comment qu’on freine ? Ranta

Lectures :2666

– Il y avait moyen de faire autrement ?

– Je ne suis pas sûr, enfin c’est formidable; rappellons-nous quelque chose, la banque de France a été créée en  1801 et jusqu’en 1974  elle finançait l’état sans intérêts…… Si on était resté là la dette Française serait de 16 ou 17 % du PNB.

Hmmmmmm, encore une vulgaire Arianeuneu ou un énième Hieromachin penserez-vous,  et allez hop c’est reparti pour un tour de conneries.

Bé non, pas ce coup là.

C’est Michel Rocard himself qui le dit, et c’est ici à partir de 15′.05 » L’émission Médiapolis sur Europe 1 du 22/12/2012. Là, j’avoue être tombé sur le cul, j’ai réécouté encore et encore, j’ai vérifié que ce n’était pas un fake, que ce n’était pas un imitateur.

Enfin quoi merde c’est gros, c’est énorme.

Tout aussi surprenante est la non réaction des deux journalistes, comme si c’était un fait banal, reconnu, et qui ne méritait aucun commentaire. Ou alors, c’est que  papy Rocard, avec ses AVC, il part en sucette et que ça ne vaut pas la peine de le reprendre dans ses délires. Ou alors encore, c’est que papy Rocard  dit tout bêtement la vérité. Cherchez bien, je l’ai fait,  vous ne trouverez nulle part un seul média qui ait repris les propos de Rocard.

Donc, Rocard explique tranquillement que tous les sacrifices inéluctables que l’on va devoir accepter ne sont pas une fatalité mais ni plus ni moins que le résultat  d’un choix politique de la dette… Et d’expliquer tout aussi tranquillement qu’on a pas vécu au dessus de nos moyens mais qu’on a dû débourser, alors qu’aucune nécessité économique ne l’exigeait, des milliards et des milliards d’euros  au profit des marchés financiers. Et il ajoute tout aussi tranquillement que la crise  de la dette souveraine n’est qu’artificielle et qu’il suffirait simplement de revenir à l’avant 1974 pour que ça rentre dans l’ordre. Je ne suis certainement pas économiste mais si je comprends à peu près ce  que tente d’expliquer Rocard, c’est que pour d’obscures raisons, sinon pour imiter les Allemands,  « on » a tout simplement  créé un immense marché obligataire interbancaire,  comme on sait aussi depuis Pasteur que les générations spontanées n’existant pas il fallait sans aucun doute un artifice pour… Pour quoi ?  Pour qui ?

Hmmmmm, dommage que Rocard ne nous dise pas pourquoi lorsqu’il était premier ministre il n’a en rien tenté de changer….

Alors, papy, il se met à faire de la résistance ou il part en vrille ? Et si il a raison, c’est comment qu’on freine ?

3 comments to Disonneuses, disonneurs, c’est comment qu’on freine ? Ranta