Dialogue inutile par un beau dimanche

Lectures :2621

Cliquez sur l'image, nom d'une pipe!

Nous venons ma copine et moi de visiter cet endroit bizarre que vous appelez un forum. D’autres appelleraient ces lieux un média participatif. D’autres, un cinquième pouvoir. Mais de panda nous n’avons point vu.

Comme vous le constatez, nous sommes bien bien informés, ma copine et moi, sur vos us et coutumes. Si notre cervelle a mauvaise réputation, l’étendue de vos connaissances sur nous est beaucoup plus limitée. Vous êtes désespérément humains. Soyez avertis que nous n’avons aucun humour, mais là, aucun humour. Nous ne nous voyons pas vous lancer des sourires et des poutous. Ne tenez pas cette remarque pour plus désobligeante qu’elle ne l’est en réalité. Bon. En quoi êtes-vous désespérément humains? Sur ce don de la parole qui vous a été donné. Vous ne cessez d’utiliser notre famille pour vous injurier en vous lançant des noms d’oiseaux. Il n’y a que vous pour vous imaginer une telle horreur. Nous lançons-nous des noms d’oiseaux, nous? Vous traitez certains de vos semblables de grues? Nos grues savent observer les changements de saison et vos grues sont réputées légères. Tout le contraire de nos grues. Me viendrait-il à l’idée d’imaginer ma copine qui est si petite en grue des Marais?

Là où vous êtes également désespérément humains c’est dans votre immense orgueil. A-t-on jamais vu une espèce magnifique comme nous, toutes couleurs triomphantes, rivaliser auprès d’autres espèces mineures comme ces vulgaires moineaux? Vous êtes désespérément humains. Vous jabotez à savoir qui aura le dernier cancan, pardon, le dernier mot. Il n’y a que les humains pour nommer une conversation, un dialogue de sourds. Vous parlez entre sourds? Et vous ajoutez la gesticulation? Nous avons été jetés par terre (euh… pour l’image évidemment) lorsque nous avons constaté, ma copine et moi, qu’en réalité, personne n’était sourd. Mais c’est n’importe quoi. Nous en avons perdu notre bec.

Pour faire taire les mots, il vous faut dormir. Et encore là, dans vos sommeils profonds, vous grommelez. Mais vous ne vous taisez jamais, pardi?

Lorsque nous migrons, la nuit, nous nous fions aux étoiles. Vous, lorsque vous migrez, vous vous fiez à des machins innommables qui, comme les étoiles, sont lumineux mais qui ne savent pas se taire. Ces machins sont énervants. Ce que les étoiles savent dire en silence, votre machin le tonitrue dans un cubicule, une automobile, je crois, si restreint qu’il nous assourdit. Et les humains s’obstinent avec ce machin pour n’en faire qu’à leur tête. Nous, nous pouvons suivre le soleil, la lune et les étoiles en utilisant leur mouvement comme boussole. Et vous pauvres humains, vous écoutez machin qui débite à la queue-leu-leu (… c’est encore pour l’image) le catalogue des saints du ciel ou des personnages politiques ou des personnalités bling bling. Au lieu de regarder nos espèces dans la nature, les fleurs, le ciel, l’azur, vous vous évertuez à écouter un bidule qui parle. Vous êtes désespérément humains. Vous ne savez donc jamais vous taire?

Ma copine et moi, nous allons vous dire bonjour. Avant que ça ne cancane trop ici. L’heure avance et la température monte. Nous poursuivrons notre visite des lieux un autre jour. Qui sait? Peut-être reviendrons-nous vous faire la conversation. Nous avons, ma copine et moi, trouvé ce petit moment fort agréable. Ma copine me chuchote qu’elle trouve parmi vous des humains particulièrement séduisants. Nous quittons. Ma copine devient désespérément humaine. Merci de l’accueil.

30 comments to Dialogue inutile par un beau dimanche

  • Magnifique texte, Pierre. Tout ce qui concerne l’essentiel de cette grotesque affaire y est dit avec poésie, légèreté et lucidité. Un peu de Cohen et de Bunuel pour accompagner ça.

  • Buster

    Avec vous, les oiseaux, c’est toujours comme ça.
    Vous croyez que vous prenez de l’altitude en volant, vous vous permettez des réflexions désagréables sur les « rampants » que nous sommes et que vous vous acharnez à viser de vos fientes.
    Mais vous n’êtes pas très clairs non plus.
    J’ai vu hier un vol d’étourneaux faisant un raffut monstrueux et pourrissant volontairement tout ce qui se trouvait sous l’arbre qu’ils avaient élu pour 2 minutes, jusqu’à ce qu’un mystérieux signal les poussent à aller empapaouter un autre lieu, en groupe serré.

    Alors hein, Vos gueules les mouettes !

    Je reprends volontiers à mon compte cette magnifique phrase de Chaval, dessinateur méchant de son état :
    « Les oiseaux sont des cons »

    Voilà, c’est dit.

  • D. Furtif

    Si certains connaissaient( ou avaient connu) le dortoir d’étourneaux ayant élu résidence tout près de l’entrée du théâtre de Limoges faiant certains soir office d’Opéra ___ Vain Dieu que j’étais mal assis___
    Il garderaient un souvenir fienteux de Purcell et de Didon et en voudraient beaucoup à Christophe Coin de ne pas les avoir chassés surtout ce soir là où le tout Limoges avait sorti fourrure et joncailles.
    Ça me rappelle que mes fichus nièces ne m’ont toujours pas rendu mes bouquins de Chaval. Merci Buster

    Merci l’auteur

    • Ph. Renève

      J’aime beaucoup les oiseaux, mais force est de reconnaître que les étourneaux sont une engeance peu commune.

      Un de leurs exploits préférés dans ma région viticole et vinolâtre est de se gorger de raisins sur la Côte au moment des vendanges et de venir avec délice et vice se rassembler au-dessus de l’agglomération dijonnaise afin de maculer de taches violettes les voitures des indigènes.

      Sales bestioles, en plus ils ont des cris pas possibles, des imitations, des bruitages débiles. Et quand ils s’abattent sur une vigne, adieu paniers, vendanges sont faites comme disait mon pote frère Jean.

  • chantelois2010

    Ma copine me demande de jeter un oeil – avant de reprendre les cieux pour une lointaine destination – sur vos réactions à nos propos. Las… mes amis. Ramener deux personnes de haute extraction comme ma copine et moi au rang des étourneaux. Et pourquoi pas au rang des pigeons dont leurs fientes sont plus répandues que ces pauvres étourneaux, de petits étourdis. Y en aurait-il parmi vous qui se sentiraient félins ? Parce que vous savez, nous et les chats… c’est la cata.

    Et vous n’aimez le chant céleste de ces petits êtres, perchés sur un arbre, pleins de charme ? Et la poésie, pardi, vous en faites quoi? Je connais un photographe ringard – connu lors d’une de nos migrations vers une ville obscure, Montréal, – qui fait une chasse noble à notre espèce, la chasse aux images. Bon c’est vrai. C’est un vieux bougon, comme il se définit lui-même. Il grommelle sur tout. Mais … mais… il nous aime, le bougre. Buster, z’êtes pas un peu sévère, là? Chaval, dites-vous? Ne l’avons jamais rencontré lors de nos migrations, ma copine et moi. Didier, faut revendiquer. Faut revendiquer. Retour immédiat de ces bouquins chavalesques.

    Avant de repartir, ma copine et moi allons nous restaurer un peu. Il est si tôt. Et je vous avais prévenu. D’humour nous n’en avons guère mais nous ne partons jamais en guerre. Allez, je retourne sous les plumes de ma copine pour quelques heures. Un roupillon n’est jamais de refus. Les plumes de ma copine sont si chaudes.

  • D. Furtif

    Un moment de grâce et de réconciliation avec les oiseaux.
    Pour la première de son Opéra Rinaldo , Haendel avait fait capturer des centaines de moineaux. À l’acte 1 scène 7 il les fit tous lâcher et le miracle eut lieu Le triomphe.
    Un petit ennui pourtant, les petites bêtes élurent domicile dans le théâtre et il fallut des mois pour les en chasser toutes.

    Préférez la version Hogwood Bartoli

  • D. Furtif

    Saül Docker ou Clovis Flan ou ….

  • L'enfoiré

    Toucans, nous sommes
    Tous cancans vous resterez
    Des graines qu’on nous donne
    Il ne vous en faut pour exister
    Alors, de deux choses l’une
    Ou vous croyez que nous resteront en cage
    Sans rêver à autre choses qu’à vos prunes
    N’oubliez pas il nous reste le ramage
    Beaucoup d’idées derrière nos becs en rage
    Ou, vous espérez, humains ou pandas, être sur Terre
    Là, à nous regarder bêtement, à nous épier
    Alors que nous rions de vous et de vos têtes amères
    Dans l’ombre, quelqu’un est là pour vous capturer
    Ce jour-là sera pour vous une grande surprise
    Mais, Toucan, on n’essayera pas à vous sauver la mise.

  • chantelois2010

    Ma copine m’a donné un coup d’aile. Va lire ce qu’un enfoiré a écrit sur notre espèce. Comment elle a pu savoir? Elle me disait dormir… ah! la vilaine. Toujours des cachotteries. Ben j’vous dis que c’est sympa ce p’tit air d’enfoiré. J’aime bien. Ne faites pas la grosse tête, l’enfoiré. Je vous ai à l’oeil. Bon. Vivement les plumes de ma douce. Salut la compagnie.

  • Causette

    Bonjour Chantelois, bien bel article
    Bonjour tous 😀

    En juillet, un petit ziozio jaune est venu zinzinuler au bord de ma fenêtre ; depuis je lui prépare des petits goûters à base de fruits secs et elle revient. J’ai donc commencé la construction d’une petite maison en bois.
    http://www.youtube.com/watch?v=Byd9V5j8cTM&feature=related

    il y a aussi deux petites bavardes curieuses qui viennent de temps en temps
    http://www.youtube.com/watch?v=OpBh-SC11XA&feature=related

  • chantelois2010

    Causette. Très jolies cette maison de bois et les deux petites bavardes qui viennent de temps en temps. La musique adoucit les moeurs. Le petit ziozio et les deux petites bavardes sont choyées. 😉

    • Causette

      Dès que ce ziozio a pris l’habitude de venir, je me suis informée : la mésange bleue fréquente volontiers les nichoirs artificiels ainsi que les mangeoires. Elle peut donc être observée sans difficulté toute l’année, même à proximité des habitations ou des boîtes aux lettres.

      un ornithologue, Marcel Lambrechts et son équipe du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier, se sont installés il y a 2 ans en Corse, dans une forêt proche de Calvi, qui abrite un groupe de Parus Caeruleus Ogliastrae. Dans la revue Ecology Letters de juillet 2002, il raconte comment, avec ses collègues, il a construit des nichoirs pour ces oiseaux appréciés par les spécialistes car ils sont peu farouches. http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9sange_bleue

      sa maison est presque finie, je termine la vernissage et la peinture 🙂

  • D. Furtif

    Bonsoir Pierre ce qui se passe sur CP le 6 septembre à 17h30 a lieu en vérité beaucoup plus tard chez nous ( à la montre)

    Autrement dit on peut constater que d’autres que vous s’insurgent sur la livraison de vos emails au panda

    En même temps ceux qui voudront bien chercher pourront trouver l’article de Gasty sur CP de PCJA

    Et avec tout ça PCJA est venu se pavaner chez nous qu’il insulte sur son Cent Papiers…

    Ai-je bien compris ce qui se passe

  • Buster

    Y a un truc auquel ils n’ont pensé ni les uns ni les autres, concernant ces pb d’email :

    Test effacé à la demande du commentateur

  • D. Furtif

    Je constate que sous MomoSSe on a encore du monde.
    J’aime bien la nuit on le temps de rattraper ses lectures et d’aller musarder chez les autres. On y voit de tout , les gens se lâchent . Au mois d’aout à cause de la coupure j’avais encore plus de temps . J’ai pu voir comment les gens parlaient de Disons . Ceux qui étaient contents et les autres .Ceux qui parlaient de ce qui s’était passé et d’autres qui évoquaient ce qui allait se passer.

     » Oui et alors? »

    Eh bin ça se passe.……….même si Gary Coupeur dans sa grande prévenance a effacé certains plans sur la comète Disons. C’est vraiment amusant de découvrir tous les copains qu’il a Gary Coupeur

    Ce début Septembre un certain Gasty a produit le meilleur de ce qu’il pouvait faire contre Disons( nous ne saurons jamais pourquoi) et bien c’est bien curieux les copains qu’il a le gars Gasty et les réconforts qu’il reçoit…

    Beaucoup ici ne peuvent supporter certaines choses venant de l’hybride Cybion Morisse et compagnie, ils ont bien le droit , ils ont raison , mais il n’est pas question d’accepter la version ancienne de ce cauchemar , de ce foutoir avec les injures et les menaces ce que le Nain bleu et ses comparses ont fait régner pendant 2 ans .

    Pas question , même pas une seconde.

  • chantelois2010

    Didier, désolé de ne pas t’avoir eu plus tôt. Ce qui se passe en réalité est la chose suivante. Un autre saboteur, selon l’éditeur, aurait glissé dans un commentaire une phrase assassine pour relancer encore une fois les querelles entre Panda et Centpapiers. L’éditeur ne commente toujours pas l’absence de confidentialité des IP. Il en est incapable. Or toute la problématique vient de cet accès que pourrait avoir Panda aux bases de données de centpapiers. Si cela s’avérait, ce serait comme une banque qui ouvrirait ses dossiers à quiconque désire nuire à l’un de ses clients. Je sens une grande panique à Centpapiers. Les administrateurs, au nombre de 7 (les 7 du Québec) se partagent quotidiennement la gestion de Centpapiers. C’est eux qui, en alternance, mettent en ligne les articles en UNE ou en page trois. Nonobstant ce que peut nous affirmer Pierre JC Allard, il y a des choix éditoriaux qui sont faits dans les tris des articles. Pour preuve, ce 6 septembre, la section Ailleurs était vide. Et pire. Aucune visite n’a été effectuée sous l’article signé par Pierre JC Allard : Tout changer… pour que rien ne change. Aucune visite à 21h (heure de Montréal). Cet article est en ligne sur Centpapiers depuis minuit. J’ai fait un cliché de la page d’accueil de Centpapiers en cas de vilaine contestation. Une sérieuse brèche vient de fissurer le château-fort de Centpapiers. Panda a expédié à l’un des administrateurs un message l’enjoignant de rechercher les coupables de la diffusion des adresses de courriels dans ses rangs. Le sabotage viendrait de ses rangs. Perfide évidemment. Les administrateurs vont se regarder maintenant comme des chiens de faïence. Le dernier message de Pierre JC Allard est navrant. Il montre sa panique et menace de poursuites l’auteur du sabotage des commentaires. Lorsque les rédacteurs ouvriront les yeux et réaliseront l’étendue des dégats causés par leur éditeur, je crains fort que ce ne soit le vide complet chez Centpapiers. Ce qui serait malheureux pour les jeunes fondateurs de ce forum qui ont placé leur confiance dans le panache d’un homme qui n’en a cure. Et Panda s’épanche en conseils obséquieux et en analyses creuses. Ai-je répondu à ta question?

  • D. Furtif

    Bonsoir Pierre Chantelois

    C’est donc un saboteur qui accueille le distributeur d’étrons et de vomis ou celui qui traite tout le monde de Nazis et, qui publie l’article de Gasty….
    Singulier aveuglement de la part d’un éditeur qui refuse toute responsabilité et continue de la jouer blanche colombe.