Entre deux totalitarismes

Lectures :1589

mardi 8 décembre 2015, par Grosse Fatigue

 

A quelques semaines près, deux totalitarismes se répondent en chœur. Tout cela est en germe depuis les années quatre-vingt, peut-être avant. Je reste persuadé que la gauche intellectuelle y est pour beaucoup, en prônant un relativisme américain de mauvais aloi. La rupture avec les Lumières est évidente : en jetant Jules Ferry avec l’eau du bain anti-colonial, on a jeté la possibilité du mélange à la française, et l’on savoure aujourd’hui le communautarisme merdique du respect-de-la-culture-de-l’autre… Je me souviens des débats en licence de sociologie où nous autres les médiocres entendions pérorer nos ethnologues sur le respect qu’il fallait porter aux cultures, toutes les cultures, quitte à accepter l’excision et autres saloperies dans un devoir absurde de non-ingérence. La fin de l’universalisme qui faisait de notre philosophie quelque chose de fondam6a01156fb0b420970c01348369df2f970centalement bon, a ouvert la porte au relativisme le plus abject, et l’on voit aujourd’hui le combat perdu pour les prolos d’autrefois se muer en un combat pour le respect, par exemple, des femmes voilées, à condition qu’elles ne soient pas catholiques.
Ces prolos-là savent pour qui voter aujourd’hui….
Deux poids deux mesures, auxquelles l’extrême-droite franchouillarde répond par l’inverse : respectons la femme voilée catholique en lui permettant, quitte à la forcer, de faire des tas d’enfants par planning familial fermé interposé. Le combat des franchouillards de souche est l’équivalent du combat islamiste : faire des enfants pour faire la guerre, occuper le terrain, s’entretuer. C’est en Syrie que l’on doit applaudir des deux mains les délaissés de la gauche qui ont voté massivement pour ceux et celles « qu’on n’a pas encore essayés » tant il est vrai que l’on a tout essayé, et en particulier la même politique ou presque d’une classe du même nom particulièrement sclérosée depuis qu’elle se forme au même jeu de la même école….
Le manque d’imagination a cédé le pas à l’impératif commercial, et l’on vend à l’Arabie Saoudite tout en lui concédant son poids en imams pas bien démocratiques (SIC) si je ne m’abuse. Considérer les immigrés dans leur ontologie première (putain de gros mot), c’était, en fait, une attitude d’extrême-droite que la gauche a su inverser…. Dire aux Arabes, aux Africains, et au monde entier que l’on respecterait leur culture d’origine, quitte à la réduire à une pratique religieuse, c’était, à droite, s’en laver les mains en espérant que ce petit monde repartirait un jour, sait-on jamais, et, à gauche, jouer le jeu de la démagogie, en misant sur le droit de vote aux élections locales, je te donnerai un local, tu y feras ce que tu voudras…
Je me souviens d’Aïcha qui en avait marre qu’on lui demande d’où elle venait à la fac, elle voulait juste finir médecine tranquillement. Et elle était loin d’être la seule.
Le relativisme culturel est un produit d’importation et nous avions honte à l’époque de parler d’assimilation, tant l’idée semblait libérale, irréaliste, et surtout presque fasciste : proposer aux autres de devenir comme la plupart des gens, et de jeter les oripeaux qui nous avaient nous-mêmes fait sortir des églises aujourd’hui vides, cela aurait été bien hypocrite, n’est-ce pas ?
Même les anars avaient tendance à voir dans les cultures du tiers-monde (un mot fort à cette époque), comme un esprit de rébellion naturellement anti-capitaliste….
La gauche confondait dans sa candeur la philosophie des Lumières et le capitalisme, qu’elle appelait d’un seul mot – quelque chose comme « libéralisme » ou « ultra-libéralisme » – sans voir que le libéralisme américain se satisfaisait à outrance d’un communautarisme croissant, et sans espoir, qui visait tout bêtement à remplacer l’apartheid légal qui avait pris fin avec la lutte pour les droits civiques. Il n’y a aux Etats-Unis absolument personne pour réclamer une partouze géante du melting-pot, qui donnerait quelque chose d’un Brésil septentrional à la limite. Il suffit de revoir Matrix pour comprendre le manque d’imagination à ce sujet…. Les Noirs eux-mêmes tiennent trop à leurs quotas pour laisser dire qu’ils seraient un peu métis, un peu mulâtres, voire même carrément blancs. Ce communautarisme arrange bien une économie en mal de débouchés, et un beau paquet de réactionnaires rêvant de traditions et d’héritages en perspectives. Beurk de beurk. Le pragmatisme et la gestion comptable ont remplacé ici-même l’idée un peu folle de l’universalisme qui avait fait, à qui mieux-mieux et souvent dans la douleur, des maçons portugais ou des mineurs italiens, de sacrés français antifascistes par nature, dont les petits-enfants votent parfois et trop souvent aujourd’hui pour qui vous savez…
J’appartiens à la gauche morte et souvent, ça fait chier.

.

Article précédent, le 7 décembre 2015 : La vague noire comme à chaque fois

5 comments to Entre deux totalitarismes

  • D. Furtif

    À ce point là ce n’est pas possible.
    Fatigue joue à l’homme invisible depuis des années.
    Comment a-t-il fait pour entendre, lire tout ce que nous nous sommes dit depuis si longtemps.
    Comment a-t-il fait pour être là quand RENEVE défendait tout ce qu’il condamne dans ce texte .
    Le coup des cultures respectables surtout quand ce n’est pas la nôtre.
    Le coup du relativisme…
    Cette identité entre nazislamiens et nazis tout court….
    Non Fatigue elle n’est pas morte ………

  • Jilo_Kw

    Entre « extrême-droite franchouillarde » et « islamisme + compatibles », il y a en effet tout le marais idéologique de l’impuissance à penser, soit par liberté dévoyée (libéralisme et chair à canon salariale du capital omnipotent, mondialisme, tropisme occidental), soit de l’autre côté par égalité dévoyée (faux humanisme, culpabilité aveuglante, internationalisme, tropisme anti-occidental). Ces droites et ces gauches ont failli, soit par cynisme, soit par naïveté. On est d’accord.
    Que la gauche intellectuelle soit plus coupable que la droite pensante, je ne suis pas d’accord. Bien sûr, comme homme de gauche issu des Lumières, j’en veux davantage, comme vous, à la gauche dont cela aurait dû être le parti de dénoncer et combattre ce totalitarisme rampant. Mais j’en veux tout autant, voire davantage, à la droite, cynique, menteuse, égoïste, individualiste, brutale, qui a laissé faire par intérêt et par lâcheté……

    En revanche, je ne vois qu’un seul totalitarisme véritable : l’islamisme.

    • D. Furtif

      Bonjour Jilo Kw
      .
      Beaucoup de choses sont dites en peu de mots dans ce commentaire

      1. La droite serait cynique menteuse égoïste, individualiste et brutale

      C’est beaucoup de mots pour en dire un seul = elle est la droite
      Elle est , elle a le pouvoir.
      Son devoir historique est de le conserver par tous les moyens
      C’est si elle changeait de cap qu’elle faillirait
      Cette accumulation ne vient-elle pas d’un enseignement frelaté et d’une manière d’être et de penser « à la mode » qui nous aurait appris et habitué à l’oublier.
      .
      En revanche la gauche
      .

      1. faux humanisme, culpabilité, aveuglement tropîsme anti occidental

      Ce lexique là, si on y vient point par point, ne vient pas de la gauche qui se veut et se doit d’être scientifique , méthodique éloignée du sentimentalisme chrétien.
      La gauche se doit d’être solidaire c’est à dire opposée au caritatif.
      Elle ne doit pas tomber dans la repentance car elle n’a rien à se reprocher dans la situation qui lui est faite…
      .
      mais là se pose la question de sa direction
      Si elle est tombée dans les ornières qui la dénaturent c’est poussée par ses direction au service de l’adversaire.
      En fait la gauche n’est la gauche que si elle se forme en masse indépendante et s’oppose à ceux qui cherchent à la disloquer.
      Disloquée et informe comme dans sa vie de tous les jours la gauche est non seulement désorientée mais il peut lui arriver de marche contre elle même.Par déception ou par rage et bien sûr par ignorance

      Il n’en reste pas moins que dans votre examen je n’accepte pas le coté torts partagés.
      La gauche a des torts mais c’est parce qu’elle a été trompé méticuleusement, honteusement, sadiquement trompée….En masse et en détail leurrées détournée abandonnée….;
      Ce n’est pas le cas de la droite qui elle conserve le choix entre diverses options qui demeurent des choix de droite avec des variantes dues à son hétérogénéité….

  • Leon

    Je en peux qu’applaudir à deux mains…