Faut-il rétablir le service national ?

Lectures :2007

Un ineffable pseudo journaliste citoyen mais véritable islamo-compatible en recherche de subventions permanentes a posé la question sur Maboulvox. J’ai été tenté de donner mon point de vue, puis je me suis vite rendu compte que la réponse allait prendre une bonne dizaine lignes et ne serait que de la confiture donnée aux cochons. Quitte à écrire quelque chose qui sorte du jeu « du c’est moi qui fait le plus de buzz pour les service-militaire-jmpépettes au Maboulboss » autant le faire sur Disons; sans les pépettes puisque nous, nous n’avons rien à vendre.Faut-il rétablir le Service?

Alors pour ou contre ?

 

Autant le dire tout de suite je ne vois rien contre, je ne développerai donc rien  dans ce sens.

 

J’ai même tout pour.

Le service militaire, même s’il emmerdait 99% des appelés, avaient plusieurs mérites. Des mérites que quasiment tous ceux qui l’ont vécu énumèrent avec une réelle nostalgie.

Comment ?

Des types qu’on a emmerdé pendant un an et qui, à chaque occasion qui leur est donnée racontent « leur service » et concluent invariablement qu’il est à ranger au rayon  des souvenirs marquants, de ceux qu’on échangeraient pour rien au monde. Il y a pire comme chemin de croix !

Ceux qui l’ont vécu ne peuvent pas taire l’angoisse de l’appel sous les drapeaux : à quelle sauce vais-je être mangé ? Les légendes sont légions de la part des anciens,   la seule certitude étant d’être plongé dans un seau de merde,  d’être arraché à son petit confort sans contrainte. Je n’oublierai jamais l’adjudant de ma section pendant les classes qui nous disait : dans un seau de merde il y a deux possibilités : rester au fond et en bouffer un maximum ou tenter de remonter au sommet du seau  .

La prime  au mérite, sans considération de statut, l’égalité parfaite. À  la mesure de ton investissement tu seras rétribué.  Le champ de la rétribution étant vaste, allant à d’une simple et relative tranquillité à une participation sans réserve.

 

Qui a oublié l’appel au petit matin, dans le froid,  avec l’enfoiré de sergent qui fait retirer les gants ou le cache nez à toute la compagnie parce  que un seul gus dans une section  à oublié de les mettre ? Personne… Personne n’a oublié les copains d’infortune, après l’appel,  lorsqu’ils viennent t’expliquer que la solidarité c’est de faire en sorte que chacun en soit comptable, que personne n’a le droit par ses négligences de pénaliser l’ensemble d’un groupe, que ce groupe ne vit et n’existe que parce que chacun prend soin  des autres. Qui aura oublié les deux pauvres gugusses deAA52 didactique-vue ARG-WEB la section désignés comme servants de l’AA52 ? Les gus qui devaient se trimbaler en sus de leur équipement une bonne dizaine de kilos supplémentaire et que tout un chacun se faisait un devoir d’aider en prenant sa part de charge.

Qui a oublié le copain pourri d’ampoules qu’on déleste de son sac, qu’on soutien comme une paire de béquilles ?

Qui a oublié après avoir été largué en pleine campagne pour plusieurs jours  sans eau, avec de quoi  faire un demi-repas par jour, une demi-toile de tente  perméable avec une carte et une boussole. Pour objectif ? Trouver une boite aux lettres qui donnera les coordonnées d’une autre boite aux lettres pour mener à  la suivante et encore la suivante qui ramènera à la caserne ou la base . Où, par fierté on passera le poste de garde sous les yeux des cadres en formation, au pas,et en chantant par défi  pour montrer que non on n’est pas brisé, que oui vous pouvez encore élever le niveau d’exigence, que grâce à vous l’apprentissage de la solidarité,  le sentiment d’appartenance, est devenu effectif. Et le lendemain se présenter aux couleurs le matin n’est pas une contrainte mais la certitude d’appartenir à une nation.

 

Prendre soin les uns des autres c’est repérer le type qui a des difficultés arithmétiques, des difficultés d’écriture, de compréhension,__ ce fichu manque de base ____et de l’aider à passer outre. Aider le type qui physiquement commence a lâché.  Eh oui, le service militaire était le dernier filtre, avant de lâcher les jeunes dans la vie, Le dernier recours pour repérer celui qui avait des lacunes ou /et celui qui avait des problèmes psychologiques. L’une des premières vertus du service national sans aucun doute.

 

Et puis  le respect. Le respect de soi-même, et le respect de la collectivité. Le respect de soi-même est de refuser de vivre dans une poubelle, de balayer, laver le sol,de faire son lit, de ranger ses affaires. Ce respect de soi-même se décline avec le respect de ceux qui nous entourent : eux aussi ont le droit d’exiger que je ne vive pas dans une poubelle; de refuser de vivre dans ma poubelle.

 

Mais le service militaire ce n’était pas que ça, ce n’était pas que crapahuter avec son son sac, ses rangers, et son arme. C’était aussi l’ensemble des corps de métiers.

Boulangers, cuisiniers, mécaniciens autos, chauffeurs, électriciens, plombiers, infirmiers, aide-soignants, cantonniers, comptables, secrétaires, etc.. Mais toujours, toujours avec l’exigence du travail bien fait, toujours avec l’exigence de se présenter à l’heure le matin, toujours avec l’exigence de ne pas se planquer, toujours avec l’exigence d’être un Homme.

 

Le service national amenait au respect de soi-même et au respect de que qui fait que nous sommes Français. Honteusement nationaliste comme sentiment, il va sans dire pour ceux qui disent que la première vertu du multiculturalisme  est de s’affranchir d’un sentiment national…

Vous aimerez aussi:

28 comments to Faut-il rétablir le service national ?

  • Leon

    Ouaip. Ces arguments sont valables, mais ils omettent soigneusement un certain nombre de tares de l’armée Française, telle que’elle existait jusqu’à la fin de la conscription. Personnellement j’ai tout fait pour échapper à cette embrigadement disciplinaire menée par des sous-off souvent débiles, ivrognes et volontiers sadiques. Sans une réforme sérieuse dans ses méthodes d’instruction, je ne souhaite pas que les jeunes soient obligés d’y aller, sinon comme punition alternative à la prison…. Maintenant, peut-être que l’armée a déjà changé.

  • Asinus

    Dans nos grasses et veules sociétés le métier des armes rebute . Servir rebute !
    C’est par confort que nos concitoyens ont opté pour des reîtres et des prétoriens en lieu et place de conscrits et d’officiers républicains !
    Armées privées ?
    Nous sommes en route pour êtres privés d’armées lors même les barbares sont dans les murs !
    Ecoutez le mépris des éduqués pour celui qui porte les armes au nom de la société dont ces mêmes éduqués procèdent.
    C’est le péché des sociétés repues et déliquescentes de refuser la veille aux remparts .
    Autrefois les maîtres refusaient le port des armes et l’instruction militaire aux peuples de peur qu’ils ne se soulèvent. Désormais gavés de droits qu’ils ne défendent pas , abrutis par les médias et agrippés à des biens matériels dont l’addiction leur a été inoculée Ils sont prêts a accepter que l’on meure pour eux contre de l’argent,tout étonnés seront ils quand ce qui semble fait pour les protéger les asserviras !
    J’imagine le chœurs des pleureuses chez nos libertaires pacifistes quand les mercenaires décideront d’ ignorer l’antique adage « Cedant armae togae »

    yep Ranta , yep

    • Leon

      Asinus, la question n’est pas de savoir s’il faut se battre. Les armées ne se ressemblent pas. Il y a, par exemple, un monde entre l’armée Israélienne, qui est basée sur la conscription et ce que j’ai connu comme armée française à l’époque, aussi basée sur la conscription. Seuls les militaires professionnels bénéficiaient d’un encadrement de qualité, de formations, d’équipements modernes : les conscrits, ils étaient là seulement pour qu’on les casse, qu’on les fasse chier jusqu’au bout.

      • ranta

        Léon, si moi, selon Furtif je suis lyrique, je crois que tu es un peu beaucoup dans l’exagération. Des sous-off illettrés ivrognes je n’en pas rencontré plus que dans le civil 😆

        Ensuite faire chier les appelés, alors que seuls les mili de carrières disposaient des meilleurs armement et formation… On peut effectivement penser que de demander et exiger de la disciple est de nature à faire chier le monde, c’est vrai que mettre tout le monde au pas sans distinction est de nature à emmerder. Quant aux formations c’est clair que en un an c’est compliqué d’en donner une qui soit réelle et efficace, en outre une bonne partie des appelés ne finissaient pas dans une compagnie de combat mais se retrouvaient à faire un travail, en général en rapport avec leur apprentissage : électricien, plombier, boulanger, comptable, etc…

        Quant aux armements ils sont attribués en fonction des missions à remplir : tous les régiments n’ont pas les mêmes missions, et à l’intérieur même de ces régiment une compagnie ou plusieurs peuvent avoirencore une mission différente du régiment.

    • ranta

      Yep, servir rebute et la plupart du temps ceux qui servent, outre l’armée mais la police et la gendarmerie, sont regardés avec mépris. Sauf lorsqu’on a besoin d’eux…. Là d’un seul coup tu as des connards de chanteurs, pseudo anars, qui se sentent tenus de mettre en musique le jour où ils ont embrassé un flic.

  • D. Furtif

    Disons le
    y aller a été une angoisse que j’ai trimballée de 18 à 27/28 ans.
    J’ai tout fait fait pour ne pas y aller et j’ai réussi à passer à travers.
    Et pourtant la question mérite d’être creusée et sans partager le lyrisme de Ranta , je suis heureux qu’il ait posé une question que je rangeais dans le placard des questions qu’on évite depuis 40 ans.
    ….
    L’Histoire comme discipline intellectuelle ne peut être conduite en évitant de s’intéresser à la chose militaire c’est bien le reproche que je fais toujours à la pensée dominante des Historiens au temps où quand que alors c’était le temps je faisis mes études….
    Mai 1940 et les catastrophes politiques qu’il a induit oblige à penser à la chose militaire à ce qui a été fait et ce qui aurait dû être fait…;
    N’avoir même pas un atome de savoir comment conduire une section, une compagnie , un bataillon….me consterne toujours autant quand je me plonge dans les ouvrages dont je nourris ma réflexion….

    Suite après la pizza.

  • Buster

    Bonsoir Ranta,

    Tu remontes + ou – 30 ans en arrière. Je comprends les valeurs intemporelles que tu énumères, mais concrètement je me demande ce qu’il serait bien possible de faire, maintenant, en 2016 – 2020 :

    – Avec 100% des recrues connectées 24/24 sur les réseaux sociaux, filmant tout ce qui leur arrive et faisant tourner les videos, snapchat, twittos…. et tout ce qui suivra.
    – Avec un pourcentage (?) de jeunes pour lesquels la véritable nation n’est surtout pas la France.
    – Avec une parité sexuelle à respecter, les droits des gays à intégrer.
    – Avec les menus spéciaux, les horaires de prière, les fêtes religieuses.
    – Avec le sacro-saint principe de précaution à prendre en compte.

    Ce ne serait sûrement pas le même service national, et cela ne risquerait-il pas de foutre un bordel monstre dans l’armée ?

    • Cosette

      Ah bin! Buster dit mieux que ce que je voulais répondre. Oui d’ailleurs il me semble que les chefs de l’extrême-gauche incitaient leurs adhérents à faire leur service pour apprendre entre autres à se servir des armes.
      Imagine avec les fous de dieu et leur taqiya ?
      Quelle est la vrai raison pour que l’Etat français décide d’arrêter ce service national ?

      • Asinus

        la vrai raison Cosette le dogme libéral , on comptabilise , on sous traite et on privatise il se trouve juste que le dogme des dirigeants s’est trouvé en adéquation avec un hédonisme
        titulaire de droits et de plus aucun devoir.
        Nous le payons très cher nous le paierons très cher.
        Je sais que pour beaucoup je suis Jérémie ici laissez moi vous dire que déjà à son époque on prophétisait : que ceux qui refusent de veiller aux remparts doivent combattre sur le seuil de leur maison tôt ou tard .

      • ranta

        Le pognon Causette. Ca coûtait horriblement cher à l’état.

        Ensuite les constats du moment : avec l’effondrement du bloc Soviétique la France n’avait plus à redouter un conflit traditionnel -toute la doctrine du service national national était basé là dessus, le maximum de soldats pour faire face aux armée du pacte de Varsovie- mais se dirigeait vers les guerres asymétriques, dans ce cas le nombre n’est pas utile, d’autant qu’une masse d’appelés auraient été totalement inefficaces

      • ranta

        Tu peux rajouter aussi qu’à cette époque tout terra-nova croyait dur comme fer que l’Europe était la solution et que dans un futur très proche l’Europe serait dotée d’une force armée unifiée -ah les sacrés glandus -et que à ce titre une armée de conscription était parfaitement inutile.

    • ranta

      Globalement Buster tout ce que tu dis existait déjà à cette époque : on vivait avec parce que justement l’idée de base était de mettre tout le monde au même niveau, sans passe droit et autres concessions. Je ne vois absolument pas ce qui empêcherait aujourd’hui d’y parvenir.

  • D. Furtif

    Suite du début du commencement…
    .
    Alors
    Alors.
    Plus vieux qu’Asinus voire de Snoopy je suis plus jeune que Léon…
    L’âge importe beaucoup dans cette question
    .
    Bin j’ai vécu ma jeunesse dans la détestation de Guy Mollet qui avait fait des conscrits un jouet politique en multipliant les mois de service et en poussant le mépris de la jeunesse en disant que 18 mois = 30 mois et fermez vos gueules « On n’est pas en guerre »….
    Je me rappelle le scandale et l’émotion des rappelés….. des jeunes gens qui avaient terminé leur période en Algérie et qui devaient repartir souvent conduits par les gendarmes au cas où…
    La détestation pour Guy Mollet entraina celle vouée à l’armée….
    Il faut bien reconnaitre que cette détestation est restée accrochée à la chose militaire mais que les décideurs politiques qui appuyaient cette mesure des rappelés , eux , s’en sont tirés scandaleusement….
    ….
    Puis le temps passa
    Et nous arriva un Jour Jospin qui par pur esprit politicien supprima le service national….L’irrémédiable gauchiste se surprit alors à dire halte là!
    Il y avait là une atteinte à la République, à la nation des citoyens….

    Écartelé dans cette alternative je ne sais toujours pas la trancher…
    Je ne partage pas les illusions lyriques de Ranta mais je ne partage plus non plus les condamnations de Léon que j’ai proférées si longtemps …moi aussi.
    ..

    Finalement je suis assez heureux de dire que je n’ai pas la réponse.

  • Fabien

    Bonjour à tous et toutes.
    Je partage une bonne partie des arguments de Ranta. Je l’ai fait il y a presque 30 ans et je n’en garde pas un souvenir épouvantable bien au contraire.

  • D. Furtif

    Il y avait bien cette unité mixte franco allemande….Je ne sais plus ce qu’elle est devenue….
    Il y avait aussi une sorte d’Olympiade militaire européenne….
    Je sais que la France a quitté l’opération.

  • Lapa

    Plutôt d’accord avec le constat d’Asinus:
    dogme libéral , on comptabilise , on sous traite et on privatise il se trouve juste que le dogme des dirigeants s’est trouvé en adéquation avec un hédonisme titulaire de droits et de plus aucun devoir.

    je trouve assez impressionnante d’ailleurs, vu que la suppression est quand même assez récente, la rapidité de sortie du cadre de notre pensée de l’obligation du service national, sa ringardisation ou sa « non adaptation » à la société actuelle. Je ne sais pas si je suis très clair mais bon.
    En tout état de cause, pour ma part j’ai pu éviter de perdre un an (suffit d’avoir les bonnes relations), ce qui est un indicateur que déjà à l’époque l’égalité était de la poudre aux yeux.

    A vrai dire je n’ai pas trop d’avis sur la question. Je préfèrerai que le budget aille à notre justice pour qu’elle ait les outils afin de répondre au besoin de sécurité et de justice de nos citoyens (place dans les prisons, temps de procédures, gestion des délinquants…).
    Inévitablement la force armée sera privatisée et sous traitée. L’avenir? on ne disparaît pas suite à une défaite militaire auquel cas la France aurait disparu depuis longtemps. On disparaît quand on refuse d’appliquer tous les jours ses valeurs.

  • Asinus

    yep , sur qu’avec l’age les souvenirs sépia se teintent de lumière mais certain s’y découvrait dans ce service national , je vous l’ai déjà conté .mais bis repetita ..

    Asinus
    26 février 2011 at 7 h 23 min
    yep » le nain disgracieux » vous me pardonnerez ma triviale comparaison faute de connaissance livresque
    je vous livre l’expérience .Au peloton d’ eleves s-off de la 74/06
    y avait deux corps débiles chétifs malingres
    mais vu que c’ était une classe déficitaire ils nous ont gardé quasimodo et moi. Yep le poteau la nature l’avais pas gâté un lointain cousinage simiesque faisait que j avais l’air d’un adonis a coté.
    Vous dire
    l’enfer compétitif qu ont été pour nous et surtout pour lui les 6 mois de peloton les injures les menaces les brimades quand son retard nous valait des punitions son pieu au plus mauvais endroit de la chambrée moqué tous les jour par des coqs a crêtes rouges d’ 1m80 de muscles moi je me disais heureusement il est con il réalise pas quasimodo le nain pis 8 /12 mois plus tard parmi d’autre on c’est retrouvé au Liban coincé dans un » incident » entre les potes kataeb***

    » de snoopy’ et les bien frappés du Amal ben les héros d’ 1m80 et votre serviteur z’ont fait ce que dame nature commande en pareil cas z’ont finit nez dans la poussière en priant pour passer a autre chose !le seul truc dont je me souvient c’est le difforme le nain le quasimodo aux yeux globuleux debout lui dans le trappon du vab derrière sa aa52 envoyant des rafales et nous commentant le débat extérieur!yep moi depuis les malingres les difformes les pas compétitifs je les regardes avec circonspection.
    asinus hi han
    .
    .
    NDLR
    kataeb

    ***= phalanges

  • snoopy86

    troisième fois que j’essaie de poster mon commentaire. A croire que le ouebmaître nous fait une crise mystique à la Dugué ….

    Beaucoup de bons souvenirs, mais la chance de servir dans une unité d’élite se payait à l’époque par un « service long »
    Beaucoup appris, y compris que je n’étais pas fait pour ça malgré des gênes favorables….
    Mais quelle forme physique en en sortant !

    Combien à l’inverse se sont fais ch.. 11 mois dans des unités de génie sans génie ou dans des unités de tringlots sans …carburant

    La conscription c’est complètement ringard, inefficace, coûteux et tellement injustement inégalitaire.
    En plus, avec l’évolution des mentalités j’imagine aujourd’hui les manifs de papas et mamans-poules devant les casernes de leur Tanguy

    Comment envisager de confier sa sécurité à des hordes de morveux qui n’ont aucune envie de le faire ?

    La seule solution: la Garde Nationale à l’américaine sur la base d’un volontariat « encouragé » par exemple par une priorité d’accés aux emplois de la fonction publique ou aux bourses universitaires

    • D. Furtif

      Il y a comme un os….
      J’ai bien constaté en soirée que tu étais logué….Zalors ??????

      Tu as dû vexer le Bouzin

    • ranta

      « Combien à l’inverse se sont fais ch.. 11 mois dans des unités de génie sans génie ou dans des unités de tringlots sans …carburant »

      Oui, c’est vrai; mais combien se font chier tout court dans des boulots à la con.

      Ce que je souligne ce n’est pas ce que l’on faisait faire aux appelés mais ce que l’on leur demandaient d’être.

  • Asinus

    « troisième fois que j’essaie »
    comme pour sortir du bunker 😛

    « la Garde Nationale à l’américaine sur la base d’un volontariat « encouragé » par exemple par une priorité d’accés aux emplois de la fonction publique ou aux bourses universitaires »
    sinon ça me semble une solution judicieuse pour faire participer les plus motivés .

  • D. Furtif

    Bonsoir Ranta
    Voilà un article qui aborde le même sujet que toi
    Évidemment Bayrou ça ne fait pas rêver

    • Lapa

      J’aime ce com:
       »
      Trop marrants tous ces politiques. Ils feraient n’importe quoi pour faire parler d’eux avec des postures plus guerrières les uns que les autres : « Nous sommes en guerre ! » le menton levé et les yeux fixés sur la ligne bleue des vosges dans une mâle attitude. Pendant ce temps là on fait des nuits debout et des manifs pendant l’Etat d’Urgence, on organise l’Euro et on s’en félicite, on se demande si on doit naturaliser Tarik Ramadan, si la déchéance de nationalité pour les terroristes c’est pas trop dur, si les flics n’y vont pas un peu fort avec les dealers, si abaoud doit avoir une vie privée, etc.
      Et là c’est le ponpon ! Le « service national 2″ Le retour. Pour déradicaliser les islamistes sous prétexte de « créer du lien social » il faudrait absolument faire chier toute une génération de types normaux ? On marche sur la tête. Quelle rigolade ! Les islamistes n’ont pas attendu la fin du service national pour commencer leurs conneries. En 1990, je faisais déjà embastiller un putain d’appelé qui faisait des heures sup à photocopier des appels au jihad pour le GIA algérien !
      Pour une fois qu’on a une armée française efficace et à la hauteur, il faudrait toutes affaires cessantes reconvertir ses cadres en éducateurs sociaux ?
      Primo, les infrastructures ont toutes été vendues, comme la caserne de Bonne à Grenoble transformée en centre commercial.
      Deuxio : Qui va encadrer tout ce beau monde, soit 750.000 garçons ET filles par AN ! Avec quel Budget ? Rien qu’une maigre solde de 90€ par mois couterait 1 milliard d’€ par an. Sans compter tout le reste.
      Tertio : quelle utilité ? le plaisir de faire chier les pauvres qui seraient les seuls à passer à la toise ? Pour mettre un troufion devant chaque stade, chaque école, chaque kermesse de village, chaque temple à la connerie : mosquée, église, temple, synagogue, chaque local syndical, chaque troquet, chaque mac do, chaque rame de train, chaque arrêt de bus ?
      Les armées n’ont déjà pas le budget pour se payer les quelques réservistes dont elles ont vraiment besoin et soudain on va rouler sur l’or pour financer une usine à gaz soviétique ?
      Réveillez vous les mecs ! Écouter le maire de Champignac faire des discours ineptes – façon Bayrou – c’est juste éviter de prendre les décisions qui s’imposent comme envoyer nos chers radicalisés en stage aux Kerguelen pour islamiser les pingouins. »

      • ranta

        Ce commentaire est évidemment excellent; il résume d’ailleurs parfaitement la réalité.

        Je ne suis pas fou, je sais pertinemment tout ça et à travers l’article je n’exprime jamais qu’un voeu pieux qui pointe ce que les communautarismes ont fait voler en éclats : il est aujourd’hui techniquement et financièrement que ce soit en termes d’encadrement humain, de matériels et d’infrastructures d’imaginer une seule seconde de rétablir le service militaire.

  • D. Furtif

    Je lisais la Fontaine ce matin qui me fit penser à Trostky….Il y a de la confusion dans mes souvenirs anciens.
    La sentence était de Liebknecht et Trotsky la popularisa dans les rang de l’opposition de gauche contre la national communisme de Staline
    .
    La Fontaine conclut en ces termes
    .

          1. Et que m’importe donc, dit l’Ane, à qui je sois ?
            Sauvez-vous, et me laissez paître :
            Notre ennemi, c’est notre Maître :
            Je vous le dis en bon François.

    .
    Liebknecht tout occupé à d’autres choses bien plus préoccupantes
    .

        1. L’ennemi principal est dans notre propre pays

    .
    Trotsky le reprit et ajouta ceci qui importe aujourd’hui
    .

            1. – Abolition complète de la diplomatie secrète;
              tous les traités et accords doivent être accessibles à chaque ouvrier et paysan.
              – Instruction militaire et armement des ouvriers et des paysans sous le contrôle immédiat des comités ouvriers et paysans.
              – Création d’écoles militaires pour la formation d’officiers venus des rangs des travailleurs, choisis par les organisations ouvrières.
              – Substitution à l’armée permanente, c’est-à-dire de caserne, d’une milice populaire en liaison indissoluble avec les usines, les mines, les fermes, etc.