Monseigneur, propriétaire de maisons closes

Lectures :1686
Georges de la Fouchardière était Poitevin et anticlérical, il pratiquait l’ironie mordante et portait la raie au milieu. Quatre raisons nécessaires et suffisantes pour tirer ce brave homme, le temps de ce billet, de l’oubli dans lequel il est tombé (note 1).
Une des rues chaudes du Mans avec des maisons, propriété de l’évêché.
La taille et l’emplacement du N°1 laissent soupçonner bien des choses !



HORS D’OEUVRE – D’un bénéfice ecclésiastique.

(…) L’évêque du Mans est propriétaire d’immeubles, mais il n’est pas propriétaire comme tout le monde. Il est propriétaire malgré lui.
En 1914, dans le voisinage trop immédiat de la cathédrale du Mans, il y avait un pâté de maisons… de ces maisons qui sont une nécessité dans les villes de garnison… enfin, quoi, des maisons…
Le voisinage de ces établissements était fâcheux pour la cathédrale. Les fidèles qui se rendaient aux offices ne passaient pas sans malaise devant ces volets clos… D’autre part, le voisinage de la cathédrale était fâcheux pour ces établissements; car les fonctionnaires et les magistrats qui, le soir, y venaient chercher quelque délassement risquaient de rencontrer leurs épouses, se rendant au salut ou aux offices du mois de Marie.
L’évêque du Mans organisa une souscription qui fut fructueuse et dont le produit servit à racheter les immeubles condamnés par l’Église. Congé fut donné aux matrones, qui se préparèrent à évacuer, avec leurs pensionnats, les domaines ecclésiastiques; faute de quoi l’huissier de l’évêché eût expulsé ces congrégations non autorisées.
Or la guerre éclata. Il y eut le premier moratorium, que d’autres suivirent. De prolongation en prorogation, ces dames sont encore là… Et le malheureux évêque du Mans, depuis dix ans, continue à encaisser les loyers qui sont le prix du stupre, et il délivre aux mères supérieures des quittances revêtues du sceau épiscopal. Et on ne sait pas combien de temps durera cette étrange situation.
Soucieux des intérêts spirituels plus que des intérêts temporels, j’ai voulu savoir où en était l’évêque du Mans quant au salut de son âme, et j’ai consulté les Pères de l’Église.
Dans leur sagesse, les Pères de l’Église ont tout prévu, même le cas du propriétaire qui loue son immeuble à une tenancière de maison close.
Saint Raymond, pénitencier de Rome sous Grégoire X, assimile le cas à celui d’un homme qui, ayant une épée à vendre et sachant que l’acheteur veut s’en servir pour commettre un meurtre, conclut néanmoins le marché; ainsi le vendeur pèche mortellement… « De même un propriétaire, sachant que Lucine veut s’en servir pour son honteux commerce, ne peut sans crime lui donner sa maison à louage.« 
Saint Jérôme déclare que, même se trouvant dans l’indigence, un propriétaire doit laisser sa maison vacante, plutôt que de la louer à Lucine, car il est infiniment plus avantageux de perdre quelque bien temporel que de perdre à jamais les biens éternels.
Ainsi, pensez-vous, ce pauvre évêque du Mans se trouve condamné à l’unanimité, et avec cette circonstance aggravante qu’en l’espèce le propriétaire de la maison de débauche est un prince de l’Église.
Je cède la parole à un savant casuiste, docteur en Sorbonne (note 2) : « Sylvius met une exception à l’occasion de la présente difficulté qui est que, si le Prince ou les Magistrats permettoient aux femmes débauchées de se retirer dans un certain quartier de la ville et leur ordonnoient de se loger, comme le fit en effet Charles VI par son ordonnance du 14 septembre 1420 qui y désigna sept rues à ces malheureuses pour se loger: sçavoir la rue Chapon, les rue Pavée et celle de l’abreuvoir Macon, de Glatigny, de Tiron, de Baillehoë et de la Cour Gobert, à Paris, les propriétaires de ces maisons qui dans ce cas ne pourroient sans crime les leur louer, afin de pourvoir à leurs besoins par le prix des loyer, pourveu qu’ils détestassent sincèrement la mauvaise vie de ces femmes. Ainsi répond un sçavant commentateur à la question : « An etiam excusandi sint qui domos locant meretrecibus ?« 
La cause est entendue.
Monseigneur est excusable du fait que le quartier où se trouvent ses maisons de rapport est en quelque sorte un quartier consacré au culte de Vénus par une décision du Prince, en l’espèce de la municipalité du Mans, et qu’il lui est impossible de louer ces immeubles à d’autres personnes.
Et puis la divine Providence n’a-t-elle pas bien fait les choses en mettant le remède à côté du mal et le tribunal de la pénitence à portée immédiate des justiciables ?
Les pécheurs repentant n’ont que la rue à traverser pour recevoir l’absolution.
Cependant qu’à l’encens du saint lieu se mêlent, par une émanation très proche et très évangélique, les parfums orthodoxes de Marie-Madeleine.

G. de la Fouchardière ( L’Oeuvre – 24 octobre 1924)




Georges François Xavier Marie Grente, l’évêque du Mans, prit la mouche. Il s’estima diffamé et intenta un procès. C’est Maurice Garçon qui assura la défense Georges de La Fouchardière contre l’évêque. Le journaliste fut condamné. En ces temps, écrire : « Et le malheureux évêque du Mans, depuis dix ans, continue à encaisser les loyers qui sont le prix du stupre, et il délivre aux mères supérieures des quittances revêtues du sceau épiscopal. » (note 3) dépassait les bornes de l’ironie mordante.

L’histoire ne dit pas si, bien des années plus tard, Mgr Grente et Me Garçon échangèrent ces vieux souvenirs sur les bancs ou lors d’une séance de dictionnaire de l’Académie Française…



Note 1 : Aujourd’hui, il n’y a guère que quelques cinéphiles pour se souvenir que le scénario de La Chienne de Renoir et de La Rue rouge de Fritz Lang sont tirés de l’un de ses romans.

Note 2 : La citation est extraite du Dictionnaire des cas de conscience (1715) de Jean Pontas, à l’article louage. De La Fouchardière a poussé l’érudition mordante jusqu’à utiliser une édition du 18ème siècle. L’édition modernisée de Migne en 1847, plus accessible au commun des croyants et des mécréants, a pratiqué des coupes dans le texte.

Note 3 : Le Grand Pimp des Mabouls, lui aussi, encaisse les loyers et distribue des quittances. Est-ce pour cela que les margoulins citoyens jouent des ciseaux ?

 

 

15 comments to Monseigneur, propriétaire de maisons closes

  • D. Furtif

    Les censeurs les plus intransigeants ne sont pas à l’abri du mal qu’ils combattent
    .
    http://www.lepoint.fr/insolite/le-vatican-adepte-du-telechargement-illegal-de-porno-sm-11-04-2013-1654011_48.php

  • D. Furtif

    Une histoire édifiante
    .

        1. http://www.leparisien.fr/societe/un-chapitre-inedit-sur-le-porno-23-08-2012-2134519.php
          .
          Extraits
          .

          Dans les années 1980 : au cabaret Il Teatrino de Milan se produisaient quotidiennement des stars du porno, comme la célèbre Ciccciolina. Et à qui appartenait ce lieu de « perdition »? A une congrégation de moines siciliens! Elle encaissait le loyer, fermant pudiquement les yeux sur l’origine de ses fonds destinés aux bonnes œuvres.

          En 2012 on apprenait aussi
          .
          .
          La maison d’édition Weltbild, qui appartient aux diocèses allemands. Le détail qui fait tache, c’est que figurent au catalogue de ses publications des milliers d’ouvrages… érotiques. Conclusion imparable, la pornographie, si fermement condamnée par l’Eglise, contribue largement aux 2 Mds€ de chiffre d’affaires affichés par la Weltbild, donc par les diocèses!

  • Voilà… C’est à vous désespérer d’oeuvrer pour l’amitié entre les peuples poitevin(s) et manceau(x). J’ai un doute sur l’accord des adjectifs.
    Sachez Môssieur Furtif que je vous ai signalé à l’Académie et que vous n’obtiendrez JAMAIS le Prix du Cardinal Grente

  • Lapa

    petit tour chez gogovox ce jour. Même plus besoin de modérer les bouzes, elles viennent toutes seules plomber l’estrade.
    mes comptes modération sont au chômage technique.

    • Lapa

      oups mis dans la mauvaise rubrique.

      anecdote très amusante 🙂 merci à l’auteur.

      • Y’a pas de quoi… Mais, je n’y suis pour pas grand chose.

        PS : Si j’ai bien compris, tu me proposes de plomber l’estrade citoyenne en proposant cette anecdote à la modération des margoulins associés ! 😛 😛
        Tu ne crois pas que ça risquerait de déstabiliser le Melon de la Loire (pour son côté régionaliste), Pécuchet du 2-2 (pour son côté juridico-philosphique), Amaury (pour son côté christianophile) et Rosemar (à cause de la citation latine) ? ?

        • ranta

          Ouais ben rêve pas, parce que citer de l’ironie mordante 🙄 dans ta première phrase t’as aucune chance que ça passe; même si on mobilise tous les infiltrés.

          • ranta

            Et anti-clérical en sus, on peut donc supposer le bonhomme peu sensible aux sirènes du mulot…

            Deuxième mauvais points pour toi.

  • D. Furtif

    On ne peut pas imaginer que ça soit vrai….
    mais j’ai reçu un jour de 2008 un Email du Marionnettiste me reprochant mon ironie mordante.
    ……..
    Il y a ,dans la vie, des moments que l’on n’oublie pas….

    • D. Furtif

      À Poitiers ce n’est pas l’Eglise catholique mais c’est toujours une maffia religieuse.
      .
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/poitiers-ces-francais-accuses-profiter-prostitution-nigeriane-1242557.html
      .
      .

                1. Des femmes sous la coupe d’une mafia religieuse

                  Supreme Eiye Confraternity (SEC). Ce nom aux allures de communauté évangéliste est devenu synonyme d’exploitation sexuelle. Une enquête documentée du JDD, publiée dans son édition du 26 mars, décrypte les réseaux de cette mafia qui s’étendent du « Nigéria jusqu’aux trottoirs de l’Europe ». Son business a explosé depuis l’éclatement de la Libye, porte ouverte sur la Méditerranée.

                  « Auparavant, la SEC se chargeait uniquement de l’acheminement des filles en Europe, indiquait à l’hebdomadaire le commissaire Jean-Marc Droguet, patron de l’OCRTEH. Aujourd’hui, elle s’est directement greffée sur l’exploitation, ce qui alourdit encore le remboursement avec des méthodes de plus en plus violentes. » Au niveau national, les Nigérianes constitueraient désormais la majorité des 10 000 prostituées de rue, selon l’OCRTEH.

      .
      Une des si nombreuses nouvelles spiritualités selon l’expression favorites du copain intime du Margoulin citoyen
      .
      .
      .
      Le texte

      Alors, qui a raison ?
      Celui qui cherche honnêtement ne trouve pas un environnement apaisé où il va pouvoir faire son choix en toute connaissance de cause, où il peut y avoir une sorte de marché des spiritualités, où chacun est à égalité et défend sa vision avec ses moyens.
      Là, nous sommes en France, il y a des bons, des mauvais, c’est très manichéen. Il y a les bons, les grandes religions reconnues, puis il y a les mauvais, ce sont tous les petits nouveaux.

      .
      .
      Wikipedia
      Le journaliste et essayiste Jean-Luc Martin-Lagardette a créé un site internet pour défendre la diversité spirituelle, intellectuelle et thérapeutique. « Il prône l’effort de comprendre par l’écoute de l’autre et l’écoute intérieure ».
      .
      .
      .
      .
      Vous trouverez ici
      1- Les liens fondateurs de JLML avec l’APCP une usine à gaz qui cherche à s’infiltrer partout , à se rendre indispensable et obligatoire…
      Si vous poursuivez la recherche vous retrouverez notre ami Directeur propriétaire.
      .
      2- vous trouverez aussi le remontrances doucereuses sur la déontologie journalistique
      .
      3- ainsi qu’une vidéo , où l’expression  » Nouvelles spiritualités » est employée ( ou l’était quand je l’ai vue la première fois)

      • Dora

        Bonjour Furtif,
        Merci pour les références sur JLM M. que je n’avais pas encore enregistrées. Dangereux par les idées qu’ils diffusent, ses sites sont surtout des usines à fric. A peine ouvre-t-on la page de l’APCP que des pubs en polluent la lecture. Au fait, il se vante d’avoir fait une école de journalisme mais en est-il vraiment sorti diplômé??? J’en doute fort vu le niveau du raisonnement qu’il affiche sur la page du CISN!

  • Leon

    Puisque c’est la fête de la musique :

  • Dora

    Ola!
    Couverture de la prostitution (du moment que cela rapporte!), des prêtres pédophiles, refus d’agir et de se positionner par rapport à l’holocauste, on ne peut pas dire que les cadres de l’église catholique et toute la hiérarchie aient brillé par leur grandeur d’âme dont ils apparaissent bien dépourvus!