Remaniement : l’être et le néant

Lectures :2787
Franchement il est fort ce Sarkozy : avec rien il fait tout et arrive à bousculer les plus grandes certitudes philosophiques. La dialectique de l’être et du néant vient de prendre une tournure radicalement nouvelle…

Eh, bien oui, grâce à ce remaniement qui n’en est pas un, tout en en étant un, mais dont la portée est nulle puisque ce n’est pas le gouvernement qui gouverne, Sarkozy donc arrive à produire de l’être avec du néant. Oui, oui vous avez bien lu il produit de l’être avec du néant. Je vous laisse méditer sur ce concept philosophique radicalement novateur.

Vous croyez avoir compris ? Meuuuuuh, non, vous n’y êtes pas : y a quelque chose qui cloche, car cet être est du néant. Je suis sûr que cela vous aura échappé. Et oui, comment pourrait-il en être autrement : il est parfaitement logique qu’un être constitué de néant soit du néant, non ? Ben non…. Parce que si c’est du néant cela ne peut pas être de l’être. Pffiuuu, je m’y perds moi.

Être de l’être, mais c’est idiot, ça : l’être est forcément ? Ah, sauf si cet être est du néant, logique non ? Le néant ne peut pas être, donc tout ce que l’on peut dire du néant c’est que le néant, n’est pas… Et donc  quand on dit que le néant est, en réalité on veut dire qu’il n’est pas. Cela va de soi. Sinon il ne serait pas le néant… Vous suivez toujours, j’espère ?

Sauf que ça ne va pas, ça ne colle pas pour Sarkozy :  ayant inventé le changement sans changement, il parvient à définir l’être par le néant. Ce qui complique, reconnaissez-le singulièrement la compréhension de la chose…

Eh bien oui, car en inventant l’identique différent,  la modification du vide, la successions à rien, le mouvement statique, le chaud glacé, le rond carré, le noir lumineux, le voleur honnête, il arrive à faire être ce qui n’est pas.

Trop fort ce Sarkozy….

C’était  un non-article sur un non-événement qui a quand même eu lieu.
Enfin,  dont on ne peut être  sûr qu’il a eu lieu. (Parce qu’un non-évènement ne peut avoir eu lieu etc, etc…)

21 comments to Remaniement : l’être et le néant

  • Causette

    grâce à ce remaniement qui n’en est pas un, la suprématie des intérêts privés en lieu et place du bien public s’installe durablement.

  • maxim

    non mais là,on a bien pigé que Sarkozy a senti qu’il fallait faire un remaniement coûte que coûte,que virer Fillon lui aurait encore retiré des points dans sa cote de popularité pas vraiment au top,que Fillon lui par exemple aurait pu faire un candidat dangereux vu que les sondages le donnent actuellement gagnant si les présidentielles avaient lieu en ce moment …

    je n’ai pas la nouvelle liste des affectations,mais les principaux ministres restent à leur place,et les second couteaux sont déplacés dans des fonctions qui ne dérangent pas spécialement la politique actuelle ..

    bon alors,pour la forme il y a eu remaniement pour jouer sur les mots,mais disons que c’est un mini jeu de chaises musicales,pas plus .

    de toute façon changer quoi ? tout le monde attend 2012,et encore,ça va faire du ramdam pendant la campagne,puis les résultats arriveront,il y en aura qui contesteront les résultats comme d’habitude en coupant les cheveux en quatre,et puis le feu de paille s’éteindra,et nous on paiera toujours des impôts,on trouvera toujours quelque chose à redire comme toujours !

    qu’est ce qu’on est nous?…on croit connaitre tout de la politique en réalité on n’est rien vu que c’est pas nôtre métier,le seul pouvoir illusoire que l’on ai ,c’est un bulletin qu’on fout dans une boîte,qui va élire un autre pro de la politique,certains auront la banane,d’autres feront la gueule durant cinq ans,et nous les cocus on braillera avec le poulailler et puis c’est tout !

    • yohan

      D’accord avec Maxim
      Changer à quoi bon, inutile de faire semblant de croire aux vertus d’un changement à 16 mois d’une élection majeure. Les gesticulations et les critiques d’où qu’elles viennent sont surtout feintes, tout le monde se projette déjà sur 2012.

  • Buster

    Quelle soirée passionnante, extraordinaire !
    Vivre ainsi l’histoire, avec un Grand Ache, en direct, comme lorsque l’homme a marché sur la Lune: Le soir où Sarko s’est pris les pieds dans le tapis, devant toutes les télés du monde, aujourd’hui à 20h15.
    Je ne sais pas vous, mais moi je suis fébrile, impatient.
    Je sens que ma vie va changer.

  • Asinus

    en tous cas il vient de se creer un adversaire au centre qu’ a la haine ptain! jamais vu borloo aussi vindicatif tout dans le propos douceureux pour fillon mais on sent bien qu il lui garde un chien de sa chienne yep le sang vas couler !

  • Fantomette

    Tout ça… pour ça!

    • Ph. Renève

      Hé oui, Fantomette. Tout ça, ce tapage, ce suspense grotesque, ces magouilles, cette paralysie des ministères depuis des mois, pour ça: faire oublier le niveau du chômage, les inégalités croissantes, les Restos du Cœur et le Fouquet’s.

  • chantelois2010

    Léon. Avec un taux aussi bas dans les sondages, Nicolas Sarkozy pouvait-il s’attendre à un satisfecit de sa population? Les deux prochaines années ne seront pas de tout repos. Je crois qu’il va se réfugier derrière ses deux présidences, le G8 et G20, pour être moins présent et moins envahissant auprès de sa propre population. Me tromperai-je? Peut-être. Ma vieille expérience m’incite à croire que Fillon va devoir jouer davantage les fusibles au cours des mois pour faire écran à la grogne grandissante de la population à l’égard du président. Et si Nicolas Sarkozy pouvait redorer son blason sur des tribunes internationales… ce mal-aimé des Français et Françaises.

    • Ph. Renève

      Bonjour Pierre.

      Je ne crois pas qu’il lui soit possible de prendre du recul, de moins s’impliquer: il est incapable de déléguer et est de ces gens qui pensent que rien de bon ne peut se faire sans eux. Il prend l’ensemble de ses proches pour des incapables et se croit donc obligé de tout faire par lui-même. C’est là son moindre défaut…

      • chantelois2010

        Philippe. Je crois bien que vous avez raison. Une petite lueur au fond du tunnel… me disait que le président pourrait redonner aux institutions leur lustre d’antan 🙄

    • Causette

      Commedia del arte acte 5

      « Peu d’hommes politiques ont fait l’objet d’attaques aussi odieuses et imméritées que toi. Des attaques que tu as surmontées avec un courage et un contrôle de soi (…) Chapeau Eric Woerth ! » a lancé Roselyne Bachelot, nouvelle ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à l’ancien ministre du Travail, toujours empétré dans les affaires.

  • Waldgänger

    Bon, cette pantalonnade a pris fin, au fond, il est probable que tout cela n’était même pas prémédité, c’est la politique du chien crevé au fil de l’eau, tout ce cirque pour rien ou presque. Car qui peut croire que l’on peut tirer profit pour son compte de ceci ? Mon avis est que ceux qui ont préparé ce remaniement n’avaient aucune vision claire des évènements, ni de ligne de conduite précise, mais ce n’est que mon avis. D’où ce remaniement si faible, que l’on aurait jamais annoncé de la sorte s’il avait d’emblée été conçu comme aussi restreint.