À l’hôtel Dieu

Pour une femme morte dans votre hôpital
Je réclame, Dieu, votre grâce
Si votre paradis n’est pas ornemental
Gardez-lui sa petite place
La voix au téléphone oubliait la pitié
Alors, j’ai couru dans la ville
Elle ne bougeait plus déjà d’une moitié,
L’autre est maintenant immobile
Bien qu’elle fût noyée à demi par la nuit
Sa parole était violence
Elle m’a dit « Appelle ce docteur » et lui
Il a fait venir l’ambulance
Ô temps cent fois présent du progrès merveilleux,
Quand la vie et la mort vont vite
Moi, je pris le métro, l’hôpital prit son corps
Ni lui ni elle n’étaient riches
Je revins chaque fois dans les moments permis
J’apportais quelques friandises
Elle me souriait d’un sourire à demi,
De l’eau tombait sur sa chemise
Elle ne bougeait plus, alors elle a pris froid
On avait ouvert la fenêtre
Une infirmière neutre aux gestes maladroits
En son hôtel, Dieu n’est pas maître
La mère m’embrassa sur la main, me bénit
Et moi je ne pouvais rien dire,
En marmonnant « Allons, c’est fini, c’est fini »
Toujours dans un demi-sourire
Cette femme a péché, cette femme a menti
Elle a pensé des choses vaines
Elle a couru, souffert, élevé deux petits,
Si l’autre vie est incertaine
Et si vous êtes là et si vous êtes mûr,
Que sa course soit terminée !
On l’a mise à Pantin dans un coin près du mur,
Derrière, on voit des cheminées.
https://www.youtube.com/watch?v=EFUC3cO8dP8

Cellimontana

Lectures :341
Notifier de
Dora
Dora

Hello!
Les musées de Paris mettent en ligne les photos des dessins et oeuvres.

Dora
Dora

Les témoins de jéhovah ne sont pas les seuls à investir les hôpitaux pour s’opposer au travail des médecins. Dans certains états américains, aussi dangereux que les djihadistes, des fous furieux évangélistes saccagent « au nom de Dieu » les locaux de services hospitaliers ou de cliniques, allant jusqu’à assassiner et tabasser des médecins.

Dora
Dora

le journaliste a fa

Dora
Dora

CREUSE-BOURGANEUF- DES LYCEENS ONT EVITE DES JUSTESSE  » les constellations familiales  » ,  » la réharmonisation  » de leurs  » centres énergétiques  » et une cérémonie de chakras….
Le journaliste a oublié d’interviewer les enseignants à l’initiative du projet mais aussi de rappeler que l’ex-directeur de la DRESCO au Ministère de l’éducation avait signé en 2013 un agrément pour une association proposant du yoga à l’école dans le cadre de la lutte contre la violence.
Or tous les préfets et associations savent aujourd’hui qu’un grand nombre de cours de yoga rabat les participants vers des groupes à dérive sectaire.

Causette
Causette

Bonjour Furtif, à tous
Livre
Sur la violence gratuite en France , Adolescents hyper-violents, témoignages et analyse
Docteur Maurice Berger, pédopsychiatre
voir entretien sur Radio-sud
https://www.youtube.com/watch?v=vb7eeaurSAI&feature=emb_logo
« … on peut penser que ce que je dis est politiquement incorrect mais en fait je pense que ce sont les personnes qui mettent en avant la précarité et la ghettoïsation qui maintiennent une chape idéologique sur cette question… »

Dora
Dora

Extrait n°2 de « CHRONIQUE D’UN ANTISÉMITISME D’AUJOURD’HUI »….
Fatiha BOUJAHLAT, professeur d’histoire dans un collège d’éducation prioritaire de Toulouse, nous raconte la sidération post-attentat de ses élèves. Elle décrit le même phénomène que le Docteur Maurice Berger ayant fait des recherches sur les jeunes criminels accueillis dans des centres fermés : l’indifférence à autrui, l’absence d’empathie alors que des enfants de l’âge de leurs petits frères ou soeurs venaient d’être assassinés.

Dora
Dora

Bonjour Causette,

Le médecin décrit exactement les désastres de la culture musulmane sur les enfants (fonctionnement en clan, diabolisation des autres) mais aussi de la culture mafieuse.

Si la violence familiale est fréquente, il omet de préciser que l’âge de 13-14 ans pour ces jeunes placés dans des centres correspond aux premiers usages du cannabis qui rend indifférent à l’autre, fait perdre le sens de l’altérité, les bouffées d’hallucination provoquant aussi les actes gratuits. C’est dommage qu’il n’en parle pas.

Le dressage par les « grands frères » à la coercition et à la violence est oublié aussi car les enfants sont entraînés à contrôler le groupe d’usagers dans son établissement scolaire, avec menace et violence.

Une violence gratuite toutes les 44 secondes en France, sans compter les agressions de groupe envers les pompiers, les policiers : avant d’agresser gravement ou de tuer une personne dans la rue, ces enfants/adolescents sont laissés dans des écoles où ils provoquent bagarres, agressions répétées, incivilités sans que l’administration ne réagisse pour protéger les autres enfants mais aussi les personnels.

Causette
Causette

Bonjour Dora, bonjour Furtif,
J’ai habité en banlieue, pas très longtemps 6 années, le temps quand même de voir des parents pas du tout étonnés (voire complices) quand leurs gamins ramenaient à la maison les fruits de leurs vols (magasins, pavillons, entreprises, entrepôts…) ; dans tout le quartier et alentours ces objets se revendaient en quelques heures , les « clients » de ses soldes improvisées se bousculaient sans penser apparemment quel exemple ils montraient à leurs enfants. Quant aux trafics, comment expliquer que des parents acceptent que leurs gamins âgés de 10/15 ans trainent dehors à des heures de nuit ? (Comme les filles n’ont pas le droit de sortir, pas étonnant qu’elles réussissent un peu mieux dans les études… mais à quel prix ! souvent traîtées par mère et père comme inférieures aux garçons)

Dora
Dora

Dans les lycées professionnels, des catalogues bien usés circulent, trafics de vêtements de sport. Quand ils remontent la filière, l’étonnement d’une mère en ouvrant à la police : « je pensais pas que c’était des stocks volés ». Or l’échange de marchandises contre de l’argent a toujours été interdit dans les établissements scolaires.
Dans une ville où logeaient les têtes de trafic de drogue etc.., un gamin de 12 ans affirmait : « de toute manière avec la grâce du président au 14 juillet, personne ne va en prison. »
Pour ceux qui rentrent de Syrie, ils seraient environ 2000 dans ce cas, c’est à dire à être libérés dans les 10 années à venir.

Dora
Dora

Dans les zones denses près des supermarchés, ils trainent dès 5-6 ans en bande, jusque tard dans la nuit avec quelques euros pour s’acheter un paquet de chips. C’est normal dans les familles africaines à plusieurs femmes et quantité d’enfants. L’intendant d’un collège allait les récupérer dans les caves avant de prendre son service!

Duchmoll
Duchmoll

N’y aurait-il pas là une excellente raison de se réjouir?
Vas-y Benoit
Mords y l’os
https://www.europe1.fr/societe/je-ne-peux-pas-me-taire-le-pape-benoit-xvi-attaque-son-successeur-francois-dans-un-livre-3942898

Dora
Dora

Ola!
Espérons que ce procès d’un prêtre criminel-pédophile ouvrira définitivement la boîte de pandore sur tous les groupes religieux et/ou ésotériques ayant protégé ces criminels, ayant contribué à la destruction d’enfants et d’adolescents comme chez les témoins de jéhovah où ils seraient encore plus nombreux que dans l’église catholique, comme chez les bouddhistes où un rituel prévoit le viol d’une toute jeune adolescente par les moines etc…!

Le prêtre espère réduire sa peine en minorant les faits décrits et leur fréquence (ahurissante!) par les victimes, une violence de plus pour eux.

Leon
Leon

A signaler ….

Leon
Dora
Dora

Bonsoir,
Les nominations à plusieurs centaines de kilomètres du conjoint (frais non-remboursés), les conditions d’enseignement dégradées dans le secondaire (et d’études pour les élèves) expliquent-elles cette baisse de près de la moitié des candidats? Peut-être aussi une réponse dans ce texte-ci : https://www.disons.fr/?p=28930

Leon
Leon