Heinrich Mann, peintre social au vitriol

Lectures :827

Il y a 100 ans, Heinrich Mann publiait son roman « Le Sujet » (Der Untertan), portrait de la société wilhelminienne brossé avec une ironie mordante. Sa critique de l’opportunisme servile est souvent considérée comme une anticipation visionnaire de l’émergence du nazisme. De mes cours d’allemand , de mon professeur qui m’ont beaucoup donné et à qui stupidement je n’ai rien rendu, j’ai conservé le souvenir d’une querelle entre les deux frères Heinrich et Thomas( le prix Nobel). Rien que de très vague , sur un sujet que je pressentais déchirant. Cinquante cinq ans plus tard un article de Anne Lefebvre sur ©  Allemagne Diplomatie m’ouvre une fenêtre pour y voir , en votre compagnie, un peu plus clair dans cette histoire que ma seule paresse avait gardée dans l’obscurité. https://allemagne.diplo.de/frdz-fr/aktuelles/07-Culture/-/217

https://allemagne.diplo.de/frdz-fr/aktuelles/07-Culture/-/21707940794

L’empereur Guillaume II, ici aux côtés de l’industriel Gustav Krupp, en 1911. Dans son roman « Le Sujet », Heinrich Mann dresse le portrait de la société wilhelminienne avec une ironie mordante, © akg

Tout vient à point à qui sait attendre. L’histoire du « Sujet » (« Der Untertan » en allemand) commence par un faux départ. Le roman, écrit entre 1906 et 1914 par Heinrich Mann (1871-1950), commence à paraître sous forme de feuilleton à l’été 1914. Mais la déclaration de guerre stoppe tout net la publication. On ne critique pas l’empereur quand l’heure est à l’union sacrée ! Le récit paraît finalement quatre ans plus tard, sous forme de livre, le 30 novembre 1918. Mais la patience paie. Au lendemain de l’armistice et de l’abdication de Guillaume II, « Le Sujet » est soudain le roman de l’heure. Il est propulsé au rang de bestseller, s’écoulant à 100 000 exemplaires en six semaines. Il deviendra le livre le plus célèbre de son auteur.

Jusqu’à nos jours, « Le Sujet » est l’un des livres qui fait figurer Heinrich Mann au panthéon des classiques aux côtés de son frère cadet Thomas Mann (1875-1955). C’est un tableau précis et piquant de la société impériale au temps de Guillaume II. Cent ans après, il n’a rien perdu de son intérêt.

Il retrace la vie de Dietrich Heßling, « un enfant douillet » élevé à la dure selon les préceptes de l’époque qui devient le type caricatural de l’individu produit par cette dernière : un petit bourgeois adorateur du pouvoir qui se courbe devant l’empereur mais exerce l’autorité sans pitié envers plus faible que lui, un opportuniste carriériste et tyrannique, un homme de son temps aux forts penchants nationalistes.

« Le Sujet », écrit le journaliste et écrivain Kurt Tucholsky, « le voilà, tout à sa manie de donner des ordres et d’obéir, dans sa brutalité et sa religiosité, dans son adoration naïve du succès et sa lâcheté sans nom ».

Le roman d’une époque en train de mourir

Le tableau brossé par Heinrich Mann est concret, ultra-réaliste. Rien ne manque. Ni dans la peinture d’une époque (les années 1890) riche de bouleversements : l’industrialisation à grande vitesse et ses répercussions sociales, l’ascension d’une bourgeoisie économique puissante et la naissance d’un prolétariat qui se rassemble derrière la social-démocratie, la foi dans le progrès, l’idéologie nationaliste qui mène à la guerre.

Ni dans la peinture nette et précise des caractères : les citations de discours de l’empereur débitées sans cohérence par Heßling à ses employés, les manigances politiques en cheville avec un social-démocrate véreux, l’humiliation imposée à un « ancien de 1848 », homme digne et militant social-démocrate de la première heure.

Ni dans l’allégorie : à la fin du livre, Heßling inaugure une statue de l’empereur et se voit arrosé par une puissante averse qui résonne comme une préfiguration de la fin – bien réelle – de l’Empire.

« Aucun historien n’est parvenu à décrire l’Empire de Guillaume II de manière aussi pénétrante que l’a fait Heinrich Mann dans son roman ‘Le Sujet’ », a écrit l’historien Hans-Ulrich Wehler en 1973. Une vision partagée par beaucoup dès la sortie du livre. C’est « un livre dangereux » [pour les détenteurs du pouvoir], s’est réjoui à l’époque Kurt Tucholsky.

Tableau réaliste ou satire ?

Mais est-ce exact ? À vrai dire, le débat est aussi vieux que le livre lui-même… Car Heinrich Mann passe sur certains aspects positifs de la société wilhelminienne. Et surtout sa plume est incisive, mordante, ironique, trempée dans l’acide. Profondément satirique.

À sa sortie, « Le Sujet » fut ainsi adulé par les uns, mais descendu en flammes par d’autres. Les conservateurs y virent un coup de poignard littéraire à une époque tout juste éteinte. Parmi eux, Thomas Mann qui égratigna d’une plume acerbe l’œuvre de son aîné avec lequel il était en froid depuis le début de la guerre pour cause de désaccord politique.

Des décennies plus tard, la controverse était toujours aussi vive. En 1973, la phrase de Wehler fit polémique parmi les historiens allemands. Thomas Nipperdey, par exemple, a contrario, voyait dans le roman d’Heinrich Mann une déformation grotesque de la réalité de l’Empire de Guillaume II à des fins politiques.

Les deux sont-ils incompatibles ? Pas nécessairement. Pour le chercheur en littérature Jean-Luc Gerrer, « le roman parvient par la satire, en grossissant le trait et en simplifiant certaines évolutions à saisir l’idéologie, l’état d’esprit de l’époque partagé par toute une partie de la population allemande, notamment toute une frange de la bourgeoisie allemande, soumise au pouvoir et l’exerçant elle-même sur les couches inférieures qui ne disparaîtra pas avec l’empereur et se cherchera un nouveau maître à servir ».

D’hier à aujourd’hui

Là réside peut-être la clé. Si « Le Sujet » reste un classique jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas seulement parce qu’il est l’une des plus grandes fresques sociales du XXe siècle en Allemagne, mais aussi pour sa part presque visionnaire. Peu de livres ont, en effet, scruté avec autant de perspicacité l’émergence d’un type d’individu autoritaire, ni les ressorts psychologiques de sa genèse.

C’est, « si l’on veut, un portrait satirique de Guillaume II », écrit ainsi en 2018 le journaliste et écrivain Christian Staas. « Sous les traits du parvenu, l’Empereur est à nu : rien ne couvre plus son instabilité, ni son caractère influençable, sa mégalomanie, son étroitesse d’esprit et son absence de sens des responsabilités ».

Mais c’est surtout l’ascension du nazisme qui fait apparaître le livre d’Heinrich Mann comme quasi prémonitoire.

  « Lorsque j’ai créé ( le personnage du sujet) , il m’a manqué le concept du fascisme, qui n’existait pas encore, mais pas la vision »,

déclara d’ailleurs l’auteur lui-même des années plus tard, alors qu’il vivait exilé en Californie pour fuir l’Allemagne nazie.
Mais peut-être faut-il aller encore plus loin. Peut-être « Le Sujet » est-il un livre à lire et à relire à toutes les époques ? « 100 ans plus tard, on ne peut pas le lire sans voir en Diedrich Heßling Donald Trump », juge ainsi Christian Staas. En réalité, analyse le journaliste,

« Dietrich Heßling est partout. On le croise dans les étages supérieurs  des entreprises et en politique. Il est souple à l’extérieur et extrêmement dur à l’intérieur. C’est ainsi qu’il impressionne. C’est ce qu’il sait faire le mieux. Il est soumis à l’air du temps comme un esclave. Il n’estime la démocratie que dans le mesure où elle sert ses intérêts. »

Anne .Lefebvre.

.

Le blog d’un article sur Heinrich Mann et le « Monde » allemand du début du XXè siècle. http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2015/08/12/serie-allemagne-no-12-heinrich-mann-le-vrai-pere-de-l-ange-b-269308.html

.

Portrait

http://otoulouse.net/sources/culture31/heinrich-mann-la-depeche-et-henri-iv/

Miniature

http://culturevie.info/tag-heinrich-mann.html?s=1star

16 comments to Heinrich Mann, peintre social au vitriol

  • D. Furtif

    Der Untertan
    .

    Une traduction dans quel sens il importe de traduire.
    .
    https://fr.bab.la/dictionnaire/allemand-francais/untertan
    .
    Évidemment je ne peux m’empêcher de penser au Bouquin de Houellebecq

  • D. Furtif

    .
    .
    On ne peut faire l’économie d’un pâssage sur Wikipédia.
    .
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sujet_de_l%27Empereur#Publication
    .
    ;

          1. Publication
            Le roman est écrit en 1914 et paraît en 1918. Il provoque de violentes controverses juste après sa publication. Tandis que son frère Thomas Mann lui reproche un « esthétisme infâme »1, Kurt Tucholsky loue le livre comme l’« herbarium de l’homme allemand »2. Le débat quant à la représentativité du sujet comme le symbole de l’empire wilhelminien trouve toute son importance dans les années 1980 lorsque Hans-Ulrich Wehler (soutenu par Ossip K. Flechtheim) formule la thèse selon laquelle « aucun historien n’a pu décrire de manière aussi pénétrante [le rôle de la bourgeoisie académique qui forme l’opinion par la propagation d’un nationalisme si radical et antidémocratique au sein de l’Empire allemand] »3 qu’Heinrich Mann.

    .
    Heu …..
    Qu’il n’y ait pas de confusion.
    Je n’ai jamais lu ce livre , comme je n’en ai pas lu beaucoup d’autres aussi importants.

  • D. Furtif

    Pour compléter l’article de Anne Lefevre.
    .

    vol. 2 | 2009 : Citoyen ou sujet :

    la représentation de la société wilhelminienne dans « Le sujet » de Heinrich Mann
    Citoyen ou sujet : La représentation de la société wilhelminienne dans « Le sujet » de Heinrich Mann
    Jean-Luc Gerrer

    .
    https://preo.u-bourgogne.fr/individuetnation/index.php?id=113
    .

          1. Un extrait du Nartic
            .
            [« ………une polémique acharnée lorsque l’ouvrage parut sous sa forme complète en 1918 peu après la fin de la guerre. Néanmoins, le roman est considéré à l’heure actuelle comme un document intéressant sur « L’histoire de l’âme publique sous Guillaume II » pour reprendre son sous-titre initial. Diederich, le sujet fidèle de l’empereur, devient le type de l’époque, ce petit-bourgeois adorateur du pouvoir devant lequel il se courbe et l’exerçant lui-même sans pitié envers les plus faibles que lui…. »]

    .
    Sans hésiter une évidence saute aux yeux. Nous connaissons ici sur le net ce type d’individu , prolixes en diables ils multiplient les bassesses sous le couvert de leur posture citoyenne ouverte aux idées.
    Je ne les ai pas baptisés SUJET/SOUMIS mais COMPARSES
    .
    Des Diederich nous en avons connu des flopées = Le Philocycliste; le Gasty , le Fergus, le Moderanus et tant d’autres moins reluisants encore

  • D. Furtif

    Un extrait de la Traduction .
    .
    https://www.ens.fr/IMG/file/concours/2014/AL/rapports%20AL%202014/allemand%20ecrit%20commun.pdf
    .

        1. Madame Holzmeyer, du magasin de denrées coloniales,tenait des propos méprisants à l’égard de la France décadente et de la perfide Albion. Madame Pöckel, de la droguerie, tenait particulièrement à ce que l’ours russe fût bientôt vaincu. Quant au pharmacien au coin de la rue, il avait des nouvelles sensationnelles de son fils, qui servait comme sous-officier dans un régiment de Uhlans. Selon ce jeune homme bien informé, Paris était complètement minée et on pouvait la faire exploser à tout instant. Il ne tenait qu’à notre empereur de donner le signal décisif.
          La petite ville bruissait de rumeurs et de prophéties. De sombres histoires à propos d’agents secrets ennemis faisaient l’objet de discussions animées sur la place du marché. L’employé du bureau du télégraphe se répandait en allusions alarmantes concernant des dépêches chiffrées qui avaient transité par sa station radio et indiquaient clairement que l’eau potable à Tölz et dans les localités voisines était empoisonnée. Une dame d’un certain âge, qui logeait depuis plusieurs semaines à l’auberge du Cerf d’Or, /faillit être lynchée par la populace parce qu’elle parlait avec un accent étranger et que, de façon générale, elle éveillait les soupçons. Les trains étaient bondés, les hôtels désertés. Les estivants se hâtaient vers la gare, comme si Tölz et la commune/ville voisine de Bad Krankenheil étaient destinées à devenir en une nuit le lieu des combats.

    .
    Je ne peux lire cet extrait qui éclaire tout ce qu’on dit de l’oeuvre sans penser à l’alternative prophétique de Trotsky .
    SOCIALISME ou BARBARIE.
    Les petits bourgeois gauchistes veulent voir , dans leur conception mécaniste « obligatoire » issue leur formation amputée Stalinienne d’un prétendu Marxisme , un rassurant présage. Tout leur est miel , le moindre attroupement, la moindre violence de rue, le moindre mouvement d’humeur, et c’est pour eux les prémices de la REVOLUTION.
    Cette référence est à la mode aujourd’hui chez les ignorants des ronds points.Ignorance compréhensible si elle n’était confortée par les bavards et écrivaillons stipendiés des groupes de presse toujours à l’affut du moindre slogan faisant réclame.
    Ces gens là n’ont rien compris ou ils ont tout oublié.
    Socialisme ou barbarie est un pronostic désespéré car le chemin est rude vers le socialisme…Il passe par l’abandon des trahisons et des inconséquences confortables, par la mise au rancart de ses agents. On ne va pas à la Révolution sans organisation , sans programme d’action et sans …… Le corps de la Révolution réclame un squelette et une tête.Et c’est ……
    C’est justement ce que , unanimement Les Gilets Jaunes ont proclamé ne pas vouloir. Dès qu’un semblant de structure organisée cristallisait spontanément, les olibrius du Mouv pour le Mouv, mettaient le Oh là. Pas question.!
    Ce qui nous donne cette situation de déception et d’abandon ajoutée au cynisme des gangsters et des provocateurs..
    .
    Bien sûr un semblant de masses s’est soulevée mais les masses se soulèvent toujours. Depuis les révoltes des paysans Egyptiens de l’antiquité , les innombrables et permanentes révoltes d’esclaves tout au long des millénaires.Combien sont ceux qui acceptent de dire que l’échec de Spartacus revient à Spartacus lui même , à son absence total de projet au départ. On croit savoir qu’il avait l’intention de retourner en Thrace …mais pour quoi faire et avec qui?
    Les Masses se révoltent toujours mais, dans leur mouvement aveugle, c’est le plus souvent pour se dévorer elles mêmes.

    C’est là que les petits bourgeois gauchistes sont les plus pernicieux.
    Refusant pour eux mêmes tout encadrement et discipline, autoproclamés sans mandat démocratique, il lancent  » les gens  » dans des affrontements dangereux___ parce que ce n’est pas de la rigolade__ Et les pauvres gens infiltrés par la racaille en prennent plein la tête.
    S’en foutent les petits chefaillons rêvant de ZAD partout.
    .
    On en revient à la troisième condition de la transformation d’une révolte en Révolution : l’organisation de la Masse en Classe …C’est des structures, comités , assemblées générales , délégations , représentants, une expérience, et une réflexion sur la conduite à tenir. Tout ce que le G.Jaunes n’ont pas et refusent d’avoir.
    On leur a menti , et oui on leur a menti de leur plein gré , car ils se mentaient à eux mêmes. Car il ne faut pas idéaliser les masses.
    On a vu des familles avec enfants venir sur les Champs Elysées sous la seule protection de gens ( la police) qui étaient là pour les en chasser. C’est criminel.
    Une manif sans service d’ordre c’est une masse informe, une nuée de sauterelles, des gnous qui se piétinent eux même avant de se jeter dans la gueule des crocodiles ______ c’est n’importe quoi.
    Bien sûr on ne peut voir tous ces gens sans un minimum de sympathie mais un minimum de conscience doit nous en tenir à l’écart.
    Ils ont en leur sein des perfides et des aventuriers, qu’ils ne pensent pas à chasser loin d’eux car ils se sont interdit de s’en donner les moyens…
    Les gens sincères qu’ils comptent encore vont au devant de désillusions toujours plus amères.Car privés de têtes , qui sait où ce troupeau errant peut être conduit? Vers quel précipice?
    .
    Cette question est posée par Heinrich Mann, par toute la brutalité du constat de l’enthousiasme sauvage qui noie les masses allemandes en 1914 et….L’histoire nous a appris qu’à peine sorties de cette première ivresse elles y 10 ans replongeront plus tard.

  • Très ému de trouver une référence à Kurt Tucholsky dans ce papier consacré à Heinrich Mann.
    J’ignore ce que l’on en connait en France. Ce fut un militant de gauche, sincère, puis désabusé. Ce fut aussi un poète que l’on chantait dans les concerts de rock à la fin des années 80 (curieuse époque !)
    https://www.youtube.com/watch?v=K0BwviDpR40

    Nous avons le long de 225 pages dit « non », non par pitié et non par amour, non par haine et non par passion – maintenant nous voulons une fois dire oui. Oui : aux paysages et à la terre allemande. Cette terre sur laquelle nous sommes nés et dont nous parlons la langue. Et maintenant je voudrais ajouter quelque chose : il est faux que ceux qui prétendent représenter le sentiment national et qui ne sont que des bourgeois militaristes aient accaparé à leur profit ce pays et sa langue. Ni ces Messieurs du gouvernement en redingote, ni ces professeurs, ni ces Messieurs Dames du Stahlhelm ne sont à eux seuls l’Allemagne. Nous sommes là aussi. (…) L’Allemagne est un pays divisé. Nous en sommes une partie. Et malgré toutes les contradictions, nous exprimons avec constance notre amour serein pour notre patrie, sans drapeaux, sans orgue de Barbarie, sans tirer l’épée.

    • D. Furtif

      Dans ma rancœur généralisée contre la terre entière, j’ai retrouvé intacte celle contre un lycéen très approximatif des années 60.
      J’ai laissé passer cet écrivain là alors que j’avais eu la chance ( par mon prof ) de le découvrir.

  • Heinrich Mann, mais aussi ses cadets Kurt Tucholsky, Alfred Döblin, les Dadas de Berlin ou Ernst von Salomon
    Il y aurait beaucoup à dire sur ces intellectuels allemands très engagés (à droite ou à gauche), tous francophiles (pas par intérêt, mais par passion). Sur tout ce qu’ils ont offerts à la France, sur tout ce que la France (et ses intellectuels engagés ou encartés) ne leur ont jamais rendu.

    Quelle histoire histoire de l’Allemagne on pourrait écrire en lisant en parallèle (ou à la suite) Le Sujet de l’Empereur, Berlin AlexanderPlatz ou Le Questionnaire; Professeur Unrath, Novembre 1918 ou Les Réprouvés !
    Avec en toile de fond, toujours la même bourgeoisie bête, servile et boutiquière, qu’elle soit wilhelmienne ou weimarienne !

    C’est bien au-dessus de mes capacités, mais je finirai bien par trouver celui qui a écrit cette histoire avant moi.

    • Asinus

      yep je retrouve Ernst von Salomon il faut lire les « cadets  » tout y est depuis le corset societal qui transforme le pays en une immense caserne , les cadets ne sont pas dépaysés en entrant dans le corps militaire , la société allemande
      la famille allemande tout est régis comme une caserne et tout les rapport sont des rapports de subordination , la militarisation est poussée a son extreme le moindre détenteur de pouvoir administratif ou autre porte l’uniforme et exerce sur son champs d’autorité un pouvoir absolu qu’il est convaincu de détenir du Kaiser .Une faible distance générationnelle existant c’est avec délectation et soulagement que la génération vaincue se coulera dans l’hitlérisme seule la caste prussienne vivra difficilement intellectuellement cette invasion populiste » populeuse » puis retrouvant ses prérogatives dans le réarmement elle optera pour la  » caporal de Bohème » .Cette caste de  » junker » n’a pas perçue que tard le creuset moral est intellectuel le sentiment d’appartenance guerrière et sociale dont découlerons les SA , c’est pourquoi elle créera et optera la SS .

      PS , Trotsky , l’organisation des masses en arme/armée révolutionnaire , suppose l’existence d’un corpus éduqué politiquement et militairement mais surtout une avant garde éclairée capable d’abandonner le confort bourgeois voir pour notre pays le statut de la fonction publique d’accepter d’aller se former dans les geôles du pouvoir et de s’aguerrir dans la clandestinité , vous voyez bénito mélenchon dans le maquis .

      @plus
      Asinus ne varietur

  • D. Furtif

    Marx disait qu’elle ( cette bourgeoisie) avait livré / bradé / offert une révolution qu’elle avait gagnée par peur des « classes dangereuses »

    • D. Furtif

      Il ne faut pas médire à l’excès , même sur Maisdisons.
      Pauvres allemands
      C’est exactement le chemin suivi par la bourgeoisie française en 1830, celui des thermidoriens avec Bonaparte , et celui des bourgeois municipaux quand par malheur pour eux les immenses insurrections populaires antifiscales du début du XVIIè siècle avaient contaminé les cités du Sud Ouest et de Normandie.
      Ils manœuvraient pour en conserver la tête puis ils trahissait  » par fidèlité » à Dieu et à la couronne.
      .
      Les meilleures trahisons se font toujours au nom des meilleurs prétextes
      .
      En somme c’est comme partout et en toute occasion , pour guider ou pour trahir il faut une organisation .
      .
      Il faut lire ce vieux bouquins des années 60 sur les mouvement populaires en France.
      .
      Un article de Mousnier qui ne l’aimait pas….ouh lalala qu’il ne l’aimait pas
      https://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1965_num_43_1_2566_t1_0166_0000_2
      .
      Vous devriez lire cet article , pour y retrouver ces haines recuites entre grands pontes de la Discipline Historique…Il n’y a jamais assez de petites perfidies.
      .
      Si vous êtes accro je peux vous en donner un deuxième
      https://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1967_num_14_3_2965
      .
      Mais comme , tous, vous avez le temps , je vous conseille la lecture du livre qui n’est pas trop pesant et qui m’avait à l’époque subjugué tant il était surprenant.
      Comment cet historien très politiquement correct , inscrit dans le monde de la pensée unique verrouillée du Stalinisme pouvait-il ainsi démontrer la justesse de la théorie de la Révolution Permanente.
      C’était une véritable leçon de choses avec illustrations et détails.
      .
      Comme je l’ai dit plus dans un long commentaires.
      Les Masses se soulèvent toujours ….et elles ne savent pas quoi faire de ce soulèvement…….Seuls les rêveurs petits bourgeois peuvent souhaiter contempler ce spectacle.
      .
      .
      Vous rappelez vous du dernier plan du film de Francesco Rossi = CADAVRES EXQUIS
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cadavres_exquis_(film)
      .
      Sur ce dernierplan fondu sur un gros plan de Ventura et plan large statique de foule avec drapeaux rouges , les masses sont là . C’est une manif des années 70 comme en a tellement connu l’Italie. La foule ne bouge plus , elle est seulement agitée de vastes mouvement ondulatoires de droite à gauche ( par rapport au spectateur) . C’est comme si elle hésitait sur la direction à prendre…
      À cette époque les masses Italiennes avaient tout comme les nôtres, une tête qui les trahissait, et personne pour prendre cette place. Et Gladio tirait dans le tas.
      .
      .
      img

Leave a Reply