Faut-il expurger le moyen-âge?

Le vent tourne . Que dis-je le vent , c’est une déferlante de purification historicopurificatoire. C’est une toute nouvelle conversion frénétique au puritanisme version new age . Le même new âge qui vous appelait en sens inverse il y a peu. Dans un climat de remord généralisé , c’est à qui le premier jettera aux gémonies ce dont hier il faisait ses délices.

C’est connu, le monde des petits marquis est si inconstant et si inconsistant . Le très « en cour » et très convenable magazine « Le Point » pose la question .

Illustration du Roman de La Rose XIIIè siècle
Article : faut-il purger les années 1970 et 1980 ?
L’époque réclame – légitimement – des comptes à ces artistes qui se sont arrogé, dans la vraie vie, le droit de tout faire. Au risque de dénier à l’art le droit de tout dire ? Par Violaine de Montclos

Alors ?

N ‘hésitons pas …. Engageons nous comme la dernière des girouettes, aux cotés des inconsistants bobos convenables dans leur croisade rédemptrice , portons le fer de l’autocritique et de la fustigation qui va avec jusqu’au racines de notre culture.

Commençons à ramasser du bois pour les autodafés sacrés . Torquemada est redevenu le chanteur à la mode . Déjà Le Roman de Renart tremble sur la sellette . La meute de la contritionitude est déjà sur sa piste.

Où qu’il est le bestiau ?

Un roman de Renart ça doit se voir .

Bin….pas tant que ça.

Que Michel Corne soit remercié pour son œuvre de sauvetage et de salubrité publique en un temps où le retour en force du puritanisme bien en cour contamine l’espace républicain de la vie en société. Le mal court dans les salons mondains prétentieux et inconstants et par les confortables terrasses, basse-cours jacassantes et sans mémoire. Ces croisés de l’hypocrisie se sont trouvé un terre à détruire : la liberté de penser d’agir et d’écrire .Et mon dieu , quelle troupe ! Ces pitres donneurs de leçons , éperdus de notoriété factice garnissaient les rangs , il y a peu, de ceux qu’ils veulent aujourd’hui planter sur les bûchers .

La vertu affectée a de ces plaisirs subtils parfois . Les retournements de veste en sont.

Revenons à notre Goupil.

.

Voici ce qu’il y a plus de 8 siècles les esprits libres et, heureux de l’être, savaient servir aux puissants de l’époque sans que ces derniers s’en offusquent . Incroyable , tout en s’y reconnaissant, ils savaient en rire .

Oui ma chère , ils osaient !

Il faut lire les textes in extenso pour y découvrir un personnage complexe qui, tour à tour, enjôle et défie le roi, la cour, l’Église et même les femelles en général qu’il possède sans vergogne

Le bon archiprêtre Bernard _ La mort de Renart

Bernard poursuit l’éloge du défunt, et va jusqu’à excuser les liaisons de Renart avec Hersent et dame Fière. Tour à tour les animaux évoquent les péchés de Renart mais ils lui sont tous pardonnés. Edition Hachette

Voilà comment l’édition Hachette en ligne squeeze le plus savoureux de la Branche XVIII

La verdeur des auteurs du Roman de Renart effraierait-elle toujours et à ce point les âmes si tendres et si vertueuses de l’édition contemporaine?

Ça se pourrait bien . Retournons au texte et demandons nous quel peut bien être l’intérêt littéraire de ce résumé si présentable.

Traduction contemporaine Texte original
Renart, qui vient de trépasser a mené l’essentiel du temps
une vie de martyr et d’apôtre.
Espérons que nous mènerons tous
une vie de repentir aussi bonne que lui,
car je n’ai aucun doute
que l’issue soit la bonne pour lui.
Il n’a jamais été tenté
par la méchanceté ou la folie,
et a toujours vécu sans perfidie,
ni malice, ni orgueil.
Jamais personne n’a vu
de prince de sa trempe.
Et s’il a volontiers baisé,
il ne faut pas en faire une histoire.
Il n’y a pas en ce monde de roi ou de comte
qui n’a jamais baisé ou qui ne baise plus,
ça ne fait aucun doute.
Il convient, à mon humble avis, de baiser,
car je vous le dis à tous,
baiser n’a jamais été défendu,
c’est pour cela que le con est fendu.
Je recommande à chacun, ici même,
lorsque sa verge est dure et raide,
de trouver un con disponible
et de le baiser, car il sera pardonné
et rien ne lui sera reproché.
Quand la verge est bien séparée des couilles,
baiser n’est pas un péché,
pas plus que de faire des andouilles,
boyaux après boyaux.
Tout le monde joue avec ce jouet,
et Renart a baisé de bon gré.
Son cœur a été tout entier
pour dame Fière,
et je n’ai pas peur qu’il me frappe
de le dire ici puisqu’il est mort.
Mon cher roi, au nom de Dieu,
faites crier dans tout votre empire
que ceux qui baisent ne sont pas les pires.
Je pardonnerai leurs péchés,
et si je pouvais les récompenser
avec de l’argent, je le ferais volontiers
tout en les pardonnant.
Ce n’est pas une promesse en vain,
car ici même et devant Dieu,
je leur pardonne de baiser.
Ils auront pour pénitence,
de manger de la viande
à volonté pendant une semaine.
Ceux qui ignorent mon commandement,
hommes, femmes ou bêtes,
et qui ne baisent pas de plein gré,
seront couverts de chaînes en fer
de la tête aux pieds
dans les tourments de l’enfer !
Alors que ceux qui m’écoutent
iront au paradis avec Dieu. »
Une fois le sermon
terminé,
le bon archiprêtre Bernard
continue la cérémonie,
par un confiteor
puis prononce l’oraison funèbre de Renart :
« Ah, Renart, mon ami, fait-il,
vous avez visité tant d’endroits,
bois, forêts, plaines,
pour remplir votre ventre
et apporter à Hermeline,
votre femme, un coq, une poule,
un chapon, une oie ou un oison gras.
Ils tombaient toujours à point
quand vous pouviez en attraper.
Mais vos actes de bravoure
et vos bonnes actions
n’auront plus lieu.
Jamais plus de tel prince ne verra le jour !
Seigneur Renart, Hermeline
va se sentir bien seule.
Elle n’aura plus de bon traitement,
comme vous saviez bien lui donner.
Elle devra maintenant se contenter
de se frotter le bas-ventre avec les mains :
elle allait au mieux, maintenant elle ira mal.
Renart qui la vie a finee, Si a a son tens demenee
Vie de martir et d’apostre.
Einssi feïssent tuit li nostre,
Et aussi bonne repentance,
Qar de lui ne sui en doutance
Qu’il ne soit a bone fin pris.
Onques nul jor ne fu espris
De mauvestié ne de folie.
Il a esté sanz vilanie
Et sanz malice et sanz orgoil.
Onques nul jor ne virent oil
Prince qui fust de sa vertu.
Se il a volentiers foutu,
L’en n’en doit tenir plet ne conte.
Il n’a el monde roi ne conte
Qui n’ait foutu ou qui ne foute,
De ce ne sui je pas en doute.
Foutre covient, si con moi semble,
Por ce vos di a touz ensemble
Que foutre n’ert ja desfendu.
Por foutre sont li con fendu.
Je conmant a touz orendroit ;
Qui avra le vit dur et roit,
S’il a le con abandonné,
Le foutre li soit pardonné,
Ja ne li sera reprouchié,
Qar de foutre n’est pas pechié,
Puis que vit soit partiz de coille,
Ne que il est de fere andoille
Qui vet de bouel en bouel.
Tuit se gieuent de cest jouel.
Renart a foutu volentiers.
A Renart a esté entiers
Ses cuers et a ma dame Fiere,
Mort est, n’ai peor qu’il me fiere
Por chose que je racont ci.
Biau sire rois, por Dieu merci,
Faites crïer par vostre empire
Que qui foutra ja n’en soit pire.
Le pechié lor voil pardonner,
Et se lor pouoie donner
Rentes, volentiers lor donroie,
Et le pechié lor pardonroie.
Ne lor pramet pas en pardon
Ci et devant Dieu lor pardon
Quant que a foutre mesprandront.
Tele penitance enprandront
Que il mengeront a estraingne
Char toute longue la semaingne,
Et qui de mon conmant istra
Et qui volentiers ne foutra,
Soit home, soit fame, soit beste,
Et piez et mains et cors et teste
Li soit de cheennes de fer
Lïez el grant torment d’enfer.
Et cil qui mon conmant feront
En paradis o Dieu seront. »
 Quant l’arceprestre ot finé
Son sermon et determiné,
De son servise s’avança.
Son confiteor conmença
Le bon arceprestre Bernart,
Puis dist l’oroison por Renart :
« Haï, dist il, Renart, amis,
En maint pertuis vos estes mis
En bois, en forest et en plain
Por avoir vostre ventre plain,
Et por porter a Hermeline
Vostre fame coc ou geline,
Chapon ou oue ou cras maton ;
Tot jors estoient en saison,
Qant vos les pouiez tenir.
Or estuet a noient venir
Les granz hardemenz c’avez fait
Et les biens dont estes retrait.
Ja mes tel prince ne morra.
Sire Renart, or demorra
Hermeline mout esgaree,
Ja mes n’avra de bien denree.
Bien le saviez procurer,
Or li covient metre tremper
Son ventre oveques ses mains :
Du plus estoit, or est du mains.



Renart le Nouvel
Renart blesse Ysengrin en combat singulier
Jacquemart Gielée, Renart le Nouvel. Manuscrit copié dans le Nord de la France, vers 1290-1300
BnF, Manuscrits, Français 1581 fol. 6v
Les premières branches du Roman de Renart esquissent un goupil espiègle, jouant bons et mauvais tours. Après 1200 le ton change : Renart devient le symbole du mensonge et de la trahison. Le personnage s’émancipe du Roman proprement dit pour dénoncer avec âpreté la corruption et l’hypocrisie de la société dans des textes comme Renart le Bestourné de Rutebeuf, Renart couronné de Philippe de Novare ou Renart le Nouvel de Jacquemart Gielée.

On peut juger cet extrait un peu long . Mais ,….Je ne me suis pas trouvé de raisons valables de faire plus court . Il n’est pas inutile de confronter cet extrait de la branche XVIII du Roman de RENART au discours contemporain des autorités religieuses de tout poil, d’orient comme d’occident ; discours répressif et antijouissif s’il en est… Comme quoi avancer dans le temps n’est pas toujours synonyme de progrès !  Quoi qu’en disent ou en déblatère les petits glossateurs mondains.

https://roman-de-renart.blogspot.com/2019/09/le-sermon-de-bernard.html

https://www.blogger.com/profile/00071978794088169255

La renommée de ce « Roman » dépassera les frontières de l’espace et du temps.Il servira de modèle à bien des œuvres , toutes empreintes du même esprit de liberté

Petit rappel du roman

Après plusieurs péripéties, le célèbre goupil finit par se retrouver dans la tanière conjugale du loup Ysengrin et de sa femme, Dame Hersent. Renart étant seul avec la louve, en profite pour humilier son ennemi de toujours en ayant une relation adultérine avec sa femme, humiliation parachevée lorsqu’il urine sur les louveteaux, les enfants de la maisonnée, avant de partir. Ceux-ci se plaignent à leur père qui demande donc des explications auprès d’Hersent. Cette dernière se récrie et jure de son innocence. Les deux époux se lancent alors dans une chasse au renard où la louve se retrouve coincée dans un terrier en voulant poursuivre Renart qui a pu s’y faufiler. C’est alors que Renart sous couvert d’un prétendu secours viole Hersent sous le regard de son époux, prétextant vouloir la dégager de la tanière en la tirant de toutes ses forces. Dame Fière , reine et épouse du roi Noble sera , elle aussi une des « malheureuses victimes » de la concupiscence de Renart.

Un gros siècle plus tard

« La jeune fille, qui n’était ni de fer ni de diamant, se plia fort aisément aux vouloirs de l’abbé. » Boccace

.

Roman de la Rose XIIIè siècle

S’inscrivant dans la lignée esthétique et morale des auteurs du Roman de Renart leDécaméron est une éloquente et courageuse protestation de bon sens et de liberté, contre l’abêtissement organisé en système par la scolastique de l’école et la superstition monacale. On y retrouve le même esprit frondeur dans sa peinture du clergé de son temps

Les virulentes satires de Boccace sont un plaidoyer pour la liberté .

Pour ce faire , non content de fustiger à tour de bras moines et prélats, il s’attaque au dogme lui-même. Les religions ? Pas une pour racheter l’autre , elles sont toutes à mettre sur le même rang  : la juive, la mahométane et la chrétienne . Il n’hésite pas à dire leur origine commune et laisse entendre fort clairement qu’elles se valent bien toutes les trois .

Il fallait oser une telle audace face aux bûchers de l’Inquisition.

Les distinctions sociales, toutes de conventions, n’en imposent pas davantage à Boccace. Son œuvre ne manque pas de passages où il n’hésite pas à déclarer que tous les hommes naissent égaux, que la seule noblesse tient à l’intelligence et à la vertu, et non au hasard de la naissance .

Les Brigitte , les Carla et autres vertueuses patronnesses de papier glacé du jour ne valent pas plus que les Fière* et les Hersent** du roman. Elles n’ont pas de leçons de vertu à donner mais à en recevoir .

.*Fière = épouse du Roi Noble Le Lion

**Hersent épouse d’Ysengrin le Loup

Pas d’illusion cette protestation n’a aucune chance d’interrompre le cour des flots de repentance à la mode avec leurs relents d’eaux bénites. Reconnaissons qu’il est difficile de distinguer dans ces remugles nauséabonds les fumets de soutane rancie des effluves de turbans .

Lectures :758

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
4 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
DoraLapaD. Furtif Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Lapa
Lapa

Bonjour Furtif et merci pour ce regard. Il est vrai que le moyen-âge n’a pas été aussi « noir » et « archaïque » que beaucoup de régimes ultérieurs n’ont cessé de le prétendre. Une déviation de l’anglais « dark ages » mâtiné de nord américain où l’histoire de l’Humanité commence avec la constitution des Etats Unis. Dans de nombreux domaines, la liberté était plus aboutie, le droit des femmes régresse à la renaissance. Le pudibonderie provient en partie de la religiosité bourgeoise et hypocrite du XIXème.

Néanmoins je m’interroge, que penseraient dans le futur les archéologues nous étudiant s’ils tombaient sur du PNL ou autre rap?

Il faudrait beaucoup d’autres informations pour se faire une idée de l’état de la société actuelle et des liberté d’expression. Finalement, le roman de Renart est-il une exception ou une règle? Toléré, mondain chic, œuvre de révolte ou courtisane? quel rapport avec la société d’alors? pour moi la question reste ouverte.

Dora
Dora

Hello!
En architecture médiévale, on trouve l’équivalent dans les scènes coquines des bas-reliefs parfois accessibles au regard comme sur le porche de la cathédrale de Rouen dans la cour des libraires, parfois perchés à plusieurs mètres au-dessus du sol dans les modillons, gargouilles et chapiteaux des colonnes.