Les hypocrites révoltés du débarquage de Guillon

Lectures :3009

Je ne sais pas vous, mais il y a truc qui m’interpelle concernant les participations citoyennes sur Agoravox ces derniers temps.

Nul « journaliste citoyen », nul commentateur, nul participant n’a de mot assez dur envers la direction de France Inter (j’avais commencé à taper Rance Inter, un lapsus sans doute) qui a évincé les trublions de sa grille. Je ne reviendrai pas sur cet événement, largement passionné et déjà préempté, à mon avis, par la communication carriériste.

Evidemment ce n’est pas comme si nous étions dans un pays où le président aurait déclaré (mais que n’a-til pas déclaré?) qu’il préférait « un excès de caricature à une absence de caricature« . Non, non . Ce qui m’interpelle c’est que ces réactions dithyrambiques envers ces personnes débarquées prennent position, corps et âmes, pour la liberté d’expression et de critique, sans concession. Sans même réfléchir sur le contrat qui puisse lier un intervenant et son employeur, mais c’est un autre débat.

Ces trompettes de la liberté totale d’expression à laquelle on est prestemment censé adhérer sous peine de passer pour un collabo infâme sur le site qui n’hésite pas à faire du marketing de base en reprenant l’appel du 18 juin, résonnent plus à mes oreilles comme des vuvuzellas monotimbres qui assourdissent plus qu’elles ne permettent de réfléchir.

Oui le manque de nuance je n’aime pas.

Mais surtout ces laudate repris en cantiques sans fin paraissent finalement bien hypocrites. Quelle levée de boucliers contre les infâmes qui virent sans ménagement ceux qui les dérangent! Mais n’est ce pas du plus haut comique que cela se produise sur le site qui pratique la même politique? Car enfin, nos trois mousquetaires (et d’autres), n’ont-ils pas été débarqués du site, justement parce qu’ils avaient osé le critiquer? Que n’avons-nous alors entendu nos zélotes du contrepouvoir, nos parangons de la liberté de ton, nos amoureux de la critique, nos fidèles de Voltaire se désolidariser de cette décision? ne les a-t-on pas plutôt vu parfois rôder pour enfoncer les bannis leur reprochant qui de cracher dans la soupe, qui d’avoir la volonté de couler le bateau? Que n’ont-ils pas déclaré que Carlo Revelli faisait ce qu’il voulait chez lui et que c’était normal de ne pas laisser les « crachats » s’exprimer?

Alors on me répondra que nos bannis ne sont pas Guillon et je suis entièrement d’accord. Contrairement à un employé qui vit de ce que lui donne son employeur à la fin du mois, nos exclus n’avaient aucune rémunération de la part d’AV. C’est même AV  qui vit grâce à ce que lui donnent généreusement les rédacteurs bénévoles.  Le respect envers les rédacteurs aurait donc dû être encore plus grand. Mais profitons de ces hyprocrites cris d’orfraie, ils nous rassurent sur la lucidité et l’objectivité du « journalisme citoyen ».

Lapa

14 comments to Les hypocrites révoltés du débarquage de Guillon

  • Ok,
    Agoravox n’est pas France-Inter
    Les Guillon étaient en fin de contrat.
    Tempète verdo.

  • Ph. Renève

    Je trouve Lapa bien excessif: tout cela veut quand même bien dire que sur le site déclassé on défend bec et ongles la liberté d’expression.

    A l’extérieur.

  • ranta

    Agoravox fonctionne à coup de postures et d’impostures.

    Postures dans les commentaires et impostures chez les auteurs fétiches : il est difficile en quelques phrases de nuancer une opinion et l’imposture des auteurs phares ne le permet pas, en somme c’est une caricature du journalisme participatif.

    • Ph. Renève

      Caricature, oui, Ranta.

      Je crois bien même qu’on pourrait parler de leurre métonymique. 😀

      • ranta

        Pitié Philippe, je ne supporte plus cette expression 🙂 elle me fait penser à ces chefs qui découvrent une épice, un assaisonnement, une algue et qui se sentent obligés d’en mettre dans tous leurs plats.

        • Ph. Renève

          Désolé, je sais, c’est dur le matin ce genre de chose.

          Une épice omniprésente, oui, mais aussi une sorte de pince multiprise qui sert aussi bien à enfoncer un clou qu’à déboucher les éviers ! 😉

  • Léon

    IL est intéressant aussi de lire comment ceux qui restent sur le site déclassé nous considèrent. J’ai lu « élitiste », « prétentieux », « sioniste » « pétainiste » et j’en passe. Il faudrait en établir un florilège. Puis-je vous demander à tous, lorsque vous tombez sur ces appréciations de les copier ? J’avoue y aller si peu souvent désormais…

    • Ph. Renève

      Le problème, Léon, est qu’à chaque visite il faut enfiler des bottes d’égoutier et deux épaisseurs de gants.

      • ranta

        Oui, se vautrer dans la boue faut y trouver un intérêt. Lorsque j’y vais 9 fois sur 10 je reste sur la page d’accueil sans trop savoir où aller et je finis par me dire : à quoi bon. Et je referme.

        • Ph. Renève

          J’ai exactement le même problème: le tri est difficile…

          • ranta

            Pffff, c’est même pas une question de tri.

            C’est juste que de retrouver les mêmes conneries cent fois écrites, de retrouver ceux qui disent qu’ils sont les bons et les autres les méchants, et les méchants que c’est eux les bons, sans rien d’autre au milieu.

            C’est aussi de constater qu’un Navis, par exemple, peut balancer son révisionnisme, son négationnisme ethnologique tout tranquillement et qu’une COLRE qui sait, elle, de quoi elle parle va se faire systématiquement attaquer. C’est de constater qu’un Mourey délire en toute impunité et qu’Italia qui sait, elle aussi, de quoi elle parle a toutes les peines du monde à lui monter qu’il a tout faux.

            C’est de constater qu’il n’y a pas de nuances, qu’on est soit pro sioniste, soit anti, qu’on est soit islamophobe soit pro islamiste, qu’on est soit d’extrême droite, soit gauchiste.

            C’est de constater que ce qui devrait un lieu de réflexion, de transmission de connaissances est devenu fosse à purin.

            • Waldgänger

              Navis semble prendre le relais de Mourey, actuellement (définitivement ?) peu actif. Coïncidence ou pas, cela est difficile à savoir. En tout cas, on voit que plus le temps passe, plus Navis laisse libre cours à ses idées délirantes, alors qu’il faisait des articles politiquement orientés avant, mais qui restaient dans les « frontières du réel » (suffit de regarder sa fiche 2 minutes).

              Mais Navis est un grand partisan de la liberté d’expression, et il a au moins la décence de reconnaitre aux autres le droit auquel il tient tant, la liberté sans entraves de dire n’importe quoi sur Internet. 82 articles modérés, tous positivement, ça classe son bonhomme. J’ai modéré dans les 300 articles, et quand on voit certains trucs… En tout cas, avec pyra qui a squatte ses fils désormais, il a trouvé un admirateur à sa mesure.

  • COLRE

    Salut Lapa,

    Autant l’éviction des deux rigolos est une chose (on peut en discuter), autant le traitement médiatique infligé par AV et ses commentateurs est un modèle de mauvaise foi.
    Bien vu, la comparaison avec nos 3 mousquetaires !

    J’ai noté dans l’article « Faux arguments de Monsieur Hees dans l’affaire Guillon-Porte », une déclaration de Hees :

    « Et puis, il y a eu un petit moment en trop pour dire la vérité, c’est quand on s’attaque à ses collègues. C’est à dire, dans une chronique, que quelqu’un de la même chaîne se fasse pourrir pour une raison qui n’est pas une bonne raison« 

    Ça me rappelle AV et toute la galerie marchande… Dans le journalisme citoyen qui est là pour faire éclore la vérité (hi hi), on ne s’attaque pas aux morice, Revelli et autres Villach ou Cabanel, non. Là, c’est une cachotterie qui est protégée, gardée, interdite, ah mais !

    En fait, Hees est un gros salaud, il n’a pas le droit (96% de vote sur l’article !), mais Revelli a parfaitement raison de jeter comme des malpropres ceux qui sont désignés à la vindicte pour avoir critiqué « leur » patron, « leur » site…

    C’est ça qui est pitoyable.

  • Lech

    Bien vu Lapa !