La haine du batteur ( Grosse fatigue)

On les a détestés à un moment donné. C’est certain. Pour en arriver à une musique aussi merdique aujourd’hui. Pour que David Guetta en vive et continue de polluer les conduits auditifs encore fonctionnels de générations d’adolescents globalisés, attardés dans la démence profonde de l’ère du vide qui leur sied si mal. On les a détestés. Ils ont dû taper trop fort. Ou n’importe comment. Ou alors, c’était des anarchistes. Mais encore ?

Ils mettaient trop de temps à monter les fûts, grosse caisse, caisse-claire, cymbales, pieds, charleston, etc. Et même chose à la fin du show. Le temps de tout démonter, il est six heures du matin. Ces types-là étaient les plus mal payés de l’heure, à l’heure de remballer.

Pourquoi la musique populaire actuelle est-elle si nulle ? Non : ce n’est pas parce que je vieillis. J’en viens même à m’étonner de la richesse mélodique de certaines merdes des années quatre-vingt. J’imagine que les punks, encensés par les journalistes bobos d’aujourd’hui, genre Inrocks/Libé, des types incapables de reconnaître un 3/4 d’un 12/8 et d’abord, à quoi ça sert ? Les punks ont commencé à tout foutre en l’air parce que la pop s’endormait. Et puis, fallait faire du fric rapide, alors en machine Simone, tout en machine. Yamaha DX7 au début, ça vous remplace le bassiste, le guitariste, le batteur. Aujourd’hui, pire : l’informatique musicale. Cette merde qui enchante les adolescents déjà cités ci-dessus, cette génération sacrifiée sur l’autel du profit des firmes californiennes, frime et réseaux. Et puis les producteurs. Trois quatre minets qui chantent en play-back comme aurait peut-être dit mon père, ou l’équivalent féminin en putes femmes de footballeur. Le tour est joué. Ibiza pour les vacances. L’important c’est de bouger son cul, son gros cul.

Le batteur survivant, pendant ce temps-là, s’essaye à la Salsa. Au Songo. Putain le Songo mes pauvres jeunes débiloïdes ghettoïsés rap/techno/dance fric rapide pour être jeune quoi, être jeune !

Le songo. La salsa. Le 12/8. Le 6/8 afro-cubain. C’est autrement cathédrale et tu peux y aller pour bouger ton cul depuis que tes oreilles sont pleines d’un 4/4 où la croche binaire règne en maître. TCHI-BOUM TCHI-BOUM. Même les trains ont la décence de ne plus faire ce genre de bruit. Mais allez donc donner aux pauvres d’esprit autre chose que du binaire ! Les types, c’est comme s’ils se retrouvaient au milieu de la Sibérie en slip. Adieu Ibiza.

Pourquoi les batteurs n’ont-ils pas insisté pour survivre ? Parce qu’ils ne composaient pas ?

Il reste des dinosaures et les nouveaux venus sont résistants. C’est beau : malgré le bulldozer de la merde boum-boum, il y a toujours des types pour faire autrement. Toujours un tout petit peu d’espoir.

Mettez les enfants à la batterie. Ça nous changera de la politique. Dès 6 ans l’affaire est faite. Electronique pour les appartements, en bois pour les agriculteurs. N’hésitez pas. Ça vous fait des gamins avec le tempo dans le sens.

Tito Puente Ray Baretto Irakéré.

Lectures :5272
Notifier de
Léon
Léon

Pour moi, c’est un texte absolument génial et d’une justesse diabolique.
La comparaison la plus cruelle qui puisse être faite est de prendre n’importe quelle « musique » de David Guetta et de comparer la partie de batterie avec celle de 21 first century schizoïd man de King Crimson. L’appauvrissement, la désacculturation sont manifestes, et ne parlons même pas du rap dont la construction de la « musique » revient à prétendre écrire un roman en découpant des phrases chez Victor Hugo, Stendhal, Proust ou d’autres et les collant bout à bout.
Mais ce qui m’a toujours le plus horrifié est les « Scratch » avec les platines. Chaque fois je bondis en me disant: mais quel est le disque utilisé ? Si ça se trouve c’est du Beethoven, du Rachmaninoff, du Beatles…
Pourquoi aussi ne pas installer un Ferrari sur scène et se servir du bruit de son moteur en rythmme : roaaaar, roaaar, ou locomotive à vapeur pour son sifflet ? Il y a dans cet acte une révoltante dégradation, perte de statut d’un objet culturel extrêmement sophistiqué qu’est le couple disque-platine. C’est une forme de pornographie en ce que cela réduit un rapport riche, complexe à une infime gesticulation.

Léon
Léon

Exemple : http://www.dailymotion.com/video/xu7gc_dj-crabees-aux-platines-scratch-par_music
C’est à peu près comme si l’on décidait que la fonction des livres était de caler des meubles. Répugnant, révoltant…

D. Furtif
D. Furtif

Quand il se met en rage grosse fatigue est comme ça, mes oreilles entendent le Schubert du colonel Chabert.Un truc partagé par ceux qui le vivent de l’intérieur, et l’envie de renverser les Tchac Boum de maintenant à grands coups de lattes d’un mètre

Castor
Castor

Bonjour Léon,
Tout ceci m’amène à de curieuses questions, que je poste en vrac.

Quelle est la fonction de la musique et n’y en a-t-il qu’une seule ?
De cette fonction pourrait naître une segmentation de la musique, selon l’usage auquel elle serait destinée, non ?
Ne peut-on trouver une similarité avec l’art moderne et l’art « classique » dans l’approche (après tout, on aime ou on n’aime pas et il se trouve toujours des gens pour dire que peindre des carrés ou une toile blanche est le degré zéro de l’art) ?
Le scratch ne peut-il être comparé à des techniques de peinture (une queue d’âne, un corps, des projections…), tout comme le sample ou d’autres choses ?
A partir du moment où chacun peut faire connaître facilement ses créations au monde entier (Ô mon dentier !), ne peut-on considérer qu’il existerait une obligation de regarder tout ceci avec un oeil sur la société ?
Je déteste à peu près tout le rap, mais il est une expression d’une certaine catégorie de personnes, à destination d’une certaine catégorie de public. Dois-je, sous ce prétexte, considérer qu’il s’agit de merde ?

Et puis une dernière pour la route : les Beatles, les Stones, les Who et d’autres encore, ont été considérés en leur temps comme des faiseurs de bruit. Pourtant, beaucoup s’accordent à penser qu’ils ont réalisé un grand travail de recherche, de création, et qu’ils méritent aujourd’hui leur place de grands.
Nonobstant le fait qu’il existe beaucoup de merdes à entendre aujourd’hui et que dans le maelström médiatique, ce ne sont pas forcément les meilleurs qui nous sont donnés à entendre, dans cette quantité invraisemblable, n’y a-t-il pas des perles ?

Léon
Léon

Salut Castor : pour ce qui est de ces perles, j’ai entendu l’argument des milliers de fois, le problème c’est que je les attends toujours. Qu’on me donne des exemples, des titres, des liens. Rien de ce que l’on m’a proposé à l’écoute, jusqu’à présent, ne mérite que je modifie mon jugement.Les Beatles « faiseurs de bruit » ? ça je ne l’ai jamais lu.
Pour ce qui est du grand travail de recherche et de création de cette génération de musiciens, là aussi il faut raison garder. Il y a à boire et manger et des oeuvres de qualité très variable. Mais le problème est que le plus mauvais de cette époque semble encore génial par rapport au meilleur d’aujourd’hui…

Castor
Castor

« Mais le problème est que le plus mauvais de cette époque semble encore génial par rapport au meilleur d’aujourd’hui »
Je dirais à peu près la même chose sur la peinture ou l’art en général…mais bon, on s’égare.

Il y a de très bons morceaux d’électro, qui remplissent parfaitement l’usage qui en est fait (Cirez-D, Sébastien léger).
Mais aussi, sur la scène rock, des groupes comme dEus, Ghinzu, System of a down ou Archive.
Dans d’autres registres, des types comme Fink, Piers Faccini, Agnès Obel.
Mathieu Chédid est également très bon musicien.

Globalement, Léon, je suis d’accord avec toi. Mais la question est : la musique, pour quel usage ?

Castor
Castor

Ah ! Une dernière !
Il ne reste au final de nos époques musicales que les bonnes choses.
Il ne serait pas un peu trop tôt pour juger de la qualité d’aujourd’hui alors que le tamis du temps (et de nos oreilles) n’est pas encore passé ?

Asinus
Asinus

yep , fallait au moins cette « musique » de sauvage pour faire rappliquer le Castor
dans la torpeur de l’été rien que les noms que vous evoquez me donne chaud
je vas foutre une cassette de marley m’en rouler un et rever et dormir et
ja rastafari !!!!a tous suis allé matinalement jeter un oeil sur mes  » bécanes »
ce silence!! on dirait un tombeau ! l’été les a engloutis , yep moi aussi
no woman ! no cry …..

ranta
ranta

Il tape juste là. 😆

Je pense qu’il provoque là : » des types incapables de reconnaître un 3/4 d’un 12/8″
Je vois bien où il veut en venir, il parle du suffle là et j’ai aucun doute sur le fait qu’il sache très bien qu’on peut très bien l’écrire en 4/4, que le ternaire 12/8 est un 4/4 avec la noire pointée.

Pour ceux qui se demande ce qu’est le Suffle : c’est ni plus ni moins que du blues, un exemple : http://www.youtube.com/watch?v=9zKVnpUIJPY

Lapa
Lapa

je comprend parfaitement le sentiment de ce message. pour un instrumentiste et un instrument, être remplacés par une machine qui simule est un camouflet (on en reparlera). mais la production actuelle n’est-elle pas déjà de la simulation musicale?
rien n’est construit, tout est monté pour satisfaire un besoin immédiat de divertissement.

Pour certains la musique s’est dégénérée avec l’arrivée du jazz « ce truc de nègre », ou le rock, ou la pop,ou la techno ou le rap… comme pour d’autres la peinture est entrée en décadence à partir des impressionnistes, ou des expressionnistes, des cubistes, des suprématistes, des abstraits….
The Wall était un album d’adolescence rebelle, que mes parents trouvaient « dégénéré », c’est quoi la musique de rebelle d’ado aujourd’hui? Diams? Quoiqu’elle soit, Les albums de Pink Floyd font figure de véritable symphonie à sa place. Le niveau baisse.

Mais finalement, la musique même des Beattles n’est-elle déjà pas une simplification instrumentale et harmonique d’un type de musique antérieur? si l’on est passé majoritairement à un guitariste un bassiste et un batteur n’est-ce déjà pas que les cuivres, les cordes et le clavier sont passés à la trappe? Au besoin on les simule pour certains titres. Remplacer le batteur par une boîte à rythme suit alors une certaine logique… l’amplification fait de toute façon que les instruments acoustiques n’ont plus leur place ou si peu, pour la majorité des productions « musicales ».

vaste débat.

je considère pour ne pas me prendre trop la tête que la musique non savante n’est pas un art. C’est du divertissement, de plus ou moins bonne qualité. De la production industrielle qui a son utilité. La baisse de sa qualité importe ainsi beaucoup moins.

D. Furtif
D. Furtif

Bonjour Lapa, tu flattes mes mauvais instincts, les académistes .
Pourtant , ce matin en consultant l’éphéméride du jour, j’ai eu le coup au cœur de constater que nous honorions aujourd’hui la mémoire de John Clotrane , 1967 .Évidemment ce n’est pas le Grrrrrand E.Charden.