Nina Hagen et la punk attitude

De tous les courants culturels qui ont agité la jeunesse occidentale de l’après-guerre, le mouvement punk a incontestablement une place à part en raison de sa radicalité.
Mouvement assez bizarre, qui a été à la fois très éphémère dans son expression la plus visible, (en gros de la fin des années 70 au début des années 80), et a surtout concerné la Grande-Bretagne, mais qui a eu, à y regarder de près, des prolongements durables quoique pas toujours évidents.
Sorte de salmigondi philosophico-politique empruntant au nihilisme, au surréalisme, au situationnisme, il prétendait privilégier l’expression brute contre les valeurs établies et les règles en tout genre, prônant l’économie des moyens en réaction contre la société de consommation, mais aussi la liberté individuelle et la responsabilisation.
La visibilité du mouvement punk s’est beaucoup exprimée sur le plan vestimentaire et graphique avec ces gigantesques coiffures colorées, en crête d’Iroquois, rendues rigides par un bain d’eau saturée de sucre, l’apparition des piercings, l’utilisation d’épingles de nourrices ou de lames de rasoir comme bijoux… Ce sont eux, également, qui ont mis à la mode la pratique du tatouage, réservée, jusque-là, essentiellement en milieu carcéral.
Sur le plan musical, leur logique de la marginalité et de la contestation les a conduits à rejeter les formes sophistiquées auxquelles était arrivée la pop music, le rock symphonique des King Crimson, Pink Floyd, Blue Oyster Cult et autres Yes, tout comme le « heavy métal » élaboré et complexe manière Led Zepplin, au profit de musiques simplistes, prétendant dégager une énergie primitive. Ce parti-pris esthétique quasi-suicidaire n’a débouché sur rien de bien durable : qui écoute encore The Clash, les Ramones, ou les Sex Pistols ? A peu près autant que ceux qui écouteront NTM dans dix ans, sans doute… No future !

Mais il y a un domaine où les punks ont souvent été géniaux, c’est dans la dérision de la culture bourgeoise. En voici un exemple célèbre : Nina Hagen dans ses œuvres, brocardant le chant lyrique qu’elle connaissait fort bien, ayant d’abord été une cantatrice classique.

Lectures :3883
Notifier de
Lorenzo
Lorenzo

Bonjour Léon,

Il m’arrive encore d’écouter « London Calling » et « Sandinista » deux albums, á mon sens, exceptionnels de creativité musicale .

ranta
ranta

Si j’osais….je dirais qu’en qualité musicale le punk aura été à la musique ce qu’est le journalisme citoyen, version galerie marchande, au journalisme.

Causette
Causette

bonjour Léon, j’adore cet article et surtout Nina que j’écoute de temps en temps

http://www.youtube.com/watch?v=C8oyxrrEk58&feature=related

Les Amis de la fin de MacColl Kirsty organisent un concert pour célébrer la mémoire de Kirsty , qui mourut dans des circonstances tragiques il ya 10 ans . Le concert aura lieu dans l’Empire O2 Shepherds Bush à Londres le 10/10/10

Causette
Causette

j’écoute aussi de temps en temps Lisa Gerrard

Dead can dance http://www.youtube.com/watch?v=WqrBimk-N3g&feature=related

moorea34
moorea34

Dead can Dance… Très bon. J’ai plusieurs de leurs albums.

Causette
Causette
Marsupilami
Marsupilami

Damned, ça nous rajeunit pas ! Perso, à l’époque je suis complètement passé à côté du punk-rock, vu que pendant ces années-là je n’écoutais quasiment plus que de la musique classique et indienne. Je me suis rattrapé plus tard et dans ma musicothèque il y a plein de Clash, de Ramones, de Dead Can Dance et même quelques Dead Kennedy’s. Mais les plus grandioses dans le destroy cynique c’étaient quand même les Sex Pistols. Leur version de My way est un pur chef-d’oeuvre…

Causette
Causette
lavabo
lavabo

La punk allemande était du côté de chez moi cet été:
http://www.ulmerzelt.de/
Apparemment toujours aussi allumée….

D. Furtif
D. Furtif

Un vide , une lacune ,que dis-je, un gouffre béant dans ma culture autodidacte….c’est grave docteur?