J’ai roulé dessus et ça m’a fait du bien.

J’ai roulé dessus et ça m’a fait du bien !

J’en ai eu marre, ça faisait des années que lui et ses frères me pourrissaient la vie à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, du week end et même mes vacances. Alors il y a trois semaines je l’ai pris, posé dans l’allée de la maison, je suis monté dans ma voiture et j’ai roulé dessus : deux fois . Une fois en marche avant, et une fois en reculant pour faire bonne mesure. Un meurtre avec préméditation, un assassinat quoi ! Et sous les yeux d’un témoin effaré : mon second fils.

« Papa,ça va ? » Oh oui ça va, et comment que ça va, ça va même mieux. «  Mais… papa…quand même…ton I phone! » Oui, mon I phone, cadeau des mes fils pour lesquels mon brontosaure d’ancien téléphone avait à leurs yeux un défaut majeur : il ne servait qu’à téléphoner…. ce qui pour moi était déjà de trop, alors l’I phone, hein !

J’avais pourtant plus ou moins bien perçu en quelques occasions l’intérêt mineur d’un I machin ou autre , comme par exemple lorsque l’on a un match à trois heures de route de chez nous. Dans ces cas on se déplace en car. Moi, de mon temps on jouait aux cartes, aux tarots. C’est bien les tarots, ça fait réfléchir, « bon voyons, le cavalier de pique est tombé ou quoi ? Je peux y aller de mon valet ? » Maintenant c’est chacun avec son I truc ou son netbook, ses oreillettes, dans une ambiance autiste. Il est loin le temps où les gosses chantaient « merci chauffeur, merci chou-fleur, merci ».  Avant, il y avait une glace de séparation avec le chauffeur sur laquelle était écrit : il est strictement interdit de parler au conducteur, aujourd’hui plus besoin, le chauffeur a ses oreillettes lui aussi. Bon, ben je me vais faire un démineur moi .

Et voilà, le match vient de commencer et ce truc sonne à nouveau, je vais l’ignorer. Oui, mais, et si c’est grave, si c’est urgent ? Parce que moi, le téléphone ça sert pour les trucs urgents, essentiels et lorsqu’il sonne je ne peux m’empêcher d’y penser, alors je décroche. Là, pas besoin, n’ayant pas décroché , la sonnerie caractéristique d’un SMS m’informe qu’on s’y prend autrement ! Bon, je regarde : ah c’est Jojo, jojo c’est mon ainé « ya lé feu dma kaisse ki son keut  jfè kwa ? jsé pa koment kon lé change»

Ah oui, parce qu’en plus il y a fallu que je me mette à l’étude d’une autre langue étrangère : le langage texto, je progresse mais pas trop; faut dire qu’à mon âge l’apprentissage devient compliqué. Donc des «tè ou, tu fè kwa, cè kan kon boufe» j’en reçois des milliers d’octets chaque année. Là, si je déchiffre bien, il a un feu de sa voiture grillé.  Ben voyons à 15H30 sous nos latitudes, sauf événements majeurs et exceptionnels genre éclipse du soleil, je ne perçois pas le caractère d’urgence. Mais il continue de m’abreuver de SMS, c’est que ce soir il va à Trégasoil chez son pote… Misère, on s’est croisé au minimum quarante fois ce matin, d’autant que son feu est grillé au moins depuis hier soir, mais ça lui est pas venu à l’idée de m’en parler….sans compter que si les mômes sont capables de te démonter un ordi et de te le remonter les yeux bandés ils sont totalement étrangers à une intervention mécanique de base sur leur « kaisse ».

Mais c’est pas le pire. Non, le pire c’est le boulot. Je suis sensé être disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept en cas de problèmes. Les problèmes, parlons-en.  Je suis un naïf, dans mon esprit un problème, ben c’est un problème, un truc grave quoi, mais certainement pas un client qui m’appelle à 4h52 pour me faire part de son inquiétude parce qu’il devait être livré à 4h40… j’aurais pas des nouvelles du chauffeur ? C’est une question de vie ou de mort bien sûr. Le même chauffeur qui m’a appelé 1h30 avant pour me dire que l’ordinateur de bord de son camion ( encore une saloperie électronique) l’informait qu’il fait un degré et qu’il y a un risque de gel, qu’il est inquiet et que peut-être il aura du mal à rouler ! On multiplie ça par cinquante trois, le nombre d’employés, et ça donne que depuis des années, pour moi, dormir trois heures d’affilé n’est plus qu’un lointain souvenir.

Et je vous dit pas lorsque je réponds pas. « Ben quoi je t’ai appelé ce matin !, j’ai la marche arrière qui craque quand je la passe».  Ah, ouais, excuse moi mais j’ étais à la douche et j’ai pas encore la version waterproof, j’ai que celle qui coupe le poil deux fois.  Quant à  la direction régionale, le boss qui m’appelle à 21 heures, parce que c’est un cadre sup alors si il n’est pas encore à son bureau à 21 heures…. et il faut qu’il le fasse savoir, pour me rappeler qu’il a besoin des statistiques de la semaine 35 mais que c’est pas urgent vu qu’il ne lui faut que pour la semaine prochaine, et que pendant qu’il y est on va faire un tour rapide de la situation….

Quand mes gosses me demandent comment on faisait sans avant, comment on pouvait vivre sans communiquer, et bien j’ai du mal à leur expliquer qu’on ne souffre pas de ce qui n’existe pas et qu’ils ne perçoivent pas le côté erroné de ce qu’ils appellent la communication : plus on a d’outils pour communiquer et plus on se trouve isolé les uns des autres. Sauf qu’hier j’en aurais bien eu besoin. Je devais récupérer mon cadet après son match, il jouait à l’extérieur, pour aller à la journée portes ouvertes d’un lycée. L’un des rares où se trouvent  les options qu’il recherche: science de l’ingénierie, méthodes et pratiques scientifiques et grec. Grec…. alors que lui comme son frère auraient dû prendre en seconde langue étrangère le français ! Bon, toujours est il que j’ai eu un imprévu, que je suis parti très, très en retard et que je ne pouvais pas le joindre pour lui demander de m’attendre malgré tout: son numéro était dans mon ex portable ! Alors, lorsque nous sommes arrivées les portes ouvertes venaient de se refermer. Histoire de dire qu’on était pas allé à la ville pour rien, on est allé au supermarché acheter deux ou trois trucs dont on n’avait pas besoin et  j’en ai profité pour aller au rayon multi-médias regarder les….téléphones ! Mais j’ai pas encore craqué.

Lectures :4291
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Asinus
Membre
Asinus
21 février 2011 7 h 58 min

yo ranta belle tranche de vie , j’ai les memes avec option geeks 21/17 suis resté à mon vieux siemens
des années 90 j’ai juste interdiction de le sortir devant leurs copines , pour les dialogues j’eradique le web ‘ peu au fait des tecniques  » je débranche dans l armoire electrique dont j’ai la clé  » moi je sais a quoi ça sert pas eux » au bout de 5 h de sevrage ils sont fin pret pour m’ecouter.Perso je vous admire pour votre capcité à comprendre leur langue etrangere les miens ont manifestement pris le français en 3 em option
y compris l’étudiant alors que j’etais persuadé » quel vieux con’ que le français lu et parlé etait obligatoire pour entrer en fac !Je vous sent pret à ceder au sirenes de la modernité svp ne me laisser pas seul :mrgreen: tel morice soyez un resistant regardez faites comme moi rusez mes deux caristes :des djeuns moi je les appelles mes bonobos je les ai  » fumés’ pretextant des interférence sur les becanes j ai obtenu
de ma patronne l’instalation d’un brouilleur de portable , ben les deux cretins conduisent les fenwick de nouveau avec leurs deux mains , pasque la communication moderne elle nous mettait salement en danger les filles et moi! 😯

Castor
Membre
Castor
22 février 2011 9 h 44 min
Reply to  ranta

Salut Ranta,
vite fait merci pour cet article vécu !
Précision : c’est le nouvel omo qui lave plus blanc, le nouvel homo, je sais pas ce qu’il fait mais sûrement qu’il revendique le mariage et l’adoption.

Léon
Léon
21 février 2011 8 h 07 min

😆 😆 😆 😆

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
21 février 2011 8 h 24 min

Une telle maitrise, il y a de quoi rendre jaloux

Buster
Membre
Buster
21 février 2011 9 h 32 min

Presque tous les mêmes ingrédients, mais l’histoire est différente, le machin a survécu, mal en point, la vitre cassée, mais encore capable de produire des sons.
Je résiste au smartphone, le mien date encore de la génération d’avant avec des vrais boutons dont les chiffres s’effacent un peu à force d’appuyer dessus.
La bagnole c’est celle de mon épouse, au chevet de laquelle (la voiture), je fus appelé d’urgence : pneu éclaté, une nouvelle fois.
Heureusement j’avais investi depuis longtemps dans une vraie roue de secours, option non dispo, même pas de place prévue pour la ranger quelque part. En pleine opération le machin avait sonné et j’avais du le chercher au fond de ma poche, les doigts noircis par l’opération en cours.
– « Quand tu auras fini, passe prendre du pain. »
J’avais reposé le truc par terre pour terminer de serrer les boulons. Et bien sûr j’ai oublié de le récupérer quand j’ai eu fini, et j’ai roulé dessus. Le lendemain il gisait à la même place, vitre cassée mais toujours vivant.
Ca fait 3 ans que je le traîne comme ça, que je résiste vaillamment à l’appel du smartphone.
Pas commode pour lire les textos.

Mais chez moi l’orthographe passe par internet :
– « Pap, pourrais-tu corriger les « fôtes » STP. »
Et hop, sur le fichier attaché, un exposé de 20 pages sur la folie dans la littérature, très intéressant malgré la centaine de « fôtes » à corriger. Faut dire que ma fille est une littéraire, en fac de lettres, mais sans word sur son ordi.
Et d’ailleurs l’orthographe rentre, petit à petit, à force de pression.
– « Si tu refais encore une fois la « fôte » sur conscidérer, qui ne prend pas SC mais C, et que je corrige dans chacun de tes textes, j’arrête les corrections. »
Et bien celui-là, ça y est, il est rentré.

Faut savoir résister.

Buster
Membre
Buster
21 février 2011 9 h 38 min
Reply to  Buster

Hum, z’allez croire que je l’ai fait exprès, même pas. 😀
Pardon pour considérer.

Lapa
Administrateur
Lapa
21 février 2011 10 h 43 min

L’obsolescence programmée

documentaire Arte

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
21 février 2011 11 h 02 min
Reply to  Lapa

Bonjour Lapa. Je crains que ma propre mère n’ait été contactée par ces ingénieurs pour une expérience sur du vivant.