Revue du WE: après la Conquête à Cannes, la quéquette à Kahn.

Lectures :4229

J’avais promis une semaine riche en commentaires et postures lors du précédent billet, on n’a pas pas été déçu! Une frénésie médiatique semble s’être emparée de la France qui a priori n’a toujours pas digéré d’avoir décapité son monarque il y a 200 ans et qui soudain voit son chouchou en justiciable comme les autres. Il a fallu à nos responsables et grands penseurs aller piocher dans le dictionnaire des synonymes pour utiliser des terminologies indignées sans avoir l’impression de repomper sur son voisin (avec toutes ces histoires, pomper peut être mal vu).  A ce jeu là, quelques expressions bien maladroites ont été glissées, qui montrent bien le peu de cas que se font nos plus grands penseurs de la gente féminine. En cherchant à minimiser les accusations, ils arrivaient surtout à minimiser le viol en général. Si flou, tellement lié à l’inconstance de ces dames….  On peut se demander néanmoins si l’amitié altère le jugement ou révèle plutôt  la véritable personnalité de ces bêtes de spectacles?

Le « il n’y a pas mort d’homme » de Jack Lang remporte la palme du cynisme ; celle du machisme revient à Jean François Kahn pour son « troussage de domestique » nous renvoyant au droit de cuissage qui n’a pourtant jamais existé (1).  Le sens des proportions et de la mesure pour Badinter, une icône de l’égalité des droits et du mot justice, quand il parle sans rire de « mise à mort« .  Enfin BHL est particulièrement inspiré en sortant  « J’en veux, ce matin, au juge américain qui, en le livrant à la foule des chasseurs d’images qui attendaient devant le commissariat de Harlem, a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre. »

Paraître comme un vulgaire quidam: voilà bien la hantise de tous nos amis qui se sont essayés depuis des années à nous raconter la belle histoire de DSK. Ce dernier était une sorte de divinité. Omniscient et adulé de tous, omnipotent,  il allait descendre de son ciel du FMI pour nous guider vers la terre promise.  Une fois, dieu s’est fait homme, oh un tout petit peu: il a montré qu’il pouvait côtoyer la condition de simple mortel en cuisant un steak; comme nous, et en défroissant ses costumes, comme personne. Il avait cet aspect humain, important pour toute religion, pour faire proche, tout en gardant un statut divin. Las… de la divinité il aurait d’avantage emprunté de Zeus et de ses multiples aventures que d’un Bouddha stoïque.

On comprend alors la hargne et la rage devant ce risque iconoclaste. D’autant qu’on a retrouvé là tous ceux qui avaient déjà misé sur leur poulain: chargés de communication  se voyant déjà en accomplisseurs de destin présidentiel, journalistes qui avaient bu la sainte parole pour sortir un livre-entretien au bon moment et espérant quelques séides une fois leur dieu en place…. Rien que du déjà vu en 2007 avec Sarkozy. Tous ces gens-là qui paraissaient du coup complices ou idiots pour connaître si bien DSK sans avoir soufflé mot sur rien. C’est bien simple, lundi matin on avait une impression de deuil national sur France Inter et chez certains éditorialistes. La rédaction de Marianne était en pleurs.

Car comme d’habitude c’est la presse étrangère qui s’interroge sur les rumeurs de partouzes au Chandelier, de supposées tentative de viol précédentes, d’infidélités récurrentes et de prostituées à 1200 euros de l’heure… et sur l’omerta possible de la presse en France.  Mais après tout c’est de la vie privée cela non?

Et oui, mais quand on commande un reportage à sa gloire où l’on expose sa vie de couple, où l’on montre des aspects de sa vie privée avec la complaisance de journalistes, pourquoi refuser que des journalistes s’interrogent sur la véracité et réalité de cette vie privée? En quoi je devrai être informé que DSK cuisine très bien le steak au poivre  mais pas qu’il ne tient pas en grande estime son engagement marital mis en avant? Ou qu’il est si facilement manipulable?

Ce n’est pas le respect de la vie privée qu’on réclame en l’invoquant: c’est le respect de l’histoire qu’on nous a pondu!

Mais je n’accablerai pas DSK, innocent ou coupable, c’est le système qui est à jeter. Cette consanguinité évidente entre les media, les politiques et les patrons. J’ai malheureusement l’impression de faire du LePen en rabâchant ce qui est pourtant une évidence: les conflits d’intérêts sont trop nombreux au vu des relations privées, amoureuses, ou amicales entre ces différents cercles de pouvoir.

Les media: ces beaux hypocrites incompétents

L’hypocrisie, par exemple de passer en boucle ces photos où il est menotté en se demandant si on a le droit de le faire.

L’hypocrisie de demander un avis sans préciser que le commentateur est lié personnellement à la famille et ne peut donc pas être objectif…

L’incompétence: quand, au bout d’une semaine on aura eu femme de chambre changeant trois fois de nom, deux fois de prénom, quatre fois de nationalité, dont l’âge a varié de plus ou moins 10 ans, et celui de sa fille de plus ou moins 6. Un pseudo frère qui n’en n’est pas un et j’en passe et des meilleurs… L’impossibilité totale de ne relater que des faits. L’obligation de sortir des lignes en vitesse pour assurer le remplissage, la caisse de résonance du web et de l’info continue…les interrogations tardives et qui ne serviront à rien puisqu’à la prochaine affaire du même acabit le cirque reprendra. Mais heureusement, nous sommes à l’ère de la communication, on a des frissons rétrospectifs en s’imaginant à une autre époque où l’on aurait été moins bien informés!

Idiotie quand ils se posent la question de savoir pourquoi la vidéo de Tristane Banon n’a pas été reprise d’Agoravox, alors qu’on sait bien qu’elle devait côtoyer les dernières prévisions de guerre nucléaires en Iran de Momo, les commandos vaccinateurs de LLoyds et le gui en remède contre le cancer des autres; sans oublier les commentaires intellectuels de la couveuse…

Pseudo confession de Carlo Revelli qui assure qu’ils se sont autocensurés sur cette affaire (quoi un media supposé donner la parole à tout le monde?),  alors que la rédaction ne se gène pourtant pas pour publier des articles délirants, complaisants et débiles sur la fin du monde, le 11/09 ou la dangerosité des aliments cuits au microondes! Tu parles qu’on y croit au soudain doute d’éthique rédactionnelle pour la qualité de la publication!

La défense de caste relayée jusqu’à plus soif:

Le ridicule des réactions à l’image, un degré de pathos jamais connu à ce jour:

« Le coeur ne peut que se serrer devant ses images humiliantes et poignantes qu’on donne de lui » On nous impose la compassion!

« d’une brutalité, d’une violence, d’une cruauté inouïes ». L’ex ministre de la Justice s’est dite « heureuse » que la France n’ait « pas le même système judiciaire que les Etats-Unis ».  » Mais nous ne sommes pas arrogants, non.

Eva Joly a, elle, souligné « la violence » des images montrant Dominique Strauss-Kahn sortant menotté du commissariat d’Harlem à New-York, parlant d' »un cauchemar ».  Selon elle, le patron du FMI, inculpé pour tentative de viol, encourt une peine « entre 20 et 26 ans » alors qu’en France « c’est 15 ans, le maximum encouru ». Eva Joly a-t-elle eu la même pudeur avec Lefloch Prigent et autres grandes figures mises en examen à la sortie du ministère?

« les images de ce matin sont d’une cruauté insoutenable. J’avais les larmes aux yeux. » Et oui M.Valls, Sarkozy aussi sans doute, mais de rire.

Une théorie du complot qui appuie bien le travail des communicants.

Un sondage tout chaud de la team Bolloré effectué à l’annonce de l’affaire, évidemment favorable, qui sortira deux jours plus tard, et qui permettra de gloser dessus pendant une semaine sans tenir compte de sa validité potentielle éphémère. Un doute sur un tweet relayé par les plus grands media histoire d’insinuer, et des propos de nos responsables; semés ça et là sans qu’on s’apesantisse dessus mais qui distillent l’idée machiavélique:

« redouter les mauvais coups de Guéant » dixit Libération

« Je ne suis pas un adepte de la théorie du complot mais je me souviens qu’on avait promis à DSK le feu nucléaire dès qu’il serait candidat » On admirera la prétérition, une arme de choix chez les douteurs méthodiques en exercice!

Le président d’honneur du MRC Jean-Pierre Chevènement a dénoncé lundi « un effroyable lynchage planétaire » contre Dominique Strauss-Kahn, affirmant que son inculpation reposait sur « un unique témoignage forcément fragile ». Bah tiens, il aurait sans doute voulu que le viol ait pu avoir lieu en réunion et devant des caméras!

« Et si c’était une monstrueuse injustice? », s’interroge toujours le même. Pourquoi pas plutôt une effroyable imposture?

Et un autre de rajouter qu’il est troublant que le numéro de la chambre 2806 correspond à la date des primaires du PS… Vous ne rêvez pas.

N’oublions pas que DSK a beaucoup plus d’amis bien placés en France que la femme de ménage. Notamment l’agence de com Euro RSCG et Ramzy Khiroun (en panamera), du groupe Lagardère, déjà déployé à de nombreuses reprises depuis des années. Chargé de déminer le terrain ou d’intimider ceux qui auraient quelques velléités, comme un journaliste de Libé,  ou empêcher une publication dans Paris Match d’infos sur un homme d’affaires qui a  des amis qu’on connaît bien! tiens donc comme le Monde est petit! Le film la Conquête à côté parait bien fade et déjà ringard!

Une défense capable de poser sur la table 1 million de dollars en claquant des doigts, toute étonnée que l’argent et la parole de DSK ne suffisent pas à un simple juge américain, vraisemblablement imbibé de puritanisme, laissant les amis se déchaîner sur cette justice ignoble qui n’a pas été touchée par la grâce d’Euro RSCG.

C’est bien simple la libération sous caution  a été tellement médiatique que j’ai cru que c’était les otages français qui avaient été libérés!

Mais le plus dur reste à venir. Parce que la défense a des droits proportionnels au pognon qu’elle peut investir (6 millions pour la caution déjà, 200 000 euros par mois de garde rapprochée, 10000 euro de loyer,  750 euros l’heure de détective…). Et on a vu que pour la clan DSK: le pognon n’est pas un problème. Je plains donc cette femme de ménage: elle n’aura pas  intérêt à avoir eu péter au lit devant témoin! Ils vont lui faire ce qu’ils ont toujours refusé qu’on fasse à leur idole: fouiller dans son passé et enquêter sur sa façon d’être réellement et le déballer sur la place publique. Si elle est victime,  se voir remettre sa parole en doute et avoir sa vie intime exposée contre soi par des avocats au smic horaire (comprenez, qui gagnent le smic en une heure ) est sans doute un deuxième viol. Comment pourra-t-elle résister à ce processus, à l’appât d’une conciliation monnayée… bref à la cabale qui va suivre qui est le domaine de prédilections des équipes de com’ et des avocats?

Et Harlem Desir qui pressait Sarkozy d’intervenir pour que DSK ait le droit à une défense décente…. on croit rêver devant tant de forfaiture.

Oui au delà de ce fait divers on a un véritable fait de société qui interpelle devant tant de médiocrités et de compromissions étalées mais qui est un immense révélateur des carences de notre démocratie.

Attendons-nous à avoir de prochaines réfellations!

———-

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/20/affaire-dsk-l-inquietant-pouvoir-des-communicants_1524821_3232.html

(1) droit de cuissage: un malentendu qui a la vie dure.

25 comments to Revue du WE: après la Conquête à Cannes, la quéquette à Kahn.

  • Lapa

    j’adore les illustrations que vous avez ajoutées.

    • Léon

      Merci Lapa, mais j’en profite pour vous dire ainsi qu’à tous ceux qui nous envoient des articles, de surveiller leur boite mail car j’ai souvent des questions, des demandes de précisions ou des remarques à faire aux auteurs. En l’occurrence je vous avais demandé si ces illustrations allaient ; sans réponse de votre part j’ai fini par les mettre sans votre accord. Content qu’elles vous plaisent.

  • COLRE

    Excellent article, Lapa. Je ne sais pas si tu as lu mes interventions sous l’article de Léon, mais je suis en phase avec ta présentation.

    D’abord, oui, c’est un véritable fait de société, c’est indéniable, et cela n’a pas fini de remuer les consciences. Disons plutôt : les « prises de conscience ».
    Je suis pourtant l’actualité de près, je lis Marianne toutes les semaines, et pourtant, j’ai été « presque » abasourdie de la tournure des réactions.

    Je ne sais pas si tu as regardé le plateau de Pujadas, jeudi, j’y reviendrai peut-être, mais il est EXEMPLAIRE, d’un bout à l’autre, de tout ce qui structure le comportement « consanguin » (comme tu dis) de nos zélites et leurs codes symboliques (notamment machistes). Il est vraiment à analyser.
    Pb, cela prend un temps fou de visionner les vidéos (je n’ai pas encore réussi à trouver le temps de voir jusqu’au bout les 2 émissions de Taddéï, pourtant, elles sont pleines d’enseignement…).

    En tout cas, bravo pour ton nartik qui fait un tour d’horizon assez fouillé de la question. Ce n’était pas facile de synthétiser sans être caricatural.
    Je suis aussi d’accord avec ta fin : le plus dur reste à venir… Envisager le salissement de la jeune femme de chambre par l’ex-futur champion de la gauche… ça va faire désordre…

    • Lapa

      merci pour ce commentaire COLRE. Oui j’ai lu le fil des commentaires de l’excellent article de Léon et je ne pouvais que rebondir via cette petite revue. D’habitude je la veux drôle et insolente mais j’ai eu plus de mal cette fois-ci devant l’énormité du cirque médiatique de la semaine.

      j’ai beaucoup de vidéos en retard également, non que l’affaire DSK me passionne en elle même, mais la manière avec la quelle elle a été traitée et les infos connexes sont un véritable enseignement.
      Au delà , on retrouve des éléments qui ne font que conforter mon abstention chronique :
      la mise en place d’un candidat qu’on essaie de faire passer comme une aspiration des électeurs, les compromissions des journalistes avec cette mascarade, le fait que DSK et Sarkozy aient les mêmes amis d’affaires hauts placés et soient soutenus par les mêmes groupes, le fric indécent qui circule dans ce milieu, la pseudo alternance qu’on nous aurait vendu en 2012…etc…
      Et puis les postures de la caste. A qui tout a été passé jusqu’ici.

      Tu parles de prises de conscience, je serai moins optimiste. Que nous avait-on pas dit après la première guerre du golfe (promis on arrêtera de se faire avoir ! nous les media, allons renforcer notre déontologie…etc….). Tout ça sera vite oublié et remplacé par l’actualité et les échéances suivantes. Si l’affaire tourne comme je le pressens, DSK restera un très bon candidat pour 2017. n’oublions pas non plus que les Français n’ont jamais délaissé le vote de confiance pour des repris de justice… Alors un type injustement accusé (connaissant son avocat, les chefs d’accusation vont être dégagés jusqu’à ne plus rien représenter), ou embêté pour si peu… pense-tu!

  • Buster

    Excellent, vraiment.
    Mais que l’on est bien ici où l’on prend le temps d’analyser avec suffisamment de distance et de recul.
    Comme vous, pour la suite prévisible : L’enquête de la défense de DSK sur la plaignante ne présage vraiment rien de bon.

    Lapa, il y a 2 liens qui ne marchent pas sur EuroRSCG / Ramzi / Lagardère :
    de nombreuses reprises depuis des années.
    et homme d’affaires

    • Lapa

      le premier lien c’est celui-ci:

      affaire de 2008

      homme d’affaire, ça marche chez moi je mets en direct:

      ICI je copie colle:

      Un article sur l’homme d’affaires Alexandre Djouhri censuré à Paris Match, selon Le Monde

      (AFP) – 26 avr. 2011

      PARIS — Un article consacré à l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, rédigé par deux journalistes de la rédaction de Paris Match, a été censuré par la direction du groupe Lagardère, propriétaire de l’hebdomadaire, affirme Le Monde dans son édition datée de mercredi.

      Contactée par l’AFP, la direction de Paris Match n’a pas souhaité réagir.

      Selon le quotidien, les journalistes ont voulu évoquer un ouvrage que rédige actuellement l’enquêteur Pierre Péan et qui est consacré à Alexandre Djouhri.

      Le Monde décrit ce dernier comme « un des hommes influents du moment », fort, notamment, de ses relations avec Serge Dassault, Arnaud Largardère, Dominique Strauss-Kahn, Claude Guéant, Dominique de Villepin ou Henri Proglio, le patron d’EDF.

      Selon le quotidien, les deux journalistes de Paris Match ont sollicité certaines des relations de l’hommes d’affaires avec des questions précises.

      Mais, assure Le Monde, « les réponses ne sont jamais arrivées. En vingt-quatre heures, leur article a été purement et simplement annulé. En guise d’explication, il leur a été dit que Ramzi Khiroun (…), conseiller de Dominique Strauss-Kahn, mais aussi porte-parole d’Arnaud Lagardère, (…) était intervenu pour empêcher la publication de l’article ».

      autres liens:

      entrefilet à Libé du 26 Avril 2011

      Bien plus complet dans le Monde

  • D. Furtif

    C’est donné en lien et je le trouve tellement bon que je le répète

    A force d’absoudre le patron du Fonds monétaire international (FMI), la presse française a précipité sa chute. Pour avoir voulu fabriquer une icône, les communicants de Strauss-Kahn ont oublié qu’ils avaient affaire à un homme, avec ses fragilités.

    Plus prompts aujourd’hui à s’auto-justifier qu’à enquêter, hier, sur les frasques du grand homme, les journalistes français se sont absous d’emblée. Et avec quelle vigueur. Pas question, entend-on, de s’ériger en procureurs ou en moralistes. Résistons à cette nouvelle vague de puritanisme ! Diable !

    C’est ici

  • maxim

    très bon article vraiment ..

    voyez vous ….cette affaire conforte bien le fait que nous vivons dans une société hiérarchisée,ça ce n’est pas nouveau,mais de la part des politique,et des journalistes sensé nous transmettre des informations de façon neutres, on se rend compte du fossé qui sépare nos  » élites  » de la majorité de la population ….

    ce mépris vis à vis du citoyen lambda et ces castes qui prédominent dans le monde bien étanche de nos dirigeants politiques !

    on victimise un type présenté comme un personnage supérieur,l’homme de toutes les situations et pressenti comme un futur chef d’état ,et l’on s’offusque de le voir exposé à la vue de tous dans la position inconfortable d’un triste sire qui a voulu  » bousculer  » une employée ,et que l’on emmène comme un malfrat menotté et encadré par les flics !

    eh bien oui,Messieurs et Mesdames les Politiques ,oui Messieurs et Mesdames les journalistes, ailleurs que dans notre beau pays où l’on  » trousse la Soubrette  » et qu’il  » n’y a pas mort d’homme pour ça !  » ailleurs on ne plaisante pas avec ces choses là !

    la  » Soubrette  » est un être humain,une femme qui a eu la malencontreuse idée,presque l’outrecuidance d’entrer dans la chambre de sa Seigneurie DSK ,sans savoir qu’il fallait payer de sa personne pour soulager les glandes hypertrophiées de cet important personnage ! tout juste si ce n’était pas inclus dans le prix de la suite ! 3000$ la nuit, bigre ! il y a un bon de saillie compris dans le forfait !

    et bien ce respectable Monsieur,on est venu le chercher dans l’avion,et menotté comme un vulgaire voleur de mobylettes ,parce que malgré son rang social,il ne vaut pas mieux ..

    alors ces cris d’orfraies,ces  » au scandale  » ces soi disant complots,ces larmes de crocodiles que l’on nous assène tous les jours à toutes les sauces ,basta ,ça suffit,et pas la peine de nous apitoyer sur le sort d’un Monsieur qui aimait un peu trop les femmes ( si l’on peut appeler ça aimer ) il lui faudra rendre des comptes à la justice comme ce voleur de mobylettes qui tout compte fait est plus respectable que bien des gens,vous savez,ceux qui nous font la leçon,comment on doit penser,ce qu’on doit dire ..etc !

  • COLRE

    Ça y est, je deviens parano maintenant… Faut dire, je guette depuis le premier jour un récit (enfin !) de la version de DSK sur ce qui s’est passé, et rien ne venait.
    J’ai toujours trouvé ça plus que louche.

    Puis, j’ai été frappée de la formulation très soft et peu explicite de sa lettre de démission au FMI. Juste une phrase au milieu (avant qu’il n’évoque à la fin son innocence) :

    « À tous, je veux dire que je réfute avec la plus extrême fermeté tout ce qui m’est reproché. »

    Tout ce qui m’est reproché : c’est d’un flou pour un sur-doué entouré des meilleurs cerveaux de la planète…

    Mettons.
    Mais ce qui est intéressant, c’est comment est reprise cette phrase, pourtant écrite noir sur blanc, en Français, et curieusement transformée par la plupart des journaux.


    « À tous, je tiens à rappeler que je rejette de la façon la plus catégorique toutes les accusations dont je suis l’objet. » (RMC qui dit qu’il « clame son innocence »… ce qui est faux)

    « A tous, je souhaite dire que je démens avec la plus grande fermeté toutes les allégations portées à mon encontre » (Europe 1, qui dit aussi qu’il « dément avec force les accusations qui pèsent sur lui »… ce qui est faux également).

    Exactement la même phrase inexacte pour Le Monde, mais son intro est encore plus fausse que les autres : « il a affirmé dans une lettre au conseil d’administration être innocent des faits d’agression sexuelle pour lesquels il est incarcéré.. »

    « Je tiens à dire que je nie avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations qui ont été faites contre moi » (France soir, qui dit qu’ « il nie fermement les accusations de tentative de viol qui pèsent sur lui » ce qui est encore plus faux…)

    Même phrase (inexacte) pour 20 mn, qui l’introduit aussi par un « il clame son innocence »
    Quasi même phrase pour le Nouvel Obs, et toujours aussi inexacte, et il y « clame toujours son innocence »…
    etc ?

    Le plus drôle, c’est le Point.fr qui met les 2 en vis-à-vis : le fac similé de la vraie lettre avec la vraie phrase… et la phrase ré-écrite et différente juste à côté…


    Ce qui est amusant, c’est que, bien évidemment les journaux se recopient les uns sur les autres, mais que toutes ces corrections apportées à la vraie phrase vont dans le même sens, consistant à donner plus de poids et de sincérité à une trop molle déclaration d’innocence… Comme si tout le monde avait réalisé que c’était bien léger comme dénégation…

    Protection consciente/inconsciente des médias pour DSK ou manipulation/intervention de sa brillante et omniprésente équipe de com. ?

    • Colre, n’oublie pas que DSK est avocat lui-même.
      On est en droit de se demander s’il conseille ses avocats ou si ses avocats le conseillent.
      Les enfants, pour se justifier, s’abritent toujours derrière une autorité, tout comme tous les manipulateurs : c’est papa qui a dit que, mon psy a dit, mon avocat pense que, je dois en discuter avec ma femme, etc.

      Tout ce que déclarent les avocats est stratégique. Rien n’est laissé au hasard. Chaque mot est pesé.
      Et la presse va au-delà des déclarations des avocats de DSK pour servir les intérêts de leur étalon.

      A propos d’étalon, ya un truc assez rigolo : les Américains voyaient d’un oeil noir le remplacement au FMI de l’étalon dollar par l’étalon euro.
      toujours des histoires de cul;-)

  • Léon

    Bien vu Colre. Dans le même genre les propos de l’avocat de DSK au journal Haretz ont été déformés . IL n’a pas dit que DSK « serait acquitté » mais « si son client bénéficiait d’un procès équitable, il serait acquitté ». ce qui n’est pas tout à fait la même chose…

  • maxim

    il y a surtout une bande de fouilles-merde grassement payés par la défense de DSK qui vont éplucher la vie de la victime pour en faire une coupable,en utilisant n’importe quel prétexte pour la faire passer comme menteuse ou dissimulatrice ou que sais-je encore !

    quand on a du fric,finalement on arrive à s’en sortir , » selon que vous serez puissant ou misérable …etc…. »

    • COLRE

      Maxim, oui, sans doute, mais la question n’est pas du tout de savoir si DSK est coupable réellement ou non (à la limite, on s’en fout car on n’en sait rien, attendons que la justice avance).

      Non, la question est ailleurs. Il s’agit des médias et de leurs grandes mises en scène travesties de qui ils veulent pousser ou pas, dans notre dos, du discrédit de toute la classe médiatique et en partie politique, et d’un risque énorme que cette racaille irresponsable fait peser sur la démocratie.

  • COLRE

    Merci de confirmer, Léon, car j’avais noté aussi, hier, aux infos, que ça ne collait pas, mais je n’ai pas eu le tps de vérifier.

    Les médias sont DSKhannisés jusqu’à l’os ! qui nous réservent-il désormais dans leur musette ?… J’avoue être très choquée par l’attitude de Marianne. J’ai lu Off, et je trouvais que ce livre éclairait déjà terriblement bien comment l’ensemble des médias avaient été fascinés et manoeuvrés par Sarko, depuis l’époque Neuilly et comment la présidentielle a été complètement biaisée.

    Je trouve ces comportement totalement irresponsables et gravissimes. Le plus étonnant, est qu’ils n’ont pas l’air de s’en rendre compte…
    Tout cela aura de bien imprévisibles conséquences, mais qui ne sont de toutes façons pas réjouissantes.

  • Buster

    Un point auquel je n’avais pas encore pensé, c’est à la fin d’un article de Koz : Nicolas Sarkozy, pasteur méthodiste.

    Je vous le copie :
    Et Nicolas Sarkozy n’a pas fini de jouir de ses habits neufs de pasteur méthodiste : l’affaire DSK est une épine dans le pied dont le PS ne sera pas débarrassé de si tôt.

    « Le mieux pour le PS serait peut-être encore que DSK plaide coupable, et que cette affaire soit oubliée le plus vite possible, ce qui ne devrait pas arriver. Sauf surprise, DSK plaidera non coupable le 6 juin prochain. Un procès sera organisé, qui pourrait se tenir dans quelques mois, en pleine campagne présidentielle. Et s’enclenchera le système judiciaire américain. Comme si l’on ne suivait pas déjà assez de séries, on nous a ré-expliqué que le rôle de la défense sera notamment de détruire la réputation de la victime présumée.

    Imaginez le tableau : durant plusieurs jours, les JT s’ouvriront sur ce procès durant lequel un socialiste, ancien candidat implicite de son parti, s’appliquera à détruire l’honneur de celle qui est femme, immigrée, noire, pauvre, femme de chambre, musulmane, pieuse, allant régulièrement « prier au rez-de-chaussée de la mosquée, dans la salle réservée aux femmes », réfugiée politique… et venant d’un pays particulièrement touché par la pratique du viol, systématisée par le pouvoir en place. Avec DSK, le PS a tiré le gros lot.

    Assurément, en regard, Nicolas Sarkozy passerait presque pour un pasteur méthodiste. »

    Effectivement, le procès, pendant la campagne…
    Comme dit l’entourage de Sarko : Cette histoire c’est bien la preuve que Dieu existe !

  • Léon

    Vouaye, mais s’il a en face de lui Martine Aubry, de ce côté là, il ne fera pas le poids…

  • Excellent article, Lapa mais permettez moi de rectifier une erreur et combler une ommission :

    Les prostituées du groupe Karin Davis ne demande pas €1 200/Heure mais pour deux heures.
    Stéphane Guillon avait fait en 2 009 un excellent profilage de DSK qui lui a valu son licenciement :
    http://laconnectrice.wordpress.com/2011/05/23/stephane-guillon-avait-profile-dsk-en-2009/
    Il prédisait tout ce qui arrive aujourd’hui.
    J’ai complété avec une vidéo de Strauss-Kahn disant que Guillon est « méchant » et une autre où Naulleau prend la défense de Guillon et Calvi celle de DSK.

    Léon, les illustrations mettent parfaitement en valeur le ton incisif et ironique de Lapa.

    • Lapa

      merci de ces rectifications tarifaires bienvenues.

      Pour Guillon je ne sais plus qui avait dit « il a été viré non pas parce qu’il a critiqué l’actuel président de la république mais parce qu’il s’est moqué du prochain » mais il avait raison.

  • La femme de chambre est désormais victime car sa vie est détruite, elle doit se cacher, elle craint pour sa vie et celle de sa fille. Elle se demande de quoi l’avenir sera fait.
    Par contre, elle est présumée violée.

    • Lapa

      je n’ai malheureusement pas eu le temps de disserter sur les pincettes sémantiques amusantes des media avec l’apposition de supposé et présumé à chaque mot

      DSK accusé présumé d’une tentative de viol supposée. la victime , puis victime présumée…etc…

      il est vrai que contrairement à une enquête habituelle (pour meurtre ou vol…), la plainte n’est pas contre X mais bien contre une personne. Ce qui revenait à dire qu’en présumant l’innocence de DSK il fallait également présumer de la sincérité de la femme de chambre … dur pour nos media qui n’ont tout simplement pas utilisé le vocabulaire existant et parfaitement valable:
      il y a un accusé: DSK
      il y a une plaignante: la femme de chambre.
      il y a une plainte: les actes d’accusation ont été mentionnés.

      trop simple pour eux.. il a fallu qu’ils parlent d’une victime d’un truc supposé par quelqu’un de présumé.

      • COLRE

        Absolument, Lapa, bonne mise au point.
        Mais il y a tant à dire, impossible de tout traiter, il y a de quoi écrire plusieurs livres : cette affaire traverse vraiment des domaines apparemment disjoints, alors que tout se tient.

        Et comme les langues et les neurones se délient (enfin !) sous le coup de l’émotion et de la stupeur, on découvre soudain l’importance du vocabulaire choisi. Or, la langue est bel et bien le vecteur privilégié de tous les assujettissements, car l’idéologie est propagée de façon inconsciente et s’incruste ensuite comme une « évidence ».

        Toutes les féministes savent cela, que le lexique et la grammaire, éminemment sexistes, sont les armes royales de la discrimination patriarcale. Il n’y a qu’à voir comment un truc aussi naturel que la féminisation des noms de métier (de pouvoir, bien sûr, pas des « femmes » de ménage…) remue le ban et l’arrière-ban de toute la gent réactionnaire !
        Ils prétendent que c’est secondaire, dérisoire et sans intérêt, qu’il y a tellement mieux à faire, etc… mais ils perdent un temps fou à se battre comme des malades, pied à pied, contre la moindre perspective de changement !

        Évidemment, puisqu’on est, là, en réalité, au coeur du Pouvoir…

  • Lapa, oui j’ai lu le billet de Master Eolas qui est celui d’un juriste.
    On ne peut pas demander à tout le monde de parler juriste.
    par contre, le sens commun sait très bien ce que veut dire « présumé ».

    Quant aux journalistes, ils devraient employer les termes justes et se former chez maître Eolas mais ça n’est pas leur intérêt. Pour pisser de la copie, mieux vaut ne pas se poser trop de questions, sinon on perd du temps….L’ignorance permet de vivre tranquille.