« Des cendres en heritage », l’histoire de la CIA

Lectures :3387
Grâce à mon ami Ashkaes qui me l’a prêté et chaudement recommandé, j’ai pu lire cet été le  best-seller de Tim Weiner, ce journaliste américain lauréat du prix Pulitzer, «  Des cendres en héritage » qui raconte  l’histoire de la CIA (ed du Fallois, 2007)
La « vraie histoire », serais-je tenté de dire, pas certaines bêtises que l’on peut lire sur certains blogs-citoyens sous la plume de certains auteurs d’une certaine gauche (très incertaine, celle-ci pour le coup).

La faillite de la CIA


Autant le dire d’emblée, ce livre est sidérant tant il démontre la nullité quasi-absolue de cette centrale, ce qu’une habile propagande a toutefois réussi à dissimuler aussi bien aux Américains eux-mêmes qu’au reste du monde, jusqu’à bâtir une légende totalement usurpée d’organisme omnipotent.
Pour une poignée de « réussites » comme son travail auprès de L.B. Johnson et Mac Namarra au moment de la guerre du Vietnam ou lorsque l’URSS s’écroulait, l’activité de la CIA n’est qu’une longue litanie d’échecs, d’agents démasqués et exécutés, de coups foireux ( parmi des dizaines d’autres, j’ai relevé le projet de détourner le Nil pour faire plier Nasser…), d’actions stupides, d’intoxications dont elle a été victime, de soutiens aux pires dictatures qui prétendaient lutter contre le communisme et qui se sont ensuite parfois cruellement retournées contre les USA (le meilleure exemple étant évidemment l’armement des résistants Afghans contre les Soviétiques…).
Le bilan de ce livre très épais, reposant presque exclusivement sur le dépouillement de documents internes à la CIA, est terrifiant pour l’agence.  Selon les propres mots de l’auteur :
«  Pendant soixante ans, des dizaines de milliers d’agents du service d’action clandestine n’auront finalement réussi – et c’est là le plus grand secret de ce service secret- à ne recueillir que de simples bribes de renseignements importants ».
La CIA n’a su prévoir ni l’invasion du Koweit par S. Hussein, ni la chute du Shah d’Iran et l’instauration de la République islamique, ni la chute du mur de Berlin, ni les attentats du 11 septembre, ni aucun des autres attentats d’Al Quaida ; elle s’est lourdement trompée sur les armes de destruction massives du régime Irakien etc, etc… Les seuls renseignements importants dont elle a bénéficié ont été achetés, principalement aux Israéliens et aux Anglais qui leur ont vendu ce qu’ils ont bien voulu…

Comment essayer de l’expliquer ?

L’auteur constate, mais a du mal, semble-t-il, à expliquer cette anomalie.
Certes, il indique qu’une démocratie a des difficultés à gérer des services secrets qui sont, par nature, contradictoires avec ses fondements :
« Comment gérer un service secret dans une démocratie ouverte ? Comment servir la vérité en mentant ? Comment répandre la démocratie par la tromperie permanente ? », se demande-t-il.
Pourtant, d’autres démocraties ont eu et ont toujours des services secrets efficaces. C’est donc qu’il lui manque une partie de l’explication.
Dans son dernier chapitre, pourtant il est près, me semble-t-il, de la trouver. Il indique que la CIA est dans un tel état de décrépitude que ce sont des organismes privés de renseignement et d’action qui sont en train de se substituer à elle, notamment en Irak et en Afghanistan. Le budget des Total Intelligence Solution et autres Blackwater est devenu, dans les années 2000, équivalent à celui du renseignement gouvernemental (50 milliards de $ environ) et, attirant les meilleurs éléments de la CIA par des salaires élevés, ces officines la vident encore plus de sa substance.
  • On peut observer, en effet,  que le « patriotisme américain » dont on nous rebat les oreilles est peut-être bien une coquille vide  et les démonstrations à coup d’hymnes, de main sur le cœur et d’hommages au drapeau sont d’autant plus appuyées qu’elle sont destinées à masquer cette réalité. Il suffit pour s’en convaincre, de voir les difficultés qu’a l’armée américaine à recruter. On ne trouve tout simplement plus personne prêt à mourir pour les USA et il est nécessaire de substituer à la motivation patriotique de plus en plus d’avantages matériels comme le salaire ou l’acquisition de la nationalité américaine pour les étrangers. Et la situation est pire pour les services secrets, encore plus difficiles et dangereux…
  • Comment peut-on également recruter, pour en faire des agents, des jeunes ayant la culture historique, linguistique nécessaire dans un pays où l’écolier de base de l’enseignement secondaire est en général incapable de situer sur une carte le continent africain ?
  • Comment donner envie de travailler dans une administration toujours suspecte, dans ce pays de tradition anti-étatiste, de spolier le contribuable de l’argent dont elle a besoin pour fonctionner ?
JC Michéa faisait remarquer à quel point le libéralisme creusait sa propre tombe en n’ayant de cesse de vouloir détruire des modèles anthropologiques totalement étrangers à sa vision utilitariste du monde, mais sans lesquels il ne pourrait fonctionner : l’ouvrier consciencieux, le fonctionnaire intègre, l’enseignant dévoué. A cette liste, il faut probablement ajouter le soldat patriote et héroïque…

La fin de théories du complot…

Bien des « bizarreries », comme le déclenchement de la guerre en Irak ou le désarroi du système de défense américain lors du 11 septembre s’expliquent ainsi par la faiblesse quasi-ontologique de l’administration américaine dans ces domaines.
Ne nous y trompons pas, « les armes de destruction massives » ne sont pas une fiction machiavélique inventée par les Américains pour trouver un prétexte à envahir l’Irak, mais bien, selon l’auteur, le résultat d’informations totalement erronées fournies par la CIA, ce qui est beaucoup, beaucoup moins glorieux… Remarquons, au passage, que la CIA a tout intérêt à laisser dire et laisser croire qu’il s’agit d’un mensonge délibéré, d’une manœuvre et d’un complot !
Mais d’après l’enquête serrée de l’auteur, la CIA a donné cette information sur les « armes de destruction massives » irakiennes comme certaine sur la base des éléments suivants :
  • Pour les armes bactériologiques, le témoignage d’un seul agent considéré par la CIA elle-même comme « peu fiable »…
  • Pour les armes chimiques, une mauvaise interprétation de photos-satellite de camions-citernes.
  • Pour les armes nucléaires, essentiellement l’acquisition par le régime irakien de tubes d’aluminium à utilisation parfaitement conventionnelle et accessoirement l’intox d’opposants irakiens en exil désireux de précipiter les USA dans une guerre contre le dictateur de Bagdad.
Je recommande chaudement la lecture de ce livre qui nous fait parcourir 60 ans d’Histoire contemporaine tout à fait passionnante, de la Corée à l’Afghanistan en passant par le Chili, Cuba, le Nicaragua, le Vietnam et l’URSS…

50 comments to « Des cendres en heritage », l’histoire de la CIA

  • Ph. Renève

    Très étonnant. Mais après tout, l’inefficacité n’est-elle pas inévitable dans de telles énormes structures, publiques ou privées ? La dilution des responsabilités, l’atomisation des tâches et des rôles ne peut guère provoquer autre chose.

    Il y a sans doute une limite de taille aux organisations humaines dans une activité donnée, sauf à développer autant de moyens relationnels, hiérarchiques et de contrôle que de moyens de production !

  • D. Furtif

    Cela colle parfaitement avec ce qu’explique le très talentueux et perspicace Jean-Philippe Immarigeon sur son site http://americanparano.blog.fr/
    Monsieur Léon je trouve assez déloyal de porter un tel coup à ceux qui croient par dessus tout à la toute puissance et à l’omniscience des chefs du « Nouvel Ordre mondial ». En effet les accuser de tous les maux existants , passés et à venir, n’est, pour les complotistes de tout poil, qu’un moyen détourné de leur faire révérence, de frissonner de transe craintive et de se croire un peu baignés par la lumière du grand Complotiste en chef.Avoir compris les plans du chef , n’est-ce pas participer de son intelligence, et se hisser en rêve au dessus de la vile masse qui ne comprend rien.

    Vous les privez ici un peu plus de leur masque mais surtout de leurs fantasmes.C’est une de vos manies.

  • ranta

    C’est que dans CIA ils auraient largement pu faire l’économie du I.

  • Tall

    Je serais de la CIA, j’aurais sponsorisé ce bouquin, tiens.

    Message subliminal : ne vous inquiétez pas, braves gens, nous sommes des gros nuls. :mrgreen:

    A ce propos, j’aime beaucoup l’histoire des 2 jeunes qui auraient créé Google en commençant par bricoler des pc dans leur garage ( ou un truc dans le genre ). C’est très mimi. 🙄

  • Dans la même veine, il y a aussi l’enquête sur La nébuleuse des services secrets étasuniens (ce lien ne donne que la 1ère partie et l’ensemble sur Courrier International n’est malheureusement accessible qu’aux abonnés de l’édition web, mais voici le lien l’article en angliche du Washington Post).

    Les services secrets étaient déjà d’une profonde incompétence avant le 11/09/2001. Ils sont devenus ensuite encore pire avec la privatisation du Renseignement : une grande réussite de l’ultralibéralisme ripou de l’ère Bush ! Les complotistes 11/09 sont vraiment des crétins : pas besoin de théorie du complot, la bureaucratie, l’incompétence et la connerie qui submerge les services de renseignement US suffisent largement à expliquer ce qui s’est passé… même si la version officielle comporte de nombreuses zones d’ombre qui en rendent certaines conclusions peu crédibles, dont certaines servent quasi certainement à masquer ces ubuesques incompétences d’ignares bureaucrates en vertu de l’adage acronymique bien connu à la CIA : Cover Your Ass !

    Et ce qui est terrible, c’est qu’après le 11/09 et la vaste entreprise de privatisation du renseignement qui lui a succédé, les failles de sécurité sont devenues encore plus béantes…

  • Causette

    oulala! j’imagine la tête de l’imam de tourcoing ; il va essayé d’intervenir, c’est plus fort que lui :mrgreen:

    bonjour Léon, je ne connais pas ce bouquin, mais j’ai pu lire d’autres auteurs américains sur ce sujet, donc il faut essayer de recouper tous ces informations. Le livre de William Blum, ancien fonctionnaire du département d’Etat, était particulièrement intéressant, son titre : l’Etat voyou édité en France en 2002.
    Mais avant tout, je recommande la lecture des ouvrages de Howard Zinn, pour connaître et comprendre l’Histoire des Etats-Unis.

    petit rappel : La Cia fut créée en 1947 : elle était autorisée à « remplir des fonctions et missions que le CSN (conseil de sécurité national) pouvait parfois lui assigner » ; l’une de ses premières missions se passe en Italie, lors des élections de 1948, pour s’assurer que les Italiens voteraient les candidats qui avaient la faveur de Washington ; on fait savoir que l’aide alimentaire serait suspendue si le résultat des élections n’était pas conforme à leurs souhaits. (voir opération Gladio)
    Des opérations du même type furent créées en Belgique, France, Allemagne (un complot contre de Gaulle aurait été envisagé).

    En ce qui concerne les attentats du 11/09, au début de la polémique sur de possibles complots, j’ai eu la curiosité d’aller sur le site reopen, c’est la foirefouille. Mais j’ai toujours pensé à des « mésententes » entre les différents services américains ; il me semble que des services secrets extérieurs les auraient prévenus de possibles attentats sur leur sol, mais qu’ils n’en ont pas tenu compte, se croyant toujours plus forts que les autres. (est-ce mentionné dans ce livre?)

    • Léon

      Causette, je n’ai plus le livre sous la main, mais je crois effectivement me souvenir de quelque chose comme ça.( Concernant le 11/09)

  • maxim

    l’ancêtre de la CIA ,c’était l’OSS ..

    les Américains avaient envisagé une fois la victoire assurée de faire de la France un état US avancé sur la pointe Ouest du continent Eurasien …ouvertures sur l’Océan Atlantique,sur la Méditerranée,frontières montagneuses Alpes et Pyrénées et ouverture vers les pays de l’Est …

    tout était étudié,l’administration totale du pays sous toutes les structures ,autant administratives que politiques que financières.

    mais De Gaulle avait pigé la manoeuvre dès le début et s’y est totalement opposé,les Américains auraient préférés que ce soit le Général Giraud tout acquis à leur cause qui devienne le chef de la France Libre ,Churchill qui n’aimait pourtant pas De Gaulle mais qui lui reconnaissait sa légitimité a intercédé en sa faveur …

    bien entendu,les Américains ayant débarqués à Alger en 1942,alors qu’il y avait déjà les prémices d’un nationalisme Algérien ,l’OSS s’est vite empressé de mettre de l’huile sur le feu et d’aider ces mouvements naissants à se mettre en place en vue d’une révolution future .

    alors oui,c’est exact que les services secrets Américains se sont toujours ingéniés à emmerder De Gaulle …par la suite il y a eu des bruits comme quoi Mai 68 aurait été l’oeuvre de la CIA ….

    mais ça reste à être démontré …..

  • Lapa

    Il est possible que la théorie du complot soit liée à cette désespérance de la médiocrité: imaginer que tout peut être planifié, partout sur le globe, avec des organisations puissantes et unifiées autour d’un seul objectif commun et qui gèrent le destin de tous. Loin des querelles de personnes, des amputations de budgets, des amateurismes patents et des décisions prises à la va-vite…

  • hks

    cher Leon
    ( passage rapide )je vais me pencher quelques temps sur le « don »,
    pas celui des cosaques . Je t’en donnerai des nouvelles après étude ce qui peut demander un certain temps .

    Sur la CIA ( évidemment j’ai trouvé le livre très intéressant), Le problème actuel réside(comme tu le dis très bien ) dans le développement des officines privées de renseignement ( parallèlement au développement des officine privées d’ action militaire ). On sous -traite le renseignement comme le militaire .
    Paradoxalement un organisme d Etat comme la CIA semble beaucoup moins dangereux pour la démocratie ( car toujours plus ou moins contrôlable) que ces groupes privés faisant commerce du renseignement.

    Ne pas omettre de dire que l’auteur (citoyen américain )souhaite une CIA efficace , contrôlée et respectueuse des lois .

    Mais en tant que quoi ?
    S’il ressort de la lecture que la CIA fut fondamentalement duelle :
    1) organe actif armé de déstabilisation ,illégalement ,parfois efficace
    2) organe de renseignement , assez déplorable et parfois ,de plus ,illégal.
    n’ y a t-il pas totale contradiction entre l’exigence démocratique d’ information publique et l’ existence d une armée de l’ombre telle qu’elle le fut et probablement le reste ?
    La collecte du renseignement et le secret l’ entourant c’est une chose .L ‘intervention secrète d’une armée de l’ombre agissant bien au delà du cercle de l’espionnage ennemi c’est autre chose . Cette collusion n’est pas acceptable . On a vu le tollé ,le scandale soulevé en France autour du Rainbow warrior .

    hks(hokousai)

  • Toc Toc, personne au bar ?

    PJCA

  • Waldgänger

    Un plaisir de voir un bon article sur la CIA, évidemment, on ne peut s’empêcher de penser à des prédécesseurs. :-))
    En tout cas, j’ai trouvé que l’article était un compte-rendu excellent et très clair.

  • Tall

    Salut Léon
    Suite à notre converse d’hier, j’ai été rechercher sur le web un doc officiel de la « plomberie » française. C’est un pdf de 100 pages assez fascinant qui montre le niveau d’analyse géostratégique très professionnel de ces gens-là. Tu y trouveras en p49 un nom connu d’ailleurs.
    Alors sachant que les ricains ne sont certainement pas en retard sur les français, tu comprendras mieux mon scepticisme sur l’idée que la CIA serait une bande de nases. Et c’est de ce doc que me vient aussi, par analogie, mon soupçon sur la non-indépendance de google.
    Bonne lecture.

  • Léon

    Pas le temps de lire un truc pareil aujourd’hui. Concernent la « bande de nazes » de la CIA, n’exagérons pas. Disons juste que, selon l’auteur qui s’appuie sur une documentation énorme, effectivement, le service est très faible dans le domaine du renseignement pur, et il est tout à fait crédible que des pays beaucoup plus petits et moins riches soient dans ce domaine plus performants. Le Mossad est célèbre pour ça, l’IS aussi et les renseignements français sont considérés comme assez bons. Pour Google, je n’en sais rien et l’auteur n’en parle pas.

    • Tall

      il est tout à fait crédible que des pays beaucoup plus petits et moins riches soient dans ce domaine plus performants

      oui, mais ça dépend sur quel sujet, c’est du cas par cas, car la qualité de l’info-source dépend souvent de gens sur le terrain qui sont alors des « traîtres » pour les infos les + confidentielles

      je te suggère en tout cas de garder ce lien pour le lire un de ces jours à ton aise, car c’est de la vraie plomberie, ça … et ça situe le niveau pour certaines choses, dont le web justement.

    • Tall

      tiens, l’auteur du bouquin a-t’il parlé de ceci ?
      et ça n’est qu’une pièce du puzzle …

  • hks

    à Tall

    De gens sur le terrain c’est à dire d’agents ( infiltrés ), c’est ce qui a justement manqué cruellement à la CIA. VOus pouvez avoir une station de 50 fonctionnaires américains(officiers traitant ) sur le terrain s’ ils n’ont aucun contact avec des agents espions ( traitres )les 50 fonctionnaires sont inefficaces au niveau du renseignements ( autre que ce que tout touriste peut rapporter sans risque et sans frais ).

    Le livre cité montre que la CIA fut inefficace( pour le renseignement ) et ce jusqu’à l’invasion de l’ Irak. Une bande de nazes ,ce n’est pas trop dire .
    Maintenant sur l ‘état actuel de ses possibilités , le débat reste ouvert .

    • Tall

      hks

      J’ai eu, en des temps lointains, un contact indirect avec une opération secrète. Opération qui n’a plus rien de secret depuis que feu Bob Denard en a parlé dans son livre « Corsaire de la République ». Ex-secret donc, d’autant que l’ex-URSS qui fut la première flouée dans l’affaire a compris très vite d’où le coup était venu…. mais c’était trop tard.

      Donc, moi j’ai eu connaissance pendant de longues années, des vrais commanditaires d’un coup d’état, et sur lequels les médias et l’opinion publique ne savaient absolument RIEN !

      Et ça c’est un élément typique des actions du Renseignement : c’est que quand ça réussit, on n’en sait rien ! Par contre, quand ça échoue, là, il arrive que ça se sache. Et donc, les gens qui vendent des bouquins là-dessus, même très bien documentés, ignorent en fait les 9/10e de ce qui se passe.
      Et donc, généraliser la connaissance de certains échecs pour parler d’inefficacité + / – systémique, ça n’est pas crédible à mes yeux.
      Mais que ce genre de bouquin puisse bien se vendre, ça je veux bien le croire. Et ça n’est pas inintéressant, mais on ne peut pas se faire une idée globale à partir de ça. Certainement pas.

  • hks

    mais on ne peut pas se faire une idée globale à partir de ça
    Exactement si . C’est une idée de détail qu’ on ne peux se faire .Ce genre de livre couvrant l’ entièreté de la période ne rentre pas dans le détail pour autant qu’entrer dans le détail soit in fine possible en histoire .

    En première approche ce livre est plus intéressant que celui par exemple de Robert Baer( plus détaillé )J’ ose dire qu ‘on ne comprend bien le second que si on a lu le premier .
    Et pourquoi donc ce genre de livre ne serait-il pas informatif donc utile ? On peut estimer que la plupart des officiers traitant lisant un texte fondé sur des documents déclassifiés ont pu penser qu’ils étaient( en activité ) dans la plus profonde ignorance de l’incurie générale de l’organisation qu’ ils servaient .

    J’ajoute que par définition un officier traitant d’une organisation de renseignements n ‘en sait pas plus que ce qui tourne autour de ses propres affaires , secret et prudence du système oblige .

    http://www.monde-diplomatique.fr/2009/10/LEMOINE/18282
    on peut conseiller également les livre de J Prados et de Catherine Durandin ( la CIA en guerre ).

  • Tall

    La réalité actuelle des services de renseignements est inconnue du quidam à + de 90% de par la nature même de leur job. Car quand on apprend un truc, c’est qu’ils ont loupé leur coup. Par contre, quand ils le réussissent, on n’en sait rien.
    Et donc, tout bouquin expliquant la « faillite » du renseignement ne pourra être contredit par des éléments probants.
    Car ces éléments probants sont tous classés « secret défense », et violer ce secret peut coûter très cher.

  • COLRE

    J’arrive en retard —> pas mal de lecture sur le site en retard… mais, tant pis, j’cause quand même 🙂
    Léon, je trouve votre compte-rendu très utile et j’y crois d’autant plus que c’est ce que je pense depuis très longtemps…
    J’ai retrouvé une vieille citation d’il y a plus de 3 ans sur AV, à propos du 911 où je disais :
    « C’est aussi pour cela que je m’élève contre tous les complotistes, car pour mener à son terme un complot complexe et difficile, il faut une sacrée machine intellectuelle et beaucoup d’anticipation. Or, même les pays ne sont pas vraiment capables de cela, juste des petits trucs minables, sans envergure, et à court terme. Les services secrets font des petits coups, des petits assassinats par exemple ou des opérations bien simplistes, avec qques personnes, sinon, ça foire ! »

    Bon… d’accord, j’y allais un eu fort et je n’évoquais que les « actions violentes », pas le renseignement banal.
    Il fut un temps où je m’intéressais un peu à tout ça et j’avais lu pas mal de trucs, car, ce qui m’étonnait, c’est le nombre incroyables de ratés, pour ne pas dire de ratages phénoménaux, que l’on trouve dans le monde du service secret. Il y a mille raisons à cela, où l’énorme faiblesse administrative de la gestion de l’info côtoie les failles consubstantives d’un « métier » du secret, qui oblige a contrario à sectionner les communications entre services et entre personnes.

    Comme dit je ne sais qui sur le fil, il faut de petites unités pour que ça marche bien (comme le Mossad à un moment) ou certains services internes, à l’intérieur de la grosse machine, qui, un moment, fonctionnent, avant que ça ne se dérègle.

    Je ne comprends pas la réaction de TAll.

    1/ il dit : « je serais la CIA, j’aurais sponsorisé le bouquin »… ben, je ne vois pas pourquoi… Je ne vois au contraire que des inconvénients pour des personnes (car au final ce sont bien de personnes dont il s’agit) d’avouer leurs fautes, leurs tares et leur incompétence. Si l’on veut être reconnu et avancer (pour les moyens financiers ou autres éléments de carrière), il faut au contraire gonfler ses succès…

    2/ il donne une référence pdf que j’ai regardée en diagonale et qui est justement une confirmation des thèses développées par Léon… On y trouve des déclarations de principe sur ce qu’il « faut » faire et non sur ce qui a été fait… Des y a ka, en qque sorte, et un appel aux entreprises privées et à des principes ultra-libéraux et à une délégation des activités aux PMI/PME…

    Bref… Je comprends ta réaction, Tall, mais à 50%… Je la trouve très « conspirationniste », finalement… ;-)?

  • finael

    Il ne vient à l’idée de personne qu’un service secret, d’espionnage en plus, a tout intérêt à faire étalage de ses échecs et dissimuler ses succès ?

    • ranta

      Si, et c’est comme le diable, pour ceux qui y croit, sa plus grande ruse est de faire croire qu’il n’existe pas.

    • @ Finaël

      Tu as bien entendu raison, c’est élémentaire. D’ailleurs, le plus grand centre d’espionnage du web à l’ouest du Pecos, spécialisé dans la veille des complotistes les plus frappadingues, ne fait en permanence étalage que de ses lamentables échecs pour mieux tromper son monde !

      • ranta

        D’ailleurs,dans le même ordre d’idée je me demande si reopen911 n’a pas fait pas le jeu, à la fois du gouvernement us et de ses différents services (cia, nsa etc…) en masquant leur incurie. Et peut être même pas à son corps défendant.

        • Causette

          et Morice est un agent de la C.. 8) chut ❗

        • @ Ranta

          Pas impossible du tout que les tarés de reopen911 arrange tant la NSA et la CIA que ces deux agences leur aient même filé des coups de mains occultes pour mieux masquer leurs incuries. Un truc idéal, si comme moi on pense que les services secrets US ont voulu comme d’habitude jouer aux petits malins avec les terroristes islamistes en jouant la partition, classique en espionnage, de la corde longue (on laisse une très grande liberté d’action à l’ennemi qu’on surveille en le laissant aller très loin dans ses actions pour mieux le choper au dernier moment avec un max de complices, ce qui permet aussi de prouver que son intention de nuire était réelle), et que celle-ci leur a pété entre leurs pattes d’apprentis-sorciers et boum, le(s) tour(s) est (sont) joué(es) !

        • Ph. Renève

          Ranta,

          « D’ailleurs,dans le même ordre d’idée je me demande si reopen911 n’a pas fait pas le jeu, à la fois du gouvernement us et de ses différents services (cia, nsa etc…) en masquant leur incurie. Et peut être même pas à son corps défendant »

          C’est précisément l’hypothèse que je formulais dans mon blog ici.

          • ranta

            Ah Philippe, sur le coup je suis presque tenté de me la jouer modeste. 8) 8)

            • ranta

              De plus, content que tu sois sortie de l’hosto.

              • Buster

                C’était donc pour un changement de sexe ? 😯

                • ranta

                  Yep, t’as vu à quel point y sont vicieux les ricains : juste pour changer la quequette à vilishow ils ont monté tout ce cirque…..

                  D’après les dernières infos (à confirmer) paraîtrait qu’il a été opéré à coup de termite, et qu’il utilise un nologramme lorsqu’il est dans les toilettes pour messieurs.

                  • Ph. Renève

                    Mais non Ranta, Buster ironise sur ton « content que tu sois sortie de l’hosto ».

                    Pff quel moqueur; il est jaloux !

  • ranta

    j’voulais dire : pour le navocat en chef.

  • D. Furtif

    Il faut quand même rendre hommage au fabuleux travail de ReOpen et à ses lumières Charmord, Kikumachin et Manfred le médaillé de naissance.
    Sans eux et leurs nologramme à l’hyposulfite de nanotruc fabuleuses trouvailles avancées par des théoriciens à l’encéphalogramme calibré , jamais je ne me serais intéressé à cette histoire.

    Merci à la sympathique équipe

    • ranta

      J’avoue que moi aussi, sans eux j’aurais perdu une bonne occasion de me marrer.

    • Causette

      J’espère qu’il n’y aura pas d’interro sur l’Histoire des termites, car j’ai raté quelques cours magistraux 😮 des Glands-Maîtres réopéniens (pour les termites, c’était bien celles de la famille des holotermitidés ?)

      • ranta

        Non Causette, au contraire moins tu en sais, plus tu as l’imagination fertile et mieux se sera du moment que tu brodes autour du complot (essaye d’inventer un nouveau truc, genre les passagers du vol machin ont été téléporté sur Sirius (je dis Sirius mais tu fais comme tu veux).

        Avec ça t’aura au moins un doctorat en complotologie spécialité 911.

        • Causette

          les passagers du vol machin ont été téléporté sur Sirius

          de toute façon ce n’est pas « MACHIN » le nom du vol ? ARRETEZ DE FAIRE LE MALIN ah ah ah vous ne savez RIEN (j’imite qui là) ❓