En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité ? (Kamel Daoud)

Lectures :6458

Cet article d’un certain Kamel Daoud, paru sur Algérie-Focus, présente à nos yeux un intérêt majeur: s’il avait été rédigé par Eric Zemmour, Robert Menard, Elisabeth Levy ou l’un quelconque des soi-disant « amis des néo-fachos » chers au Nouvel Obs, nul doute que son auteur aurait été traîné séance tenante devant les tribunaux par toutes les officines « anti-racistes » qui sévissent en France, que des comités de journalistes ou d’écrivains se seraient constitués pour obtenir contre lui des sanctions, et l’on n’aurait parlé que de cela dans toute la presse pendant des semaines.  Mais là, pas de chance, il s’agit d’un Algérien, de culture musulmane et qui, visiblement, sait de quoi il parle.

César

(N.B. Il y a deux Kamel Daoud connus en Algérie, nous pensons que c’est très probablement celui-ci.)

——————————————————————————————

La semaine politique de Kamel DAOUD

Hirsute, violent, édenté, sale, yeux exorbités, rageur, ongles courbés, intolérant, affamé, cannibale et impossible à fréquenter. C’est le portrait imposé de « l’arabe », alias le musulman de souche, de l’Océan à l’Océan. De quoi vous donner envie de préciser l’essentiel de l’avenir : je suis algérien et pas arabe. Je suis humain et j’ai le choix d’être musulman ou pas. A ma manière, discrètement, entre moi et le ciel, Dieu et le murmure.

Car pour le reste, je n’en veux plus ! Je ne veux pas le dire, le répéter, y insister ni le revendiquer, ni le proclamer. Sur la scène de la création vaut mieux se proclamer aujourd’hui extraterrestre que musulman. Car cette nationalité céleste détient désormais le monopole de la bêtise, de la capacité d’être manipulable jusqu’à l’absurde, de l’idiotie, de la détresse et du meurtre et des fatwas surréalistes. Bien sûr ceux qui ont tué l’ambassadeur US, en Libye il y a quelques jours, sont dix ou vingt et ceux qui manifestent contre les ambassades de l’Occident en les incendiant ne sont que quelques milliers sur le total du milliard mais n’empêche : les autres se taisent, reculent, ne disent rien et laisse faire ou regardent ailleurs. Du coup, les arabes/musulmans n’ont pas la nationalité du plus intelligent mais celle du plus fou de leur village. Du coup, il faut assumer la confusion puisqu’on la laisse faire. Puisqu’on préfère culpabiliser devant les islamistes. Puisqu’on choisit de s’exiler pour leur laisser les pays. Puisqu’on n’ose pas leur répondre, qu’on s’écrase, qu’on acquiesce et qu’on glisse avec eux sur leur pente folle de leur interprétation moyenâgeuse du sacré. Puisqu’aussi on n’ose même plus écrire un mot sur eux chez soi et qu’on leur concède le droit de parler en notre nom, avec l’Occident et avec Dieu et même avec nos femmes et nos corps.

Si on se laisse faire, c’est qu’on est dans la complicité et donc dans l’acceptation. C’est donc que dans l’île déserte et étroite du monde, on accepte la négritude confessionnelle comme une fatalité. Face à Robinson, on revendique presque le statut du sauvage qui mange l’arbre, l’oiseau et veut hâter la fin du monde.

Et qu’on ne vienne pas dire ensuite que tout le monde ne ressemble pas à tout le monde. Qui ne tue pas, consent. Qui ne dit rien, approuve. Qui croit que ces gens là ont raison, mais seulement pas dans les manières, les aide. Car aujourd’hui, c’est évident : l’Islam tel que vécu, vendu, parasité est une menace pour l’esprit et la raison. Et les islamistes qui montent, voleurs de printemps ou simple affidés sont une arme de destruction massive de notre humanité chancelante. Nos écoles sont donc une menace, ainsi que nos silences, interprétations, exils et démissions, livres et avis. Qu’on laisse de coté la manipulation grossière et les enjeux stratégiques et les coups de pub genre Charlie hebdo et ne retenons que la capacité incroyable de nos religieux à être idiots et violents. Le Film en question ? A peine un détail et il paraît qu’il n’existe même pas (comble de la moquerie !). On aurait pu y répondre par le silence, par un autre film, par un sourire ou par un plus grand effort à reconstruire nos pays et nos nationalités.

A quand un Luther musulman ?

L’Islam est à revoir, repenser et redéfinir et à ramener à la raison ou à l’aire de l’intimité ou à déclarer inapte. L’enjeu est notre place et notre utilité au reste de l’humanité qui avance ou qui souffre sans se proclamer le centre du monde ni le « peuple de la vérité ».

Et qu’on arrête de crier au complot, de se croire victime d’une théorie mondiale, de voir les juifs partout même dans mon nom de famille et de multiplier les analyses fumeuses : l’évidence est là. Sur vos télés et dans les rues. Il faut choisir vite : rejoindre l’humanité ou pas. Repenser l’Islam ou pas. Car pour le moment il y a de quoi pleurer et rire en regardant des hirsutes brûler un drapeau allemand pour dénoncer l’Amérique et confondre un Etat et un malfrat,  un clip Youtube et une hystérie.  Dieu et une barbe. Musulman/Arabe ? Non, ce qui est écrit sur mon passeport est clair : « algérien ». Cela ne tombe pas du ciel ni ne me vient de mes ancêtres. C’est quelque chose que je fabrique moi-même pour mes enfants.

Depuis presque un siècle, la bonne question est celle de « A quoi servent les musulmans au reste de l’humanité ? » En quoi faisons-nous avancer le progrès, le mieux, le Droit, la justice ? Qu’avons-nous inventé, musulmans de croyance ou musulmans par la culture, depuis le dernier Astrolabe ? Quand allons-nous enfin admettre que nous sommes devenus un poids mort pour l’humanité et un problème pour la collectivité ? Car s’il est vrai que le monde est un jeu d’adversités et de rapines, il faut admettre qu’aujourd’hui il s’agit d’un problème plus profond qu’un clip, une caricature ou une manip : si nous sommes aussi manipulables c’est parce que nous sommes les êtres d’un malaise. Les habitants d’une planète qui a un pied dans l’Iphone 5 et un autre dans les babouches ancestraux. C’est qu’il y a irrésolution, fausse naissance, inadaptation et décalage et donc douleur et donc violence.

Les deux dernières semaines, entre faux film, manifs, meurtres et manips, ont résumé presque les six siècles qui ont suivi la chute de Grenade. Rien depuis l’astrolabe. Des « Arabes » travaillent à la Nasa ? Oui mais il leur faut l’Amérique et la Nasa comme arrière-scène pour pouvoir briller. Tout les « arabes ne sont pas des musulmans et tout les musulmans ne sont pas terroristes et salafistes ? Oui, mais les uns naissent du silence des autres, des compromis, des peurs ou, au moins, des mauvaises réponses au monde présent. Il faut repenser l’Islam dans ta totalité et ses fondements très vite et savoir très vite si l’on veut rejoindre l’humanité ou l’au-delà. Tout le reste est blabla et jeu de rétrospectives sur les splendeurs d’autrefois.

C’est le long résumé d’une semaine de bêtises, de haines, d’insultes, de bigoteries. On peut y retenir le feuilleton d’une croisade assise ou d’une guerre de civilisations tordues. Mais on peut aussi aller à l’essentiel : se poser la bonne question de notre place au sein d’une humanité que nous nions et qui nous nie.

34 comments to En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité ? (Kamel Daoud)

  • Rien

    C’est ça, le musulman est utile quand il se critique, comme le Juif était utile quand il aidait les antisémites. Utile quand il se renie.

    • Léon

      Il est amusant, non ? 😆 😆 😆

    • Lapa

      S’il se renie en dénonçant la bêtise, l’extrémisme, la violence et la soumission c’est donc que ces éléments font partie intégrante du musulman?
      Un Rien m’amuse.

    • D. Furtif

      Qu’il me soit permis très cher RIEN de m’inquiéter de votre dépôt de plainte.
      Le dépôt de plainte Les derniers , connus de moi, qui affectionnent cette figure de style faite de menaces ( menaces au nom de la liberté) avaient et ont nom DW et MOmo
      Nous ne sommes pas accoutumés sur ce blog à accepter ce genre de conduite.
      Vous usez ici sans nous l’avoir demandé d’une liberté de ton et de propos dont vous voulez certainement être seul juge.
      Permettez nous d’user chez nous du même privilège sans avoir à vous demander quoi que ce soit.
      .

      Une petite question pour enrichir l’échange .
      Auriez vous , vous aussi sans les avoir jamais lus une aversion caractérisée pour Céline et Proust . ❓ ❓

  • asinus

    yep , serais ce que l’islam est incritiquable sous peine de reductio ad hitlerum ?

  • Léon

    Bah, Asinus, ce garçon s’amuse, laissons-le s’amuser. Quand il sera sérieux on lui répondra peut-être.

  • D. Furtif

    Faut pas stigmatiser

    Une petite réponse pour rire à un commentaire de RIEN du tout

  • – « qui ne dit rien approuve » : on aimerait entendre davantage ceux qui ne sont pas d’accord. Ont-ils peur de parler ou crient-ils dans le silence et personne ne relaie leur cri ? Je souhaite que les médias français laissent plus souvent la parole aux Kamel Daoud qui veulent s’exprimer.
    – « qu’avons-nous inventé depuis le dernier astrolabe ». Une autre question me vient immédiatement : quelles conditions nécessaires pour favoriser l’invention et la créativité ?

    • Lapa

      Une autre question me vient immédiatement : quelles conditions nécessaires pour favoriser l’invention et la créativité ?

      je pense que ça rejoint ce dont nous discutions sous votre article précédent. A mon avis la soumission à des dogmes et le refus de tout esprit critique ne peuvent être un terreau scientifique fertile.

      • C’est effectivement aussi mon avis. Une chape de plomb s’est abattue sur la très riche et très créative culture arabe médiévale quand les religieux n’ont plus été modérés par les politiques. Puis l’Occident a imposé sa puissance. Quand les religieux se seront complètement déconsidérés, peut-être que le monde arabo-musulman va pouvoir s’épanouir à nouveau. Les créatifs et les intellectuels qui ont fui en Occident ou qui se taisent en Orient pourront alors s’exprimer plus librement.

  • Causette

    Athées-vous! (pourquoi un Luther musulman?)

    Pour mettre mon grain de sel à la suite de cet excellent article je citerai Ibn Warrag qui estime que… l’islam liant la politique et la religion de manière intrinsèque cela le place devant la difficulté de se réformer et se transformer.

    Ibn Warraq se présente ainsi
     » Je suis né dans une famille musulmane et j’ai grandi dans un pays qui est aujourd’hui fier d’être une république islamique … Avant même de pouvoir lire ou écrire ma langue maternelle, j’avais appris le Coran par coeur, en arabe, sans en comprendre un traître mot; ainsi en est-il pour des centaines de millions d’enfants musulmans. Dès que j’ai été capable de raisonner par moi-même, j’ai rejeté tous les dogmes religieux que l’on m’avait fait ingurgiter. Je me considère aujourd’hui comme un humaniste laïc, qui croit que toutes les religions sont des rêves d’hommes débiles, de toute évidence fausses et pernicieuses. »

    – Pourquoi je ne suis pas musulman, Ibn Warraq, 1999 (page 249)
    N’y a-t-il pas meilleur symbole de soumission à l’impérialisme musulman que l’image du peuple algérien qui se prosterne cinq fois par jour vers son conquérant situé en Arabie ?

    • ranta

      D’accord avec Causette, pourquoi un Luther musulman ? Pour avoir des mormons version musulmans et des évangélistes du même tonneau ?

      • D. Furtif

        J’ai compris l’évocation de Luther comme un appel à la dissidence , un symbole de la remise en cause.
        Il est vrai que les Puritains se sont vite adaptés à la violence totalitaire des catholiques en les concurrençant parfois.
        Luther lui même choisit le parti des Princes dans les révoltes paysannes qui se multipliaient dans les Allemagnes.
        Mais mais mais

        La puissance répressive du catholicisme post Concile de Trente aurait-elle pu être combattue sans les Protestants ?
        J’en doute.

        Deux batailles navales marquent cette période .
        Lépante bien sûr mais aussi la défaite de l’invincible Armada .
        Peu de gens ont conscience de la puissance espagnole en cette fin de 16è siècle.
        Heureusement Élisabeth la Grande était là

  • asinus

    Peu de gens ont conscience de la puissance espagnole en cette fin de 16è siècle
    yep l’invincible armada certes
    sur terre la fin c’est Rocroi qui voit la fin des Tercios espagnols!

    • D. Furtif

      Le choix politique de Richelieu de se ranger du coté des Protestants est surprenant sauf si on y voit la poursuite de l’entreprise de Henri II ( les 3 évêchés) et des projets mort-nés de Henri IV . Tout aussi surprenant la constance dans la même direction de Mazarin et Anne d’Autriche la Grande Reine.
      .
      À ce point de vue Louis XIV a mis un peu le gros bordel dans la politique étrangère comme il a piétiné la liberté religieuse .

  • Lapa

    ceci étant, on est d’accord que le titre lu seul comme ça peut choquer.

  • Léon

    Ca c’est balaise de Ibn Warraq : « N’y a-t-il pas meilleur symbole de soumission à l’impérialisme musulman que l’image du peuple algérien qui se prosterne cinq fois par jour vers son conquérant situé en Arabie ? »

    • Causette

      Celle-ci est pas mal également

      Alors qu’on culpabilise tous les Européens avec le colonialisme et l’impérialisme occidentaux […], l’impérialisme arabe est au contraire présenté comme un objet de fierté pour les musulmans. […] Personne ne s’avise de faire remarquer que l’islam a colonisé des territoires qui appartenaient à des civilisations anciennes, et que ce faisant, il a écrasé et réduit à néant de nombreuses cultures.
      Pourquoi je ne suis pas musulman, Ibn Warraq, éd. L’Age d’Homme, 1999, p. 248

      • Impérialisme arabe contre impérialisme occidental : égalité de points. Christianisme contre Islam : égalité de points. Le pouvoir et l’oppression sont dans tous les camps. Cela varie seulement selon les époques ou les pays.

        • Lapa

          en matière de capacité de nuisance et de soumission à autrui, le cerveau des Hommes est particulièrement fécond!

  • docdory

    Là où Kamel Daoud se berce d’illusion c’est quand il soupire :  » à quand un Luther musulman »
    Un Luther musulman est une contradiction dans les termes.
    Un des dogmes fondamentaux de l’islam est que le coran est la parole d’allah.
    Or, dans le coran ( sourate 33 verset 40 ) il est dit ceci, je cite  » Muhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager d’Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient. »
    Mahomet étant, d’après le coran, le dernier des prophètes, un éventuel  » Luther musulman » se retrouverait dans la situation d’un nouveau « prophète » ce qui ferait de lui un hérétique voire un apostat qui oserait contrevenir à un verset du coran. Inutile de préciser que ce qui l’attendrait , c’est une mort dans les plus brefs délais !
    D’une certaine façon, le coran contient en lui-même sa propre irréformabilité. L’islam, qui est entièrement contenu dans le coran ne peut donc pas, lui non plus, être réformé.

  • D. Furtif

    D’accord avec toi Doc j’ai tenté de répondre à l’argument de Luther ou pas en Islam.
    Un Luther en Islam est impossible car plus qu’une soumission l’islam est une capitulation mentale.

  • Léon

    Docdory : L’islam n’est pas entièrement contenu dans le Coran, ce serait une erreur de le croire. C’est impossible, tant ce texte est obscur et contradictoire, au point d’avoir nécessité une « science islamique » et des « savants en islam » chargés d’expliquer ( d’inventer…) ce qu’il y a dedans. L’autre pilier est l’imitation de Muhammad, le musulman parfait, dont on est supposé connaître la vie à travers le haddits et la Sirah. Il y a aussi les innombrables fatwas de ces « savants en Islam », par exemple les histoires de versets abrogeants et abrogés.
    Par ailleurs, si certains schismes ont été balayés (comme le motazilisme) quelques-uns subsistent au sein de l’islam, on connaît les Chiites, mais beaucoup moins les Alevis, par exemple. Les Néo-alevis représentent une forme de dissidence religieuse musulmane assez moderne. Ou les Druzes. Ou les Alaouites (considérés comme chiites, tout de même).

    La question de la réformabilité de l’islam et du Luther musulman n’est pas, à mon humble avis, si simple. J’ai l’intuition qu’elle n’est pas impossible, mais qu’elle suppose des conditions très difficiles à réunir, (euh, oui, je sais ça revient presque au même) car c’est d’un nouveau schisme qu’il est question…

    • Léon

      Pour revenir aux néo-alevis, on peut peut-être y trouver ces conditions de formation d’un schisme. Après tout les alevis, au départ constituaient une communauté musulmane tout aussi rétrograde que les autres.

    • Causette

      Il y a aussi le bâbisme / béhaïsme
      Au début des années 1790 en Perse naît un mouvement religieux dissident du chiisme, sous la conduite de Šayḫ Aḥmad Aḥsāʾī. Ses disciples, appelés shaykhis, attendaient l’arrivée imminente du Mahdi.
      Son centre spirituel et administratif est situé à Haïfa et Acre, en Israël

      Environ 300 000 en Iran, depuis 1979 ils sont considérés comme des « infidèles non protégés. Au début des années 1980, plus de 200 baha’is, parmi les membres les plus actifs, ont été exécutés pour avoir refusé de se convertir à l’Islam. L’indignation de la communauté internationale a ralenti cette répression. Mais elle n’a jamais réussi à la stopper : la lutte contre les baha’is est désormais larvée.
      Environ 2000 en Egypte, ils ont obtenu le droit, par le tribunal de première instance d’Alexandrie, d’inscrire leur confession sur leur carte d’identité14. Ce droit leur a été enlevé par la Cour suprême administrative égyptienne en décembre 200615, les obligeant soit de choisir entre les trois religions officiellement reconnues (christianisme, islam et judaïsme) soit de renoncer à leur carte d’identité, les privant alors de la plupart des droits citoyens en Égypte

  • Léon

    Ibn Warraq donne quelques clés intéressantes ici. On peut trouver aussi sur IDO.

  • docdory

    @ Léon
    Les croyances des alévis sont nettement hétérodoxes par rapport à l’islam habituel
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alévisme#Croyances
    Quant aux croyances druzes et alaouites, elles sont totalement hérétiques pour un musulman ( croyance à la métempsycose, par exemple )
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Druzes#Religion
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alaouites#Doctrine_alaouite
    Les chiites ne se distinguent des sunnites que sur des points théologiques de détail : savoir qui était le successeur de Mahomet, et l’existence d’un clergé organisé dans le chiisme, qui n’existe pas vraiment dans le sunnisme.
    Mis à part le fait que les alaouites et les chiites partagent leur sentiments sur la personnalité d’Ali, et que ces deux religions fêtent l’achoura, pour le reste, elles sont bien plus différentes entre elles que le le sunnisme ne l’est du le chiisme.
    Disons que pour les sunnites, les chiites sont schismatiques ( un peu comme les orthodoxes par rapport aux catholiques ) alors que les druzes et alaouites sont totalement hérétiques ( comme les mormons par rapport aux chrétiens d’autres obédiences ), et ne sont même pas considérés comme musulmans par la plupart des musulmans…

  • Léon

    Oui, bien d’accord, Docdory, mais ce qui m’intéresse dans cette histoire, c’est qu’il y a bien eu à certains moments des schismes / hérésies au sein de l’islam. La question d’un islam compatible avec la modernité (pour faire simple)suppose, de mon point de vue, également un schisme. Ce que je voudrais comprendre, mais pour l’instant je sèche, c’est quelles conditions doivent être remplies pour que cela se produise…