Mariage homosexuel, théorie du genre et charcuterie-fiction …

Lectures :3971

Extrait du manuel d’Histoire de Terminale « Le monde contemporain », chapitre X : histoire de la France contemporaine ( éditions Belin-LU-Nestlé ), imprimé en 2044.

« Le mariage homosexuel et l’introduction de la théorie du genre dans l’enseignement secondaire allaient-ils changer de façon significative la civilisation française ? Telle était l’une des questions fondamentales qui se posaient aux français en cette année 2012, au cours de laquelle allait s’annoncer les prémisses d’une nouvelle ère.
En effet, plusieurs innovations majeures allaient voir le jour en cette époque reculée, et transformer de fond en comble la société française.

  • En 2012, sous l’impulsion de Najat Vallaud Belkacem ( à l’époque Ministre du droit des femmes ) était instaurée une épuration des livres scolaires : les écrivains LGBT du passé étaient rétablis dans leur honneur, et leur sexualité progressiste et novatrice révélée et enseignée à tous les élèves de France . Dans le même temps, la rééducation idéologique des enfants était introduite dans la crèche Bourdarias de Saint-Ouen, sous le haut patronage de cette grande Ministresse que fut Najat Vallaud Belkacem, laquelle était venue en personne inspecter cette crèche, dont les principes de fonctionnement étaient inspirés par l’école suédoise neutrosexuelle « Egalia », laquelle avait elle-même été fondée grâce à l’action révolutionnaire des adeptes éclairés de la théorie du genre.
  • – En 2013 était votée la loi sur le mariage et l’adoption homosexuelle,
  • – en 2016, Najat Vallaud Belkacem était nommée Ministre du Redressement linguistique, chargée d’épurer la langue française de tous ses termes sexistes et homophobes, et à ce titre, décida d’adopter à la langue française la coutume féministe américaine, qui est d’appeler les femmes par un terme intermédiaire entre « miss » et Mrs, c’est à dire, en anglais, « Ms » (prononcé « miz »). En français, le terme intermédiaire choisi pour remplacer  les mots « Madame » et « Mademoiselle » fut « Mammelle » ( avec deux « m » pour le distinguer orthographiquement de l’organe de la lactation ). Un vif débat alors opposa le parti socialiste aux Verts et au Front de Gauche sur l’opportunité de ce double « m » , celui-ci étant accusé par ces deux partis d’introduire une difficulté supplémentaire de la langue française de nature à discriminer les enfants des quartiers les plus défavorisés. Après quelques séances parlementaires houleuses, un compromis fut trouvé in extremis et il fut donc décidé d’autoriser les deux graphies, avec un seul ou deux « m » .

Etait également adoptée toute une nouvelle terminologie débarrassée des abus sexistes de la langue française (par exemple, Ministresse devenait le mot légal pour désigner les Ministres de sexe ou de genre féminin). Promue en juin 2016 Ministresse de l’Education nationale, Najat Vallaud Belkacem fit adopter une réforme d’ampleur, qui remplaçait les mots sexistes par les mots issus du Redressement linguistique dans toutes les éditions des manuels de français et des éditions destinées aux scolaires des romans et pièces de théâtre classiques ( il fut ensuite décidé de réserver ceux des livres qui n’étaient pas corrigés selon les nouvelles normes issues du Redressement linguistique à l’usage restreint et exclusif des étudiants en Lettres et en Histoire. )

C’est ainsi que, en 2042, la célèbre auteuse transsexuelle à succès de théâtre de boulevard, Georgette-Eugènie de La Bichefey-d’Ô, put écrire ce savoureux dialogue, bien entendu inconcevable en 2012, entre « Mamelle Legros » ,une charcutière du milieu du XXI ème siècle ,et « Mamelle Michu », sa cliente, dans une France devenue idyllique, ayant vu disparaître toute déviance sexiste ou homophobe et dont la langue avait été salutairement remodelée par le « politiquement correct » et la théorie du genre ! »

« UN MONDE DE BOBOS », Acte I scène 1 :

— Bonjour Mamelle Legros !

— Bonjour Mamelle Michu, ça va t-y comme vous voulez ?

— M’en parlez pas, Mamelle Legros, figurez vous que mon être humain de ménage est en arrêt de maladie à cause de sa grossesse !

—  Ah bon ? C’est-y grave ?

— Elle sait pas trop, elle a vu sa doctoresse ce matin, et elle doit voir son sage-être humain cet après midi pour une échographie. Mais si vous voulez mon avis, Mamelle Legros, ce serait bien les nerfs ! figurez vous que j’ai appris ( mais ça reste entre nous), que son mari a un maître !!!

—  Ah ben alors là, Mamelle Michu, j’en reviens pas !!! Un homme si charmant a qui on aurait donné la Bonne Divinité sans confession !! Le sale salaud ! Un maître !!! Les hommes sont bien tous des cochons ! Y vous font des beaux serments de fidélité, mais dès qu’ils voient un beau brun jeune et musclé, tous pareils, ils ne pensent plus qu’à écarter les cuisses !! J’espère au moins qu’il s’est fait vacciner contre le SIDA. Mais avec la Première Ministressse qu’a refusé que le vaccin soit remboursé par la sécurité sociale, on peut s’attendre à tout !

— Et vous, Mamelle Legros, pour changer de sujet, comment c’est passé le mariage de votre fille ?

— Pour un beau mariage, c’était un beau mariage ! Ma fille avait mis son plus beau smoking, et vous auriez vu la belle robe de la mariée ! Mamelle la Mairesse a prononcé un discours bien tourné . A la messe, Mamelle la Curée a fait un très beau sermon. Vous savez que ma gendresse est Ingénieuse des Ponts et Chaussées. Elle est même sortie Majorette de sa promotion ! On peut dire que ma fille a trouvé une belle partie !!!

— Pour sûr, pour une belle partie, c’est une belle partie !

— Bon c’est pas tout ça, Mamelle Michu, on parle, on parle, mais qu’est ce que je vous sers ?

—  Mettez-moi donc une demi-livre de poitrine, Mamelle Legros « 

—  Fraiche ou fumée, la poitrine ? Fraîche, Mamelle Legros

(Fin de l’Acte I scène 1 )

Et dire que certains pensaient, en 2012, que la société n’allait pas être transformée de façon significative ! …

15 comments to Mariage homosexuel, théorie du genre et charcuterie-fiction …

  • docdory

    Tiens, c’est bizarre, je n’avais pas envoyé le texte en caractères italiques . N’y a t-il pas moyen de le mettre en caractères normaux, ça serait plus lisible !

  • Ce billet me met mal à l’aise. Les hommes sous estiment souvent certains faits qui, comme par hasard, leur profitent, dans une culture fondamentalement macho. Quand on est femme, on est mademoiselle si on n’est pas mariée et madame et on perd son nom « de jeune fille » si on est marié. Quand on est homme, mariage ou pas, on est monsieur : repérer le mariage est fondamental pour savoir si une femme est à prendre ou non ! C’est pourquoi les femmes mariées devaient toujours avoir un chapeau sur la tête autrefois, pour montrer qu’on ne devait pas y toucher !
    Quand aux problèmes de genre, ils me semblent mériter davantage qu’une plaisanterie. Les stéréotypes sexistes qui définissent ce qu’est un homme ou une femme ont la vie dure et peuvent rendre infernale la vie d’une fille garçon manqué ou d’un garçon à l’allure efféminé. Il devient urgent que j’écrive l’article que j’avais prévu sur le sujet.

  • docdory

    @ Nogat
    Oui, je reconnais que mon texte peut mettre mal à l’aise et qu’il est volontairement provocateur.
    Mais moi, ce qui me met mal à l’aise, c’est que la théorie du genre, qui n’a strictement rien à voir avec une théorie scientifique, fasse maintenant partie du programme de SVT ( c’est à dire de biologie ou de sciences naturelles ) dans les lycées. Tout au plus cette théorie pourrait-elle figurer au programme de philosophie de terminale, au côté d’autres pseudo-sciences comme la psychanalyse et le marxisme.
    Ce qui me met encore plus mal à l’aise, c’est l’instrumentalisation aux fins de propagande et de rééducation de la population de cette théorie jusque dans les crèches.
    Najat Vallaud Belkacem dévoile petit à petit son caractère de dangereuse idéologue, et oui, ça me préoccupe de voir ce genre d’ inquiétantes initiatives prises par un Ministre de la République dans l’exercice de ses fonctions. Le rire est parfois une meilleure arme pour combattre le fanatisme que le raisonnement.

  • Léon

    En même temps, cette affaire de mariage pour tous et de droit à l’enfant qui va immanquablement aller avec, est une innovation anthropologique majeure, qui rompt avec des pratiques plus que millénaires. Ce n’est pas une loi sur les 35h, ici. Je trouve intéressant que le texte de Docdory en fasse prendre conscience par ce dialogue humoristique.
    J’ai déjà dit que mon opinion sur la question n’est pas faite. Quand je vois à quel point certaines familles hétéro sont dingues et comment les enfants y souffrent, je me dis qu’il peut être parfois préférable de confier l’enfant à un couple homo, à condition qu’il ne soit pas encore plus chtarbé…

  • Bis : il me semble qu’au-delà de la simple constatation biologique de l’existence de l’être humain sexué mâle et femelle (l’aspect scientifique pur), la théorie du genre est plutôt une réflexion sur l’homme et la femme, au-delà du biologique, qui veut tenir compte des aspects culturels, sociologiques, anthropologiques, philosophiques, etc. Simone de Beauvoir disait qu’on ne nait pas femme, on le devient. On éduque les enfants à être conforme à l’idée que se fait une civilisation donnée à un moment x d’un homme (obligatoirement viril) et d’une femme (obligatoirement féminine), c’est-à-dire une suite de clichés, de stéréotypes tout à fait contestables. Apprendre au Lycée à développer son esprit critique, apprendre qu’une fille n’est pas une pute parce qu’elle porte une jupe (dans ma jeunesse, c’est le pantalon qui avait mauvais genre !), que son but dans la vie n’est pas obligatoirement le mariage et les enfants, qu’un garçon n’est pas un pédé parce qu’il n’aime pas le foot ou qu’il aime jouer à la poupée, cela me semble d’utilité publique actuellement. La propagande et la rééducation, je les ai connues autrefois quand on a voulu me rendre plus « féminine ». C’est pourquoi je repère tout de suite le sexisme de certains livres scolaires, de certains discours. Et je suis ravie qu’on commence à réfléchir davantage sur ces notions de masculin et féminin. J’aimerais bien savoir ce qu’en pensent les lectrices de Disons. 🙂

  • Léon

    Que l’identité féminine ou masculine soit déterminée à la fois par la biologie et l’éducation est d’une telle évidence que je ne comprends même pas qu’il y ait débat là-dessus. Le tort de la théorie du genre est de prétendre que l’identité sexuelle est fabriquée uniquement ou très majoritairement par l’éducation. Il faut vraiment ne pas être observateur pour prétendre une connerie pareille, contredite d’ailleurs par à peu près toutes les constatations de la médecine et de la biologie. L’identité sexuelle est fluctuante, c’est vrai, les garçons et les hommes en général sont plus ou moins virils et les femmes plus ou moins féminines, cela ne prouve en rien que c’est l’éducation qui en soit responsable. Et il ne faut pas confondre l’égalité des droits entre hommes et femmes avec ce qui relève d’une sorte de confusion sexuelle.

  • docdory

    @ Léon
    Ce que ne comprennent pas les partisans de l’adoption homosexuelle, c’est qu’il s’agira d’un droit quasiment fictif. En Belgique, pays dans lequel cette réforme a été adoptée, seuls six couples homosexuels ont pu adopter ( il y a au moins dix fois plus de parents souhaitant adopter que d’enfants à adopter ), et aucun n’a pu adopter à l’international, les pays étranger refusant de plus en plus les adoptions par des ressortissants de pays pratiquant le mariage homosexuel…
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/09/11/01016-20120911ARTFIG00448-les-adoptions-internationales-fermees-aux-homosexuels.php
    Il faut donc comprendre que ce droit à l’adoption homosexuelle est une mesure purement électoraliste qui n’aura qu’un impact mineur dans le monde réel, sauf qu’on aura sacrifié des principes anthropologiques multi-millénaires sur l’autel du clientélisme de certains partis !
    Pour le problème des femmes homosexuelles dont l’une se fait inséminer artisanalement ou médicalement, rien n’est plus facile à arranger qu’une délégation d’autorité parentale, et qu’un testament demandant à ce que l’autorité parentale revienne à la concubine survivante en cas de décès de la vraie mère. Point n’est besoin de bouleverser tout le code civil pour ça.
    Sinon, le propos essentiel de mon article est de m’insurger sur le fait qu’une fausse science ( la théorie du genre ) serve de base idéologique au gouvernement pour imposer des bouleversements sociaux de première importance. L’histoire du XXème siècle a hélas montré le danger extrême qu’il y a pour un gouvernement de fonder son action sur des théories pseudo-scientifiques. Le résultat en est, en général, le totalitarisme…
    Ne nous méprenons pas, il y a une relation directe entre la mise en place de programmes de théorie du genre dans les cours de biologie et le lobbying sur le mariage homosexuel. Ces deux mesures sont étroitement liées, et risque d’en présager beaucoup d’autres.
    Un exemple parmi d’autres des problèmes qui vont se poser avec cette législation : un père voit son fils contracter un mariage homosexuel et adopter un ou plusieurs enfants. Ce père n’a aucune envie de s’occuper de la « progéniture » de son fils, qu’il n’a aucune raison de considérer comme ses petits-enfants. Imaginons que son fils et le « mari » de celui-ci viennent à mourir dans un accident de la route, par exemple. Ce père risquera de se retrouver légalement contraint d’avoir à assumer la charge des enfants adoptés par son fils et qui, pour lui, ne sont pas de sa famille et ne le concernent en rien. Aura t-il le droit de refuser de s’en charger ?

  • D. Furtif

    Pour ma part ce que peuvent faire les homos s’inscrit dans la vision de ce que peuvent faire les hétéros avec leurs organes respectifs et consentants.
    C’est une affaire d’adultes consentants. Je m’en fous , je m’en tamponne je m’en bats l’oeil.

    Mais le fond du forcing actuel sur le mariage homo n’est en rien une revendication homo.Cette revendication sous sa forme actuelle est un deal global = droit au mariage et droit à l’adoption.
    Elle ne concerne qu’une frange infime des homos en général mais elle trouve un écho puissant chez une couche sociale qui elle n’est pas du tout homo. Les bobo friqués qui donnent dans le droit à l’adoption qui en parlent partout dès qu’ils peuvent , qui étaient jusqu’au cou dans l’affaire de l’arche de Zoe, c’est moderne , c’est tendance , c’est style c’est people , on se fait prendre en photos dans les magazines.
    Nous n’avons pas affaire à la vieille revendication libertaire d’accession à des droits républicains et à l’exigence de la fin des brimades et discriminations….
    .

    Nous sommes en présence d’un combat contre la bête noire de cette couche sociale homos et hétéros confondus.
    Ce monstre , cet ennemi est connu de certains, pour ma part comme beaucoup pour beaucoup d’entre vous, mon ennemi à moi c’est la limite draconienne de mon pouvoir d’achat . Mais eux , pas du tout, ils enragent de se voir confronter à ce qu’ils estiment être un refus de vente, ces gens là veulent jouer au Monospace et aux courses de Noël rayon jouet pour enfants. Il veulent pouvoir jouer aux familles respectables.
    .
    Liberté et avancée des droits pour la façade media ….et combat contre le refus de vente en réalité. Voilà en premier l’enfumage et ensuite la réalité de la vraie revendication
    .
    Mais me direz vous
    Ils ont tout fait pour ne pas en être.
    Eh oui…C’est comme ça , ce n’est que ça. Un désir d’avoir , pas une besoin de faire .
    .
    Quand on pense au malheur des couples stériles que ça détruit de ne pas en avoir, et qui verraient les enfants arriver chez Papa Papa

  • Causette

    Euh! « dialogue humoristique » c’est à voir, je le trouve grossier ce dialogue. mais je pense comme Léon et je m’interroge sur cet absolu « désir d’enfants ». Ne serait-ce pas plutôt, comme pour le droit de vote accordé aux étrangers, un habile retournement des hommes/femmes politiques pour soigner leur électorat? Je fais partie de ces gosses qu’on appelait garçon manqué puisque je préférais jouer avec les garçons plutôt que jouer à la dînette et à la poupée, à part deux/trois vannes je n’en ai jamais souffert plutôt le contraire.
    En pleine crise économique, où des millions de gens se trouvent dans une grande pauvreté, de plus en plus de personnes font les poubelles et les fins de marchés pour pouvoir manger, ce gouvernement nous emmerde et passe un temps fou avec un problème qui ne concerne en vérité que quelques bobos.

    Quant à ces dizaines de milliers d’enfants qui vivent dans des familles homoparentales où sont-ils? car je connais quelques couples homos et aucun n’a souhaiter avoir d’enfant.

    « …ma conception à moi du progrès c’est qu’il serve à corriger les injustices et les inégalités naturelles et à donner à chacun les moyens de maîtriser sa vie, d’en décider en tout cas… » Najat Vallaud-Belkacem petit soldat du Ps
    Prochaine étape? une loi qui autorisera ou non la procréation naturelle au nom de l’égalité… et du progrès. Tiens ça me fait penser à la Chine de Mao.

    • ranta

      Hé mais vous vous attendiez quoi d’autre ?

      C’est Bruxelles qui détermine notre politique économique, donc reste quoi pour amuser la galerie : les mesures sociétales surtout si elles sont catégorielles.

      • Causette

        Je trouve que cette photo aurait pu illustrer cet article :mrgreen:

      • Lapa

        tout à fait d’accord avec toi Ranta.

        Pour en revenir à la théorie du genre, on est en présence d’une véritable idéologie. Par exemple dans cette étude, http://rfp.revues.org/153 on voit que seule la variable sexe contribue significativement aux modalités représentationnelles des élèves et pas la variable genre. Du coup, les auteur() cherchent à trouver une explication à ce paradoxe, puisque ça ne correspond pas à à la théorie en vogue. Mais c’est très instructif.
        il me semble avoir entendu parler d’une étude récente effectuée sur des singes sans pré-contact humain alors que ces derniers avaient leurs femelles préférant les poupées et les mâles préférant les camions, sans pour autant qu’on puisse accuser la société de leur avoir imposé un genre.
        Il ya peut être un besoin d’individualisme très fort, on ne veut plus rentrer dans telle case, chacun est unique, on déstructure tout.. bon pourquoi pas. Une fois qu’on a éclaté la société en 60 millions d’individus uniques et différents ayant chacun des besoins des envies, et des attentes différentes ont fait quoi?

  • Léon

    😆 😆 😆 😆

  • docdory

    @ Lapa
    L’étude sur les singes a été faite en 2008 à l’université d’Atlanta, le résultat en est résumé ici :
    http://www.revue-cantate.fr/IMG/pdf/JD_Ponci_-Singes_males-2.pdf
    Evidemment, cette étude pulvérise totalement, s’il en était encore besoin, la théorie du genre !
    C’est là que l’on voit la nullité des responsables pédagogiques de l’éducation nationale : ils ont imposé pour les lycéens l’étude d’une théorie en cours de biologie, théorie qui, jusqu’ici, n’était à juste titre pas enseignée, et ce quatre ans après que l’on ait fait de façon éclatante la démonstration de la fausseté de ladite théorie !
    Ça me rappelle tout à fait une anecdote que m’a relatée une étudiante en psychologie. Un de ses profs de fac faisait un cours sur les maladies psychosomatiques, et citait parmi les maladies psychosomatiques l’ulcère gatrique. Plusieurs étudiants ont alors levé la main en disant : « monsieur , ça a changé, dernièrement le Prix Nobel de médecine a été attribué à Marshall et Warren ( NB : l’anecdote se déroula en 2005 ) pour avoir découvert que l’ulcère gastrique était du à une bactérie ! Alors, qu’est-ce qu’on doit dire lors de l’examen ? »
    Le professeur de psychologie eut cette consternante réponse, à la fois symbolique et haïssable : « pour l’instant, ça reste comme ça ! » …
    Encore un de ces Diafoirus qui préfère avoir tort avec Gallien qu’avoir raison contre lui ! Ce qui me hérisse, c’est que les profs de fac sont payés par nos impôts. De quel droit s’autorisent-ils à gaspiller cet argent pour enseigner en toute connaissance de cause des âneries et contre-vérités monstrueuses ?