Pas de Bol pour les chimiophobes. Zoélie (3)

Autres facteurs favorables à la chimiophobie

Des personnes peuvent souffrir de peurs plus ou moins fortes et irrationnelles, allant éventuellement jusqu’à la phobie. Dans les cas les plus sévères, ces peurs provoquent d’importantes souffrances psychiques et les personnes mettent en place des stratégies pour éviter de se confronter à ces peurs et à leurs causes. Ces stratégies d’évitement peuvent être au moins aussi irrationnelles que les phobies qui en sont à l’origine.

Les peurs et les moyens de contournement constituent un espace de grande vulnérabilité chez une personne. Bien identifier ces “failles de sécurité” vous permettra d’en tirer le meilleur parti, pour gagner leur confiance et leur vendre vos solutions alternatives.

Peurs liées à la maladie

Des peurs intenses et irraisonnées, comme celle de développer un cancer (cancérophobie) ou toute autre maladie (nosophobie), comme la peur de la douleur (algophobie), peuvent inciter des malades à différer un diagnostic, à ne pas reconnaître la gravité de leur maladie et contribuer à les rendre plus réceptifs à des théories aberrantes, pour peu qu’elles offrent une vision