Bernarda Fink

Bernarda Fink

On peut être sensible à juste titre aux prouesses des Sopranes, complètement bluffé par leur manière d’escalader les cimes. On aura raison, mais on aura tort si dans le chant on n’allait chercher que leurs cavalcades. Ce serait ignorer les performances de certains trompe-la-mort.

Les Mezzos sont de ces animaux là. Leur art est ailleurs, il gémit, il plaint, il cingle dans les profondeurs de la déploration, les frémissements et les risques de la lenteur. L’échec est là qui les menace.


-L’échec ?

-La chute.

Les Altos ne le cèdent en rien à leurs sœurs du coté du courage et des risques pris, avec au-dessus de leur tête : l’erreur artistique toujours possible, l’erreur d’interprétation, de l’accentuation mal placée.

L’art c’est ça, on n’a que soi à miser. C’est le lieu du risque de tout perdre. Le lieu où rien n’est acquis.

Bernarda Fink est une habituée de ce genre d’exploits. Rencontrée il y a 25 ans, je lui dois des émotions que bien peu m’ont données. Une telle tension de lenteur, toujours à la limite du décrochage et du fil tendu de l’expression juste qui pourrait venir à manquer, à se rompre. Une solitude absolue au dessus des précipices, où chaque pas du souffle vous fait franchir l’écueil mais vous livre au suivant.



.
.
.
Et comme si tout cela ne suffisait pas, la terreur qui noue le ventre dans cette combinaison curieuse d’exaltation trouble et de plaisir de se retrouver en présence du public. Certains peuvent comprendre la peur d’avant l’entrée en scène, mais qui dira la véritable panique, les crises de larmes et les refus de revenir au deuxième acte. J’ai connu il y a trente cinq ans à Saintes un artiste ayant complètement raté sa « performance » qui, deux soirs plus tard, est revenu gonflé au Cognac pour arriver à entrer.

Il y a 15 ans, James Bowman à Poitiers, vieilli , malade peut-être.

Le chant est aussi une exigence physique intraitable. Rappelez vous Calas.

Philippe Herreweghe et le Collegium participent au miracle en acceptant de jouer sur le même registre d’émotion tendue, la même palette de couleurs rauques. Lenteur extrême et abandon de tous dans la confiance à Bernarda.

La Musique, dans son exécution, est un art collectif.

Lectures :3683
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Léon
Léon
15 février 2014 23 h 28 min

Mmmouais, vieux débat avec des amateurs de musique classique. Dans cette vidéo, par exemple, Bernarda Fink ne serait rien sans Bach. Mais elle chante bien Bach.

Léon
Léon
15 février 2014 23 h 50 min

C’est un point de vue personnel, j’attache assez peu d’importance à l’interprète, car à ce niveau-là ils sont tous bons. Evidemment je suis gêné par les mauvaises interprétations ou les mauvaises conditions d’écoute, ce qui revient à peu près au même. Je préfère aussi, comme tout le monde, certaines interprétations à d’autres, mais pour moi ce qui compte c’est la musique autrement dit le compositeur. Je ne vais jamais écouter un interprète mais une musique, sans laquelle l’interprète ne serait rien.

Léon
Léon
16 février 2014 9 h 23 min

Je parle des interprètes, disons, « professionnels ». Ceux-là jouent ou chantent tous bien, parfaitement, même,et il est à peu près impossible de donner des critères de bonne ou mauvaise interprétation. Pour moi, seule celle voulue par le compositeur est légitime et la bonne, mais évidemment et surtout plus on s’éloigne dans le temps, moins on sait ce qu’elle devrait être. Mon expérience me dit aussi qu’on a toujours tendance à préférer la première interprétation que l’on connaisse d’une oeuvre. Alors, pour moi ces histoires « d’interprétations » c’est un peu de la branlette. J’avoue même ne pas trop comprendre, pour un virtuose, l’intérêt d’enregistrer la cinq millième version de telle ou telle oeuvre classique. Sauf évidemment si des avancées dans les techniques d’enregistrement ou de reproduction le justifient. Et je persiste et je signe, Glenn Gould n’est rien sans Bach et Hélène Grimaud n’est rien sans Rachmaninoff. En musique, la partition est beaucoup plus contraignante que le texte au théâtre. Je parle de musique classique, ce n’est pas valable pour la musique contemporaine et, évidemment pas pour le jazz où l’interprète est tout. En quoi l’interprétation de ta Bernarda Fink est-elle meilleure que celle de Kathleen Ferrier, par exemple ?

Léon
Léon
16 février 2014 11 h 15 min

😆 😆 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Léon
Léon
16 février 2014 12 h 37 min

Le problème, Furtif, c’est qu’une fois que tu as dit que les interprétations ne sont pas toutes les mêmes, il n’y a quasiment aucun critère objectif qui permette de les départager. Tu dis, par exemple, que l’interprétation de nessun dorma par Pavarotti est la meilleure. Faudrait être en mesure de le justifier. Il y a surtout qu’il a un timbre de voix magnifique. Mais à par ça, vraiment je ne vois pas en quoi c’est « mieux » que ici.
Même remarque pour la Callas, à ceci près qu’elle mettait, en plus, énormément de pathos dans ces interprétations, mais était-ce mieux pour autant ? Ca se discute… Ca plaît et ça touche en tout cas. Etc etc. Je vais te dire un truc: même lorsque l’interprétation est « mauvaise », cela n’arrive pas à tuer totalement la musique. Dans la musique classique, selon moi, c’est 90 % au compositeur et 10 % aux interprètes. Pas plus.

Léon
Léon
16 février 2014 13 h 55 min

Pour compléter: cela résulte aussi de mon expérience. Quand je choisis une musique pour la chanter, même en variété c’est l’oeuvre qui me porte, elle est déterminante à 80 %, le reste c’est de la technique.

Lapa
Administrateur
Lapa
17 février 2014 12 h 28 min

ahah! la discussion sans fin 🙂 d’abord je voudrais dire un truc: les chanteurs ont l’unique particularité d’être les interprètes et les instruments. aussi ce qu’on appelle l’interprétation « avec untel », c’est à la fois un jugement sur la manière de chanter mais aussi le timbre de la l’instrument. Le deuxième paramètre ne peut pas trop être changé quelque soit l’artiste. imaginez une œuvre pour orgue. Vous allez avoir beaucoup d’interprétations différentes suivant l’organiste (tempo, articulation…) mais également suivant l’instrument (chaque instrument est différent): la registration choisie par l’interprète, la qualité de réalisation des jeux (l’artiste là, c’est l’harmoniste et le facteur d’orgue), l’acoustique de l’édifice. quel % intervient dans la beauté perçue de l’œuvre? (10, 20, 50 …) Querelle d’apothicaire sans doute. D’autant plus qu’effectivement on a tendance à préférer notre premier souvenir de l’interprétation d’une œuvre. Anecdote: je me souviens de la musique qu’écoutait mon père en travaillant pendant que je m’endormais. Parti de la maison, j’ai pu acquérir des disques étant étudiant pour me rendre compte que j’avais choisi les interprétations que possédait le paternel à la maison. Leçons des ténèbres de Couperin, oeuvres de Vivaldi, ou Mozart… identiques. 😉 Donc pour en revenir au sujet, spécifiquement dans l’art vocal, je dirai que l’interprétation qui prend en compte à la fois l’accompagnement, la manière de chanter et l’instrument en lui-même (la voix), est quand même assez prédominante dans le plaisir à entendre une œuvre et in fine donc, sa qualité. Maintenant comme dit Léon, classer cela est plus compliqué car quand toutes les notes sont mises au bon moment au bon endroit… alors que pour les œuvres on a des échelles pour juger de leur qualité (même si certains vous diront que c’est subjectif aussi), l’interprétation c’est un autre monde… « La plus réussie au plan vocal est celle de Beganza/ Freni , assez prophétique tellement elle date d’avant la révolution baroqueuse , mais elle est plombée par un orchestre poussif et hors d’age. » c’est clair l’orchestre est asthmatique… pour ma part j’ai la version Jacobs/Henning (entre autres). Pour certain c’est un sacrilège, pour ma part c’est quand j’ai entendu pour la première fois l’œuvre chantée par des femmes que j’ai trouvé ça bizarre… 😉 http://www.youtube.com/watch?v=Tt7uK4vJ9Dg http://www.youtube.com/watch?v=DyHewYbHWkA&list=PLCECCEB25B805182F http://www.youtube.com/watch?v=rJhN93xscnw http://vesekidezetekszeptortenetek.network.hu/video/gbpergolese__stabat_mater_viadolorosa/g_b_pergolesi_stabat_mater_1_stabat_mater_dolorosa__freni_berganzagracis_1972 Pour finir je dirai que Furtif est plus dans le domaine émotionnel tandis que Léon est d’avantage dans la raison. 😀 Pis c’est son truc de vouloir des paramètres pour… Lire la suite »