Maître Eolas, la réalité technique n’exclut pas forcément la tromperie!

Je reviens sur le billet de maître Eolas concernant notre nouveau Premier ministre (une majuscule à Premier mais pas ministre).

Techniquement bien sûr, c’est juste comme toujours, clair et précis, même si parfois il doit s’y reprendre à deux fois. Cependant, je le trouve quand même d’une incroyable hypocrisie et un peu paradoxal sur ce coup-là. Dans son article, intéressant et instructif,  notre cher avocat disserte sur les lois antirécidives et de réhabilitation pour nous affirmer que de toute façon personne ne connaissait les lois sur la réhabilitation et que les lois sur la récidives nécessitent donc aux condamnés d’être licenciés en droit.

Et je parie que la plupart d’entre vous n’avait jamais entendu parler de la réhabilitation. Ce n’est donc pas la perspective de devoir attendre si longtemps pour être réhabilité qui vous a retenu jusqu’à ce jour de basculer dans le crime. Eh bien imaginez ce qu’il en est pour le délinquant ordinaire, qui n’a reçu qu’une instruction minimale. Ils n’ont pas la moindre idée de ce que c’est que la réhabilitation. Donc croire qu’aggraver les conditions de son octroi pourrait avoir le moindre effet dissuasif sur le passage à l’acte est tellement grotesque que je ne peux même pas soupçonner le législateur de l’avoir conçu. Cette loi s’inscrit donc dans cette longue série de lois-balayage, qui fouillent le Code pénal et le Code de procédure pénale à la recherche de toute règle que l’on pourrait aggraver en cas de récidive, pour pouvoir affirmer l’air martial que l’on lutte contre la récidive. Le pire exemple est la loi scélérate du 12 décembre 2005, qui est une caricature. Voilà à quoi se résume depuis des années la lutte contre la délinquance : changer le Code pénal et espérer que les délinquants passent la licence de droit.

On le sent tendu le maître là, on sent que y’a beaucoup de choses connexes sur ces séries de lois qui seraient à disséquer mais que c’est hors sujet pour l’article qui le préoccupe. Bon mais alors elle est où l’hypocrisie?
Tout simplement parce que une promesse électorale ne s’entend pas par le réalité technique. Et même le législateur le conçoit parfaitement. Car enfin, cela sous entendrait qu’Hollande s’imaginait qu’on était tous licenciés en droit? Puisque personne n’avait entendu parler de cette histoire de réhabilitation (du dire même du maître), comment prendre en considération la promesse de F.Hollande?

Il y a une différence entre réalité technique et réalité perçue. La vérité et la tromperie sont où?

J’en veux pour exemple un procès qu’il y a eu en 2006 de l’opérateur SFR contre Bouyguestelecom (que par la suite j’appellerai BT pour simplifier). Attention je n’ai pas les références judiciaires exactes (elles doivent être trouvables par les spécialistes, je n’en suis pas). BT, lors de l’arrivée du haut débit mobile en France, avait sorti une publicité intitulée: « A nouveau réseau, nouveau classement » placardée partout, cette publicité montrait que BT était repassé premier en couverture nationale de ce nouveau réseau face à Orange et SFR.

SFR a donc attaqué en 2005 la campagne de publicité de BT en portant plainte en référé devant le tribunal de commerce de Paris et l’a faite tout d’abord interdire.

Techniquement je dois vous expliquer: BT avait facilement basculé son réseau dans la technologie EDGE là où SFR et Orange avait investi dans leur license UMTS.

L’évolution directe depuis un réseau GSM vers un réseau UMTS (dit 3e génération ou 3G) étant coûteuse, les opérateurs ont cherché des alternatives et l’une d’entre elles est l’EDGE, qui est présenté comme la génération 2,75. EDGE est vu par certains opérateurs comme une alternative (Bouygues Telecom) ou un complément, pour tous (Orange France) ou pour les entreprises uniquement (SFR), à l’UMTS. La norme UMTS impose en effet de déployer un nouveau réseau physique et donc des investissements très lourds pour les opérateurs. Le standard EDGE vise à optimiser la partie radio d’un réseau mobile sur la partie « données » afin d’augmenter les débits principalement en voie descendante (i.e. sur les téléchargements)…

Pour faire simple, l’EDGE n’est pas techniquement de la 3G et surtout n’est pas un nouveau réseau comme peut l’être l’UMTS (qui nécessitait par exemple de changer les antennes relais et implanter des NodeB). Les deux peuvent être considérés à l’époque comme du « haut débit », terme vague et non normalisé, même si l’UMTS est largement plus performant.

Techniquement donc, la publicité de BT est parfaitement fausse. Elle a d’abord été interdite dans les 4 jours. Cependant, après une assez longue procédure, le tribunal de commerce de Paris a débouté SFR considérant que la publicité n’était pas mensongère.

La notion de « Haut Débit » a un caractère évolutif en fonction de l’émergence de nouvelles technologies. Or, au jour de la publicité, l’Edge et l’UMTS étaient bien considérées par Orange, SFR et Bouygues Telecom comme du haut débit à l’exclusion du GPRS, SFR soutenant le contraire pour les seuls besoins de la procédure. (« A la date de la campagne de Bouygues, ses deux concurrents incluaient Edge et UMTS l’une dans la troisième génération, l’autre dans le haut débit, ce qui pour le consommateur moyen est équivalent. Ils ne sont donc pas fondés à dénier à Bouygues le droit d’adopter la même définition du haut débit et, dans l’état des technologies accessibles au public en France en septembre 2005, de comparer la couverture de son réseau « haut débit » aux leurs »)

En résumé: le consommateur moyen est incapable de savoir qu’EDGE, techniquement parlant, n’est pas une nouvelle infrastructure. Dans son esprit, 3G et haut débit sont similaires (même si c’est techniquement faux). Donc le consommateur obtient bien, de la part de BT, un nouveau réseau haut débit et sa couverture est effectivement meilleur que celle de SFR et Orange.

On parle donc de quelque chose de techniquement faux mais qui n’est pas mensonger car le législateur a considéré (à juste titre de mon humble avis) que le slogan devait s’entendre dans le sens où le consommateur était susceptible de le percevoir, avec ses connaissances.


Revenons à notre Premier ministre (et élargissons)

Une promesse électorale doit elle s’entendre suivant un référentiel technique que seuls quelques initiés peuvent connaître où suivant plutôt la connaissance des gens à qui elle est adressée?

Nous ne sommes pas tous licenciés en droit, et l’on peut à juste titre considérer la promesse de F.Hollande (ie: il ne prendrait pas comme ministre quelqu’un qui a été “jugé et condamné”) tout simplement comme mensongère.

On ne peut balayer d’un geste d’initié l’impact qu’ont les déclarations et engagements électoraux. Si ceux qui les font connaissent très bien les dessous techniques et les rouages, ne pas considérer la façon dont les propos sont perçus par les électeurs est sacrément hypocrite.

C’est valable pour cette affaire mais aussi malheureusement pour beaucoup d’autres…

Alors en toute conscience, n’est ce pas un peu fort d’aller dans les rouages totalement méconnus du droit français en s’y reprenant à deux fois pour valider ou non une promesse électorale? Et surtout de ne voir que ça en écartant la problématique que j’ai expliquée dans cet article? Le plus simple pour tenir sa promesse aux yeux des électeurs n’aurait-il pas été de prendre une personne qui n’a jamais été, dans son histoire, condamnée ?

Ça tombe bien parce que mon casier (1,2 et 3) est parfaitement vierge, je peux me mettre à l’allemand s’il le faut!

34 comments to Maître Eolas, la réalité technique n’exclut pas forcément la tromperie!

  • snoopy86

    Il y quelques semaines vous aviez ouvert une rubrique sur les hommes politiques de droite comme de gauche ayant fait l’objet de condamnations …

    Colre et moi l’avions largement alimentée et je crois me souvenir avoir été le premier à poster en mentionnant le jovial Jean-Marc Ayrault pour lequel j’ai malgré tout un préjugé assez favorable

    Il convient donc de rouvrir cette rubrique, mais sous le titre REHABILITES , sachant qu’il est parfaitement interdit de mentionner la condamnation précédant la réhabilitation 😆

    A manier toutefois avec la plus extrême prudence : Maître Mignard veille :mrgreen:

    Encore quelques voix pour Marine

    • Papy

      Salut Snoop,

      Ce n’est pas exact, c’est ce que les journalistes disent, mais en réalité, tu as tout à fait le droit. Ceci est vrai si la personne a été amnistiée…

  • COLRE

    C’est vrai, il a raison Eolas, j’avais oublié ce principe de « réhabilitation », qui me paraît un bon principe social afin que les délinquants ne traînent pas toute leur vie un délit qui est parfois mineur.
    C’est vrai que dans le monde politique, on connaît plutôt les amnisties, les vices de procédure, les prescriptions, les étouffements, les saucissonnages d’instruction, les abandons de poursuite, les affaires classées… que les « réhabilitations » de la loi commune ! 😉
    Pour les lois antirécidives, je comprends son exaspération, mais ce n’est pas le sujet, en effet.

    Ton exemple du jugement Bouygues / SFR est instructif mais ne me semble pas comparable car le tribunal a convenu, dès le premier jugement, que le terme de « haut débit »‘ était légitime, aussi bien pour les groupes que pour le consommateur, de même que le terme « nouveau réseau ». C’est le classement comme « premier réseau » qu’il a condamné, et pour cause, les avantage en termes de réception ne sont pas les mêmes entre Edge et UMTS.

    C’est comme si une pub avait déclaré que Moulinex était le premier en électroménager, alors qu’il ne l »était que dans la vente des robots ou des fours…
    C’est de la publicité mensongère.

    • Lapa

      Non tu n’as pas compris, l’exemple que je donne est parfaitement adapté. Il est intéressant car il permet à la justice de considérer qu’une affirmation fausse techniquement peut ne pas être mensongère si ceux à qui elle est adressée n’ont pas les compétences pour savoir qu’elle est fausse, ou dit plus clairement si l’imagerie populaire est en accord avec celle-ci. Attention il ne s’agit pas forcément de tromperie, mais simplement du fait que pour la population « de base » EDGE correspond bien à un nouveau réseau, donc comparable à l’UMTS (encore une fois c’est techniquement faux), même s’il est d’utilisation, moins performant (vous devez vous en apercevoir d’ailleurs quand votre portable 3G est sous Edge (lettre E à la place de 3G dans la barre de réception): ça rame).

      Et là où je trouve Eolas incohérent, c’est qu’il assure dans son argumentation que personne ne connaît ce principe de réhabilitation, ni même les conditions techniques, mais ça le choque pas plus d’avoir, en tant que spécialiste, à farfouiller dans les labyrinthes de textes pour essayer de savoir si techniquement F.Hollande s’est « parjuré » ou pas. Or il ne peut ignorer qu’une promesse électorale, une déclaration médiatique, ne s’adresse pas à des spécialistes mais à des électeurs. Il se doute bien ce que ça veut dire, dans l’esprit de ceux à qui c’est adressé « jamais condamné ». Arrêtons l’hypocrisie. On le voit donc apporter son soutien à une chose qui se répand de plus en plus qui s’appelle le double langage. Une histoire pour la populace et puis, un bon parapluie pour éviter tout problème. En gros, c’est faire l’apologie des lignes en petit caractères dans les contrats. Cette pratique de double langage, ces déclarations tonitruantes ou ces engagements avec porte de sortie intégrée que personne n’avait vu sont de plus en plus courant en politique. Si ce qui te gène c’est parce que c’est Hollande, y’a qu’à se baisser pour en trouver chez son prédécesseur. C’est le même chose pour l’emploi de certains mots, techniquement justes, mais qui sont là pour choquer l’opinion ou lui faire plaisir.

      Je répète donc: une promesse électorale se doit aussi d’être jugée suivant les connaissances de ceux à qui elle s’adresse. Sinon c’est trop facile de profiter de la caisse résonnante médiatique tout en esquivant les inconvénients.

      Pour la réhabilitation, si ça revient à nier l’histoire réelle de ce qui s’est passé je suis bien plus mitigé. De toute façon je pars du principe qu’une fois la peine exécutée, la dette est payée donc l’Homme est neuf.

      • COLRE

        Tu dis : « une affirmation fausse techniquement peut ne pas être mensongère si ceux à qui elle est adressée n’ont pas les compétences pour savoir qu’elle est fausse »

        Je ne trouve pas que cela soit le cas. Elle n’est pas « techniquement » « fausse », car le EDGE et le 3G sont en effet des « hauts débits », l’un et l’autre.
        Quand à « nouveau réseau », tu avoueras que c’est ambigu, et personnellement je n’y vois pas forcément une nouvelle installation d’antennes ou je ne sais quoi, mais une bidouille technique qui permet au réseau de s’étendre et de couvrir 90 % de la France.
        Donc c’est bien la déclaration « nouveau classement » qui est discutable…

      • COLRE

        Pour le 2 ème aspect de ton article, il faudrait que je relise celui d’Eolas, mais pfff, c’est vrai qu’il m’a semblé lourd… je n’ai pas trop le courage ! 😉

        Sinon, de mon point de vue, comme tu le sais, je suis assez intraitable sur la corruption qui doit être lourdement sanctionnée. 10 ans, cela me paraît assez humain pour « réhabiliter » une personne politique pour des faits mineurs, et il faudrait sans doute davantage pour des délits graves (corruption active, système de corruption, blanchiment, détournement de fonds publics, enrichissement personnel, abus de confiance, faux et usage de faux, etc.).
        Il faut donc jauger la gravité du fait et le degré de responsabilité.

  • COLRE

    Je rajouterai un truc qui me fait rire : la droite sous Balladur / Chirac a tellement étouffé, freiné et repoussé les instructions que les faits reprochés datant pour la plupart de la fin des années 80 / début des années 90 ont été finalement jugés dans les années 2000, soit 10 à 20 ans plus tard… pour leur « réhabilitation », il leur faudra patienter. 😆

    Pour mémoire, les faits reprochés au Maire de Nantes datent de juin 1996 et son jugement de… octobre 1997 ! 1 an et demi plus tard…! elle était diligente la justice sous Jospin même pour les zamis…

  • Léon

    Je pense que Lapa a raison, même si techniquement la condamnation n’a plus d’existence, sa réalité ne fait pas de doute et c’est bien une entorse à la promesse de Hollande. Toutefois je partage la question que pose Eolas à la fin :
    À nous de juger, en citoyens oubliant un instant leurs préférences politiques, si le fait d’avoir, il y a 15 ans, mal attribué la fabrication du bulletin municipal de Nantes, et d’avoir réparé cette faute dès qu’elle lui a été signalée, soit avant même l’ouverture des poursuites pénales et deux ans avant d’être sanctionné pour cela, rend inapte à vie à la fonction de Premier ministre.
    Personnellement, je dirai non, mais normalement F. Hollande, en toute logique, aurait dû dire oui. Je suppose et j’espère que l’homme a des qualités tellement éminentes qu’on oubliera très vite cette histoire. Sinon….

    Mais je souhaite que jamais homme politique ne fasse plus grave que ça.

    • COLRE

      Je sais, Lapa a toujours raison avec toi… 😉 😉 😉 entre musiciens, l’entraide est de mise !

      • Sinon, je ne lui ai pas parlé de Hollande mais de son exemple pour illustrer sa critique d’Eolas. Je ne le pense pas comparable.

      • Pour Eolas, c’est vrai, je l’ai trouvé très confus et n’y suis pas retournée.

      • Pour la « réhabilitation », j’ai dis être d’accord avec Lapa. On ne peut pas traîner toute sa vie une condamnation, et 10 ans, cela me paraît bien. Pour une fois que la loi est bien faite !

      • Pour la corruption des politiques : je la trouve inacceptable et 10 ans me paraît un minimum ! surtout quand c’est un délit très grave, comme ceux que j’ai cité à Lapa.

      • Pour Hollande, je n’en ai pas encore parlé… Mais, si tu m’y incites, je dirais qu’on lui fait un faux procès. Je suis allée chercher l’historique de l’affaire (ce que ne font évidemment pas les médias qui répètent et matraquent les mêmes petites phrases), chercher la citation exacte et complète de Hollande à ce propos, et j’ai vu que, une fois de plus, la simplification des pensées nuancées est à l’oeuvre…

      Voilà la citation (à toi de te demander ce qu’elle signifie vraiment) :
      « Si je suis demain président de la République, la justice ira jusqu’au bout sur toutes les affaires. Elle ne sera pas entravée, les parquets ne feront pas appel. Ils ne recevront aucune instruction individuelle de la chancellerie. Et si des élus, socialistes ou autres, sont condamnés pour des faits de corruption, ils ne pourront pas se présenter pendant dix ans. Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées. »

      • Lapa

        Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées.

        après il peut dire que le premier ministre est à Matignon… 😆
        en réalité, je pense qu’on est à peu près d’accord que ce genre de promesse n’a même pas besoin d’être faite. Soit on dit rien et on s ‘entoure suivant les compétences des gens. Soit on promet solennellement et là, bah le minimum c’est de faire attention. Et tant pis pour les potes. 😉

  • Léon

    Béééé: Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées.
    Mais bon, plût à Vichnou qu’on n’ai jamais rien de plus grave à reprocher à Hollande ou à Ayrault ! Je crois aussi qu’à partir du moment où on a des responsabilité exécutives comme celle de maire, même quelqu’un de tout à fait honnête et scrupuleux peut se faire avoir, faire preuve de légèreté ou de faiblesse. Ce qui est très important pour moi est de vérifier l’absence d’enrichissement personnel.

    Ce qui est sûr, c’est que la campagne menée par la droite sur ce truc-là est vraiment nulle. Qu’elle continue comme ça et elle va se prendre, en plus, une déculottée aux législatives.

    • COLRE

      « Béééé: Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées. »

      eh ben, re-Béééé… 😉
      Il dit : « Et si des élus, socialistes ou autres, sont condamnés pour des faits de corruption, ils ne pourront pas se présenter pendant dix ans. Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées. »

      Cela fait 15 ans qu’Ayrault a été condamné… (et ce n’est même pas pour « corruption », mais peu importe…)
      Je ne confonds pas le tam-tam médiatique qui aime à tronquer et fausser, je retourne pratiquement toujours à la source.
      Désolée les gars… 😉

      • ranta

        :-)) :-)) :-))
        J’imagine sans peine tes hurlements si c’était venu de l’autre camp.

        • COLRE

          Pourquoi toujours du subjonctif ou du conditionnel ?
          Voyons le présent ou le passé, parlons de choses qui existent ou ont existé… pas de procès d’intention, je me tue à le demander.

          Eh bien, tu m’as entendu hurler quand Juppé est arrivé au gouvernement ? pourtant, sa condamnation était sévère, et il ne s’agissait pas d’une petite broutille…! et les attendus étaient saignants :
          « Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain… dans la quête de moyens humains apparaissant nécessaires pour l’action du RPR, a délibérément fait le choix d’une certaine efficacité en recourant à des arrangements illégaux… Alain Juppé a agi sciemment pour prendre directement ou indirectement un intérêt. Il s’agit là d’un abus de fonction… » etc 😯

          • ranta

            Sarko n’avait rien promis 😉

            • COLRE

              non, c’est vrai, juste une ch’tite « république irréprochable »… 🙂 🙂
              On va bientôt le voir à l’oeuvre après la fin de son immunité… 😉

              • ranta

                Oh mais, je ne parlais que des promesses à Sarko, loin de moi l’idée de comparer des faits jugés avec d’autres qui ne le sont pas encore et qui ne le seront peut-être jamais.

      • Buster

        Ouais, bon. Alors ça c’est un bel exemple de finasserie Hollandaise !
        .
        Mais sur le fond, cette affaire n’a quand même pas beaucoup d’importance.
        Pas de quoi passer le jeudi de l’ascension dessus.
        Elevons-nous ! 😆

        • COLRE

          Tu ne le trouves pas intéressant le nartic de Lapa ? 🙂

          Moi si, je trouve qu’il y a eu matière à réflexion et discussion. La corruption politique est pour moi un sujet qui n’est pas secondaire.
          D’ailleurs, la justice en général, est un sujet passionnant.

          • Buster

            J’attends du plus lourd, ça viendra ! 😆
            .
            Dis, tu veux me mettre mal avec Lapa ?
            L’article est intéressant mais je dois dire que le droit n’est pas mon sujet de réflexion préféré.
            Trop vu de gens partir en droit parce qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils voulaient faire et qui finissent par défendre la veuve et l’orphelin en attendant impatiemment… les prochaines vacances judiciaires.

            • ranta

              Est- ce que personne ne pense que vu sa réputation d’incorruptible le ministère de la justice revenait de plein droit à Eva Joly ? C’est peut-être bien cette réputation qui l’a desservie et qui fait peur.

            • Castor

              Et la mère Taubira ?
              Condamnée pour licenciement abusif mais que l’on retrouve à la Justice ?

              Et Maman Fourneyron avec la Française des Jeux ?
              Que n’a-t-on entendu Colre marteler ses condamnations de prises d’intérêt plus ou moins avérées ?

  • ranta

    Hollande aurait pu, dû, faire l’économie d’une promesse démago. A relier avec la polémique Jules ferry.

  • ranta

    « Et si des élus, socialistes ou autres, sont condamnés pour des faits de corruption, ils ne pourront pas se présenter pendant dix ans. « 
    Et pourquoi 10 ans, pourquoi pas 15 ou 5, c’est arbitraire. Allez, quelques points de plus à Marine, on finira par l’avoir.

  • Léon

    C’est vrai que pour moi, le seul délai valable serait : à vie!

  • Lapa

    ce qui me dérange dans le terme « réhabilitation » c’est qu’il donne l’impression que la justice s’est trompée et que l’innocence de la personne est enfin prouvée…

    • COLRE

      à vérifier, Lapa, mais je crois que cette loi est ancienne, et je m’en réjouis comme je le disais plus haut : pour une fois que la loi est bien faite ! Il est évident que lorsqu’une personne a purgé sa peine, il faut finir par ne plus lui faire porter éternellement sa condamnation. Dix ans, c’est bien, mais selon la gravité, cela pourrait être plus, je ne sais pas, à voir.

  • ranta

    Ce qui est tout de même surprenant dans cette condamnation c’est qu’une ville comme Nantes, comme toutes les grandes villes, disposent d’administrateurs territoriaux, donc des fonctionnaires de première bourre rompu aux code des marchés publics entre autres, et dont la présence sert avant tout à éviter aux élus de se mettre hors la loi dans des histoires pas possibles. Ca signifie donc que à un moment donné il y a eu une réelle volonté politique de passer outre les recommandations. Que cette histoire soit vénielle en terme de corruption n’enlève rien à l’acte par lui même. Et j’ai ce mauvais sentiment que cette loi de réhabilitation a été faite sur mesure, ce qui me laisse à penser que une fois encore la plupart des lois ne sont qu’une magouille légale.

  • D. Furtif

    Quand je lis Eolas je regrette ADORNO
    J’ai encore mal à la tête.

  • snoopy86

    Que de contorsions !

    Résumons quand même :

    1) un type condamné pour favoritisme est premier ministre
    2) il ne sera pas nécéssairement plus mauvais qu’un autre …

    Mais qu’il ne vienne surtout pas , selon la bonne habitude de ses camarades de parti, nous donner des leçons de vertu 👿

    J’ai une pensée émue pour Jean-Michel Boucheron un socialo que j’aimais bien et avec qui je partageais la passion des belles voitures et des belles femmes . Il redevient ministrable . Peut-être pourra-t’il me rembourser 😆

  • Castor

    Et puis je ne pense pas avoir vu explorer la question de la réhabilitation (pour laquelle j’ai un avis favorable) mais d’une interdiction corrélative d’exercer tout mandat politique.
    Que l’on ne puisse à vie porter le poids des casseroles que l’on traîne me paraît sain au sens civil du terme (j’entends dans sa vie quotidienne). Mais que l’on puisse à nouveau exercer des mandats électifs ou des fonctions de représentation de la France, alors que l’on a fait l’objet d’une condamnation mérite un questionnement plus approfondi.
    Après tout, il existe des sanctions graves comme l’interdiction de gérer une société, dont on pourrait tout aussi bien se demander si elles sont cohérentes, non ?
    Reste enfin le côté message envoyé, notamment aux jeunes.
    J’ai trop entendu ce discours visant à renvoyer à l’exemple donné d’en haut pour justifier la mise au ban de tel ou tel pour me satisfaire aujourd’hui d’un discours différent, justifiant que 10 ans, c’est assez pour effacer l’ardoise.

    • D. Furtif

      En effet Castor , cela ressemble fort à des passe droits de caste .C’est un message plus que confus envoyé à la jeunesse .

  • D. Furtif

    Tu conviendras peut-être avec moi, qu’il s’agit là de menu fretin à côté de cette belle prise
    .
    En tout cas , il me parait tout comme à toi indispensable une parfaite transparence du personnel politique.
    .
    Les canards boiteux dehors.

    Les candidats aux postes de responsabilité ne manquent pas.
    .
    Les fraudeurs ne sont pas dans mon camp.

  • Causette

    Ouch! dur dur 😳 je n’ai pas encore lu toutes les interventions.

    La réhabilitation (quel drôle de mot) est-elle offerte à beaucoup de gens (moi, vous, nous) qui ont eu à faire avec la justice? mon impression c’est qu’elle profite surtout aux personnes qui ont du pouvoir et du fric pour se payer les meilleurs avocats, les financiers, les banquiers, les big-boss, etc… et bien entendu à leurs amis politiques (financements, associations, fondations, dons, enveloppes craft…). On ne connaît rien de leur enrichissement personnel pendant leur mandature, et si les médias sont silencieux là-dessus, on constate que les adeptes des partis sont peu curieux et très accommodants avec leurs élus chéris.