Puisqu’on est tous des cons ! Ranta

On a récemment brièvement évoqué sur Disons les risques inhérents aux référendums. En substance la réflexion portait sur le risque de manipulations orchestrées par un ou plusieurs groupes qui disposeraient de moyens financiers, et par là-même médiatiques, pour orienter et enlever une décision. Une décision qui ne serait pas la bonne bien sûr. Ce qui revient à proposer deux affirmations :

  • Que seul un petit nombre sait ce qui est bon et juste.
  • Que le peuple est con.

Non seulement le peuple est con mais, qui plus est, il est versatile. A une réponse donnée aujourd’hui il est capable de dire le contraire demain, et franchement ce n’est vraiment pas sérieux de lui demander son avis ! Mais le peuple c’est toi, moi, eux, donc nous, et si je suis bien conscient de ces risques je ressens tout de même un fort goût d’amertume à l’idée que ce qui devrait être l’expression la plus aboutie de la démocratie est, ou soit, caca prout. Car finalement de quoi s’agit-il ? Ni plus ni moins que de mandater les politiques à mettre en oeuvre l’expression populaire; et là on en revient aux fondamentaux même de la démocratie : des élus au service de ce que demande une majorité. Et non pas des élus au service de ce qu’ils croient et estiment être vrai ou juste contre l’avis général, lorsque que ce n’est tout simplement pas la volonté de conserver leurs mandats.

En réalité cette petite discussion sur Disons m’a remis en mémoire une autre que j’avais eu avec mon ami Buster cet été. Nous avions discuté de cette sorte d’imposture qui a mené Marion Maréchal Le Pen à l’assemblée nationale. Comment une gamine de 22 ans, étudiante en master de droit public, aurait-elle la carrure pour porter les préoccupations de sa circonscription sur les bancs de l’assemblée ? Son inexpérience politique, son inexpérience professionnelle, son inexpérience de la vie tout court , de facto la disqualifiaient quant à la légitimité de sa nomination, et de fil en aiguille tout ça nous amenait à la tentative de Sarko 1er de faire nommer son fils à la tête de l’EPAD. Le populisme d’un côté, le fait du prince de l’autre, et la même conclusion : comment des gamins pourraient-il légitimement porter le poids de telles responsabilités. Le Cid ne serait donc que l’exception qui confirme la règle. Le peuple est con et bien que dans le cas de la petite Marion il soit géographiquement circonscrit, il  montre de quoi il est capable.

Sauf que… sauf qu’il est bien évident que la gamine n’est qu’une caisse de résonance, et qui croira sérieusement qu’elle a toute latitude quant à l’organisation de sa vie de parlementaire ? Elle se contera de lire gentiment ce que d’autres auront écrit.

Rien de surprenant et rien d’inhabituel, parce que c’est précisément ainsi que va la vie politique. Qui a déjà assisté à un conseil municipal sait les élus de la majorité votent comme un seul homme sans, le plus souvent, savoir de quoi il s’agit, pour quoi ils votent. Ils votent dans le sens du boss. Idem pour ceux de l’opposition qui vont s’opposer parce que c’est précisément ce qu’on attend d’eux.

Dans le même ordre d’idée on parlera des députés, des délégués syndicaux, des responsables d’organisations non gouvernementales, des conseillers régionaux, généraux…. et tutti quanti. Aucun n’est parvenu où il est sans avoir avalé des couleuvres et courbé l’échine, aucun n’aura  eu la décence de refuser le corporatisme de son groupe, et tous, chefs y compris, ne sont qu’au service d’une entité qui leur permet d’exister, de vivre sans même tenter de prendre en compte la volonté de ceux qui les ont élus.

Alors, le peuple est con ? Sans doute, mon voisin en est un, et un autre voisin, et ma voisine aussi,  sans parler de tous les autres; mes cons à moi en somme. Et moi aussi j’en suis un, et parce que nous le sommes tous ce ne serait pas, finalement, une bonne raison pour nous proposer des référendums ? Après tout, on sait depuis Sarko 1er que l’expression des cons via un référendum peut-être modifiée. Et puisqu’on est tous des cons pourquoi avoir peur de nous demander ce qu’on en pense ?

Lectures :3156
Notifier de
Buster
Buster

Giscard, qui lit certainement Disons, vient de te répondre : « les Français ne peuvent pas se gouverner »

D. Furtif
D. Furtif

Comme je suis de très loin le plus vieux de la bande, je me devais de répondre à Ranta
 » Tu sais ce qu’ils te disent les fossiles? »

D. Furtif
D. Furtif

je ne voudrais pas balancer, mais quand même , il y a des moments où on aurait tort de se priver.
Quand on clique sur la dernière image du Nartic de Ranta
Puis quand on clique sur le « Expand Image » et qu’on insiste un chouïa on arrivé à ça.
Je vous assure que je n’ai rien fait pour.
Si vous doutiez un peu , je vous dirais que c’est la faute à Ranta, lui et ses relations avec des gars qui reçoivent les Témoin,s de Jéovah
.
Message perso à Ranta
Je garde ta musique pour 2013

Xavier
Xavier

Salut Ranta, tout le monde,

Bon, je mets les pieds dans le plat et soumet à ta réflexion un truc assez quantique.

Bientôt le mariage pour tous, avec le bébé sur commande si affinités, bien !

Mais alors :

La loi sur la parité ne serait-elle pas un peu homophobe en exigeant une stricte égalité dans la représentation hommes/femmes aux élections ?
Ben, c’est que les hommes/femmes et les femmes/hommes devraient avoir le droit à une représentation aussi, non ?

Et si le couple de homme/homme ou femme/femme est musulman ? Y avez-vous pensé, hein ?

Ah, la vache ! Alors là, elle est carrément homophobe et islamophobe cette loi sur la parité !
Au passage, dans un couple homo musulman, c’est lequel ou laquelle qui porte le voile ?

Je ne vois qu’une seule solution : créer des quotas de femmes/femmes, hommes/hommes, hommes/femmes, femmes/hommes avec des sous-quotas de hallal et de non-hallal. Et hop le tour est joué, ouf !

Bon, je te vois venir avec ton esprit de contradiction : « oui, mais ça marche pas parce que dans ce cas les célibataires chauves ne sont pas représentés et eux aussi devraient avoir les mêmes droits ! »

Décidément, la politique c’est vraiment trop dur pour moi, j’abandonne !

Lapa
Lapa

Il ne faut pas prendre les gens pour des cons mais ne pas oublier qu’ils le sont!

La démocratie ce n’est pas l’intérêt général qui gouverne mais la plus grande somme des intérêts particuliers.

A priori on n’a pas trouvé mieux quand même, ou alors on s’est empressé d’oublier 😆

D. Furtif
D. Furtif

Cher Lapa , cher Maître je voudrais me permettre d’objecter.
Ce n’est pas le mieux que disait Churchill mais le moins pire.
Nuance comme dirait…..
????
Je ne sais plus qui
Roger Pierre ou Jean Marc Thibault?
Va savoir

Lapa
Lapa

j’ai souvenance que le questionnement fondamental au peuple avait été en vitrine d’un site citoyen concernant la modération des commentaires par les auteurs.
on a vu le peuple voter comme le souhaitait le patron et son copain pseudo gourou ouvert d’esprit. Il a certes fallut du temps pour que la tendance s’inverse, mais à raison d’un rapport de 100/1 la nuit en faveur du oui, la majorité a réussi à s’exprimer. Avec clôture dès que le résultat attendu était atteint.
Cette pantalonnade, que seuls les plus idiots n’avaient pas voulu remarquer a été riche en enseignements. On notera que beaucoup à l’époque avaient l’esprit plus aiguisé que maintenant. Les griffes étaient sorties contre la boutique devant cette évidente manipulation. Aujourd’hui, sa ronronne doucement à la chaleur de tous ces cerveaux citoyens.

Tout ça pour en revenir au fait que la règle numéro 1 du référendum est de justement ne le lancer que quand on est certain du résultat. Aurait-on l’idée de lancer un référendum sur le droit de vote des étrangers après l’affaire Merah, sur la peine de mort en pleine affaire Dutroux? Un mauvais timing du référendum oblige à des contorsions dont Sarkozy a eu le chic, applaudi par une bonne partie de la gauche.
Une campagne d’opinion ça se prépare bon Dieu.

On pourrait s’inspirer de ce qui se fait en Suisse; même si l’échelle est plus réduite.

D. Furtif
D. Furtif

Le plus amusant est bien de se rappeler qui
qui était le plus virulent contre les projet et contre le bourrage d’urne au deuxième épisode.
Car il y avait eu un premier tour.
.
Pour ma part le plus rigolo avait été la révélation de prétendu vote des simples lecteurs c’est à dire des non inscrits. On pouvait voter de n’importe où , n’importe quand.
Je me rappelle aussi le cri d’horreur de l’Equipe de Direction invoquant la démocratie pour valider son entourloupe.
Rappelons nous aussi le grand silence des conseillers moralistes spécialistes en oraison funèbres à tous les étages , une fois que le grand chef eût fait connaitre ses désirs.