Après la fumée (Plume-de-loin, Russie)

Lectures :2943
Toujours dans la rubrique « Ailleurs « : voici le témoignage d’une moscovite qui tient un blog qui s’appelle « Plume de loin » (et en français, s’il vous plaît !) sur les gigantesques incendies qui ont eu lieu en Russie, notamment dans la région de Moscou, au cours de l’été 2010. On a laissé le texte tel quel, y compris les charmantes, petites et très excusables maladresses  de français.

César
———————————————————————————————————–
Jeudi 12 août 2010
J’aimerais vous dire merci pour vos commentaires. Je ne pouvais pas répondre chaque fois à cause de problèmes avec mon ordinateur qui se surchauffe. Mais je lis ce que vous m’écrivez, et je suis très reconnaissante!
Alors, un peu d’information sur ce que s’est passé à Moscou.

Les incendies

Selon la presse de 11 août, 578 incendies sont enregistrés dans les forêts russes. Parmi eux il y a aussi 16 incendies qui se trouvent près de Moscou (à sud-est) sur 6 000 hectares. Et ce n’est pas seulement la forêt qui périt, les villages brûlent aussi.
J’ai lu qu’il y a 60 morts – les pompiers et les habitants des villages.
Je ne sais pas combien de gens sont maintenant sans abri.

Le gouvernement a promis de bâtir de nouveaux maisons pour les sinistrés. Mais les gens ne le croient pas.Dans la ville on a organisé les postes où chacun peut apporter les choses nécessaires pour aider les incendiés. Les adresses de ces centres sont annoncés via media et dans les communautés des réseaux d’Internet russe, comme livejournal.ru par exemple.

Les services responsables ont déjà commencé la submersion de tourbières. Selon la presse, le gouvernement a consacré 300 millions roubles à cette opération (~7,5 millions euros). Mais certains gens pensent que cela peut provoquer beaucoup d’autres problèmes… De plus il y a une question concrète: plus ou moins, les incendies de forêt reviennent chaque été, pourquoi il fallait attendre jusqu’à cette situation critique pour faire quelque chose?

Dans la ville

Il faut comprendre que la chaleur de +38 C n’est pas typique pour Moscou… à vrai dire, c’est pour la première fois dans l’histoire de bulletins météos. C’est pourquoi la plupart des habitants de la ville n’ont pas des climatiseurs, beaucoup de gens n’ont pas même des ventilateurs. Et le fait qui est aussi évident: d’habitude presque personne n’a des masques à gaz chez soi. Avez-vous?

Alors, voici les résultats.

1.            D’abord les climatiseurs et les ventilateurs ont disparu de magasins (maintenant ils sont reapparus mais à un prix fabuleux).
2.         Quand la fumée est arrivée, les masques protecteurs ont disparu de pharmacies.
3.         Les petites oiseaux ont quitté Moscou. Aujourd’hui j’ai vu un moineau pour la première fois en dix jours.
4.         La popularité de grands centres commerciaux a augmenté en un instant: il y a des climatiseurs! Les gens y allaient pour respirer et pour se faire refroidir.
(Quant à moi, nous avons mis les draps mouillés sur les fenêtres. Ils nous protectaient un peu contre le smog mais il n’y avait pas assez d’air. De plus l’humidité a augmenté beaucoup dans notre habitation. Dieu merci, mes parents ont un climatiseur et ma soeur est revenue sans encombre de la base scientifique qui se trouvait dans une des régions dangereuses!!!)

Les propriétaires des habitations où il y a des climatiseurs exploitaient leur avantage: ils donnaient leurs pièces à louer aux gens qui veulent dormir sans fumée. 1000 roubles (~25 euro) par nuit – et vous pouviez voir vos rêves sans problèmes.

En dépit de ce commerce il y avait dans la ville des centres sociaux qui proposaient des salles avec des climatiseurs et l’aide médicale à ceux qui… à ceux qui connaissait qu’ils existaient, ces centres.
Aujourd’hui j’ai lu que l’office de la culture de Moscou a organisé des projections gratuites dans 7 salles de cinéma pour donner aux gens la possibilité de s’abriter du smog.
Au contraire certains musées sont fermés. Les uns n’ont pas de climatiseurs assez puissants pour donner des conditions de confort suffisants aux visiteurs. Les autres ont des systèmes antifeu sensibles qui commençaient à fonctionner à cause de la fumée.

La mortalité à Moscou

L’agence de presse russe RBC donne la statistique suivante:
14340 morts en juillet 2010 – 9516 morts en juillet 2009
On écrit aussi que le 8 août il y avait 449 morts – un record terrible pour Moscou…

De quoi on parle dans les blogs?

1. De Poutine qui a participé dans la lutte contre deux incendies. En qualité de copilote d’un avion spécial il a deversé l’eau sur la forêt qui brûlait. Plusieurs blogeurs écrivent que c’est pas normal pour un premier ministre. Cette action est incorrecte: il lui faut s’occuper des affaires administratives pour faire marcher la système efficacement. Et pour les avions il y a des pilotes – chacun doit remplir ses obligations.
2. Des abeilles de notre maire: il les a évacuées de son manoir près de Moscou et c’était la cause de son absence. Officiellement, le maire de Moscou a passé ses vacance dans les Alpes et il vient de revenir.
3. D’une technologie qui permet de diriger la pluie et du temps en général pendant les situations pareilles. Il semble que le projet existe depuis 1984 et qu’il est très efficace mais les savants sont pleins de scepticisme.
4. De l’épidémie de la grippe qui nous attend parce que la fumée a baissé l’immunité de gens.
5. De la situation écologique… mais c’est pour un autre article.
6. De cette fumée qui va revenir aujourd’hui parce que le vent va changer. En ce moment je vois le ciel. Il est sans aucune fumée.

10 comments to Après la fumée (Plume-de-loin, Russie)

  • Léon

    Pour ceux qui s’intéressent à la Russie, et Moscou en particulier, ce blog donne pas mal de renseignements tout à fait originaux. Mais je suis surtout bluffé par le fait son auteur le tienne en français.
    Bravo Lena !!!!
    D’ailleurs, il faudra lui poser la question : d’où lui vient donc cette francophilie que je croyais disparue en Russie ?

    • Bonjour Léon, merci beaucoup pour ce commentaire et pour votre intérêt à mon blog )))
      A vrai dire mon français n’est pas excellent ni si libre comme je voudrais. Comme je suis traductrice c’était la raison pour commencer un blog pour s’entraîner. D’un autre côté j’aimerais décrire ma ville que j’aime et qui est toujours pleine de choses à découvrir (c’est à mon avis sans doute).

  • Lapa

    mais c’est intéressant tout ça. bravo aux découvreurs.

  • Vox(agora)

    Les russes, la Russie ancienne et nouvelle, je m’y intéresse beaucoup, par la littérature principalement, mais aussi par les films faits par des russes.
    Dans notre imaginaire il y a beaucoup de choses en lien avec les russes et la Russie, l’ancienne et celle d’après 1917, puis celle d’après 1989.
    Il me semble que les français aiment les russes.
    Je regrette, dans certains reportages télé notamment, un ton condescendant -bien français aussi- comme si les russes n’avaient pas le droit,
    comme nous tous, d’avoir du plaisir à acquérir des biens de consommation. Je ne sais pas si, ni comment, c’est perçu par les russes eux-mêmes.

    En tout cas, merci Lena pour ce billet, de loin mais en direct, et l’indication de votre blog.

  • D. Furtif

    Bonjour Plume de loin, chère Lena Bonjour bienvenue
    .
    Ne peut-on dire que sans être fréquentes des températures de + 38° ne sont pas inconnues à Moscou et dans sa région.
    Les facteurs aggravants

    épuisements des nappes
    mitage de la forêt par une urbanisation croissante sans adjonction des équipements collectifs allant de pair
    une dégradation des équipements collectifs anti incendie
    .
    Toutes ces causes ne sont-elles pas venues aggraver voire permettre ces incendies

    .
    Pour finir une autre question
    Moscou et sa région sont-ils mieux équipés pour résister aux grands froids?

    • Bonjour D.Furtif, merci pour votre commentaire.
      Je ne suis pas sûre que j’ai compris votre première question… je demande pardon! Voulez-vous dire que, quand on a la chaleur qui dure, d’un côté et des marais tourbeux d’un autre côté les conséquences sont évidentes? C’est vrai. C’était les contre-mesures qui n’étaient pas évidents parce qu’il s’agissait d’un territoire trop grand dans notre cas…
      Quant à votre deuxième question, je peux dire que de temps en temps cela arrive que certaines maisons ont des problèmes avec le chauffage. D’habitude il s’agit d’une panne plus ou moins sérieuse qu’on élimine plus ou moins vite. Dieu merci, Moscou ne connaît pas les froids extraordinaires et les gens n’ont que s’habiller plus chaudement pour ne pas souffrir du froid, ça suffit. Il est plus difficile de supporter la chaleur et la fumée car on ne peut rien faire pour adoucir la situation…

      • D. Furtif

        Bonjour Plume
        À mon sens les très fortes températures et même les incendies de forêts ne sont pas exceptionnels dans une zone continentale.
        Ces derniers sont le mode ancien , naturel de renouvellement de la forêt à son stade primitif
        Ce qui n’est pas primitif c’est le mitage de ces forêts par un habitat qui se multiplie.Nous avons en Provence les mêmes dangers et quelque fois hélas les mêmes catastrophes.

        .
        Chez nous des décisions draconiennes ont été prises sur l’équipement de ces maisons, sur la qualité des routes et des chemins, sur les équipements en eau .Des zones vastes sont désormais interdites d’habitation.C’est tant mieux.
        Je crains que la région autour de Moscou souffre de ce mitage mais aussi d’un déficit d’équipements, de plans prévoyant les interventions des sauveteurs. Et d’un oubli du simple constat: en été les nappes de surface auxquelles on peut approvisionner les engins des pompiers sont vides.
        Je crains que tout autant que climatique la cause de la catastrophe ne soit humaine c’est à dire relevant de l’urbanisme.
        À ce que j’en connais, le gout ancestral des Russes pour se réfugier dans la forêt même dans des conditions précaires au niveau du confort est sans doute à l’origine des difficultés à gérer le problème.
        La prévention du risque d’incendie va venir heurter des habitudes profondément ancrées et créer d’autres drames je le crains.
        .
        Chez nous des mesures contraignantes ont été prises faisant obstacle à l’habitat dispersé.Elles n’ont toujours été bien reçues.Mais la sécurité collective passe avant la satisfaction des désirs de chacun……..Ne pensez vous pas?

  • Merci beaucoup Vox(agora) pour vos mots. Puis-je vous demander sur votre opinion sur la littérature et le cinéma russe? Quelles oeuvres sont connues en France? Je me pose toujours cette question mais je ne peux pas trouver la réponse dans l’Internet parce qu’elle est trop virtuelle cette information-là. Ce qui attire mon attention c’est les pensées des gens réels ))
    Merci d’avance pour votre réponse

  • Léon

    Lena, je vais répondre à la place d’Agora: on connaît surtout la littérature du XIXe ( Tolstoï, Dostoievski, Tchekov…) et un peu celle du XXe siecle ( Soljenitsyne notamment). Nous ne savons pratiquement rien de la littérature russe contemporaine. Pour le cinéma c’est un peu pareil. Nous connaissons Pavel Louguine, Mikhalkov, Paradjanov, Esenstein, c’est à peu près tout.

    • En Russie nous avons la même chose en ce qui concerne la littérature et le cinéma français. C’est compréhensible: on ne peut pas connaître toutes « les apparitions » culturelles du monde. Tant mieux: j’ai beaucoup de thèmes pour mon blog )))