Mon Île.

Le naufrage inconscient d’un navire dont je n’étais que le passager involontaire me jeta sur cette île. Plus sauvage et arriéré que le dernier Patagon j’y fus enveloppé jusqu’à l’étouffement par la générosité des locaux. Tant de chaleur mit le feu à tous mes errements, toutes mes certitudes . Ils se donnaient la main pour offrir sans rien demander et pour offrir encore . Le centre de toutes les démolitions et de toutes les reconstructions est toujours en rouge dans mon souvenir. Pas un jour de ce court intermède ne resta sans apprentissage et sans conséquence à jamais inscrite . Les caresses laisseraient-elles des cicatrices ?

Le Lycée H. de Balzac était si proche de la Rue de la Révolte …L’avoir quitté m’aura épargné le spectacle de l’édification de la nouvelle Préfecture de police.

Lectures :387
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
arthes
Membre
arthes
21 mai 2024 15 h 30 min

Bonjour Furtif

…Et moi qui ai pour le moment (et POUR longtemps, vu le pavé) comme livre de chevet « Illusions perdues »….La « Sainte foldingue Mélusionnée » dirait: Quelle synchronicité !!!!
Balzac donc..
J’en suis au moment où le jeune, innocent , doué et ambitieux angoumois Lucien « monté à la capitale » commence à perdre son âme en étant « couronné » journaliste, lors d’une soirée entre pairs et pervers, bien arrosée…

arthes
Membre
arthes
3 juin 2024 15 h 12 min
Reply to  D. Furtif

Bonjour Furtif

Je profite de mon jour de repos pour resuivre toi et Balzac ….Ah oui, que de péripéties depuis le 1er mai,, les gabares de BEYNAC, mon nouvel amour et labeur puisque j’y suis guide oratrice, sauf qu’avec les pluies abondantes et un très incommodant lâcher du barrage de Borg les orgues, l’eau montât si haut que toute navigation se révéla un temps impossible et par la suite aventureuse, mais aussi aventureuse qu’elle put être, dans les méandres de ma magnifique Dordogne, et son courant si vif, j’en garderai , ainsi que les quelques courageux ou paisibles touristes qui firent parti de l’aventure, un souvenir ébloui, c’était du confidentiel comme découverte!!! Nous étions seuls au monde dans la forêt sauvage…Et les forteresses…Je ne m’en lasse pas de ce spectacle vivant à raconter!!!!
Bon, la, ça s’est calmé….Du coup, la saison démarre vraiment avec plus de monde, sur le courant redevenu paisible

Eugénie Grandet, wouawou…Puissant!!! Excellent….L Ambiance familiale de mes anciens Thénardier, lol.
Je l’ai découvert à 59 ans, avec profit, sans doute 9/10 ans est trop jeune, plus on avance en progrès moins tôt on est mature…

Le père Goriot, tu me donnes envie de le lire, du coup.
Tu sais que j’adore la littérature du 19ème, bien qu’en ce moment je suis sur les « Femmes savantes » , Molière…impressionnant, et il y en avait du texte et de l’idée , et ciselé comme une oeuvre d’Art
J’admire la comédie française et le théâtre de Shakespeare, Molière, Goethe et Pouchkine…L’Europe, ce devrait être ça.
(je finis d’éplucher la blibli de ma fille, en fait, je suis radine, quand je m’achète un livre, je veux vraiment être certaine que c’est parce que j’y trouverai ma pâture, pour le moment je pille fifille…Mais comme je commence à vraiment aimer Balzac….Je vais être en manque et …Le Père Goriot…)
Yves Renier en Rubempré?
Je n’y avais pas pensé.

arthes
Membre
arthes
3 juin 2024 21 h 29 min
Reply to  D. Furtif

La garçonnière elle est bizarre quand même…C’est ki cé koi?