Prières pour dames ( IDO)

Lectures :4904

Autant le dire d’emblée, mais vous êtes déjà bien au courant: tous les textes ne s’adressent qu’aux hommes, masculins, barbus, virils, etc… L’orant est un mâle. La femme comme sexe et genre n’a pas été prévue par les textes. En général, ce qu’elle doit faire consiste en des interdictions, des exhortations à ne pas faire, voire à ne rien faire. La référence reste masculine quand il faut réglementer les devoirs des femmes. En gros, elles doivent faire pareil, mais moins bien, pour moins en tirer de bienfaits, d’avantages et de gloire. Donc, moins longtemps, moins souvent, moins nombreuses, de côté, dans un coin. La littérature dogmatique, allez vérifier, ne parle pas ou peu. À la rigueur, la femme intéresse en qualité de vecteur de souillure et comme un objet maléfique. Dans les faits, dans l’immense majorité des cas, les femmes sont absentes des prières publiques. Peu importe qu’elles aillent ou non au paradis, l’important est qu’elles finissent le ménage et le repas. Si un groupe d’hommes se rassemble pour pratiquer, il est bien improbable qu’une femme se décidera à participer à leur petite occupation. Alors si une femme veut prier, elle le fera dans son coin, à l’abri des regards, sans bénéficier de tous les avantages sociaux que procure la prière collective. Quand c’est à la maison, elle est plus considérée comme une gêne, un meuble mal placé, une cause d’annulation de la prière de l’homme… Il y a quelques exceptions, mais elles ont tendance à confirmer la règle, qui est l’inexistence rituelle de la femme (en dehors de ses aspects négatifs, comme l’impureté, bien entendu).

Il existe quelques mosquées où une salle est laissée à destination des femmes (et des enfants parfois) toujours, à l’écart, en haut, troisième porte à gauche: un tout petit espace bien confiné, bien isolé. Même pour les vieilles et très grosses, les escaliers sont bien là, étroits et pénibles, comme nous l’avons souvent noté en Turquie. Quand elles sont ensemble, les femmes doivent se choisir un imam femme: dans ce cas, la dignité est très temporaire et technique. Ce n’est en aucun cas un honneur, puisqu’en fait, il s’agit simplement d’éviter qu’un homme soit en présence des femmes.  En cas de prière commune, l’imam est un homme, bien sûr, toujours plus à même d’exercer une autorité…

Quelques textes veulent montrer que les femmes ont un peu le droit d’aller prier. Ils ont été inventés pour atténuer le caractère absolu de la réclusion. Ainsi, le prophète etc… aurait dit que les maris ne peuvent pas s’opposer à leur sortie en vue de prier. Bon, mais comme les lieux adéquats sont rares, que le ménage n’attend pas et que, subtilité des textes, les maris peuvent néanmoins s’y opposer en cas de risque pour la femme… ( Rappelons que pour un mari musulman et sourcilleux, sa femme est en danger à peu près partout, sauf près de lui, quoiqu’elle puisse être d’un avis absolument contraire.)

Dans les grands rassemblements, les « grandes messes », comme celles qui sont pratiqués en Occident pour impressionner l’infidèle, les femmes, parfois, pour faire masse, sont associées. Toujours encore, la place des femmes est bien précisée: derrière. Une explication limite obscène est souvent proposée, avec une mélange de gêne et de lubricité: les femmes orantes sont contraintes par le mécanisme de la prière de relever leurs derrières, et la position a quelque chose d’inconvenant. Placées devant, elles pourraient perturber les mâles dévots. Le Coran dit bien que les femmes peuvent être prises de tout côté, mais là, ce n’est pas le moment d’y penser. Le lecteur pensera peut-être à une affabulation de notre part, mais non, l’argument est fréquemment entendu et vise immédiatement la gente féminine.

On ne s’est jamais demandé d’ailleurs (mais l’esprit des femmes est-il chose intéressante ?) si les femmes pouvaient être excitées par les petites et grosses fesses de ces messieurs… Parfois encore, elles sont de côté et bien séparées par une sorte de rideau. Le Coran sert encore de règlement sur ce point.

—————————————————————————–

Source

NB :  ces textes d’Islam-Documents.org, c’était pour vous mettre l’eau à la bouche, nous n’allons plus en publier que de temps en temps. On  conseille à ceux que cela intéresse d’aller sur leur site et on recommande chaudement, entre autres,  toute la partie réservée aux rituels, souvent assez drôle.

César

____________________________________________________________________________________________

Un repentir ( samedi 11h 45) : il nous semble utile d’jouter ce texte relatif cette fois au pèlerinage des femmes à la Mecque, qui en dit long également.

—————————————————————————————————————————————————————————

Femmes en pèlerinage

Le festival des ombres


Il reste très remarquable que dans les pèlerinages d’autres règles s’imposent aux femmes, en apparence plus souples et libérales que celles qui aliènent toutes les femmes musulmanes : le moindre historien finirait par en admettre qu’il y a là la trace d’une autre origine, très arabe et très peu islamique, des pèlerinages.  Voilà ce que l’on peut dire du reliquat d’un rôle autrefois plus important des femmes, dans les religions arabes préislamiques, enfin, pas inexistant, comme toujours depuis que l’islamisme s’est imposé. Le fait est perturbant, pour un musulman qui se respecte, et qui ne respecte pas autre chose. Mais le respect du pèlerinage impose les femmes.

Alors la complexité des rites, le juridisme ritualiste et le foisonnement des textes sont destinés à contrarier le libéralisme particulier et tous s’accordent pour ne pas leur accorder un rôle stable et conséquent.

La première et vielle excuse bien sûr est bien sûr l’impureté féminine. Que ne ferait-on pas si elles n’avaient pas leurs menstrues? Les menstrues sauvent les hommes, les mâles, d’une invasion féminine, danger pour leur sérénité mystique…

Les textes prévoient tous les cas, dans les détails, car il existe toujours une jouissance machiste à évoquer les désagréments féminins. On n’imagine pas à quel point ces vieilles barbes sales sont obsédés par la question des menstruations, qui sont le mal absolu, sorte de peste diabolique…

Dans les faits, les cérémonies sont surtout  masculines : il est exclu de laisser cohabiter une foule musulmane peuplée d’hommes et de femmes, toujours susceptibles de débauche et de perversité. On n’est pas dans les JMJ, tout de même. La misogynie, et même le misogynisme islamique fait le reste, et il est en son pouvoir de restreindre autant que possible que les femmes s’incrustent dans le rituel… Là, voilà, c’est ça : ils ont tout inventé pour qu’ils puissent dire à la maison : non, Aïsha, non, Fatima, non Khadija, son Safiyya, vous ne pouvez pas aller au pèlerinage, ça coûte trop cher, et puis vous ne profiterez pas du séjour, alors que moi, si, et vous êtes des égoïstes de ne pas me laisser partir tout seul.

Alors de nos jours, la solution est simple : de toute façon, la femme n’est pas prioritaire pour le hajj, et puis c’est plutôt une récompense pour sa vie de soumission. Il est même convenu, en Arabie Saoudite, de n’autoriser à venir –seules- que les femmes ménopausées : celles dont on pense qu’elles ne peuvent plus exciter le pèlerin tourmenté par ses pulsions. La ménopause est fixée par décret divin et saoudien à 45-6 ans…

21 comments to Prières pour dames ( IDO)

  • D. Furtif

    Le jour du grand voyage , on a le droit d’enregistrer ses bagages et de les mettre à la soute.
    Mais au fond du fond, on se demande ce qu’elles peuvent avoir envie d’aller faire au Paradis , il n’y a rien de prévu pour elles là bas.
    En dehors de l’islamisme
    Y a-t-il au monde une idée plus bêtifiante, demeurée et puérile que cette confusion absolue de Paradis récompense.Toutes ces mortifications subies et organisées pour les autres dans l’espoir et au nom de cette absurdité au sens propre.
    .
    Pour avoir une idée du paradis , il y a une histoire courte et simple
    .
    C’est le gars qui se tape sur la main à coups de marteau , Jour et nuit il se frappe sans relâche .
    L’athée qui passe par là lui demande
    –  » mais pourquoi tu fais ça? »
    – « Mais parce que ce sera si bon quand je m’arrêterais »
    .

    Ça me fait penser à mon article sur les martyrs
    Certains chrétiens des origines se dénonçaient entre eux aux Romains en invitant les juges à plus de sévérité pour ne surtout pas risquer de louper le Paradis.
    .
    Tous les croyants du monde se retrouvent dans cette attitude : accumuler les rites visibles comme si par là ils signaient un contrat qui obligerait Dieu à accomplir sa part du marché.On peut dans ce constat percevoir une explication au mépris des femmes: c’est en quelque sorte une manière d’éliminer la concurrence et s’assurer que la distribution d’un bien reconnu comme précieux etréservé à quelques uns ne sera pas dispersé dans des mains qui  » nous le savons tous très bien , nous les croyants du monde entier », ne le méritent pas.
    .
    Cette haine ou ce mépris des femmes n’a qu’un seul mobile . La peur ici et maintenant.

  • Causette

    Après Ninou…

    medj m’a répondu
    (c’est un peu long mais ça vaut le coup, une « Merveille« , là nous sommes plus que gâtés ; j’aère un peu son texte pour faciliter la lecture)

    medj – Jeu., 2. févr. 2012, 19h16
    Alors juste pour éclaircir ce que Causette a affirmé. Il faut savoir que le Coran n’est pas un simple livre dont on peux retirer quelques lignes sorties de leurs contexte afin de l’utiliser pour servir un argument. C’est un récit divin envoyé vers un prophète a une période particulière, sous une forme poétique, qu’il est important d’interpréter, resituer et expliquer. Il y a des savants du monde arabe qui passent leur vie à écrire l’exégèse du Coran et certains groupes de réflexion etudient pendant des années certains versets afin de les comprendre, donc ne tombons pas dans la caricature de lister des versets vides de toute explication.

    C’est pourquoi je vais essayer de te les expliquer : -le Coran dit que l’Homme est supérieur à la femme, c’est vrai! Il possède des capacités physiques et psychiques qui sont supérieurs à celle des femmes. Il a de la force, du dissernement qu’elles n’ont pas. C’est pourquoi Allah lui a donné le role de chef de famille, de celui qui ramène le pain et protège les plus faibles (femmes et enfants). C’est un mensonge de dire que l’homme et la femme sont égaux, je dirais qu »ils sont omplémentaires. La femme a besoin de l’homme pour la protéger et l’entretenir, l’homme a besoin de la femme pour sa sérénité et sa sensibilité. On voit bien les désastres de la pseudo égalité homme/femme en Europe, les femmes travaillent et ne veulent plus d’enfants, ou en font et ne veulent plus les élever, ce qui entrainent des problèmes d’éducation, ou bien les nombreux divorces amené par cette philosophie. Quoiqu’il en soit en Occident c’est une fausse égalité, car la femme est en fait réduite à la fonction d’objet sexuel bon à faire vnedre des yaourt en exibant son corps sans pudeur dans les médias. Et de nombreux philosophes européens ont salué ce coté sain du monde musulman ou le nombre de viols, agressions, avortements, enfants illégitimes, divorces, bref tout ces maux sont moindres.

    – Le Coran dit que les femmes sont nos champs. Ou est le problème, c’est vrai, on s’accouple avec elles, on plante une graine, et 9 mois après une superbe plante est née. Quel est le problème? Dieu nous a créé en paire, pour que notre union fasse naitre un enfant, comme l’union de la graine et de la terre font naitre une plante. Et contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas de castration sexuelle en Islam. Le sexe est important pour une bonne santé physique et mentale. L’islam l’autorise librement dans le respect des règles établies.

    – L’islam interdit aux femmes d’épouser des non croyants, car ceux ci peuvent avoir des effets néfastes sur le comportement de la femme par leurs idées, leur manque de foi, leur principes, leurs priorités dans la vie. Et comme dit précédemment, elle ont été de moins de perspicacité (ce qui fait leur charme) notamment durant leurs périodes de règles ou elles sont sujettes à des comportements émotionnels, donc la manière de penser de l’homme peut à terme dominer dans l’esprit de la femme. Quoiqu’il en soit, cet interdit va pour l’homme aussi.

    – Concernant la polygamie, il faut comprendre que ce fut une avancée incroyable à l’époque ou a été révélé le Coran car les hommes possédaient des harems entier de femmes dont ils ne donnaient aucun droit. Le Coran a réduit de nombre à quatre max en imposant des règles très stricte à respecter. L’égalité totale de traitement, considération, amour, argent, enfants, … Donc à l’époque, quand une femme seule se trouvait dans le besoin, ils lépousaient en 2ème ou 3ème femme afin de lui servir de compagnie et l’entretenir. L’impératif de la polygamie est l’accord de la 1ère femme qui a le choix de refuser. Enfin, Dieu créé chaque jour plus de femmes de d’hommes en terme de naissances. Donc si tout les hommmes et toutes les femmes du monde se mariaient, il resteraient beaucoup de femmes seules…

    – Concernant le fait de frapper les femmes, c’est une solution qui est expliquée par les savants. Tout d’abord, cela ne concerne que des actes graves qui touchent à l’honneur ou la sécurité de la famille. Tout d’abord, on doit s’expliquer avec sa femme, montrer notre désaccord et s’expliquer. Si cette étape ne marche pas, on doit se séparer physiquement d’elles, en dormant séparé pendant une certaine période pour qu’elle comprenne que ce qu’elle a fait est mal. Et si vraiment encore il y a toujours une attitude nefaste de la femme, l’homme a le droit de la frapper. Mais pas n’importe comment. Avec un baton léger, de la taille d’un siwak ou une brosse à dents, en évitant la visage et les parties sensibles. Bref c’est un geste qui ne donne aucune douleur et qui est un signe de grande désaspprobation et que les limites ont été atteintes. C’est autre chose que les milliers de femme battues en France à grand coup de poing dans la tete ou jetées dans les escaliers

    – Concernant le verset sur l’adultère, fais preuve d’un minimum d’honneteté intellectuelle en avouant qu’en islam, contrairement à chrétienté, l’homme ET la femme sont punis d’un chatiment corporel pour cet acte. Mais cette punition fut très peu appliquée à l’époque du prophète sws. En effet, on comprend que les conditions de son application sont quasi impossible. Pour être considéré, il faut 4 témoins occulaires différents qui rapportent la même chose. A moins de faire ca dans la rue comme des animaux et porter atteinte à la paix sociale, l’adultère est en général faite en secret dans l’obscurité. De plus, tu as délibéremment ommis le passage qui dit que si l’accusé jure 3 fois qu’il dit la vérité, alors on doit le laisser car dans le doute, il est considéré comme honnete. Ohh lla la quelle religion méchante dis donc!!!

    – Enfin, concernant le fait de cacher les parties attirantes, c’est une obligation pour la femme comme pour l’homme. Ces zones pour la femme s’étalent de la tete aux chevilles, pour les hommes du nombril aux chevilles. Ton affirmation est encore FAUSSE, il est ordonné à l’homme de baisser son regard, de ne pas fréquenter les endroits mixte, de jeuner pour calmer ses pulsions, de se marier, … Le voile est un gage de pudeur et de paix sociale, il n’y a qu’à remonter quelques années plus tot en France pour revoir des femmes portant des chapeaux, des longues robes et des vetement à manches longues. La libéralisation sexuelle en France fut un désastre pour la femmee et la société avec toutes les dérives qu’on connait.
    Donc comme tu le dis si bien, il faut lire Ce Coran, qui est une preuve de bon sens, de vérité et de bonheur pour toute société qui l’appliquerait. Et je suis sur que si tu me relis de facon honnete, tu comprendra que tu avais une image faussée du Coran et de l’islam.

    • COLRE

      Excellent Causette 😀 vraiment, tu ne sais pas lire le Coran comme il faut et là où il faut.
      « Il y a des savants du monde arabe qui passent leur vie à écrire l’exégèse du Coran » ! femelle écervelée qui se croit supérieure aux docteurs de la foi ! 😈

      (tiens ? ça me rappelle qque chose… Ah ! c’est : «La majorité des savants des quatre écoles et des jurisconsultes sont d’avis qu’il n’est pas permis à la femme qui a ses menstrues de se rendre à la mosquée»)

    • D. Furtif

      Causette il faut que tu nous donnes les coordonnées de ton dragueur.

  • Léon

    Mais où donc se déroule cet hilarant échange, Causette ?

  • asinus

    sommes nous obligés de lire les declarations d’amour enflammées que reçoit Causette ? c’est beaucoup trop
    intime à mon gout .Par ailleurs j’ai l’explication d’une possible alliance des islamistes avec la secte biosain
    en effet quoi de plus agricolement VERT que la parabole de la femme vaste champs fertile ou l’on s’aime pardon seme de graines .Reconnaissons à l’epistolier confident de Causette une volonté evidente de seduire puis d’éduquer j’ai dit eduquer hein pas dresser , mais je la sent un rien ‘rétivive » notre Causette surement cette absence de discernement bien connu chez les femmes ya des centaines de haddiths qui l’explique !!!!

    • Causette

      ah! le vert la couleur de l’espoir :mrgreen: l’homme a le droit de la frapper. Mais pas n’importe comment. Avec un baton léger, de la taille d’un siwak ou une brosse à dents, en évitant la visage et les parties sensibles.

      Pour répondre à Léon c’est ici.

  • COLRE

    Cette plongée dans les archives de Disons, m’a permis de retrouver d’autres citations en phase avec cet article d’Iskender :

    Question : Pourquoi les femmes ne sont pas autorisées dans les Mosquées ?

    Réponse : « Le Prophète a déclaré que, si une personne prie dans la mosquée, sa prière reçoit une récompense 27 fois supérieure qu’à la maison »
    Pourquoi une telle injustice ?

    Mais, dans sa grande sagesse, un Hadith vient à la rescousse des femmes :
    «la prière des femmes est meilleure dans leur maison que dans la mosquée et la prière des femmes est meilleure dans leurs chambres que dans leur maison»… ben voyons… !!

    Sur le site, un commentateur ne s’y est pas trompé. Il déclare :

    « Le prophète a dit
    toute la femme est awra.
    Le croyant qui voit une femme perd tout contrôle de lui même
    au lieu de prier Allah, il veut forniquer la femme sans même l’ epouser ni lui payer son jabr.

    Quardaoui, Tarik Ramadan sont d’accord
    la femme c’est la cuisine et la chambre pas la mosquée

    Sources :
    http://islamcomicbook.com/

    • D. Furtif

      Flatteuse Colre qui nous confie que l’on peut se retrouver dans les archives de DISONS
      Ce qui veut dire qu’elle sont mieux rangées que mon Bouzin perso

      • COLRE

        ben voui… tu ouvres « modifier les commentaires », tu fais « afficher 999 commentaires » pour faciliter la recherche sur une seule page, et tu tapes « savant » dans « rechercher »… il n’y en a pas trop des références à « savant » sur Disons… 😉

  • COLRE

    ou là, à propos d’un autre site islamique à propos des mosquées et de la prière des femmes :

    Question : salam alakaikom
    je veux savoire si la femme est autorisée de faire sa priére à la mosqué?chokran

    Réponse : Les avis des écoles juridiques sont partagés sur la question de la prière de la femme à la mosquée.

    Selon l’école hanafite: La prière en congrégation (Djama’ah) à la mosquée n’est obligatoire que pour les hommes.

    Mais les hanafites vont plus loin et précisent que les femmes doivent à tout prix éviter d’aller à la mosquée, en raison de la dégradation des mœurs des sociétés en général.

    Selon l’école Châféite: Il est déconseillé aux femmes d’aller à la mosquée pour faire la Salat, et il leur est donc préférable de prier chez elles.

    Selon l’école malékite, les femmes ont tout à fait le droit d’aller prier à la mosquée, à condition que cela ne contienne pas de risques. [les risques, c’est les menstrues… 😉 ]

    Selon l’école hambalite: Il est autorisé aux femmes de prier à la mosquée, mais il est mieux pour elles de prier dans leur propre maison.

    Pour ce qui est des récompenses, les Hadiths affirment de façon unanime que les femmes qui prient chez elles ont plus de mérite que celles qui prient à la Mosquée.

  • Léon

    C’est très intéressant car la place des femmes dans le culte, au fond, mesure leur place sociale. Non décidément, cette nouvelle série d’IDO sur les rites islamiques est bien instructive.

    • COLRE

      Oui, un aspect auquel je n’avais pas pensé : non seulement la place sociale des femmes est inférieure ici-bas, mais elle l’est aussi « là-haut »… une infériorité éternelle, en quelque sorte.

      Cette série d’IDO est en effet remarquable.

  • D. Furtif

    J’ai oublié de vous en parler
    Hildegarde von Bingen pourrait être promue Docteur de l’Église ,
    La rouerie du Vatican est infinie
    Faut dire que Père de l’Église , ils avaient du mal

    • COLRE

      il faut payer pour lire l’article… 😆 je pense que c’est un nartik hyper-subversif qui pourrait donner des idées folles aux femmes et susciter des revendications indues…

      • D. Furtif

        Mais heu , pas du tout il est lisible en direct

        • COLRE

          😯 ben… pas moi : « ARTICLE À CONSULTATION PAYANTE » qu’il me dit, refusant absolument que j’accède à la magnifique promotion de Hildegarde von Bingen…
          tu nous avais caché que tu t’étais abonné clandestinement à La Croix… 8)

          • D. Furtif

            Je viens d’aller re re vérifier et alors qu’à 16h05 j’arrivais encore à ouvrir , c’est fermé maintenant.

  • Léon

    Meuh, non il est en accès gratuit. Par contre ceci, je vais l’ajouter en lien à l’article sur la pédophilie au sein de l’eglise catholique

  • Causette

    Hildegarde de Bingen est aussi connue dans le domaine linguistique car elle élabora une langue artificielle ou langue construite écrite et parlée par elle seule, la Lingua Ignota. L’usage de la langue nous est inconnu, ça m’a fait repensé au Manuscrit de Voynich dont on ne connaît pas encore l’auteur. Dans un doc j’ai entendu que d’après les dernières recherches de l’université de Yale sur la composition chimique de ce manuscrit il serait beaucoup plus ancien que tout ce qu’on avait dit. Et justement on parlait du XIe ou XIIe siècle l’époque de Hildegarde. Se pourrait-il que ce soit elle l’auteure du manuscrit de Voynich? ah ah! on a pensé à un tas d’auteurs mais jamais à une femme! et pourtant ça me paraît presque évident que c’est l’oeuvre d’une femme.