Trois lectures d’enfance…(redif)

Lectures :5054

Il faut toujours se méfier des livres qu’on offre à ses enfants. Parfois ceux-ci les entraînent dans des mondes délectables où leur passion sans limite leur fera oublier tout le reste. Impossible de savoir pourquoi cela arrive, et d’ailleurs c’est mieux comme cela; au travers de cette tranche de vie je cherche juste à vous faire partager cette expérience qui  doit être commune à beaucoup d’entre nous.

La maison familiale regorge d’étagères de bibliothèques remplies de livres; tellement qu’il serait vain d’essayer de tous les lire, mais certains ont vraiment marqué l’enfant que j’étais. Je ne parle pas bien sûr des playboys du grand frère judicieusement cachés (ou du moins le croyait-il) entre quelques piles de vêtements hors saison, mais juste de quelques ouvrages, loin d’être des chefs d’œuvre littéraires, mais au goût si délicieux qu’un gosse de 10 ans est capable de les lire et relire, voire de les connaître par chœur.

Le premier est le Grand Livre de la Mythologie que j’ai dévoré de bout en bout. Au point de devenir incollable dès la sixième sur la généalogie de la maison royale de Thèbes,   les moments forts de l’Odyssée ou de la Guerre de Troie, les mutiples amours de Zeus et sa descendance, l’organigramme des divinités, des titans et des héros… C’est assez incroyable la mémoire qu’on peut avoir à cet âge là. Je me délectais du thème mythologie à Questions pour un Champion et arrivait à tenir la conversation à table sur le sujet, ce qui ma foi, évitait de parler du temps qu’il faisait ou de politique; c’était déjà ça de gagné!

Le deuxième livre qui me posséda fut Le Survivant du Pacifique. Ce récit épique du porte-avions Enterprise pendant la guerre du Pacifique me fascina complètement au point d’avoir une préférence historique marquée pour cet épisode si intense de la seconde guerre mondiale. Il est vrai également que pour un petit garçon de cet âge, il est aisé de s’amouracher des jolis cuirassés, des bombardiers en piqué ou des torpilleurs.  Bataille de Midway, Guadalcanal, débarquements, kamikazes, toutes ces batailles annonciatrices de la fin des énormes navires à canons au profit de groupes aéronavals étaient tout simplement passionnantes à lire.

Enfin le troisième provint de notre professeur de français qui nous fit lire Bilbo le Hobbit. Qui fut une véritable révélation sur la profondeur et l’intérêt du monde de Tolkien. Évidemment je poursuivi par le Seigneur des Anneaux et le Silmarillon. Encore aujourd’hui j’ai toujours cet attrait pour cette littérature « fantasy » si décriée par les intellectuels (ou se croyant l’être). Est-ce ma faute si je préfère la série de l’Assassin Royal (je vous conseille) aux livres de Mazarine Pingeot? Qui peut rester insensible au style unique et à l’humour (burlesque et parodique) so british de Terry Pratchett avec ses Anales du Disque-Monde?

Évidemment vous n’avez pas trouvé ci-dessus de Princesse de Clèves. Madame Bovary m’a toujours emmerdé et j’avoue que le Discours Sur L’origine Et Les Fondements De L’inégalité Parmi Les Hommes – Discours Sur Les Sciences Et Les Arts du bon Jean-Jacques a rapidement raison de mes paupières engourdies. Ne nous faisons pas plus select que nous sommes, il ne s’agit pas de briller dans les dîner en ville. Après tout, l’évasion et l’imagination contribuent tout autant que la réflexion à l’épanouissement des êtres.

Alors quand vous aurez à offrir des livres à vos enfants, finalement ne réfléchissez pas trop. Il n’y a nulle règle établie. Ce que vous pourriez supposer anodin arrivera peut-être à les passionner pour longtemps. C’est un choix personnel et irraisonné qui pourra vous surprendre. Le goût de la lecture c’est un peu comme le goût du vin. On peut se reposer sur les étiquettes, ou essayer de faire des découvertes qui pourront être décevantes, mais auront le mérite de d’avantage nous en apprendre et de refléter notre personnalité.

Et vous, quelles lectures ont marqué votre préadolescence?

66 comments to Trois lectures d’enfance…(redif)

  • asinus

    bonjour , Lapa pré ado, la serie rouge et or et puis des jules vernes vieux à couvertures rouges peut etre des Hetzels disparus depuis??? mais mes souvenirs de livres les plus prégnants c’est ado le samedi à la bibliotheque municipale le dernier CLA opta mis de coté pour moi par la dame , depuis mes étageres au grés de ma  » fortune’ se couvrent des jacquettes multicolores de cette science fiction !
    une évocation heureuse, merci Lapa
    Asinus:ne varietur

    • Radix

      Bonjour Asinus

      Dans votre commentaire il y deux mots qui ont fait tilt : « CLA opta » !

      J’aimerai en savoir plus sur ceux que vous avez lu, peut-être avons nous lu les mêmes.

      Radix

      • asinus

        bonjour radix je pense avoir lu les cent premiers , Assimov , Heinlein ,Delany ;Vance , moorcook  » le navire des glaces » le cycle de tshai par Vance l’anneau monde de Niven ect…j’en ai racheté une trentaine ,
        mon argent de poche partait dans les Galaxy bis » ect…

        • Radix

          Bonsoir Asinus

          Ben merde alors !

          On a la même bibliothèque !

          J’ai raté l’achat d’occasion du n°1 d’Opta, les amants étranger de Farmer, le copain ne voulait pas s’en séparer.

          J’adore Asimov, Heinlein, Vance… Tout ceux que tu as cité et quelques autres en plus comme Mac Caffrey et quelques autres…

          Bon je bloque un peu sur Dick, n’ayant pas les mêmes substances pour le lire que lui avait pour écrire !

          Merci de ta réponse.

          Radix

          • D. Furtif

            B’soir Radix

            Tiens une petite guerre , ( on en manque)
            Dick et sa mouvance d’allumés ont tué la science fiction.

            Je m’installe assis par terre au milieu de bar avec les mains sur la tête.

            • Radix

              Bonsoir Le Furtif

              J’ai essayé de lire « le maître du haut château » et je dois avouer que son écriture tient plus du LSD que de la littérature (voire d’une idéologie que je ne partage pas).

              Mais bon chacun trouve dans ses auteurs un peu de son reflet.

              Heinlein a été qualifié de chantre de l’extrême droite avec « Étoiles, gardes à vous » et de chantre de l’extrême gauche avec « En terre étrangère », chez Dick on ne retrouve pas cette volonté d’échapper aux étiquettes !

              Radix

            • Si c’est Philippe K. Dick dont on parle, on m’en avait dit du bien et j’ai prévu d’en lire. Le jour où ce sera fait, je donnerai mon avis, forcément éclairé. :mrgreen:

              • D. Furtif

                Celui là serait Mormon j’ai lu les trois premiers de la série Ender
                Il peut bien être raëlien ça ne me dérange pas , car je ne le rencontre pas dans ses livres

                Les Solariens et tout ce qu’a fait Spinrad La Guerre des Bleus et des Roses

                Demain les chiens de Simak

                Le Monde vert de Brian Aldiss

                J’arrête là ça me rappelle trop de mauvais souvenirs. Trop de déménagements m’ont conduit à donner mes livres à des gens que je croyais friands de SF, ils en vinrent à me dire : « Arrête »
                Alors la médiathèque et Emmaus et pour finir la benne ont vu partir mes livres.

              • Radix

                Bonsoir Wald

                Plutôt que de donner un non-avis sur un auteur non-lu, il serait plus intéressant pour tout le monde de donner un avis sur un auteur lu !

                Que penses-tu de Heinlein ?

                Radix

              • D. Furtif

                Bonsoir Wald, l’aideur en écriture a pondu un article sur le réchauffisme il reçoit l’aide du Viking et celle de de l’éminent nanothermiste JL…
                Je comprendrais que tu te disperses un peu.

                • T’as raison Furtif. 😉

                  L’autre imbécile n’a absolument pas le niveau pour faire un article sur le sujet, mais bon, après tout, même Cabanon a écrit sur ce thème…

                  Je vais me mettre à l’ouvrage.

          • asinus

            pareil pour k Dick , j farmer ou c moore de shambleau me vas mieux les monades urbaine de silverberg et bien sur c Sidmak mais un des monument  » pour moi » c est un cantique pour leibowitz
            de w Miller sinon A Meerit les habitants du mirage pu la nef d ihstar ect

            ps n’ecoutez pas le faiseur d’embrouille, k dick est quasi illisible par moment

            • D. Furtif

              Nabsolument Asinus. Dick a été à la mode dans une mouvance allumée de Californie , il a surtout été superbement mis en image .
              Mais ses bouquins…. 😕 😕

              Ce qui me gonflait c’est ces gens qui ne connaissait rien à la SF et qui nous gonflait avec leur K Dick par ci et leur K Dick par là

              • Radix

                Dis donc Le Furtif, tu n’est pas crédible dans le rôle de l’âne qui braie pour avoir du son !

                Tu vaux mieux que çà !

                Radix

                • D. Furtif

                  Hein????Qu’est-ce qu’il y a , Radix , tu fais un malaise????

                  • Radix

                    Un malaise ? je te croyais au bar, les mains sur la tête attendant le déluge ?

                    Ceci dit, je partage ton opinion sur Dick (et quelques autres) et je compatis au boulôt d’attirer le chaland qui passe dans « ta boutique » !

                    Remarques, je participe volontiers si le sujet m’intéresse tant que les participants on quelque chose à dire.

                    Ma remarque marquait le fait que tu es un lecteur de SF et que tu t’es fait matraqué par des lecteurs de Dick qui n’avaient rien lu d’autre, c’étaient des ânes !

                    Radix

                    • D. Furtif

                       » je compatis au boulôt d’attirer le chaland qui passe dans « ta boutique » !

                      Plait-il???

                    • D. Furtif

                      Je crois que tu as un grand besoin de savoir où tu te trouves en ce moment

                      mais les mots de chaland et de boutique sont plutôt mal venus….

                      T’a-t-on demandé d’acquitter un quelconque droit de passage. Ton mode d’expression réitéré laisse planer plus qu’un doute

                    • Radix

                      Bonsoir Le Furtif

                      Loin de moi l’idée de te blesser et pour le dire je n’emploie pas de gras!

                      Je pensais, visiblement encore naïvement, que tu t’intéressais à la SF et que sur ce site tu faisais l’animateur ainsi que le relanceur quand le sujet était intéressant.

                      Quand Rocla et compagnie sont intervenu sur ce fil en mettant en cause la sincérité de ce que je disais, je n’ai pas souvenir que tu sois monté au créneaux et j’ai terminé la conversation en me souvenant du post que Léon m’a envoyé.

                      Excuses moi si les mots de « chalands » et de « boutiques » t’ont vexés, mais sincèrement ce n’était pas le but… c’était juste de l’humour deuxième degré pour dire que ce que tu fais sur ce site ne dois pas t’empêcher d’exprimer clairement tes opinions sur un sujet !

                      Radix

              • asinus

                Furtif , perso j y comprenais pas grand chose à k dick , des livres qui me plaisent je les relis a plusieurs années d écart la route des cygnes de Hardy , malville de r merle , les rois maudit de Druon , kipling je suis insomniaque alors j’aime les nouvelles mais je suis resté bloqués aux auteurs de ma jeunesse steinbeck ,mac orlan le truc le plus récent c est j f
                Parot et son nicholas le floch  » c’est du polar historique ,en « litérature » j ai des gout modestes et vetustes j ai éssayé nothomb ou houellebecq mais ça me tombe des mains je suis pas équipé intellectuellement 😉

            • Radix

              Dans Opta as-tu lu les « Géants de craie » de Keith Roberts, c’est du mauvais Silverberg ?

              Radix

  • Léon

    Marrant, les lectures que je retiens de mon enfance ( pas l’adolescence), ce sont surtout des encyclopédies, des dictionnaires. Par exemple cette magnifique « Encyclopédie pour les enfants de France » de chez Hachette avec un coq sur un fond de carreaux bleus et blancs que j’ai encore et que je regarde encore avec émotion malgré son très mauvais état. C’est assez rigolo d’y voir par exemple la description de l’empire colonial français…

  • maxim

    mes lectures d’enfance ..d’abord un vieux larousse illustré d’avant guerre que je feuilletais consciencieusement ( j’ai retrouvé le même chez Emmaus ),les différents bouquins qui traitaient de n’importe quoi,avec des planches illustrées comme autrefois ..
    puis en pré -adolescence les Jules Vernes édition Hetzel,superbement illustrées ..sans oublier les Tintin,les Tarzan dessinés par Harold Foster,Prince Vaillant,Jean d’Armor,Luc Bradfer,Gordon Flash,Spirou avec le Buck Danny …

    Mécanique Populaire qu’on recevait à la maison comme Sélection du Reader Digest…en fait un peu de tout …

    et puis en cachette les Folies de Paris Hollywood,et Paris Tabou (lus le Jeudi dans le grenier et planqués sous le tas de foin ),ancêtres de Lui et Play Boy …

    et voilà,et puis ça continue,je vais toujours chez Emmaus pour les bouquins ,on y trouve des trésors .

  • snoopy86

    Pas de gameboy, pas d’ordi, peu de télé un autre monde… la lecture me passionnait et m’entrainait dans des mondes extraordinaires ….

    Tout Walter Scott, Kypling, Kessel, Monfreid, London et les vieilles reliures familiales de Dumas ou Jules Vernes …

    Même la maladie cessait d’être un problème

    Quelques titres qui marquent :  » L’escadron blanc  » de Peyré, « les secrets de la Mer Rouge », « Quentin Durward » et surtout « Fortune Carrée » de Kessel. Aujourd’hui encore, il m’arrive de rêver que je suis Igricheff…

    • snoopy86

      Et d’accord avec Lapa sur la  » princesse de Clèves  » mais pas du tout sur « Madame Bovary » tellement finement écrit et encore si actuel. Des Emma j’en croise tous les jours, mais Rodolphe a pris un coup de vieux …

      • Lapa

        oui tu as sans doute raison, ce livre-là avait été choisi par un prof que j’appréciai peu, ceci explique cela? Le prof de Français que j’ai fait sortir de la classe en furie en balançant toutes les copies par terre car il portait Rimbaud aux nues et j’avais osé le considérer comme un trafiquant d’armes ayant juste fait une crise d’ado par rapport à de véritables poètes qui avaient transpiré les vers toute leur vie. (ok y’avait un peu de provoc’ :mrgreen: ). Il me prenait trop la tête avec son Rimbaud par-ci, Rimbaud par là…

    • asinus

      @snoopy decouvert kipling tard , les trois pavés de chez Omnibus sont cornés a force de lecture et relecture ce type savait ecrire sur  » nous » n’est ce pas.

  • yohan

    Les miennes de lecture, ce sont celles que je retrouvais dans la maison de ma grand mère en Bretagne pendant les vacances, les Historia de mon oncle, quelques exemplaires jaunis du Reader Digest sinon Blek le Rock, Zembla, Battler Britton, et les livres de mes prix scolaires, Quentin Durward, Michel Strogoff, mon aventure à l’Ile des Forbans. avec le poste à galène scrouittccchhh scrouitccchhh, et la méteo marine, enfin de quoi rêver

  • D. Furtif

    Au panthéon familial il y avait l’instituteur de mes parents .Ils avaient eu le même . La religion du livre régnait à la maison.Ils m’abonnèrent à un journal pour enfant dès que je sus lire. Ça devait leur couter bonbon à l’époque.À Paris ma grand mère travaillait chez un magnat du pneu qui recevait les services presse des maisons d’édition. J’ai connu son appartement luxueux quand il n’était pas là .Pas un livre rien , vide.Ils étaient chez nous.
    Des livres en vrac à la maison dans de grandes caisses partout dans les greniers dans le chai dans le débarras dans les chambres.Le livre était le domaine de la liberté complète. Aucune règle aucun contrôle.N’importe quoi , n’importe où. « De mon âge ou pas ».

    Et puis un miracle
    Au lycée collège interne en 6è , la possession d’un livre autre que les manuels ou le seul livre par semaine pris à la bibliothèque du Lycée nous valait une lourde punition. Privé de sortie le dimanche donc 15 jours au bahut sans sortir

    Le livre était le domaine de la fraude , de l’interdit donc de la transgression donc du plaisir.

  • rocla

    A part un dictionnaire le  » Larousse pour enfants  » avec de super illustrations de l’ édition 1954 , au mot extraordinaire se trouvait un espèce d’ animal allongé avec des oreilles d’ âne une tête de rhinoféroce des pieds de mille-pattes et sur l’ arrière-train une cheminée pour laisser passer la fumée , mon meilleur livre c ‘est quand à seize j’ ai suivi la grande Lulue sur l’ ecalier menant aux ciels des firmaments célestes .

    Un condensé .

  • maxim

    et un jour,dans l’armoire de la chambre de mes tuteurs alors qu’ils étaient absents,un bouquin pour les couples écrit par un Professeur s’il vous plait !…
    avec des dessins anatomiques qui devaient dater du début des années 1900,le mec avec la moustache et les tifs avec la raie au milieu,et le bonne femme très dame comme il faut avec chignon et chemise de nuit,le mec lui,avait gardé son caleçif,ses chaussettes et un marcel !

    et alors,toutes les questions sur la chose que ma curiosité de pré-ado travaillait étaient là,en dessins académiques et n’épargnant aucun détail ! même une zigounette académique ça fait sérieux sur un livre écrit par un Professeur !

    et puis,pas de préliminaires ou si peu,on passe à l’acte pour faire de futurs bon citoyens! et dans le respect de la religion,pause réglementaire du Missionnaire c’est tout,pas de fantaisies tout juste bonnes pour le clientèle débauchée des lupanars !

    ne pas oublier les règles d’hygiène avant et après pour Monsieur et Madame !

    ce bouquin,je l’avais emporté à l’école,et sorti au fond de la classe avec les cancres dont je faisais partie,pour lire avec les copains …on se marrait tellement que le dirlo,qui faisait aussi l’instituteur ,un type pas commode qui ressemblait à Jean Gabin a demandé : qu’est ce que vous lisez de si drôle ? apportez moi ça immédiatement!

    ça nous a coûté deux heures de retenue,un coup de pied au cul,et 500 lignes ..et c’est le Dirlo qui a gardé le bouquin pour lui !

    • yohan

      Des salauds, ces dirlos, ils avaient la confiscation sélective 8) 😀
      A cet âge on ne sait pas encore dire  » Siouplait Msieur rendez moi mon bouquin de cul » Seraient capable de nous cafter aux parents si on ne fait pas une croix dessus :mrgreen:

  • Lapa

    héhé que d’anecdotes croustillantes! Parmi les livres que j’ai dévorés plus tardivement, il y avait bien sûr la collection Hetzel des Jules Vernes, et puis Quentin Duward…
    Enfin la basculement dans la poésie, Hugo et surtout Baudelaire; de sorte que je délaissât quelque peu le roman..

  • Radix

    Bonjour Lapa

    Je me souviens d’une tante, carrément à l’ouest, qui m’a offert pour mes douze ans : « ma vie d’enfant » de Maxime Gorki !

    Elle ne l’avait pas lu, d’ailleurs à part la Bible, elle ne lisait rien ; Elle a du penser que c’était un bon livre pour un garçonnet en se fiant au titre.

    Je l’ai lu et j’ai compris que ma tante était une andouille !

    Mais, sans le vouloir, elle m’a beaucoup apporté, elle m’a offert la réalité du monde adulte sur un plateau… Une forme de « dépucelage » mental précoce.

    Radix

  • maxim

    de toute façon,quand c’est un Maxim qui écrit,c’est toujours bien :-D:-D

    • Radix

      Bonjour Maxim

      Pour Gorki, c’était bien écrit du moins ce que j’ai pu en juger à douze ans et à travers une traduction.

      Bon, depuis je l’ai relu et pas en russe malheureusement je ne parle pas cette langue, et c’est toujours bien écrit.

      Ceci dit tous les Maxime ne disent pas des choses intelligente et au hasard : « Maxime Gremetz » ?

      Radix

  • Causette

    Bonjour Lapa, bonjour Léon, Maxim, à tous

    La lecture un refuge
    Si mon frangin, qui a 10 ans de plus que moi, avait des revues pin-up il devait bien les planqué car je ne suis jamais tombée dessus ; par contre il avait une sacrée collection de BD petit format : trappeurs, rodéos, Davy Crokett, etc… http://hb.pf.free.fr/site/blek/images/cover/full/8grd.jpg
    Bien sûr, je n’ai pas raté les Barbe-bleue, les fées, la petite sirène et le vilain petit canard 😆

    Mes frangines avaient bien quelques « Martine à l’école et autres« , mais je n’appreciais pas trop, je préférais les romans SF. J’ai aussi eu beaucoup de plaisir à lire les livres de Tolkien, Le Silmarillion, les aventures de Tom Bombadil, Bilbo, Faërie et autres textes. L’île du Docteur Moreau de Wells brrr! La guerre des mondes…
    Et Maupassant, La Horla, Boule de suif.
    Zola quelle découverte! LES ROUGON-MACQUART http://emilezola.free.fr/menu.htm
    Eugène Sue et Les Mystères de Paris
    Edgar Allan Poe Les Nouvelles extraordinaires, La Chute de la maison Usher .

    Plus tard, la Série noire, avec des auteurs comme Dashiell Hammett, Raymond Chandler, MacCoy, James Cain… Laissez bronzer les cadavres! de Manchette. J’en passe… et les romans d’espionnage

    Puis la lecture d’ouvrages tel que le Bréviaire de la haine Léon Poliakov, des récits historiques et d’Histoire des civilisations.

    Lapa, vous avez raison : Il n’y a nulle règle établie.

  • Causette


    M. Lepic, s’il est d’humeur gaie, ne dédaigne pas d’amuser lui-même ses enfants. Il leur raconte des histoires dans les allées du jardin, et il arrive que grand frère Félix et Poil de Carotte se roulent par terre, tant ils rient. Ce matin, ils n’en peuvent plus. Mais sœur Ernestine vient leur dire que le déjeuner est servi, et les voilà calmés. À chaque réunion de famille, les visages se renfrognent.

    Poil de Carotte de Jules Renard

    J’ai toujours aimé les histoires de famille, alors je n’ai pas raté celle de Brasse-bouillon d’Hervé Bazin
    http://bu.univ-angers.fr/documents/archive_pdf/1.pdf

  • rocla

    Perso j’ ai eu l’ instruction du magazine Elle qu’ achetait ma maman , la page courrier du coeur de Marcelle Ségal était un vrai fond de commerce de suillà m’ a fait ça et celle-là me l’ a pas fait .
    Et dans  » femmes d’ aujourd’hui  » les pub pour la marque Oufiri qui montait une noirte avec des seins en forme d’ ogives nucléaires . Une époque où lorsqu’ une nana au cinoche deshabillait son bras de son long gant noir sur une zigmu appropriée représentait la scène ultra torride de chez très chaud brûlant .

    On imaginait même pas qu’ un Rocco puisse être si Freddy ….

  • Radix

    Bonsoir Rocla

    Je ne suis pas sûr (mais je peux me tromper) que l’auteur de l’article voulait avoir la genèse complète des lectures qui t’ont permis de dessiner, sur tes draps, tes premières cartes de France !

    Radix

    • mmarvinbear

      On sous-estime grandement l’infuence qu’ a pu avoir les catalogues de la Redoute sur les jeunes garçons et l’impact sur les ventes de lessive…

    • Radix

      Il y a une erreur sur « permit » il fallait lire « permis »

      C’est cela qui a énervé !

      Radix

  • yohan

    Radix,

    Je vois trop souvent dans les films historiques des éducateurs qui cherchent ces fameuses cartes de france dans la literie des suspects, les ânes !! 🙄
    ils feraient mieux de regarder au plafond :mrgreen: 😀

  • rocla

    Radix ,

    Rassure toi , j’ ai aussi lu les oeuvres complètes de Buffon vers mes douze ans , avec les merveilleuses illustrations de toutes sortes de végétaux et animaux .L’ Iliade et l’ Odyssée de Homère dans la langue d’ origine ainsi que les parutions de Geothe et Schiller en haut Allemand .

    Mais j’ voulais pas m’ la jouer 😆

  • Causette

    Vous ne connaissez pas Fifi Brindacier?
    Fifi est très rigolote et ne fait que des bêtises. Elle en fait encore plus avec ses amis Annika et Tommy. Quand elle fait des omellettes elle renverse un oeuf sur sa tête ce qui n’empêche pas Annika et Tommy de trouver cela délicieux. Arrive alors tante Percilla, cette mémé qui s’occupe de tout ce qui ne la regarde pas. Tante Percilla se rend à la police et déclare : « Cette petite fille ne peut pas rester toute seule dans sa maison! » Deux commissaires se rendent alors chez Fifi. Celle-ci est enchantée de les voir. Elle porte les deux policiers et, pour leur faire peur, elle porte une vache à bout de bras.
    Les deux policiers partent en courant… Fifi peut alors rester bien tranquille chez elle.

    Fifi est une petite fille de 9 ans, ses cheveux sont rouge-carotte, tressés en deux nattes. C’est une petite fille très très forte…si forte qu’elle peut porter son cheval!
    Fifi c’est la joie de vivre, pimentée d’une pointe d’insolence : loin des adultes et de leur école, vivant seule avec son cheval et son singe, elle joue, chante, se déguise et vit tous les rêves des enfants. Elle cherche des trésors, vole comme un oiseau et joue au pirate comme son père, roi des cannibales et terreur des sept mers… Et naturellement, tout le monde adore Fifi Brindacier!

    L’auteur : Astrid Lindgren
    les livres de Fifi Brindacier se lisent à n’importe quel âge!

  • Léon

    Connait pas cette Fifi. Ca manque certainement à ma culture générale.

  • maxim

    Anne Archet ,elle a également écrit Schopenhauer Marx et Moi,c’est plutôt very very hot ! un billet zoophile avec un clébard pour amant !

  • Lorenzo

    Tout môme des tonnes d’illustrés, X-13, Battler Britton,Blek le Roc, puis le journal de Tintin, celui de Spirou et tous les auteurs de ces deux journaux, Pilote et tous ceux qui y
    passérent.Trés tôt je me suis mis á lire du Frédéric Dard avant San Antonio, puis Sana of course,çá me laissera á jamais le goût du Polar que je continue de lire avec le même plaisir,
    en ce moment un Westlake jubilatoire « Dégâts des Eaux » chez Rivages.Plus gosse je me jettais avec mon frangin toutes les semaines sur « Tout l’Univers » on adorait tous les deux.
    Mais comme je ne sais plus qui dans les commentaires les premiers livres captivants étaient ceux de la collection Rouge et Or et aussi les aventures du « Club des Cinq ».
    Comme pas mal ici grand amateur de Paris Hollywood découvert á 12 ans quel bonheur !

  • yohan

    le plus délirant que j’ai lu, c’était au Lycée, un bouquin qu’on se refilait sous le manteau et qui s’appelait « Tapis de prière en chair ». Jamais pu remettre la main sur ce joyau. Je crois que l’auteur était chinois

  • snoopy86

    Curieux que sur cet article personne n’ai dit combien un enseignant compétent, un maître, peyt transmettre à l’enfant ou l’adolescent sa passion de la littérature …

    Pour moi, c’était en quatriéme, il s’appelait Mr Azoulay. Jeune agrégé, rapatrié d’algérie, son premier poste… Je lui dois beaucoup …

  • maxim

    eh bien pour moi,c’était ce fameux instit et directeur d’école communale ,Monsieur Balteau ,un type sévère et pas marrant mais juste et respecté ,ses cours d’histoire ou de géo étaient formidablement passionnants,et de plus c’était un fan de Victor Hugo et on en a bouffé tout nôtre saoul,il nous avait également recommandé de lire Louis Pergaud ( la guerre des boutons et de Goupil à Margot) on lisait beaucoup,également du Balzac …il nous vraiment communiqué le goût de la lecture,et même les voyous du fond de la classe dont j’étais un des membres ,écoutions religieusement ses cours ( enfin ceux qui nous intéressaient)

  • Vilain Petit Canard

    J’ai cherché pour moi aussi trois livres marquants de mon enfance, et les voilà :
    1. Histoires d’ici et d’ailleurs, suivi de Histoires des pays lointains chez Gründ, (je les compte comme un livre en deux tomes)illustrés par l’incroyable Kubasta. J’y ai passé des jours…
    2. 55 histoires extraordinaires, fantastiques et insolites, édité chez Lidis, qui m’a fait découvrir d’un coup Lovecraft, Wells, Borges, Cyrano de Bergerac et Conan Doyle (entre autres)
    3. Contes et légendes de l’Iliade et de l’Odyssée, évidemment.
    Sinon, je me suis aperçu que j’ai une grande bibliothèque commune avec beaucoup d’entre vous (Opta, Farmer, Dick, etc.). Eh eh qui se ressemble s’assemble.

    PS J’espère que mon gravatar marche ce coup-ci.

  • Ph. Renève

    Souvenir…

    Les Jules Verne de la Bibliothèque Verte lus dans le lit le jeudi matin jusqu’à midi, extrême limite avant de déjeuner…