Krokodil, la nouvelle drogue venue de Russie.

Lectures :4471

Suite à l’info transmise il y a deux jours par Causette concernant le krokodil, cette nouvelle drogue apparue en Russie,  César a trouvé cet article  du Time qu’il s’est efforcé de traduire à l’aide de sa maigre connaissance de l’anglais et du traducteur automatique. Il a fait son possible et demande  l’indulgence pour les éventuelles erreurs. Parfois, quand il ne comprenait rien, il a mis des points de suspension entre crochets. L’article original est ici. A signaler que la drogue arrive en Europe de l’Ouest

César
———————————————————————————————————————
Les nouveaux arrivants au centre de désintoxication de Chichevo, un petit village qui se trouve à l’est, à deux heures de Moscou, sont habituellement dispensés de corvées pendant deux semaines, le temps de récupérer des nausées, de la douleur et des insomnies dues au sevrage. Après cela, entre étude de la Bible et prières (le centre est géré par les pentecôtistes), ils doivent commencer à couper du bois, puiser de l’eau au puits du village ou s’adonner à d’autres tâches autour de la vieille maison en bois. Mais une tolérance beaucoup plus large a été accordée à Irina Pavlova, la seule résidente du centre accro au « Krokodil » , la nouvelle drogue meurtrière de Russie.

Il n’y a pas de bonne explication médicale au fait que Pavlova ait survécu à sa dépendance. L’utilisateur moyen de krokodil , un cousin de la morphine qui se propage comme un virus chez les jeunes Russes, ne vit pas plus de deux ou trois ans, et les rares qui réussissent à s’en extraire sont normalement défigurés. Mais Pavlova dit qu’elle s’est injecté de la drogue presque tous les jours pendant six ans, ayant appris à la fabriquer dans la cuisine de son frère. «Dieu a dû me protéger», dit-elle. Mais la dépendance reste, certaines de ses cicatrices sont visibles. Elle a développé un trouble de la parole, et ses yeux bleu pâle ont quelque chose du regard vide d’un lobotomisé [….]

Comme cela arrive généralement en Russie, Pavlova a commencé sa consommation de drogue par une substance appelée khanka , un opiacé tiré à partir de bulbes de pavot, puis est tombée dans l’héroïne et, enfin, à l’âge de 27 ans, est passée au krokodil , car il a à peu près la même effet que l’héroïne, mais est  au moins trois fois moins cher et très facile à faire.
Le composant actif est la codéine, un des antidouleurs les plus consommés et en vente libre, qui n’est pas toxique en soi. Mais pour produire krokodil, dont le nom savant est désomorphine médicale, les toxicomanes la mélangent avec divers ingrédients y compris de l’essence, du diluant à peinture, de l’acide chlorhydrique, de l’iode et du phosphore rouge qu’ils grattent sur les allumettes. En 2010, entre quelques centaines de milliers et un million de personnes, selon diverses estimations officielles, se sont injectées la substance qui en résulte dans les veines, en Russie, jusqu’à présent le seul pays au monde à subir cette épidémie.

La drogue semble être d’abord apparue en Sibérie et dans l’Extrême-Orient russe autour de 2002, mais ne s’est répandue dans tout le pays que depuis ces trois dernières années.Depuis 2009, les saisies de krokodil ont été multipliées par 23 selon le chef du Service de contrôle antidrogue, Viktor Ivanov. Les seuls trois premiers mois de cette année le service a confisqué 65 millions de doses. […]

Comme on pouvait s’y attendre, la drogue s’est propagée le plus rapidement dans les parties les plus pauvres et les plus reculées du pays, comme Vorkouta, la ville natale de Pavlova, un ancien Goulag à environ 100 miles (161 km) au nord du cercle arctique. Les hivers y durent huit mois de l’année, et comme Pavlova le rappelle, les jeunes sont dans un état constant d’ennui. La plupart d’entre eux boivent et peu d’entre eux travaillent, comme dans des centaines de villes et villages du nord gelé de la Russie. Pavlova dit qu’il y avait environ une douzaine de toxicomanes au krokodil dont son frère, elle traînait avec. «Pratiquement tous sont morts maintenant», dit-elle. «Certains ont succombé à une pneumonie, d’autres à un empoisonnement du sang, certains ont eu une artère éclatée dans leur cœur, certains ont eu une méningite, d’autres ont simplement pourri. »

Le «pourrissement», explique le surnom de la drogue. A l’endroit de d’injection, qui peut être situé n’importe où sur le corps, la peau du toxicomane devient verdâtre et écailleuse comme celle d’un crocodile, les vaisseaux sanguins éclatent et les tissus environnants se désagrègent. La gangrène s’installe et l’amputation est nécessaire, tandis que les tissus osseux poreux, en particulier ceux de la mâchoire inférieure, commencent souvent à se détruire, rongés par l’acidité du médicament. Pour Pavlova, le point de rupture  a été atteint en 2008, quand elle s’est terrée dans l’appartement de son frère pendant deux semaines à ne rien faire d’autre que préparer la drogue et se l’injecter dans l’artère fémorale au niveau de l’aine. « L’effet de la drogue dure environ une heure et demie, et il faut une heure pour la préparer. J’ai donc été à la fabrication et à l’injection 24 heures par jour», dit-elle. À la fin de la période de surconsommation, la gangrène avait commencé à se développer autour de l’aine et le sang a été empoisonné. Elle a été transportée aux urgences, puis transférée dans le service de désintoxication où il y avait des pentecôtistes qui proposaient aux toxicomanes en cure de sevrage. Pavlova a accepté.

[…] Une réunion avec Medvedev en avril a conduit à un débat public sur la nécessité d’interdire la vente libre de la codéine ou d’imposer des tests de dépistage dans les écoles, et un plan de création d’un réseau de centres publics de désintoxication est en en cours pour les prochaines années. Mais jusqu’ici, le ministère de la Santé ne gère qu’une poignée de patients pour les quelque 2,5 millions de toxicomanes, dont la plupart utilisent encore l’héroïne. L’Union Russe des Chrétiens Evangéliques, qui est dominée par les pentecôtistes, gère plus de 500 centres ne bénéficiant d’aucune aide de l’Etat, ce qui en fait le plus grand pourvoyeur de rééducation en Russie.

Pour tenir Pavlova loin de déclencheurs potentiels de rechute- tels que les pharmacies où elle a acheté une fois de la codéine ou des escaliers où elle s’injectait la drogue – les évangélistes ont transféré leur centre à Chichevo dans la banlieue de Moscou, dans un chalet de trois étages qui semble comme un retour au 19ème siècle, avec un poêle à bois dans la cuisine et un établissement de bains traditionnelle, ou banya , que les habitants eux-mêmes construits dans la cour. De vastes champs et des forêts de pins et de bouleaux séparent Chichevo de la ville la plus proche. Mais en 2009, lorsque le manque était devenu insupportable à la fin de sa première cure de désintoxication, Pavlova avait réussi à rejoindre Moscou en auto-stop et à attraper un train pour retourner à Vorkouta. Elle est maintenant à une semaine de la fin de son deuxième stage de désintoxication.[…]  « Je ne peux pas revenir à cela. J’étais belle quand j’ai commencé, mais ce qui est arrivé … » La pensée hésite un instant. «C’était comme vivre dans un marécage horrible. »

7 comments to Krokodil, la nouvelle drogue venue de Russie.

  • Castor

    Alcool, drogues, des fléaux de notre société qu’il conviendrait d’éradiquer.
    Cet article fait froid dans le dos. Comment peut-on en arriver là ? Quels mécanismes mentaux peuvent-ils nous pousser à l’auto-destruction ?
    J’avoue que ça m’échappe totalement.

  • Causette

    Bonjour Léon, bonjour à tous,

    D’après Der Spiegel, cette drogue est présente en Allemagne. A Bochum (Rhénanie du nord Westphalie) 4 personnes sans-abri ont récemment éprouvé les symptômes liés à l’utilisation de Krokodil, elles croyaient utilisaient de l’héroïne, selon un médecin traitant les toxicomanes. C’est cet article qui m’a alertée: Krokodil, la drogue qui dévore les junkies de juin 2011.

  • yohan

    Commencons par nous attaquer aux dealers et à la mafia qui grossit. En italie, qui a de longues années d’expérience de lutte contre la mafia, ils confisquent tous les biens des malfrats, incapables de justifier de leurs revenus. On ferait bien de faire pareil chez nous, car nos dealers à nous paradent sans complexe, persuadés de leur impunité. Boulevard Davout dans le XXème, je vois des grosses berlines rentrer dans les immeubles à toute heure de la journée

    • Marco

      (Le composant actif est la codéine, un des antidouleurs les plus consommés et en vente libre, qui n’est pas toxique en soi. Mais pour produire krokodil, dont le nom savant est désomorphine médicale, les toxicomanes la mélangent avec divers ingrédients y compris de l’essence, du diluant à peinture, de l’acide chlorhydrique, de l’iode et du phosphore rouge qu’ils grattent sur les allumettes.)

      je veux bien Yohan mais là il va falloir coller en zonzon
      *les pharmaciens
      *les revendeurs de peintures et diluants ( les merlin merlin and co )
      *les directeurs de grande surface aussi ( l’acide chlorhydrique tu en trouve chez carrouf )
      *les buralistes qui vendent des allumettes !!

      ceci dit je n’ai jamais compris non plus ce besoin d’auto destruction ! ou alors le besoin de flash immédiat.
      J’ai goutté comme beaucoup à l’herbe qui rend nigo , et ma fois cela me rendait encore plus bête que je ne le suis déjà, j’ai donc laissé tombé.

    • Lech

      Yohan, je suis bien d’accord avec vous mais en ce qui concerne l’article ci-dessus, cela n’a rien à voir avec une mafia, sinon la mafia des labos pharmaceutiques russes (comme l’évoque l’article donné en lien par Causette), puisqu’il s’agit justement d’une drogue « cheap » que chacun peut fabriquer chez soi. C’est d’ailleurs bien pour cela qu’il s’agit d’un fléau préoccupant, surtout quand on sait que ça arrive déjà en Europe occidentale (Allemagne).

      Pour ceux qui veulent voir les résultats désastreux de cette drogue, youtube nous en donne quelques aperçus très éloquents :

      ***AMES SENSIBLES S’ABSTENIR***

      http://www.youtube.com/watch?v=cM6v-43-1PU

      • Marco

        J’ai pas pu regarder jusqu’au bout ce matin ,j’ai mon pain au chocolat qui commençait à faire le yoyo !!
        je finirai ce soir !!

        C’est vraiment une spirale infernale.

  • Lech

    A propos de Russie, une petite compilation de tout ce qu’on peut rencontrer dans ce pays où les limites à la connerie semblent bien au-delà de ce qu’on peut voir par chez nous…

    http://www.divertissonsnous.com/2011/10/15/compilation-vive-la-russie/