Pakistan : Ne blâmez pas les talibans, blâmez l’islam

Trouvé ce texte ici, sur ce blog québecois :

L’original en anglais est ici.
Cette chronique est  particulièrement intéressante par qu’elle dit du rapport entre l’islam dit « radical » et le mythique « islam modéré ». Il conforte notre opinion selon laquelle l’islam modéré est de fait un islam affadi, pratiqué par de « mauvais musulmans ». Que, au contraire l’islamisme « radical » apparaîtra toujours comme l’islam le plus pur et le plus authentique, le plus conforme à ses sources et devant lequel les « musulmans modérés »  seront obligés de baisser la tête.
Rappelons-nous Boubakeur à l’époque de la discussion autour de l’interdiction du voile intégral : ce n’est en aucune manière une prescription de l’islam, mais il faut pas  stigmatiser des musulmans.
Tout est dit, exactement conformément à cette chronique. Seul un schisme au sein de cette religion solutionnerait la question.
César
————————————————-
Une chronique remarquable dans un grand quotidien pakistanais, après la tentative d’assassinat, par les talibans, de Malala Yousafzai, une adolescente de 14 ans qui milite pour l’éducation des filles.
Hypocrisie…
______________________

Au lieu de blâmer les talibans, appelons un chat un chat.

L’affaire Malala est du déjà vu, un million de fois. Des religieux « extrémistes » font preuve de brutalité ; la classe « éduquée » dénonce un acte haineux ; les « intellectuels » qualifient ses auteurs de « bêtes sauvages » ; les « progressistes » manifestent contre un « acte lâche » ; tous condamnent cet acte mais demeurent silencieux sur sa cause : l’idéologie.  Dans le passé, tous ceux qui ont dénoncé les talibans ont agi en apologistes, justifiant l’idéologie religieuse et alléguant que ces « crétins incultes » avaient « malheureusement » mal interprété les enseignements de la religion de paix et de quiétude. Non, ils n’ont pas mal interprété ces enseignements, « malheureusement ».

Il est douloureusement amusant d’observer les «modérés» et les révolutionnaires de salon qui consomment du vin, fréquentent le sexe opposé sans complexe et n’ont pas prié et jeûné depuis des années, accuser les talibans, qui observent strictement la charia, d’infester leur religion d’harmonie. Or les talibans font ce que les Écritures – celles que les pseudo-intellectuels encensent ou n’ont pas le courage de critiquer – leur disent de faire. Lorsqu’on enseigne, sur la base des Écritures universellement reconnues par les musulmans comme « authentiques », qu’il faut tuer tous les non-croyants ou ceux qui menacent la grandeur de l’islam, des musulmans les tueront : où est l’erreur d’interprétation ici ?

Dire que l’esclavage ou les esclaves sexuelles, c’est repoussant ; que les agressions physiques contre les femmes, c’est dégoûtant ; qu’amputer la main du voleur, c’est inhumain ; que lapider des gens à mort, c’est bestial ; et dans le même temps, vénérer l’idéologie qui permet ces actes, est le summum de l’hypocrisie. Critiquer et se moquer des talibans qui suivent le véritable islam, tout en se complaisant dans un islam très agréable mais honteusement fallacieux pour ensuite prétendre que les talibans ont une mauvaise interprétation et se méprennent sur l’islam ? Quelle ironie !
Cessons de créer des quasi-religions ou de défendre des idéologies que nous avons tous appris à suivre aveuglément comme étant la vérité. Appelons plutôt un chat un chat et prenons conscience, même au prix d’une crise cardiaque, que la véritable cause de l’extrémisme religieux est la suivante : l’islam, en particulier dans sa forme brute, la seule forme « authentique ».

Les talibans ont justifié l’attaque contre Malala Yousafzai par les Écritures et les précédents historiques. On peut clamer haut et fort que les talibans ne comprennent pas l’islam, mais comment diable peut-on réfuter des messages clairs de violence et des preuves historiques – écrits par des historiens de l’islam – décrivant la brutalité de figures parmi les plus illustres de l’histoire de l’islam ?

Il est facile de décharger son vitriol contre les talibans pour l’agression d’une jeune fille de 14 ans, mais il est carrément hypocrite et pathétique de faire dans le même temps l’éloge de figures historiques qui ont fait la même chose dans le passé, qui ont commis des massacres de masse, détruit des terres, pulvérisé des lieux de culte et violé des femmes, tout simplement parce qu’ils ont manifestement agi au nom de l’islam. On ne peut reprocher aux talibans de suivre leur exemple ; on ne peut reprocher aux talibans d’utiliser la violence pour asseoir leur suprématie religieuse, comme les musulmans le font depuis des siècles ; on ne peut blâmer les talibans pour la lâcheté qui empêche d’appeler un chat un chat même s’il botte notre postérieur depuis des siècles.

L’existence de groupes tels que le Tehreek-e-Taliban-Pakistan et le Lashkar-e-Jhangvi est attribuable au fait que l’islam traverse encore l’Âge sombre tandis que les autres religions sont passées par la Réforme, aboutissant à une Renaissance collective – il y a de cela 500 ans. Aucune religion dans sa forme brute ne peut fonctionner à notre époque. Au lieu d’emprunter la voie de la facilité consistant à mépriser ceux qui suivent les enseignements de l’islam dans leur forme brute, l’approche logique serait d’accepter la vérité.

Ceux qui voient l’islam comme l’autorité suprême ne peuvent reprocher à Zia-ul-Haq d’avoir mis en œuvre les lois de la charia ; ils n’ont pas de raisons d’attaquer Mumtaz Qadri [l’assassin du gouverneur du Pendjab opposé à la loi sur le blasphème] ou de se désoler de la mort de Salman Taseer qui s’était clairement prononcé contre la loi sur le blasphème ; ils n’ont aucune raison de voir le Dr Abedul Salaam comme un trésor national pour son appartenance à une secte qui contredit clairement les enseignements de l’islam. Et oui, ils n’ont aucune raison de blâmer les talibans.

Il est temps que nos « penseurs » cessent d’emprunter la voie de la facilité et choisissent leur camp. Soit vous suivez l’islam authentique, soit vous êtes incroyant. Les talibans ont choisi leur camp. Et vous ?

Source : « Don’t blame the Taliban, » par Kunwar Khuldune Shahid, Pakistan Today, 12 octobre 2012. Extrait traduit par Poste de veille
[ NDLR : curieusement cet article, pourtant bien repris sur le net et dont nous certifions avoir vu l’original, n’est plus accessible sur le site du journal. Bizarre….]
—————————————————————–

12 comments to Pakistan : Ne blâmez pas les talibans, blâmez l’islam

  • Une phrase de ce texte à souligner : Aucune religion dans sa forme brute ne peut fonctionner à notre époque. Cela veut dire concrètement que judaïsme et christianisme ont en eux les mêmes potentiels de violence. L’histoire du christianisme et le fonctionnement actuel des colons juifs sont là pour le prouver. Et si une religion dite révélée doit évoluer pour s’adapter à l’évolution du monde qui veut devenir de plus en plus démocratique et pacifique, qu’est-ce que cette révélation ?

  • Causette

    « Quelque chose de nouveau était en train d’arriver cela se répandait à la surface de la terre, mais personne ne voulait le savoir. Un nouveau mot avait été inventé pour permettre aux aveugles de rester aveugles : islamophobie » écrit Rushdie dans son livre Joseph Anton
    Son dernier livre dit tout sur les renoncements de l’Occident face aux islamistes
    Très bon article de Luc Rosenzweig

  • D. Furtif

    Savoir que ce texte vient du Canada pays des accommodements est un bonheur pour l’esprit et une raison d’espérer.
    Je me suis empressé d’aller informer nos cousins de l’existence de ce blog qui ose dire la vérité .
    Je sais que la thérapie est un peu rude pour ceux qui encensent Morice et Allain Jules.
    Mais faut c’qui faut

    • Lapa

      je vais te donner une raison supplémentaire d’espérer: il me semble que c’est québecois ici, une analyse très intéressante. et puis le nom, on dirait presque un miracle.

      • D. Furtif

        En effet Lapa réjouissante cette confrontation avec la production de Sisyphe
        Il sait nous montrer combien la roublardise est grande de ces gens là et combien ils trouvent une oreille attentive quand il s’agit de mettre en place la grand internationale de l’obscurantisme
        .
        Œcuménisme et obscurantisme voilà la voie de ces prêcheurs
        .

        Le dialogue interreligieux pour censurer le droit à la liberté d’expression

        Le 7 septembre 2011, Montréal a été l’hôte de la deuxième conférence mondiale des religions organisée par l’Université McGill et l’Université de Montréal. Parmi les invités les plus connus se trouvaient le Dalaï Lama, Tariq Ramadan et Gregory Baum. Cette conférence avait pour but de discuter d’une Déclaration universelle des droits de la personne par les religions du monde qui accorderait aux religions le droit de ne pas être dénigrées par les médias et le milieu académique. À l’article 12.4 de cette Déclaration, on peut y lire que « Chacun a le droit que sa religion ne soit pas dénigrée dans les médias ou dans les maisons d’enseignement ». Puis en 12.5 : « Il est du devoir de l’adepte de chaque religion de s’assurer qu’aucune religion n’est dénigrée dans les médias ou dans les maisons d’enseignement ». Relisez encore une fois, l’article 22c) de la Déclaration des droits de l’homme en Islam et vous verrez, que cette fois-ci, on y est !…….>

        .
        C’est pourquoi ici et maintenant nous ne devons pas laisser une seconde de répit aux quantiques respectables et modérés qui voudraient nous imposer capitulation et régression sociale au nom de la Paix sociale

        .
        Les mots me manquent pour dire la gratitude que nous ressentons pour Sisyphe

  • Merci Furtif pour l’info sur la deuxième conférence mondiale des religions. Je n’en avais jamais entendu parler : les medias français me semblent avoir été très discrets sur le sujet.
    Pour ceux qui, comme moi, veulent en savoir plus :
    – le site de la conférence : http://www.gcwr2011.org/fr/index.htm
    – le texte complet de la déclaration des droits de la personne : http://gcwr2011.org/pdf/UDHRWR_fr.pdf
    Nota bene : Le théologien catholique Grégory Baum soutient Tariq Tamadan et il serait intéressant de casser un peu le mythe du Dalaï Lama et du bouddhisme tibétain dont la version française, à la mode actuellement, semble très épurée par rapport à la pratique magique tibétaine.

    • D. Furtif

      Bonjour Nogat.
      Je maintiens depuis des années et à l’époque bien des quantiques de nos « amis » n’y voyaient rien à redire,au contraire ils en rajoutaient, que ce mouvement œcuménique de l’obscurantisme trans religions a un centre et que ce centre est au Vatican.
      J’affirme que la mouvance catho de gauche continue à être aux ordres chez les anciens du PSU , voire les vieux mao spontex du quartier latin, et bien sûr au PS.
      Ils sont à la base d’une description cohérente du phénomène gauche quantique .
      .
      Je concède que cette hypothèse n’en soit qu’une. mais j’aimerais bien qu’elle fasse l’objet d’une critique argumentée et fondée sur des faits.

  • D. Furtif

    Je tiens à souligner la discrétion exemplaire de Lapa qui laisse Nogat me couvrir de compliments sans rien réclamer pour lui.
    Grand seigneur Lapa 😀

  • docdory

    Il faut remarquer que l’article original est sorti dans un journal pakistanais. Imaginons qu’un journal français sorte le même article, et l’on aurait un tollé général de la « bien-pensance »… La presse française serait-elle moins libre que la presse pakistanaise ?

    • D. Furtif

      Bonjour Doc
      De la même manière nous nous sommes fait trainer dans la boue sur Maboul quand nous osions ironiser sur cette confrérie de charlatans avec le soutien intéressé des islamiens comme JoJo l’imam de Constantine vigilant à veiller à ce que ce forum soit le rendez vous de tous les allumés de toutes sortes.
      Quand on a une daube à écouler on veille à ce que le commerce de la daube fonctionne.
      J’ai évoqué comment il prétend avoir trouvé le Big Bang et l’expansion dans le Coran en pillant un autre article
      C’est bien pourquoi nous voyons aujourd’hui l’entrepreneur enfariné et l’Imam main dans la main quand l’occasion se présente.
      C’est bien NOus qui fûmes traité de Goebbels par les uns et de vendus par un autre( très exactement « stipendié »)
      La grande congrégation des foldingues de Maboul se suffit avec les hilarantes prétentions historicisantes de MOmo,quelques mollahs et un grand seau de sentencieux qui s’y croient.
      Pour le reste ➡ la Couveuse y pourvoit.

  • Causette

    lundi 29 octobre 2012
    Le parti « Islam » espère que la Belgique deviendra un jour un état islamique dans les communes d’Anderlecht, Molenbeek et Bruxelles Ville

    Le tract qu’ils ont distribué pendant la campagne, prône l’éthique en politique, ainsi que trois grandes revendications, à savoir : les repas halal dans les cantines, les jours de congés confessionnels et l’autorisation du port du foulard à l’école.

    L’un des futurs conseillers communaux d’Anderlecht, Redouane Ahrouch, qui évite de serrer la main ou de croiser le regard des journalistes féminines de l’assemblée, présente son parti : « nous sommes des élus islamistes mais nous nous sentons avant tout musulmans ».
    Redouane Ahrouch: 10 ans plus tôt, il avait déjà créé le parti Noor, dont le programme se décline en 40 points dont par exemple, le rétablissement de la peine capitale, favoriser le mariage dès l’adolescence, être plus sévère en matière de divorces ou encore la révision de la mixité dans certains lieux publics

    « Aujourd’hui notre approche est différente », explique-t-il. « Il faut d’abord sensibiliser les gens en douceur et leur faire comprendre l’avantage d’avoir des dirigeants et des lois islamiques, pour aboutir pourquoi pas, tout naturellement à un état islamique en Belgique « . « Je suis pour la Charia », déclare encore Redouane Ahrouch ; « c’est un combat de longue haleine qui prendra des décennies voire un siècle mais le mouvement est lancé ».

    Mars 2008: L’islam, première religion à Bruxelles dans vingt ans
    Il y a quelques années, raconte Philippe Moureaux (71 ans marié à une marocaine de 35 ans), le bourgmestre PS de Molenbeek, «des musulmans sont venus me trouver : ils voulaient que je sois le “président” de leur nouvelle mosquée…». C’est dire si cet ancien ministre, pourtant agnostique, est bien vu par le «gros tiers» de musulmans parmi ses 83 000 administrés. Création d’un Conseil consultatif des mosquées doté d’allocations de la mairie, ouverture d’un abattoir municipal pendant la fête du sacrifice, présentation d’une liste électorale comprenant une majorité de musulmans… «Ce sont des gestes de respect qui m’ont valu la confiance de cette communauté, explique le bourgmestre. On a été très loin, certains disent trop loin. Mais pour moi, la seule solution, c’est l’ouverture.»

    Reportage Islam / Question à la Une: 1 et 2