Appel à signer la pétition en faveur d’une loi sur les signes religieux

Lectures :1968

Cette pétition est en ligne ici :

Une remarque toutefois : ce n’est pas tant le « signe religieux » qui est gênant mais bien le symbole de la soumission et de l’impureté de la femme. Il faudrait tout de même avoir un jour

le courage de le dire.

Comme l’a signalé Lapa

Le premier lien mis en place par Léon ne fonctionne pas

Je suis allé en chercher un autre il est ici

9 comments to Appel à signer la pétition en faveur d’une loi sur les signes religieux

  • Lapa

    le lien amène à une page blanche sur mon navigateur.. ❓

  • D. Furtif

    En effet ça ne marchait pas , mais une fois mis en place mon lien, celui de Léon s’est mis à fonctionner correctement.
    Coup de bol nous avions le même..
    .
    Il se trouvera bien quelques farfelus quantiques pour dire que dans ce pays ce sont les laïques qui créent la discorde.
    Maisdisons dévoilent depuis des années leurs contorsions et leur manipulations

  • D. Furtif

    Encore une fois il est nécessaire de rappeler à tous les vendus traitres contorsionnistes et tutti quanti

    .
    .
    Et comme ce sont cerveaux un peu embrumés
    Nous leur rappelons que nous assoyons sur leur œcuménisme de grenouilles de bénitier.
    .

  • Cosette

    Bonjour à tous

    Si nos politiques montraient l’exemple pour le respect des lois, ça irait mieux pour tout le monde.

    En ce moment je suis d’un pessimiste noir, quand je vois ces barbus et ces belphégores, de plus en plus nombreux, faire du prosélytisme partout en Europe. En Belgique le parti islam a des élus. En France on avait déjà les Frères, puis sont arrivés les Fils nouveau bidule taqiesque plein d’amur&de paix. Le Pif (parti islam de France) ne devrait pas tarder. Et on laissera faire car … faut pas stigmatiser.

    « Le rapport croyants/athées est massivement en défaveur de ces derniers » lisais-je dans un journal mécréant. Tu m’étonnes! L’athéiste en tant que tel n’est jamais invité par les médias pour donner son point de vue sur les délires (à part Onfray… UN! tous les 36 du mois). Alors que toutes les semaines, les prédicateurs de tous poils ont rendez-vous sur une chaîne publique, en plus de leurs nombreuses interventions dans les JT et les pages de la presse écrite.

    Dans le même journal mécréant j’ai noté:

    – Mais en France, l’athéisme est coi, tenu à l’écart, confiné à quelques associations qui s’échinent à se faire entendre. En vain. C’est que l’athéisme est perçu comme un jusqu’au-boutisme, une outrance, là où il faudrait le comprendre comme la réponse proportionnée à la déraison suprême des monothéismes. Nous nous trouvons en 2012 comme en 1770 : « L’athéisme […] semble alarmer les personnes mêmes les plus dégagées de préjugés. Elles trouvent l’intervalle trop grand entre la superstition vulgaire et l’irréligion absolue : elles croient prendre un sage milieu en composant avec l’erreur ; elles rejettent les conséquences en admettant le principe ; elles conservent le fantôme, sans prévoir que tôt ou tard il doit produire les mêmes effets et faire de proche en proche éclore les mêmes folies dans les têtes humaines. […] Tant que le sacerdoce aura le droit d’infecter la jeunesse, de l’habituer à trembler devant des mots, d’alarmer les nations au nom d’un dieu terrible, le fanatisme sera le maître des esprits. » Ainsi s’exprime à la fin du XVIIIe siècle le philosophe des Lumières Paul-Henri Thiry d’Holbach, dans son Système de la nature.

  • docdory

    Bonjour à tous
    J’ai signé la pétition, bien que je pense qu’elle n’aille pas assez loin, puisqu’elle semble se limiter à exiger la neutralité religieuse dans les entreprises privées exerçant une mission de service public.
    Je pense qu’elle devrait réclamer beaucoup plus : le droit pour tout employeur de pouvoir exiger, dans le règlement intérieur de son entreprise, la neutralité religieuse vestimentaire de ses employés, aussi bien que la neutralité politique.
    Une entreprise est un établissement dans lequel des gens travaillent pour fournir des prestations pour le compte de clients, et non pas un lieu de culte, et encore moins un lieu où les clients seraient soumis à la propagande politique ou religieuse de la part de gens qui sont censés se borner à leur fournir une prestation. De même que les employés d’une entreprise n’ont pas forcément envie que leurs collègues affichent ostensiblement leurs opinions quelles qu’elles soient et les affichent à longueur de journée.
    L’autre jour, je me suis rendu au pressing, et j’ai eu la désagréable surprise d’être servi par une stagiaire qui était affublée d’un hijab. Personnellement, ça m’a choqué, car je n’ai pas envie que les gens qui me servent dans un magasin ou toute autre entreprise m’informent ostensiblement de l’idéologie religieuse ou politique à laquelle ils adhèrent, et qui ne regardent qu’eux et pas leurs clients.
    Or, les religions, quelles qu’elles soient , sont des idéologies au même titre que les opinions politiques ou philosophiques. Je suis pourtant prêt à parier que la Cour de cassation n’aurait pas estimé ce licenciement illégal si cette employée, au lieu d’arborer un voile islamique, avait revêtu un T shirt à l’effigie de ( au choix, et liste non limitative) Jean Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy ou Olivier Besancenot, voire même du pape Benoît XVI,( qui devait être le pape à l’époque des faits ) ou bien orné de slogans des partis politiques correspondants, ou même d’un slogan du genre « je suis athée et je vous emmerde ». La Cour de cassation introduit donc mine de rien une espèce de classification des idéologies, celles qui n’ont pas le droit de s’exprimer sur le plan vestimentaire au sein d’une entreprise et celles ( ou plutôt celle ) qui peut s’exprimer sans restrictions, c’est à dire la religion mahométane.
    Or, qu’est-ce que le voile islamique sinon un élément de la loi islamique, c’est-à-dire de la charia. Avec cette décision de la Cour de cassation, un employeur n’a plus le droit de refuser que l’un de ses employés applique une partie de la charia dans son entreprise.
    Par ailleurs, la Cour de cassation émet une fatwa : en effet, elle se prononce sur le fait que le voile est une exigence de la religion musulmane, alors que tous les musulmans ne sont pas d’accord entre eux sur le sujet : si les frères musulmans et salafistes estiment qu’il s’agit d’une prescription coranique, d’autre pensent le contraire. La Cour de cassation prend donc parti dans un débat interne à la religion musulmane, alors que, en tant qu’institution d’une République laïque, elle n’a absolument pas à donner son opinion sur ce genre de questions, puisque la République, à la base, ne reconnaît aucun culte.
    Il se trouve également que la Cour européenne des droits de l’homme a , dans un de ses arrêts de 2001, confirmé en 2003, déclaré que la charia était contraire aux principes qui fondent les sociétés démocratiques, je cite :« La Cour relève que (…) l’instauration de la charia est difficilement compatible avec les principes fondamentaux de la démocratie »
    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-charles-duboc/240812/charia-arrets-de-la-cour-europeenne-des-droits-de-lhomme
    Dans l’arrêt de 2003, la Cour européenne prend une position, à propos de la liberté de religion, qui correspond exactement au cas de la crèche Baby Loup, je cite : » Par ailleurs, dans une société démocratique, où plusieurs religions coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir la liberté en question de limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des convictions de chacun »
    On peut donc dire que la Cour d’Appel qui sera amenée à se prononcer sur l’affaire Baby Loup après l’avis de la Cour de cassation peut parfaitement se prévaloir de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme pour passer outre l’avis émis par la Cour de cassation, ce qu’elle est de toutes façons en droit de faire. Si elle ne le fait pas, les avocats de Baby Loup ont tout intérêt à porter l’affaire devant la CEDH, qui ne contredira peut-être pas sa propre jurisprudence .

    • ranta

      J’ai signé moi aussi.

      « Or, qu’est-ce que le voile islamique sinon un élément de la loi islamique, c’est-à-dire de la charia. Avec cette décision de la Cour de cassation, un employeur n’a plus le droit de refuser que l’un de ses employés applique une partie de la charia dans son entreprise. »

      Doctory, Les employeurs ne vont plus s’emmerder. Lors de l’entretien d’embauche je suis prêt à parier qu’il suffira qu’il y ait suspicion que la personne soit musulmane pour dire « on » vous écrira.

      Avec ces conneries communautaires il va y avoir un tour de vis dans la discrimation à l’embauche.

      • docdory

        @Ranta

        Effectivement, si une discrimination à l’embauche pour raison religieuse peut éventuellement être prouvée dans une grande entreprise, elle est strictement impossible à prouver dans une PME de moins de 20 salariés ( c’est à dire la majorité des entreprises ). En effet, l’absence de membres d’une religion donnée dans une PME peut parfaitement être due à un hasard statistique.

  • Léon

    Docdory :il y a, de plus un sacré probleme philosophique et juridique qui me semble posé. La décision de la cour de cassation crée un désequilibre entre la protection de l’exercice de la liberté religieuse au point quil est autorisé d’ouvrir des crèches et des écoles religieuses et la protection des options philosophiques qui rejettent cette expression, qu’elles soient laïques ou athées.En d.autres termes la Cour ne reconnaît pas un droit équivalent aux deux. I l est donc préferable et plus avantageux dans une république laïque d’être croyant que athée ou agnostique. Sidérant……