Mon fils n’aime pas les pédés- Grosse Fatigue

La mère du gamin nous a appelés. C’est que le nôtre l’a traité de sale pédé. Merde. On devrait éteindre la radio quand on mange. La petite me dit : « Mais c’est pas juste d’avoir deux papas ou deux mamans quand on est adopté, hein papa ? » Finis ton assiette, parle pas la bouche pleine !

Que dire ?

J’ai des enfants de droite, merde alors !

Il faut que je convoque le plus grand. Il est entouré de footballeurs, ça s’appelle le collège unique, ça n’aide pas à sortir du parti-pris, c’est la mixité, c’est comme ça. Le plus grand ne comprend pas. Un homosexuel et fier de l’être en cinquième, c’est normal de se moquer de lui, voire de lui taper dessus. Et puis, papa, tout le monde le déteste. Il nous dit que, de toutes façons, on comprend pas ce que c’est que d’être homosexuel, il nous prend de haut, alors on lui en colle une, et c’est plus simple. J’écoute. Et ça résout quoi de lui taper dessus ? C’est juste qu’il nous énerve à dire qu’il est homosexuel. C’est pas normal.

Hum. Je ne sais pas si l’on peut être déjà homosexuel en cinquième. J’ai rencontré mon premier homosexuel en quatrième. Les punks lui tapaient dessus, il aimait que l’on s’occupe de lui, il était un peu sado-maso, il était fascinant. Eric, où es-tu vivant maintenant ? Et en cinquième ? Les choses ont-elles tant changé ?

Bon, soit. Imaginons que c’est possible.

Je dis à mon fils :

« T’aimerais qu’on te traite de bougnoule ? Tu sais ce que ça veut dire ? Hein ? C’est une insulte raciale. Comme t’as la peau plus bronzée que tes copains, il peut bien y en avoir un (de copain ?) qui te dira qu’il aime pas les gens plus foncés que lui. Tu vois ce que je veux dire ?
- Je vois pas le rapport.
- Le rapport est simple : un homo, il est naturellement homo, comme toi t’es naturellement bronzé. On ne peut pas reprocher aux gens leur nature profonde. De même que ta personnalité se forme au gré du temps, et qu’elle est différente de celle de tes frères et sœurs, de même la personnalité des homosexuels s’est formée pour leurs préférences en matière de genre. Il ne s’agit même pas d’éducation ou de déterminisme. C’est leur nature, et c’est comme ça. On ne reproche pas ça aux gens. On peut leur reprocher des comportements, des actes, des idées. Mais on ne peut pas leur reprocher leur nature.
- Mais papa, t’es contre la théorie du genre alors ?
- Evidemment. On ne choisit pas sa nature profonde. Ça vient comme ça. La preuve : il y a de l’homosexualité chez les animaux. C’est donc un comportement possible, c’est une variable statistique. Dire que l’éducation fait les personnalités – entre autres sexuelles – c’est une connerie. Etre homosexuel, c’est aznavourien.
- T’en es resté à la chanson d’Aznavour, mais papa, on ne naît pas homme, on le devient !
- Arrête de me citer Simone de Beauvoir à l’envers. Ces penseurs-là n’y comprennent rien. Ils ont besoin de certitudes quand la science doit obéir au doute. La plupart des hommes préfèrent les femmes et vice-versa. Mais s’il existe des hommes qui préfèrent les hommes, ça ne veut pas dire que c’est « culturel » puisque ça existe, par exemple, chez les poissons…. Et ne me dis pas que c’est l’exception qui confirme la règle. Ici, on n’est pas dans la grammaire. Si le monde animal nous montre des comportements homosexuels qui se maintiennent avec le temps – qui ne sont donc pas éliminés par la sélection naturelle – alors ça veut dire que la nature tolère ce genre de comportements. Et tant que ça se fait entre adultes consentants, on s’en fout.
- Oui mais on est encore des enfants !
- Mais ton copain ne vous force à rien, il vous dit juste qu’il est comme ça, sans doute pour qu’on le considère, pour qu’on s’intéresse à lui, parce qu’il le vit mal ?

Sur ce, la petite intervient :
- Oui mais pourquoi les petits enfants on les force à avoir deux papas ? C’est injuste quand même !
- Mange tes pâtes. Tu vas finir à l’UMP avec des remarques comme ça !
- N’empêche papa, t’as pas de réponse, hein, t’as pas de réponse ! »

.

jeudi 18 avril 2013, par Grosse Fatigue

Lectures :5393
Notifier de
Léon
Léon

J’adore ce texte…

Fabien
Fabien

Bonjour Léon.
Oui. Texte très sympa.

Lapa
Lapa

histoire vécue:

-bah papa un homme peut pas se marier avec un autre homme
-ah euh bah pourquoi tu dis ça?? (hop petit esquive jésuitique)
-c’est idiot, ils ne peuvent pas avoir d’enfant
*silence*
-tu as fait tes devoirs?

Léon
Léon

Pas trop d’accord avec GF. Le mariage est une institution qui a pour but de créer le cadre juridique d’une famille. Alors, OK, il y a des familles sans enfants et des enfants sans famille dite « légitime ». Il n’en reste pas moins que, penser des familles sans enfants, les organiser dans ce sens est tout simplement une aberration: il ne peut pas y avoir de famille durable sans enfant. Et d’humanité durable non plus, d’ailleurs.
Si je devais faire une comparaison : certes dans un train, il est possible de faire beaucoup de choses, manger, regarder un dvd, dormir etc… On peut même monter dedans sans ticket. Mais penser et donc organiser le train en dehors de sa fonction de transporter des gens est une absurdité logique. Penser le mariage homo sans autoriser une GPA qui pose, par ailleurs, des problèmes gigantesques, est une idiotie du même ordre.
Autrement dit, il est incohérent d’être favorable au mariage homo et opposé à la GPA, ce qui est semble-t-il le cas de la majorité des gens. Moi j’essaie d’être cohérent: comme je suis très opposé à ce cauchemar qu’est la GPA, je suis obligé d’être opposé au mariage homo qui a été juste un concession libérale-libertaire à un lobby qui ne représente rien. Moi, les homos que je connais, ça les fait hurler de rire, l’idée du mariage. Pour eux, en tous cas.
J’en reviens à ma thèse que cette affaire avait plus pour but de « normaliser » l’homosexualité que de permettre aux homos de se marier. Ce dont ils ne veulent pas très majoritairement, semble-t-il, en tous cas.