Le Coran, un boulet pour l’Islam ?

Lectures :15832
À plusieurs reprises, sur Disons, nous avons eu des débats qui ont tourné finalement autour de la même question: l’islam est-il une religion soluble dans la République? Existe-t-il un « islam modéré » ou seulement des musulmans modérés qui seraient en réalité des pratiquants occasionnels et « mous » d’une religion dont ils auraient écarté des pans entiers de dogmes et de préceptes, ceux qui fâchent ?

L’islam se réclame du respect d’un livre saint dont on voit bien que, pris à la lettre, il s’expose à des critiques considérables. C’est tout à fait incontestable et écrit noir sur blanc : le Coran est violent, archaïque, misogyne, intolérant, par nature totalitaire et on trouve désormais partout, sur tous les sites spécialisés en critique de l’islam ( souvent d’extrême-droite, hélas…) la liste exacte et circonstanciée des versets qui le démontrent sans aucune contestation possible. On reproduit sur cette page  l’une des analyses les plus complètes.

Les musulmans sont donc coincés : la modernité leur impose de s’écarter d’un livre qui constitue le fondement de leur religion, intangible puisque dicté directement par Allah, là où par exemple les textes fondateurs du christianisme ont été rédigés par des évangélistes qui n’ont été que des rapporteurs de la vie et de l’enseignement de Jésus.

C’est là que se situe le nœud du problème :

La seule solution « interne » de modernisation d’un texte qui remonte au 7e siècle  consiste à le réinterpréter en cherchant son intention, son esprit et non sa lettre.
Exemple : le Coran a, vis à vis des femmes, une attitude absolument machiste et phallocrate ; mais les partisans de l’interprétation vous diront que, tout archaïque qu’il nous paraisse aujourd’hui,  le statut que leur a donné Mahomet, pour l’époque et le lieu, était très progressiste et qu’il serait possible d’en avoir aujourd’hui une lecture actualisée et donc favorable à un statut moderne, émancipé et égalitaire des femmes.

Il serait possible, peut-être. Mais le problème est que, faute d’une autorité légitime pour faire cette interprétation, celle-ci sera  contestable, critiquable et la seule base solide restera toujours le retour à la lecture littérale d’un texte qui aura, par nature, une valeur normative supérieure à toute interprétation !

Il n’existe donc, en islam sunnite probablement aucune  possibilité crédible d’une évolution vers un « islam modéré » en raison de sa nature, de sa source principale et par absence de moyens, de mécanismes ou de procédures pour cela.  Toute l’histoire de l’islam le démontre. Jamais les courants qui ont tenté  une évolution de l’Islam ne sont parvenus à s’imposer, le motazilisme, par exemple,  seul courant rationaliste de l’islam apparu au VIIIe siècle a disparu rapidement , et même au XIIe siècle un Averroès, sempiternellement cité comme contre-exemple de penseur  progressiste de l’Islam, on oublie de préciser qu’il a été traité comme hérétique…

On peut y voir aussi l’explication de la mollesse des réactions des supposés « musulmans modérés » devant les agissements des intégristes : implicitement, ils ne peuvent faire autrement que de reconnaître une légitimité théologique à la pratique littérale des prescriptions du Coran par les fondamentalistes. Tant que subsisteront les références au Coran dans sa forme immuable, les musulmans qui se définiraient comme « modérés » ne pourront que, soit être considérés comme hérétiques, soit comme pratiquant la takia, la dissimulation purement tactique en situation de rapport de force défavorable.

Et cette possibilité de révision reste faible en Islam chiite qui admet, lui, une certaine interprétation, s’est doté d’autorités religieuses et d’un clergé en mesure de dire le dogme. Mais il reste toutefois bloqué par un texte divin à qui on ne peut pas tout de même arriver à faire dire le contraire de ce qui est écrit. Si le chiisme avait cette capacité d’adaptation et d’évolution, cela se saurait… Et l’Iran serait sans doute bien différent !

Alors que reste-t-il à l’islam comme possibilité pour devenir « modéré » ? Ou republicano-compatible ?

Son abandon. Sa sécularisation. Sa réduction à quelques pratiques coutumières ou identitaires jugées acceptables par la société dans laquelle il est inséré.

Rêvons un peu : la société française, laïque et républicaine pourrait présenter aux musulmans de France une sorte de  cahier des charges, une liste d’attitudes et de prescriptions auxquelles il leur serait demandé de renoncer ou, s’il y a lieu,  de cantonner à la seul sphère privée. Par exemple :

Pas de vêtement islamo-compatible
Pas de prière dans la rue
Pas de mosquées à minarets
Pas d’abattage rituel
Pas de circoncision en dehors de prescription médicale
Pas de remise en cause de la mixité, dans aucun lieu ouvert au public.
Pas de remise en cause de la science au nom de la religion.
Pas de jeûne en journée durant le ramadan.
Pas de prière sur le lieu de travail.
Pas de prosélytisme.

C’est un minimum qui résoudrait  presque instantanément beaucoup de tensions. Et puis, même en accepter quelques-unes seulement et peut-être pas toutes, serait déjà interprété comme un geste de bonne volonté envers la République et d’apaisement vis à vis de la société majoritaire laïque et républicaine.

Il leur resterait tout de même la croyance en Dieu, l’obligation de l’aumône, les voyages à la Mecque, les 100 vierges au paradis, et bien d’autres histoires à dormir debout…. Si les musulmans estiment malgré tout que renoncer à cela revient à vider leur religion de son contenu, c’est leur problème. Mais ce serait juste la preuve qu’il n’existe pas d’islam modéré.
S’ils l’acceptent ils seront devenus des musulmans modérés, c’est-à-dire, probablement de « mauvais musulmans » aux yeux des autres… Jusqu’à ce qu’ils constituent une force et un courant nouveau qui deviendrait majoritaire et légitime parmi les musulmans au sein des démocraties d’Europe de l’Ouest.

Mais que faire alors du Coran ? De ce boulet ?

40 comments to Le Coran, un boulet pour l’Islam ?

  • voxagora

    Bonjour,
    Un livre « .. directement dicté par Allah ???? »
    Comment quelque chose qui n’existe pas peut-il faire quoi que ce soit ?
    Je crois que c’est une partie du problème :
    que déjà les musulmans tolèrent la non-croyance, qu’ils admettent l’athéisme,
    ensuite peut-être certains d’entre eux pourront sans crainte critiquer « un » livre (sans majuscule).

  • maxim

    au nom d’Allah,ou Dieu chez nous,ces inventions crées par une bande d’illuminés pour soumettre et contraindre les populations illettrées à des forces divines d’en haut,du temps où l’on voyait la terre plate,et pas plus loin que ce que l’oeil pouvait voir !

    ces inventions qui auraient dues s’éclipser avec le temps et le progrés perdurent malgré tout,notamment cet Islam radical qui gangrène des pays ou le taux d’alphabetisation est encore faible,où les croyances demeurent fortes pour conjurer le mauvais sort,et où chez nous les populations issues des pays à dominance Islamiques trouvent là un moyen facile de se faire reconnaitre en se laissant manipuler par des Muftis autproclamés pourvoyeurs de haines envers ceux qui ne pensent pas comme eux !

    la suite on la connait,on la vit tous les jours comme une gangrène qui gagne nôtre propre pays! et le monde entier !

  • D. Furtif

    Soumets toi c’est pour ton bien.
    Aucune religion ne peut trouver grâce aux yeux de l’homme libre.
    Il se trouvera toujours des « bonnes âmes » pour utiliser ce bâton , pour contraindre les rétifs à l’obéissance.

    • Lorenzo

      Furtif : aucune religion ne peut trouver grâce aux yeux de l’homme libre

      parfaite litote de ma pensée, merci. 😉

  • Buster

    Léon,
    Prendre le problème par ce « bout » , par Le Livre, me semble voué à un échec tellement certain et imparable qu’il ne peut mener qu’à une impasse.
    Un texte sacré (celui-là ou 1 autre), pour des croyants, est sacré. Point final.
    Il existe et existera toujours en dépit de tout. Ses interprétations multiples coexisteront, elles-aussi, créant des scissions internes entre toutes les différentes interprétations forcément incompatibles.
    Des chapelles, des variantes la plupart du temps inconciliables, mais chacune rattachée à ce morceau de la « vraie croix » (du vrai croissant dans ce cas là) et s’y référant exclusivement.

    Sinon autant dire que la (les) religion disparaît.
    Et malheureusement, faut pas rêver.

    • Léon

      Salut Buster : mais n’y a-t-il pas une spécificité du rapport de l’Islam au Coran ? Il me semble…

      • Buster

        Suis vraiment pas un spécialiste du Coran, même pas envie d’avoir la curiosité de le lire pour savoir de quoi il retourne.

        Je vois comme puisque 2 spécificités principales, au moins par rapport aux évangiles :
        Le Coran est écrit (dicté ce qui revient au même) par Dieu lui même. Ca calme pour toujours toutes les tentatives de réformer le texte. De ce point de vue c’est une religion géniale car elle n’est pas « réformable »
        L’absence de « Direction », d’un « patron », d’un collège de théologiens et d’un clergé centralisé, qui puissent canaliser la compréhension du Coran et faire évoluer lentement la pratique religieuse. « Modernisation » impossible, se référer au dessus.
        L’impasse pour une réforme est quasi totale.

        Seules peuvent changer les pratiques et les habitudes, avec un « nouvel islam européen ». C’est à la fois à souhaiter autant qu’à faire dresser les cheveux sur la tête tant les points inconciliables sont innombrables.

        Ceci dit, il y a et il y aura des tentatives d’ajustement.
        Comme l’appel initié par RespectMag. D’ailleurs je ne connaissais pas cette revue.

        • Buster

          J’ai bugué :

          Je vois comme tout le monde ou presque 2 spécificités principales….

          • Léon

            L’appel est sympathique mais on y voit immédiatement la faiblesse , elle est dans cette phrase :
            « Nous rappelons, haut et fort, que ces meurtriers ne sont pas l’islam, et qu’ils ne représentent en rien les musulmans ». Il ne suffit pas de le dire… Ils ne « représentent » peut-être pas les musulmans, mais ils le sont, et agissent au nom de cette religion.

            • Buster

              Les musulmans se sont piégés tout seuls (du moins face à l’occident) avec leur notion de Taqiya.
              Comment après cela ne pas voir en certains (lesquels ?) des fourbes dissimulés ?
              Comment croire à ce qui nous est dit quand cela peut très bien (et avec la bénédiction divine) n’être énoncé que dans un but tactique, pour endormir la méfiance, avancer des pions ?
              Tout cela fait malheureusement tellement penser à de l’opportunisme de circonstance que la notion « islam modéré » (mission de commande ?) parait inévitablement suspecte dès sa formulation.
              Il y aura toujours un doute, impossible à lever, sur la sincérité des propos.

              C’est certainement dramatique pour les « vrais » modérés.

  • asinus

    bonjour , il me semble important de ne pas oublier les deux religions soeurs
    du livre qui applaudissent en sourdine à chaque coup de boutoir de l’islam sur le socle républicain .

    • D. Furtif

      Dans la moindre faille crée par l’une s’engouffreront les deux autres…et même celles qui n’ont pas réussi , comme nos amis les anthroposophes les Hierominus de tout poil et autre mama Patricia

  • Monique Peyron

    Bonjour à tous.

    Si il y a spécificité avec le livre, ce n’est pas qu’avec la religion musulmane.

    Chez les juifs : la Bible, Le Talmud, Les Maximes des Pères sont autant d’oeuvres qui régentent la vie des gens. Et jamais au grand jamais ces livres ne seront mis en doute.

    Chez les chrêtiens idem avec les évangiles, la vie de jésus etc.

    Malheureusement aucune de ces religions n’a le monopole du lavage de cerveau, elles l’ont toutes les trois.

    • Ph. Renève

      Bonjour Monique

      Très bien dit. Le lavage de cerveau varie en efficacité avec les époques et les pays, mais le principe est là.

      • Monique Peyron

        Ce qui me sidère c’est que l’être humain a besoin de spiritualité et qu’il n’arrive pas à la trouver en dehors des « religions révélées ». Pourtant les beautés de la nature, les rencontres, les échanges, tout ce que ce matin (ou un autre) nous propose. Ces belles surprises « surprenantes » de tous les jours. Qui s’y intéresse ? Pas beaucoup…Rappelons nous les paroles de Malraux. Il s’est foutu le doigt dans l’oeil l’André. Nous régressons à grands pas.

        Et pas plus l’Islam qu’une autre religion ne pourra nous mettre plus bas que ce que nous sommes aujourd’hui. Alors, on me dira les politiques, les religieux et quid du citoyen lamba? A-t-on besoin d’attendre un quelconque soutien? Vivre son humanité c’est tous les jours. Pas besoin de guru.

        • Lorenzo

          Bonjour Monique,

          Je me demande comment votre commentaire á echappé á mon attention tant je partage votre point de vue.Mais bien sûr que la spiritualité existe en dehors de quelque religion
          que ce soit.Les beautés de la nature autour de moi m’ivitent á des réflexions sur ce que nous sommes, et je n’ai guére besoin des réponses toutes faites d’un quelconque Dieu,
          pas plus que je ne succombe á des crises d’angoisse métaphysique :lol:.Je participe de ces échanges, de ces rencontres, de ces surprises avec d’autres qui, il est vrai sont
          aussi libres de toute contingence religieuse.Liberté de parler de tout sans tabous et de débattre sans idéologies préformatées.

          J’ai même cette chance d’avoir une voisine catholique pratiquante, qui sait trés bien que je suis athée, et avec qui je partage bon nombre de valeurs telles que l’entraide,
          l’échange,l’hospilitalité,dans le respect de chacun.Jamais le moindre prosélytisme religieux de sa part, elle vit sa foi, sans que cela ne vienne perturber nos bonnes relations.

          je ne sais si cela réponds en partie á la question du mode badin de Furtif á 11h17 ❓

          • Monique Peyron

            Bonjour Lorenzo,

            L’humanisme a été tellement mal interprété au long des siècles, qu’il devient incongru de s’en prévaloir. Humaniste dont athée, ce qui est le cas, donc incapable de saisir la beauté de ce qui nous entoure, puisque essentiellement tourné vers l’humain. Pour ma part, l’humain n’est pas l’aboutissement de cette évolution que certains nomment création. Mon seul devoir est de me préoccuper de ce qui m’entoure et de faire ce que je peux avec mes moyens. Et puis comme j’aime bien faire l’idiote, je crois aux soucoupes, à la cendre de mulot (beurk) et à la galerie marchande que je n’ai toujours pas trouvée. Non on ne frappe pas une pauvre femme sans défense 😀

  • Causette

    Bonjour Léon bonjour à tous

    Peut-être bien que les deux autres religions du livre applaudissent mais je pense qu’on ne peut pas tout mélanger.
    D’abord les Juifs ne font pas de propagande pour convertir le plus grand monde ni de bloquage de rues pour prier en groupe, pareil pour les Chrétiens, il y a quelque rassemblement ponctuel mais ça n’envahit nos quartiers ni ne bloque des rues toutes les semaines. Il peut arriver parfois que des personnes ayant un nom « juif » soit sollicitées par quelques croyants, mais dès qu’on leur dit qu’on est athée ils vous laissent tranquilles. Par contre dans certains quartiers quand vous portez un nom arabe vous voyez débouler des colporteurs avec coran à la main qui font pression sur vous et votre famille, ou vous vous soumettez ou vous partez.
    Les Chrétiens font du prosélytisme pour convertir partout dans le monde, excepté dans les pays à majorité musulmane où ils risquent de se faire lyncher. C’est quand même important. Dans tous les pays où la majorité des gens sont chretiens les musulmans sont libres de pratiquer leur religion et de construire des mosquées. Dans pratiquement tous les pays où la majorité des gens sont musulmans les Chretiens, les Juifs et les non-croyants sont percécuter.

    Existe t-il l’équivalent de la taquiya dans d’autres religions?

    La taqiya ou dissimulation est une pratique couramment admise dans le monde islamique. Cette pratique se fonde sur un passage du coran (sourate III verset 28) qui enjoint aux musulmans de ne pas cultiver l’amitié des non-musulmans mais au contraire d’user de « précautions » à leur égard.

    L’exégète et chroniqueur iranien sunnite At-Tabari, qui vécut au IXe siècle et au début du Xe siècle, l’interprète de la façon suivante : « Si vous, musulmans, vivez sous l’autorité des non-musulmans et craignez pour votre vie, protestez en paroles de votre loyauté à leur égard tout en les haïssant en pensée. »

    Ibn al-Arabi, un théologien et mystique andalou des XIIe et XIIIe siècles, et Al-Qurtubi, un juriste hispano-égyptien du XIIIe siècle, sunnites tous les deux, autorisent les musulmans « opprimés » à feindre « provisoirement » une conversion à une religion non-musulmane et si nécessaire à exécuter des rites ou des actes que le Coran tient pour criminels.

    La plupart des autorités musulmanes, jusqu’à ce jour, regardent en outre le recours à la ruse et à la trahison en tant de guerre comme une forme légitime de taqiya, à laquelle le Prophète lui-même a recouru : une affirmation qui prend tout son sens quand on sait que, selon l’islam, toutes les relations entre musulmans et non-musulmans relèvent a priori de la guerre, du moins tant que les seconds n’auront pas fait acte de soumission envers les premiers et accepté de payer la jiziya, ou « capitation ».

    ➡ Cette dissimulation est une réalité et les citoyens et les élus des pays démocratiques ont le devoir d’en tenir compte.

  • Castor

    Bonjour à tous,

    excellent article, comme d’hab, Léon étant le spécialiste des pieds dans le plat ou, autrement exprimé, des sujets délicats qui fâchent.

    Sauf erreur de ma part, la différence notable n’est pas tant que le Coran (ou la Bible) date un peu, mais précisément que les fondamentalistes s’y réfèrent expressément aujourd’hui…

    On a le même problème avec les catho intégristes, qui ne sont pas spécialement futés non plus.

  • snoopy86

    Léon est devenu fou !

    Faut pas parler de ces choses là qui fâchent Mossice, Mouloud Aounit, Frère Tariq et monseigneur Vingt-trois.

    Il y a du procés pour incitation à la haine raciale qui s’annonce 😆

    Sous peu nous allons devoir lui apporter des oranges à ce nazillon

  • yohan

    j’ai écouté ce matin à France Info, l’intervention de l’Imam de Drancy expliquant qu’actuellement s’installait « l’Islam en France » (version dangereuse et invasive non souhaitée par lui) au détriment de l' »Islam de France » (version islam modéré aceeptant la primauté du Laïc, donc les us français) qui nécessitait selon lui la fermeté du GVT pour éradiquer le premier de toute urgence et la construction de mosquées pour favoriser le deuxième. Ce n’est pas rassurant. Mais cet Imam modéré a le mérite d’avouer qu’en ce moement nous sommes dans la merde, car la version 1 a pris une grosse avance sur la version 2, qui pourrait vite être mise à la casse en raison des tergiversations de l’UMPS, qu’il met dans le même sac

  • D. Furtif

    Cette histoire d’Islam modéré commence à me titiller sériously

    À ce que je crois , au moment du procès contre Charlie Hebdo pour les caricatures, tous , extrémistes ou pas , tous ont été solidaires de la plainte déposée et pas un n’a tenu à se désolidariser…

    Alors ces supposés modérés jusqu’à plus ample informé demeureront une catégorie mythique, virtuelle , du genre de Papa Noël

    Ou alors il faudrait entendre par Islam modéré ces gens qui attendent leur heure et qui n’ont pas même le courage de dire ce qu’ils pensent

    J’aimerais par ailleurs entendre de la bouche de ces fameux musulmans dits modérés ce qu’ils entendent modérer dans leurs convictions et leurs pratiques

    Demander des précisions à ce sujet serait-il xénophobe ou raciste comme certains vénérables ne manqueront pas de venir nous le dire?

    Le musulman modéré est un individu que seuls des non musulmans prétendent avoir rencontré .

  • yohan

    furtif
    Moi itou. J’ai l’impression qu’on cherche à nous embrouiller

  • asinus

    yep je sais je joue la pythie mais serait peut etre temps de réaliser qu’on vous as déclaré la guerre , elle se fait insidieusement mais elle vous est faites !

  • Causette

    Si on cherchait à lui faire de la pub, c’est gagné!

    200% d’accord avec Furtif à 20h17. Les autruches nous souhaitent beaucoup de paix et d’amour.

    • yohan

      Causette
      Contre productif, car en voulant le coincer sur les prières dans les rues, on risque plus sûrement de la faire progresser dans les sondages.

  • COLRE

    Bonjour à tous,
    Causette a parfaitement raison et il ne faut pas mélanger la dangerosité de tous les intégrismes religieux, ceux qui sont tenus en laisse et ceux qui sont libres d’agir et en veulent toujours plus.

    Une fois qu’on a dit et répété que TOUTES les religions désiraient régenter la morale et la conduite des gens – ce qui est parfaitement vrai – cela change quoi au pb concret et actuel que pose spécifiquement l’Islam ?
    Oui, le catholicisme était prosélyte et brûlait les hérétiques, mais c’était il y a combien de siècles ?!
    Aujourd’hui, à part de faire courir le risque d’être excommuniés aux Chrétiens qui y croient, en quoi le christianisme est-il un obstacle à votre liberté de vie et aux lois de la république française ?

    Dieu sait que je suis athée… 😉 mais il ne faut pas noyer le poisson.

    • D. Furtif

      Bonjour Colre , je partagerais ton distingo si les commandos anti avortement toujours en activité et les empiètement toujours plus important des écoles religieuses aux détriments de la règle laïque ( fonds publics écoles publiques fonds privés écoles privés) ne venaient poser toujours cette même question de la volonté des églises de remettre en cause l’état Républicain

      Je rappellerai aussi la prégnance de l’église catholique en Espagne et au Portugal et son insupportable conduite dans la plus totale impunité en Irlande voire en Pologne.N’oublions pas son accompagnement complaisant de la dérive ultra droite de l’Autriche et aujourd’hui de la Hongrie.En gros si nous ne le faisons pas , l’Eglise catholique , elle, fait de la politique internationale.

      Alors sérions les problèmes soit mais n’effaçons pas le premier pour mieux voir l’autre.
      Je ne peux oublier ni contribuer à faire oublier que l’abbé Cottard habite à quelques dizaines de km de chez moi

      Pour terminer sur un mode badin 😀 , j’attends de voir ce que serait au plan de la doctrine et de la pratique religieuse les fameux catholiques modérés 8) .Encore une variété qui demanderait à être définie avant, qui sait??? , qu’il se trouve un prétendu athée pour parler en son nom 😡

      • COLRE

        Bonjour Furtif, j’évoquais évidemment la France, pays que je connais et sur lequel j’ai un certain pouvoir civil, et ni les USA ni la Pologne…

        Ensuite, c’est ce que j’appelle « noyer le poisson ». Sur Agogo, on ne pouvait jamais parler d’un pb, d’une discrimination, d’une violence, sans qu’on vous renvoie aussitôt à la figure un problème opposé… Du coup, on ne parlait de rien et la question était niée, édulcorée.

        Inutile de te dire que les actions anti-avortement sont pour moi l’objet d’une très grande vigilance. Mais je compte sur nos lois, nos politiques, nos médias, nos associations, nos lobbying, pour contrer ce désir de retour de la morale catho sur la scène publique.
        Je parlais de « tenir en laisse » les intégristes, c’est exactement cela. On ne va pas les euthanasier… mais limer leurs crocs, leur mettre une muselière et une bonne laisse bien solide, au vu et au su de tous.

        (ps : un catholique « modéré », c’est, entre autres, un laïc…)

        • Buster

          Bien vu COLRE,

          Un catholique « modéré » est un laïc.

          Il faudrait donc substituer « Musulman modéré » par « Musulman Laïc » ou plus précisément « Musulman partisan de la laïcité »
          Et voir combien adhéreraient à cette appellation.

          Elle a le mérite de ne rien dire sur la foi personnelle tout en revendiquant explicitement la laïcité à la Française.

      • Lorenzo

        Bonjour Furtif,

        Tu fais bien de rappeller la prégnance de l’église catholique en Espagne qui sans cesse s’impose et intervient dans la vie sociale et politique du pays.
        Chaque décision prise par le gouvernement qui va un tant soit peu á l’encontre de leurs principes et doctrine, voit immédiatement des levers de bouclier de la part de ces instances catholiques puissantes.Ils ont toujours un evêque prêt á dégainer á la moindre avancée laïque qui viendrait bousculer leurs dogmes.Il y en a un que je qualifierai de particuliérement gratiné en la personne de Munilla qui avec Varela nous renverraient volontiers aux heures sombres du franquisme.
        Il en est d’autres qui fort heureusement se battent contre ces obscurantistes tel Gaspar Llamazares qui propose les dix commandements d’une société laïque.Le pape lui même sait pertinement que l’affontement entre « foi et modernité » est trés vivace en Espagne et qu’il a du se heurter á une opposition progressiste toujours plus grandissante tant á St Jacques de Compostelle qu’a Barcelone .

  • snoopy86

    Il y a des intégristes catholiques, bientôt plus que de catholiques « modérés » ou de gauche ( style Témoignage Chrétien ) j’en ai parmi mes neveux et cousins. Mais ni en France, ni au Portugal, ni nulle part en Europe, pas même en Pologne ils ne menacent nos libertés …

    Mais c’est un fait qu’ils se réjouissent des « accomodements raisonnables » que les mollassons sont en train de négocier avec les barbus …

  • Causette

    Les religieux ne me feront pas taire en voulant m’intimider avec leurs accusations inversées d’intolérance et de racisme, et ne m’empêcheront jamais de dire haut et fort que leur fatras dément de croyances j’en ai rien à faire (je reste très polie). Il n’est plus temps aux atermoiements.

    Il faut dire aussi que tous ces désordres et propandes venant de religieux et qu’on laisse faire, ça arrange bien nos politicards qui sont au pouvoir actuellement.

    Nicolas Sarkozy déclarait le 20 décembre 2007

    « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé même s’il est important qu’il s’en approche parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le carisme d’un engagement porté par l’espérance. » .

    Dans Pourquoi je ne suis pas chrétien (1927), Bertrand Russell allait plus loin que bien des penseurs actuels : « L’idée de Dieu, avec tous les concepts qui en découlent, nous vient des antiques despotismes orientaux. C’est une idée absolument indigne d’hommes libres. La vue de gens qui, dans une église, s’avilissent en déclarant qu’ils sont de misérables pécheurs et en tenant d’autres propos analogues, ce spectacle est tout à fait méprisable. Leur attitude n’est pas digne d’êtres qui se respectent. […] Un monde humain nécessite le savoir, la bonté et le courage ; il ne nécessite nullement le culte et le regret des temps abolis, ni l’enchaînement de la libre intelligence à des paroles proférées il y a des siècles par des ignorants. »