Chic ! dentelles… et dessous chics ?

La dentellerie française fait de nouveau parler d’elle. Et comment !

Un retour fracassant dans l’univers du glamour et du luxe qui aura été confirmé de fort belle manière lors d’un récent mariage princier qui a divisé le monde entier, entre grincheux et romantiques invétérés.

La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre. Mais qui diantre est à l’origine de la superbe robe de mariée que portait la belle Kate Middleton lors de la cérémonie nuptiale ?

Si le designer est British à 100%, la matière noble, elle, a été confectionnée dans le Nord calaisien, le fameux bassin textile qui s’est lancé récemment un pari insensé : celui de la relocalisation et de la réindustrialisation.

Les officines de sa majesté ont fait merveille de diversion et rien n’avait fuité jusqu’au fameux K.day.

Les grands gagnants, ce sont les tullistes de Caudry (Nord Pas de Calais), une PME qui peut se réjouir d’avoir été choisie par une telle ambassadrice,  sous l’oeil des caméras planétaires.

Plus fort encore, les 200 ouvrières qui ont œuvré durant des mois sur la partie la plus délicate de la robe princière, n’ont  appris la chose que lors de la cérémonie télévisée, le secret ayant été jalousement gardé par l’encadrement.

Il y a deux ans, la dentellerie calaisienne tirait la sonnette d’alarme, malgré son retour en grâce dans la haute couture. Pas suffisant pour maintenir l’activité, surtout en période de crise. Une mission sénatoriale s’était même déplacée pour tenter de sauver ce qui pouvait l’être. La plupart des dentelleries et broderies étaient touchées, certaines ayant même perdu jusqu’à 5o% de leurs effectifs.

Un savoir-faire pourtant inégalé, sauf peut-être du côté de Bruges, non loin de là, un peu plus haut…

La dentelle est à nouveau très mode en ce moment et, après cet intermède médiatique, on peut sans crainte parier sur quelques bonnes années pour les PME de Caudry et Calais, un grand merci à l’éternelle féminité…

Entre symbolique religieuse et érotisme bon chic-bon genre, la dentelle séduit donc à nouveau et dans tous les milieux et c’est tant mieux pour nos affaires.

Outre que la dentelle symbolise la richesse, le bon goût, elle n’a jamais cessé de fonctionner comme outil de séduction auprès de la gente masculine.

Dentelles, jarretières de tulle, les fameux dessous chic, vantés par Gainsbourg, titillent toujours autant nos mâles instincts.

Nul ne sait à cette heure (sauf William) si les dessous de la princesse étaient à la hauteur de la robe…

Je me suis permis d’y penser et, même, d’en rêver.

Les grincheux, eux, ne rêvent pas. C’est bien là tout  leur malheur…

Sacré William ! tu as bien de la chance… les ouvrières de Caudry aussi…

Lectures :5502
Notifier de
Léon
Léon

La dentelle j’ai toujours trouvé cela absolument magnifique. Ce qui me surprend ce sont ces machines extraordinaires qui permettent d’en réaliser mécaniquement. J’avais vu un très intéressant reportage justement sur cette dentelle de Calais, où ils avaient remis en service des machines anciennes capables de faire des trucs extraordinaires mais qui nécessitaient des ouvriers pour l’entretien et le réglage, très qualifiés.
Au fond, ce mariage n’aura apporté que du bonheur aux gens, non ?

Fantomette
Fantomette

Que du bonheur n’en déplaise aux grincheux!
Fantomette qui a gardé une âme de midinette indécrottable romantique 🙄

maxim
maxim

les dessous de la mariée !

c’est la première chose qui m’est venue à l’idée !…..espérons que la belle aura eu au moins le bon goût de ne pas enfiler un string..cet instrument à vent à une corde ou bien coupe crotte comme disent les Belges …

rien ne vaut les dessous délicatement brodés et les fantasmes qu’ils procurent en dévoilant à peine ce que l’on convoite ,et récompense finale,ce toucher,ce froissement subtil perçu par l’oreille et le bout des doigts par l’heureux époux qui en effeuillant sa chère et tendre tout en douceur découvre enfin ce paradis qui lui était promis !

Léon
Léon

Allons Maxim, du calme ! 😆 Surtout qu’ici, cela fait 8 ans qu’ils vivent déjà ensemble et je souhaite à ce bon William d’avoir déjà découvert le paradis en question… D’ailleurs, je trouve la dentelle beaucoup plus spectaculaire sur des vêtements de dessus ( des robes, des bustiers…) que sur de la lingerie où elles est plus banale. Sans doute parce qu’avec la lingerie on est plus intéressé par le contenu que le contenant… 😆

Lapa
Lapa

bien que je me contrefiche du mariage « du siècle » je dois dire qu’au vu des photos la robe et la mariée sont absolument superbes.

Léon
Léon

OK

Asinus
Asinus

message personnel à une « amie » d’ici , ma chére je n’ai pas lu l’article que je n’ai pas pu donc le trouver
bien écrit et comme toujours interressant ,JE NE CONNAIS PAS DE MAXIM je le jure aille pas sur la tete !
c’est bien simple je ne suis pas venu sur disons ce matin !!!!!! :mrgreen:

maxim
maxim

:-):-):-)

voxagora
voxagora

La dentelle, c’est comme le rose, comme les noeuds de satin, les barrettes dans les cheveux, la crème fouettée ..
c’est : FILLE.
C’est une formidable trouvaille que celle d’avoir fait une telle robe à une telle fille, du génie, un bonheur visuel total.

Camilla, elle, avait mis son oiseau sur sa tête, dans son chapeau. C’est bien aussi, c’est autre chose ..

Aria
Aria

Dans les années 70, quand sont apparus ces gigantesques niveaux dédiés aux dessous féminins, les rayons lingerie, Rosy, Barbara, la Perla proposaient de magnifiques ensembles en dentelle et soie.
Je me souviens en avoir acheté un pour séduire mon amoureux : soie damassée écru bordée de dentelle.
Comme je demandais à la vendeuse si je pouvais le laver à la main, elle me répondit : oh, vous savez,ça ne se salie pas !
Sur le moment, j’en suis restée bouche bée tellement j’ai trouvé la remarque indécente mais maintenant, ça me fait rigoler…

Aria
Aria

Pour ce qui est de Princess Katherine, je la trouve parfaite dans son rôle, une véritable artiste qui plus est réellement jolie et charmante, une grace authentique.

On la compare à Diana, je trouve qu’il n’y a pas photo. Diana était laide, chevaline, les yeux globuleux, sans allure mais elle avait les moyens de dissimuler ses traits ingrats sous des fringues somptueuses d’un luxe provocateur et vulgaire. Je n’ai jamais compris les folies qu’elle déclenchait.