Rites islamiques : le jeûne du ramadan ( IDO)

Lectures :4914

La réédition de ce texte d’Iskender sera notre contribution à la liste des articles qui paraissent un peu partout, dénonçant cette pratique aberrante qui n’a d’autre but que d’asservir la population musulmane.
César.

Pour les commentaires de l’époque : http://www.disons.fr/?p=25258
—————————————————————-
PAR ISKENDER, LE 02.02.12
Lectures :1338

Le début de la faim

Le jeûne (SIYAM, ou SAWM), finalement placé au mois de ramadan a pour but de renforcer la cohésion d’une communauté religieuse par la contrainte d’une commune obligation qui concerne forcément l’humanité toute entière, par l’alimentation: le croyant est physiologiquement un tube digestif, pourvu quelquefois d’autres organes.

La religion musulmane use sans restriction de la méthode, efficace puisqu’elle implique le corps, l’asservit à une discipline insensée et affaiblit la capacité de raisonnement. Un de ses motifs plus ou moins avoués est aussi d’affaiblir sexuellement les jeunes hommes qui n’en peuvent plus de la frustration que leur impose la société (l’argument a servi au christianisme aussi). A l’intention des infidèles, l’on clamera plutôt des mots comme patience, spiritualité, fraternité, modestie, etc… Mais dans toute chose, il y a des apparences et des réalités, une théorie et une réalité.

Le jeûne procure aussi à celui qui s’y adonne le sentiment qu’il est proche de ceux qui souffrent avec lui, qu’il est distinct de ceux qui ne jeûnent pas et forcément supérieur, puisque lui-même surmonte une épreuve: le bienfait issu de la souffrance n’est pas, comme diraient des théologiens, des chrétiens et des naïfs, une attitude de proximité du divin. Franz Kafka avait écrit une nouvelle intitulée “Un champion de jeûne” qui décrivait à merveille le phénomène. Face aux adversaires, aux infidèles, le mois sera l’occasion d’exhiber son contrôle de soi-même, proclamé urbi et orbi, sans rappeler tous les à-côtés putrides de la pratique.

Le plan strictement physiologique

Sur le plan strictement physiologique, le jeûne est une attitude irresponsable et dangereuse, absurde et aberrante: le corps subit rapidement les effets du sevrage alimentaire et les capacités intellectuelles sont les premières à être touchées.  L’apport calorique au moment de la rupture du jeûne est énorme, difficilement assimilable et il coïncide avec la période de sommeil où le corps ne peut pas évacuer cet apport. La période de ramadan est donc celle de l’insomnie, de l’asthénie, de l’épuisement, de l’obsession alimentaire et des achats compulsifs, des carences, de la goinfrerie, de la prise de poids, des conséquences de la déshydratation, des problèmes cardio-vasculaires et des désagréments intestinaux: la constipation fait alors des ravages et chacun sait que c’est un mal qui, en plus, rend méchant.

Si le rite est adapté aux sociétés de subsistance ou un peu plus, la rencontre avec la société de consommation est catastrophique. Il devient difficile de faire cohabiter jeûne obligatoire et ouverture des supermarchés dans des pays arabo-musulmans qui, souvent, n’ont d’autre activité culturelle collective que la visite de grandes surfaces climatisées, et où la nourriture fait office de loisir principal, qu’elle soit fabriquée ou consommée.
C’est donc un problème de santé publique à dimension mondiale. Il était autrefois réservé aux pays musulmans et contribuait à les faire végéter dans une indolence périodique qui avait tendance, d’ailleurs, à se prolonger le reste de l’année. Mais les effets de la mondialisation et des migrations se font aussi sentir dans les autres territoires qui ne sont pas soumis encore à cette règle.

Le plan social

Sur le plan social, le ramadan est la période des crises de nerfs, des disputes,  des accidents du travail et de la route, des pertes de contrôle et d’une hausse spectaculaire de la délinquance. Les statistiques à ce sujet commencent peu à peu à apparaître et elles sont sans appel. En Turquie, même à la télévision, on commence à les voir apparaître.
Dans les grandes villes européennes, les ruptures de jeûne sont aussi l’occasion de manifestations peu tolérantes et sympathiques au possible.
Le jeûne s’est superposé au mois de ramadan qui était déjà un des quatre mois sacrés pour les Arabes d’avant l’islamisme. Il correspond alors à un moment particulièrement chaud de l’année. La racine sémitique r-m-d évoque la chaleur et plus spécialement la chaleur brûlante du sable (sur la plante des pieds sans doute!) et tous les Arabes de l’époque doivent en voir le souvenir cuisant. La contrition du corps à ce moment de l’année est, là encore, une épreuve supplémentaire.

Le mois a été choisi, on le verra, parce qu’il comportait auparavant un jeûne juif, celui de l’ashura, qu’il a fallu masquer par un autre jeûne massif. Comme il est défini par le calendrier arabe, qui est lunaire, il est en décalage constant avec le calendrier solaire, tout de même plus efficace et représentatif de l’évolution climatique. En gros, il y a chaque année un décalage d’environ 10 jours vers l’avant. L’observation du premier croissant de lune du mois marque le début. Comme cela n’arrive pas en même temps partout, le début est toujours l’occasion d’une joyeuse cacophonie. Les plus obtus choisissent d’obéir à l’horaire saoudien…

On inculque souvent aux pauvres populations musulmanes, comme à des enfants, la fable de la commémoration de l’Hégire et de ce pauvre prophète en fuite, obligé de jeûner le jour et de se cacher, puis de grignoter des dattes: une sorte de chemin de croix, de calvaire, de traversée du désert. Hélas, le conte a eu ses adeptes et si l’on interrogeait les foules, elles débiteraient vite la sornette des dattes du prophète. S’ils savaient que ce qu’ils font est une transposition de l’exemple du Christ répandu dans les légendes populaires chrétiennes…

Une fête ininterrompue

De jeûne, très vite, le ramadan est devenu une sorte de festivité interminable où les rythmes biologiques sont inversés, puisque l’on vit la nuit et que l’on dort le jour, ou que l’on somnole. Ainsi est marquée, en plus, la rupture dans la vie quotidienne avec les infidèles et ceux-ci n’ont qu’à s’adapter et à en payer le prix. Si l’on ne mange pas, si l’on ne boit pas, on passe son temps à tricher, à s’alimenter en cachette, à acheter, à faire la cuisine. Le bilan énergétique et pécuniaire pour l’individu comme pour la communauté est catastrophique.

Le rite du jeûne diurne et collectif ne peut fonctionner que si une partie de la population ne le fait pas et ne doit pas le faire. Si la société musulmane qui le pratique soumet diverses communautés ou pratique l’esclavage, alors l’activité se maintient ; mais si ces sociétés sont livrées à elles-même ou au dieu Pétrole, alors rien ne va plus. Dans les pays d’accueil, la sécurité sociale (et en général tous les systèmes de protection sociale et de santé) se charge avec générosité de compenser les pertes subies.

Le jeûne et l’esclavage…

Oui, les deux sont liés. Le jeûne fait perdre une quantité considérable de force de travail.
Un mois d’inactivité et de dépense et un autre pour se remettre du choc, deux mois perdus dans une année qui en compte douze. Qui plus est, le pire mois de l’année est consacré le meilleur et sert de modèle, ce qui achève d’égarer les esprits.
Il faudrait qu’un jour, quelques esprits un peu éclairés du monde islamique s’expriment pour rappeler le prix qu’ils paient et font payer aux autres, pour une superstition néfaste et surannée.
[…]

A table !

Le ramadan est une affaire de privation de nourriture, le jeûne, vous l’aviez compris. Alors, par un juste retour des choses, c’est aussi une énorme affaire de bouffe, pas de nourriture, non, de bouffe et qui n’a rien à envier aux ripailles chrétiennes de fin d’année. Comme on se limite, on ne pense qu’à ça, on fait des courses et la cuisine. Il est permis, selon des avis de théologiens qui n’ont que cela à faire, de goûter, mais sans avaler… Les statistiques indiquent que dans ces moments, la consommation explose, en aliments comme en achats compulsifs et imbéciles. Le marketing, tellement plus efficace, à force, que le Livre d’Allah, fait miroiter les merveilles de la bouffe et fait saliver toutes les bouches.

Des médecins, plus ou moins complices ou réfractaires, donnent des conseils pour éviter les catastrophes pour la santé humaine. Aucune solution n’est vraiment la panacée et même toute solution devient un problème. La seule façon de s’en sortir est de faire une immense sieste dans la journée, en réalité, ou de feindre la maladie. Sans compter les diabétiques ou ceux qui doivent subir un traitement et qui veulent tout de même jeûner.

Alors voilà les astuces : d’abord, avant la levée du jour, alors même que l’on a peu dormi, il faut se lever, avant la prière qui elle-même a lieu avant l’aube, donc très très tôt, et on doit manger vite fait et beaucoup, et boire aussi, comme un vrai coureur cycliste. C’est le repas dit duSAHUR, qui est même évoqué dans les hadiths. Dès que l’appel à la prière est entendu, mains sur la table.
Les liquides sont vite éliminés, puisqu’en excès, et une à deux heures plus tard, tout est parti en pipi par la grâce d’Allah. Gros mal au ventre jusque vers le début de l’après-midi, où l’on se soulage et l’on retourne à la sieste. Quand le jeûne a lieu dans la saison chaude (en raison du décalage permanent), l’épuisement est encore plus rapide. Alors l’organisme évolue dans une forme d’étourdissement dans la fin de l’après-midi jusqu’à la panne sèche.

Le repas de rupture, IFTAR, ou connu sous d’autres formes approchantes, est l’occasion d’un engloutissement rapide. Au départ, quand la foule ingurgite, elle s’épie mutuellement du coin de l’œil et peu à peu, le naturel revient et l’on baffre. Pleins comme des barriques, les pieux vont alors somnoler jusqu’à connaître un regain d’énergie vers le milieu de la nuit. Impossible alors de dormir. De toute façon, après minuit, il est de coutume de se réveiller, ou d’être réveillé par la famille ou par des tambourineurs, pour recommencer à dévaliser le frigo. L’organisme doit alors assimiler une quantité de calories considérable en très peu de temps. A la fin du jeûne, chez les plus riches, la balance accuse de toute manière un excédent graisseux peu glorieux. Pour les pauvres, cela revient au même. Un ramadan somalien n’est pas l’occasion de grandes agapes, ce qui contraste avec leur co-religionnaires et voisins saoudiens, engoncés dans la débauche.

La triche est en fait la seule façon de s’en sortir et de vivre une vie d’être humain intégré dans la société, confiant dans son avenir et responsable des siens. Elle est massive, bien évidemment, et quiconque connaît bien les musulmans dans leur milieu sait comment l’on ruse. Les pays qui se sécularisent voient peu à peu les mentalités changer.
[…]

Notifier de
Insoumis
Insoumis

Bonjour,
excellent article qui reflète les vérités criantes sur ce mois dit sacré, qu’on peut aisément appeler sucré.
les musulmans sont fiers de leurs bêtises séculaires, et on se demande pourquoi.
qu’il s’agisse de ramadan que mahomet a délibérément copié d’autres religion, il est vrai que le jeûne n’est pas typiquement musulman, le jour de « ashura » pratiqué par les judaïques n’est pas la seule référence à cette pratique. les manichéens jeûnaient 26 jours par année et priaient 4 fois par jour.
l’islam n’a absolument rien apporté comme nouveaux préceptes, il les a juste modifié pour convenir aux tribus bédouines de son époque.

D. Furtif
D. Furtif

Bonjour Insoumis
Aurais-tu un quelconque rapport avec MCM, si oui, pourquoi te cacher?

Insoumis
Insoumis

bonjour D. Furtif,
non je n’ai aucun rapport avec MCM, aurais-tu l’amabilité de me dire de qui il s’agit ?

D. Furtif
D. Furtif

heuuu non ! mais ce n’est pas grave.