Une guerre Israël-Iran ?

Lectures :2276

C’est à un jeu purement intellectuel auquel le lecteur est convié ici. Contrairement à certains journalistes-citoyens, nous ne disposons pas de ligne directe avec le MOSSAD ni la CIA. Il s’agit donc, en fonction de ce que l’on sait du comportement passé des dirigeants Israéliens et du contexte actuel, de deviner si ces deniers ont décidé de mettre fin au programme nucléaire iranien, avec pour conséquence une entrée en guerre contre ce pays.

Premier élément que l’on peut apporter : les Israéliens l’ont déjà fait dans le passé avec l’Irak en 1981. Il semble logique toutefois de supposer que les Iraniens, instruits de cet épisode, aient pris des précautions pour qu’il soit techniquement très difficile de détruire leurs installations, probablement disséminées, enterrées profondément etc…

Lorsqu’Israel a décidé de frapper en 1981 le réacteur nucléaire irakien Osirak, cela s’est fait sans aucune annonce préalable, aucune « fuite » ; or cette fois-ci, l’Etat hébreu semble volontairement laisser échapper des informations sur sa volonté de le faire, allant jusqu’à préparer, pour sa population, des abris anti-missiles, tester des systèmes d’alertes par SMS et par zones, et distribuer des kits de survie et de protection.

Mais ceci ne peut pas être analysé uniquement comme de l’intox. Les autorités israéliennes, si elles s’attendent réellement à une guerre qui ne soit plus, cette fois, « éclair », de quelques jours, ne peuvent faire autrement que d’organiser d’une manière visible la préparation et l’organisation de la protection de la population.

La menace nucléaire iranienne potentielle et future est-elle crédible ?

Elle ne semble pas faire de doute pour le gouvernement israélien.
On sait que les virus informatiques Stuxnet et Flame destinés à perturber les programmes nucléaires iraniens sont d’origine israélienne ou inventés en collaboration avec les Américains ; les assassinats ciblés de savants atomistes iraniens constituent également des indices qu’Israël prend la menace au sérieux, même si l’implication de ses services secrets n’a pu être établie formellement à chaque fois.

En revanche, des informations, non confirmées évidemment, sur le nombre d’ogives nucléaires que posséderait Israël sont tout à coup diffusées, et là quelque chose ne colle pas. On a de la peine à imaginer que la bombe atomique puisse être autre chose qu’une « menace ». En supposant qu’une guerre se déclenche entre Iran et Israël, connaissant le fanatisme dont sont capables les Iraniens, et dont ils ont fait preuve contre l’Irak, ce n’est pas le spectre de la bombe qui peut leur faire peur.  Peut-être que les Israéliens se sentent assez forts pour gagner une guerre conventionnelle contre l’Iran, en pariant, de plus, sur une neutralité arabe sunnite. Là, seuls des experts militaires pourraient dire si cela est crédible du point de vue du rapport des forces militaires. Mais si cela ne l’est pas, la logique voudrait donc que les dirigeants israéliens envisagent de réellement utiliser l’arme nucléaire ? On n’ose l’imaginer. Les conséquences géopolitiques qui en résulteraient sont tout simplement impossibles à évaluer.

L’Etat d’Israël peut-il attaquer l’Iran sans l’aval des USA ? Difficile à croire, mais comment savoir si cet aval, il ne l’a pas ? Certes, on évoque des « pressions américaines » pour l’en dissuader, mais il peut s’agir d’un écran de fumée. Et, tout bien réfléchi, que feraient les USA contre Israël, s’ils passaient outre ? Rien. D’ailleurs, après la destruction d’Osirak, les réactions internationales avaient été extrêmement faibles.

Mais aujourd’hui,  la Chine ? La Russie ?

En tous les cas, ici, un article qui donne un peu l’ambiance.

5 comments to Une guerre Israël-Iran ?

  • Léon

    Bon, alors Asinus ? Vous êtes presque notre expert, là… Alors, guerre ou pas guerre ? 😆

  • ranta

    Seuls peu probable. Frapper les sites Iraniens nécessiterait la mise en oeuvre de la quasi totalité des moyens aériens d’Israël. Frapper L’iran oblige à survoler des territoires hostiles, et de nombreux ravitaillements en vol, qui ne donneront probablement pas leurs feux verts. Si y aller est dans le domaine du possible en revenir intact semble impossible, le comité d’accueil sera conséquent et il y en aura un, voire plusieurs au retour. Sans compter qu’il est peu certain qu’une seule frappe détruise tous les objectifs. Israël ne peut pas se permettre de voir ses moyens aériens singulièrement amputés en vue d’une guerre qui suivra.

    En fait, il faudrait que le situation soit désespérée pour qu’ils le le fassent : Missiles opérationnels, pointés vers Israël avec une bonne probabilité de lancement imminent.

  • D. Furtif

    Quel serait le meilleur moyen de maintenir la clique de paranos ,qui dirige l’Iran, au pouvoir pour 30 ans de plus?
    L’accès de l’Iran à l’arme nucléaire répond à quel besoin?
    Un pays qui a autant de pétrole!

  • asinus

    yep , je n’ai pas répondu parce que contrairement au pythonisse maboulien je n’ai aucune certitude , juste ce qu’il ressort des blog spé ou je traine
    1/ il n’y pas que des territoires hostiles a survoler  » les saoudiens concernés au premier chef par un iran nucléaire
    pourraient fermer les yeux et invoquer une incapacité technique voir la duplicité yankee.
    2/ si la passivité active us ne fait pas de doute mais quid des russes qui peuvent detecter les prémices d’une action et avertir téhéran , les israeliens font savoir qu’ils n’ont pas d’objection à la présence russe en syrie « un deal pour Tartous « ?
    3/ les israeliens focalisent l’attention de tous sur un raid aerien  » le font ils volontairement ? » alors que leurs sous-marins sont capables de frappes balistiques.
    3/ils réactivent leur defense passive vus le cout pour leur economie on approche du moment ou la question ne sera pas si mais quand.
    c’est un peu comme le fléau d’une balance , plus nous serons proches des elections us plus le vote juif americain aura de poids pour les candidat plus nous seront proche d’une action contre l’iran

  • asinus

    « L’armée israélienne a annoncé, le 6 octobre, avoir abattu un drone dont l’origine n’a pas encore été formellement établie, dans le sud d’Israël, plus précisément dans le désert du Néguev, région où est implanté le centre de recherche nucléaire de l’Etat hébreu »

    yep les conneries montent en risques ……..