Le bilan c’est maintenant : des noces de coton pas coton

Un an après la liesse populaire et la fièvre du renouveau qui s’est emparé si ce n’est du pays tout entier, du moins de la place de la Bastille, il est temps de jeter un regard sur le chemin parcouru.

Personnellement, j’aime bien quand la gauche est au pouvoir. Tout devient plus simple, plus apaisé. J’avais peur à un moment pour la survie de sites citoyens puisque ni Bush, ni Sarko n’étaient plus en place, mais ils arrivent à se recycler un peu vers les tables tournantes, finalement, le fond de leur commerce.

Donc nous sommes passés de la vulgarité insupportable bling bling d’un surexcité grandiloquent à l’apathie pénible d’un parfait sous-préfet dont les discours feraient honneur à la foire au saucisson locale. Le reste n’est qu’étonnement devant les trésors d’imagination des chargés de communication pour faire avaler le travail gouvernemental. Gouvernement hyper prolixe (38 ministres) en pleine période de crise, dont la composition relève plus d’un congrès de Rennes consensuel que d’une volonté de placer les compétents aux postes clés, avec parfois des rafistolages de dernière minute (1). Entre renvois d’ascenseur, obligation post-primaires, équipes DSK obligatoires et diverses autres remerciements pour bons services, on a une fine équipe qui entend n’oublier personne du camp victorieux (il faut dire qu’à raison d’une victoire tous les 17 ans, ça en fait des places à réserver aux méritants).  In fine, peu de changement, les postes clés des administration sont toujours filés aux apparatchiks fidèles, quand ce n’est pas aux amants, ancienne maîtresse, soutiens de campagne et autres relations  Mais le népotisme n’est que l’apanage de la droite, c’est bien connu (2) .

L’autre jour je regardais une émission concernant les un an d’Hollande avec 6 « intellectuels » invités, soigneusement triés pour que 3 aient été soutiens du candidat socialiste et les trois autres de son rival.  Quand Jean-Michel Ribes avança que le changement depuis 2012 «  c’est que maintenant le président parle français correctement », je me suis tout de suite dit qu’on était dans du débat de haut niveau. Un tel degré de résistance pendant 5 années (et 41 millions d’euros minimum de subventions par la mairie PS (3)…), pour sortir ça, on pouvait se douter que ce n’était pas avec une « plume » de Sarko en face qu’on allait rendre la discussion féconde. RIP à l’éventuelle audience.

Lors de ce « débat » qui mêlait trois libéraux de gauche face à trois libéraux de droite, chacun prêchait pour son poulain mais la cuisine était la même. Après avoir  essayé de faire croire qu’il existait une gauche et une droite en France et que la barrière idéologique était bien là (j’ai pas bien vu sur quoi mais bon…), est venue la question de la montée du FN. Evidemment aucun de ces représentants de l’élite autorisé à montrer sa tête à la téloche n’a pu penser un instant que la montée des extrêmes était peut être aussi dû au fait que, par exemple, leur séparation idéologique droite-gauche était archaïque et qu’on avait, en alternance au pouvoir, que des forces profondément libérales, pro-TCE, dissolvant  allègrement  le pouvoir de l’état dans une technocratie européenne et la capacité de production nationale dans une mondialisation annoncée inéluctable et supposée profitable. Le chef de l’état servant de variable d’ajustement avec le fruit des impôts et une redistribution idéologique, son rôle s’arrêtant désormais là, avec en prime une incursion dans le sociétal, libérale également si possible.

Donc voilà l’état de la pensée politique du moment en France : y’a la droite et la gauche, respectivement le bien et le mal (et vice versa). Après il y a les extrêmes : des gens dangereux comme Mélenchon ou Le Pen comme nous le rappelait si bien Atalli (encore un intello récidiviste), qui déclarant que Mélenchon était socialiste et Le Pen nationaliste et que les extrêmes se rejoignaient, nous faisait frémir de peur face à la monté de ce national-socialisme qui, si ça se trouve, n’a pas envie que la production française puisse faire le bonheur des enfants asiatiques payés 30 euros par mois en leur donnant un travail plutôt qu’à ces feignasses de français syndiqués. Voire même pourrait être antisémite et manger les enfants (mais ça c’est moins grave que s’opposer au marché).

Mais revenons à l’apaisement. Les mots par exemple, changent de signification quand on est sous un gouvernement de gauche. Ainsi les roms ne sont pas déportés rappelant les heures les plus sombres de notre histoire, mais les campements simplement évacués « sur décision de justice ».  Les CRS ont sans doute mis de la mousse au bout de leur matraque.

L’accord compétitivité emploi ignoble de Sarkozy devient l’accord de sécurisation de l’emploi, salué par tous (sauf par ceux qui devront baisser leur salaire pour ne pas être virés).  Le MEDEF en rêvait ? La prétendue gauche l’a fait, sous les applaudissements de Bruxelles qui vient de donner un satisfecit à Normal 1er, obligé de passer devant un jury de technocrates comme un vulgaire élève). La TVA, que promis juré on n’augmentera pas et qui est l’impôt injuste par excellence, bah elle va être ajustée (4) dans un choc de compétivité, toujours cette stratégie du choc.  Le choc de la transparence, le choc de la normalité le choc de la moralisation, tout est prétexte à choc comme avant tout était prétexte à Grenelle. Mais le vrai choc, c’est la courbe du chômage, celle des fermetures d’entreprises et le misérabilisme de notre balance commerciale (4).

Au moins, avec la gauche est-on entré dans l’ère de la morale, de la transparence et de l’équité ? Le démenti est encore cruel, mais une fois de plus, rien qui ne puisse rendre le climat malsain comme avant. Et si Mediapart sort l’affaire Cahuzac, c’est qu’originellement ils avaient Woerth et son hippodrome dans le collimateur et que celui-ci est arrivé dans le dossier presque par accident. Il ne faudrait pas leur demander d’arrêter l’idéologie non plus… Ce qui est tout aussi fendard, c’est que l’enregistrement caché, « l’information volée » comme disait un regretté ponte de la Radio-Londres Numérique (5), quand il montre la maltraitance en maison de retraite, quand il permet de chopper une phrase supposée raciste de L.Blanc ou le compte en suisse du ministre du budget, c’est considéré comme du vrai journalisme. Par contre quand ça montre le sectarisme idéologique et l’imbécillité profonde du syndicat de la magistrature, la chasse aux sorcières est ouverte, par les syndicats de journalistes (de gauche) eux-mêmes ; en effet, il s’agit alors d’un grave manquement à la déontologie ! (6) Non comme vous le voyez, l’ambiance est plus saine, le sectarisme c’était avant. Prière de ne pas rire.

Mais réjouissons nous, car la réussite en France n’est pas forcément un lointain souvenir. Comme un rappel encourageant, l’actualité nous livre qu’avec 1000 euros par mois  on peut acheter un appartement de 7 millions d’euros entre les deux tours de la présidentielle, et qu’en collectant quelques tableaux de maîtres secondaires, on peut les revendre pour plus de 500 000 euros. (7) Alors qu’attendez-vous ?

Certes on me dira que je joue le jeu de la méchante droite prête à faire capoter toutes les belles avancés en Hollandie (8) et qu’on s’est débarrassé de Sarkozy mais enfin si c’est pour le remplacer par Marine Le Pen gagne-t-on vraiment au change ?

Bref, les noces de coton, c’est pas du coton !

——————
Pour aller plus loin, une analyse de Todd. Intéressante.

http://www.marianne.net/Goodbye-Hollande%C2%A0_a228622.html?com#comments

——————

(1)  http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-jour-ou-christiane-taubira-fut-ministre-de-la-cooperation_1222335.html

(2)  http://www.marianne.net/Goujaterie-et-sectarisme-de-la-gauche_a220176.html et http://www.lefigaro.fr/societes/2013/04/16/20005-20130416ARTFIG00405-polemique-autour-de-la-future-direction-d-arianespace.php

(3)  http://www.delanopolis.fr/Jean-Michel-Ribes-Tartuffe-de-la-subvention-theatrale_a1574.html

(4)  http://www.rmc.fr/editorial/317030/hausse-de-la-tva-un-renoncement-de-francois-hollande/ et  http://www.liberation.fr/economie/2013/05/16/plus-de-20-000-emplois-detruits-debut-2013_903357

(5)  Cette dénomination est exacte et auto attribuée sans rire sur le site media citoyen que tout le monde connaît.

(6)  http://www.causeur.fr/clement-weill-raynal-mur-cons,22357

(7)  http://www.rmc.fr/editorial/375374/l-appartement-a-7-millions-d-euros-de-thomas-fabius-intrigue-la-justice/ et http://www.lepoint.fr/politique/affaire-gueant-un-tableau-qui-ne-valait-pas-plus-de-15-127-euros-02-05-2013-1662231_20.php

(8)  Disons n’a-t-il pas été accusé de ne pas soutenir Mme Royale à La Rochelle avec le risque que cela comportait de la victoire, sans rire, de la droite aux législatives ?

Lectures :3004
Notifier de
Léon
Léon

Oui, mais jean-Michel Ribes, il est trop génial… Je préfère mettre de l’argent là que dans des « Instituts des cultures de l’islam ».
Emmanuel Todd a raison sur beaucoup de points. Pas sur tous.
Quant à la hausse de la TVA, s’il faut trouver de nouvelles ressources fiscales, j’y suis favorable. Elle n’est pas si « injuste » que ça compte tenu que les riches consomment d’avantage et qu’il est possible d’en moduler le taux suivant la nature du bien. Elle a, en revanche de très nombreux avantages.

Mais, globalement je partage les critiques contenues dans cet article.

Léon
Léon

Concernant Ribes, j’ai relu il n’y a pas longtemps certaines de ses pièces de théâtre: trop, trop génial… Cela n’empêche nullement que sur le reste, la suffisance, le côté moral etc, Lapa ait raison.

Buster
Buster

Merci Lapa,
C’est vrai que l’ambiance est soudainement devenue plus apaisée.
Un an à peine et déjà tant de chemin parcouru !

Les gens se sourient dans la rue, le jeune à capuche se lève spontanément pour céder sa place à la vieille dame.
Sans doute un des effets de la joie du peuple à avoir élu un président qui parle maintenant correctement le français.
Mais comment a-t-on pu se passer si longtemps des socialistes ?
.
Je vais vous faire une confidence.
En fait, je suis (secrètement) un fervent partisan d’Hervé Morin ( je n’en avais jamais parlé jusqu’ici pour ne pas gêner Disons, pour que le site ne risque pas d’être définitivement catalogué « centriste mou »)
Eh bien, je ne suis pas persuadé qu’Hervé Morin aurait pu faire autant en si peu de temps dans le chemin ardu vers une Normalité triomphante.
Ni d’ailleurs qu’il aurait pu avoir autant d’efficacité dans l’ennui magnifique que nous inspire notre président.
Et pourtant Morin a de sérieuses compétences dans tous ces domaines.
.
Le dynamisme et l’esprit positif que l’on sent à nouveau habiter les français me réjouissent.
Même le temps semble lui aussi de la partie avec ce beau printemps tout gris.

D. Furtif
D. Furtif

J’aimerais lire un commentaire qui viendrait te contredire BUSTER, …
Avoir raison à ce point est indécent et peu citoyen

Causette
Causette

Ribes, je ne le connais pas trop mais c’est vrai que dans ces interventions politiques il a un côté « suffisant ». Sa revue collaborative de Rond-Point a comme partenaires Témoignage chrétien kri!kri! (ça ne lui a pas suffit une tarte!), un collectif présidé par Pierre Bergé (louer son ventre ou louer ses bras etc… qu’est-ce qu’il en pense J-Michel?). Il y a aussi Respect magazine, un « mouvement urbain, social et métissé » Dans leur article Esclavage d’hier et d’aujourd’hui, on lit: Le 15 février dernier, un nouveau cas d’esclavage domestique faisait les gros titres des journaux. Charlotte, une jeune ivoirienne de 14 ans se présente au commissariat de Cavaillon (84) et déclare aux policiers avoir été acheté par un couple de français pour faire le ménage et s’occuper de leurs enfants. Le visage de Charlotte c’est celui de l’esclavage moderne, moins fréquent mais toujours présent. Plus de deux siècles après son abolition, le problème est loin d’avoir été éradiqué. En France, depuis le début de l’année, pas moins de cinq cas de traite d’êtres humains ont été portés devant les tribunaux. (une de ces affaires concernait une Ethiopienne esclave d’une famille des Emirats Arabes qui séjournait à l’hôtel Concorde Opéra, sept 2012). Charlotte dans le Parisien du 14 février 2013 Depuis le mois de septembre, Charlotte une adolescente ivoirienne de 14 ans sert de bonne à tout faire chez un jeune couple de 25 ans résidant à Cavaillon (Vaucluse). Comme l’a révélé Le Dauphiné Libéré ce mercredi, ils l’avaient achetée 4500 euros en Côte d’Ivoire, d’où l’homme est originaire… Pourquoi Respect magazine ne reprend pas cette information qui a été donnée dans les journaux ivoiriens: L’homme, d’origine ivoirienne, et sa femme, française, l’avaient recrutée en septembre dernier, à la suite d’un voyage en Côte d’Ivoire. Près d’Abidjan, Charlotte avait été « recrutée » parmi un groupe d’enfants, puis ramenée en France contre une somme de 4.500 euros. Chaque jour, elle n’avait pas le droit à l’erreur : tout travail jugé mal fait, toute insolence ou plainte étaient systématiquement punis de coups de ceinturon. Les brimades ont duré plusieurs mois, jusqu’à mardi dernier. Charlotte, après une ultime punition, s’est enfuie pour se réfugier au commissariat de la ville. Après l’avoir entendue raconter ses souffrances, les policiers ont interpellé le père de famille. Il a été mis en examen pour violences volontaires, traite d’êtres humains, et écroué. Bon Charlotte 14 ans a été vendue pour 4… Lire la suite »