Philippe Carrese devrait lire Michéa.

Une  intéressante polémique a lieu entre Riposte laïque et Philippe Carrese, le réalisateur de « Plus belle la vie ».

Apparemment ce monsieur  proteste contre le fait que RL ait publié dans son intégralité (comme un certain nombre d’autres sites ) un texte où le réalisateur poussait un coup de gueule sur ce qu’était devenue sa ville de Marseille.

Le texte est fort et accablant. On vous le met ici.

Il y exprime un ras le bol, entre autres, de la saleté, de la misère, de l’exotisme, des jeunes racailles qui pourrissent la vie des autres et c’est sans doute pour cela que RL l’a repris. Ce qui est bizarre c’est qu’il assume et ne renie pas son texte mais, visiblement cela le défrise que RL le publie et exige son retrait, sans doute (je ne vois aucune autre explication) en raison des orientations idéologiques de RL.  Autrement dit on est typiquement dans ce que Michéa dénonçait sur « faire le jeu de la droite ».

Il faut décidément rappeler le lien et l’extrait :

« Car s’il y a une chose, en effet, dont je sois absolument certain –à la lumière de toute l’expérience  révolutionnaire du XXe siècle– c’est que, comme l’écrivait Antonio Gramsci, seule la vérité est révolutionnaire. Et qu’il faut donc toujours être prêt à la dire telle qu’elle est, quel que soit le contexte et quelles qu’en soient les conséquences. Même si –en agissant de la sorte– on risque évidemment toujours de faire « objectivement » le jeu de l’ennemi (surtout quand la logique de l’affrontement n’est pas « binaire » et qu’il existe, par conséquent, des « ennemis de nos ennemis ») ou même d’en recevoir les chaleureuses félicitations (n’est-ce pas, après tout, la CIA elle-même qui avait financé la première adaptation cinématographique d’Animal Farm ?). Et même à supposer qu’il puisse exister, un jour, des circonstances où l’on devrait cacher la vérité au peuple « dans son propre intérêt » (ou afin, comme on dit plus sobrement, de ne pas donner « des armes à la droite »),  il reste –et cela, tu ne peux pas l’ignorer– que la vérité finit toujours, tôt ou tard, par sortir de l’armoire et apparaître aux yeux de tous. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’à la fin de l’histoire, ce soient malheureusement toujours les mêmes –autrement dit, les classes populaires– qui se retrouvent à devoir payer l’addition laissée par les doctes défenseurs d’une éthique « responsable ».

JC Michéa

Il serait évidemment intéressant de savoir pourquoi, selon Philippe Carrese,  le contenu d’un texte, sa signification,  devrait dépendre de l’endroit où il est publié. C’est, en réalité une variante de l’argument inacceptable selon lequel la validité d’une information ne dépend pas de son contenu mais de sa source. Comme si la publication par RL de ce seul fait, le salissait, le pervertissait, le rendait inacceptable.

Car de deux choses l’une : ou RL est un site ignoble et alors, s’il adhère à ce texte et le publie, cela prouve  que le texte en question est ignoble en soi également; ou c’est un bon texte et alors c’est  RL  qui n’est pas si mauvais  et l’auteur devrait accepter que le site le trouve bon et le publie… Assume, bonhomme.

—————————————————————————————————————————————————-

Addendum : cet article a été rédigé vendredi 30, or ce samedi il apparaît que F. Desouche publie, à son tour, le texte de Carrèse. L’affaire prend donc une tournure nouvelle car, en termes de « politiquement correct » c’est, peut-être, encore pire que Riposte Laïque ! Ce serait étonnant qu’il refuse une publication sur RL et ait donné son accord à Desouche…

A suivre, donc.

Cela fait penser, en vrac à cette phrase de je ne sais plus qui : « on peut rire de tout mais pas avec tout le monde » , aux porteurs de mauvaises nouvelles que l’on tuait dans l’antiquité, à « ne pas désespérer Billancourt », à la traite négrière arabo-musulmane dont il ne faut pas parler, selon Christiane Taubira, pour ne pas désespérer Montfermeil, cette fois etc… Il faudrait trouver un nom pour ce véritable syndrome qui consiste à s’interdire de dire une vérité qui ferait tort à son camp et arrangerait l’adversaire. Ou, ce qui est encore pire, une vérité qui obligerait à revoir ses propres réflexes idéologiques.

5 comments to Philippe Carrese devrait lire Michéa.

  • Lapa

    C’est Desproges: on peut rire de tout mais pas avec tout le monde. Il parlait bien sûr de Le Pen.

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’article. Il me semble que l’auteur d’un texte ait tout à fait le droit de regard sur qui le publie. Tout comme l’auteur d’une chanson peut refuser qu’elle soit utilisée dans un sens qui ne lui plaît pas ou au milieu d’une compil’ avec des auteurs qui ne sont pas son point de vue.

    En l’occurence il ne s’agit pas de masquer une vérité, puisque le texte a été déjà rendu public ailleurs, mais bien de refuser de voir son nom mis sur un site qui est étiquetté.

    Imaginez que gogovox reprenne le billet du dernier prix nobel de médecine. Je pense qu’il a le droit de refuser d’etre à côte des adorateurs de poudre de mulot…

  • Léon

    Je ne partage pas ton point de vue Lapa. Pour plusieurs raisons : d’abord, dés lors qu’on rend un texte public, celui-ci dépasse toujours l’auteur, ses intentions etc. Le public se l’approprie et ce qu’il en fait échappe toujours à son auteur. Seuls les aspects économiques du droit d’auteur sont alors défendables. Et sur Internet, c’est encore pire. Par exemple, de mon point de vue, dès lors qu’une photo est sur le net, je l’estime libre de droits d’utilisation.
    Ensuite, mais là j’avoue que ce n’est qu’une supposition de ma part, il semble bien que ce qui gène l’auteur c’est d’être publié aux côté d’articles assez racistes que l’on trouve sur RL. Mais pourquoi y est-il publié ? A cause certainement de quelques phrases comme par exemple :

    « J’ai plus envie de me retrouver à chercher des mots d’apaisement et à soliloquer des propos hypocrites sur la fraternité et la tolérance lorsque mes enfants se font racketter en bas de ma ruelle.

    J’ai plus envie de me laisser railler par ces troupeaux d’abrutis incultes, vociférants et bruyants au milieu des trottoirs qui n’ont qu’une douzaine de mots à leur vocabulaire, dont le mot “respect” qu’ils utilisent comme une rengaine sans en connaître le sens. »
    ou encore :
    « J’ai plus envie de traverser le quartier Saint Lazare et de me croire à Kaboul. »

    Ces phrases sont clairement hostiles à une certaine forme d’immigration et de « racailles » qu’elle a produit, personne n’est dupe, RL encore moins, et c’est, à l’évidence, ce qui a intéressé aussi F Desouche.
    Alors, on peut évidemment mettre en avant le « droit moral » de l’auteur,( reconnu, d’ailleurs par la loi), sur l’usage qui peut être fait de sa création ; mais cela ne fera qu’occulter le fond du problème, le contenu du texte qui, lui, intéresse tout le monde: pour la faire simple il pose ( pas exclusivement, nous sommes bien d’accord…) en filigrane et parfois d’une manière explicite la question de l’immigration venant de pays musulmans ( « Kaboul »- était sans doute moins compromettant qu’Alger…), de l’échec de l’intégration, des incivilités et de la sur-délinquance de ces populations. En refusant sa publication sur RL et sans doute F. Desouche, ce monsieur pratique en fait une censure qui est, et c’est plus grave encore, une forme d’autocensure. Il n’assume pas ce qu’il a écrit, qui est pourtant un cri du coeur authentique et qui mérite qu’on s’y attarde, et qui ne fait pas de lui un militant du FN…

    Seule la vérité est révolutionnaire !

    Me revendiquant comme un homme de gauche je crève des ces lâchetés ; qui conduiront d’ailleurs à ce que la gauche elle-même crève (si ce n’est déjà fait…)
    Alors les coquetteries et les états d’âme de ce monsieur, je m’en tape… L’enjeu de cette histoire le dépasse largement!

  • D. Furtif

    Je suis absolument d’accord avec cet Nartic autant sur le plan politique que sur le plan du caractère.
    Je possède en effet une forme d’intransigeance qui me fait détester de beaucoup de gens qui voudraient bien de temps en temps pouvoir « mettre les pouces » et continuer peu après à pouvoir réclamer l’aura d’autorité qu’ils ont perdue dans ces moments de relâche.
    .
    Cette méthode de refus de dire la vérité au nom de  » l’alliance objective avec l’adversaire » est la plus grande imposture la plus grande infamie la plus grande agression contre la vérité scientifique et le matérialisme scientifique.
    .
    C’est bien sûr le Stalinisme qui en fait le plus grand usage********* en abattant des victimes choisies dans ses propres rangs pour le confort et la perpétuation des chefs .
    C’est une plaie ouverte dans l’histoire du mouvement ouvrier une amputation de sa conscience..
    .
    Les remontrances que les petits bourgeois vénérables continuent à nous décocher s’inspirent directement de cette tare qui pour eux représente la seule connaissance et la seule pratique qu’ils ont du matérialisme scientifique.
    Pour eux être de gauche c’est ça.
    .
    Nous en voyons beaucoup , ils(elles) sont venus(e)parmi nous pour distiller leur venin sans principe et évidemment notre refus de l’ingérer est taxé de droite.
    Nous avons le devoir de rassurer ces gens nous conservons de nombreux témoignages de leurs talentueuses contorsions.
    …..
    ….
    Heu Léon je crois que tu prends au premier degré ce qui n’est qu’un sarcasme de la part de Lapa
    .

    ===========
    ******
    Les sophistes grecs , Cicéron et l’Eglise l’avaient précédé et lui avaient montré la voie.

  • Léon

    Lapa ? Premier ou deuxième degré ? 🙄

    • Lapa

      que veux-tu attendre de vrai d’artistique ou de révolutionnaire chez un réalisateur de soap opera façon gauche plurielle? je rappelle qu’à la base le mec il fait quand même du sous feuilleton dans un outil d’aliénation de masse et de temps de cerveau disponible hein… 😉