Retour au Labo

Lectures :3393

Y a des matins, où même après une très bonne nuit , Fatigue te vous enverrait vous recoucher de mélancolie , une sensation de tout ça pour ça qui vous colle à la peau. À moi il me fait ça

GROSSE FATIGUE cause toujours….

Retour au labo

lundi 20 octobre 2014, par Grosse Fatigue

La poussière est fine et colle à l’agrandisseur, au minuteur, aux bacs. Les objets dorment depuis si longtemps, et il est un âge où l’on ne compte plus en jours ni même en mois. Je n’ai peut-être pas utilisé mon laboratoire depuis deux ans, voire plus.

De toutes façons, les gens ne regardent plus les photos dans les albums. Il ne veulent plus de photos en papier. Ils regardent sur écran.

L’employé du magasin du centre-ville dit cela avec la fatalité du condamné à mort, un peu bossu, l’homme a sniffé en toute légalité sa dose de cancérigènes pendant tant d’années que son moral comme sa peau semblent en berne. Peut-être est-ce sa façon de se réjouir ?

J’ai balayé la poussière et suis tombé par hasard sur un vieux négatif en 24X36, du 50 ASA AGFA qui n’existe plus depuis longtemps. La photo me plaît car je tire deux négatifs l’un à côté de l’autre formant un paysage nouveau. Un rêve. Je n’hésite pas à tirer sur du très grand format. Le papier baryté est sans doute toujours bon. Il faut le couper en deux dans le sens de la longueur, je fais un peu n’importe quoi. Mais je redécouperai plus proprement plus tard. La photo initiale, je l’ai donnée à une amie que l’on ne voit plus.

Voilà le premier essai. Trop gris. Il va falloir contraster un peu. Exposer le ciel vingt pour cent de plus. Ainsi que le poteau au premier plan, pour qu’il disparaisse dans le noir. C’est un travail manuel. C’est agréable. Il faut des outils et un œil. Il faut un savoir-faire, de l’expérience.

Pourquoi ai-je abandonné tout cela ? Pourquoi ai-je subi la vague du numérique qui m’intime d’acheter du pixel puisque c’est si pratique ? Je n’ai jamais ressenti aucun plaisir devant la photo numérique. Sa qualité en couleurs est étonnante. Comme en hi-fi, c’est trop bien, trop reluisant. La réalité ne l’est pas tant que ça. En noir & blanc, on rajoute du grain, du grain de sel, du grain dans les engrenages, du grain à moudre. Il faut abîmer les clichés pour leur donner de la profondeur. C’est la mise en abîme.

Je regarde mon tirage d’essai dans la baignoire. Je suis content. Je viens de faire quelque chose de vrai. Personne n’est là pour le commenter trente secondes sur un écran, avant d’aller voir un autre cliché tout aussi inutile. Je suis seul avec mon travail, mon œil, mon passé. Je sais déjà ce que je dois refaire. J’ai l’impression d’être riche de l’intérieur, comme un cuisinier à l’ancienne, un menuisier d’avant la Chine ou la Suède. J’ai l’impression d’être un auteur, un artiste. J’ai l’impression de ne plus être inutile. Je savoure une immense solitude, celle des enfants qui ont fini de monter un jouet qui ne sera que pour eux, un jouet compliqué, le jouet que personne d’autre ne peut comprendre.

 

Article précédent, le 19 octobre 2014 : Hurry punks ! Hurry !

Article suivant, le 20 octobre 2014 : Lettre ouverte à un vrai fasciste

5 comments to Retour au Labo

  • Lyacon

    Bonjour Furtif,
    Tu peux retrouver le grain de l’argentique sur le numérique, sans avoir le plaisir maso de respirer les sels et les vapeurs.
    DXO Film Pack est vraiment parfait (essais gratuits)
    Et si tu le couples à DXO Optics pour le développement, c’est encore mieux (essais gratuits)

    Cela peut te paraître cher, mais à l’usage cela ne l’est pas et tu peux récupérer des tas de photo que tu crois foutues.

  • Lapa

    c’est pas retour au labo le titre plutôt?

    le numérique, c’est l’industrialisation et l’instantanéisation. C’est pratique, efficace, parfois adapté. Mais il n’y a plus de magie, plus de lenteur, plus de travail… ça va bien dans une société de consommateurs en sorte 🙂

    • Lyacon

      Si, mais Furtif évoque aussi la nostalgie du grain, je ne fais qu’indiquer un logiciel qui permet de le recréer et de choisir son type de film.
      L’argentique revient également beaucoup plus cher que le numérique, c’est surtout cela qui en a fait son succès. si on peut avoir le même résultat en numérique qu’en argentique, c’est quand même pas mal, mais on perd le plaisir onéreux du bac lorsque la photo se révèle.
      Bref, ce n’était qu’une information que je lui donnais, même si elle est un peu hors sujet.

  • D. Furtif

    Lyacon
    Et si tu faisais un peu gaffe ?
    Tu es en train de vanter les mérites de la dernière Vroum vroum turbo à un gars qui évoque sa nostalgie des promenades .
    De plus ….
    On se demande , mais alors on se demande où tu m’as vu dans ce texte de Grosse Fatigue 😆

  • Lyacon

    « La poussière est fine et colle à l’agrandisseur, au minuteur, aux bacs. Les objets dorment depuis si longtemps, et il est un âge où l’on ne compte plus en jours ni même en mois. Je n’ai peut-être pas utilisé mon laboratoire depuis deux ans, voire plus. »

    Simplement cela, mais tout le texte porte à ce type de confusion pour un lecteur comme moi ne te connaissant pas.