Il ne risque rien __ en guise de réponse à Léon

Lectures :3469

J’aimerais bien venir défendre Sarko ou tout au moins dire qu’il n’est pas tout seul.
1_ parce que ça me plait de ne pas dire la même chose que les autres
2_ parce que la plupart ignorent qu’il n’est pas tout seul.

Tout ce qui est en place depuis de Gaulle a été mis en place pour lui dans une constitution aux petits oignons faite spécialement pour lui et la place qu’il tenait dans l’histoire et l’échiquier politique de ce pays.

Elle [cette constitution] interdit tous les rouages et combinaisons traditionnels de la démocratie française parlementariste. Elle interdit les sorties de crise par la recomposition des alliances et la multiplication des solutions gouvernementales. Elle interdit aux partis charnières, indispensables dans cette politique de « je te tiens tu me tiens », de jouer leur rôle de liens entre des forces qui normalement devraient s’affronter.
En cette période, alors de guerre froide, pour l’Etat français, tout ce qui n’est pas le PC peut participer au pouvoir. C’est la IVè République.
La crise coloniale risque , en suscitant des crises graves au sein de la droite, de permettre au PC de revenir au pouvoir . Nous assistons à une pièce de théâtre factice en deux temps

1er temps la SFIO se saborde sous Guy Mollet qui mobilise le contingent dans la guerre et pousse le cynisme jusqu’à dire que 24 mois font 36., et en intimant l’ordre aux forces armées de mater la Rébellion .
2è temps Du coté de la droite les forces d’extrême droite voient dans le mécontentement de l’armée qui , obéissant aux ordres d’une République de gauche , accomplissant les basses besognes ordonnées par un Mitterrand entre autre , une occasion à saisir. On verra même dans le camp des militaires se dessiner le mot d’ordre de citoyenneté  française pour les arabes que ni la droite ni la gauche ne veulent entendre… Une fois de plus la République française voulait bien du sang des arabes (les harkis) mais pas de leur bulletin de vote.

Une 3è force vient tirer les marrons du feu mais elle présente ses tarifs. Le Gaullisme quasi éteint politiquement saisit l’occasion et promet beaucoup, tout et son contraire.
Il range sous sa bannière presque toute la droite et au nom de la défense de l’État, impose à toutes ses composantes de ne parler que d’une seule voix : la sienne. Ce n’est pas dire du mal que de dire que le personnel qui se range derrière De Gaulle est plus qu’hétéroclite. Malheur au notable qui aurait des velléités d’indépendance d’esprit.

La plus grande force politique de l’OAS n’était pas militaire, elle était à chercher dans toutes les petites composantes de la droite condamnées par De gaulle à la poubelle de l’histoire.

Une fois en place De Gaulle et les siens se voient au pouvoir pour 30ans  « si on fait pas de connerie » , mais  nolens volens, se faisant ils recomposent la gauche. Malgré elle, car elle aussi se satisfaisait de la période bénie de la République des crises où son personnel politique trouvait des gamelles qui lui assurait son avenir. Sous De Gaulle le PC retrouve quasi son étiage de 1946. Les deux y trouvent toutes les raisons de poursuivre comme devant.

La vraie vie viendra mettre en lambeau ce bel édifice.

La grève des mineurs de 1963 ne connaitra pas le succès que l’énormité de sa mobilisation aurait pu lui permettre d’attendre. Déjà, en ce temps là,  les directions ouvrières ne lui offrirent comme perspective que des grèves à répétition et la dislocation de leur mot d’ordre unitaire « À Paris » en leur organisant un parcours fléché dans la ceinture rouge qui les reconduira dans leur cars et retour dans le Nord….

Ce n’était que la répétition de ce qui se passerait 5 ans plus tard. La grève et les manifs de Caen du début 1968. Dans ce printemps 68 la gauche officielle n’a rien de mieux à voir que l’éditorial fameux du Monde    « La France s’ennuie ».

Un prof lâche dans le Nouvel Obs : « salauds de jeunes » Les petits bourgeois bien au chaud ont du vague à l’âme.
Une simple histoire de dortoir des filles servira d’allumette et fera partir en fumée tout le bel édifice de consensus politique entre le pouvoir et ceux qui parlaient au nom de l’opposition.
La jeunesse ouvrière sautera sur l’occasion et la CGT se verra contrainte de lancer le mot d’ordre de manif centrale du 11Mai 1968

Attention. Tous ceux qui refont l’histoire sans l’avoir vécue feraient mieux de consulter leurs fiches .
Jamais la CGT n’a appelé à la grève générale en 1968

Nous nous trouvons dans une singulière et étrange situation 40 ans plus tard. Un consensus libéral défendu par presque tous et une réalité qui vient tous les contredire

Une classe ouvrière tenue par des forces qui dans l’ensemble ont voté et acté contre elle dans l’affaire du traité européen, dans, quand elles étaient au pouvoir pluriellement, une absence de lutte contre le chômage , dans l’application de la politique économique pro libérale dictée par Delors et dans des plans de destruction des acquis sociaux élaborés dans les ministères de Gauche.[ Les premières atteintes au code du travail ] Rappelons nous les noms de ceux qui de Fabius à Rocard ont approuvé en leur temps la réforme Juppé. Aujourd’hui ils se bousculent au portillon pour dire qu’ils ne veulent surtout pas le retrait de la réforme Woerth mais une adaptation, un remise sur la table …nani nana et nanère le temps que la mobilisation s’étouffe.

Après l’adoption de l’ouverture au libéralisme du TCE, la crise économique et le chômage, il leur faut diminuer les salaires car allonger la durée du travail c’est bien diminuer les salaires.

Le chômage des jeunes,  alibi usé jusqu’à la corde pour mettre en place les stages bidons qui ont amusé le tapis pendant 25 ans . On n’en parle plus.

La gauche officielle attend que la droite fasse le sale boulot car, sur le plan économique elle n’a pas d’autre solution.

Alors Sarkozy puisque c’est de lui dont on parle.

Il n’aurait d’abord jamais dû être là si un olibrius pourtant brillant n’avait pas, des années avant, par la réforme du Quinquennat offert sur un plateau à la droite : la concordance des calendriers électoraux _ présidentielles et législatives dans le même temps .  S’il n’avait pas tel un joueur de flute conduit ses troupes dans le fleuve au lieu de les mobiliser encore, par delà son échec personnel.

Ce n’était pas assez, il faudra que dans ses propres rangs se dégagent des alliés de Sarko et des gens qui appellent à voter Oui à la dernière modification constitutionnelle. On a renoncé à compter ceux qui ont applaudi à la validation forcée du TCE , contre l’avis du référendum, ils sont trop nombreux.

Aujourd’hui nous retrouvons les mêmes  à valider la réforme Sarko en refusant le mot d’ordre du retrait, qui étaient déjà là à voter oui au TCE , qui ont validé la dernière réforme constitutionnelle de 2008 à Versailles à deux voix près.

À la fin, alors que la droite est disloquée et inquiète pour son avenir,  Sarkozy n’a aucune raison de se suicider car il sait pouvoir trouver ailleurs des soutiens qui œuvrent opiniâtrement à soutenir sa politique.

100 comments to Il ne risque rien __ en guise de réponse à Léon

  • COLRE

    Salut Furtif,

    Intéressant et complexe, ton point de vue. Ta relation des années 60, c’est du vécu et cela m’éclaire sur l’avant-de Gaulle, que je connais mal, finalement.

    (entre parenthèses, j’apprécie toujours le témoignage des témoins directs, en « Histoire », ce qui me fait toujours relativiser l’interprétation historique, toujours sujette à caution, toujours menacée de simplisme et d’anachronisme…).

    Première impression : filtre de ton papier une opposition entre la « base » et le « sommet », autre déclinaison du « peuple » et des « élites », ou de la « classe ouvrière » et des « directions syndicales » et autres gros bonnets politiques et partisans.
    J’avoue avoir toujours du mal à me situer complètement dans ce débat (sans doute un vieux fond inconscient de « Soc dém »…).

    Ma première tendance est de te suivre à 100%, étant moi-même perpétuellement révoltée par les zélites, leur incompétence, leur supériorité condescendante ou leur corruption.
    Ma deuxième réaction est de relativiser : comment peut-on se passer d’élites, humaines, si humaines ? Elles sont l’excroissance de toute société humaine, or leur destin « ontologique » est d’user et abuser de leur pouvoir, par tous les moyens…

    Que veux-tu ! à entendre un Fabius jour le rôle de héraut du « non », comment pourrait-on lui donner crédit de l’honnêteté de ses convictions ?! voire, du danger du « oui »… Tout cela était brouillé, pollué par des idéologies contradictoires et des alliances contre-nature. On se méfie à moins.

    Le référendum entre oui et non, ce n’était pas si simple… Pour moi, « oui », c’était juste rajouter une couche de principes (=traité constitutionnel) et de protection « sociale » à un substrat ultra-libéral déjà en place par les traités précédents…
    C’est avant qu’il fallait se battre contre l’évolution libérale de l’Europe, mais encore une fois : pas d’anachronisme, l’ambiance idéologique de la fin des années 80 et du début 90 n’était pas à cette chanson.
    Il y avait d’autres « modes » de pensée : la pseudo-fin de l’histoire, le mur de Berlin, la réunification, la chute du communisme, la pseudo-défaite de la gauche idéologique, l’européinisation des esprits et la fin du spectre des guerres européennes, le confédéralisme, etc etc etc.

    Et c’est ainsi, dans ce contexte, que se sont immiscés le mondialisme et l’ultra-libéralisme rampant. La monnaie unique, Maastricht, Schengen… tout cela pouvait d’un espoir de progrès social, financier, politique…

    • Ph. Renève

      Bonjour COLRE

      En effet, jusqu’aux années 90 la mondialisation et l’ultralibéralisme se sont faufilés discrètement dans les politiques de l’U.E, de l’OMC, etc. censés réguler les choses.

      C’est lorsque ces deux-là ont décidé d’abolir tous les droits de douane sur les textiles indiens et chinois, rappelez-vous, ce qui allait irrémédiablement entraîner la faillite de toute l’industrie européenne, qui s’est bien produite, qu’on a commencé à ouvrir les yeux.
      Ensuite, ce « libre-échange » catastrophique a été étendu à tous les produits, ce qui a lancé les délocalisations, et les citoyens ont commencé à se dire que c’était une peste.

      Il était trop tard.

      • Buster

        l’UE pouvait-elle vraiment faire autre chose que le reste du monde ?
        Pouvait-elle bloquer ses frontières, continuer à produire toujours plus cher, au risque de prendre un retard irrattrapable et de devoir faire demi-tour en catastrophe ?
        Les allemands, par exemple, l’auraient-ils accepté ?
        Je n’ai pas la réponse mais il me semble que ce risque là aurait été encore plus grand, finalement, que celui qui fut décidé.

        • Ph. Renève

          On peut en discuter à perte de vue.

          Mais ce qui était certain, c’est que l’immense différence de compétitivité allait détruire une partie de l’économie occidentale et notamment aggraver le chômage. Fallait-il l’accepter au nom d’un principe plus idéologique que réaliste ? Mon avis est non.

          • Ph. Renève

            Il faut bien voir que ces libéralisations ont profité seulement et exclusivement aux grands groupes capables de délocaliser, en créant autant de chômeurs, et que l’avantage pour les ménages a été un moindre coût de certains produits précis (textile, électronique) qui n’ont certainement pas compensé les inconvénients.
            Demandons donc aux chômeurs s’ils préfèrent avoir du travail ou se passer de leur écran plat…

            • Buster

              Certains pourraient t’objecter (pas moi hein 😉 ) que c’est un raisonnement à courte vue.
              Cela n’a pas profité seulement et exclusivement aux grands groupes, ils ont été les premiers capables de s’organiser et d’en tirer des avantages.
              Mais c’était dans le cadre d’une refonte complète de notre société européenne et en suivant la marche du monde.
              Adaptation nécessaire ? obligatoire ? indispensable ? inadaptée ?

              Comme tu dis, on peut en discuter à perte de vue.

              • Ph. Renève

                Raisonnement à courte vue certainement pas. Combien de temps durera l’hégémonie commerciale de l’Orient sur certains produits ? Celui qu’il faudra pour que les conditions économiques s’équilibrent, c’est-à-dire des décennies. On en est à une.

          • Buster

            Je crois que si le principe était idéologique, il se voulait aussi réaliste.
            Pragmatique.
            Et je pense qu’il n’y avait en fait guère d’autre choix, en restant dans le cadre de l’UE et d’une décision commune.

      • COLRE

        Bonjour Philippe,

        Je vois en effet un peu les choses comme vous…

        Je suis une anti-conspirationniste structurelle ( 😉 ), et j’ai tendance à analyser la réalité humaine comme comme une incapacité à l’anticipation, même à moyen terme, une fuite en avant continuelle, une adaptation au coup par coup, de modes successives, d’idéologies qui remplacent les précédentes, de valeurs fondamentales un jour, accessoires le lendemain (et vice versa).
        Je ne crois pas trop à la grande culpabilité historique : les hommes et les mouvements sont toujours contextualisés, ils ont des raisons d’être au moment où ils se produisent et peuvent difficilement être jugés, sans recul, avec les connaissances que l’on a de la suite des événements…

        J’ai cette tendance à toujours replacer les événements dans leur processus chronologique et contextuel…
        Difficile, pour moi, d’envisager que les grands bénéfices moraux et politiques de l’Europe (et notamment la pacification des moeurs guerrières du passé : point crucial) ne devaient pas être acceptés, en tablant sur le risque d’un nivellement libéral mondialisé. A l’époque, les gouvernements de gauche se succédaient régulièrement en Europe, et ces alternances me semblaient rassurantes….

    • Pas grand-chose à rajouter à ce qu’a écrit COLRE : je suis d’accord avec tout son commentaire.

      Je vais juste insister sur cette partie : « Le référendum entre oui et non, ce n’était pas si simple… Pour moi, « oui », c’était juste rajouter une couche de principes (=traité constitutionnel) et de protection « sociale » à un substrat ultra-libéral déjà en place par les traités précédents… C’est avant qu’il fallait se battre contre l’évolution libérale de l’Europe, mais encore une fois : pas d’anachronisme, l’ambiance idéologique de la fin des années 80 et du début 90 n’était pas à cette chanson ».

      La question de ce référendum est à mon avis essentielle. Je ne suis pas nationaliste pour un sou, je suis pro-européen à fond et je fais partie des rares qui se sont tout lu de cette proposition de traité avant de se prononcer. Jusqu’au dernier moment j’ai hésité entre le oui et le non. Finalement j’ai voté « oui » sans aucun enthousiasme en me disant exactement la même chose que COLRE : que ce traité relativement neutre juridiquement pouvait servir de base constitutionnelle aussi bien à la coordination d’une Europe socialiste que d’une Europe libéraliste, tout dépendant des gouvernements nationaux et donc du choix des électeurs, tout en sachant bien que l’Europe avait déjà pris son sale tournant libéraliste. Aujourd’hui, je pense que je voterais « non », mais je n’ai aucun regret pour mon vote précédent vu que je ne me suis jamais senti concerné par les anathèmes délirants que s’échangeaient les partisans du « oui » ou du « non » pour de bonnes et mauvaises raisons dans les deux camps.

      Je vais revenir aussi sur la référence au programme du Conseil National de la Résistance, qui était certes d’une qualité sociale et politique exceptionnelle qui fait qu’on peut toujours utilement s’y référer, surtout en ces temps où l’ultra-capitalisme cherche à détruire tous ses fondements, mais il faut quand même éviter les anachronismes. Ce programme de compromis au fond trèss social-démocrate n’a été possible que dans le contexte d’une guerre mondiale sanglante, de la peur du communisme et des prémisses de la Guerre Froide. Les conditions contextuelles ont depuis complètement changé, et s’il faut en garder l’esprit, il est évident qu’il faut imaginer de toutes autres modalités pour que quelque chose de similaire puisse à nouveau advenir… si un jour les partis socialistes et/ou socio-démocrates comprennent qu’ils ne peuvent plus du tout jouer le jeu d’accompagnement réformateur social du capitalisme qui a été le leur pendant le développement de l’ère industrielle et spécifiquement jusqu’à la chute du communisme. Apparemment aucun de ces partis en Europe ne semble en prendre le chemin, très loin de là…

      • COLRE

        Salut Marsu, tout à fait d’accord, et avec ton positionnement lors du référendum (même expérience personnelle) et avec ton dernier § : les idéologies évoluent et les intentions programmatiques des partis aussi… Ils s’adaptent ou s’adapteront (je l’espère pour le PS !)

      • Léon

        Oui Marsu, mais c’était la première fois que l’on demandait vraiment l’avis des Européens sur des principes fondamentaux.

  • yohan

    N’oublions pas que le patronat (l’UIMM,…) et nos élus de droite comme de gauche ont sacrément perverti le syndicalisme français en l’achetant à coup de petits cadeaux statutaires et autres leur permettant de vivre dans une certaine opulence et avec des garanties sur l’avenir. Ayant eu l’occasion de réaliser un reportage dans le nouveau siège de FO, j’ai constaté qu’on était loin des locaux pouraves de la Sécu et que ces messieurs voyagent apparemment beaucoup de par le vaste monde. Il faut bien forger la conscience militante en rencontrant de préférence les syndicats et les ouvriers mineurs mexicains, péruviens, brésiliens plutôt que roumains ou Lettons. Vous m’objecterez bien sûr un grand manque d’objectivité 8) 😆 😉

    • snoopy86

      chuuut !!!!

      Ne vas pas déterrer ces vieilles histoires de lubrification des rapports 😆

      • mmarvinbear

        « Ne vas pas déterrer ces vieilles histoires de lubrification des rapports 😆 «  : Je suis bien placé pour réaffirmer au contraire l’importance de la lubrification dans ces cas-là…

  • yohan

    Tout ça pour dire que les petits arrangements en famille ne datent pas d’hier, et c’est pourtant la plaie des démocraties

  • Léon

    Bien sûr que l’UE aurait pu faire autrement, Buster !
    Le marché interne de l’UE est gigantesque et bien suffisant à son développement. Bien des pays et parmi les plus « libéraux » ne se gênent nullement pour imposer des restrictions aux importations quand cela les arrange (Les USA par exemple). D’ailleurs l’UE le fait ou l’a fait de temps en temps, ce qui prouve bien que c’est possible (la PAC, les contingentements sur le textile en provenance de la Chine etc. )

    • Buster

      Oui concrètement elle aurait pu.
      Mais comment aurais-tu pu convaincre tous les pays de l’UE de suivre cette idée ?
      Tu crois vraiment que les allemands auraient accepté, eux qui ont besoin du monde entier et qui ne se sont pas si mal sortis que ça de cette situation, grâce à leurs produits haut de gamme ?

      • Léon

        Boh, tant que le Royaume Uni n’en faisait pas partie c’était tout à fait faisable. Globalement cela a été un erreur grave de les admettre au sein de l’UE…

  • snoopy86

    Bonjour à tous,

    Excellent article de Furtif. Une réserve, sur l’aspect historique , dire qu’en 1958 le gaullisme était quasiment éteint et amalgamer à l’extrême-droite les militaires qui souhaitaient donner la citoyenneté française aux algériens me semble parfaitement abusif. Je le développerai en d’autres occasions …

    Par contre, quand Furtif écrit :

    « La gauche officielle attend que la droite fasse le sale boulot car, sur le plan économique elle n’a pas d’autre solution »

    C’est me semble-t’il une absolue évidence. On gesticule un peu mais on n’a aucune envie de devoir s’attaquer au problème. Rappelons que le PS en début d’année envisageait 42 à 43 ans de cotisations et tergiversait beaucoup autour des 60 ans…

    • D. Furtif

      Snoopy
      J’ai bien dit

      Du coté de la droite les forces d’extrême droite voient dans le mécontentement de l’armée …

      Ce qui signifie clairement que l’armée n’est pas acquise d’emblée .

      Une petite pique à tous les antimilitaristes de salon

      _ Quelle est la force qui, la première et dans les pires conditions, s’est opposée à l’OAS?

      Je crois avoir indiqué le rôle suspect des politiques de la métropole.

      • snoopy86

        Furtif

        L’armée en 1958 était quasi-unanimement gaulliste. Et l’esprit du 13 mai c’était aussi la citoyenneté des algériens…

  • D. Furtif

    Euhhh tout le monde
    Vous êtes venus pendant que je répondais à Colre et vous avez pris la place que je n’avais pas retenue

    Ouachte c’est gentil d’avoir vu dans ce texte tout ce que je croyais pas y avoir mis
    Je serais comme toi un peu coincé entre ce que tu appelles première et deuxième tendances, mais en y apportant la variante que pour moi il n’y a pas de contradiction entre l’histoire ( apprise) et l’expérience ( vécue)

    Les travailleurs , de France , d’Europe, voire du monde ont une rivière à franchir pour sortir de l’impasse et de la régression sur toute la ligne du libéralisme .Recul sur le plan social , conditions de vie , de formation, de santé, de nourriture.Il leur faut combattre le libéralisme à la sauce du marché concurrentiel qui les réduit peu à peu au niveau le plus bas possible: celui du marché du travail du 1/3 monde. Nous avons eu ici sur Disons.fr des articles lumineux sur cette tendance dans la marine .

    Pour mener ce combat pour la survie ( traverser cette rivière) nous n’avons que le vieux cheval que l’histoire nous a légué.
    Un ensemble de directions faillies et passées complètement dans le camp de l’adversaire quand elles n’en sont pas originaires . Les Delors et les Strauss Kahn.

    Que faire?

    Seule l’expérience dans l’action, acquise par déchirements successifs, pourra résoudre cette contradiction. Ce ne sera pas sans douleur. Je me rappelle, sur Avhoax, assez tristement, ce petit jeune des Alpes qui , en situation professionnelle incertaine plaçait sa confiance dans DSK…Combien de couleuvres devra-t-il avaler avant de se servir de ses dents pour mordre, avant …qui sait ? avant de renoncer peut-être.

    Tu sais , nous savons que l’étape prochaine risque d’être encore un échec, car la décomposition des directions de gauche les conduit aujourd’hui au bord de l’éclatement et que la recomposition risque d’être en retard par rapport aux échéances.
    Le PS est une machine qui devrait conduire au succès si elle ne s’évertuait aujourd’hui à conduire ses électeurs à renoncer.
    La voix de électeurs risque de jouer la même partition qu’aux scrutins précédents.

     » Si vous voulez nous appeler et nous faire voter pour perdre dans ce qui est notre vie de tous les jours , Pas besoin de nous déranger. »
    Il faut bien reconnaitre que aujourd’hui encore : l’abstention est la principale force de gauche, et que , le PS est en passe d’appeler à voter pour le FMI.

    • COLRE

      « le PS est en passe d’appeler à voter pour le FMI. »

      Nooooon… 😯 je ne peux pas le croire. Moi qui suis socialiste jusqu’à l’os (je parle des valeurs, celle du XIXè s, pas du Parti de toute éternité…), je ne peux pas croire que le PS se vendra à DSK. Ce serait suicidaire. Mais après tout, on raconte que les lemmings se suicident en masse…

      Sinon, que faire ? je crois que le contexte est mûr : la droite ne l’emportera pas au paradis… Les médias (à part Marianne) n’ont pas encore pris la mesure de l’opinion actuelle : ils ont encore les vieilles clefs d’analyse, ils y croient, à leurs conneries débitées partout d’une seule voix !

      • mmarvinbear

        Franchement, qu’est-ce que vous lui reprochez, à DSK ?

        Pour une fois que vous avez un politique d’envergure qui n’a pas un lointain passé un peu trouble et qui puisse faire la nique aux grands cadors de l’UMP (même s’il n’est pas le seul), pourquoi le dénigrer ou exiger de lui des quartiers de noblesse socialiste que vous n’exigez pas des autres ?

        • mmarvinbear

          Et puis aussi, je peux savoir pourquoi Gravatar il me prends pas mon avatar ???

          • Léon

            A quel moment ça coince pour votre gravatar ?

            • mmarvinbear

              Bah j’ai tout bien paramétré niveau mot de passe, nom d’utilisateur et surtout mail, le site me dit que c’est Ok et quand je poste un message, j’ai juste l’avatar généré automatiquement…

              Je me demande s’il ne faut pas que je supprime mon compte pour me réinscrire…

          • Lorenzo

            mmarvinbear,

            bienvenue au club 🙂 comme quoi je suis pas le seul á me heurter á ce truc qui marche bien pour certains et pas pour d’autres 😉

  • snoopy86

    Sur la libération des échanges, il me semble quand-même que la gauche tiers-mondiste et les neu-neus cul-bénis étaient bien d’accord avec le grrrand capitaaal ….

  • snoopy86

    Moi je préfèrerais Cameron que Sarko ou DSK 😆

  • Mais c’était dans le cadre d’une refonte complète de notre société européenne et en suivant la marche du monde.

    Je cite Buster, et ça me sert de point de départ, peut-être pour dire autre chose. Je ne suis pas forcément pour un protectionnisme généralisé sur les produits manufacturés. Il faut bien voir que la situation pour le moment nous est favorable, nous exportons beaucoup dans ces pays, et du haut de gamme, il suffit de regarder les prix des avions de ligne ou des matériels militaires, ou de l’électronique de pointe.

    Après, est-ce que c’est durable, est-ce que la remontée flagrante des Asiatiques dans les filières technologiques ne va pas nous laisser « à poil » au bout d’un moment, avec à la fois un appareil productif qui a foutu le camp et aussi bien à moindre prix dans le high-tech, c’est une vraie question.

    En chiffres bruts, la situation actuelle est favorable, mais elle pose des problèmes à nos sociétés, qui n’ont plus besoin de l’ensemble de la population et où les moins qualifiés sont moins utiles. C’est toute la répartition des richesses qu’il faudrait revoir et l’organisation de la vie autour d’un travail qui se fait plus rare en Occident dans la configuration actuelle.

    Moi, j’ai du mal à comprendre une partie de l’hostilité à DSK. Ce n’est rien de plus que le ministre des finances de Jospin, pas le Pérou mais finalement une logique d’atténuation à la marge des effets du libéralisme. Après tout, quand il était en poste, le gouvernement dont il faisait partie a plutôt géré sainement les finances en réussissant à la fois à réduire nettement les déficits et en prenant quelques mesures sociales. Clairement, je le préfère à Aubry.

    • @ Wald

      C’est plus grave que tu ne crois. Les transferts de technologie massifs portent déjà leurs fruits dans le haut de gamme comme les TGV chinois. La situation actuelle ne nous est plus favorable que pour quelques petites années si aucune barrière protectionniste n’est mise aux importations chinoises via la Grèce, entre autre.

      Tu as raison de dire que « C’est toute la répartition des richesses qu’il faudrait revoir et l’organisation de la vie autour d’un travail qui se fait plus rare en Occident dans la configuration actuelle », et certains y ont pensé mais prêchent les bonnes solutions dans le désert.

      Quant à DSK… je me demande si Sarko ne va pas finir son quinquennat plus à gauche que lui. C’est un chantre du pâté d’alouette social-libéraliste avec un cheval ultralibéral et une alouette socialiste. Non merci…

      • snoopy86

        C’était l’argument des neu-neus :  » on va leur faire faire le textile et on leur vendra notre technologie  » qui prenait vraiment chinois et indiens pour des c..s

        Eux-aussi sont capables de former des ingénieurs…

        • @ Snoopy

          Exactement. Je crois qu’il y avait là un certain racisme inavoué à croire que les Chinois et les Indiens (en attendant qu’ils délocalisent leur production en Papouasie Inférieure pour en réduire encore les coûts) se contenteraient de faire des slips, des chaussettes et des cafetières alors même qu’on leur consentait de gigantesques transferts de technologie. Faut croire que les neu-neus en question avaient oublié que ce sont les Chinois qui ont inventé la poudre…

        • D. Furtif

          Bien vu Snoopy . L’économie ce n’est pas mon rayon mais l’histoire un peu.
          Le segment de bourgeoisie qui détient le textile( fabrication) un des plus anciens et des plus virulents a conservé des traits archaïques que n’a pas le segment commerce du textile
          Ce dernie rplus fluctuant et plus mobile dans ses structures a très vite compris l’intérêt d’aller  » se faire produire ailleurs » il a trouvé pour ça l’appui financier et l’appui politique pour valider ses plans.

          Se réveillant un peu tard le secteur fabrication joue les « trahis »

          En fait les groupes financiers qui misent sur les deux tableaux ont depuis longtemps choisi leur camp. Celui d’un capitalisme apatride qui comme des coucous changent de nid .Un jour ici un jour ailleurs . Il est curieux que ces mouvements capitalistiques trans-nationaux reçoivent le soutien de ceux qui se veulent défendre des valeurs dites nationales .

          Il est curieux mais cette fois là je ne m’adresse plus à toi

          Il est curieux que la nature du FMI et sa fonction soient ignorées par mmarvin qui nous avait habitué à plus de reflexion sur le libéralisme et ses rouages dont le FMI est la clef de voute .

          Si j’étais JL, ( tu connais JL?) je t’inviterais à lire Naomi Klein et à consulter tout ce que l’Argentine doit au FMI.
          L’Argentine , Ceylan, La Grèce ….etc bientôt l’Espagne ….

      • Snoopy,

        De toute manière, je n’y crois pas et n’y ai jamais cru. Si historiquement les Indiens ont eu des mathématiciens hors norme qui ont inventé la numération moderne avec notamment le zéro, il n’y avait pas de raisons qu’ils ne puissent pas être aujourd’hui au niveau.

        Historiquement, les sociétés non occidentales qui ont commencé à décoller ne se sont jamais arrêtées en chemin, je ne suis pas naïf au point de croire qu’il en ira différemment pour les Indiens et les Chinois.

        Et personnellement, quand j’étais jeune, j’avais déjà lu des livres qui parlaient de l’histoire du Japon ou dans un autre genre, du barrage d’Itaipu, qui commence à dater et est une réalisation des ingénieurs brésiliens. Et ce que signifiait l’échec des Français face aux Coréens dans la course à un contrat de centrales nucléaires, pas besoin d’être un Nobel pour voir les logiques globales d’évolution qui sont à l’oeuvre.

        Marsu,

        Je sais que ça commence déjà, et dans des secteurs de pointe

        Si je mets des restrictions, c’est que tous les secteurs ne sont pas touchés et que pour les réalisations vraiment à la limite de la technologie actuelle dans le monde, la Chine ou l’Inde ne peut pas encore faire aussi bien. Par exemple, le Transrapid de Shangai a été fait par les Allemands, et les Chinois seuls n’auraient pu le réaliser. Mais plus le temps passe, et plus cet avantage se réduit. Pareil pour un A 380 ou un Boeing Dreamliner, mais là aussi, penser que les Chinois ne construiront pas des avions de ligne par leurs moyens relève du voeu pieux, et les transferts de technologie ne font qu’accélérer le processus.

        Quand je disais « c’est une question », ce n’est qu’une figure de style, la vraie réponse, tout le monde la connait. Le seul échappatoire logique, c’est de croire à l’inégalité biologique des ethnies humaines, avec certaines incapables de dépasser un certain niveau, mais inutile de dire que ce n’est pas trop mon truc.

  • L'enfoiré

    @Furtif,
    Si vous avez pu lire mes commentaires sur le sujet vu évidemment de l’extérieur, vous connaissez mes idées sur le sujet.
    Quand Sarko est venu, j’ai été très surpris.
    La France comptait tellement de patrons dans ses frontières.
    Pour vous avoir visité plusieurs fois, je me disais « Il doit y avoir une mauvaise compréhension » surtout que vous l’avez eu en tant que Ministre de l’Intérieur.
    Il ne vous a pas trompé. Vous vouliez des réformes, vous en avez eu.
    Napoléon voulait des réformes. Il en a apporté. Leurrés sur la marchandise, les Français?
    Où était la faille? Où était la mauvaise compréhension de ma part?
    Le sarkozysme, je ne vais pas en faire un nouvel écho.
    Il existe bien avant qu’il a été nommé président.
    Bling-bling, vous ne l’étiez pas un peu quelque part?
    Non, ne regardez pas votre voisin. Prenez un miroir, que diable.
    Si vous n’avez pas compris. Je peux vous donner des exemples.
    Je l’ai même écrit.
    Maintenant, que le vin est tiré.
    Même s’il est bouchonné. Il faut soit le verser dans l’évier, soit le boire.
    😉

    • Waldgänger

      Salut L’enfoiré,

      Je n’avais pas envie de me pencher sur le sujet de mensonges de Sarkozy, mais puisque quelqu’un met le sujet sur le tapis.

      Je déteste ce gouvernement, mais je ne l’accuserai jamais d’avoir fait de fausses promesses, ils ont fait la politique générale pour laquelle ils ont été élus. Sur le plan économique, totalement, après, si la théorie du cheval et des moineaux (donnez au riches, ils en redistribueront toujours un peu) ne marche pas comme on voulait le croire, c’est une erreur, pas un mensonge… Sur le plan du « dialogue social », idem, Sarkozy avait antérieurement un discours très dur et agressif sur certaines catégories sociales avant d’être élu (remember les émeutes de 2005)et il aimait déjà faire des discours qui dressaient les gens contre les autres. D’ailleurs, la droite depuis 2002 est franche sur ses intentions en général, c’était pareil en 2002 et sous les différents gouvernements.

      Un qui a blousé tout le monde, c’est Chirac en 1995, là c’était du grandiose. Mais de toute manière, ce n’est pas si simple, souvent les hommes politiques veulent se forcer à croire à ce qu’ils disent. En tout cas, ni Chirac en 2002 ni Sarkozy n’étaient dans ce cas de figure.

      • L'enfoiré

        Salut Wald,
        Merci de me répondre et de reconnaitre quelques points que je site.
        Le texte dont je parlais, je l’ai envoyé à un membre important du groupement de RWF (Rassemblement Wallonie France) à la suite d’un article envoyé par Tall et qui allait dans son sens.
        Et, oui, je suis un enfoiré. 🙂
        Il était furieux le grand personnage. J’étais devenu pour lui un anti-français alors que la fin n’était pas du tout dans la note de l’article.
        Au peut remonter bien plus loin.
        En 1981, vous avez eu Mitterand. La gauche, en principe, donc.
        Le Nord et les chtis n’ont rien à voir avec le reste du pays et est loin de Paris et de snobisme.
        J’ai beaucoup apprécié le film « Chez les chtis », car il était exact.
        Je connais bien la France. Je n’y ai pas été partout. Mais je l’ai traversé dans bien des coins.
        Après Chirac, on est passé de Charybde en Scylla.
        La France à droite? Ca dépend où.
        A l’extrême droite, même chose. Il y a de bonnes souches, de sources du problème.
        Je me souviens parfaitement de 2002. J’en ai même parlé dans un article.
        Je n’ai jamais été lèche botte. Cela doit se savoir. Non?
        J’aime les remarques constructives, peu importe d’où elles viennent. Je sais écouter et rejeter au besoin.
        Coluche m’a seulement prêté son pseudo.
        🙂

    • COLRE

      Bonjour l’Enfoiré et Wald,

      Bon, allez : un peu de polémique et de gros désaccord, Wald, une fois n’est pas coutume… 😉

      « Il ne vous a pas trompé. » (l’Enfoiré) : SI…
      « je ne l’accuserai jamais d’avoir fait de fausses promesses, ils ont fait la politique générale pour laquelle ils ont été élus. » (Wald) : moi, SI, je l’accuse.

      Il a été élu sur 2 ou 3 SLOGANS qui tapent dans le coeur de cible de la démagogie la plus éhontée.
      Or, il suffit d’un basculement de 3 ou 4 points d’électorat pour être élu ou non.

      Que veulent les gens depuis au moins 15 ans ? essentiellement de l’argent et de la sécurité, c’est pas compliqué… Comme tu dis : Chirac a fait TRÈS fort, en 95 avec son slogan sur la « feuille de paye » et la « fracture sociale », en 2002 sur la « sécurité » à tout va. Résultat ? tout faux, bidon, mensonges…

      Sarko, bon élève, a fait exactement pareil : « travailler plus / gagner plus » (les gens ont bien entendu GAGNER PLUS… tu as vus ce qu’il en est…) et ses discours hyper-sécuritaires (tu as vus aussi le résultat : l’insécurité augmente et signe le parfait échec de sa politique…).

      Donc pas d’accord : il y a eu une véritable TROMPERIE de l’électorat.
      Et tous ses échecs ne sont pas « ERREUR », mais réelle tromperie… ou alors, c’est de la monumentale connerie, et comment, si c’est un con pareil, a-t-il pu être coopté par la droite ?

      • En fait, je pense que s’il y a désaccord sur ce point entre nous, c’est quand il faut fixer la frontière entre

        Pour moi, pour reprendre tes termes, c’est de la connerie, et pas simulée. Le type n’est pas malin, ça se voit à des kilomètres. On voit bien quand il parle qu’il n’a que quelques idées courtes et stéréotypées en magasin, que sa syntaxe est pauvre et répétitive, sa maîtrise de la concordance des temps et des conjonctions de coordination approximative.

        Mais là aussi, pas besoin d’attendre son élection pour le voir. En plus, autant Sarkozy est vaniteux sur ce qui concerne son statut et son apparence (d’où son attitude envers l’argent qui tient de la névrose) qu’il va afficher, autant il est lucide et sans beaucoup de prétentions sur ses capacités intellectuelles. Moi, je n’ai jamais pensé qu’il avait la mécanique d’un Giscard, mais je croyais, sans avoir voté pour lui, que ses limites intellectuelles ne poseraient pas trop de problèmes. Evidemment, je revois mon jugement aujourd’hui, parce que ça me parait maintenant un aspect non négligeable du problème.

        Comment il a été coopté ? Pour ce que je sais et ce dont je me souviens, son atout principal a été d’avoir une très bonne cote de popularité.

        Sur la sécurité, il y a clairement une tromperie, mais à quel niveau ? Au fond, la justice française est bien moins laxiste que l’on croit, et Sarkozy n’a jamais dit à ma connaissance qu’il changerait la politique actuelle de ne pas riposter au niveau des agressions les plus graves, ce qui clairement, dans le cas de certaines émeutes ou certaines agressions contre les forces de l’ordre, serait de tirer sur des délinquants aux intentions violentes (pour moi, si on décide de remettre de l’ordre, il y en aura au début qui testeront si la police est capable de tirer). Il y a une semi-tromperie sur l’insécurité, c’est vrai, dans le sens où il avait des grands discours sur l’insécurité et la fin de l’impunité, mais n’a rien fait. Mais c’est ambigu là aussi, car au fond, il a promis des mesures qui n’ont pas marché et ne pouvaient pas marcher. Est-ce qu’il a annoncé beaucoup de projets concrets, comme des peines très lourdes pour les récidivistes (style la loi « trois crimes et vous êtes hors jeu » qui vaut je ne sais plus où au USA, en Californie il me semble) ou d’autres propositions ? Il y a eu les peines plancher, mais outre qu’elles ont été refusées par le conseil constitutionnel, ce n’était pas une révolution.

        Sur les salaires, Sarkozy a eu le soutien d’un électorat salarié qui était prêt à faire des heures supplémentaires. Il a perdu cet électorat aujourd’hui, je ne saurais d’ailleurs dire précisément pourquoi. Son bilan sur la sécurité doit bien y être pour quelque chose, comme sur l’économie et le chômage.

        Je suis bien d’accord pour dire qu’il y a eu une tromperie par rapport aux promesses, dans le sens où l’honnêté est de se poser la question de savoir si on a minutieusement vérifié que tout se passerait comme prédit. En ce sens, lui et Chirac en 1995 ont menti, car ils ne pouvaient pas ignorer qu’ils ne maîtrisaient pas les scénarios du déroulement d’une application effective de leurs promesses. Chacun sait quand il a assez réfléchi sur un problème et qu’il possède des scénarios de réalisation plausibles. Dans ce sens, en effet il y a mensonge et je te rejoins

        Si le mensonge est de savoir à l’avance que ce que l’on a dit ne se fera pas, c’est autre chose. C’était plutôt ma définition initiale.

        • L'enfoiré

          Wald,

          « Pour moi, pour reprendre tes termes, c’est de la connerie, et pas simulée. Le type n’est pas malin, ça se voit à des kilomètres. »
          Pas intelligent. Peut-être mais malin. Il a changé sa politique plusieurs fois. Oui, il a des mimiques bien vite caricaturée par une foule de comique.
          J’adore http://www.dailymotion.com/video/x7fkbf_laurent-gerra-ta-tienne-de-carla-fu_fun » rel= »nofollow »>Gerra avec sa Tienne
          Je n’ai qu’une remarque: ce n’est pas un manager. Il ne sait pas délégué. Il veut tout faire lui-même.
          Moi, qui ai jouer dans ces eaux, je sais ce que c’est. Comment il faut motiver ses troupes ou les éloigner à jamais de son message.

          « …Sarkozy est vaniteux sur ce qui concerne son statut et son apparence …Evidemment, je revois mon jugement aujourd’hui, parce que ça me parait maintenant un aspect non négligeable du problème. »
          Bien.

          « …avoir une très bonne cote de popularité. »
          Encore, une fois, je reviens avec notre situation.
          Croyez-vous que les gens s’intéressent à la politique. Qu’ils écoutent, analysent les messages?
          La popularité est souvent sexuelle. Une belle gueule, pour les femmes (qui font tout de même 1 sur 2).

          « …semi-tromperie sur l’insécurité, c’est vrai, dans le sens où il avait des grands discours sur l’insécurité et la fin de l’impunité, mais n’a rien fait. »
          C’est vrai et c’est pas vrai. Ce n’est pas à l’aval du fleuve qu’il fallait descendre, mais à l’origine du problème, le désoeuvrement des gens et des gens.

          « … beaucoup de projets concrets, comme des peines très lourdes pour les récidivistes »
          Le concret, c’est juste au dessus.
          C’est un peu le problème des condamnés à mort. Est-ce qu’on a réduit le nombre de meurtres aux States avec elle?
          La nouvelle justice, c’est de comprendre le pourquoi des choses. Pas de punir. On n’a plus assez de prisons. Du moins chez nous. On va installer nos prisonniers aux Pays-Bas.

          « Son bilan sur la sécurité doit bien y être pour quelque chose, comme sur l’économie et le chômage. »
          Exact. On a créé de nouveaux jobs. A l’ANPE, on ne meurt pas de faim, à ce que j’ai appris. Dans les prisons, on est toujours en pénurie. On en redemande des gardiens et des policiers.
          Le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres, Cher Wald.

          « En ce sens, lui et Chirac en 1995 ont menti, car ils ne pouvaient pas ignorer qu’ils ne maîtrisaient pas les scénarios du déroulement d’une application effective de leurs promesses. Chacun sait quand il a assez réfléchi sur un problème et qu’il possède des scénarios de réalisation plausibles. Dans ce sens, en effet il y a mensonge et je te rejoins »

          C’est ce qu’on appelé les 30 glorieuses, ou je me trompe?

          😉

          • L'enfoiré

            Au sujet du vote démocratique chez nous.
            Comme vous le savez, il est obligatoire.
            Si vous saviez combien de personnes, cela emmerde.
            J’ai lu quelque part le pourcentage. C’était pas triste. « L’emmerdant, c’est la rose », chantait Thierry Leluron.

            « Pour qui voter? » La question piège. A un euro ou à moins?
            🙂

            • mmarvinbear

              De Belgique ?

              On a donc sans doute un votant obligé de se prononcer et dont les élus n’arrivent pas à former un gouvernement au bout de six mois (et ce n’est pas la première fois…), et un pays de votants occasionnels qui n’admettent pas que le gouvernement choisi par ceux qui se sont prononcés prenne des décisions et les appliquent, même en dépit du bon sens.

              Purée, on va rigoler, à l’ annexion de la Wallonie…

        • COLRE

          Ok, Wald, mais ce que je crois est que bien sûr, il savait tout cela infaisable ! je ne le prend quand même pas pour le dernier des c… (l’avant-dernier ?… 😉 ).

          S’appuyer, par ex, sur des faux chiffres de la délinquance, faire peur en évoquant la montée de la délinquance (4 millions, je crois me souvenir), alors que ces chiffres sont bidons de chez bidon, tout le monde le sait que chaque chéquier volé donne lieu à 50 délits comptabilisés ! tout le monde sait que la vraie délinquance n’est pas là.

          La droite s’est fait élire avec les images à la télé des voitures qui brûlent dans les banlieues, et l’on nous cache que, depuis, il y a autant sinon davantage de feux de bagnoles qu’avant !!! qui le sait ?!
          Les vrais pbs sont les récidivistes, et l’on crée de la graine de délinquance, soit en enfermant dans les conditions carcérales les plus stupides les primo-délinquants, soit on les laisse en liberté totale leur donnant le sentiment de l’impunité !

          Au moindre fait divers, ils nous font une loi ad hoc, qui ne sert à RIEN, dont on ne promulgue même pas les décrets d’application…
          On est dans l’enfumage absolu et dans l’incompétence la plus totale… c’est une vraie pitié. Et c’est une imposture politique majeure.

          • Ph. Renève

            Oui, très bien COLRE, j’approuve chaque mot.

            Et puis, souvenons-nous: le Fouquet’s, le yacht de Bolloré puis le bouclier fiscal, les droits de succession presque abolis… Est-ce là le président de tous les Français ?

            Incompétent, matamore, tricheur, et suppôt des nantis.

            • Buster

              C’est marrant ça, hier sur l’article de Léon, je vous avais agité un petit chiffon rouge.
              Je m’attendais à avoir droit à une bordée d’injures, à être éjecté, grillé sur le pal, découpé en tous petits morceaux. J’avais même prévu le supplice de la roue, la baignoire …

              Pis non, pas de réaction, calme plat.
              Déçu j’étais ! 🙁

              Bon je vous la remets, pour voir si c’est pareil aujourd’hui :
              « Juste que le bouclier fiscal, en 2007, qui n’était pas ce que la gauche en a dit, ça aurait presque pu être une bonne idée, mais c’était une balle dans le pied, inutile.
              Et puis après la crise, ralentissement de l’économie, chômage… il fallait vite annuler tout ça. »

              • Ph. Renève

                C’était tellement gros que ça ne pouvait pas être sérieux ! 😀

                • Buster

                  Alors, dans ce cas, je n’ai plus qu’à me chercher un blog de drouâte, sympa, où j’irai énoncer mes idées de gôche. 8)

              • asinus

                @buster accessoirement vous aurez compris que faire du deuxieme degré avec moi c ‘est donner de la confiture à un cochon heu un ane 😆

                • Buster

                  Asinus, bonsoir.
                  Alors ça je n’en suis pas si sur, il me semble que vous maniez fort bien l’humour et la provoc, donc le 2ème degré ne devrait guère vous échapper.
                  Mais dans le cas présent il n’y avait évidemment aucun effet de ce genre puisque ce n’est que la stricte vérité de ma pensée, et que c’est donc vous qui essayez de me piéger. 😆

                  La réaction je l’attendais plutôt de Philippe ou de COLRE.

                  A propos de COLRE, justement :
                  Saviez-vous qu’il faut être très gentil avec elle car elle nous fait une calcification du PS ? 😯
                  C’est très douloureux) 😉

                  • COLRE

                    Dans ma culture familiale, on parlait des « esprits forts »… Et sur le web, il y a bcp d’esprits forts, ici comme ailleurs… 😉

                    Parmi tous, ici, tu en connais un qui est « pour » un parti politique ? un vrai, s’entend, un parti de gouvernement qui peut agir et gagner… Non, « contre » toujours, critiquer tout azimut, refuser toute confiance à quiconque, chercher à ce point la perfection idéologique qu’on ne saurait la trouver nulle part.
                    Position assez facile, finalement…

                    Eh bien, dans ce contexte, je suis finalement assez fière d’être « ossifiée », comme tu dis…. 8)
                    Oui, je crois à certaines valeurs politiques et j’espère que le parti qui s’en approche le plus défendra le maximum de ces valeurs. Combien ? 80% ? 50% ? moins encore ? va pour moins encore ! je ne suis pas seule au monde et je sais que le monde ne m’attend pas…

                    J’accepte le compromis, j’accepte l’alternance, j’accepte les alliances…
                    Je suis pragmatique et je sais que le monde avance par petits pas, qu’il ne faut pas trop le brutaliser (il n’a pas trop de temps entre la naissance et la mort…) et qu’il lui faut surtout du respect, de la justice, de l’humilité, de l’honnête compétence, et un désir d’agir pour le bien commun.
                    Tu vois, je suis pleine d’utopie et d’archaïsme, comme tous les socialistes… 😉 🙂
                    Il faudra bientôt nous mettre dans une réserve, pour l’avenir et la préservation d’une espèce politique menacée, comme pour la biodiversité, des fois qu’on en ait besoin un jour.

                    • … Et puis être « ossifié », c’est être structuré, l’essentiel étant que le squelette reste une structure dynamique aux souples articulations pour répondre légèrement aux pesanteurs de la gravité ! Bon, sur ces calcaires paroles, je vous laisse, je vais me re-regarder La Vie de Brian !

                    • Buster

                      COLRE,

                      Je te taquine évidemment.
                      Je suis bien souvent d’accord avec toi, sauf quand tu trouves des réflexes par trop partisans.

                      J’accepte le compromis, j’accepte l’alternance, j’accepte les alliances…
                      Je suis pragmatique et je sais que le monde avance par petits pas, qu’il ne faut pas trop le brutaliser (il n’a pas trop de temps entre la naissance et la mort…) et qu’il lui faut surtout du respect, de la justice, de l’humilité, de l’honnête compétence, et un désir d’agir pour le bien commun.

                      Tu me vois dire le contraire ?

                      Les alliances, mais lesquelles ?
                      C’est quoi le PS ?
                      Sur les retraites : C’est Valls ? Aubry ? Hamon ?
                      3 sons de cloches, un peu pour chacun.

                      Le PS devrait exploser en vol, et que chacun retombe à l’endroit naturel où il devrait se trouver et pas dans ce magma informe et inaudible à force de contradictions.
                      Pas dans cet « accumoncellement » d’idées aussi différentes, incapables de cohabiter ensemble et dont la diversité, l’opposition devrais-je dire, stérilise toute démarche de réflexion.
                      Faut-il être pragmatique ? Non car on n’est plus socialiste.
                      Alors il faut être dogmatique ? Non plus car on n’a plus d’électeurs.
                      On attire les électeurs par du pragmatisme, et en prime ils auront droit aux dinosaures.
                      Ben Non.
                      Le PS tel qu’il est m’emmerde car il ne me permet aucun choix. Il bloque la possibilité d’un centre, même si Bayrou a pu faire croire.
                      Illusion.
                      Tant que ce p… de parti n’aura pas une bonne fois pour toute choisi sa voie et ne se sera pas tronçonné au moins en 2, il ne pourra compter que sur un loupé de l’autre camp pour revenir, par hasard ou par erreur, pour nous prouver que l’on avait bien raison de s’en méfier… de lui aussi.

                    • D. Furtif

                      J’aime assez la façon de Colre de poser le problème de la responsabilité.
                      Je salue ce qui ,en cette enceinte virtuelle, peut paraitre incongru.
                      Pas pour moi

                    • Léon

                      Buster, la question des « courants » au PS est une histoire aussi vieille que le PS lui-même, cela a été un facteur important de sa richesse et ne l’a nullement empêché de gouverner.

                    • Buster

                      Quand il y a trop de courant, je préfère ne pas me baigner. 😉

          • Sur l’insécurité, je ne suis pas loin d’être aussi affirmatif que toi.

            Au fond, pour te parler franchement, en te lisant et en échangeant sur le sujet, plus je creuse et plus je me dis que tu as raison (les sites de discussion servent aussi à évoluer 😉 ). Quand je repense aux programmes de campagne, je me dis qu’il y avait finalement peu de substance, que ça manquait d’estimations chiffrées. Sarkozy m’a l’air du genre à croire qu’il suffit d’idées simples et courtes pour mener le monde, mais au fond, comment croire soi-même à de telles convictions. Au fond de soi, on doit quand même se rendre compte que des grilles d’analyse aussi simplistes que les siennes n’ont pas de prise sur la réalité.

            Sur les feux de bagnole, je pense que c’est plausible, j’ai peu de contacts avec les maghrébins depuis deux ans environ, mais dans l’espace publique je ne « sens » pas les choses favorablement, j’ai le sentiment qu’ils sont en repli sur eux-mêmes, la politique de dresser les uns contre les autres ayant quelque part fonctionné. Evidemment, une minorité brûle, mais j’ai l’impression qu’ils raisonnent plus en termes de communauté séparée qu’auparavant.

            • COLRE

              C’est gentil, Wald, de me dire cela… on a l’impression de ne pas perdre complètement son temps en développant des arguments… merci 😉

              Car, c’est vrai, je ne sais pas toi, mais moi je m’interroge souvent sur ce qui nous pousse, comme ça, à discuter, argumenter, parfois pied à pied, alors que le temps nous est compté (moi, en tout cas ! je suis hyper en retard sur des tas de trucs urgents…).
              Sur AV, c’était clair : ne pas laisser passez l’intox sans réagir, une sorte d’action politique et militante, contrer la propagande, peser à un tout petit petit petit niveau sur l’opinion. C’était presque un devoir.

              Ici, ce n’est pas vraiment le cas, même si ça peut s’y apparenter, je ne sais pas.
              Il y a dans les motivations de l’échange amical, un désir de s’exprimer aussi, un intérêt aussi à mettre ses idées au clair en les couchant sur le papier, chercher des solutions, découvrir des aspects inconnus, se distraire…
              Mais, convaincre… alors là ! je ne l’espère jamais (j’ai un ami qui dit toujours que l’on ne discute bien qu’avec ceux avec qui on est d’accord…). Comme quoi, cela peut arriver, à la marge, avec des personnes particulièrement ouvertes, comme toi (je ne suis pas sûre d’ailleurs de l’être autant que toi ! 🙂 ).

              • Moi aussi COLRE, c’est une question que je me pose souvent. Sur AV, pareil, c’était le sentiment de devoir réagir, l’impression que l’on ne pouvait rester muet.

                Finalement, je ressens les mêmes choses, notamment sur le fait de mettre ses idées au net. J’ai le sentiment que dans les échanges amicaux, on peut se concentrer sur l’essentiel.

                Si un jour tu le souhaitais, mon mail est sur mon blog. Seulement si tu le souhaites évidemment.

                Je dois aller voir un vieux film ce soir, j’aurais l’occasion de réfléchir plus longuement dans le métro, ça mérite plus ample méditation mais je repasserai. Bonne soirée COLRE. 🙂

      • Et salut au fait, j’ai zappé. 😉

      • L'enfoiré

        Colre,
        Je vous répondrai d’abord. C’est comme à confesse. « First in, first out ». :-))

        « moi, SI, je l’accuse. »
        J’en prends bonne note. Cela va peut-être me servir par la suite.

        « Il a été élu sur 2 ou 3 SLOGANS qui tapent dans le coeur de cible de la démagogie la plus éhontée.
        Or, il suffit d’un basculement de 3 ou 4 points d’électorat pour être élu ou non. »

        Je suis d’accord. Mais ne vivons nous pas dans un monde d’illusions?
        J’ai applaudi centpapiers.com/un-monde-dillusions/42357″ rel= »nofollow »>un article publié sur 100pap à ce sujet. Je connais vos ressentiments pour ce site.
        Personnellement, c’est du cas par cas. Pas d’exclusive, chez moi. Ce n’est pas l’enveloppe qui est importante, mais la lettre qu’il contient.

        « essentiellement de l’argent et de la sécurité, c’est pas compliqué… »

        Exact. Donc le kascher dans les bidonvilles, préconisé par Sarko, cela avait du bon et du solide.
        L’argent, je l’ai dit, je n’ai jamais travaillé pour rien. Je n’ai pas de problème avec lui, comme potentiel, et pas avec ce qu’on peut en faire d’inutile.

        « Comme tu dis : Chirac a fait TRÈS fort, …. Résultat ? tout faux, bidon, mensonges… »
        Malheureusement cette partie, je ne peux en parler. Je connais une autre fracture que l’on passe sous silence: la fracture numérique.
        Là, j’en connais un bout.

        « « travailler plus / gagner plus »  »
        Non, justement, pas d’accord. Ils se sont épuisés plus. Ce qui n’est pas la même chose. Mon slogan c’est « Travailler mieux et gagner en efficacité »

        « l’insécurité augmente et signe le parfait échec de sa politique…). »
        Encore une fois, je ne peux que comparer qu’avec ce que je connais par ici, à Bruxelles.
        Je l’ai écrit de la-fete-aux-surrealismes.html » rel= »nofollow »>manière moins romantique que d’habitude
        La violence est parmi nous. En réel et en virtuel. Je n’y peux rien c’est comme ça.

        « une véritable TROMPERIE de l’électorat. »
        Je voudrais rappeler ce qu’un ami m’avait écrit. Lui, m’avait fait réfléchir, bien avant, alors que les sirènes sarkoziennes avait effleuré mes oreilles.

        « Une des réalités qui se cache derrière ce choix dit démocratique est que les peuples cherchent toujours/souvent des emblèmes. Des idéaux. Peut-être des utopies. Donc des messages qui font penser ou rêver à des jours meilleurs. A des solutions faciles à comprendre, qui se déclament avec peu de mots. Donc, à des slogans. Les représentants des travailleurs dans un passé pas si lointain avaient la capacité, surtout la volonté, de représenter et de discourir sur ces utopies. Ils ne l’ont plus. Donc, les peuples cherchent des alternatives. Utiliser cet espace laissé vacant, est affaire de recentrage. Ces représentants ont très peur de dire la vérité à leurs affiliés sur ce qui se passe véritablement depuis une vingtaine d’années. Ils sont persuadés que leur survie dépend plus de leur capacité à dialoguer avec les ‘vraies’ pouvoir en place que d’éduquer les travailleurs à comprendre les véritables problèmes de notre époque. La classe politique ne fait pas mieux. »

        « …la monumentale connerie, et comment, si c’est un con pareil… »
        Je crois que vous oubliez l’historique de Sarko.
        Il faut toujours remonté aux sources.
        Le NouvelObs, je me souviens avait sorti un article sur le sujet.

        😉

        • COLRE

          L’enfoiré, on est plutôt d’accord, donc.
          Un truc, quand même, qui résume bien mon jugement sur Sarko. Vous dites :
          « Donc le karscher dans les bidonvilles, préconisé par Sarko, cela avait du bon et du solide. »

          « Du bon » ?! vous avez vu qque chose, vous ? moi, rien… du vent, de la com, de la déclaration pour les caméras… depuis, ce qu’on a vu, c’est les voyous qui n’hésitent plus à ouvrir le feu sur les policiers… quel progrès ! merci à l’efficacité sarkozyste….

        • COLRE

          Au fait, vous disiez aussi :
          « Maintenant, que le vin est tiré.
          Même s’il est bouchonné. Il faut soit le verser dans l’évier, soit le boire. »
          … soit le cracher à la gueule…! 😉
          On en est plutôt là, en ce moment. L’exaspération, la révolte, le ressentiment, à la limite de la haine, sourdent par tous les pores de la peau…
          Peut-être, de Belgique, n’entend-on pas bien les grondements français… 😉

          • Lorenzo

            Colre,

            merci de ce commentaire, bien qu’éloigné de la France je ressens aussi cette exaspération, cette révolte, leur politique c’est de la piquette,
            je ne bois pas de ce vin lá 😉

          • L'enfoiré

            Colre,
            Ne craignez rien, je vous suis depuis longtemps.
            J’ai abandonné le site medium4you.be qui est l’équivalent d’Agoravox.fr pour scanner les opinions à la française. Nul n’est prophète dans son pays. Je connais trop bien nos propres problèmes.
            Si je suis critique, je le suis tout autant avec nous même.
            On ne peut pas rester crédible si on n’est pas critique avec soi-même.
            J’écris très peu face à un PV ou un Morice, mais je peux vous assurer que ce n’est pas sur un coin de table.
            Bonne soirée

      • yohan

        C’est clair que Sarko n’est pas à la hauteur des espoirs de ceux qui ont voté pour lui et dont je ne fais pas parti, je tiens à le préciser.
        Il a merdé à peu près sur toutes ses promesses phare de campagne (sécurité/ emploi) et il n’y a pas grand chose à mettre à son crédit si ce n’est d’avoir été plutôt réactif face à la crise financière et d’avoir osé légiférer sur les retraites en prenant ses responsabilités, même si là dessus, il n’a pas été un fin négociateur. Ségo aurait-elle pris ce risque ? J’en doute
        Là où il a le plus déçu ses supporters c’est sur le comportemental indigne d’un chef d’Etat et c’est probablement ce qui devrait lui coûter sa place, plus que tout, car les français aiment que leur représentant affiche une stature de chef d’Etat et non un posture de chef de bande.

  • D. Furtif

    Sans déconner j’aurais un petit peu besoin de Tancon là , juste là maintenant.

    J’EXPLIK

    Pour le troisième jour consécutif, il faut que je me rende à Poitiers , Cette fois ci c’est une petite nièce qui nous est arrivée cette nuit.Je dois conduire les heureux grands parents à la gare .
    J’aurai réussi à faire en 3 jours plus de km qu’en trois mois.

    Aussi je ne serais pas contre un petit coup de main pour répondre à des intervenants qui font assaut de bienveillance ou …….de complexité.

    Je vous embrasse , je vous retrouve dans la soirée.

  • asinus

    yep notre pays est mort livré au mercantis interloppes en 1973 .Quand Pompidou nervis
    des banquiers Rotchilds a liquidé les pouvoir régaliens de la banque de france . L’ estocade a été donnée par giscard avec son  » merveilleux regroupement familial » . Suivent les chaos socialistes passés rapidement au liberalisme dérégulateur alliés objectifs de leurs freres consanguins de l ump .Tous sortant des memes grandes ecoles des memes directoires d’entreprises pratiquant les meme turpitudes magouilleuses quand ça n’est pas les memes coucheries.Au final nos elus sont bien content de se debarrasser de leur responsabilités contre des especes sonnantes et trébuchantes que leur reversent les bankster cooptés de bruxelles.La bonne nouvelle c’est que des incendies s’allument un peu partout en europe que des dirigeants comme merkel mange leur chapeau communautariste, notre dirigeant à nous lui sert clairement les interets de ceux qui l on crée il noue des alliances familliale avec « l argent » pensant surement à son devenir .Sera t il elu peu importe ? la purge arrive un bon 1793 se teintant d identitaire vas venir nettoyer les ecuries d augias que sont devenues mon pays .Tot ou tard les peuples d europe deciderons que LE VOTE N’EST PAS L’ULTIME EPEE !

  • Léon

    Je débarque là un peu sur cet article très intéressant qui met en perspective la situation à laquelle est arrivée à la fois la Ve République et la représentation politique de la gauche.
    Dire que les institution originales de la Ve ont été taillées pour de Gaulle est vrai mais partiellement seulement car il y a les institutions, certes (surtout à partir de 62 avec l’élection du Président au suffrage universel direct) mais il y a aussi eu une pratique qui n’était pas obligatoirement inscrite dans les institutions. L’évolution vers le quinquennat et la coïncidence avec le mandat des députés n’était, à mon avis, en rien obligatoire et une bonne partie de la pratique de Sarkozy est totalement contraire aux institutions (les conseillers, par exemple qui remplacent des ministres ne sont là que pour la comm).
    La tentation de la gauche vers la social-démocratie est liée d’une part à l’échec des systèmes communistes planifiés (l’idée que seul le capitalisme marche…)et aux limites à la fois idéologiques et pratiques rencontrés par le Keynésianisme.
    Keynes avait l’extraordinaire avantage de fournir un cadre théorique qui faisait de l’élévation du niveau de vie, de la lutte contre la pauvreté et de la protection sociale non pas une charité aux pauvres mais un outil d’efficacité du capitalisme. Et d’ailleurs les libéraux ne s’y sont jamais trompés, leur bête noire n’est pas Marx mais Keynes…
    Aujourd’hui il n’existe aucun cadre théorique d’ensemble qui pourrait fournir une alternative nouvelle au capitalisme mondialisé, sauf l’écologie, le principe moral de responsabilité, Hans Jonas etc
    Pourtant je crois qu’elle existe : il faut la chercher dans le principe de développement des contre-pouvoirs. Par exemple, il faudrait rendre la syndicalisation obligatoire ou assortie d’avantages énormes (leur confier par exemple la gestion des indemnités de chômage et le rôle de l’anpe ), permettre le développement de class actions comme aux USA et les pays nordiques, soumettre régulièrement les administrations à des audits du privé avec pouvoir de décision, et inversement des audits d’entreprises sur les conditions de travail, le respect des lois sociales etc, soumettre les élus pour tout ce qui les concerne ( retraites par exemple), à une autorité qui leur soit extérieure, introduire à la fin des fins le réferendum d’initiative populaire, développer prioritairement les moyens accordés à la justice, rendre les avis de la cour des comptes impératifs etc etc , bref selon moi il faut construire une société sur le modèle de ces contrôles et contre-pouvoirs réciproques. De mon point de vue, une grande partie de la solution est là.

    • @ Léon

      Bien vu pour Marx & Keynes. D’ailleurs depuis la crise de 2008 même un Minc se gargarise de Marxeries, c’est dire… Mais tout ces réformes institutionnelles que tu proposes ne seront qu’un habillage vide tant que ne seront pas résolus les problèmes d’emploi (cf. les propositions de Larrouturrou, qui conseille d’ailleurs maintenant Eva Joly…), c’est-à-dire de relocalisations tous azimuts et donc de protectionnisme à l’échelle européenne, sans parler de reconstruction de liens de solidarité après 30 ans de catastrophe individualiste-libéraliste qui vont faire des petits pour longtemps, le tout sur fond de problèmes écologistes et « multiculturels » majeurs à résoudre…

  • Léon

    Bien sûr, je me situais là uniquement sur le plan des institutions de la société civile. Pour le protectionnisme, il doit être raisonné, c’est cela qui est difficile : assez mais pas trop. Je te sais chaud partisan de Larrouturou, à ma grande honte, je n’ai pas encore eu le temps de regarder de près. As-tu un lien où on pourrait trouver un résumé ?

  • asinus

    ya un truc simple pour aider nos pme c est la ségrégation positive lors des appels d offre des marchés public intégrer au  » mieux disant » l interet de faire bosser une boite locale. Mais bon je dis ça j ai pas fait supdéco moi hein

  • Sandro

    @Buster,
    Bonsoir (aux autres aussi, d’ailleurs)

    C’est sur votre blog que j’aurais dû poster cela, mais il semble qu’il n’accepte ni lien ni copier/ collé.
    Donc , je me fais héberger brièvement par Le Furtif ( que je salue)pour vous dire qu’à la lisière de ce que vous faites sur votre blog, cet ouvrage interessant est paru, et que je le recommande ( les enseignes lumineuses, de Philippe Artières):

    http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/10/21/les-enseignes-lumineuses-des-ecritures-urbaines-au-xxe-siecle-de-philippe-artieres_1429100_3260.html

    Un truc du genre :
    « que m’enseigne encore ce néon,
    Rien qui me fasse réfléchir
    Au delà des halos
    On se pend au bout du fil
    Et du reste on n’en a cure ».
    (vous devinez de qui c’est).
    Bonne lecture à ceux que cela interesse.

    Sandro

    • Léon

      Ca a l’air intéressant, en effet… salut Sandro !

    • Buster

      Les choses importantes d’abord !

      Bonsoir Sandro, et Merci pour cette promesse d’un voyage passionnant.
      Les documents d’archives visuelles, notamment industrielles ou publicitaires, sont souvent extraordinaires.
      Demain débute le salon des vieux papiers, à Champerret qui fut longtemps un de mes lieux de rendez-vous incontournable.
      Je me souviens de magnifiques « catalogues de colportage » sur différents sujets, qui m’attiraient, mais dont le prix demandé par ces vieux brigands d’antiquaires ou de « casseurs de livres » dépassaient le plafond trop bas que je m’étais fixé pour me faire plaisir.
      Je vais le commander les yeux fermés.

      Ce texte ne serait-il pas celui d’un Indien de votre connaissance ?

      Il faut que je pense à enrichir mon blog des apports que Furtif m’a fait parvenir, dont un magnifique Dubonnet auvergnat repeint sur une pub pour Forvil.

      • asinus

        @buster
        bonjour pas de rapport avec le theme et peut etre ais je mal compris votre allusion aux vieux catalogues
        mais je suis un vieux chineur de ces objets surtout ceux d avant la photographie quand des illustrateurs
        dessinaient les catalogues de plantes et fleurs des grainetiers votre adresse de blog m’interresserais donc.

        peux etre au cours de cette vie tomberais je sur un Mucha entoilé 😯

        le bonjour à tous
        hi han

        • Buster

          Bonjour Asinus,

          Mon blog est bien modeste et je m’en occupe fort peu, si ce n’est que j’y réponds à Sandro quand il m’y rend visite, et aux autres aussi bien sur.
          Je l’avais créé en vitesse pour illustrer un « papier » intitulé « Sale temps pour les fantômes » paru sur la version précédente de Disons, que je ne retrouve plus mais qui est sur le blog, ici.
          En bref c’est une compilation de photos témoignages, un travail sur les vieilles publicités peintes qui ornaient le bord des routes et qui s’effacent sans bruit, au fil du temps, quand ce n’est pas manu militari que les bulldozers abattent impitoyablement les maisons hantées par ces fantômes bien pacifiques.
          Il se trouve que Philippe Renève, Léon et Furtif se sont piqués au jeu et m’adressent de temps en temps les découvertes qu’ils font eux-mêmes de fantômes qu’ils rencontrent.

          Je collectionne aussi les catalogues anciens, sur tous sujets dès lors qu’ils sont illustrés, et principalement ceux réalisés en gravures typographiques de l’époque où l’imprimerie ne pouvait pas encore s’offrir le luxe de reproduire de la photographie.
          Les illustrations « au trait ». (je suis sur que vous voyez ce que je veux dire)

          Les « catalogues de colportage » quant à eux, étaient fabuleux. C’étaient les documentations abondamment illustrées dont les VRP de l’époque se servaient pour présenter les produits de leur fabrique.
          En général réalisés à la main, (la plupart du temps manuscrits et aux gravures peintes à la main) en un tout petit nombre d’exemplaires, ces documents sont rares et hors de prix.
          Quand ils sont très décoratifs (les illustrations) ils sont en général « cassés » et revendus à la feuille sous forme de gravures à encadrer.
          Encore des témoignages de l’époque industrielle de la fin XIX°, début XX°, qui disparaissent.

          Désolé Furtif pour cette conversation décalée sous ton article, dont certains pourraient s’étonner : Comment est-on passé de Sarko à ces considérations sur l’irrigation des golfs sur les fantômes ???

          • Buster

            Il y a aussi une page (trop pauvre) sur le « Street Art » qui m’intéresse beaucoup et que je comptais développer.
            Vous pourrez y trouver la version plein format de mon pict, qui est difficilement lisible à cette faible échelle.

          • Léon

            Buster: on ne l’a pas annoncé, mais nous commençons à être un peu courts au point de vue place par rapport à l’espace que nous avons acheté chez OVH pour Disons. Nous l’avons déjà doublé il y a un mois, mais nous devons faire attention : il y a deux jours nous avons fait du nettoyage et en particulier nous avons retiré les articles qui étaient en double par rapport aux ancien Arago et Temps de l’air qui sont toujours en ligne.

            • Buster

              Bien sûr Léon,
              Pas de PB.

              Est-ce que cela coûte cher, cet espace nécessaire ?
              A tout le moins, et sans parler de cotisation, il me semblerait normal que l’on puisse partager un peu les frais de Disons.
              Vous y consacrez déjà un temps important et nous en profitons tous.

              • Léon

                C’est gentil Buster . Pour l’instant ça va encore, on se l’est partagé entre nous trois ( de l’ordre de 124 euros en tout pour un an ) . Mais si vraiment on recommence à se trouver court je n’exclue pas la démarche, il faudra qu’on en discute entre nous d’abord.

                • ranta

                  je suis prêt à payer ma part.

                • Salut tout le monde, pareil que Ranta pour ma part.

                • Au sujet de la place mémoire, je comptais vous demander un jour s’il ne fallait pas discuter de la place mémoire que peut utiliser un auteur par article, et notamment par rapport à l’insertion d’images dans le texte. Il m’est arrivé dans mes articles de mettre des photos assez lourdes point de vue mémoire, notamment dans mon dernier article.

                  • Léon

                    Wald, non, pas de limitation. Lorsque je vois que les photos ont une définition inutile pour le web, je m’en débrouille, ne t’inquiète pas pour ça.( Je veux dire que je la modifie)

          • D. Furtif

            Buster , Ranta , Wald

            Je t’avais loupé…
            Il n’y a pas de mal aux digressions , bien au contraire , elles sont le sel d’un blog , son invention sa couleur , sa vie quoi.

            Rien à voir avec le ramenage systématique de sa gueule du mec qui ne rate pas une occasion de nous convier à la lecture de ses œuvres complètes.

            Il y a ici deux notions parfaitement différentes que d’aucun ne se lasse pas de confondre.C’est d’autant plus insupportable que le mec en question se la joue indispensable donneur de leçons et de conseils.

            Comme j’ai dit, rien à voir avec vos digressions à vous. Je le répète pour être bien compris.

            Pour la monnaie , je ne suis pas d’accord avec Léon mais ce sera un empaillage entre nous en « OFF » . Essayez d’imaginer dans quelles conditions nous serions si …etc etc…

            • Salut Furtif, mais je ne me suis jamais senti visé à ce sujet, je ne sais même pas de quoi on parle et où prend source ce sujet. 😉

              • Buster

                Wald,

                Non c’est moi qui avais fait une subtile allusion (plus haut) à une critique précédente laissée par un intermittent de Disons, philosophe et cycliste à ses heures.

  • Causette

    Attention. Tous ceux qui refont l’histoire sans l’avoir vécue feraient mieux de consulter leurs fiches .
    Jamais la CGT n’a appelé à la grève générale en 1968

    Nous nous trouvons dans une singulière et étrange situation 40 ans plus tard. Un consensus libéral défendu par presque tous et une réalité qui vient tous les contredire

    Bonsoir Furtif, bonsoir tous

    Un politicien se peint lui-même bien mieux que n’importe quelle critique ou caricaturiste, grâce aux accrobaties que lui donne son besoin de paraître, de faire croire à sa supériorité, à sa sincérité, à son dévouement, bref à tout ce qu’il ne possède sûrement pas. Généralement on n’est pas trop fier, d’être un traître, mais pour pas mal de politiciens, c’est un sujet d’ambition qui leur permet de se montrer à la télé, dans les journaux sous des aspects photogéniques les plus avantageux.

    Ces professionnels de la politique sont surtout cramponnés à leur pouvoir qui les fait bien vivre. Avant de voter une loi, se demandent-ils: « cette loi est-elle utile au pays? » Bien sûr que non, ils votent pour leur boutique. Et puis ils crient d’autant plus fort contre les petits arrangements malhonnêtes de l' »adversaire » politique qu’ils font silence sur les leurs.

    Pendant que les bonnes poires militantes du Parti écrivent des brochures furibondes contre les requins de la finances, leurs chefs déjeunent avec ces requins. :mrgreen: C’est ainsi que les politiciens donnent la lune à leurs électeurs, comme disait le père Peinard.
    :mrgreen:

  • D. Furtif

    Buster si tu passes par là va donc voir à la corbeille combien il y a identité entre le dérangement de l’un et la paranoïa de l’autre

    Du temps où il se commettait avec son copain le Nain bleu il se conduisait de la même façon.

    • Buster

      Au fait Furtif, je voulais te dire que malheureusement je ne suis pas passé par là, et que je n’ai donc pas lu ton post ci-dessus. 😀 😀 😀