Lorsqu’Anne Zelensky interpelle les féministes…

Lectures :3972

Bien qu’il renvoie à des débats que nous avons déjà eus abondamment sur Disons, avec son autorisation, nous publions ce texte d’Anne Zelensky qui nous semble important et fort .

Le féminisme contre la charia.
18 décembre 2010.

Nous sommes plus de mille dans en ce 18 décembre dans cette salle, réunis pour « Les assises internationales sur l’islamisation de l’Europe ». Ils sont venus de l’Europe entière, des USA, de diverses régions de France, malgré la neige et le froid. Sur 24 intervenants à cette tribune, deux féministes seulement : Michèle Vianès et moi.

Mais où son passées les féministes ?
Et pourtant la progression de l’islamisme menace en premier lieu les femmes. Mais nos féministes hexagonales préfèrent regarder le doigt qui montre la lune plutôt que la lune. Leur obsession de l’extrême droite, incarnée soi disant pas les identitaires, avec lesquels nous avons fait ponctuellement alliance, leur cache la réalité du véritable danger : l’islamisation progressive des pays d’Europe.

Voilà comment une féministe historique, ( c’est ainsi qu’on me nomme), à l’origine du MLF, à l’initiative du Manifeste des 343, pour l’avortement libre, ( que le journal « Minute » avait surnommée Ste-Anne-de-l’avortement), compagne de route de Simone de Beauvoir et j’en passe, se retrouve aujourd’hui aux côtés de certaines associations ou personnalités, qui en d’autre temps, furent sur certains plans, ses adversaires.

La question fait jaser dans le Landernau gaucho-féministe. Que n’ai-je reçu comme anathèmes de mon camp parce que je figurais aux côtés de ces « gens là » ! Que de leçons de pureté ne m’a t on pas assénées ! Comment pouvais je me commettre avec eux ? Ah ! le purisme ! Spécialité de la gauche, grande donneuse de leçons, il est souvent la forme masquée d’une intolérance méprisante et le paravent de l’impuissance.

Je fais en effet exception au sein du mouvement féministe français. La plupart de mes consoeurs, formatées par l’idéologie gauchiste, abreuvées à l’altermondialisme, s’arrêtent à la dénonciation de l’islamisme, qui serait sans relation avec l’islam. Elles veulent bien s’indigner sur le sort d’une Taslima Nasreen, d’une Aya Hirsi Ali, d’une Sakineh, elles ne trouvent rien à redire à leur dénonciation du Coran, mais ne supportent pas qu’ici, on pointe du doigt les mêmes signes d’alerte. L’esprit colonisé par les dogmes attardés du gauchisme, elles produisent la même analyse paramarxiste depuis des décennies, et n’ont pas remarqué que le monde avait changé depuis les années 70. En faisant silence sur la progression de l’islam et la menace qu’il représente pour la libération des femmes, non seulement elles mettent en danger des siècles de lutte pour elles et leurs filles, mais elles trahissent leurs soeurs d’ailleurs, qui appellent au secours. Celles-ci attendent de nous, féministes occidentales des signes d’encouragement. Que leur servons-nous ? Le respect et l’équivalence des cultures, la priorité de la lutte antiraciste, le pas touche à mes religions. Par un retournement insensé de situation, voilà que la laïcité est devenue respect des religions, au mépris de ce qu’elle est censée être : neutralité de l’espace public et séparation du religieux et du public.

La gauche, dont je suis issue, par le biais du féminisme, est donc incapable de prendre en charge la menace pour nos libertés que représente cette progression d’un islam radical. Bien pire, elle cautionne ce phénomène et a contribué largement à le favoriser. Il y a bien longtemps qu’elle désespère ce « peuple » qu’elle était censée défendre.
Alors que faire ? Rester seule mais pure de toute « contamination » ? Pour constituer une force, il faut s’allier. Mais s’allier n’est pas s’aligner. On peut faire alliance ponctuellement, tout en gardant sa spécificité et ses divergences. J’ai déjà par le passé fait alliance avec des catholiques contre la porno, qui avait la bénédiction de la gauche pour laquelle elle était une forme de la liberté d’expression.

Ce qui m’importe toujours dans un combat, c’est l’objectif. Je me donne les moyens de l’atteindre. Alors, adversaire déclarée de tout obscurantisme, depuis toujours hostile aux religions et particulièrement à l’islam qui, plus que tout autre, organise la soumission des individus, consciente depuis plus de 20 ans de sa progression en France, je fais cause commune sur ce point avec ceux qui partagent mes craintes. Depuis quand est on obligé d’être d’accord sur tout pour agir ensemble ?

Je suis ici parce que la gauche ne veut pas ouvrir les yeux sur la réalité d’un danger pour nos traditions républicaine. Je suis ici parce que la gauche a trahi sa mission et mes espoirs.
En cela je suis fidèle à mes engagements depuis plus de 40 ans dans le combat féministe. Tout ce qui menace des acquis chèrement conquis, mobilise aujourd’hui comme hier, mes forces. Or la progression d’une idéologie ancrée sur la soumission et la relégation d’une moitié de l’humanité est un intolérable camouflet à ces années de lutte. La question des femmes est au cœur de la stratégie de conquête de l’islam. Ce n’est pas un hasard si le voile a symbolisé dès 1989, son symptôme le plus évident.

Les combats que j’ai menés ont toujours suscité dans un premier temps, rejet et incompréhension. Puis ils sont devenus une évidence. Réclamer l’avortement libre et gratuit il y a 40 ans était aussi iconoclaste qu’aujourd’hui s’opposer à la progression de la charia en France. Et j’ai essuyé alors les mêmes accusations de « collabo » et pute », de la part des puristes en place, parce que je pactisais avec la presse bourgeoise pourrie par définition.

Quel est l’objectif du féminisme ? Compagnon de route de la démocratie, il contribue à civiliser nos mœurs. Il est agent civilisateur, il œuvre à rapprocher hommes et femmes, si longtemps maintenus dans une séparation douloureuse. Le féminisme travaille à en faire des humains semblables, capables ensemble d’assumer les difficultés de la condition humaine. Or, la charia est une des formes les plus extrêmes de l’apartheid des femmes, il forge leur malheur comme celui des hommes. Il crée des déserts affectifs où hommes et femmes sont dressés les uns contre les autres, empêchés de se rejoindre. Le degré de civilisation d’une société se mesure au statut des femmes et à la bonne harmonie entre ses membres. Ce seul fait, la relégation et le mépris des femmes en islam, oblitère pour moi tous les autres signes de civilisation, indéniables, du monde arabo-musulman. C’est la tache irrémédiable.

Dans notre coin du monde, depuis des siècles, des hommes, des femmes se sont battus contre les obscurantismes et ont tenté de faire advenir plus de lumière sur le chemin ardu de l’humanité vers moins d’inhumanité. J’appartiens à ce courant, je suis fille des Lumières. Notre espèce n’avance pas au même pas. Non, toutes les civilisations ne se valent pas. Hypocrisie et malhonnêteté que de prétendre le contraire. Une culture n’est pas un tout, à prendre ou à laisser. Tel un être humain, elle a ses zones d’ombre. Le métissage n’a d’intérêt que s’il est tissé du meilleur de chacun, et non si prévaut le pire sur le meilleur.
Or la culture machiste venue d’islam est une grave menace pour notre difficile marche vers plus d’égalité des sexes. Elle vient réveiller les vieux démons tout proches du machisme hexagonal.Notre libération est encore bien fragile, la preuve en est cette dégradation des relations filles/garçons, à l’école, bien au delà des zones sensibles. Je ne peux accepter que sur ce territoire de France, où des décennies de luttes ont réussi à faire reculer la discrimination sexiste, une idéologie venue d’ailleurs tente d’imposer ses modèles archaïques de séparation des sexes et d’oppression des femmes. Le respect élémentaire du territoire de l’autre et de ses us, impose de ne pas mettre en avant des coutumes qui les bafouent : polygamie, mariages forcés, port des voiles, relégation et mépris des femmes, soumission aveugle à une religion particulièrement obscurantiste.

Nous sommes réunis ici, à cause de l’impuissance des politiques et de l’omerta des medias. A travers cette interpellation de l’isamisation, c’est leur aveuglement et leur lâcheté que nous mettons en cause. Quand les élites sont incapables d’apporter des réponses aux craintes et aux attentes de la population, il faut s’organiser et prendre ses affaires en main. Aujourd’hui, je souhaite que cette rencontre historique soit un début. Le début de la constitution d’une troisième force, au delà de la gauche et de la droite, une force alternative qui réponde aux défis de la réalité : le monde change et une recomposition des forces s’impose.

Anne Zelensky.

47 comments to Lorsqu’Anne Zelensky interpelle les féministes…

  • voxagora

    Je me suis inscrite sur ce site quand une autre féministe, l’année dernière je crois, terminait son article par :  » 0ù êtes-vous, mes soeurs ? », et que j’ai eu le désir de dire que nous étions là .. à gauche, à droite, et au milieu .. en ces temps où les choix politiques ne sont plus si binaires.
    J’adhère complètement à cet article, et remercie votre site de le produire.
    Il y a quarante ans j’ai été « une salope » parce que j’ai assumé de choisir « le moins pire ».
    Aujourd’hui, sur un autre site où je défends aussi une position apparemment contraire à mes choix politiques, à la suite d’un commentaire, un certain M.. a écrit : « Voxagora, raciste, dehors ! ». Ben non, je reste dedans, où j’assume ce que certains appellent des « contradictions ».
    Et je dis à A.Zelensky : à gauche, à droite .. et au milieu, nous sommes là, les femmes, et nous parlons.

    • Causette

      Bonjour Léon, bonjour Voxagora

      Hélas c’est un triste constat, ce refus de certaines féministes de rester embrigadées derrière des petits chefs de partis et ainsi faire l’autruche sur de l’islam. C’est le cas par exemple au Npa avec une candidate voilée à l’élection, fallait oser! comme dirait Audiard. Mais ils l’ont Michel!!
      A ce jour toutes les féministes devraient avoir quitté ce parti car le Npa est victime d’entrisme par les islamistes depuis une dizaine d’années (chacun son tour camarades).

      Quand on sait que le coran est copié sur la bible avec des rajouts et récites obsessionnels d’un vieux bédouin épileptico-délirant, on peut avoir un gros doute sur la conception du féminisme basé sur le coran. Les pires ne sont pas ceux qui osent cette invention « islamo-féminisme », non les pires ce sont les politiques, les féministes et les gens de gauche qui y croient. N’ont pas encore compris la définition du mot taqiya : coran (sourate III verset 28)

      • Causette

        (pas bien réveiller ce matin ) je corrige:

        …ce refus d’examiner des réalités (peut-être de la lâcheté aussi) de certaines féministes et de rester embrigadées…etc…

  • yohan

    face à une gauche prisonnière de ses dogmes, je ne suis pas étonné de ce qui arrive. L

  • yohan

    Une bonne frange de la gauche est plantée dans son positionnement binaire sur le conflit israélo-palestinien qui l’amène à devoir tout cautionner, y compris les attentats kamikazes, symbole de la dérive islamiste qu’elle prend pour de la résistance légitime à l’occupant. A gauche de la gauche, la séduction islamique joue à fond, non sans arrière pensée à l’égard de l’électorat musulman. Il suffit de voir les concessions faites par certains maires aux barbus, sans parler des apéros hallal et des financements généreux pour des associations confessionnelles.

    • Causette

      ça c’est pas mal non plus, compte rendu du 28 octobre 2010

      Projet Votation citoyenne pour le Droit de vote
      des étrangers extracommunautaires

      Le but de la campagne est de faire du lobbying sur la question pour poursuivre
      l’évolution positive des mentalités afin de changer la Constitution

  • Causette

    OUCHE! j’étais dans la lecture de CR du CA18/75
    celui du 20 septembre 2010 pas mal.
    A partir du bas de la page 39 ça m’a bien intéressée. Surtout que j’en connais un 😆 c’est un jeune politique qui n’en veut. Mais sympa

    A la page 41, Grand-Chef marche sur des oeufs en répondant en bon socialiste « prudent », ça doit flipper grave dans sa tête à Lélu. Pensez donc, voeux des élus Ump de passer le film La rafle à la Mairie du 18e.
    Sa réponse et ce qui suit, ça vaut le détour

  • COLRE

    Bonjour Léon,

    Comme je l’ai déjà dit dans le précédent texte d’Anne Zenlensky que vous nous aviez communiqué : Il n’y a pas une feuille de papier à cigarettes entre ce texte d’Anne Zenlensky et ma position, et c’est toujours le cas aujourd’hui.

    Six mois plus tard, rien n’a changé. Pourquoi le « Landernau gaucho-féministe » serait-il moins frileux que le Landerneau « gauchiste » tout court ? et je me demande si la situation n’empire pas à voir le glissement pour le moins inquiétant opéré par Caroline Fourest.

    Le formatage des gens est une donnée de base, mais il n’est jamais aussi criant que lors des grandes mutations sociales (politiques, idéologiques, morales…).
    Or, on en dans ce genre de période historique : les serrures ont changé mais la plupart des zélites utilisent les mêmes clefs… celles de leur jeunesse, que voulez-vous, ils s’y sont attachés, c’est pour eux la preuve de leur crédibilité passée…

    Du coup, ils s’enferment, leurs clefs n’ouvrent plus rien, mais c’est la faute aux serrures…

    • COLRE

      pardon pour mon erreur d’orthographe sur le nom d’Anne Zelensky… (je fais toujours la fôte… 😉 )

    • COLRE

      Je rajouterais qu’à l’instar de l’auteur je me suis davantage structurée, moi aussi, autour du féminisme que de la pure « gauche » qui prétendrait se suffire à elle-même.

      Je suis complètement d’accord avec elle sur l’ambition immense du féminisme qui est d’être un « agent civilisateur », « il œuvre à rapprocher hommes et femmes, si longtemps maintenus dans une séparation douloureuse. Le féminisme travaille à en faire des humains semblables, capables ensemble d’assumer les difficultés de la condition humaine », etc… bravo !

      Le rapprochement des hommes et des femmes sur cette planète, pour des droits et des dignités égales et réciproques, est le grand oeuvre politique auquel on devrait tous s’atteler avant toute autre tâche : le reste ne peut venir qu’ensuite.

  • Léon

    Bonjour Colre. Hum, ne versons pas dans l’excès inverse, tout ne peut pas être réduit au féminisme. Mais votre affinité idéologique avec Anne Zelensky est effectivement étonnante. Vous devriez la rencontrer. Si vous le souhaitez, envoyez-moi un mail perso.

    • COLRE

      Léon, vous dénaturez un peu ma position… 😉

      D’abord, le féminisme n’est pas un excès, pas plus que la démocratie ou la laïcité… (peut-on être excessivement démocrate ?)

      Ensuite, l’idée n’est pas que « tout » puisse être « réduit » au féminisme, ce n’est pas une question de réduction (comme vous le savez, je suis une « systémiste », pas une « réductionniste »… 😉 ), mais de principes préalables.

      Le sexisme (comme le racisme) institue l’inégalité essentialiste entre les humains. Or, sans le respect de l’Autre, rien ne peut advenir de satisfaisant. Cela restera toujours bancal, injuste, suscitant la révolte et le ressentiment.

      Vous avez donné un jour l’exemple de l’esclavage : c’est un très bon exemple. Ceux qui professent que la question sexiste est subalterne, ou subordonnée aux autres aspects, pourraient aussi trouver le sort des esclaves provisoirement acceptable pour peu qu’ils mangent à leur faim et ne soient pas mis à mort…

      La liberté des esclaves ou des serfs, l’égale dignité entre les hommes et les femmes, l’égalité des droits de citoyenneté, sont un présupposé symbolique en dehors duquel il est inutile d’aspirer à aucune vie sociale heureuse, libre et solidaire.

      Une idéologie comme celle que produit l’islam, une idéologie qui par principe met sous tutelle la moitié féminine de l’humanité, qui distille le mépris et fabrique des esclavages et des apartheids, doit être combattue AVANT toute autre priorité, et toutes les alliances de circonstance sont utiles face à un tel ennemi commun, comme contre le nazisme pendant la Résistance.

      Ecoutons les voix féministes des (ex-)musulmanes : elles, elles savent ce qu’il en est, elles ont vécu la charia de près…

  • Piotr Archinov

    L’invraisemblable excuse d’une position affichant l’alliance avec le pire dans un amalgame revendicatif à courte vue pour se disculper de son incapacité à voir que la démocratie et la liberté sont des concepts inconfortables et à hauts risques.

    Défendre le féminisme en versant dans l’alliance avec l’extrême droite n’est pas le premier paradoxe, mais en ces temps révolutionnaires chez nos proches voisins, il est terrible de voir que ce pseudo féminisme radical se range aux côtés des paravents anti-démocratiques Ben Ali ou Saddam puisque pourfendeurs de l’islamisme.
    Il est aussi malséant de soutenir cet assemblage en faisant abstraction des fondamentaux sous-jacents du terreau religieux extrême de la droite nationale, souverainiste ou totalitaire autant que d’omettre tous les dangers que représentent l’ensemble des religions, et, en se focalisant sur une seule, de participer à défendre les vices de toutes les autres, comme s’il y avait des degrés d’asservissement et que le pire dans l’islam rendait acceptables les dérives chez les évangélistes, les mormons ou les catholiques intégristes.

    Là est le clivage entre ce féminisme de la nouvelle bien pensance de droite qui se veut représentatif des combats séculaires quand ils ne sont qu’une caricature de la bataille émancipatrice et une lutte généralisée contre toutes les servitudes et pour une égalité sans compromis. Comment pouvoir argumenter sur la lutte contre l’autoritarisme islamique en se reposant sur des forces totalitaires qui agissent à l’encontre des libertés et de l’égalité, celles des femmes comprises. Comment peut-on dissocier le totalitarisme religieux de la dictature politique.

    Quel aveuglement que de se laisser berner par le nouveau biais de la droite oppressive pour affronter toutes les oppositions et particulièrement la gauche dans son ensemble, que de se laisser émouvoir par ce succédané de laïcité étalé par ceux-là même qui processionnent chaque 1er mai, non pour les travailleurs mais pour leur sainte guerrière.

    Comment être aussi obtus pour penser une seconde que la droite nationale mènerait une lutte sociale, a fortiori féministe, quand elle a pour seul but d’élargir son électorat et sa visibilité par tous les moyens, comment être assez naïf pour songer un instant que le slogan de la « femme-ventre » serait abandonner, que l’éradication d’une religion viendrait en soutien à cet abandon par cette droite qui claironne « famille et patrie », comment avoir tant de candeur à ne pas discerner les intérêts communs des religions totalitaires et de cette mouvance intolérante et factieuse, comment être si ingénu que de croire que la lutte contre la tyrannie se prévaudrait de la tyrannie.

    Lutter contre l’islamisme c’est lutter contre tous les autoritarismes, ce n’est pas se laisser manipuler par une force politique qui joue des soubresauts conjoncturels pour affermir ses positions nauséabondes, accepter la compromission c’est se réduire à approuver ses fondamentaux politiques et sociaux à l’opposé des revendications féministes.

    • Buster

      Alors ça, si ce n’est pas un concentré de langue de bois… Diable, je ne m’y connais pas !

      Qu’il est bienvenu le parallèle entre ce « pseudo féminisme » et la révolution toute fraîche de nos voisins d’en face, dont on ne sait encore pas ce qu’il adviendra d’elle. Mais il faut aller dans le sens de l’histoire et pouvoir récupérer immédiatement, le premier, pour les besoins de son argumentaire ce salutaire soulèvement. Pratique et bien pensant comme rapprochement. Mélange d’un peu tous les problèmes et toutes les cultures ou traditions, mais visiblement Piotr, vous n’en êtes pas à cela près.
      Et, tant qu’à faire, agiter aussi le fantôme de Saddam dans cette comparaison improbable, pourquoi pas après tout, une fois que l’on s’est permis la précédente comparaison on peut aller plus loin, beaucoup plus loin.
      Il ne faudrait d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin, comparer aussi la chute du Shah d’Iran, autre dictateur heureusement renversé par …. Ah zut, celui-là ne marche pas comme exemple.
      Mais en cherchant bien vous en trouverez d’autres de ces comparaisons judicieuses qui renforceront encore vos arguments massues.

    • COLRE

      Waaaouh :mrgreen: ! j’ai bien fait de passer : voici une phraséologie qui est à encadrer 😆 😆

      « amalgame, courte vue, incapacité, pseudo-féminisme, malséant , omettre tous les dangers, défendre les vices, nouvelle bien-pensance, caricature, aveuglement, se laisser berner, se laisser émouvoir, succédané de laïcité, être aussi obtus, être assez naïf, avoir tant de candeur, être si ingénu, se laisser manipuler, positions nauséabondes, accepter la compromission… »


      Comme tout cela est juste…

      Comme il a raison ce monsieur de réserver ses mots les plus méprisants et les plus insultants à qui le mérite vraiment, à ce sot et criminel « féminisme », source dans l’histoire de tant de morts, de massacres, de tortures, de guerres et de mises en esclavage, et non à l’islamisme que les pseudo-féministes ont l’outrecuidante stupidité d’accuser d’être une idéologie totalitaire, intolérante, violente et raciste…

      Après tout, une idéologie comme l’islamisme qui affiche son désir de réduire à l’état de sous-hommes quelques milliards d’humains : où est le problème, dès lors qu’il ne s’agit que de femmes ?! s’imagineraient-elles nos égales par hasard ?? 😯

      Non, non, not’bon maître, il faut nous excuser, vous savez bien comment sont les femmes : écervelées, émotives, manipulables, réactionnaires…

    • D. Furtif

      J’ai bien fait aussi de passer
      A lors cher Piotr j’aurais autorisé et regardé avec complaisance les agissements des curés et des rabbins pour réserver mon ire aux seuls musulmans.
      Comme c’est curieux ce procès et ces fausses accusations. J’ai un souvenir tout frais d’avoir évoqué ici le voisinage fâcheux avec le curé Cottard et ses nauffrageuses convictions.

      Il me semble m’être fait connaitre par l’amalgame revendiqué de toutes les religions monothéistes ou autres avec les Mandarom Bourdin Raël et autres scientologues et fakirs

      Vous nous dites
      .

      Lutter contre l’islamisme c’est lutter contre tous les autoritarismes, ce n’est pas se laisser manipuler par une force politique

      Il était temps que vous arriviez pour nous apporter vos lumières

    • claude*

      le féminisme n’a pas de couleur politique. de fait, il ne devrait pas exister car il devrait couler de source que les droits de l’homme sont universels sans distinction de sexe, ni de religion.

      ce n’est pas être d’extrème droite que de rejeter ces cercueils de tissu que sont les niquak, burka, tchador et autres artifices, sensés « protéger » les femmes de la concupsicence masculine. je trouve même que les hommes qui tolèrent ces traditions devraient se poser la question de savoir si on ne les prend pas pour des idiots ataviques immatures .

      en tant que femme, je suis révulsée par les inégalités sociales et professionnelles qui nous sont imposées en occident; mais ce n’est qu’un moindre mal face à la situation de nos soeurs africaines, musulmannes, ou orientales.

      je vis en france avec une relative liberté d’expression, et je ne veux pas que cette liberté d’expression et de culte, serve à asservir des femmes sou le fallacieux prétexte de la liberté d’exercer le culte musulman. à la différence des religieuses contemplatives chrétiennes, des nonnes bouddhistes, qui font un choix personnel de femme qui n’engagent qu’elles; les femmes portant voile et burka en font un combat prosélyte. les hommes sont-ils dont si crétins et dépendants de leurs hormones, qu’ils ne peuvent voir une femme sans avoir envie de leur sauter dessus?
      c’est un retour vers la soumission à un sexe domininant, à une emprisonnement sociétal, culturel, éducatif qui refuse aux femmes une vie d’adulte libre, jouissant pleinement de leur corps, décidant de la leur maternité, ayant accès à l’instruction et la vie professionnelle; et responsable de leurs actes.

      je ne pense pas que la véritable foi musulmanne se réduise à condamner une moitié de l’humanité à reduire l’autre moitié en esclavage.

      c’est servir la laïcité et les véritables croyants que d’être féministe et de lutter contre les obcurantistes.

  • Léon

    Quel baratin de ce Archinov… Et où sont-ils les gauchistes et autre anars dans la lutte pour le respect de la laïcité ? Pour que cessent les prières dans la rue ? Les discriminations vis à vis des femmes musulmanes ? le financement de mosquées par l’argent public ? etc
    Ah, le grand soir et la lutte contre tous les autoritarismes d’un seul coup ! Quelle bonne excuse pour ne rien faire.
    Toujours, toujours repenser à la position de ce genre de gauchistes quand les féministes ont envoyé pour la première fois les exciseuses devant les tribunaux… Fallait pas, sans doute ? Et attendre que le capitalisme mondial ait été renversé par la Révolution du prolétariat mondial ?
    En plus cette « analyse » confond allègrement toutes les extrêmes droites, par exemple celle qui a collaboré avec les nazis et celle qui est entrée dans la résistance…

    Quand on lit ce gloubi-boulga intellectuel, on comprend que chercher des alliances de ce côté là, c’est hélas peine perdue et bizarrement renforce la position de l’auteur(e)…
    Makhno s’en retournerait dans sa tombe !

  • snoopy86

    Le soutien de Furtif et Léon à ces  » positions nauséabondes  » n’est pas sans rappeler  » les heures les plus sombres …. » 😆 😆 😆

  • Buster

    Faudra qu’il revienne de temps en temps Mr Archinov, Piotr.
    Il va avoir du boulot pour nous remettre tous en ordre de bataille, et dans le bon sens.
    Mais avec une telle phraséologie ça devrait finir par payer ce langage sur les foules bêlantes de Disons.

    On en était à se chercher un guide spirituel politique.
    Trouvé !

  • Monique Peyron

    Piotr = pierre. Sur cette pierre je bâtirai mon église, euh pardon 😳 je bâtirai mes minarets et je n’oublierai pas la principale pierre La Kaaba devant lequelle nous nous prosternons, ainsi que le mur des lamentations et la grotte de bernadette. Ici, à moins que je me sois fourvoyée ( et j’en doute très très fort)les droits de l’homme et de la femme sont discutés à égalité. Allez monsieur exposer vos idées chez ceux qui vous sont proches.

  • Causette

    Qui en France, au XXIe siècle, ose encore revendiquer un apartheid en portant atteinte aux droits des femmes en les marquant d’un signe distinctif bien voyant, foulard, burqa, niquabVêtements islamiques féminins

    ➡ Selon Emmanuel Todd, si les musulmans imposent le port du voile à leurs filles, c’est pour les empêcher de rencontrer et éventuellement de se marier avec des non musulmans. Ce refus du mariage mixte correspondrait aux pratiques endogamiques très présentes dans de nombreuses sociétés traditionnelles musulmanes, où il était bon de se marier parmi ses cousins, afin de maintenir l’unité du clan. Emmanuel Todd parle de « famille communautaire endogame ».
    La famille traditionnelle française, en revanche, serait exogamique (l’auteur distingue la famille nucléaire égalitaire du nord de la France et la famille souche au sud du pays, toutes deux exogames). Les jeunes hommes vont chercher des épouses à l’extérieur du village. On retrouve sous différentes formes dans la mythologie gréco-romaine, mais aussi dans les contes traditionnels, l’image de l’homme venu de loin pour «prendre femme». Parfois c’est pour la sauver (Blanche Neige, la belle au bois dormant), d’autres fois c’est un rapt pur et simple (Zeus et Europe), mais toujours, « ils vécurent heureux, et eurent beaucoup d’enfants ».
    Le port du voile est vu – inconsciemment – comme un refus de mariage, comme un code vestimentaire disant « je ne serai jamais de ta famille ». Son interdiction serait une volonté de supprimer cette opposition au mariage mixte, pratique plus répandue en France que dans la plupart des autres pays occidentaux. L’une des manifestations de cette mentalité serait donc la volonté d’interdire tout port de signes distinctifs de l’origine ethnique ou religieuse des personnes – et particulièrement des femmes – vivant sur le territoire national. Dans des pays où l’approche est plus multiculturelle et où le port du voile est bien accepté (Angleterre, États-Unis), le taux de mariages mixtes est bien plus bas.

    Si ce n’est pas du racisme, qu’est-ce? Les islamistes depuis des années testent la résistance de la République laïque et gagnent petit à petit du terrain grâce à nos autruches élues et certains responsables d’associations.

    La condition de la femme dans l’islam, Mansour Fahmy

    • Causette

      Pour finir ma réflexion, je trouve assez « étrange » qu’une association comme le Mrap qui voulaient interdire les assises sur l’islamisation ne trouve rien à reprocher aux islamistes qui prônent cet apartheid sexiste. Ni sur les propos comme sous-chiens, quand on sait ce que le mot chien veut dire en islam. Une de leurs affiches (en bas de cette page) Tous pas pareils, tous égaux, est très ambigüe, nos barbus sont-ils d’accord avec ce message du Mrap?
      Pour le Mrap faire la critique d’une religion est-ce du racisme? Ceux qui se moquent du pape et du rabbin seront-ils poursuivis pour propos raciste?

      Pour le Mrap le raciste envers les souchiens est-il moins grave que les autres?

  • voxagora

    J’ai bien fait de revenir faire un tour sur Disons, l’envolée lyrique de Piotr Archinov vaut sont pesant de plomb : lourd, lourd, lourd ..
    Une rhétorique, un amalgame de mot, notions, concepts si alambiqués
    qu’ils ne tiennent que par l’artifice de la grammaire, vides de vie, vides de chair, vides de sens.
    Mais quelle horreur ! Vous, qui nous pensez naïVES, obtuSES et aveugles,
    reprenez votre texte phrase après phrase et tentez de les réécrire en leur donnant du sens,
    car si votre pensée est à l’image de votre écriture, sauve-qui-peut !
    Maintenant je vais lire les autres commentaires, et bonjour à tous et toutes,

    • D. Furtif

      Merci Voxagora
      En effet « notre ami » Piotr avance masqué de plusieurs couches de figures de style et de sous entendus et il en ressort qu’il vous pense telles que vous le soulignez.

      Un style plus direct aurait l’avantage de nous annoncer clairement la couleur.
      En même temps on pourrait dire que ce genre de discours à masques en poupées russes ne gagnerait pas grand chose à se dévoiler et paraitrait dans toute la squelettique pauvreté de son argumentation.

  • Monique Peyron

    Bonjour,

    qui pensent être naïves, obtuses et aveugles? Si il s’agit des intervenantes féminines de ce site, pourquoi reprendre un texte qui ne nous appartient pas? Ecrit par piotr, si je ne m’abuse. Excusez-moi, je n’ai pas compris votre intervention.

    • D. Furtif

      En effet Monique vous n’avez pas compris.

      Détacher un élément pour le souligner n’a jamais voulu dire reprendre à son compte

  • voxagora

    Je reviens parce qu’une idée m’est venue : Que cache Piotr Archinov derrière une aussi massive défense ?
    Si Monique s’adresse à moi, je ne comprends pas non plus votre question. Mon commentaire de 12h est une adresse à P.Archinov.
    Peut-être que mon commentaire du 17 à 10h36 peut vous éclairer ?

    • Monique Peyron

      Merci à vous deux. En effet, je n’avais pas compris. J’apprend, j’apprend.

    • COLRE

      Bonjour voxagora,

      Finalement, je me demande si l’on n’a pas affaire à un exercice robotisé.
      J’ai été frappée par l’accumulation redondante des expressions (avec son cortège de connotations injurieuses et méprisantes) et vous par l’artifice de la grammaire qui fait tenir tout cela ensemble, mais dans un vide sémantique abyssal…

      Les 2 observations et se complètent : les mots du lexique flottent dans une soupe syntaxique correcte qui leur donne l’illusion d’un sens…

      Répondre sur le fond à ce « pseudo », c’est aussi utile que de parler à sa télévision… 😉
      (cela me rappelle abdel sur AV qui était coutumier de la technique)

  • asinus

    heu moi je suis d’accord averc piotr pas assez qu il y ai des filles sur ce blog faut qu’en plus elles aient une opinion !