Muhammad, « Le plus beau des hommes »

Lectures :3449
Dans la série « Connaissance des textes fondateurs de l’Islam », en voici un aspect pittoresque relevé par Iskender et l’équipe de IDO. César.
_________________________________________

Nous laissons Muhammad ibn Abdallah dans la force de l’âge, au début d’une carrière commerciale très prévisible. Il est temps donc de s’arrêter sur un aspect du personnage qui a toujours émerveillé hommes et femmes dans le monde musulman: l’apparence du corps de Muhammad, alors qu’il ne se prend que pour un homme, mais quel homme !

Au-delà du ridicule évident, la floraison de détails narcissiques s’explique: dans les luttes d’influence qui ont suivi sa mort, le fait de lui ressembler plus ou moins, et de le montrer, devenait une force face à ses adversaires, d’où ces dissertations interminables et finalement lamentables.

Les superlatifs les plus débridés, les détails les intimes (l’emplacement de sa pilosité, la structure de la barbe par exemple) sont proposés à un public conquis d’avance, et la tradition se révèle intarissable et fabule sans frein. Ceci distingue clairement la tradition musulmane de celle des chrétiens, qui refuse de décrire physiquement le Christ et qui pourtant le représentent. Les textes proposés ici ne sont qu’un petit éventail d’un exercice de style interminable qui compense amplement les interdits musulmans concernant l’image.

[….]

Les plus beaux cheveux et les plus beaux poils du monde

Parler de cheveux et de poils peut sembler encore une fois une affaire bien ridicule: le sujet est pourtant amplement traité dans les sources musulmanes anciennes et les causes en sont multiples:  ces cheveux ont pu devenir l’objet d’un trafic, d’un commerce ou d’un culte ; ils sont un  signe de bonne santé ,  un ornement masculin de première importance en ce temps, de nature à impressioner fidèles et adversaires ; ils permettent à tous les prétendants au pouvoir politique de chercher une ressemblance entre leurs tignasses et la chevelure mohammédienne , ou témoignent de l’évolution ultérieure des modes capillaires. Certains conseils sont très précis, sur la question des onguents et des teintures. Le henné, et le kohl pour les yeux, sont déjà des produits cosmétiques à part entière.

Le poil est aussi un remarquable emblème musulman, destiné exclusivement au sexe masculin, ce qui explique que l’art de l’épilation soit aussi développé et vanté dans les cultures musulmanes, mais à destination exclusive des femmes, qui se doivent d’être les plus lisses possibles. Ici, la barbe, là la moustache, sont les attributs indispensables  à l’épanouissement de la virilité.

La barbe prophétique est l’objet d’un véritable culte: elle est décrite comme ample, ou fournie (KATHIR) , épaisse (DAKHM) , grande (AZIM) . Il y a là aussi compétition, car tout prophète se doit d’être barbu, et plutôt bien. Il faut donc que celle de Muhammad soit encore mieux, plus belle, plus grande, plus majestueuse, dans un domaine où la compétition devait être rude: on imagine sans peine la pompe des appareils pileux d’Abraham et de Moïse, qui en imposaient tant aux Hébreux.
A Srinagar, en Inde, chaque année, des clercs barbus exhibent pendant quelques instant un poil de barbe de Muhammad, déclenchant aussitôt l’hystérie et la transe de la foule. Mais comme il ne faut pas abuser des bonnes choses, le sombre objet du délire est immédiatement dissimulé. Un autre exemplaire est exposé au palais de Topkapi, dans une sorte de bulle de verre, déclenchant tout autant les pamoisons des pèlerins et les quolibets des touristes occidentaux, que chacun imaginera aisément.
[….]
Exemple :

(Tabari, Histoire des prophètes et des rois III 337-8).

On demandait à Ali des détails sur l’extérieur du prophète. Alî dit :

– Il était de taille moyenne, ni très grand, ni très petit. Son teint était d’un blanc rosé : ses yeux étaient noirs : ses cheveux, épais, brillants et beaux. Sa barbe, qui entourait tout son visage, était bien fournie. Les cheveux de sa tête étaient longs et lui allaient jusqu’aux épaules : ils étaient noirs. Son cou était blanc. Il avait depuis la poitrine jusqu’au nombril une ligne noire de poils si mince, qu’on aurait dit qu’elle avait été tracée avec un kalam. Il n’y avait point d’autres poils sur la partie inférieure de son corps. Sa tête était ronde, ni petite ni grande. Il avait les plantes des pieds et des mains bien proportionnées, ni trop fortes ni trop faibles. Son dos était charnu et robuste. Entre les deux épaules, il avait une excroissance de la grandeur d’un dirham, entourée de poils, non clairsemés, mais touffus. Sa démarche était si énergique, qu’on aurait dit qu’il détachait ses pieds de la pierre, et cependant, en même temps, si légère, qu’il semblait qu’il voltigeât de haut en bas. Mais il ne marchait pas avec fierté, comme font les princes. Il y avait dans son visage tant de douceur, qu’une fois en sa présence on ne pouvait pas lequitter : si l’on avait faim, on était rassasié en le regardant, et l’on ne songeait plus à la nourriture. Tout homme affligé oubliait son chagrin quandil était en sa présence, charmé par la douceur de son visage et de sa parole. Quiconque l’avait vu convenait n’avoir jamais trouvé, ni avant ni après lui, un homme ayant la parole aussi charmante. Son nez était droit, ses dents écartées. Tantôt il laissait tomber les cheveux de sa tête naturellement, tantôt il les portait noués ensemble en deux ou quatre boucles. A soixante-trois ans, sur tout son corps, l’âge n’avait encore fait blanchir qu’une quinzaine de cheveux et dix à vingt poils dans la barbe du menton.

L’ensemble du chapitre (sur Islam-documents.org ) est ici.

30 comments to Muhammad, « Le plus beau des hommes »

  • Léon

    Quand on invoque le Cantique des Cantiques comme « équivalent » à ce culte de la beauté de Muhammad, encore faut-il avoir un minimum de culture dans ces domaines-là.
    Wikipedia :
    la première [ interprétation]prend le texte comme allégorie de la relation d’amour qu’entretiennent le Christ et son Église (ou entre le Christ et l’âme humaine), relation qui est de nombreuses fois célébrée ou illustrée dans le Nouveau Testament, principalement dans les écrits de Paul, mais aussi dans certaines paraboles de Jésus lui-même selon les évangiles. Cependant, cette interprétation allégorique et symbolique est progressivement remise en cause à la lecture des images érotiques que contient le texte. Une critique importante, aussi, est le fait que la relation d’amour entre Jésus et son Église n’est jamais décrite d’une telle manière.
    En d’autres termes, ce n’est qu’une tentative artificielle de donner un sens religieux à un texte très embarrassant pour les chrétiens par son érotisme. En aucune manière ce texte de l’Ancien testament ne fait référence explicitement à Jesus et ne peut donc être comparé aux délires sur la beauté de Muhammad que l’on trouve détaillée dans les hadits.

    Jésus n’a jamais été décrit physiquement, dans aucun des textes fondateurs du christianisme.

  • Léon

    C’est ça les pièges du relativisme culturel : on croit que tout est pareil, que tout vaut tout…

  • D. Furtif

    Le cantique des cantiques a toujours été l’occasion de joyeuses empoignades.
    Il n’est en aucun cas une création Juive mais bien plutôt une compilations de poèmes de cour issus des petits royaume syriens soumis par l’empire Perse.Leur origine peut sans trop tordre les faits être recherchée aussi dans l’exode à Babylone.
    D’une très grande diversité c’est vers l’époque d’Alexandre qu’il fut compilé et intégré ( après quelles batailles !!! ) à la grande compilation de l’Ancien Testament.
    .
    Nous en serions restés là si les chrétiens dans leur tentative forcenée de faire de l’Ancien , l’annonce, le Prélude, la prophétie du Nouveau n’avait été contraints de prendre tout, le bébé et l’eau, pour donner ( et conserver) des racines Hébraïques à ce qui avait trop de couleurs hellénistiques .
    .
    L’islamisme n’a que poursuivi ensuite le même mouvement avec , on le reconnaitra sans peine, une plus forte coloration hébraïque.
    Aux mêmes difficultés , les mêmes contorsions dans les solutions.
    Le cantiques des cantiques annonce Jésus pour les chrétiens
    Il annonce Muhamad pour les islamistes.
    Il annonce John Smith pour les Mormons
    et Moon pour les Moonistes
    Faudra que je me renseigne pour Raël

    • Léon

      Furtif, en réalité les chrétiens sont bien emmm… avec le Cantique des Cantiques et au mieux, y voient-ils une « allégorie », un texte symbolique. Ce Cantique fait partie d’un certain nombre de boulets hérités de l’Ancien Testament dont ils aimeraient bien se passer, au fond.

  • Léon

    Mais, voir dans les descriptions de l’homme du Cantique des Cantiques un portrait de Jésus est tout de même la plus grande blague que j’ai entendue depuis quelques décennies…
    Quant au culte des reliques, je n’avais pas vu que c’était le sujet de l’article

  • Léon

    Oh que oui, Lapa !

  • Léon

    Mais on n’a pas encore trouvé de qualification pour des argumentaires du genre : « Un article sur le caviar est une lecture du monde à travers le seul prisme de l’esturgeon ».

    • COLRE

      Comment le désir maladif de contradiction peut amener des personnes sensément intelligentes et cultivées à débiter de pareilles sornettes…?!
      Ça fait me dépasse…

      En fait, il y a des sujets tabous dont on n’a pas le droit de parler… On se demande bien pourquoi ! sans doute que ça dérange les rons-rons et les pré-carrés de la « pensée »… ça bouscule les dénis savamment protégés sous des chapes de non-dits, d’interdits, de menaces, de mensonges…

  • Léon

    C’est que l’esturgeon, pour l’instant, n’est pas un sujet tabou…

  • COLRE

    A propos des tactiques de propagande rhétorique, on est loin d’avoir fait le tour !
    Mais pour instaurer l’omerta sur un sujet déplaisant, comme l’islamisme et la sharia qu’aiment tant les comparses quantiques, il y a la tactique du « miroir déformant » de Lapa, mais il y a aussi le « ce n’est pas un sujet important ».
    Je connais bien dans les attaques antiféministes : il y a toujours mieux à faire ailleurs, il y a toujours plus important…

    Empêcher un sujet gênant d’être traité est la base de la propagande qui par ailleurs suscite les « vrais » sujets qu’il faut traiter…

  • Léon

    Colre, je pense de plus en plus que chez certains, il y a des intérêts personnels à systématiquement défendre et l’islam et les musulmans quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils pensent, quelles que soient la qualité ou même la justesse des attaques et des critiques dont ils peuvent faire l’objet. A un certain niveau de déni de réalité cela interroge.

    • COLRE

      Cela me paraît évident… C’était déjà l’évidence sur AV avec momo en fleuron de l’athéisme islamiste… On avait donné sur le site des dizaines d’exemples de ses contradictions, mensonges et propagande…
      C’est évidemment pareil sur TLMB avec Gazi le bienheureux qui a toujours défendu bec et ongles sa chère sharia et la doxa islamiste.

      Encartés ou endoctrinés, je ne saurais dire… mais peu importe, le résultat est le même, et toute la cilique bienpensante des incultes, des crétins et des idiots utiles forment une belle caisse de résonance à toute cette idéologie antidémocratique et anti-républicaine.

      Ou des sousmarins frontistes ? faut dire qu’ils déroulent le tapis rouge à MLP…
      Au minimum les idiots utiles de l’extrême-droite.

      • Léon

        Le cas de Gazi Borat est effectivement intéressant: aussi loin que puissent remonter mes souvenirs, il a toujours défendu l’islam et les musulmans; en toutes circonstances et à peu près avec toutes les sortes d’arguments, des plus sensés aux plus mauvais et aux plus malhonnêtes. Comme par exemple ici : un type écrit un texte qui se moque de l’adoration que montrent les musulmans au physique de Muhammad. On peut en penser ce qu’on veut, que ce n’est pas gentil de se moquer comme ça des croyances religieuses ou je ne sais pas quoi encore, un argument de fond sur la respectabilité du sacré. ET qu’avons-nous ?
        Il n’y a qu’à lire :
        « On y lit les obsessions habituelles.. et une lecture du monde à travers l’unique prisme de la religion.. (Choc des Civilisations, quand tu nous tiens !). »
        Ou encore : « On se gausse de métaphores courantes en des temps anciens, qu’une traduction littérale rend plus fantasmagoriques encore ! »
        ( Le coup de la traduction, les musulmans le font systématiquement lorsqu’ils sont embarrassés par leurs textes )

        • snoopy86

          Vous avez oublié sa grande spécialité : le point Godwin

          C’est toujours la critique des muzz pae son parfum nauséabond n’est pas sans rappeler les HLPSDNH

        • COLRE

          Léon, c’est le jésuitisme islamiste à la Ramadan… tout cela dans une phraséologie policée mais totalement décalée et de mauvaise foi.

          En quoi cet article-ci est-il « une lecture du monde » ?? et « à travers l’unique prisme de la religion »…?? en rien, bien sûr, c’est n’importe quoi…

          C’est tellement n’importe quoi que l’on voit bien que le but n’est ni de dialoguer ni même d’avoir raison, mais de balancer des expressions ou des éléments lexicaux qui semblent avoir une signification mais en fait n’en ont aucune, juste pour que l’adversaire ait tort et soit discrédité.
          Le fond du discours est creux mais fonctionne pour sembler plein de sagesse (orientale, bien sûr…). C’est un simple halo émotionnel.

          Ce qu’il cherche à distiller (à l’instar de ses comparses un peu plus grossiers que lui mais du même bain) c’est de la condescendance savamment goguenarde, du ridicule…
          C’est assez transparent, comme technique mais ça fait illusion chez ceux à qui ça en impose… 😉

  • snoopy86

    Amusant cet « échange » à distance entre d’un côté

    – une horde d’extrêmistes athées patriotes-laïcards liberticides (sic )
    – de l’autre Saint Philou de la Diversité Respectable, son bedeau Emile et un prédicateur marxo-gazeux ( il ne manque plus que la présidente de l’association diocésaine )

    Mais bien sûr que c’était le plus beau le Momo
    D’autant qu’aprés avoir été gigolo de Khadidja il a pu se faire friser chez Dessange
    Et ensuite elles y sont toutes passées… toutes les bédouinrs, toutes les fatmas, toutes les mousmés, toutes les mouquères. Faut dire que Trabadjah aime bien la bagatelle …

    Seule chose, comme beaucoup de grands pointeurs, plus il vieillissait et plus il les lui fallait jeunes, même trés jeunes 😀 Mais Gazi vous dira que dans l’Arabie heureuse Aïcha avait la puberté précoce :mrgreen:

    Le plus beau mais aussi un vieux dégueulasse 😈

  • COLRE

    Ah ! Je vous propose un bain de jouvence pour oublier ceux qui aiment tant l’islamisme des barbus et la liberté des femmes sous burqa : une magnifique ode à la liberté des femmes musulmanes dans l’Algérie de la guerre civile.
    La pièce de théâtre que je suis allée voir l’autre jour, de Rayana, qui s’appelle : À mon âge, je me cache encore pour fumer et dont je vous ai parlé.

    Une merveille… 9 femmes de toutes conditions dans un hammam, et qui parlent, de tout, de leur vie, de l’amour, du sexe, des hommes, des « barbus » (non, le mot n’est pas tabou pour elles), de la peur, des attentats, des massacres. De la terreur et de l’oppression, de leurs 8 ou 9 enfants, des mariages forcés à 9 ou 11 ans, mais elles en parlent normalement, simplement, avec humour et tendresse, et parfois révolte, des dialogues drôles, justes, ironiques, violents.

    La scène où l’une parle de sa nuit de noces, à 9 ans quand, petite fille, elle jouait en sautant sur les ressorts du lit pour s’amuser… trouvait que la semaine qu’elle venait de vivre lui permettait de jouer, de ne pas laver par terre, elle était préparée par sa famille, une belle robe, couverte de bijoux et voyait sa nouvelle vie sous le regard naïf et innocent d’une enfant.
    Avant que…
    On n’entend pas une mouche voler dans la salle, la suite est chirurgicale et atroce, et puis une pirouette, un éclat de rire libérateur quand elle raconte comment elle a fait cocu son vieux mari pendant 20 ans avec son propre frère sous ses yeux !

    Ces femmes musulmanes connaissent de très près l’horreur de la sharia, la discrimination, l’impossibilité de faire des études, d’aller à l’école, de vivre normalement. Elles racontent l’injustice de leur vie par rapport à leurs frères tout-puissant (jusqu’à les assassiner quand ils reviennent « barbus » de France parce qu’elles ont « déshonnoré » la famille en flirtant)…
    Et elles ne sont pas « islamophobes » ! elles ne sont pas « racistes » !

    J’ai personnellement un mépris absolu pour les défenseurs imbéciles de ces oppresseurs-là… et quand ils se déclarent « de gauche » (!!!!!), républicains (!!!!!), j’en ai honte. Je pense à ces femmes, arabes, musulmanes, j’en connais personnellement, qui se battent contre l’adversité et l’horreur de leur situation, avec détermination, intelligence, courage.

    Ces gens qui dénient cette situation intolérable, qui l’excusent, qui détournent le regard… sont pour moi une VRAIE HONTE.

  • Léon

    J’ai entendu parler de cette pièce. Mais avant qu’elle n’arrive à Montpellier…
    Certains défenseurs des cultures patriarcales et machistes qui ont tendance à éduquer les femmes dans la soumission, ont parfois des raisons bien personnelles et très triviales de les défendre. Mais ce n’est pas vrai que de l’islam.

    • snoopy86

      Ca a du bon les préceptes religieux quand une personnalité falote a du mal à convaincre son épouse des bienfaits de la soumission 😆

  • Léon

    Question concernant une affirmation de Gazi Borat à notre propos :

    « un lieu qui se glorifie d’être signalé comme « site de référence » par des blogs identitaires »

    Qu’est-ce que c’est que cette histoire, quelqu’un est-il au courant ?

    • Lapa

      depuis quand tu perds ton temps à écouter leurs déblatérations.? Eux n’ont peut-être que ça à foutre de baver sur le contenu de ce site, tellement leur pauvreté intellectuelle leur interdit toute autre activité autonome, mais franchement, depuis quand se préoccupe-t-on de ce que pense un ramassis de revanchards? Ils ont prouvé qu’ils n’avaient rien d’intéressant et de juste à dire, leur biais est tellement évident que la seule chose qui les lie c’est la rancœur à l’encontre de Disons. Ils ne peuvent donc proposer de contenu intéressant. Hop, aux oubliettes.
      Commencer à vouloir répondre à leur bave, c’est faire croire que leur propos seraient dignes d’attention…

      • COLRE

        Pas mieux, Lapa… c’est ça, un « ramassis de revanchards » 🙂
        Ils ont vraiment un amour-propre blessé à mort et disent absolument n’importe quoi et son contraire (c’est la mode Sarko !).
        Ils devraient prendre un peu de repos et aller regarder ailleurs si on y est…

  • Causette

    Dans la bibliothèque j’ai oublié de signaler le bouquin de Aldous Huxley, Les diables de Loudun. Une analyse méticuleuse de cette histoire de possessions de bonnes soeurs. Je le recommande vivement.
    Et on sait dans quels délires les religieux de tous poils aidés de ceux qui sont au pouvoir peuvent entraîner les populations.

    • D. Furtif

      J’ai été un peu prof d’histoire à Loudun, ou plutôt j’ai fait le prof d’histoire , ce que je ne suis pas. Quelques semaines.

  • D. Furtif

    Je suis allé faire un tour à la Mosquée d’à coté il ont adopté un nouveau jeu