Retour sur le sondage concernant le vote des catholiques

Lectures :2728

Entre les deux tours sont parus les résultats d’un sondage IFOP comme quoi les catholiques pratiquants avaient voté à 45% pour Nicolas Sarkozy (26,4% en échantillon global). Ce même résultat donnait également que ceux-ci votaient à 15% pour Marine Le Pen (18,5% en échantillon global). On en déduisait donc que le catholique pratiquant était à droite sans soutenir outre mesure l’extrême droite.

j’ai décidé de m’intéresser à ce sondage et de vous faire profiter de quelques éléments approfondis.

1- la méthode

Échantillon de 5 307 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, inscrites sur les listes électorales, au sein duquel ont été isolées les réponses de 3007 personnes se déclarant catholiques.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Je rappelle donc que la méthode des quotas fait référence à une population mère dont on connaît les caractéristiques et dont on reproduit un échantillon plus réduit au sein duquel on va interroger les personnes.

Sur la population de catholiques ont été répertoriés comme pratiquants ceux qui allaient à la messe au moins une fois par mois.

Les interviews ont été réalisés par des questionnaires en ligne auto administrés (CAWI).

2- l’incertitude

Ce tableau est nécessaire à la lecture d’un sondage, il n’est pourtant que rarement fourni par les médias. Il s’agit simplement, pour un intervalle de confiance à 95%, de la marge d’erreur en fonction de deux données:

  • a- le résultat
  • b- la taille de l’échantillon

ainsi, pour une enquête portant sur 4000 personnes, un résultat de 20% aura une marge d’incertitude de 1,3. Ce qui veut dire qu’on a 95% de chance que le résultat soit compris entre 18,7% et 21,3%.
Pour un échantillon de 1000 personnes on a, toujours pour 20%, un intervalle de 2,5 soit un résultat compris entre 17,5% et 22,5%. Bien évidemment, plus on s’éloigne de la valeur centrale, plus la probabilité que le résultat s’y trouve est faible.

Hebergeur d'image
Concernant notre échantillon de 3007 personnes, il faut faire une interpolation entre 2000 et 4000, en supposant que la régression soit linéaire entre ces deux points (ce qui en soi est faux et apporte donc une autre erreur), on prendra les chiffres suivants:

Hebergeur d'image

3- les résultats

Les résultats ont été donnés dans les tableaux reprenant en colonne l’ensemble des catholiques, les catholiques pratiquants, les catholiques non pratiquants, les sans religion et en ligne les candidats. De plus, un focus a été effectué pour la population de moins de 35 ans et de plus de 65 ans. De même que pour trois grande régions: IDF, EST ou OUEST.

3-1 au global

Pour les catholiques pratiquants, la répartition des suffrages sur les candidats est identique à celle de la population générale pour les petits, par contre:

N.Sarkozy est surcoté avec 45% au lieu de 27%

F.Hollande est sous coté avec 17% au lieu de 29%

F.Bayrou est surcoté avec 13% au lieu de 9%

JL.Mélenchon est sous côté avec 5% au lieu de 11%

M.Le Pen est sous cotée avec 15% au lieu de 18,5%

Pour les catholiques non pratiquants les écarts sont bien moindre avec la population générale.

N.Sarkozy est moins surcoté avec 32%

F.Hollande est moins sous coté avec 26%

JL.Mélenchon est moins sous coté avec 8%

F.Bayrou arrive à sa moyenne nationale

M.Le Pen devient légèrement surcotée à 20%

3-2 et par âge?

La première chose qui vient à l’esprit est que les catholiques pratiquants sont particulièrement âgés, ce qui explique leur choix vers N.Sarkozy, somme toute comparable à la population générale du même âge.

Pour les plus de 65 ans, les pratiquants mettent NS à 53% soit 12 points de plus que le score sur l’ensemble de la population de cette tranche d’âge. Ils mettent M.Le Pen à 7%, soit 2% de moins. F.Hollande est pareillement sous côté, F.Bayrou, surcoté.

Pour les moins de 35 ans, c’est très intéressant et peu mis en avant:

les catholiques pratiquants surcotent largement M.Le Pen. Ainsi ils la placent à 27% (20% sur la population générale de cette tranche d’âge) . JL.Mélenchon ne sous côte plus, F.Bayrou ne surcote plus non plus.

Ainsi, si les catholiques pratiquants sous cotent légèrement les extrêmes, ce n’est plus le cas des jeunes où M.Le Pen est fortement surcotée.

3-3 et le deuxième tour?

Un autre sondage effectué de la même manière par le même organisme annonce une surcote de N.Sarkozy:

Hebergeur d'image
Impossible là par contre de nous dire ce qu’ils entendent par pratiquant régulier ou non.

4- critiques

Elles peuvent être nombreuses.

D’abord il est aisé de s’apercevoir que ce sondage n’est pas représentatif des orientations politiques des catholiques puisqu’il n’existe aucune population type stratifiée et recensée permettant de représenter l’ensemble des catholiques. Ce n’est pas parce qu’on extrait, d’un échantillon représentatif de la population française, les personnes catholiques que ce nouvel échantillon est représentatif de la population catholique (ou alors à supposer que la répartition des catholiques est absolument identiques à celle de la population française dans les strates suivantes: sexe, profession, habitat…).

Ainsi donc déclarer que 45% des catholiques pratiquants ont voté N.Sarkozy est une formulation erronée.

Ensuite il apparaît curieux que les colonnes ne comportent que la mention catholique (pratiquant ou non) et sans religion. C’est à dire que les 2300 autres personnes du premier échantillon sont considérées comme sans religion, ou y-a-t-il eu encore un tri avec des personnes se déclarant « sans religion »?  Peut être une simple erreur de formulation mais là encore, on ne sait pas.

De même, la population des catholiques pratiquants n’est pas donnée, il est donc impossible de connaître les marges d’erreur.

Enfin qu’en est-il des facteurs de correction? Ont-ils été enlevés, puisque le formulaire en ligne permet plus de sincérité? Ont-ils été appliqués? Pour quels candidats? Mystère et boule de gomme.

5- allons un peu plus loin

En terme de communication tout d’abord, ce qui filtre semble donc être que N.Sarkozy a un large soutien des catholiques, principalement des pratiquants.  Ce qui est intéressant est de comparer ces scores à ceux de 2007 face à S.Royal.

Ils sont disponibles ici.

On s’aperçoit que N.Sarkozy a fait -7 points chez les catholiques par rapport à 2007, que F.Hollande a fait +7 points par rapport à S.Royal. Soit des tendances supérieures à la moyenne nationale (-5/+5).  Les catholiques semblent donc, plus que la population générale, avoir tenu rigueur du quinquennat passé.

Autre chose à calculer: dans le premier sondage sur un échantillon de 5307 personne, 3007 se déclarent catholiques soit 56%. Dans le sondage du deuxième tour, on a 2007 pour 3449 personnes soit 58%.

Encore un calcul possible connaissant les chiffres pour les catholiques pratiquants, non pratiquants et l’ensemble des catholiques, il nous est possible de quantifier le nombre de catholiques pratiquants dans l’échantillon.

Par exemple en prenant le score de N.Sarkozy:   a*45+b*32=33   et a+b=1

ce qui donne b=0,92 et a=0,08 on aurait donc une pratique catholique à 8%. On va essayer avec le score de F.Hollande: on obtiendrait 25,3 ( 17*0,08+26*0,92) au lieu de 24,5.  Ça tient à peu près, il est évident qu’il y a des arrondis.

8% sur 3007 ça fait un échantillon de 240 personnes et donc, en revenant au premier chapitre, des marges erreurs assez grandes!

Il est certain que le vote catholique marque une tendance vers la droite conservatrice avec une variation régionale intéressante liés aux bassins d’emploi (voir la répartition par région dans le lien donné à la fin de l’article).

Ce qui m’interpelle, c’est que le vote Front national n’est pas un vote de vieux qui ont peur du monde tel qu’il arrive ou qu’ils fantasment. Non,  cela semble être une vote de jeunes, qui revendiquent leur différence face au monde tel qu’il est et tel qu’ils le vivent.

————–

lien pour télécharger l’étude sur le premier tour.

Notifier de
Papy
Papy

Bonjour Lapa,

Je ne suis pas plus étonné que ça du vote des catholiques pratiquant pour Nicolas Sarkozy plutôt que pour François Hollande au second tour. Les mesures sociétales de Flamby comme l’euthanasie ou bien les mesures concernant les universités catholiques sont rejetées par les pratiquants catholiques. Leur vote va donc naturellement vers le candidat opposé

En ce qui concerne le vote FN, je pense qu’il s’agit d’un rejet et de FH et de NS pour les mêmes questions (FH pour ses mesures et NS pour ses « faux semblants »), et qu’ils pensent que MLP, en garantissant une France traditionnelle(!) va favoriser le catholicisme… Ils n’ont pas du bien lire le programme!!

Léon
Léon

Lapa, peux-tu préciser ce que ceci veut la parenthèse ici : « les catholiques pratiquants avaient voté à 45% pour Nicolas Sarkozy (26,4% en échantillon global) ». ?

Léon
Léon

Je crois que j’ai compris (après avoir pris mon aspirine ) 😆

C’est très intéressant au final. Mais quand on pense au travail que ce la représente d’aller fouiller les sondages au-delà des résultats que les médias en donnent…

Peut être cette conclusion est-elle un peu hasardeuse, non ? [ Le vote MLP] semble être une vote de jeunes, qui revendiquent leur différence face au monde tel qu’il est et tel qu’ils le vivent. 😉 😆

snoopy86
D. Furtif
D. Furtif

Ouachte de vain dieu.
On est bien d’accord il va falloir relire ça avec un papier et un crayon.
Je vois que toute cette recherche nous montre en passant que le nombre réel de catholiques pratiquants est une donnée « secret défense ».
Toute affirmation sur le partage d’un ensemble dont on ne nous dit rien reste de l’intox rien que de l’intox.

snoopy86
snoopy86

Les Français se déclarant catholiques sont passés de 87 % de la population en 1972 à 64 % en 2009 (soit 41,5 millions) et les pratiquants de 20 % à 4,5 % dans le même temps[1]. Pendant le même laps de temps, les autres confessions et religions voient leur représentation légèrement augmenter au sein de la population française (confession musulmane en particulier), ainsi qu’augmente rapidement le nombre de gens se déclarant sans religion, passant de 21 % à 28 % entre 1987 et 2009[1].

Sondage IFOP 2009 cité par Wikipédia

Causette
Causette

Bonsoir

Bref comme dit Furtif on ne connaît pas le nombre de pratiquants. En plus je trouve un peu suspect de faire ce genre de sondage.

Il y a des élections un peu partout.
En Algérie les Verts arrivent en 3e place. Sont pas contents… Les islamistes algériens ont aussitôt dénoncé « une grande manipulation » des élections législatives, estimant que les résultats officiels du scrutin pourraient exposer la population « à des dangers » dont ils refusent d’assumer « la responsabilité ». 🙄 des menaces à peine voilées.

Causette
Causette

Ah bin oui! j’ai compris les manoeuvres de l’Ifop. c’était pour réveiller les tradis.

Refusant une France rouge et laïciste 😯 nous défilerons à Paris bla bla… :mrgreen: pas peur du ridicule les gars! décidément les bondieuseries ça ramolli le cerveau.

Causette
Causette

Je vous recommande la page Scandaleuse provocation antichrétienne au Crazy Horse à Paris.
(extrait)
Un spectacle intitulé « Feu » et découpé en quatre tableaux dont l’un, présenté sous le nom de « La Pénitente », est un « show très ésotérique » au cours duquel une danseuse vêtue de façon à suggérer une religieuse interroge un crâne, se dénude puis enjambe un prie-dieu tandis que des croix sont projetées sur son corps dénudé.

Avec une telle pub le cabaret a dû refuser du monde 🙄 :mrgreen:

Léon
Léon

Ah, c’est aujourd’hui, la marche. Curieux de voir ça…

internet marketing
internet marketing

Si l’enquête offre le choix entre quelques solutions sur la vie après la mort, 39% des Français pensent qu’il n’y a rien après la mort, tandis que 33% supposent qu’il y a quelque chose, sans pouvoir dire quoi. 16% disent croire à l’immortalité de l’âme, 6% à la réincarnation et 4% à la résurrection du corps. Même si l’on peut supposer qu’un certain nombre de chrétiens pratiquants auront choisi l’option « immortalité de l’âme » faute de connaissances théologiques, le très faible pourcentage de croyance à la résurrection des corps manifeste quand même un hiatus entre les doctrines chrétiennes et les croyances réelles:12% seulement des catholiques pratiquants réguliers croient ainsi à la résurrection des corps, alors qu’ils l’affirment pourtant chaque fois qu’ils récitent le Credo.

D. Furtif
D. Furtif

Bonsoir .
Bienvenue
Désolé pour votre lien , nous n’en acceptons pas sur nos fils

« …12% seulement des catholiques pratiquants réguliers croient ainsi à la résurrection des corps, alors qu’ils l’affirment pourtant chaque fois qu’ils récitent le Credo… »

Vos chiffres sont très intéressants.
Si vous nous donniez vos sources ce serait encore mieux
Merci
.
En passant nous pouvons rappeler que d’aucuns prétendent que chez les Islamiens ils existeraient des modérés sans jamais nous dire quels éléments du dogme ces prétendus modérés refuseraient de professer.
Les catholiques eux offrent pourtant sans gêne le spectacle d’un éventail très divers et très contradictoire .
Ahhh ces chiens d’infidèles! 😈