Pauvre Henan

Lectures :2483

.

La Chine , son histoire , son évolution , ses crises , ses réussites, ses échecs inouïs m’ont toujours mis dans un état proche de la prostration. Trop de problèmes à étudier, trop d’envie de connaitre  mais trop d’ignorance.Une seule solution : éviter ces putains d’idées générales, prendre le Dragon Géant par les cornes et l’entamer patiemment mais résolument par petits bouts.

Une seule méthode pour en sortir :bâtir un semblant de savoir brique à brique en renonçant à l’espoir de le voir jamais fini. Quitte à défaire et refaire

Il y a 5 ans je suis entré en Chine par son ancienne Marine. Maboul en a effacé les traces .Normal.

J’avais bien entendu parler de famine mais …??? Par ailleurs, une vague réminiscence de contamination m’avait conduit au Henan, en un temps où je ne savais même pas «  Oùsseke ça pouvait bien être le Henan » ?

On comprendra j’espère qu’il ne faut surtout pas attendre à rencontrer dans cette ébauche une quelconque prétention à l’exhaustivité, ni sur la Chine ni sur Henan . Je n’ai rien d’un journaliste citoyen.

La famine

Commencée au début du XXè siècle avec l’avènement de la République, la Révolution prolétarienne victorieuse en 1949 devait changer le Monde. Au Henan à peine dix ans plus tard on retrouvait les « fondamentaux » chinois

En allant de l’Océan vers le Shaanxi, vous connaissez Xian son armée enterrée, le départ de la route de la soie vers plus loin encore l’Occident lointain, on rencontre auparavant le Henan , sur les rives du Fleuve Jaune, le berceau de la civilisation chinoise et de l’implantation de l’ethnie Han. Plusieurs capitales y trouvèrent leur site, pendant que la société suivait le cours classique et universel de la concentration du pouvoir scandée par les dissensions, les révoltes et les renversements. On rencontre ici comme partout la construction d’entités rivales qui s’affrontent puis laissent la place à des entités plus importantes qui conduisent à une unification, …puis perte de contrôle par le pouvoir central, féodalisme et retour au point de départ . La succession des dynasties égyptienne demeure bien plus simple même à la basse époque. Pendant ce temps la modification des moyens techniques en agriculture et en métallurgie, l’accumulation des savoirs, modifient les données  tout en fournissant à la force militaire des moyens démultipliés.

Depuis toujours la fertilité du sol du Henan fut la source de la prospérité mais elle restait sans effet contre les ravages des catastrophes naturelles ou, pire encore, les gabegies et destructions gigantesques causées par les sociétés humaines. Cette fertilité vient du loess cette couche couvrant le sol parfois sur des dizaines de mètres, issue des poussières des immenses moraines laissées par les glaciations du quaternaire et portées par les vents de la Sibérie jusqu’aux rives du Fleuve jaune.

La province fut le cadre, une fois le nouveau régime mis en place , d’une politique économique et sociale appelée, pour impressionner le parti et les gazettes mondiales : le Grand Bond en Avant.Issue de la dictature bureaucratique elle en avait tous les caractères, ignorance des conditions réelles au profit des fausses observations d’une réalité portées en avant par toute une hiérarchie de complaisances et travesties pour complaire aux puissances rivales du parti communiste Chinois. Loin d’être monolithique le Parti est alors ( déjà) ravagé par des dissensions internes , les cliques et les clans sont alors en conflit ouvert pour savoir qui allait pouvoir conserver ou prendre la direction . Déjà Mao est en guerre contre ses rivaux quand il leur impose une recette tout droit issue de l’Holodomor. *** Bien sûr , à la base il n’est pas question de discuter ce grand plan ni les décisions du planificateur omniscient .

Si des grains de sable venaient à faire obstacle , une justice expéditive  résoudrait les problèmes posés par les plus que malveillants ennemis du Peuple qui pourraient contester le bien fondé des ambitions du Grand Timonier . Son omniscience balaiera sans peine ceux qui voudraient entraver  la réalisation d’une société idéale répondant aux besoins des multitudes de ce pays.

L’ancien régime avait été pendant des millénaires marqué par des bains de sang et des famines.

Dix ans suffiront pour les faire renaître.

Quel était le plan ?

Dix ans après la Révolution, Mao remis en cause par des éléments de plus en plus nombreux de la direction du parti , pressé de conforter son pouvoir, il entreprend de moderniser la Chine et pour ce faire de la doter d’une industrie lourde . C’est le passage obligé gravé dans la vulgate stalinienne de l’économie, une dénaturation complète de la planification réelle, qui elle réclame et impose la démocratie interne jusqu’aux plus bas échelons . Les choses étant bien plus rétives que les êtres aux pressions de toutes sortes, il importe que la liberté de parole soit une institution permanente et protégée par la loi. Pour faire simple on n’enferme pas les thermomètres pour lutter contre la canicule.  Il faut veiller à ce que cette liberté de parole , donc d’information, soit le fondement de toute chose. C’est une philosophie politique est pour tout dire assez peu entretenue par la matrice stalinienne du Parti Chinois. La moindre anicroche, le moindre contretemps, le moindre dosage imprévue entre sécheresse et pluie se transforment en catastrophe quand , là haut à la tête de l’Etat , on prétend conduire et imposer ses vues aux hommes mais aussi aux éléments, à l’orage , à la grêle aux sauterelles … Du ratage complet on arriva bien vite à une catastrophe incommensurable. Holomodor et Grand Bond en avant issus des mêmes cerveaux eurent le même destin et  les mêmes victimes : Le Peuple.

La farce eut recours aux mêmes grimaces quand il fallut trouver des coupables.

La Chine aurait dû , pour accomplir les vastes projets du Grand Timonier , répartir la richesse intérieure en la prenant là où elle se trouve : les campagnes et en la distribuant au secteur qui en manque : l’industrie.Il était impératif d’intégrer harmonieusement science, technologie et conduite des hommes. On eut de l’idéologie , des coups fourrés et de la dictature.

Oui mais

Les relations internationales connaissent bien peu la philanthropie en général et le désintéressement fraternel en particulier L’économie réelle au milieu du XXè siècle ressemble à ce qu’elle a toujours été , même avec les pays en voie de développement . Rien à voir avec une fraternité bienveillante. Ainsi même les prétendus amis et frères veillent à ce que les factures soient strictement acquittées . L’équipement industriel de la Chine passe par des achats énormes en machines sur la marché mondial qui ne peuvent être payés que par les devises encaissées par la vente de ce que la Chine a à offrir.

La brutalité bureaucratique avait besoin de brûler les étapes et de produire des résultats, même faux, tant le vrai combat pour les dirigeants était non pas seulement contre les éléments matériels mais aussi et surtout contre des échéances politiques internes où leur survie était en jeu.

Sur le marché interne les réquisitions et une politique de bas prix systématique font chuter la production. D’une situation tendue proche de la rupture  on passe à une situation de manque généralisé . Les marchés locaux sont désertés, il n’y a plus de grains en surplus à échanger . Même les producteurs de nourriture en manquent. De plus pour équilibrer les comptes il faut absolument continuer à exporter des denrées agricoles , seuls produits que la Chine peut offrir sur le marché mondial. On l’aura compris , les réquisitions continuent avec leur cortège de violences policières et de condamnation aux camps de travail.

Les résultats

Cette politique eut des résultats à sa mesure.

La Chine renoua avec une tradition millénaire. Les conditions naturelles cette fois-là n’étaient pas en cause mais bien encore les dirigeants et leur quête du pouvoir au prix de la mort de millions d’hommes.

Dès 1958 l’information se répand la Famine est revenue.

J’invite à la consultation de Wikipédia ceux qui douteraient de la véracité de ce qui va suivre.

Si on se penche sur les chiffres on en ressort avec près de 2 millions de morts aggravés par un déficit de plus de 2 millions de naissances en moins. L’hypothèse d’un total de 5 millions de victimes pour le Henan et de 45 millions pour toute la Chine est toujours contestée par l’histoire officielle. Ce que les dirigeants actuels ne peuvent pas masquer c’est le souvenir des témoins toujours vivants. L’horreur de la Famine fut accompagnée par une horreur plus grande encore : le cannibalisme.

On pourrait dire que c’est assez de souffrance, des familles entières, des villages entiers rayés de la carte. Le Délire paranoïaque de quelques uns exigea plus.

Des voix sélevèrent pour dire l’échec de la ligne politique maoïste ; le Grand Timonier et sa clique réagirent sauvagement.

L’acquisition des devises étrangères est un impératif

  • «  Distribuer les ressources de façon égalitaire ne fera que ruiner le Grand Bond en avant. Quand il n’y a pas assez de nourriture, des gens meurent de faim. Il vaut mieux laisser mourir la moitié de la population, afin que l’autre moitié puisse manger suffisamment.  » Mao Zedong.

Liu Shaoqui fut un des rares à tenir tête à Mao, celui-ci lui fit payer 5 ans plus tard au cours de la Révolution culturelle.

Je me rappelle encore les crétins de Mao Spontex tenants des procès fictifs de Liu Shaoqui dans ma fac.

.

Il restait à Mao , toujours dans le même objectif de régner sans partage sur le Parti et de là sur la Chine tout entière ( voire les documents filmés de sa prétendue descente du Yang Tsé et ses performances proches des records de la natation Olympique, son hagiographie officielle le rend proche des pharaons du Nouvel Empire),…

Il lui restait donc à lancer la Révolution culturelle. Dire et faire tout et n’importe quoi pour déstabiliser les uns et faire chuter les autres , aucune destruction aucune injustice ne fit reculer Mao, les plus prudents comme Zhou EnLai attendirent , certains y laissèrent leur peau. C’est quand les Gardes Rouges se mêlèrent de batifoler dans l’Armée que l’Etat Major siffla la fin de la partie.

Mao fut peu à peu repoussé en marge.

.

Il ne faudrait pas croire que nous avions eu un affrontement entre les bons et les mauvais entre les purs et les corrompus. Rien de tout ça. Ce fut une guerre sans merci entre privilégiés et accapareurs, une clique contre toutes les autres. Celles qui survécurent se mirent aux affaires sans trop se gêner.

Nous le savons tous , la Chine grande puissance économique est aux mains de ceux qui se partagent le pouvoir et ses prébendes. Très régulièrement nous apprenons que l’un ou l’autre des grands dirigeants régionaux est tombé dans une sombre histoire de corruption.

Le SIDA

.

Survivants du Grand Bond en Avant et de la Grande Révolution Culturelle les pauvres paysans du Henan n’étaient pas encore protégés contre la cupidité de leur dirigeants-bureaucrates-tyrans cooptés.Les trafics de toute sorte sont entre leurs mains.

Le sang des hommes fut pour certains l’or du Klondike.Nous étions dans les années 90.

On décida que les dons de sang seraient rémunérés. Toujours plus avides,  les responsables locaux durent trouver une meilleure rentabilité que la simple revente du produit ne garantissait pas. Alors on tira comme toujours sur la maintenance. Suppression des batteries d’analyses trop coûteuses, simplifications des procédures et des examens, réemploi des seringues pour les donneurs et contamination par transfusion sans contrôle.

Comme nous sommes en Chine les personnes courageuses qui révélèrent la vérité furent arrêtées et condamnées. Encore une fois , il est permis aux corrompus de s’éliminer entre eux, mais il n’est pas question que les victimes se plaignent, s’organisent et réclament justice.

La Police veille à ce que rien de dépasse et rien ne se répande, les arrestations et les camps de travail sont là pour convaincre les récalcitrants.

Il n’empêche que près de 23 provinces sur 30 sont touchées par les conséquences de ces pratiques.

On n’en avise pas trop les touristes qui chaque année se ruent en Chine.

Il nous faudra nous pencher sur le rôle joué dans l’économie chinoise par les camps de travail comme il nous faudra consacrer quelques lignes aux trusts occidentaux qui ne reculent pas devant l’emploi de ces travailleurs pour pas cher..

.

Mais le miracle Chinois n’est -il pas à ce prix ?

.

======================

*** Il n’est pas interdit à Léon de republier son article sur l’Holodomor


5 comments to Pauvre Henan

  • ranta

    Oulà ! Furtif, tu nous emmènes encore dans un de ces trucs 😆

  • D. Furtif

    Une info sur le Trust L’Oréal

    Il va falloir vérifier si les lois du profit pour L’Oréal ne sont pas les mêmes que pour Rebecca hair products, inc
    .
    C’est marrant mais……..je n’ai jamais vu l’info citoyenne soulever ce lézard là

    • Cosette

      Ouaip quand on connaît l’histoire de « loréal », plus rien ne devrait nous étonner. Ont un réseau de distributeurs américains, là pour des entreprises comme l’oréal pas de demande américaine, ou autres, de faire la lumière sur son passé collaborationniste comme pour la Sncf qui voulait participer à la construction du tgv californien? Quelle hypocrisie vindieux!

      Mais revenons à nos Chinois.
      Je n’avais jamais entendu parler de ce mouvement
      le Falun Dafa.

      Sont gonflées! dans les motifs de la répression on peut lire:
      accuse également le Falun Gong d’avoir une organisation secrète et d’avoir gagné illégalement beaucoup d’argent et de ne pas avoir déclaré la plupart de ses gains aux impôts. Quand on pense au degré de corruption des élites chinoises y’a de quoi rigoler. Franchement c’est pas crédible.

      En 2009, il y avait 430 000 entreprises étrangères en Chine (moins de 20 000 en France).
      En 2013, pour 70% des chefs d’entreprises étrangers qui opèrent en Chine demandent plus de transparence mais de toutes façons prévoient quand même d’y augmenter leurs investissements dans les 5 prochaines années.
      Transparence! la bonne blague, ça fait combien d’années qu’ils sont dans ce pays?

      Fiche! que les Chinois obtiennent la liberté de créer des syndicats de salariés et demandent l’obligation un salaire minimum, la sécurité sociale, les heures sup payées, plus d’hygiène et de sécurité + des congés payés…
      la Chine reste la première destination des investissements étrangers, tu m’étonnes.

      Je connais quelques Chinois et Coréens dans mon coin, ils ont l’air plutôt heureux en France. Ils sont « timides » mais il ne faut pas hésiter à engager la conversation, ils ont un humour particulier. Il y en avait un qui accueillait les gens dans son restaurant en disant « steak-frites-chinois monsieur madame, très bon, installez-vous », ou « Cassoulet-chinois…etc… » avec l’accent ça fait rire tout le monde.

      • D. Furtif

        Bonsoir Cosette
        C’était l’ambition de mon article sur les dockers de Hong Kong que de poser les problèmes , longtemps tenus sous le boisseau, et désormais d’actualité de la lutte des salariés chinois pour des conditions décentes d’existence….
        La Chine ne concentre pas que les problèmes économiques de notre période mais aussi les problèmes politiques.
        .
        Ça craint pour nos libéraux aux dents longues tout comme pour nos quantiques à la vue basse.
        ….
        J’ai fermé ce soir la grille à connards.
        Il faut dire que j’ai un pique assiette à la maison.