Retour sur la proposition d’étiquetage de la viande d’animaux abattus sans étourdissement préalable.

Lectures :2378

Sylvie Goy-Chavent

A l’origine, il y a une commission du Sénat chargée de réfléchir à l’ensemble de la filière viande, à la suite de cette histoire de lasagnes au bœuf qui se sont trouvés être fourrées à la viande de cheval. Au cours de l’ensemble de ces travaux, la sénatrice de l’Ain, Sylvie Goy-Chavent, (UDI) , rapporteuse de la commission a proposé, parmi bien d’autres dispositions concernant la traçabilité et la transparence, que les viandes comportent à l’avenir une mention relative à leur mode d’abattage, avec ou sans étourdissement préalable.

Que n’avait-elle fait là ? On a assisté à une réaction très violente, surréaliste, même pour tout dire, de la part de certains membres de la communauté juive, accusant la sénatrice, devinez de quoi ? Mais d’antisémitisme, bien sûr. Une série de textes délirants est parue dans JSS News dont voici un florilège ( on n’ose imaginer ce qui se passerait en cas de débat sur une éventuelle interdiction de la circoncision rituelle…).
Ici
Ici
Ici

Et je ne vous dis pas les commentaires…

Extraits choisis :
« Moi je propose que l’on égorge Sylvie Goy-Chavent pour voir combien de temps elle va rester consciente… », « que la pétasse Sylvie Goy-Chavent, une blonde (pas de sa faute) sache qu’il existe un point au niveau de la carotide où l’animal est insensible… »
Au passage on remarquera cette étrange science anatomique  juive, découvreuse d’insensibilités diverses ( cf la soi-disant insensibilité des bébés à la circoncision si elle est pratiquée le 8e jour…)

Au fond, toujours les mêmes conneries totalement hors de propos : une accumulation de points Godwin, le peuple élu sans-qui-rien-de-grand-ne-se-serai- fait-en Europe, les-pires-heures-de-notre-histoire, mais maintenant faute-de-tuer-les-juifs-on-veut-tuer-leur-identité,-ce-qui-revient-au-même, bla, bla, bla… Et, de surcroît, des menaces de représailles ( politiques, pour les plus soft d’entre elles).

Mais la violence du propos s’explique-t-elle par la seule question de l’identité communautaire des juifs ? Pas sûr. En l’espèce, elle peut se comprendre aussi par des conséquences strictement économiques ; sachant que le dire et l’expliquer est, en soi, suspect d’antisémitisme.

L’enjeu économique est le suivant :
Pour qu’une viande soit kascher, il ne suffit pas que l’animal lui-même le soit, ni même qu’il soit abattu selon le rituel. Figurez-vous, en effet que la cacherout interdit de consommer le nerf sciatique de l’animal.

La « raison » (on est prié de ne pas rire…) serait que, lors de son combat, raconté dans la bible, entre l’ange et Jacob, ce dernier se serait fait une luxation ( ?) de la hanche.  Je ne vois pas trop le rapport avec le nerf sciatique sinon que celui-ci peut être effectivement atteint à cette occasion, mais je ne suis pas médecin. Mais peu importe, c’est bien la référence à cet épisode qui est invoquée pour interdire la consommation de ce nerf.
Donc si l’on veut consommer les parties dans lesquelles ce nerf se situe, il faut l’enlever. C’est une opération un peu délicate et qui a surtout pour effet de transformer la viande en question en une espèce de charpie peu ragoutante, tant ce nerf comporte de ramifications. Alors, à la fin du XIXe siècle, les rabbins adoptèrent la règle simplificatrice suivante : toute la partie de l’animal susceptible d’être au contact du nerf sciatique (en réalité toute sa partie arrière) doit être déclarée non– kasher et donc impropre à la consommation par les juifs.
Seulement il faut comprendre l’implication de cette interdiction en termes de boucherie : toute la viande la meilleure, celle qui est considérée comme la plus noble, se trouve précisément dans cette partie arrière ! La conséquence de cette interdiction surréaliste est que les juifs pratiquants, après avoir été privés de ce trésor gastronomique qu’est la charcuterie, privés des crustacés et fruits de mer, de la lotte, de l’esturgeon, de l’anguille et de la raie sont donc également privés de ces « parties, qui s’étendent jusqu’à la huitième côte pour les bovins, et incluent les rumsteck, filet, faux filet, bavette, onglet, entrecôtes et côtes, [qui] sont les morceaux de première catégorie, les plus tendres de l’animal. Les pièces improprement appelées « entrecôtes », que l’on peut trouver sur l’étal de certaines boucheries kascher en France, sont en fait des basses côtes de la partie avant du bœuf, donc des morceaux de deuxième catégorie, beaucoup moins tendres. » (Wikipedia). Et pour le mouton, c’est pareil, pas de gigot…

Si ces parties étaient détruites, n’étaient pas revendues et réintroduites dans le circuit normal, on imagine assez bien, d’une part la perte colossale que cela entraînerait pour les abattoirs spécialisés, mais aussi les conséquences sur le prix de vente des parties licites de l’animal aux juifs pratiquants…

Elles sont donc bien pour l’instant réintroduites à l’insu du consommateur.

Or, si ces viandes provenant d’animaux égorgés selon la méthode rituelle, sans étourdissement, mais non kascher malgré tout, venaient à être identifiables par les consommateurs et si d’aventure un certain nombre d’entre eux venaient à ne plus les acheter pour quelque raison que ce soit, ce serait incontestablement une perte sèche pour ces abattoirs qui, assez logiquement, appartiennent à des juifs. ( J’ai fait de l’antisémitisme, là ?)

Pourtant, beaucoup de musulmans seraient, au contraire, assez favorables à cet étiquetage. Passée leur, heu… réticence à fréquenter tout ce qui est juif, il se trouve que, pour une fois l’islamisme a été un peu moins stupide que le judaïsme : en effet, si ce qui est kascher est halal, ce délire sur le nerf sciatique n’existe pas chez les musulmans. Ces derniers sont donc parfaitement autorisés à consommer ces parties rejetées par les juifs.
Mais au-delà de son intérêt pour ces musulmans, l’étiquetage semble tout à fait légitime : certaines personnes refusent l’égorgement sans étourdissement préalable parce qu’il est cruel, d’autres pour des raisons d’hygiène ( cette viande comportant plus de risques sanitaires, ce qui, au passage permettrait de le vérifier éventuellement…) d’autres, enfin, c’est le cas de votre serviteur, pour des raisons de principe, refusent de financer des cultes sans le savoir et d’encourager l’obscurantisme.
Bref, l’étiquetage de la viande selon son mode d’abattage semble être une mesure de bon sens et on ne voit pas ce qui pourrait lui être sérieusement opposé comme argument.

J’ai bien dit « comme argument », car le poids du lobby juif et la lâcheté ambiante des pouvoirs publics face à aux communautarismes religieux pourraient bien enterrer cette proposition, pourtant adoptée par la commission sénatoriale. ( Oui, je sais, j’aggrave mon cas, mais il y a belle lurette que je me fous d’ être traité de ceci-cela-phobe. Je suis surtout connerie-phobe et je le revendique…)

Faudra qu’un jour je réfléchisse à la servitude volontaire. Franchement, c’est le comportement humain qui m’étonne le plus…

13 comments to Retour sur la proposition d’étiquetage de la viande d’animaux abattus sans étourdissement préalable.

  • Buster

    Bonjour Léon,

    Décidément je ne comprendrai jamais ces religions et l’attachement de leurs fidèles aux croyances magiques les plus débiles, toutes sorties de la nuit des temps.
    Que ne leur faut-il pas gober (et malheureusement imposer aux autres) pour tenter de plaire à leur dieu !
    Et tout ça pour l’espoir d’un petit bout de paradis privé, interdit aux non-membres de leur club ! (et dire que ce sont les mêmes qui hurlent à la ségrégation dès qu’on critique leur croyance alors qu’ils ne rêvent que de pouvoir se retrouver entre-soi)

    Mais nous différons grandement, toi et moi : Tu es « Connerie-Phobe », je suis pour ma part « Anti-Conneriste »
    Nous n’avons vraiment pas les mêmes valeurs. 😆

  • Léon

    😆 😆 😆

  • D. Furtif

    Encore une fois ces délires de charlatans viennent nous faire iechhhh mais le plus triste est qu’il se trouve des esprits éclairés pour les justifier.

  • Léon

    Tiens, l’actualité s’invite dans ce débat. C’est sûr que le gavage des oies est autrement plus cruel que l’égorgement d’un animal conscient…

  • D. Furtif

    Mais l’origine du foie gras?????? 😯
    Girard ne nous dirait-il pas que son origine est religieuse? 😆

  • D. Furtif

    En tout cas on le retrouve à Saqqarah c’est à dire il y a plus de 4500 ans
    C’est – y pas du Patrimoine modéré et respectable ??? :mrgreen:

    …….
    Petit intermède car il y a un truc qui me chiffonne et je n’en suis pas sûr …….enfin pas assez.
    Sur Maisdisons-Hebdo il ne nous est permis que de l’imparable.

    …….
    Alors???
    Alors j’avais Bon


    Wikipédia

    .
    La tradition du foie gras s’est perpétuée après la chute de l’Empire romain en Europe centrale, dans les communautés israélites. Les Juifs utilisaient fréquemment la graisse d’oie pour la cuisson, car le beurre avec la viande et le saindoux leur étaient interdits. De plus, les huiles d’olive et de sésame étaient difficiles à obtenir en Europe centrale et de l’ouest. Les israélites répandirent l’élevage des oies, de l’Alsace jusqu’à l’Oural, et apprirent à en maîtriser le gavage, surtout dans les régions où l’on cultive le maïs (qui fut introduit au XVIIe siècle) et après le développement de l’apertisation : l’Alsace (l’invention du pâté de foie gras à Strasbourg vers 1780 par Jean-Pierre Clause, cuisinier du maréchal de Contades, est peut-être une légende, mais la recette date de cette époque) et la Hongrie3.


    Conclusion
    .
    Ces gens de la Knesset sont vraiment très cons.

  • Léon

    Rectification : il n’y a pas de taxe sur cette viande qui se retrouve dans le circuit normal, contrairement à la viande halal où la taxe est perçue à l’abattoir.

  • Léon

    Décidément, j’ai eu du flair de reparler de cette histoire. Je vous recommande le fil de « discussion »..

  • Cosette

    Bonjour Léon, bonjour à tous,
    Il faut absolument soutenir Sylvie Goy-Chavent dans cette affaire « filière viande » .

    Sur le produit brut, c’est-à-dire le steak ou le gigot que vous achetez, on sait le pays d’origine. Mais sur les produits transformés, non. Les industriels sont d’ailleurs farouchement opposés à l’étiquetage. Pour beaucoup, la viande n’est qu’une matière comme une autre.

    L’abattage rituel : “une manne pour les cultes”
    le sacrificateur touche une certaine somme par kilo. Cela oscille entre 10 cents et 1€ par kilo équivalent carcasse.
    Parce que tout le monde y gagne !
    Les industriels n’ont pas à payer le personnel de l’abattoir puisque les sacrificateurs le sont par ailleurs.

    Petit retour en arrière
    7.03.2012
    En France, le gouvernement accepte l’argumentation des autorités juives françaises qui considèrent que cet étiquetage mettrait à mal la filière casher française et se mobilise pour freiner ces initiatives. Le 6 septembre 2010, le ministre de l’Intérieur (chargé des cultes), Brice Hortefeux, déclarait à la synagogue de la Victoire à Paris : « Aujourd’hui, alors qu’un vote au Parlement européen pourrait imposer un étiquetage discriminant pour l’abattage rituel, nous restons particulièrement vigilants. Vous pouvez compter sur ma mobilisation et celle des députés français au Parlement européen pour que le projet n’aboutisse pas ». (article de Morgane Bertrand )

    Rapport d’information n° 784 (2012-2013) de Mme Sylvie GOY-CHAVENT, fait au nom de la mission commune d’information sur la filière viande , déposé le 17 juillet 2013

  • Léon

    Oui, il faut lire ce rapport, très bien documenté…

  • Léon

    Pour ce qui est de la souffrance animale, il faut faire un sort aux prétendus « arguments » des partisans de l’abattage rituel. On lit souvent sous leur plume que cet abattage serait le moins cruel car la mort serait instantanée, le cerveau étant brutalement privé de sang par l’égorgement. C’est de la science d’âne. Toutes les données scientifiques connues disent le contraire.

  • D. Furtif

    Pour ma part ….
    Quoiqu’en disent mes amis qui aiment ou ont des animaux domestiques
    Je pense que l’idéologie de la SPA et des eco terroristes contre l’expérimentation animale est plus que confuse voire obscure.
    Des arguments avancés par des anti corrida et des anti chasse relève d’une quête de la vertu et d’un globigulba de repentance à l’égard des animaux qui devrait être examiné de plus prêt
    Évidemment la proximité revendiquée de cette mouvance avec la Gauche fait plus que me hérisser elle me fait voir rouge.

    .
    À mon avis , rien ne devrait faire obstacle à l’amélioration de l’hygiène humaine.Cet avis est loin d’être partagé par les tenants d’un système de pensée qui voit en l’homme le nuisible absolu. Les orientalisants de tout obédience sont un vivier au ramassis de groupes cultivant l’archaïsme comme objectif de mieux vivre accompagné par les anti développement ….
    Le temps de La diphtérie et la tuberculose ceux de la Peste et la variole sont présentées comme un âge d’or où homme et animal dans une symbiose originelle trouveraient la voie vers l’innocence perdue.
    .
    Pour faire simple il y a du religieux dans le Vert :mrgreen: