Papa, maman et moi

Le mariage homosexuel est contre nature, dit tel élu. “Le mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme, il se trouve que la Nature fait que c’est comme ça” dit telle journaliste. Il faut « préserver le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme en vue de la protection de la filiation », dit tel évêque.

Je suis d’accord, respectons la nature. Mais que dit la nature ?

– Avez-vous vu des reportages sur la naissance des tortues luth ? Papa luth a sauté maman puis s’en est allé. Maman luth a pondu des œufs sur la plage, les a recouverts de sable, puis s’en est allée. Les bébés luth se dépêchent d’aller vers la mer, en évitant de se faire croquer par les oiseaux de mer, puis par les poissons. C’est quoi la famille pour les tortues luth ?

– Avez-vous vu vivre un poulailler ? Papa coq saute son harem. Maman poule couve ses œufs, surveille ses poussins. Quand elle estime qu’ils commencent à grandir, elle les chasse. Papa coq peut alors se mettre à sauter ses filles les poulettes. Vive l’inceste ! Processus identique pour les chiens et les chats (mais eux ne couvent pas !).

– Avez-vous vu couver des rouges queue ? Papa et maman rouge queue préparent ensemble le nid. Maman rouge queue pond. Papa et maman couvent alternativement. Ils donnent ensuite la becquée alternativement. Et quand bébé rouge queue est prêt à s’envoler du nid, encore très malhabile, papa et maman l’abandonnent.

– Avez-vous vu la mante religieuse ou la veuve noire croquer son partenaire après l’accouplement ? Les bébés vont naître orphelins.

– Avez-vous vu un reportage où le vieux roi lion est détrôné par un jeune mâle vigoureux ? Ce dernier chasse le vieux et se dépêche de croquer le petit de la femelle pour qu’elle soit plus rapidement en chaleur et pour qu’il puisse la sauter plus rapidement. Cannibalisme et infanticide au service de la reproduction du mâle dominant !

Mais ces exemples ne correspondent pas à Homo sapiens. Chez Homo sapiens, le modèle est le mariage de papa et maman en vue d’assurer une descendance, c’est évident !

Vous croyez ? Les bibliothèques universitaires sont remplies d’études ethnologiques sur les différentes modèles familiaux et les modèles d’alliances inventés par Homo sapiens, selon les lieux et les époques : exogamie, endogamie, polygamie, polyandrie, monogamie, et même inceste dont le tabou n’est pas pour tout le monde. Enfants élevés dans une famille nucléaire (égalitaire ou avec droit d’aînesse) ou dans une famille élargie à plusieurs générations mais aussi à plusieurs oncles et tantes (appelés père et mère en Afrique) et plusieurs cousins (appelés frères et sœurs en Afrique). Bref, grande diversité de modèles pour Homo sapiens.

Un mariage est-il un vrai mariage si on se marie sans vouloir faire des enfants ? Un orphelin pourra-t-il avoir une éducation équilibrée si sa mère ou son père ne se remarie pas ou s’il vit en orphelinat ? Papa maman donnent-ils obligatoirement un environnement équilibré à leur enfant ? Un enfant élevé par 2 papas ou 2 mamans serait donc dans une situation pire que si le père pratique l’inceste ou si le père ou la mère se drogue ou boit, bat ses enfants, etc. ? Un enfant de famille polygame est-il obligatoirement déséquilibré ? (attention, je parle seulement des enfants et pas du sort de la femme polygame qui n’a pas eu le choix).

La nature a bon dos. Comment est-il possible de continuer à l’évoquer comme modèle à tout bout de champ quand on sait maintenant que tout est possible dans la nature et que l’institution du mariage n’est pas un fait de nature mais de culture.

Comment est-il possible de continuer à évoquer le modèle de la famille nucléaire en oubliant qu’entre les 2 guerres mondiales, les enfants des familles de commerçants, d’artisans, de bourgeois ou d’aristo étaient encore souvent élevés en nourrice et non pas par leur papa et leur maman ? Ce modèle était majoritaire avant la première guerre mondiale en France et ne posait aucun problème aux pédagogues et aux religieux de tous bords.

Papa travaille, maman coud, ils sont heureux et ont beaucoup d’enfants. Conte de fée ou modèle de la nature ?

Lectures :3112
Notifier de
Léon
Léon

Bien d’accord avec vous, Nogat, poser la question en termes de « nature » dès qu’il s’agit de l’homme est une entreprise généralement vouée à l’échec.
On a déjà parlé sur Disons du mariage homo et surtout de leur « droit à l’enfant ». Je continue de ne pas arriver à me faire une opinion sur un sujet finalement beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.
A ce sujet je voudrais signaler, une fois n’est pas coutume, un article (très mal écrit d’ailleurs, c’est dommage) d’un certain Eric, un rédacteur qui se définit comme protestant et d’une paranoïa anticommuniste et antigauche aiguë.
Son article comporte des choses intéressantes et inédites.

Léon
Léon

Je partage entièrement l’opinion du Furtif sur ce point. Les bobos-écolos tiennent tellement à leur pétard festif qu’ils sont capables de n’importe quel argument en faveur de la dépénalisation.
Sur l’argument de la lutte contre les trafics,c’est, à mon avis trop tard, les réseaux sont installés et organisés ils se reconvertiront dans d’autres drogues, comme cela s’est produit en Hollande.
La répression n’a effectivement pas échoué pour la bonne raison qu’elle n’est pas pratiquée. C’est une blague de le prétendre.

Léon
Léon

Une autre chose que je ne comprends pas, Nogat. Lorsque vous écrivez : « Le désir d’enfant à tout prix est effectivement une donnée actuelle », je crois comprendre que, selon vous, la société doit satisfaire n’importe quel désir, n’importe quel caprice de ses membres, sans se préoccuper de porter un jugement philosophique sur ce désir. C’est tout simplement, à mon avis, accepter une infantilisation totale des populations, déjà largement en marche.

Léon
Léon

Et puisque je suis dans Michéa :

…comment serait-il possible, pour l’élite mondiale, de maintenir la gouvernabilité des quatre-vingts pour cent d’humanité surnuméraire, dont l’inutilité a été programmée par la logique libérale ?
La solution qui, au terme du débat, s’imposa, comme la plus raisonnable, fut celle proposée par Zbigniew Brzezinski sous le nom de tittytainment. Par ce mot-valise il s’agissait tout simplement de définir un « cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettant de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète ». Cette analyse, cynique et méprisante, a évidemment l’avantage de définir, avec toute la clarté souhaitable, le cahier des charges que les élites mondiales assignent à l’école du XXIe siècle.

Asinus
Asinus

Le désir d’enfant à tout prix est effectivement une donnée actuelle

yep que notre ami Nogat veuille bien pardonner le trivial soudard .

ça n’est juste qu’une demande de libero libertarien :j’ai le droit à l’enfant! pasque j’ai la tune le moyen de pression lobyste et que globalement ma communauté appartient à la caste dont les representants sont au pouvoir .Ce profile derriere cela la marchandisation : vous pensez bien qu’ils se laisseront pas refiler n’importe quel moutard , la standardisation voir la transformation cf les deux foldingues yankee transformant chimiquement en fille le petit garçon que la nature leur à refilé.Bien sur nos bourgeois gays reçoivent l’appui de classe des femmes bourgeoises libérée  » de tout vus qu »elle nont pas à produire pour survivre » type mme badinter qui sont pour la procréation assistée » entendez location des ventres » chacun sachant ici que classe sociale fournirat les ventres et que rapidement on passera des femmes ne pouvant procrer aux friquées ne voulant procréer.
Yep ces demandes du droits à l’enfant, c’est du consumerisme pur et dur :je veux, j’ai la tune, j’ai le pouvoi,r plions la société à mes désideratas!
Les lois sont dangereuses quand elles retardent sur les moeurs .Elles le sont davantage lorsqu’elles se melent de les preceder.
memoires d’Hadrien

Asinus
Asinus

yep bonjour Nogat n’absolument un statut juridique et pour ceux qui participent vivent
s’enrichissent et organisent la marchandisation et la procréation /desir d’enfant
UN SATUT PENAL!

docdory
docdory

« Sapristi, on n’a pas deux mères dans la vie ! En voilà une situation pour un homme ! Quand on a la chance de pouvoir choisir entre avoir deux mères ou n’en pas avoir du tout, fichtre on n’hésite pas. »
Maurice Leblanc, Arsène Lupin, les huit coups de l’horloge, chapitre 5 : « Le cas Jean-Louis »

Asinus
Asinus

YEP marwaffffff les deux tauliers savent que dans le cas jean louis et les deux meres
je ne remplis qu’une seule des conditions :mrgreen:

asinus : private joke

D. Furtif
D. Furtif

😆

Eloise
Eloise

merci pour le post de cet article nice je vais approfondir mon enquete a ce sujet .