Claude Lévi-Strauss juge de l’Islam. Blog de Thierry Guinhut.

Lectures :1284

 

Il n’y a rien de plus désolant que de rencontrer des textes passionnants et indispensables et ,…de ne savoir les retrouver . Il y a comme un devoir de chercher conserver et  faire connaître . Préserver et servir . Un des moyens de répondre à ces exigences n’est-il pas comme les copistes compilateurs anciens souvent seuls conservateurs de textes disparus, de les publier et à notre échelle , de contribuer à les faire connaître ?

Merci à Thierry Guinhut et à son blog

Thierry Guinhut un voisin

 

 

 

Vous croyez faire plaisir …et vous vous trompez ..

J’ai reçu il y a quelques instants un Email me demandant de retirer l’article de Thierry Ginhut.

Je vous adresse touts mes regrets si publier votre texte vous a offensé….
Je n’ai en effet demandé aucune permission.
Il en fallait donc une.
Je n’ai pourtant en rien usurpé ou falsifié ce qui vous revient et vous appartient.
Je pensais que vous seriez heureux qu’un bénévole fasse connaitre aux lecteurs de son propre blog un texte qu’il jugeait très bon…Avec les liens qui renvoyaient au blog de l’auteur.
Un geste purement gratuit .

Comme vous me le demandez je vais le supprimer avant dix heures de ce matin , lui et les liens qui renvoient à votre blog.
Vous m’en voyez navré.
.
Soyez rassuré ; j’obtempère.
Navré.
Donatien Le Furtif

Vous aimerez aussi:

7 comments to Claude Lévi-Strauss juge de l’Islam. Blog de Thierry Guinhut.

  • Dora

    Même si je partage sa perception de l’islam, je m’étonne que Claude Lévi-Strauss n’ait pas observé durant ses longues années de terrain, le prosélytisme des missionnaires catholiques ou protestants balayant la culture autochtone jusqu’aux prénoms des amérindiens, des Indiens d’Amazonie et de tout le continent américain, du nord comme au sud. Un chercheur a décrit comment aujourd’hui encore, des missionnaires catholiques cherchant le contact avec des Amazoniens très isolés dans la forêt, se pressant dès leur arrivée d’imposer les prénoms des enfants nouveau-nés et des dogmes totalement étrangers à leur culture.

    • C’est bien injuste. Lévi-Strauss, toujours dans Tristes Tropiques, a décrit comment les Pères Salésiens ont contribué à détruire la société des Bororo.

      « Vu du haut d’un arbre ou d’un toit, le village bororo est semblable à une roue de charrette dont les maisons familiales dessineraient le cercle, les sentiers, les rayons, et au centre de laquelle la maison des hommes [où dorment les célibataires et où la population masculine passe la journée] figurerait le moyeu. […] La distribution circulaire des huttes autour de la maison des hommes est d’une telle importance, en ce qui concerne la vie sociale et la pratique du culte, que les missionnaires salésiens de la région du Rio das Garças ont vite appris que le plus sûr moyen de convertir les Bororo consiste à leur faire abandonner leur village pour un autre où les maisons sont disposées en rangées parallèles. Désorientés par rapport aux points cardinaux, privés du plan qui fournit un argument à leur savoir, les indigènes perdent rapidement le sens des traditions, comme si leurs systèmes social et religieux (nous allons voir qu’ils sont indissociables) étaient trop compliqués pour se passer du schéma rendu patent par le plan du village et dont leurs gestes quotidiens rafraîchissent perpétuellement les contours« .

      Imposer des dogmes ou des prénoms n’a jamais eu aucune efficacité. N’importe quelle société arrive à contourner ces interdits, ne serait-ce qu’en utilisant des noms différents selon le public, des surnoms, des pseudos, etc; en feignant la conversion ex. Les Maranes ou en organisant des cérémonies plus ou moins secrètes,
      Par contre, aucune société ne résistera quand on détruit ce qui fait réellement sens pour elle.
      Pour les Bororos, c’était le plan de leur village.

      A propos, puisque certains auteurs ne souhaitent pas être lus, on peut toujours allez faire un tour du côté d’Assouline :
      http://larepubliquedeslivres.com/lislam-selon-claude-levi-strauss/

      • Dora

        Faute de temps pour relire C.Lévi-Strauss, j’ai écrit une ânerie mais sous la forme d’un questionnement… 😯 /li>

        • Bonjour Dora,

          Ce n’était pas à proprement parler une ânerie. Levi-Strauss ne s’intéressait pas beaucoup aux religions occidentales.
          Les vrais dégâts que commettent les religions sont bien plus insidieux… Leur rapport à l’histoire, par exemple. L’exemple cité par Lévi-Strauss est à cet égard édifiant.

          PS : Il n’est pas interdit de penser que cela le confortait dans ses thèses structuralistes, mais c’est une autre affaire !

  • D. Furtif

    Il est vrai que ça ne me coutait rien de demander Mais….
    J’ai si souvent reçu des  » ça va de soi » que je m’y suis habitué….et peu à peu je me suis dispensé de la formalité